Davy Sicard

Origine : Ile de la Réunion
Instrument :
Styles : Jazz
Autres informations : Biographie

Davy Sicard : discographie

Davy Sicard - Kabar album cover Album : Kabar
Année : 2008
Davy Sicard - Ker maron album cover Album : Ker maron
Année : 2006
Davy Sicard - Ker volkan album cover Album : Ker volkan
Label : Discorama

Actualité de Davy Sicard

Samedi 30 septembre, Davy Sicard et son groupe ont donné la dernière représentation de son spectacle vivant "Zanfan rev". Une ôde à l’enfance, un son et lumières et senteurs envoûtant. Davy Sicard s’affirme encore un peu plus comme un artiste complet qui joue avec son public qui en redemande. Un spectacle accessible aux déficients auditifs. Bravo l'artiste !

Avec Mon Péi Sansasoriel, concert-événement joué au TEAT Champ Fleuri dans le noir absolu pour sensibiliser à la condition des personnes porteuses de handicaps visuels, Davy Sicard avait innové de bien belle manière et avait surpris le public. Hier, l’artiste a encore inauguré une nouvelle forme de concert participatif où le public est acteur. Une forme hybride, entre concept-album et spectacle à thème. Pour le plaisir des sens…

Zanfan Rev propose au public d’embarquer dans un spectacle dédié à l’enfance. Ecrit en collaboration avec sa fille, les chansons s’enchainent autour d’un spectacle de danse, clowneries où les émotions s’entrechoquent autour des parfums répandus dans la salle par un diffuseur de senteurs. Sur scène, la présence d’un interprète en langue des signes ouvre encore le champ des possibles et des humanités. Un spectacle qui fédère et vous transporte dans un espace sensoriel inédit.

















www.zinfos974.com
Source : zinfos974.com | 2017-10-01 11:33:00.0
Aline Murin Hoarau, entourée d’une pléïade de musiciens et de chanteurs a rendu hommage aux artistes réunionnais et plus particulièrement aux élèves des CRR pour leur implication dans la reconnaissance du savoir faire musical local. Cette année, Nicole Dambreville et François Mandrin étaient les parrains de la manifestation.
L’historique :

La Région célèbre depuis 2011 "La Réunion des Talents", donnant ainsi à voir la qualité de la formation de ses élèves à travers un spectacle de gala.

Après avoir été parrainé par Firmin Viry et Davy Sicard en 2011, Michou et Frédéric Joron en 2012, un hommage particulier est rendu en 2013 au professeur de percussions afrocubaines disparu, Jean-Luc Ceddaha. En 2014, à l’occasion de l’année régionale de la jeunesse et de la réussite, Audrey Dardenne et Willy Philéas ont parrainé la promotion de diplômés 2013- 2014. À noter que l’année 2014 marquait les 10 ans de la disparition de Gramoun Lélé, père de Willy Philéas et qui a donné son nom au centre de Saint-Benoît du CRR.

En 2015, Iza et Gilbert Pounia ont été marraine et parrain de la promotion.
En 2016, le CRR a mis en lumière une fois de plus des Talents Réunionnais : une comédienne professionnelle ancienne élève du CRR et un danseur-chorégraphe-directeur de compagnie avant d’aller se former en Métropole et en Nouvelle-Zélande.


UN CONSERVATOIRE RÉVÉLATEUR DES TALENTS RÉUNIONNAIS

François Vigneron, Directeur du CRR de Saint-Benoît : "Le CRR est une véritable pépinière d’émergence de talents ; tous les ans ont lieu au Conservatoire des examens permettant l’évaluation des élèves et leur passage d’un cycle à l’autre."

Retrouvez plus de photos sur la page de la Région.

www.zinfos974.com
Source : zinfos974.com | 2017-06-29 09:44:00.0
Aujourd'hui s'est tenue à St-Benoît une journée de rencontres professionnelles entre artistes et producteurs internationaux.
Tous les ans, en amont du SAKIFO, les IOMMA (Indian Ocean Music Market) font se rencontrer des artistes réunionnais et de nombreux professionnels de la musique internationaux. L'occasion pour les artistes locaux d'échanger avec le milieu artistique international, en vue de collaborer et de se construire un "réseau".

