Gregory Isaacs

Instrument :
Styles :

Gregory Isaacs : discographie

Gregory Isaacs - Meets Roy Francis At the Mixing Lab album cover Album : Meets Roy Francis At the Mixing Lab
Année : 2010
Gregory Isaacs - Isaacs Meets Isaac (Gregory Isaacs and King Isaacs) album cover Album : Isaacs Meets Isaac (Gregory Isaacs and King Isaacs)
Année : 2010
Gregory Isaacs - Live At The Roxy album cover Album : Live At The Roxy
Année : 2009
Gregory Isaacs - My Kind Of Lady album cover Album : My Kind Of Lady
Année : 2009
Gregory Isaacs - The Originals album cover Album : The Originals
Année : 2009
Gregory Isaacs - Live 1979 album cover Album : Live 1979
Année : 2009
Gregory Isaacs - Cutie Cutie album cover Album : Cutie Cutie
Année : 2008
Gregory Isaacs - Brand New Me album cover Album : Brand New Me
Année : 2008
Gregory Isaacs - Hold Tight album cover Album : Hold Tight
Année : 2007
Gregory Isaacs - Love Songs (Boxset 3CD) album cover Album : Love Songs (Boxset 3CD)
Année : 2006
Gregory Isaacs - The Past, the Present album cover Album : The Past, the Present
Année : 2006
Gregory Isaacs - Mi Name Gregory album cover Album : Mi Name Gregory
Année : 2005
Gregory Isaacs - The Table Is Going to Turn album cover Album : The Table Is Going to Turn
Année : 2005
Gregory Isaacs - Live in Bahia Brazil album cover Album : Live in Bahia Brazil
Année : 2005
Gregory Isaacs - Substance Free album cover Album : Substance Free
Année : 2005
Gregory Isaacs - Gregory Isaacs Sings Dennis Brown album cover Album : Gregory Isaacs Sings Dennis Brown
Année : 2005
Gregory Isaacs - Masterclass album cover Album : Masterclass
Année : 2004
Gregory Isaacs - Open the Door album cover Album : Open the Door
Année : 2004
Gregory Isaacs - Rat Patrol album cover Album : Rat Patrol
Année : 2004
Gregory Isaacs - Here by Appointment album cover Album : Here by Appointment
Année : 2003
Gregory Isaacs - It Go Now album cover Album : It Go Now
Année : 2002
Gregory Isaacs - I Found Love album cover Album : I Found Love
Année : 2002
Gregory Isaacs - Father and Son album cover Album : Father and Son
Année : 2000
Gregory Isaacs - Private & Confidential album cover Album : Private & Confidential
Année : 2000
Gregory Isaacs - So Much Love album cover Album : So Much Love
Année : 2000
Gregory Isaacs - Heartache Avenue album cover Album : Heartache Avenue
Année : 1999
Gregory Isaacs - New Dance album cover Album : New Dance
Année : 1999
Gregory Isaacs - Rasta Business album cover Album : Rasta Business
Année : 1999
Gregory Isaacs - New Millenium album cover Album : New Millenium
Année : 1999
Gregory Isaacs - Live At The Maritime Hall album cover Album : Live At The Maritime Hall
Année : 1998
Gregory Isaacs - Dapper Slapper album cover Album : Dapper Slapper
Année : 1998
Gregory Isaacs - Kingston 14 Denham Town album cover Album : Kingston 14 Denham Town
Année : 1998
Gregory Isaacs - Do Lord album cover Album : Do Lord
Année : 1998
Gregory Isaacs - Enough Is Enough album cover Album : Enough Is Enough
Année : 1997
Gregory Isaacs - Yesterday album cover Album : Yesterday
Année : 1997
Gregory Isaacs - Cool Down album cover Album : Cool Down
Année : 1997
Gregory Isaacs - Dance Curfew album cover Album : Dance Curfew
Année : 1997
Gregory Isaacs - Mr. Cool album cover Album : Mr. Cool
Année : 1996
Gregory Isaacs - Private Lesson album cover Album : Private Lesson
Année : 1995
Gregory Isaacs - Dem Talk Too Much album cover Album : Dem Talk Too Much
Année : 1995
Gregory Isaacs - Mr Love album cover Album : Mr Love
Année : 1995
Gregory Isaacs - Set Me Free album cover Album : Set Me Free
Année : 1995
Gregory Isaacs - Dreaming album cover Album : Dreaming
Année : 1995
Gregory Isaacs - Lady Of Your Calibre album cover Album : Lady Of Your Calibre
