Artistes et Groupes de Kizomba

Pays : Cap-Vert Angola

Le kizomba est un genre musical de l'Angola, dŽrivŽ du semba (anctre de la samba). Proche du zouk love antillais, et souvent appelŽ "cabo love" au cap vert.

Videos de Kizomba

Video clips de Kizomba (YouTube et DailyMotion)

Artistes ou Groupes

2 Wayz(0)[video]  -  A.T.A. Djudja(1)[video]  -  Adi Cudz(2)[video]  -  Amarildo(1)  -  Angel(1)[video]  -  Angelo Martins(1)  -  Anselmo Ralph(4)[video]  -  Armanda Cunha(1)  -  Atim(2)[video]  -  Augusto Chakaya(1)  -  Azaiaz(1)  -  Bardot(1)  -  Bela(1)[video]  -  Benvindo Djoco(1)  -  Beto Dias(5)[video]  -  Beto Duarte(1)[video]  -  Beto Max(1)  -  Beto d'Almeida(1)  -  Big J(0)[video]  -  Black Angels(0)[video]  -  C4 Pedro(1)  -  Calu di Brava(4)[video]  -  Caló Pascoal(2)[video]  -  Canicia(1)  -  Celestino(3)[video]  -  Celma Ribas(2)[video]  -  Chelsy Shantel(2)[video]  -  Chris(1)[video]  -  Clara Monteiro(1)  -  Cristina(0)[video]  -  DJ Kadu(1)  -  DJ Kapiro(1)  -  Danilo Semedo(2)[video]  -  David Brazão(0)[video]  -  Denis Graca(3)[video]  -  Denis Graca(3)[video]  -  Derito(1)[infos]  -  Deusa(1)[video]  -  Dina Medina(1)  -  Dj Amorim(2)  -  Dj Nays(2)  -  Djay Kylgan(2)[video]  -  Djenio Semedo(1)  -  Djey(1)  -  Djipson(0)[video]  -  Djodje(2)[video]  -  Dmd(1)  -  Don Kikas(5)[video]  -  Eddu(1)  -  Elizio(4)[video]  -  Erica Nelumba(0)[video]  -  Esmy(0)[video]  -  Estrelas De 2010(1)  -  Euclides Da Lomba(1)  -  Explosão(1)  -  Feelbass(1)[video]  -  França(1)  -  Gaby Moy(1)  -  Gama(1)[video]  -  Gil Semedo(14)[video]  -  Gilyto(5)[video]  -  Gizela Silva(1)[video]  -  Grace Evora(3)[video]  -  Haylton Dias(3)  -  Hugo(1)  -  Impactus 4(2)  -  Irina(1)  -  Irmãos Verdades(9)[video]  -  Isah(1)  -  Isidora(1)[video]  -  Ivandro(1)  -  JDB(1)  -  Janota(1)  -  Jayly(1)[video]  -  Jennifer Dias(0)[video]  -  Jenny Moreno(1)  -  Johnny Alves(1)  -  Johnny Lima(1)  -  Jorge Neto(2)[video]  -  José Azancoth(1)  -  Juceila(2)[video]  -  Julia Duarte(0)[video]  -  Justino Handanga(1)  -  Kalú Mendes(1)[video]  -  Katia Spencer(0)[video]  -  Kido Semedo(1)  -  Kino Cabral(0)[video]  -  Kriol(1)  -  Kristo(1)  -  Leida(1)  -  Leo(1)  -  Leokeny(1)  -  Lil John(1)  -  Lili Evora(2)[video]  -  Lito Duarte(1)[video]  -  Lo(1)  -  Loony Johnson(2)[video]  -  Maïsa(2)[video]  -  Malone Monteiro(0)[video]  -  Manu(1)  -  Marcia(1)[video]  -  Margareth Do Rosario(2)[video]  -  Marizia(1)[video]  -  Mark G.(1)  -  Marysa(1)[video]  -  Matias Damásio(2)[video]  -  Maya Cool(6)[video]  -  Mikä Mendes(2)[video]  -  Milena(0)[video]  -  Miss S(0)[video]  -  Mister Nino(1)  -  Mr Vavy(1)  -  N'Lito(0)[video]  -  Nando Da Cruz(2)[video]  -  Nani(1)  -  Nany Vaz(1)[video]  -  Nataniel(0)[video]  -  Natô Ribeiro(0)[video]  -  Ndulo Kituxi(1)  -  Neide Van-Dúnem(0)[infos][video]  -  Nelly Oliveira(0)[video]  -  Nelson Freitas(4)[video]  -  Nelson Jr.(1)  -  Nemanus(2)[video]  -  Netos de Cabral(2)  -  Neuza(2)[video]  -  Neves(0)[video]  -  Neyma(0)[video]  -  Nhelas(2)[video]  -  Nilton Ramalho(1)  -  Nuno Abdul(0)[video]  -  Nya Lou(1)[video]  -  Paulinha(2)[video]  -  Paulo Andrade(1)  -  Paulo Flores(13)[infos][video]  -  Paulo Rodrigues(1)  -  Paulo Tavares(3)[video]  -  Phil Pyra(0)[video]  -  Philip Monteiro(8)[video]  -  Piko(1)  -  Pérola(2)[video]  -  Rayden(1)  -  Rei Helder(2)  -  René Cabral(1)[video]  -  Ricky Boy(2)[video]  -  Roger(2)  -  Rome(3)[video]  -  Rui Lima(1)[video]  -  S-Witness(3)  -  SC Pires(0)[video]  -  Sabino Henda(1)  -  Sampadjuda(1)  -  Sandro(0)[video]  -  Sandro Monteiro(1)  -  Showas(1)  -  Supremos(0)[video]  -  Suzanna Lubrano(6)[infos][video]  -  Sylvestre Gomes(0)[video]  -  Tchesco(0)[video]  -  Tino Burinda(0)[video]  -  Tino Moreira(1)  -  To Semedo(3)[video]  -  Toy Cazevo(1)  -  Toya Alexandre(1)  -  Tropical Band(1)  -  Tulex(1)  -  Urbanito Filho(1)  -  Valdemiro José(0)[video]  -  William(2)  -  Yola Araújo(3)[video]  -  Yola Semedo(2)[video]  -  Yvon Paris(2)[video]  -  Yéyé(1)[video]  -  Ze Carlos(1)  -  Ze Pinheiro(1)  -  Zulmira(1)  -  Zé Du Pau(1)  -  

