Bunny Wailer

Origine : Jamaique
Instrument :
Styles : Reggae

Bunny Wailer : discographie

Bunny Wailer - World Peace album cover Album : World Peace
Année : 2003
Bunny Wailer - Communication album cover Album : Communication
Année : 2000
Bunny Wailer - Hall of Fame: A Tribute to Bob Marley album cover Album : Hall of Fame: A Tribute to Bob Marley
Année : 1995
Bunny Wailer - Crucial! Roots Classics album cover Album : Crucial! Roots Classics
Année : 1994
Bunny Wailer - Dance Massive album cover Album : Dance Massive
Année : 1992
Bunny Wailer - Gumption album cover Album : Gumption
Année : 1991
Bunny Wailer - Just Be Nice album cover Album : Just Be Nice
Année : 1990
Bunny Wailer - Time Will Tell album cover Album : Time Will Tell
Année : 1990
Bunny Wailer - Liberation album cover Album : Liberation
Année : 1988
Bunny Wailer - Rootsman Skanking album cover Album : Rootsman Skanking
Année : 1987
Bunny Wailer - Rule Dance Hall album cover Album : Rule Dance Hall
Année : 1987
Bunny Wailer - Marketplace album cover Album : Marketplace
Année : 1985
Bunny Wailer - Live album cover Album : Live
Année : 1983
Bunny Wailer - Hook Line'n Sinker album cover Album : Hook Line'n Sinker
Année : 1982
Bunny Wailer - Dubd'sco, Vol.2 album cover Album : Dubd'sco, Vol.2
Année : 1981
Bunny Wailer - Sings the Wailers album cover Album : Sings the Wailers
Année : 1981
Bunny Wailer - Tribute album cover Album : Tribute
Année : 1981
Bunny Wailer - In I Father's House album cover Album : In I Father's House
Année : 1979
Bunny Wailer - Dubd'sco, Vol.1 album cover Album : Dubd'sco, Vol.1
Année : 1978
Bunny Wailer - Dubd'sco, Volume 1 & 2 album cover Album : Dubd'sco, Volume 1 & 2
Année : 1978
Bunny Wailer - Struggle album cover Album : Struggle
Année : 1978
Bunny Wailer - Protest album cover Album : Protest
Année : 1977
Bunny Wailer - Blackheart Man album cover Album : Blackheart Man
Année : 1976
Bunny Wailer - Retrospective album cover Album : Retrospective
Bunny Wailer - Rock and Groove album cover Album : Rock and Groove
Bunny Wailer - Roots Radics Rockers Reggae album cover Album : Roots Radics Rockers Reggae