Année : 1995
Gregory Isaacs - Two Time Loser album cover Album : Two Time Loser
Année : 1995
Gregory Isaacs - Not A One Man Thing album cover Album : Not A One Man Thing
Année : 1995
Gregory Isaacs - Memories album cover Album : Memories
Année : 1995
Gregory Isaacs - My Poor Heart album cover Album : My Poor Heart
Année : 1994
Gregory Isaacs - Come Closer album cover Album : Come Closer
Année : 1994
Gregory Isaacs - Midnight Confidential album cover Album : Midnight Confidential
Année : 1994
Gregory Isaacs - Dance Hall Don album cover Album : Dance Hall Don
Année : 1994
Gregory Isaacs - Blood Brothers album cover Album : Blood Brothers
Année : 1994
Gregory Isaacs - Mek Me Prosper album cover Album : Mek Me Prosper
Année : 1994
Gregory Isaacs - Over the Bridge album cover Album : Over the Bridge
Année : 1994
Gregory Isaacs - Holding Me Captive album cover Album : Holding Me Captive
Année : 1994
Gregory Isaacs - Maximum Respect album cover Album : Maximum Respect
Année : 1993
Gregory Isaacs - I Am Gregory album cover Album : I Am Gregory
Année : 1993
Gregory Isaacs - Absent album cover Album : Absent
Année : 1993
Gregory Isaacs - Unlocked album cover Album : Unlocked
Année : 1993
Gregory Isaacs - Pardon Me album cover Album : Pardon Me
Année : 1992
Gregory Isaacs - Hardcore album cover Album : Hardcore
Année : 1992
Gregory Isaacs - Gregory Isaacs and Dance Hall DJ's album cover Album : Gregory Isaacs and Dance Hall DJ's
Année : 1992
Gregory Isaacs - Can't Stay Away album cover Album : Can't Stay Away
Année : 1992
Gregory Isaacs - Feature Attraction album cover Album : Feature Attraction
Année : 1992
Gregory Isaacs - No surrender album cover Album : No surrender
Année : 1992
Gregory Isaacs - Past and Future album cover Album : Past and Future
Année : 1991
Gregory Isaacs - State of Shock album cover Album : State of Shock
Année : 1991
Gregory Isaacs - Cooyah ! album cover Album : Cooyah !
Année : 1991
Gregory Isaacs - At The Mixing Lab album cover Album : At The Mixing Lab
Année : 1991
Gregory Isaacs - Boom Shot album cover Album : Boom Shot
Année : 1991
Gregory Isaacs - No Intention album cover Album : No Intention
Année : 1991
Gregory Isaacs - Dancing floor album cover Album : Dancing floor
Année : 1990
Gregory Isaacs - Call Me Collect album cover Album : Call Me Collect
Année : 1990
Gregory Isaacs - Warning album cover Album : Warning
Année : 1989
Gregory Isaacs - I.O.U. album cover Album : I.O.U.
Année : 1989
Gregory Isaacs - Consequence album cover Album : Consequence
Année : 1989
Gregory Isaacs - No Contest album cover Album : No Contest
Année : 1989
Gregory Isaacs - Let's Go Dancing album cover Album : Let's Go Dancing
Année : 1989
Gregory Isaacs - Watchman of the City album cover Album : Watchman of the City
Année : 1988
Gregory Isaacs - Red Rose For Gregory album cover Album : Red Rose For Gregory
Année : 1988
Gregory Isaacs - Come Along album cover Album : Come Along
Année : 1988
Gregory Isaacs - Victim album cover Album : Victim
Année : 1987
Gregory Isaacs - Talk Don't Bother Me album cover Album : Talk Don't Bother Me
Année : 1987
Gregory Isaacs - Encore album cover Album : Encore
Année : 1987
Gregory Isaacs - Double Dose album cover Album : Double Dose
Année : 1986
Gregory Isaacs - All I Have Is Love album cover Album : All I Have Is Love
Année : 1986
Gregory Isaacs - Private Beach Party album cover Album : Private Beach Party
Année : 1985
Gregory Isaacs - Judge Not album cover Album : Judge Not
Année : 1984
Gregory Isaacs - Live At The Academy album cover Album : Live At The Academy
Année : 1984
Gregory Isaacs - Easy album cover Album : Easy
Année : 1984
Gregory Isaacs - Out Deh! album cover Album : Out Deh!