Compilations

Kizomba de Angola(2)  -  Mobass(1)  -  

Actualité : Artistes et Groupes de Kizomba

Alors que l’ensemble des us et coutumes de la Culture réunionnaise ont fait l’objet d’une reconnaissance au patrimoine Immatériel de l’UNESCO sous l’appellation « MALOYA », la musique réunionnaise est restée depuis de nombreuses années orpheline de nom. Jusqu’au 27 septembre 2017, la musique réunionnaise était perdue dans toute une classification qui ne trouvait pas sa place aux yeux de la Société des Auteurs (SACEM). La musique réunionnaise alimentait toute sorte de catégorie de musiques, jusqu’ici regroupée dans la variété française, dans la world music voir même dans les musiques traditionnelles.

La Réunion dont la SACEM est représenté par son délégué régional n’a pu jusqu’ici fait satisfaire une telle volonté, celle de permettre aux artistes réunionnais d’exprimer leur fierté pour leur musique SEGAMALOYA. Sans doute par ce que le lobbying musical était lui aussi de la danse.

Il a fallu au mouvement LAKLARTÉ, dont la conférence de presse du jeudi 12 octobre 2017 ait été retransmise sur les réseaux sociaux par les Réunionnais de France, pour les voir ses fins défenseurs de la culture réunionnaise exprimée dans leur acronyme Linité-Artistik-Kiltirel-Lang-Anvitoneman-Réyoné-Tradision-Épanouisman (L.A.K.L.A.R.T.É) tout une volonté commune à faire entendre de leur voix, la reconnaissance du style musical SÉGAMALOYA.

LAKLARTÉ représenté ce jour-là par Charles Sintomer, Pael Gigan, Joel Moutoulatchimy, Jean Luc Damartin et Bruno Escyle, nous ont exposé leur démarche et partagé leur satisfaction à cette officialisation.

