Artistes et Groupes de Malouf

Artistes ou Groupes

Cheikh Raymond(1)[infos]  -  Hamdi Benani(1)  -  Lotfi Bouchnak(1)  -  Mohamed Tahar Fergani(0)  -  

Musiques traditionnelles

Anthologie du Malouf(5)  -  

Actualité : Artistes et Groupes de Malouf

[La Presse] Après la soirée de La Rachidia suivie du spectacle «Maloufjiya» de Testour le 6 juin, la soirée d'hier a offert un panorama de chants tirés du répertoire du malouf tunisien soigneusement sauvegardé par les musiciens de la ville de Soliman dont un grand nombre de ses habitants a fait spécialement le déplacement à la Cité de la culture pour assister à ce spectacle où se produisent leurs enfants.
Source : AllAfrica | 2018-06-11 16:10:44.0
[Algerie Presse Service] - Le chanteur et compositeur tunisien, Zied Gharsa, et la chanteuse d'opéra et interprète de hawzi, Manel Gharbi, ont animé dimanche soir à Alger un concert de musique andalouse, dédié aux chants malouf rendus devant un public émerveillé.
Source : AllAfrica | 2018-06-04 17:17:38.0
[Algerie Presse Service] ALGER- Le chanteur constantinois Abbas Righi a animé, samedi soir à Alger, un concert de musique malouf, dédié aux chants soufis et hawzi, rendus devant un public nombreux, dans une ambiance à deux tons, qui est vite passée du recueillement à l'euphorie.
Source : AllAfrica | 2018-06-04 14:39:40.0
[La Presse] Quatre soirées sont programmées dans le cadre du cycle musical «Majaless-al malouf» qui sera organisé du 5 au 8 juin par le pôle «Musique et Opéra» à la Cité de la culture. L'objectif étant de célébrer l'art du malouf dans toute sa splendeur et de rencontrer les Cheikhs du malouf du Maghreb arabe. C'est aussi un rendez-vous important pour présenter les dernières créations de la Maison du malouf
Source : AllAfrica | 2018-05-30 12:28:26.0
[Algerie Presse Service] - Le public de la 3ème soirée du festival national de la musique et de la chanson citadines d'Annaba, a renoué avec la mélodieuse et authentique musique malouf interprétée par plusieurs artistes.
Source : AllAfrica | 2018-05-29 11:18:04.0
[Algerie Presse Service] Annaba -Le chanteur tunisien Ziad Gharsa a enchanté le public dans la nuit de vendredi à samedi avec des mélodies du patrimoine andalou authentique, et en le régalant d'une interprétation magistrale d'airs populaires tunisiens et de chansons du malouf, à l'occasion de la soirée d'ouverture du Festival national de la musique et de la chanson citadine d'Annaba.
Source : AllAfrica | 2018-05-28 05:27:41.0
Un vieil homme retrouvé pendu à Ténès Un vieil homme âgé de 74 ans a été retrouvé pendu, jeudi, à Riacha, dans la ville côtière de Ténès, a-t-on appris auprès du service de communication de la direction de la Protection civile de Chlef. La victime, ajoute la même source, a été transportée à la morgue de l’hôpital de Ténès pour autopsie. La piste du suicide est privilégiée, mais l’enquête ordonnée par le procureur de la République du tribunal de Ténès devrait élucider ce drame. A signaler que plusieurs cas de suicide, dont les causes restent inconnues, ont été enregistrés ces derniers temps à travers la wilaya. Formation illégale de vendeurs en pharmacie à Blida Le Directeur de la santé et de la population (DSP) de la wilaya de Blida et à travers une note d’information adressée à tous les pharmaciens agréés par la wilaya, a instruit ces derniers de ne pas prendre en considération l’attestation de stage de vendeur en pharmacie fournie par des écoles privées. Par la même note, il incite ces écoles qui dispensent cette formation illégale à cesser ce genre d’activité, les prévenant que, le cas échéant, des mesures seront prises à leur encontre. Le geste de Mohamed Hattab Retenu par des obligations professionnelles, le nouveau ministre de la Jeunesse et des Sports, Mohamed Hattab, n’a pu assister lundi à l’enterrement d’un ancien proche collaborateur, Khebcheche