Année : 1983
Gregory Isaacs - Night Nurse album cover Album : Night Nurse
Année : 1982
Gregory Isaacs - Mr. Isaacs album cover Album : Mr. Isaacs
Année : 1982
Gregory Isaacs - More Gregory album cover Album : More Gregory
Année : 1981
Gregory Isaacs - Showcase album cover Album : Showcase
Année : 1980
Gregory Isaacs - The Lonely Lover album cover Album : The Lonely Lover
Année : 1980
Gregory Isaacs - For Everyone album cover Album : For Everyone
Année : 1980
Gregory Isaacs - Soon Forward album cover Album : Soon Forward
Année : 1979
Gregory Isaacs - Gregory Isaacs Meets Ronnie Davis album cover Album : Gregory Isaacs Meets Ronnie Davis
Année : 1979
Gregory Isaacs - Lonely Days album cover Album : Lonely Days
Année : 1979
Gregory Isaacs - Cool Ruler album cover Album : Cool Ruler
Année : 1978
Gregory Isaacs - Two Bad Superstars album cover Album : Two Bad Superstars
Année : 1978
Gregory Isaacs - Slum In Dub album cover Album : Slum In Dub
Année : 1978
Gregory Isaacs - The Best Of Gregory Isaacs album cover Album : The Best Of Gregory Isaacs
Année : 1978
Gregory Isaacs - Extra Classic album cover Album : Extra Classic
Année : 1977
Gregory Isaacs - Gregory Isaacs/In Person album cover Album : Gregory Isaacs/In Person
Année : 1974
Gregory Isaacs - Greatest And Latest album cover Album : Greatest And Latest
Gregory Isaacs - One Man Against The World - Best Of album cover Album : One Man Against The World - Best Of
Gregory Isaacs - The Prime of Gregory Isaacs album cover Album : The Prime of Gregory Isaacs
Gregory Isaacs - Gregory Isaacs - Live in France album cover Album : Gregory Isaacs - Live in France
Gregory Isaacs - Ultimate Collection album cover Album : Ultimate Collection
Gregory Isaacs - Willow Tree album cover Album : Willow Tree

Actualité de Gregory Isaacs

Troisième et dernier jour de ce deuxième Bagnols Reggae Festival. Les sourires sont encore sur les visages de l'équipe organisatrice et du public malgré le temps qui se gâte. Quelques gouttes de pluie viendront légèrement perturber le déroulé de la soirée sans pour autant décourager le public venu beaucoup plus nombreux que les deux soirs précédents. Ce samedi soir c'était place aux légendes jamaïcaines, aux plus grosses têtes d'affiches du festival et à deux belles exclusivités...Petit retour dans les années 60, aux fondations de la musique jamaïcaine avec les Skatalites ! Quand un groupe comme celui-là est chargé d'ouvrir les hostilités, on sait qu'on peut s'attendre à une très grosse journée. Vin Gordon est au trombone, les classiques fusent et la chanteuse Doreen Shaffer rejoint rapidement la formation pour quelques titres dont un superbe clin d'oeil aux Wailers avec Simmer Down. Stranger Cole lui emboîte le pas avec un nombre incalculable de standards. Rough et Tough, Bangarang, When I Call Your Name... La justesse n'est pas toujours au rendez-vous mais on pardonne aisément Stranger, l'un des artistes jamaïcains les plus âgés encore en activité, toujours très énergique. Chapeau !Si l'Afrique sera mise à l'honneur plus tard sur la scène avec Tiken Jah Fakoly, elle l'est dès le début de la soirée côté sound system avec l'équipe d'Amoul Bayi Records. Fabyah, un Français installé au Sénégal, s'occupe de la sélection et sert des instrus roots et stepper à Saah Karim et Galas. Les deux chanteurs originaires de la Gambie et du Sénégal sont particulièrement complices et complémentaires. Une parfaite entrèe en matière avant les sets plus énervés de Dawa Hi Fi et Parly B et d'Iration Steppas plus tard dans la nuit. Accompagné de Macky Banton au toast, Mark Iration livrera une sélection très roots sans manquer d'énergie. On retiendra des dubplates impressionnants de Michael Prophet ou Sizzla (l'incroyable Like Mountains) ou encore un mix exclusif du Victory de Dubkasm ridé à la perfection par le vétéran Mike Brooks qui prendra par la suite le micro aux côtés de Blackboard Jungle pour la clôture du festival.Légende encore sur la grande scène ! Horace Andy se produit avec Mafia et Fluxy au backing-band formule ultra-réduite. Basse, batterie, clavier et trombone. Mais ça suffit ! Sleepy déroule les tubes remarquablement backé par le duo anglais. Money Money, Skylarking, Man Next Door, Fever... Horace Andy n'a que 45 minutes de set, mais il prend son temps sur les titres et les pull ups s'enchaînent.Mafia et Fluxy restent sur scène, le tromboniste s'enfuit et c'est à trois qu'ils s'occupent du cas d'Eek A Mouse. Le géant jamaïcain, particulièrement rare