Il faut fréquenter ces espaces culturels, tels que Kabar Bitasyon aux 3 mares, la Kaz kabar chez Daniel Waro, l’espace MLK à Saint Joseph, les sanctuaires du LAZARET et bien d’autres, pour rencontrer ses personnes fortes d’ambition pour notre pays. Et je ne regrette en rien de les avoir vu et parlé.

De cette reconnaissance, je revois encore au kabar bitasyon et à MLK, Pael et Jean Luc avec leur stand pour promouvoir aux yeux des personnes présentes ce jour-là, cette honorable action qui s’intitulait «  SACEM SÉGAMALOYA ».

Mieux je dirais, ils avaient avec eux la fierté de présenter cette démarche au nom de LAKLARTÉ et surtout ils possédaient des éléments la justifiant. LAKLARTÉ dispose d’outils pédagogiques à mon sens, qui méritent qu’on s’y attarde. Il était important pour moi, qui survolais un peu le milieu culturel, de découvrir les éléments qui le compose, mais aussi les faits culturels et scientifiques qui ont amenés à cette demande. Merci à vous LAKLARTÉ, car effectivement j’ai pu me rendre de compte que les éléments que vous présentez est vérifiable et pousse à une recherche un peu plus approfondie. A ce sujet, j’inviterai les personnes réunionnaises ou pas à investir la Bibliothèque Universitaire, communément appelée BU, pour vous rendre compte que l’histoire n’est pas souvent celle qui a été léguée de prisme en prisme oralement. Nous pouvons la confronter avec les écrits, les récits, les études qui ont été actés et en voir les points de convergence. Car point de convergence existe. La question est de savoir si les réunionnais sont prêts à en discuter et à en entendre ?

Le SÉGAMALOYA est une revendication évidente  et forte de sens. Elle laisse apparaître une certaine liberté. Les artistes sont libre d'alimenter ou pas cette nouvelle catégorisation. Cela veut dire aussi que les artistes doivent se positionner sur la musique qu'ils font et quelle valeur ajouté elle apporte au pays. Ici il n'est pas question de se fermer sur un style, mais plutot de savoir qu'elle est la place de la musique réunionnaise et qu'est ce qu'on attend de ses ambassadeurs. Est ce qu'un artiste de ragga, de reggae, de dance hall, de zouck, de varités française, rock, de salsa, de kizomba, de jazz...... est représentant de la musique réunionnaise? 

Elle marque aussi une visibilité sur tous les plans, c'est à dire qu'on peut mettre une dénomination sur la musique réunionnaise, elle a de l'existence maintenant, jusqu'ici elle était plus dans l'oralité cette reconnaissance que dans une officialisation claire. Tout le monde sait d'où vient tel ou tel sytle de musique, mais nous hésitons à chaque quand il s'agit de celle de la Réunion. La faute à qui?

SÉGAMALOYA en France mais pas à la Réunion

Pourquoi être passé directement par le Président de la SACEM ? Les éléments de réponses sont disponibles dans l’article du quotidien du dimanche 15 octobre 2017. «  Nous avons demandé au délégué régional et ce dernier a refusé » de ce fait une demande a été effectué directement à la maison mère. La maison mère dont le Président est un artiste Mr  Claude PETIT, grand chef d’orchestre. Ce qui veut dire que les artistes ont parlé à un artiste et que ce dernier a trouvé la demande plus que légitime, et de manière significative, il a enclenché le processus de création du genre musical SÉGAMALOYA dans le menu déroulant de la SACEM.

Cette remarque appel une discussion. Le délégué régional n’est pas artiste ? Pourquoi a-t-il émis un refus ?  Y a-t-il un blocage ici même ? Comment peut-on expliquer qu’à 10 000 Km le Président de la SACEM puisse  entendre et répondre à la requête et que son représentant régional, lui, l’ait pas entendu ?

SÉGAMALOYA au niveau Politique CULTURELLE

Je préfère retenir de cet épisode, cette date du 27 septembre 2017, qui officialise enfin une reconnaissance de ce qu’est la musique réunionnaise.