Seghir dit Chaâbane. Ce dernier était le chef de cabinet de M. Hattab lors de son passage à la wilaya de Sidi Bel Abbès, puis inspecteur général à Béjaïa, où il a rendu l’âme, suite à une maladie. Connu et apprécié pour sa sagesse et sa pondération, M. Hattab, pour qui la reconnaissance n’est pas un vain mot, s’est déplacé sans le moindre protocole, jeudi, à Sétif, lieu de résidence du défunt afin de présenter ses condoléances à la famille du défunt. Laquelle a apprécié à sa juste valeur le geste noble du ministre. N’ayant pas oublié les moments passés à Aïn Fouara où il a occupé des années durant les fonctions de secrétaire général de la wilaya, Mohamed Hattab a, nous dit-on, tenu à revoir ses anciens collaborateurs, partis pour la plupart en retraite. Bref, la fonction n’a pas changé l’enfant de Bordj Menaïel, resté égal à lui-même… Meurtre à Boufarik Un meurtre a été commis jeudi passé à 22h dans l’enceinte de la gare ferroviaire située à la sortie sud de la ville de Boufarik. La victime, B. Achour, âgée de 22 ans, habitant à Amroussa, localité située à l’est de Boufarik, a reçu plusieurs coups de couteau qui lui ont été fatals. Une enquête a été ouverte par la gendarmerie pour élucider le mobile de ce crime. Soirées de Ramadhan au Métro d’Alger Tous les week-ends du mois sacré, l’Entreprise du Métro d’Alger (EMA) et RATP El Djazaïr organisent, au niveau de la dernière station de métro inaugurée, celle de la place des Martyrs, des soirées thématiques avec plusieurs animations. Pour la première soirée, le 24 mai, un défilé de mode mené par Nabila Chibah a été agrémenté par la performance musicale du jeune talent Moh Paco. Avant-hier, les mères et la femme algériennes étaient à l’honneur, à l’avant-veille de la Fête des mères. La moudjahida et militante Djamila Boupacha est intervenue pour l’occasion. La soirée a été clôturée par les notes de musique du groupe Red Panda. Le 31 mai, le Zaki Project mènera la danse en faisant danser les présents, tandis qu’une mini-conférence autour de la Casbah se tiendra un peu avant. Le 1er juin, correspondant à la Journée internationale de l’enfance, sera dédié aux enfants, avec un spectacle artistique et une représentation de clowns. Enfin, le 7 juin, la touche féminine de l’événement sera appréciée avec la chanteuse Lewna, accompagnée de ses musiciens. Le 8 juin, jour de clôture, Adlan Fergani, sensation du malouf, animera la soirée.
Source : elwatan.com | 2018-05-26 13:00:00.0
[La Presse] Mêlant Malouf, jazz et musique symphonique, «La Nouba parfumée» est une création musicale de Mohamed-Ali Kammoun, pianiste, compositeur et arrangeur tunisien.
Source : AllAfrica | 2018-05-10 14:58:41.0
[La Presse] Le pôle musical de la Cité de la Culture ne se fait pas attendre. Ni prier. En moins d'un mois, déjà, il compte ses «rendez-vous» : soirée opéra de l'ouverture, «Majaless ettarab» et puis, la vraie première, récemment, qui inaugurait le mois du patrimoine, le concert de la troupe nationale de musique avec le maître du malouf, Ziad Gharsa, et l'excellentissime Meherzia Ettouil.
Source : AllAfrica | 2018-05-02 14:30:29.0
[Tunis Afrique Presse] Tunis -Un condensé musical et un foisonnement d'arrangements du malouf tunisien et de nouvelles créations sera servi par le duo tuniso-syrien, Zied Gharsa et Lena Chamamyan, en compagnie de l'Orchestre national tunisien, dans un nouveau rendez-vous du spectacle 'Ors Ettbouu' prévu, jeudi 22 février, au Théâtre municipal de Tunis
Source : AllAfrica | 2018-02-23 13:30:45.0
[La Presse] Placé sous la houlette du maestro Mohamed Lassoued, directeur de l'Orchestre national tunisien, le spectacle promet d'être «un rendez-vous exceptionnel sous le signe du tarab entre malouf tunisien et malouf algérien ainsi que d'autres genres de musique orientale», informe un communiqué de l'Orchestre.
Source : AllAfrica | 2018-01-24 12:55:28.0