en France, a le sourire et lance des "Viva la France" à tout va. C'est d'un style très décontracté, coiffé d'un chapeau et d'une cape, qu'il enchaîne ses tubes Virgin Girl, Rude Boy Jamaican (d'une voix tellement grave !!), Ganja Smuggling, No Wicked Can't Reign (très belle ouverture de show) et bien setucirc;r l'immense Wa Do Dem (très belle fermeture). Mouse ne force pas, mais quel plaisir d'entendre ses titres en live pour la première fois pour beaucoup de gens présents ce soir-là.C'est ensuite au tour de Third World. Cat Coore, Richard Daley et leur bande sont toujours de véritables virtuoses de la musique. On passe de titres très pop à du reggae hardcore. Now That We Found Love contraste avec Reggae Ambassadors, mais le show est d'une précision hors du commun. AJ Brown s'en sort très bien au chant. Sans chercher à imiter Bunny Rugs, il parvient à transmettre l'émotion des titres originaux du groupe qui fête cette année ses 45 ans d'existence. Cat Coore nous offre comme à son habitude ses petits solos de violoncelle et nous surprend même à entonner le tune dancehall The Mission de Stephen et Damian Marley avant de glisser vers Redemption Song. On a droit à quelques titres du prochain album dont les singles Loving You Is Easy et Na Na Na. Third World a encore fait forte impression ce soir-là. Qui en aurait douté ?La pluie s'est abattue sur le Parc Arthur Rimbaud pendant le concert de Third World, mais la foule est restée compacte jusqu'à l'arrivée de Tiken Jah Fakoly. Les fans du chanteur ivoirien étaient de sortie ce soir. Le public restera au sec tout le long de sa prestation, remplie d'énergie et de messages forts. Tiken continue de prêcher pour le continent africain avec ses classiques, mais s'ouvre à de nouveaux thèmes avec les titres de son nouvel album Le monde est chaud. L'homme a encore des choses à dire et c'est toujours un plaisir de le retrouver sur scène.Vient ensuite le moment que beaucoup attendaient... Le crew du film Rockers débarque aux côtés du We The People Band sur une scène embellie d'un backdrop signé Fluoman. Leroy "Horsemouth" Wallace, Kiddus I, Big Youth et le trio Kush'Art s'installent tous ensemble sur scène et font quelques pas de danse pendant le titre Man In the Street, l'instrumental qui sert d'intro au concert. Les passionnés savourent et les moins aguerris découvrent, mais tout le monde est conscient d'assister à un moment unique. Première surprise : Horsemouth n'est pas à la batterie. Il harangue la foule aux côtés de ses collègues qui entonnent l'hymne Satta Massa Gana en l'absence de Bernard Collins des Abyssinians (malade) avant que Big Youth ne nous serve son superbe I Pray Thee sur la version. Big Youth, Horsemouth et Kiddus disparaissent ensuite pour laisser Kush'Art et Lloyd Parks reprendre quelques titres d'artistes décédés ayant participé à la bande-originale comme Slave Master de Gregory Isaacs ou Police And Thieves de Junior Murvin. Quelques approximations sans doute dues à un manque de répétitions (il s'agit du tout premier show en Europe !) n'empêchent ni les artistes ni le public de prendre du plaisir. Kiddus I revient ensuite sur le mythique Graduation in Zion et fait des clins d'oeil à Peter Tosh (Stepping Razor) et Justin Hinds (Natty Take Over). Big Youth fait aussi son retour pour quelques titres dont Every Nigger Is a Star et Hit the Road Jack et Horsemouth refait finalement surface pour chanter l'émouvant Jah No Dead de Burning Spear. Comme dans le film, il l'entonne a capella sur fond de bruit de vagues... Il s'installe enfin derrière les fetucirc;ts pour interpréter Rockers de Bunny Wailer. A partir de ce moment-là, le concert prend une tournure un peu spéciale. On sent que quelque chose ne va pas. Et pour cause, l'horaire de fin du festival est dépassé de 40 minutes ! L'équipe de Rockers est interrompue brutalement nous empêchant de profiter d'un final qu'on espérait grandiose.Malgré cette fin de festival en demi-teinte, on repart de Bagnols sur Cèze avec ce sentiment d'avoir profité d'un moment exceptionnel. Les légendes jamaïcaines continuent de nous faire rêver et heureusement que l'équipe du Bagnols Reggae Festival est encore là pour proposer une programmation comme celle-là. Une programmation inédite, différente des autres festivals et respectueuse des fondations de la musique jamaïcaine. Le rendez-vous est pris pour l'année prochaine du 23 au 26 juillet avec cette fois quatre soirs de concerts !Lire nos reports du JOUR 1 et du JOUR 2.
