Gregory Isaacs

Instrument :
Styles :

Gregory Isaacs : discographie

Gregory Isaacs - Meets Roy Francis At the Mixing Lab album cover Album : Meets Roy Francis At the Mixing Lab
Année : 2010
Gregory Isaacs - Isaacs Meets Isaac (Gregory Isaacs and King Isaacs) album cover Album : Isaacs Meets Isaac (Gregory Isaacs and King Isaacs)
Année : 2010
Gregory Isaacs - Live 1979 album cover Album : Live 1979
Année : 2009
Gregory Isaacs - Live At The Roxy album cover Album : Live At The Roxy
Année : 2009
Gregory Isaacs - My Kind Of Lady album cover Album : My Kind Of Lady
Année : 2009
Gregory Isaacs - The Originals album cover Album : The Originals
Année : 2009
Gregory Isaacs - Brand New Me album cover Album : Brand New Me
Année : 2008
Gregory Isaacs - Cutie Cutie album cover Album : Cutie Cutie
Année : 2008
Gregory Isaacs - Hold Tight album cover Album : Hold Tight
Année : 2007
Gregory Isaacs - Love Songs (Boxset 3CD) album cover Album : Love Songs (Boxset 3CD)
Année : 2006
Gregory Isaacs - The Past, the Present album cover Album : The Past, the Present
Année : 2006
Gregory Isaacs - Gregory Isaacs Sings Dennis Brown album cover Album : Gregory Isaacs Sings Dennis Brown
Année : 2005
Gregory Isaacs - Live in Bahia Brazil album cover Album : Live in Bahia Brazil
Année : 2005
Gregory Isaacs - Mi Name Gregory album cover Album : Mi Name Gregory
Année : 2005
Gregory Isaacs - Substance Free album cover Album : Substance Free
Année : 2005
Gregory Isaacs - The Table Is Going to Turn album cover Album : The Table Is Going to Turn
Année : 2005
Gregory Isaacs - Masterclass album cover Album : Masterclass
Année : 2004
Gregory Isaacs - Open the Door album cover Album : Open the Door
Année : 2004
Gregory Isaacs - Rat Patrol album cover Album : Rat Patrol
Année : 2004
Gregory Isaacs - Here by Appointment album cover Album : Here by Appointment
Année : 2003
Gregory Isaacs - I Found Love album cover Album : I Found Love
Année : 2002
Gregory Isaacs - It Go Now album cover Album : It Go Now
Année : 2002
Gregory Isaacs - Father and Son album cover Album : Father and Son
Année : 2000
Gregory Isaacs - Private & Confidential album cover Album : Private & Confidential
Année : 2000
Gregory Isaacs - So Much Love album cover Album : So Much Love
Année : 2000
Gregory Isaacs - Heartache Avenue album cover Album : Heartache Avenue
Année : 1999
Gregory Isaacs - New Dance album cover Album : New Dance
Année : 1999
Gregory Isaacs - Rasta Business album cover Album : Rasta Business
Année : 1999
Gregory Isaacs - New Millenium album cover Album : New Millenium
Année : 1999
Gregory Isaacs - Dapper Slapper album cover Album : Dapper Slapper
Année : 1998
Gregory Isaacs - Do Lord album cover Album : Do Lord
Année : 1998
Gregory Isaacs - Kingston 14 Denham Town album cover Album : Kingston 14 Denham Town
Année : 1998
Gregory Isaacs - Live At The Maritime Hall album cover Album : Live At The Maritime Hall
Année : 1998
Gregory Isaacs - Cool Down album cover Album : Cool Down
Année : 1997
Gregory Isaacs - Dance Curfew album cover Album : Dance Curfew
Année : 1997
Gregory Isaacs - Enough Is Enough album cover Album : Enough Is Enough
Année : 1997
Gregory Isaacs - Yesterday album cover Album : Yesterday
Année : 1997
Gregory Isaacs - Mr. Cool album cover Album : Mr. Cool
Année : 1996
Gregory Isaacs - Dem Talk Too Much album cover Album : Dem Talk Too Much
Année : 1995
Gregory Isaacs - Dreaming album cover Album : Dreaming
Année : 1995
Gregory Isaacs - Lady Of Your Calibre album cover Album : Lady Of Your Calibre
Année : 1995
Gregory Isaacs - Memories album cover Album : Memories
Année : 1995
Gregory Isaacs - Mr Love album cover Album : Mr Love
Année : 1995
Gregory Isaacs - Not A One Man Thing album cover Album : Not A One Man Thing