Les IOMMA se déroulent traditionnellement dans l'Ouest et à St-Pierre, et cette année, avec ACTER, et en collaboration avec le PRMA (Pôle Régional de Musiques Actuelles), une journée exceptionnelle était organisée ce jeudi 1er juin au lieu de diffusion le BISIK, café culturel de St-Benoît. Une délocalisation des IOMMA qui a réuni 15 professionnels venus du Québec, de métropole ou de Maurice, et une cinquantaine de groupes de l'Est.

En parallèle des rencontres professionnelles, de beaux showcases ont ponctué la journée, avec les représentations de Davy Sicard, Ti Coq Vellaye, et Votia (dont la chanteuse n'est autre que Marie-Claude Lambert, fille de Granmoun Lélé).

Jean-François Cadet le directeur du Bisik, l'un des organisateurs de cette journée, se dit très satisfait et fier que la filière musicale de l'Est ait répondu présent à cette belle opportunité, l'Est souffrant d'un déséquilibre territorial en terme de visibilité.




www.zinfos974.com
Source : zinfos974.com | 2017-06-01 14:22:00.0
Le lancement de la 6ème édition du IOMMA s’est déroulé ce lundi 29 mai au Musée Stella Matutina. Aline Murin Hoareau, La conseillère régionale à la culture représentait le Sénateur et Président de Région Didier Robert. L’occasion de rappeler que La Réunion accueille le plus grand marché des musiques de l’océan Indien depuis 6 ans de partenariat scellé entre la région qui gère les fonds européens et l’association Scènes Australes. Le IOMMA, une vitrine représentative de toutes les musiques, actuelles ou traditionnelles des pays de l’Océan Indien, se déroulera du 29 mai au 1er juin 2017 sur toute La Réunion.
Dans le cadre des actions en faveur d’une plus grande coopération régionale, le IOMMA constitue la plus importante opération culturelle de ce type en Outre Mer. Elle réunit plus d’une vingtaine de pays, notamment l’Afrique du Sud, le Mozambique, l’Allemagne, l’Australie, la Belgique, la Corée du Sud, la Chine, la Canada, le Brésil, les Comores, Etats-Unis, Kenya, Madagascar, Maurice, Mayotte, Pays-Bas, Portugal, Québec, Seychelles, Suisse, Tanzanie.

Ce rendez-vous international est devenu incontournable au fil des ans. Il se présente aujourd’hui comme une opportunité incomparable pour les artistes de La Réunion de lier des relations directes avec des professionnels, producteurs et programmateurs du monde entier.

"Véritable écrin accueillant ces rencontres professionnelles uniques sur l’île, le IOMMA permet des rencontres, des échanges, des découvertes, des surprises, des réflexions passionnantes pour les acteurs de la filière. C’est aussi une formidable occasion de constituer un réseau, de tisser des liens entre plusieurs organisateurs et programmateurs, et de nourrir les possibilités d’export.
Ce moment facilite également la circulation des artistes non seulement sur le Grand Océan Indien mais aussi sur les territoires lointains"
, estime le Sénateur et Président de Région Didier Robert.

Pour mémoire, cette année, la Région finance l’opération à hauteur de 184 000 €. Cette action de coopération à dimension internationale bénéficie également du soutien de l’Europe à hauteur de 306 000 € de FEDER dans le cadre du programme Interreg V Océan Indien.

Il s’agit à travers ces financements :

 de poursuivre le développement d’un réseau régional entre les artistes et professionnels de l’industrie musicale de l’Océan Indien et de créer des passerelles vers d’autres réseaux similaires à l’international

 d’accompagner le développement de la professionnalisation des acteurs de l’industrie musicale régionale, et orienter la filière vers de nouveaux challenges à dimension régionale et internationale, via des séminaires, formations, échanges d’expertises avec les professionnels du monde entier
   de permettre aux professionnels de la musique de développer des marchés avec les pays de la zone et du monde, et permettre aux artistes de l’Océan Indien de s’exporter sur les marchés internationaux.

Parmi les artistes réunionnais, Christine Salem référencée dans les 10 meilleurs concerts à New-York lors d’une tournée aux Etats-Unis, le chanteur Davy Sicard en Inde, Nathalie Natiembe en Australie.

En 2016, plus de 100 artistes issus de la zone Océan Indien, et 108 professionnels réunionnais se sont produits dans le cadre du IOMMA à La Réunion, et 10 dans les pays partenaires. Dans le top 5 des groupes préférés du IOMMA figurent "The Dizzy Brains", The Soil", "Urbain Philéas", "Gilles Lauret" et "Mounawar".