LAKLARTÉ, comme dirait un de ses membres, donne le « la » remettant l’ensemble des acteurs culturels en ordre de marche, pour que notamment les subventions qui sont souvent allouées puissent servir véritablement à la promotion de la musique réunionnaise : le SÉGAMALOYA.

Les autres musiques sont aussi louables, mais elles n'apportent à la Réunion si ce n'est le fait d'un mimétisme perpétuel.

Enfin, mesdames, messieurs les élus de la culture vous allez pouvoir donner un vrai sens à votre politique culturelle vouée à la musique réunionnaise. Je pense que la démarche de LAKLARTÉ, permettra dès aujourd’hui de redonner une force à la musique réunionnaise, la positionnant sur l’échiquier national et international comme une vraie musique avec une identité, un nom.

Parlant de nom, j’ai bien apprécié l’allusion faite au nom de famille et au prénom. Effectivement nous nous retrouvons avec un nom de famille commun aux Mascareignes SÉGA et au prénom propre à l’identité réunionnaise MALOYA appelé aussi Séga des noirs. 

Bravo pour cet avancé considérable pour la musique réunionnaise.

www.zinfos974.com
Source : zinfos974.com | 2017-10-16 12:25:00.0
Tahina Ralitera est doctorante à l’Université de La Réunion. La jeune Malgache de 24 ans inscrite au laboratoire d’informatique et de mathématiques a choisi de faire une thèse sur "les véhicules électriques et l’île intelligente". En troisième année de doctorat, elle utilise la simulation informatique et la modélisation dans le domaine du transport en véhicules électriques pour mettre en œuvre un outil d’aide à la décision. Rencontre.
 
Zinfos974 : Qu’est ce qui a motivé votre choix de thèse ?
Tahina Ralitera : J’ai voulu travailler dans le domaine de la construction des villes intelligentes, ce qui comprend plusieurs domaines, dont celui de la mobilité. J’ai choisi le sujet des véhicules électriques et éco-responsables parce qu’il me permettait de travailler avec des chercheurs de l’Imperial College London (qui travaillent sur la même thématique mais sur la ville de Londres). Et à La Réunion, où il y a des gros problèmes de circulation, l’utilisation des véhicules électriques n’est pas courante, il y a encore tout un chemin à faire.
 
Votre thèse a pour principal cadre l'île de La Réunion ?
Le premier cadre d’application est en effet La Réunion, mais il y a aussi Londres. Mais le but est de proposer une solution assez généraliste qui pourra être reproduite ailleurs (à Maurice, Au Japon, à Paris…).
 
Votre thèse a-t-elle vocation à être soumise aux politiques ?
Oui. Le logiciel en train d’être développé a pour finalité d’être un outil d’aide à la décision pour les décideurs. Il doit permettre de voir, dans le cas d'utilisation de véhicules électriques, où sont les meilleurs endroits pour placer les bornes, comment éviter les files d’attente, et quels sont les coûts au niveau de l’électricité...
 
Quel a été votre parcours avant le doctorat ?
Jusqu’en troisième année de fac, j’étais à Madagascar, à Polytechnique, à Tananarive. Grâce à une coopération avec l’Etat français j’ai pu obtenir une bourse d’excellence pour aller étudier en école d’ingénieur à la Réunion, à l’Esiroi. Et cette année, j’ai postulé aux bourses l’Oréal et j’ai été retenue. Je fais partie des 30 lauréates (sur plus de 1000 à passer le concours), c’est une véritable fierté et un gros soulagement.
 
Comment voyez-vous votre avenir après la soutenance de votre thèse ?
Dans l’idéal, j’aimerais rester à La Réunion pour y travailler, tout en faisant des missions à Madagascar pour aider au développement. J’aimerais travailler dans la recherche et l’enseignement. Pourquoi pas dans le privé, si ça reste dans la recherche. Soit sur le concept de ville intelligente ou avec ma casquette d’informaticienne sur l’intelligence artificielle.
 
Outre la science, quelles sont vos passions ?
La danse. Je fais d’ailleurs des spectacles et participe à des manifestations culturelles. Je fais de la danse traditionnelle malgache, mais aussi des danses de salons, de la kizomba et de la salsa.
 