Année : 1995
Gregory Isaacs - Private Lesson album cover Album : Private Lesson
Année : 1995
Gregory Isaacs - Set Me Free album cover Album : Set Me Free
Année : 1995
Gregory Isaacs - Two Time Loser album cover Album : Two Time Loser
Année : 1995
Gregory Isaacs - Blood Brothers album cover Album : Blood Brothers
Année : 1994
Gregory Isaacs - Come Closer album cover Album : Come Closer
Année : 1994
Gregory Isaacs - Dance Hall Don album cover Album : Dance Hall Don
Année : 1994
Gregory Isaacs - Holding Me Captive album cover Album : Holding Me Captive
Année : 1994
Gregory Isaacs - Mek Me Prosper album cover Album : Mek Me Prosper
Année : 1994
Gregory Isaacs - Midnight Confidential album cover Album : Midnight Confidential
Année : 1994
Gregory Isaacs - My Poor Heart album cover Album : My Poor Heart
Année : 1994
Gregory Isaacs - Over the Bridge album cover Album : Over the Bridge
Année : 1994
Gregory Isaacs - Absent album cover Album : Absent
Année : 1993
Gregory Isaacs - I Am Gregory album cover Album : I Am Gregory
Année : 1993
Gregory Isaacs - Maximum Respect album cover Album : Maximum Respect
Année : 1993
Gregory Isaacs - Unlocked album cover Album : Unlocked
Année : 1993
Gregory Isaacs - Can't Stay Away album cover Album : Can't Stay Away
Année : 1992
Gregory Isaacs - Feature Attraction album cover Album : Feature Attraction
Année : 1992
Gregory Isaacs - Gregory Isaacs and Dance Hall DJ's album cover Album : Gregory Isaacs and Dance Hall DJ's
Année : 1992
Gregory Isaacs - Hardcore album cover Album : Hardcore
Année : 1992
Gregory Isaacs - No surrender album cover Album : No surrender
Année : 1992
Gregory Isaacs - Pardon Me album cover Album : Pardon Me
Année : 1992
Gregory Isaacs - At The Mixing Lab album cover Album : At The Mixing Lab
Année : 1991
Gregory Isaacs - Boom Shot album cover Album : Boom Shot
Année : 1991
Gregory Isaacs - Cooyah ! album cover Album : Cooyah !
Année : 1991
Gregory Isaacs - No Intention album cover Album : No Intention
Année : 1991
Gregory Isaacs - Past and Future album cover Album : Past and Future
Année : 1991
Gregory Isaacs - State of Shock album cover Album : State of Shock
Année : 1991
Gregory Isaacs - Call Me Collect album cover Album : Call Me Collect
Année : 1990
Gregory Isaacs - Dancing floor album cover Album : Dancing floor
Année : 1990
Gregory Isaacs - Consequence album cover Album : Consequence
Année : 1989
Gregory Isaacs - I.O.U. album cover Album : I.O.U.
Année : 1989
Gregory Isaacs - Let's Go Dancing album cover Album : Let's Go Dancing
Année : 1989
Gregory Isaacs - No Contest album cover Album : No Contest
Année : 1989
Gregory Isaacs - Warning album cover Album : Warning
Année : 1989
Gregory Isaacs - Come Along album cover Album : Come Along
Année : 1988
Gregory Isaacs - Red Rose For Gregory album cover Album : Red Rose For Gregory
Année : 1988
Gregory Isaacs - Watchman of the City album cover Album : Watchman of the City
Année : 1988
Gregory Isaacs - Encore album cover Album : Encore
Année : 1987
Gregory Isaacs - Talk Don't Bother Me album cover Album : Talk Don't Bother Me
Année : 1987
Gregory Isaacs - Victim album cover Album : Victim
Année : 1987
Gregory Isaacs - All I Have Is Love album cover Album : All I Have Is Love
Année : 1986
Gregory Isaacs - Double Dose album cover Album : Double Dose
Année : 1986
Gregory Isaacs - Private Beach Party album cover Album : Private Beach Party
Année : 1985
Gregory Isaacs - Easy album cover Album : Easy
Année : 1984
Gregory Isaacs - Judge Not album cover Album : Judge Not
Année : 1984
Gregory Isaacs - Live At The Academy album cover Album : Live At The Academy
Année : 1984
Gregory Isaacs - Out Deh! album cover Album : Out Deh!