Après le succès de ses 5 premières éditions, le IOMMA conforte sa position de 1ère plateforme de l’industrie musicale de l’Océan Indien. Ce marché favorise les échanges, rencontres et opportunités entre les artistes et professionnels de l’Océan Indien tout en construisant un pont vers les acteurs de l’industrie musicale venant d’Europe, d’Australie, d’Amérique et d’Asie.

L’ambition de cette 6ème édition est de poursuivre sa mission d’accompagnement à la professionnalisation de la filière musicale de la zone Océan Indien et de mise en réseau des acteurs de l’industrie musicale du monde entier à travers un vaste programme de rencontres professionnelles.


AU PROGRAMME

 Les conférences & ateliers

Une série de rencontres sous forme de conférences/ateliers sera proposée, au cours desquelles un panel de professionnels se retrouvera autour d’un thème ou d’une problématique qui concerne le secteur musique de la zone, et proposera des solutions en vue d’améliorer les conditions d’évolution des artistes de l’Océan Indien.

 Les One-to-one

Les artistes et/ou professionnels locaux auront la possibilité de rencontrer les professionnels venus d’autres régions (programmateurs, labels, tourneurs, managers, etc…) dans le cadre d’un rendez-vous en face à face. Chaque professionnel se rendra disponible pendant deux heures et les personnes souhaitant les rencontrer pourront le faire l’une apre?s l’autre pour une durée maximale de 15 minutes.

 Les showcases

Une vingtaine de groupes d’artistes de la Re?union et de l’Océan indien se produiront en showcase de 30 minutes devant un public de professionnels et amateurs. L’accès aux concerts est gratuit et ouvert au grand public. La programmation artistique sera représentative des musiques de l’Océan Indien et la sélection des artistes fait l’objet d’un appel à candidature sorti en février 2017.

www.zinfos974.com
Source : zinfos974.com | 2017-05-30 09:37:00.0
Jerry Ayan a perdu sa fille, il y a cinq ans, emportée par le cancer. Pour pouvoir mettre des mots sur les maux, et surmonter la perte d’Anne-Laure et après trois ans d’écriture, il publie un livre : " Pourquoi je suis pas un papillon ? ". Une question posée par sa fille quelques mois avant de disparaître.

Ce mercredi 15 février, pour la journée internationale du cancer de l’enfant, ce père a livré son témoignage au CHU Félix Guyon. Accompagné de Davy Sicard - qui a interprété pour l’occasion " Papillon ", une chanson écrite pour l’évènement - et Miss Réunion 2016, Ambre N'guyen, il a notamment déclaré : "Hier c’était la Saint-Valentin, aujourd’hui c’est la journée de l’amour de tous les enfants".

A travers son livre et la conférence de presse organisée par le CHU, Jerry Ayan voulait mobiliser pour faire avancer la recherche en oncologie pédiatrique. Lionel Calenge, directeur du CHU, rappelle qu’il y a 2 500 enfants de moins de 18 ans atteints de cancer par an et que 500 d’entre eux meurent chaque année. Cependant, les cancers infantiles représentent moins de 1% des cancers déclarés en France. Les recherches sur ce sujet restent donc au point mort car elles ne sont pas "rentables", déplore Jerry Ayan, "vous imaginez, entendre ça en tant que parent quand son enfant est malade ?".

Des recherches pour l'instant insuffisantes

En effet, les recherches menées actuellement sont essentiellement financées par les dons associatifs. "Sans associations, pas de progrès" , déclare le docteur Yves Reguerre du service pédiatrie. 

Ti Prince Marmailles est l’une de ces associations qui soutient la recherche en oncologie pédiatrique et qui organise des animations pour les enfants hospitalisés. Pour Jacqueline Bourgeat, présidente de l’association, le but principal est de "leur permettre d’être vraiment des enfants, loin des peurs liées à la maladie".

C’est très ému que Jerry Ayan s’aperçoit qu’une "solidarité se crée autour du livre, de la part du corps médical, de la famille et des associations". "Cette solidarité, je la dois en retour", ajoute-t-il.

Pour cela il va reverser une partie des recettes des ventes de son livre à l’association Ti Prince marmailles et à l’institut Curie, qui soigne les enfants malades et effectue des recherches contre le cancer. 


Source : zinfos974.com | 2017-02-16 13:28:00.0