Après les succès des quatre premiers primes, Coke Studio Algérie s’est mesuré lors du prime de jeudi, à quatre authentiques styles de la musique algérienne. Des grands classiques de Malouf, de la chanson kabyle ainsi que les Bedouis de l’Est et de l’Ouest ont retenti dans la salle faisant le bonheur des amoureux de la […]

Cet article Cinquième prime / Coke studio revisite les grands classiques du patrimoine musical national est apparu en premier sur Algérie Focus.

Source : algerie-focus.com | 2017-12-02 10:47:16.0
Par Tayeb Kennouche. Sociologue A toi, Claudine, qui a toujours bien su choisir ton destin jusqu’à mourir à la veille d’une date qui t’a fait naître Algérienne sur une terre où tu as vécu de la plus belle des manières. A Claudine Chaulet qui n’a jamais cessé de nous faire réfléchir sur cette catégorie de personnes qui, au cours de leur vie, ont eu à faire des choix surprenants car, apparemment, effectués dans le contresens de l’itinéraire de leur existence. Des choix pour le moins déroutants, en rupture de ban d’avec leur propre destinée qui semblait être toute fléchée ou tracée. Des choix qui, en fait, ont pour effet immédiat soit la mort ou le reniement, soit plus qu’une renaissance, un nouvel enfantement. Des choix qui leur ont permis d’emprunter le chemin des Justes où ne s’engagent que ceux qui ont pour culture sereine la Justice et pour religion apaisée l’Humanité. Le hasard qui est, quelquefois, le nom que prend Dieu quand Il choisit de passer inaperçu, a voulu que nous soyons ponctuels avec certaines d’entre elles, dans des rendez-vous que jamais nous n’avons eu à programmer. De telles rencontres ont pour vertu de remettre à l’endroit les rapports que nous pouvions avoir à l’envers non seulement avec nous-mêmes, le monde, mais également avec la vie. Parmi ces personnes figure, en bonne place, Claudine Chaulet, qui de manière, je dirai pédagogique, continue de nous interroger sur la portée des choix qui furent les nôtres mais surtout sur ceux que nous n’avons pas faits pour que revienne à son lit le cours de l’histoire, chez nous, par tant de fois détourné. C’est dire que c’est par la qualité de nos choix, aussi, que nous devons mériter d’être dans leur sillage, dans leur voisinage ou mieux encore dans leur filiation. Ces personnes sont nées de la pureté du cri qu’elles ont trouvé dans leur belle âme pour briser le silence duquel est sortie plus forte encore la voix, jamais enrouée, de la liberté. Claudine Chaulet fait partie de ces personnes qui permettent à notre conscience d’échapper au ramollissement et à l’enfouissement. Ces personnes nous permettent d’être, ainsi, dans l’éveil de soi et si par quelque oubli il nous arrive de nous endormir, nous ferons quand même l’effort de garder à notre conscience un œil ouvert pour nous empêcher de nous installer ou de nous vautrer dans le confort profond du sommeil. Si Claudine a su par l’élégance de sa pudeur nous cacher, bien souvent, quelques-unes de ses infortunes en tant qu’Algérienne, de telles mésaventures doivent nous obliger, aujourd’hui, à soulever le tapis lourd de certaines de nos réalités mythifiées pour y trouver cachés de nombreux morceaux de notre mémoire brisée. Nous devons, alors, les dépoussiérer et les recoller grâce à toutes les pages rassemblées de notre histoire dispersée pour qu’apparaisse