Source : reggae.fr | 2019-08-01 02:00:00.0
Aujourd'hui, 10 mai, est la Journée commémorative du souvenir de l'esclavage et de son abolition. On vous propose de vous plonger dans 10 titres de la culture reggae essentiels quand il s'agit d'aborder ce thème sombre de l'histoire humaine et cher aux valeurs que porte cette musique. Burning Spear - Slavery DaysIl s'agit du deuxième morceau de Burning Spear produit par Jack Ruby. Le premier étant Marcus Garvey, voilà deux hits enchaînés coup sur coup et qui aboutiront carrément à l'album mythique Marcus Garvey. Slavery Days incarne parfaitement la musique de Spear : des sonorités africaines, des cuivres entêtants, une voix perçante, des lyrics simples et un engagement sans faille pour la cause noire. "Vous souvenez-vous de l'époque de l'esclavage ?" nous demande l'artiste sur un riddim joué par les Black Disciples avec notamment Earl "Chinna" Smith et Robbie Shakespeare. Aujourd'hui, c'est l'occasion ou jamais de s'en souvenir... Culture - Too Long In Slavery"Cela a duré trop longtemps" se plaint Joseph Hill sur ce titre de 1979 qui figure sur l'album mythique "International Herb". Culture interprètera même cette chanson dans l'une des fameuses John Peel Sessions sur la BBC et "Too Long In Slavery" deviendra le titre d'un best of du groupe sorti en 1990 chez Virgin. Peter Tosh - 400 YearsPeter Tosh aborde notamment le sujet de l'esclavage avec justesse dans le célèbre 400 Years crédité à Bob Marley et The Wailers sur l'album Catch A Fire en 1973, le premier de la carrière du groupe produit par Chris Blackwell. Si l'album, et donc cette chanson, sont crédités à Bob Marley et The Wailers c'est parce que le producteur a déjà compris que Bob serait la vraie star de ce groupe. Mais c'est bien Peter Tosh qui s'illustre sur ce morceau essentiel de la discographie du groupe dont la version originale date en fait de 1970, trois avant la parution de la version roots sur l'album Catch A Fire. The Abyssinians - Declaration of RightsProduit par Coxsone en 1976 et paru sur le mythique album Satta Massa Gana, Declaration Of Rights est un véritable hymne pour la diaspora africaine. Les voix des Abyssinians respirent la souffrance endurée par le peuple noir durant les 400 ans d'esclavage menés par le système colonial. Les harmonies sont parfaites et la voix de Bernard Collins, tremblante, ne peut laisser personne indifférent. "Get up and fight for your rights, my brothers..." Sans oublier bien setucirc;r, les quelques autres classiques suivants : Bob Marley - Get Up Stand Up Junior Byles - A Place Called Africa The Mighty Diamonds - Africa Gregory Isaacs - Slave Master Il ne faut pas non plus oublier les morceaux dénonçant l'esclavage moderne que subit l'homme dans nos sociétés actuelles, l'esclavage mental imposé par Babylon :Busy Signal - Modern Day SlaveryKabaka Pyramid - Never Gonna Be A Slave
Source : reggae.fr | 2019-05-10 02:00:00.0
Aujourd'hui 8 mars, journée internationale des droits des femmes, Reggae.fr met à l'honneur le reggae féminin ! Il n'est pas rare d'entendre que la gent féminine se fait discrète dans le reggae, mais nombreux sont les exemples qui nous feront mentir... Combien de hits ont été signés par des femmes ? Notre Top 10 vous fera prendre conscience de la place importante que tiennent les chanteuses dans ce milieu toujours très masculin qu'est le reggae. Et rendez-vous ce soir pour une sélection spéciale artistes féminines sur notre Webradio de 18h à 20h.Millie Small - My Boy LollipopMy Boy Lollipop est tout simplement le premier morceau jamaïcain à avoir du succès à l'étranger. Et c'est une femme qui en l'interprète ! Après avoir enregistré quelques morceaux pour Coxsone à Yard, Millie Small part