Que souhaitez-vous dire aux femmes qui rêvent d’une carrière scientifique ?
Je souhaite délivrer un message d’encouragement aux jeunes filles. Il ne faut pas se laisser décourager par les stéréotypes. Les femmes ont leur place dans les disciplines scientifiques, tout autant que les hommes. Dans le cadre de la bourse qui m’est attribuée, avec ma casquette d’ambassadrice de la science, j’aide d'ailleurs à promouvoir la participation des femmes dans les parcours scientifiques, par le biais notamment d’interventions dans des établissements scolaires.
 
 ---
Les bourses L’Oréal-UNESCO pour les Femmes et la Science 2017
Aujourd’hui, seulement 28% des chercheurs sont des femmes et seulement 3% des Prix Nobels scientifiques leur ont été attribués. C’est en partant de ce constat que la Fondation L’Oréal, en partenariat avec l’Académie des sciences et la Commission nationale française pour l’UNESCO, a mis en place un programme de Bourses L’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science. Des bourses attribuées chaque année à 30 doctorantes et post-doctorantes pour les accompagner dans la suite de leur carrière.

www.zinfos974.com
Source : zinfos974.com | 2017-10-10 13:22:00.0
La première édition de l’Odhirathon s’est achevée samedi, dans une ambiance festive, avec l’animation Danses en ville. Plusieurs centaines de personnes ont participé aux initiations de danse organisées en simultanée sur trois sites : à Saint-Denis (Barachois), au Port (littoral Nord et à Saint-Paul (place du débarcadère). Salsa, kizomba, country, dance hall, afrojazz, séga… il y en avait pour tous les goûts.

La veille, vendredi 30 juin, les artistes Tiloun, Nathalie Natiembé, Gren Sémé, Ousanousava et la marraine Nicole Dambreville ont offert quatre heures de concert aux spectateurs de la cité de Arts. Côté murs, les graffeurs Méo et Wa Roox ont laissé une empreinte artistique géante sur le thème de la prévention.

Ces trois temps forts culturels ont ponctué une semaine de sensibilisation et de levée de fonds en faveur de la recherche contre les maladies ODHIR : obésité, diabète, hypertension, inusffisance rénale chronique. Près de 80 bénévoles (personnels de l’Aurar, du groupe E.Leclerc, patients) ont participé aux opérations de collecte dans les commerces et sur les sites d’animations.

Selon les premières estimations, qui restent à consolider, le bilan des dons s’élève à environ 100 000 euros. "Pour une première, la mobilisation a été remarquable de la part des artistes, des entreprises et du grand public, commente Jean-Max Labonté, président du comité d’organisation. Les gens ont  été très sensibles au message et à la cause. Cela nous encourage à installer durablement la manifestation".

Au moins un Réunionnais sur cinq est touché par les maladies chroniques ODHIR. Un pôle de recherche pluridisciplinaire, basé au Port - qui réunit des médecins de l’Aurar, du CHU, des chercheurs de l’Inserm et du CNRS de Lille - étudie la spécificité de ces pathologies, qui sont trois à quatre fois plus élevées à la Réunion qu’en métropole. Via le fonds de dotation Philancia, les fonds collectés par l’Odhirathon vont directement servir à la poursuite des projets de recherche.

Pour rappel, certains travaux ont déjà abouti à des découvertes prometteuses, notamment l’identification de deux gènes rares responsables de l’insuffisance rénale au sein de deux familles réunionnaises. D’autres résultats sont attendus prochainement pour le diabète.

www.zinfos974.com
Source : zinfos974.com | 2017-07-02 13:25:00.0
Dans le cadre de l'Odhirathon, l'opération Danses en ville aura lieu ce samedi :
Une dizaine d'associations participent à l'opération Danses en ville, ce samedi 1er juillet 2017, dans le cadre de l'ODHIRATHON :
- à Saint-Denis au Jardins du Barachois
- au Port, face à la piscine
- à Saint-Paul, place du débarcadère.

Au programme : salsa, kizomba, country, hip-hop, danses en ligne... plusieurs initiations gratuites seront proposées au public, entre 17 et 22h.

L'occasion de sensibiliser les participants dans une ambiance ludique, et contribuer à la collecte de dons en faveur de la recherche contre les maladies Odhir.