Année : 1983
Gregory Isaacs - Mr. Isaacs album cover Album : Mr. Isaacs
Année : 1982
Gregory Isaacs - Night Nurse album cover Album : Night Nurse
Année : 1982
Gregory Isaacs - More Gregory album cover Album : More Gregory
Année : 1981
Gregory Isaacs - For Everyone album cover Album : For Everyone
Année : 1980
Gregory Isaacs - Showcase album cover Album : Showcase
Année : 1980
Gregory Isaacs - The Lonely Lover album cover Album : The Lonely Lover
Année : 1980
Gregory Isaacs - Gregory Isaacs Meets Ronnie Davis album cover Album : Gregory Isaacs Meets Ronnie Davis
Année : 1979
Gregory Isaacs - Lonely Days album cover Album : Lonely Days
Année : 1979
Gregory Isaacs - Soon Forward album cover Album : Soon Forward
Année : 1979
Gregory Isaacs - Cool Ruler album cover Album : Cool Ruler
Année : 1978
Gregory Isaacs - Slum In Dub album cover Album : Slum In Dub
Année : 1978
Gregory Isaacs - The Best Of Gregory Isaacs album cover Album : The Best Of Gregory Isaacs
Année : 1978
Gregory Isaacs - Two Bad Superstars album cover Album : Two Bad Superstars
Année : 1978
Gregory Isaacs - Extra Classic album cover Album : Extra Classic
Année : 1977
Gregory Isaacs - Gregory Isaacs/In Person album cover Album : Gregory Isaacs/In Person
Année : 1974
Gregory Isaacs - Greatest And Latest album cover Album : Greatest And Latest
Gregory Isaacs - Gregory Isaacs - Live in France album cover Album : Gregory Isaacs - Live in France
Gregory Isaacs - One Man Against The World - Best Of album cover Album : One Man Against The World - Best Of
Gregory Isaacs - The Prime of Gregory Isaacs album cover Album : The Prime of Gregory Isaacs
Gregory Isaacs - Ultimate Collection album cover Album : Ultimate Collection
Gregory Isaacs - Willow Tree album cover Album : Willow Tree

Actualité de Gregory Isaacs

Aujourd'hui, 10 mai, est la Journée commémorative du souvenir de l'esclavage et de son abolition. On vous propose de vous plonger dans 10 titres de la culture reggae essentiels quand il s'agit d'aborder ce thème sombre de l'histoire humaine et cher aux valeurs que porte cette musique. Burning Spear - Slavery DaysIl s'agit du deuxième morceau de Burning Spear produit par Jack Ruby. Le premier étant Marcus Garvey, voilà deux hits enchaînés coup sur coup et qui aboutiront carrément à l'album mythique Marcus Garvey. Slavery Days incarne parfaitement la musique de Spear : des sonorités africaines, des cuivres entêtants, une voix perçante, des lyrics simples et un engagement sans faille pour la cause noire. "Vous souvenez-vous de l'époque de l'esclavage ?" nous demande l'artiste sur un riddim joué par les Black Disciples avec notamment Earl "Chinna" Smith et Robbie Shakespeare. Aujourd'hui, c'est l'occasion ou jamais de s'en souvenir... Culture - Too Long In Slavery"Cela a duré trop longtemps" se plaint Joseph Hill sur ce titre de 1979 qui figure sur l'album mythique "International Herb". Culture interprètera même cette chanson dans l'une des fameuses John Peel Sessions sur la BBC et "Too Long In Slavery" deviendra le titre d'un best of du groupe sorti en 1990 chez Virgin. Peter Tosh - 400 YearsPeter Tosh aborde notamment le sujet de l'esclavage avec justesse dans le célèbre 400 Years crédité à Bob Marley et The Wailers sur l'album Catch A Fire en 1973, le premier de la carrière du groupe produit par Chris Blackwell. Si l'album, et donc cette chanson, sont crédités à Bob Marley et The Wailers c'est parce que le producteur a déjà compris que Bob serait la vraie star de ce groupe. Mais c'est bien Peter Tosh qui s'illustre sur ce morceau essentiel de la discographie du groupe dont la version originale date en fait de 1970, trois avant la parution de la version roots sur l'album Catch A Fire. The Abyssinians - Declaration of RightsProduit par Coxsone en 1976 et paru sur le mythique album Satta Massa Gana, Declaration Of Rights est un véritable hymne pour la diaspora africaine. Les voix des Abyssinians respirent la souffrance endurée par le peuple noir durant les 400 ans d'esclavage menés par le système colonial. Les harmonies sont parfaites et la voix de Bernard Collins, tremblante, ne peut laisser personne indifférent. "Get up and fight for your rights, my brothers..." Sans oublier bien setucirc;r, les quelques autres classiques suivants : Bob Marley - Get Up Stand Up Junior Byles - A Place Called Africa The Mighty Diamonds - Africa Gregory Isaacs - Slave Master Il ne faut pas non plus oublier les morceaux dénonçant l'esclavage moderne que subit l'homme dans nos sociétés actuelles, l'esclavage mental imposé par Babylon :Busy Signal - Modern Day SlaveryKabaka Pyramid - Never Gonna Be A Slave