s'installer à Londres. Arrivée là-bas, elle enregisre ce titre en 1964 qui devient immédiatement un tube sur l'île britannique. Le rythme, qu'on appelle blue beat, est un des prémisces du ska. Premier succès pour la musique jamaïcaine et pour le label Island... Vous connaissez la suite !Phyllis Dillon - Don't Stay AwayLe rocksteady a sans doute été la période où les artistes féminines furent le plus sur le devant de la scène en Jamaïque. Avec des chanteuses comme Nora Dean, Marcia Griffiths, Doreen Shaffer, Joya Landis, The Soulettes ou The Gaylettes, les chansons d'amour prenaient une autre dimension. Phyllis Dillon, elle, pleure le départ de son âme-soeur sur un riddim rocksteady absolument incontournable composé et joué par Tommy McCook et The Supersonics. Don't Stay Away sort en 1967 sur le label Treasure Isle de Duke Reid. Il s'agit du premier morceau original enregistré par Phyllis Dillon, jusqu'ici cantonnée à des reprises de standards américians comme Make Me Yours de Bettye Swann ou Love the One You're With de Stephen Phills. Elle n'est pourtant âgée que de 19 ans quand ce titre sort. Propulsée au sommet des charts, Phyllis fera cependant une courte carrière qu'elle arrêtera an 1971.Marcia Griffiths - Feel Like JumpingEnregistré en 1968 à Studio One, Feel Like Jumping est le premier hit de Marcia, qui deviendra plus tard membre des I-Threes, les choristes de Bob Marley. Le riddim vous dit quelque chose ? Normal, il s'agit du Boops Riddim, plus connu sous le nom de 54-46, celui-là même du tube de Toots and the Maytals... Toujours active aujourd'hui, Marcia Griffiths est considérée comme la Reine incontestée du reggae !Nora Dean - Barbwire"L'autre jour, j'ai rencontré ce type qui avait du barbelé dans son slip..." Nora Dean raconte l'histoire d'une jeune fille draguée par un jeune homme un peu trop entreprenant. Mais elle ne se désarme pas, le frappe à la tête et court vers sa mère en l'appelant au secours : "Oh Mama, ma ma ma !" C'est précisément ce gimmick qui a rendu le titre populaire. Nora Dean aura eu une carrière éclair, presque inaperçue si ce titre de 1969 produit par Duke Reid n'était pas sorti. Elle est connue pour ses titres grivois et celui-ci façonnera d'autant plus sa réputation. Un titre sorti en 1969 qui préfigure en quelque sorte le slackness d'aujourd'hui...Althea et Donna - Uptown Top RankingL'une des chansons reggae les plus connues au monde. Elle a été reprise des dizaines de fois, figure dans des films, des jeux vidéos, des séries... A sa sortie, en 1977, le titre fait l'effet d'une bombe en Angleterre. Uptown Top Ranking se classe immédiatement au top des charts faisant des deux adolescentes Althea et Donna les plus jeunes femmes à être entrées dans les charts anglais. Elles n'ont en effet que 18 ans quand elles enregistrent ce morceau pour Joe Gibbs. Le riddim est en fait un recut de l'instru de 1967, I'm Still In Love d'Alton Ellis. Althea et Donna répondent dans cette chanson au deejay Trinity qui avait enregsitré Three Piece Suit sur le même riddim deux ans auparavant.Judy Mowatt - Black Woman"Black woman, to you I dedicate my song". Une chanson par une femme pour les femmes ! Judy Mowatt est une ancienne Gaylettes quand elle se lance dans sa carrière solo au début des années 70. Il faudra pourtant attendre qu'elle intègre un autres trio - les I-Threes aux côtés de Marcia Griffiths et Rita Marley - pour que ses titres solos retentissent. Black Woman est l'un de ses morceaux les plus réussis. Titre éponyme du premier album reggae d'une artiste féminine en solo (produit par elle-même de surcroit !), il véhicule une émotion que l'on sent plus que sincère exprimée d'une voix soul irrésistible et servie par un riddim de toute beauté.Lady