Actualité de Bunny Wailer

Les 9 et 10 juin dernier se tenait le So Good Fest, une scène electro et un dub corner au milieu de la forêt de Canéjan (33). La programmation électro était intéressante (Thylacine, Nathan Fake, Crystal Distortion... ) mais nous à Reggae.fr c'est au dub corner qu'on a passé notre weekend, retour sur ce petit festival parfait pour débuter la saison. On est accueilli par le Dub Corner dès l'entrée du festival, les deux stacks d'Infinity Hifi trônent chacun d'un côté flirtant avec les branches des chênes. Les artistes et leurs machines sont au centre abrités du soleil par une tonnelle. Plus loin se trouve l'inévitable stand Control Tower pour les collectionneurs de vinyles. Déco et Mapping viennent mettre de la couleur sur les bâches noires délimitant le festival. Une sorte de long couloir avec stand d'un côté et Chill out de l'autre nous emmène jusqu'à la scène électro devant laquelle nous ne passeront que peu de temps. On revient du côté du sound system où toute la communauté dub de la région est heureuse de se retrouver pour skanker enfin les pieds dans l'herbe et sous le soleil. Les Infinity Hifi et le Wandem Sound System se partagent la sono, ils sont venus accompagné de la hornsmen section (trombone et saxo) pour rajouter une touche de live music. Iris Askan le selecta du Wandem balance une des big tunes du moment " Tail The Youth " épaulé par Jahzz au saxo. On passe vite à un dub fi dub, chacun dégaine les dubplates : une prod de Mr Zèbre avec leur chanteuse Likkle I pour les Infinity, le Wandem répond par un riddim de warrior avec Joseph Lalibela au chant qui conclue magnifiquement cette première session du weekend. L'ambiance est donc déjà bien chaude quand l'heure d'accueillir Indica Dubs sonne, le producteur anglais va nous livrer un set 100% steppa made in UK devant un public hyper réactif. Il enchaîne les big tunes en jouant des effets sans laisser retomber la pression, alternant entre classiques tirés de son répertoire et remix exclusifs et surpuissants pour le plus grand plaisir des skankers. C'est déjà l'heure d'accueillir OBF, ce soir le crew est représenté par Rico aux platines accompagné de Shanti D et Sr Wilson au micro, le selecta commence par saluer et remercier tous massives présents ainsi que les artistes qui l'ont précédé avant de balancer sa première galette : un énorme remix du " No Matter How Long it Takes " de Stand High Patrol, une version où le refrain a été transformé en " collecting dubs in a pocket, but no matter how long it takes i'll do it " , Shanti D et Sr Wilson posent tour à tour sur la version, c'est parti pour une session inna OBF style. Ca continue avec " Mandela " dont le public reprend le refrain en coeur et les big tunes vont s'enchainer, on entendra retentir entre autre " La police tue " chanté en français par Kayass (extrait du dernier opus d'Iron Dubs), mais aussi " Wicked Haffi Run " ou encore un énorme remix de " Leave it alone " signé Iration Steppas. Les deux Mc's sont en forme et posent leurs flows sur la plupart des face B, l'ambiance va encore monter d'un cran quand un dubplate d'anthologie avec encore Joseph Lalibela au chant se fait entendre. Rico adore jouer avec le public et il ne s'en prive pas, coupant les basses pour mieux les laisser s'échapper d'un coup sur fond de sirènes pour transformer les skankers en une masse d'énergie positive. L'heure du dernier morceau arrive bien trop vite et Rico remercie encore tout le monde avant de nous offrir un premier extrait du futur album qu'OBF et Iration Steppa préparent ensemble, morceau approuvé par tous les dub addicts présents ! Pressé par le temps, il ne pourra nous offrir qu'une minute d'un dernier dubplate de folie qui restera dans la tête de tous les festivaliers sur le chemin du retour. Samedi, le soleil a tapé fort toute la journée et il fait encore chaud quand Infinity rallume les enceintes. Les toulousains d'I Station ont fait le déplacement et ils sont venus avec leur sound system qui a pris place à côté de celui des bordelais. C'est Infinity qui ouvre le bal et ça démarre plutôt roots, Twan Tee et Vicky viennent poser leur flow sur quelques riddims. Les I station enchainent sur leur sono, un set plein d'énergie qui commence assez roots, les galettes se succèdent et le Mc ambiance parfaitement le public. Le selecta va ensuite envoyer des morceaux plus steppa pour le grand plaisir des skankers, désormais prêt à accueillir les invités d'honneur de la soirée. Et c'est donc le crew de Moa Anbessa venu accompagné de Prince David qui prend place derrière les machines ; les italiens vont jouer toutes leurs big tunes : " Jah a Di Best ", " Watch Dem ", " Jah Jah Thank you ", les deux Mc prennent le micro sur certaines instrumentales pour délivrer des messages conscients positifs, tout ça dans une ambiance assez spirituelle. Les Moa Anbessa connaissent leurs classiques et nous le prouvent en jouant leur réinterprétation plutôt steppa du " Rise'n Shine " de Bunny Wailer. Les italiens ont fait forte impression et il est maintenant déjà l'heure d'assister à la dernière session du weekend. Et c'est par un dub fi dub entre les Infinity Hifi et les I Station que ça va se finir, chacun joue sur la sono et les skankers passent de l'une à l'autre dans une danse endiablée, les deux sounds jouent du gros steppa et les Infinity nous font profiter une dernière fois de la voix de leurs deux chanteuses, Vicky et Likkle I avant de conclure avec un dubplate de warrior signé Brainless. Le So Good Fest, un festival à taille humaine avec une programmation pointue dans un cadre hyper agréable, une chose est setucirc;re : on y sera l'année prochaine ! Un grand bravo à l'association volume 4 productions pour l'organisation de ce bel événement et à tous leurs bénévoles.
Source : reggae.fr | 2017-07-11 02:00:00.0