Hier, les associations du Port et de Saint-Paul se sont vues remettre le T-shirt Odhirathon qui sera porté par les professeurs de danse sur scène. Venez les rejoindre nombreux.

----
Pour faire un don :
Par téléphone*, au 0262 406 402, du lundi 26 juin au samedi 1er juillet*
En ligne*, sur le site www.odhirathon.com
Dans les points de collecte : 15 magasins E.Leclerc, 30 stations-service Tamoil, 8 magasins Go Sport et Gémo, 8 agences de la Prudence créole, les agences de la Bred, 150 pharmacies, à la Cité des Arts le soir du concert, sur les 3 sites de Danses en ville. 
En achetant le T-shirt Odhirathon à 15 euros le soir du concert et sur les sites de Danses en ville.  
En participant au Concert à la Cité des Arts

www.zinfos974.com
Source : zinfos974.com | 2017-06-30 08:24:00.0
Les partenaires de l’opération "Danses en ville" à Saint-Paul étaient réunis hier, mercredi 28 juin, dans les jardins de l’Hôtel de ville pour la remise des T-shirts Odhirathon.

Venez rejoindre les associations de danse, ce samedi 1er juillet, place du Débarcadère, de 17 à 20h, pour des initiations gratuites de country, salsa, kizomba, hip- hop, afro jazz, etc. Odhirathon, tous concernés en faveur de la recherche contre les maladies Odhir.

www.zinfos974.com
Source : zinfos974.com | 2017-06-29 12:59:00.0

Dans le cadre de l’Odhiraton, la ville de Saint-Paul accueille ce samedi 1er Juillet la manifestation "Danses en Ville" sur la place de Débarcadère de 17h à 20h.

Événement réunionnais, initié par Philancia, Odhiraton soutient la recherche contre les maladies ODHIR (Obésité, diabète, hypertension, insuffisance rénale chronique) à travers une semaine de mobilisation sur toute l’île. Cette manifestation a pour objectifs d’une part de sensibiliser la population aux problèmes des ODHIR et d’autre part de lever des fonds pour faire progresser la recherche contre ces maladies qui concernent au moins un Réunionnais sur cinq.

Cette prévalence, quatre fois plus élevée qu’en métropole, s’explique entre autres par des facteurs génétiques et environnementaux. Le Pôle de recherche Odhir, ouvert en 2016 par l’Aurar, en collaboration avec l’Inserm et le CNRS de Lille, mène des études pour mieux comprendre l’origine et les spécificités de ces pathologies. Des maladies au départ silencieuses, mais dont les complications peuvent s’avérer invalidantes ou handicapantes.

"Danses en ville" compte parmi les principaux temps fort de cet événement. Le 1er juillet prochain, il y aura donc de l’ambiance sur la place du débarcadère! Place à la danse avec les associations Kor&Grafic, gymnastique volontaire de Plateau Caillou ou encore Kiz 974. Les pas de country, kizomba, salsa, hip-hop ou encore afro-jazz animeront le front de mer de Saint-Paul du côté de la promenade des Canons.
 

Où et comment donner en faveur de l’Odhiration

Par téléphone*, au 0262 406 402, du lundi 26 juin au samedi 1er juillet*

En ligne*, sur le site www.odhirathon.com

Dans les points de collecte : 15 magasins E.Leclerc, 30 stations-service Tamoil, 8 magasins Go Sport et Gémo, 8 agences de la Prudence créole, les agences de la Bred, 150 pharmacies, à la Cité des Arts le soir du concert, sur les 3 sites de Danses en ville.

En achetant le T-shirt Odhirathon à 15 euros le soir du concert et sur les sites de Danses en ville.

En participant au Concert à la Cité des Arts : prix de soutien 25 euros.

*pour les particuliers comme les entreprises, les dons en faveur de Philancia peuvent donner lieu à des réductions d’impôt.
 