G - Nuff RespectPosé en 1988 sur le puissant Rumours Riddim de Gussie Clark, sur lequel on retrouve notamment le terrible tune du même nom de Gregory Isaacs, Nuff Respect est un titre osé pour cette époque où les femmes étaient très rares dans le milieu de la musique en Jamaïque, et encore plus dans le dancehall. Lady G se lève pour les droits des femmes et réclame haut et fort qu'on leur montre du respect avec un flow deejay précis et un accent jamaïcain irrésistible. Le tune a même droit à un clip dans le pure style 80's avec les coupes de cheveux et les tenues vestimentaires qui vont avec. A l'écoute de ce titre, on ne voit qu'une chose simple à dire : Nuff respect to yuh Lady G !Dawn Penn - No No No (You Don't Love Me)Classique parmi les classiques ! Beaucoup connaissent ce tune de Dawn Penn, mais peu savent qu'il est inspiré de deux morceaux américains. No No No reprend en effet des paroles et quelques éléments musicaux du titre You Don't Love Me enregistré par Willie Cobbs en 1961 et lui-même inspiré du titre She's Fine She's Mine de Bo Diddley qui date lui de 1955. Comme le producteur Coxsone voyageait souvent aux Etats-Unis pour ramener des disques, il n'était pas rare dans les années 60 que certains titres enregistrés en Jamaïque soient des reprises de rythm and blues américain. Ce No No No en fait donc partie. Enregistré d'abord chez Studio One en 1967 sur un riddim rocksteady (sur lequel Prince Jazzbo livrera un superbe cut deejay), il devint un tube planétaire en 1994 quand Steely et Clevie eurent la bonne idée de faire reposer Dawn Penn sur une version plus moderne (qui aura même droit à son clip). Depuis, le célèbre "No No No" a été samplé et repris des dizaines de fois par des artistes américains tels que Rihanna ou Beyoncé. Parti des States et revenu aux States... La boucle est bouclée !Tany Stephens - It's a PityL'adultère est souvent encouragé dans la musique jamaïcaine moderne. Les artistes de dancehall, qu'ils soient masculins ou féminins, n'hésitent pas à se vanter de multiplier les conquêtes ces derniers temps. Mais en 2004, une chanteuse de dancehall connue pour son côté sulfureux ose aborder le sujet d'une manière différente. It's a Pity est LE hit incontournable de Tanya Stephens. Plutôt habituée au dancehall à l'époque, elle se pose enfin sur un riddim 100% reggae particulièrement chaloupant. Il s'agit du Doctor's Darling Riddim, un énorme recut du Night Nurse de Gregory Isaacs, joué par le groupe allemand Seeed. Sur la version, Tanya raconte une histoire d'amour impossible entre deux amants déjà pris. Mais au lieu d'inciter au passage à l'acte, la chanteuse jamaïcaine clôture la chanson avec sagesse et aucun des deux ne sautent le pas ! Comme quoi, on peut faire des hits en restant moral...Queen Ifrica - DaddyVoilà un titre devenu culte dès sa sortie. Posé en 2007 sur le 83 Riddim de Kemar 'Flava' McGregor pour son label No Doubt, Daddy n'est peut-être pas le tune de Queen Ifrica le plus percutant musicalement parlant, mais c'est sans aucun doute le plus marquant au niveau de l'écriture. La chanteuse ose briser les tabous et dénonce l'inceste et les abus sexuels sur les enfants dans un plaidoyer bretucirc;lant et magnifiquement écrit. Elle se met à la place d'une jeune fille abusée et livre des lyrics touchants : "Les longues douches que je prends ne lavent pas mes souvenirs." Contre toute attente, la chanson se classera rapidement en haut des charts en Jamaïque, malgré les différentes tentatives de censure. Et le tune sera même soutenu par l'UNICEF qui engagera Queen Ifrica pour quelques concerts en faveur des enfants maltraités. L'exemple parfait d'un reggae conscient et militant !
Source : reggae.fr | 2019-03-08 01:00:00.0