Source : reggae.fr | 2019-05-10 02:00:00.0
Aujourd'hui 8 mars, journée internationale des droits des femmes, Reggae.fr met à l'honneur le reggae féminin ! Il n'est pas rare d'entendre que la gent féminine se fait discrète dans le reggae, mais nombreux sont les exemples qui nous feront mentir... Combien de hits ont été signés par des femmes ? Notre Top 10 vous fera prendre conscience de la place importante que tiennent les chanteuses dans ce milieu toujours très masculin qu'est le reggae. Et rendez-vous ce soir pour une sélection spéciale artistes féminines sur notre Webradio de 18h à 20h.Millie Small - My Boy LollipopMy Boy Lollipop est tout simplement le premier morceau jamaïcain à avoir du succès à l'étranger. Et c'est une femme qui en l'interprète ! Après avoir enregistré quelques morceaux pour Coxsone à Yard, Millie Small part s'installer à Londres. Arrivée là-bas, elle enregisre ce titre en 1964 qui devient immédiatement un tube sur l'île britannique. Le rythme, qu'on appelle blue beat, est un des prémisces du ska. Premier succès pour la musique jamaïcaine et pour le label Island... Vous connaissez la suite !Phyllis Dillon - Don't Stay AwayLe rocksteady a sans doute été la période où les artistes féminines furent le plus sur le devant de la scène en Jamaïque. Avec des chanteuses comme Nora Dean, Marcia Griffiths, Doreen Shaffer, Joya Landis, The Soulettes ou The Gaylettes, les chansons d'amour prenaient une autre dimension. Phyllis Dillon, elle, pleure le départ de son âme-soeur sur un riddim rocksteady absolument incontournable composé et joué par Tommy McCook et The Supersonics. Don't Stay Away sort en 1967 sur le label Treasure Isle de Duke Reid. Il s'agit du premier morceau original enregistré par Phyllis Dillon, jusqu'ici cantonnée à des reprises de standards américians comme Make Me Yours de Bettye Swann ou Love the One You're With de Stephen Phills. Elle n'est pourtant âgée que de 19 ans quand ce titre sort. Propulsée au sommet des charts, Phyllis fera cependant une courte carrière qu'elle arrêtera an 1971.Marcia Griffiths - Feel Like JumpingEnregistré en 1968 à Studio One, Feel Like Jumping est le premier hit de Marcia, qui deviendra plus tard membre des I-Threes, les choristes de Bob Marley. Le riddim vous dit quelque chose ? Normal, il s'agit du Boops Riddim, plus connu sous le nom de 54-46, celui-là même du tube de Toots and the Maytals... Toujours active aujourd'hui, Marcia Griffiths est considérée comme la Reine incontestée du reggae !Nora Dean - Barbwire"L'autre jour, j'ai rencontré ce type qui avait du barbelé dans son slip..." Nora Dean raconte l'histoire d'une jeune fille draguée par un jeune homme un peu trop entreprenant. Mais elle ne se désarme pas, le frappe à la tête et court vers sa mère en l'appelant au secours : "Oh Mama, ma ma ma !" C'est précisément ce gimmick qui a rendu le titre populaire. Nora Dean aura eu une carrière éclair, presque inaperçue si ce titre de 1969 produit par Duke Reid n'était pas sorti. Elle est connue pour ses titres grivois et celui-ci façonnera d'autant plus sa réputation. Un titre sorti en 1969 qui préfigure en quelque sorte le slackness d'aujourd'hui...Althea et Donna - Uptown Top RankingL'une des chansons reggae les plus connues au monde. Elle a été reprise des dizaines de fois, figure dans des films, des jeux vidéos, des séries... A sa sortie, en 1977, le titre fait l'effet d'une bombe en Angleterre. Uptown Top Ranking se classe immédiatement au top des charts faisant des deux adolescentes Althea et Donna les plus jeunes femmes à être entrées dans les charts anglais. Elles n'ont en effet que 18 ans quand elles enregistrent ce morceau pour Joe Gibbs. Le riddim est en fait un recut de l'instru de 1967, I'm Still In Love d'Alton Ellis. Althea et Donna répondent dans cette chanson au deejay Trinity qui avait enregsitré Three Piece Suit sur le même riddim deux ans auparavant.Judy Mowatt - Black Woman"Black woman, to you I dedicate my