Toutes les informations et actualités à retrouver sur le site internet www.odhirathon.com , sur Facebook (page @tousconcernésodhir) et Twitter (@odhirathon_974)


www.zinfos974.com
Source : zinfos974.com | 2017-06-28 08:43:00.0
Cinq grandes manifestations seront organisées à la Halle des Manifestations pendant les vacances. Voici le communiqué :
La Halle des Manifestations du Port organise du 02 juillet au 15 août prochain les « VACANCES A LA HALLE » avec 5 grandes manifestations pour tous :

- Dimanche 02 juillet 2017 de 10h à 18h : BAL LA POUSSIERE
Orchestre BASILIK, bourse aux plantes, Karaoké...
Entrée gratuite
 
- Mercredi 19 juillet 2017 de 09h à 18h : ALLON BOUGÉ AVEC LA HALLE (Journée Sportive)
Démocratiser le ring avec la Team EXPEDITO.
L'éducation par le sport avec l'association Bek la barre, l'OMS et d'autres associations sportives : USPGSA,
Vien Bougé...
Découverte et bien-être avec Mamzel Fit
Entrée gratuite
 
- Samedi 22 juillet 2017 de 19h à 02h : LATINO MANIA PARTY MIX
Soirée tout public mettant à l'honneur les danses latines notamment la salsa, la Kizomba, la semba... Des cours d'initiation sont prévus au cours de la soirée. En partenariat avec l'association Vien Bougé
Entrée 5€ avec soft offert aux 100 premières filles
 
- Dimanche 23 juillet 2017 de 10h à 17h : PIC NIC PARTAGE
Pique-nique ouvert à tous sur fond de Kabar Maloya
Entrée Gratuite
 
- Mardi 15 août 2017 de 09h à 17h : SUPER MARMAILLES PARTY
Journée déguisée dédiée aux enfants avec Structures gonflables, jeux, ferme pédagogique... Organisation d'un concours du meilleur déguisement.
Entrée Gratuite

Restauration possible sur place & Enveloppes surprises sur toutes les manifestations.
 
Sans oublier... Flore & Halle, le rendez-vous incontournable qui se déroulera cette année du 9 au 13 août, avec cette année une belle surprise réservée à tous les visiteurs... À bientôt pour en savoir plus !

www.zinfos974.com
Source : zinfos974.com | 2017-06-27 09:06:00.0
Ils ont eu l'idée dans l'avion qui les ramenait de Croatie vers La Réunion. Il y a quelques mois, Damien Clermidy, Benoît Drean et Fabien Clairenteau ont décidé de créer un événement d'un nouveau genre à La Réunion, alors qu'ils revenaient d'un festival de kizomba.

"Là-bas (en Croatie), ça ne s'arrêtait pas, il y avait perpétuellement des événements, pas seulement le soir, mais aussi en journée, avec des DJ's qui mixent sur les plages", se rappelle Damien. "On a adoré l'ambiance 'détente', qui favorise la sociabilisation. Sur le chemin du retour on s'est dit qu'on pourrait importer ça à La Réunion". De là est né ce qu'ils ont décidé de baptiser "Sensação" - qui signifie "Sensation" en Portuguais, le Portugal ayant servi de point de départ à la propagation de cette danse venue d'Angola en Europe. 

Gratuité et coucher de soleil

Le concept : un événement tous les troisièmes samedis du mois, de 16 heures à 18h30, un lieu qui change au fil des mois, une participation gratuite, et, surtout, un cadre en extérieur agréable avec possibilité d'assister au coucher de soleil. Un cocktail qui séduit de plus en plus de danseurs chaque mois. 

"On a commencé avec une trentaine de personnes, en novembre. La dernière fois, on était environ 75, et on atteindra sûrement la centaine la prochaine fois",
 se réjouit le jeune danseur de 27 ans. Les "kizomberos" ont déjà eu l'occasion de danser sur le port de Saint-Gilles, sur le débarcadère de Saint-Paul, et à proximité d'une rondavelle à Saint-Leu.

Le prochain rendez-vous est donné ce samedi, au port de Saint-Gilles les Bains, pour la seconde fois. Les détails sont délivrés, comme toujours, sur la page Facebook dédiée à l'événement. Les organisateurs ambitionnent par la suite de décliner leur concept directement sur la plage, mais aussi de faire venir mixer des DJ's de La Réunion. 

www.zinfos974.com
Source : zinfos974.com | 2017-06-16 12:06:00.0

Vous pouvez Soumettre un Lien dans cette catégorie