song". Une chanson par une femme pour les femmes ! Judy Mowatt est une ancienne Gaylettes quand elle se lance dans sa carrière solo au début des années 70. Il faudra pourtant attendre qu'elle intègre un autres trio - les I-Threes aux côtés de Marcia Griffiths et Rita Marley - pour que ses titres solos retentissent. Black Woman est l'un de ses morceaux les plus réussis. Titre éponyme du premier album reggae d'une artiste féminine en solo (produit par elle-même de surcroit !), il véhicule une émotion que l'on sent plus que sincère exprimée d'une voix soul irrésistible et servie par un riddim de toute beauté.Lady G - Nuff RespectPosé en 1988 sur le puissant Rumours Riddim de Gussie Clark, sur lequel on retrouve notamment le terrible tune du même nom de Gregory Isaacs, Nuff Respect est un titre osé pour cette époque où les femmes étaient très rares dans le milieu de la musique en Jamaïque, et encore plus dans le dancehall. Lady G se lève pour les droits des femmes et réclame haut et fort qu'on leur montre du respect avec un flow deejay précis et un accent jamaïcain irrésistible. Le tune a même droit à un clip dans le pure style 80's avec les coupes de cheveux et les tenues vestimentaires qui vont avec. A l'écoute de ce titre, on ne voit qu'une chose simple à dire : Nuff respect to yuh Lady G !Dawn Penn - No No No (You Don't Love Me)Classique parmi les classiques ! Beaucoup connaissent ce tune de Dawn Penn, mais peu savent qu'il est inspiré de deux morceaux américains. No No No reprend en effet des paroles et quelques éléments musicaux du titre You Don't Love Me enregistré par Willie Cobbs en 1961 et lui-même inspiré du titre She's Fine She's Mine de Bo Diddley qui date lui de 1955. Comme le producteur Coxsone voyageait souvent aux Etats-Unis pour ramener des disques, il n'était pas rare dans les années 60 que certains titres enregistrés en Jamaïque soient des reprises de rythm and blues américain. Ce No No No en fait donc partie. Enregistré d'abord chez Studio One en 1967 sur un riddim rocksteady (sur lequel Prince Jazzbo livrera un superbe cut deejay), il devint un tube planétaire en 1994 quand Steely et Clevie eurent la bonne idée de faire reposer Dawn Penn sur une version plus moderne (qui aura même droit à son clip). Depuis, le célèbre "No No No" a été samplé et repris des dizaines de fois par des artistes américains tels que Rihanna ou Beyoncé. Parti des States et revenu aux States... La boucle est bouclée !Tany Stephens - It's a PityL'adultère est souvent encouragé dans la musique jamaïcaine moderne. Les artistes de dancehall, qu'ils soient masculins ou féminins, n'hésitent pas à se vanter de multiplier les conquêtes ces derniers temps. Mais en 2004, une chanteuse de dancehall connue pour son côté sulfureux ose aborder le sujet d'une manière différente. It's a Pity est LE hit incontournable de Tanya Stephens. Plutôt habituée au dancehall à l'époque, elle se pose enfin sur un riddim 100% reggae particulièrement chaloupant. Il s'agit du Doctor's Darling Riddim, un énorme recut du Night Nurse de Gregory Isaacs, joué par le groupe allemand Seeed. Sur la version, Tanya raconte une histoire d'amour impossible entre deux amants déjà pris. Mais au lieu d'inciter au passage à l'acte, la chanteuse jamaïcaine clôture la chanson avec sagesse et aucun des deux ne sautent le pas ! Comme quoi, on peut faire des hits en restant moral...Queen Ifrica - DaddyVoilà un titre devenu culte dès sa sortie. Posé en 2007 sur le 83 Riddim de Kemar 'Flava' McGregor pour son label No Doubt, Daddy n'est peut-être pas le tune de Queen Ifrica le plus percutant musicalement parlant, mais c'est sans aucun doute le plus marquant au niveau de l'écriture. La chanteuse ose briser les tabous et dénonce l'inceste et les abus sexuels sur les enfants dans un plaidoyer bretucirc;lant et magnifiquement écrit. Elle se met à la place d'une jeune fille abusée et livre des lyrics touchants : "Les longues douches que je prends ne lavent pas mes souvenirs." Contre toute attente, la chanson se classera rapidement en haut des charts en Jamaïque, malgré les différentes tentatives de censure. Et le tune sera même soutenu par l'UNICEF qui engagera Queen Ifrica pour quelques concerts en faveur des enfants maltraités. L'exemple parfait d'un reggae conscient et militant !
Source : reggae.fr | 2019-03-08 01:00:00.0
Nous vous avions présenté dernièrement les soirées Sundub, rassemblements du dimanche en terres bordelaises. Nous faisons à nouveau " quelques " kilomètres pour vous faire découvrir l'ambiance des chaleureux Dubmingo au coeur de la capitale espagnole.Cet événement est devenu un immanquable des adaptes madrilènes de dub sessions. Au point de leur faire rebaptiser le nom du club Rock Palace en Roots Palace. Organisés depuis 2015 par Gudaridub, nom bien connu de la communauté sound system culture ibérique pour ses multiples passages au Rototom ainsi qu'à l'emblématique IDG au mois d'avril et son label Gudaridud Records, les Dubmingo sont avant tout des évènements dédiés à diffuser les productions internationales en invitant à chaque édition des noms emblématiques tout en appuyant aussi les nouveaux projets. C'est cette dimension conviviale dans un club assez petit et cosy qui permet le partage entre grands noms et artistes de Madrid ou d'ailleurs. Débutants, passionnés, artistes déjà en place, tous sont les bienvenus pour proposer le temps d'un set leur univers et leurs meilleures sélections. Depuis ses débuts, la Dubmingo family ne cesse de croître et de faire des rencontres. L'aventure débuta non loin du club actuel dans le quartier multiculturel, coloré et populaire de Lavapies aux côtés de Jah Vibes, Ras Jahgec, Roots Creator, les locaux madrilènes Nu School Steppas et Mas Jahma Sound ou bien encore Irie Papo. De la partie : des Espagnols tels que Burian Fyah, Cherry Dub, Iseo et Dodosound, Chronic Sound, Afrikan Warriors et The Emeterians mais aussi des invités de marque venus d'ailleurs comme les Portugais Real Rockers, Warriors Of Dub from Argentina, DJ Vadim ou Kai Wadada de la Wadada Sound System Family tout droit venu des îles grecques. Et enfin sur les dernières éditions les Ital Roots et Equal Brothers.Nous étions donc à Madrid le 17 février dernier pour la 75ème édition des Dubmingos. Ouverture des portes dès 17H avec encore les derniers préparatifs, réglages et où une ambiance de fin de journée dominicale se fait sentir. C'est davantage sur les coups de 20H que Gudaridub se met réellement en place avec le morceau de Prince David Evil Fe Burn et propose des tunes de plus en plus dansants pour réchauffer la foule qui s'agrandit peu à peu prête à entamer la soirée qui ne se terminera que quatre heures plus tard.Après son set il est temps pour Miky Gudaridub de faire les présentations des tant attendus Mafia and Fluxy. Les deux frères Leroy " Mafia " et Dave " Fluxy " arrivés de Londres sont en effet les invités pour cette édition. Passionnés de reggae depuis leur tendre adolescence et bercés par le rêve de devenir un jour de grands producteurs, ils débutèrent en formant un petit groupe de lycée avant de poursuivre comme ils savent le faire le mieux : à deux, unis et soudés. A force de persévérance et de passion, ils sont heureux de pouvoir compter aujourd'hui Santana, Gregory Isaacs, Sugar Minott, Anthony B ou Luciano dans la liste des grands noms internationaux avec qui ils eurent le plaisir de travailler.En guise d'introduction, un premier remake melodica et violon de World A Reggae d'Ini Kamoze. Il sera suivi de Richman Poorman qui ouvre ainsi bien le bal. Les Mafia et Fluxy annoncent donc tous sourires le ton de la soirée. Ce sera un retour sur les grands classiques, une soirée spécialement tournée vers le roots mais avec quelques touches dancehall et rub a dub pour venir bousculer la foule toujours au bon moment ! Un beau pull up sur Denis Brown vient enflammer les massives qui reprennent très vite leurs danses rythmées par le titre Old Marcus Garvey du grand Burning Spear.Le titre Licky Licky du dernier album Repatriation de King Kong fraîchement sorti en 2018 vient pimenter la sélection avant de poursuivre avec le premier moment de complicité entre artistes de la soirée. C'est Mary Jane du groupe Emeterians, Madrilènes expatriés à Londres, qui vient envahir la salle de sa chaleureuse voix sur une belle impro et ses envoetucirc;tants "sunshine of my life " repris par Leroy " Mafia ".Les percussions et cuivres entraînants de la version dub du conscient titre de Sugar Minott et quelques titres de Richie Spice, Jah Shaka ou bien encore Buju Banton viennent remuer la foule qui retrouve ensuite une note de douceur avec un dubplate du Mash Down Rome de Michael Prophet qui subit deux violents pull ups rassemblant la foule qui brandit alors ses lighters. Les deux frères en sont déjà à presque deux heures de set lorsqu'ils laissent place à la Dubmingo Family pour quelques freestyles. Ils invitent à nouveau un membre des Emeterians, Mister Brother Wildman, la Madrilène Sista Cheka vient elle aussi poser son flow sur un riddim rub a dub. C'est ensuite au tour d'un autre invité, non des moindres, Yeyo Pérez, un grand warrior de la scène madrilène, de prendre le micro et de contribuer, avec son flow et son énergie inépuisables, à rendre l'ambiance de plus en plus bouillante dans le petit club madrilène.La fin de soirée se fait sentir après ces grands moments de complicité intense entre artistes. Mafia and Fluxy annoncent peu à peu les derniers tunes et se font un plaisir avec une série de pull ups pour faire durer la soirée sur un dernier son de Lenn Hammond.Les derniers sourires et poignées de mains s'échangent avant que les massives ne se dirigent vers la sortie du Rock Palace en se languissant déjà d'être au prochain Dubmingo.Afin de ne pas oublier le reste des addicts espagnols, les sessions se déplacent désormais à Valencia, Lugo, Cordoba, Santiago de Compostela et depuis déjà 3 éditions à Saint-Sébastien permettant même aux addicts de l'Hexagone de s'offrir une session et un périple espagnol pour terminer la semaine !
Source : reggae.fr | 2019-03-03 01:00:00.0
Kingston. Le coeur de la Jamaïque. Capitale économique, politique, culturelle, touristique et bien setucirc;r musicale de l'île, la ville concentre tout. Les artistes le disent tous : impossible de faire carrière sans aller à Kingston. Située au sud-est de la Jamaïque, elle est ouverte sur le monde grâce à son port. Sa richesse culturelle et sa réputation de ville dangereuse alimentent tous les fantasmes et les artistes reggae et dancehall ont bien setucirc;r dépeint la capitale sous toutes ses coutures. Petit tour d'horizon avec notre top 10 des titres consacrés à Kingston. Retrouvez cette sélection et bien d'autres morceaux ce jeudi de 19h à 20h sur la webradio Reggae.fr !Lord Creator - Kingston TownLes étrangers sont souvent bien placés pour déclarer leur amour pour une ville. En 1970, c'est le Trinidadien Lord Creator qui s'en charge avec un rocksteady langoureux qu'on croirait écrit pour une femme. Installé en Jamaïque depuis la fin des années 50, Creator connaît bien cette ville et nous en dévoile toute la magie nocturne sur ce titre produit par Clancy Eccles et repris 20 ans plus tard par les Anglais UB40 qui en firent un hit international.Toots and the Maytals - Funky KingstonQui a dit que Kingston était uniquement une ville reggae ? La capitale jamaïcaine est avant tout une ville de black music, longtemps influencée par les standards américains des années 30, 40 et 50. Funky Kingston, l'un des titres phares de la carrière de Toots and The Maytals, témoigne de cet héritage. Il y a du James Brown dans la voix de Toots Hibbert sur cette chanson parue sur l'album du même nom en 1972. D'ailleurs, l'opus en question renferme des reprises de Richard Berry, Ike Turner et Shep and The Limelites, d'illustres artistes de rythm and blues américain. Personne ne peut résister à l'appel à la danse que crée Funky Kingston et la montée en puissance du titre avec les onomatopées de Toots ne laisse personne indifférent.Bob Marley - Trenchtown RockKingston est composée de 20 arrondissements et de nombreux quartiers dont les noms résonnent dans les oreilles des passionnés de musique jamaïcaine. Tivoli Gardens, Cross Roads, Waterhouse, Red Hills, Maxfield... Et le plus connu d'entre eux : Trenchtown, situé dans le 12ème arrondissement de Kingston ; celui-là même où le reggae roots prend ses racines, le quartier qui a vu naître la légende Bob Marley. Installé sur place depuis ses 12 ans, c'est là que le futur Roi du reggae apprend la vie et la musique. Il y fait référence sur ce titre qui renferme l'une des punchlines les plus connues de sa carrière : "One good thing about music, when it hits you feel no pain." Michigan et Smiley - Kingston 13Après Kingston 12 vient Kingston 13, un autre quartier où la vie n'était pas facile. En 1985, le duo de deejays Michigan et Smiley décrivent la dure réalité du ghetto sur le Shank I Shek Riddim de leur phrasé plutôt jovial contrastant avec leurs paroles noires.Gregory Isaacs - Kingston 14Et après Kingston 13, vient Kingston 14. Cette fois c'est Gregory Isaacs qui parle de l'arrondissement de Denham Town. Et sa description n'en est pas moins lugubre : "Saturday ah carnival, sunday ah funeral" (le samedi on fête le carnaval, le dimanche on assiste aux funérailles). Un titre des années 90 qui eut droit à deux version différentes. Une pour le label Universal Noiz et une autre mixée par Bobby Digital dispo sur l'album Happy As a King. Mais la version la plus émouvante reste celle réinterprétée par le Cool Ruler lui-même dans le film Made in Jamaica du Français Jérôme Laperoussaz en 2006. Isaacs déroule les paroles d'une nonchalance glaçante, dans la rue, assistant au défilé d'un cortège funèbre suivant un corbillard. Josey Wales - Kingston HotA Kingston c'est chaud ! On l'a bien compris. Les gunmen s'affrontent à tout va et les rude-boys terrorisent habitants et touristes. Josey Wales chante la tension qui règne sur la capitale jamaïcaine en 1982 en posant son toast sur le mythique Answer Riddim.Cocoa Tea et Ninjaman - Kingston Hot AgainKingston Hot, Cocoa Tea le chantait aussi dans les années 80. "C'est pas une blague, partout où tu vas les balles fusent." Il enfonce le clou en enregistrant une nouvelle version de son titre aidé du deejay Ninjaman (aujourd'hui emprisonné à vie pour meurtre !). Le tune sort sur le label Volcano et est produit par Junjo Lawes, lui non plus pas connu pour être un enfant de choeur. Toute la contradiction de la musique jamaïcaine !Alborosie - Kingston TownSur ce tune ô combien puissant, Alborosie parle de la capitale jamaïcaine comme personne. Lui qui s'y est installé plusieurs années auparavant parvient à retransmettre l'ambiance de la ville en quelques mots : la chaleur, la musique, l'obscurité, la tension, la violence, la ganja, les filles... Tout y est narré à la perfection sur une superbe adaptation moderne de l'instru When I Fall In Love de Ken Boothe (quasiment méconnaissable tant elle est bien remaniée). L'île toute entière avait été dépeinte à merveille par Damian Marley et son hit Welcome To Jamrock ; Alborosie a fait au moins aussi bien pour Kingston !Protoje - Kingston Be WiseProtoje aussi aime faire du neuf avec du vieux. Nombreux sont les riddims anciens qu'il a recyclés sur ses trois albums, parfois avec une telle subtilité qu'on peine à les reconnaître. Ce Kingston Be Wise, hit de 2012 produit par Don Corleon, est beaucoup plus assumé puisque Protoje va même jusqu'à citer l'auteur du titre original England Be Nice (Ini Kamoze) dans ses paroles. Là ou Ini Kamoze réclamait du respect de la part de l'Angleterre pour l'apport culturel de la Jamaïque au Royaume de Sa Majesté, Protoje appelle au calme et à la sagesse dans la capitale jamaïcaine.Dre Island - My CityKingston, une source d'inspiration inépuisable. Ce titre tout récent, sorti à la fin de l'année 2018, dépeint un portrait bien sombre de la capitale jamaïcaine. Mais Dre Island ne peut pas s'empêcher d'aimer sa ville malgré ses parts d'ombre : "Mi from a place where love is sweet and give you heart attack" (Je viens d'un endroit où l'amour est pur mais te file une crise cardiaque).
Source : reggae.fr | 2019-02-21 01:00:00.0