ouvert et désencombré le chemin qui nous permettra de revenir chez nous auprès de la douceur du feu qui dans nos demeures ne s’est pas, encore, éteint tout à fait. Chez nous, ce n’est pas seulement hier, c’est bien plus loin encore. Chez nous, c’est le temps convoqué de nos ancêtres ressuscités qui dans la même glaise se sont succédé sur cette terre fertile où la variété féconde des graines a toujours permis de riches moissons locales. Chez nous, c’est là où nos aïeux sont encore dans l’exil chez eux, là où leurs tombes oubliées aux formes multiples et variées trouvent dans notre amnésie leur seule sépulture. Grâce à toi, Claudine, ma grande sœur d’âme, je réalise combien je suis heureux d’être plusieurs fois millénaire et je ne puis me sentir, tout à fait, vivant d’être né en une seule fois sur cette terre hospitalière et guerrière. Grâce à toi, je découvre que je n’ai pas eu à lancer mon premier cri dans la vie au dernier coup de fusil tiré par mon père contre l’envahisseur. Je viens de si loin et pour m’empêcher de mourir orphelin, je continue d’avoir mes ancêtres pour voisins. Bien des fois, il est arrivé à l’Algérien de mourir. Mais toutes ces morts ne l’ont pas tué encore. Est-ce pour cette raison que l’on continue de l’enterrer vivant dans l’oubli ? Vouloir, aujourd’hui, aller à la rencontre de nos ancêtres n’est pas pour moi une autre manière de revenir au mythe classique de la «Racine» qui d’ailleurs, pour reprendre la posture d’Amine Malouf, a pour autre fonction de pourrir aussi, alors, que celui de l’ «Origine» a pour vocation d’être un livre que le temps garde ouvert où, sans rature aucune, peut être entrevu le long chemin dans lequel continue de se déplier notre destin. Revenir chez nous, c’est permettre à notre mémoire plurielle de retourner à sa patrie singulière, car la patrie, c’est le lieu du retour, chez nos ancêtres, qui, dans toute leur diversité, n’ont jamais cessé, un jour, de nous inviter à faire de l’universalité la marque déposée de notre identité. De telles personnes sont autant de pierres que notre histoire a laissé derrière nous pour qu’un jour nous puissions, enfin, reprendre le chemin qui nous ramènera chez «Nous». Je formule le vœu sincère pour que ce chemin soit le plus long possible. Il sera plein de dangers et d’obstacles mais les nombreux matins qui s’y lèveront verront nos pas fatigués mais résolus à atteindre les portes de nos vieilles cités pour y franchir les seuils de nos anciennes demeures dont nous avons conservé les clefs. C’est sur ce chemin sans fin que nous aurons à retrouver intacte toute la richesse que l’histoire, généreuse, a prodiguée à la vaste géographie de mon pays. Ce chemin ne mène pas à Ithaque car mes ancêtres, comme le sirocco et l’harmattan, habitent l’espace et le temps. Je ne sais, alors, ma grande sœur Claudine, comment te remercier d’avoir existé.  
Source : elwatan.com | 2017-11-05 12:00:00.0
[La Presse] Le jeudi 12 octobre à l'Institut La Rachidia (rue Driba Tunis), les mélomanes de malouf et de musique authentique auront rendez-vous avec le concert «La Nouba parfumée» de Mohamed Ali Kammoun. Fruit de quatre workshops exploratoires sur le malouf, organisés dans l'ensemble des gouvernorats tunisiens durant deux années, ce récital s'inscrit dans le cadre de la clôture du projet musical «Caravane des 24 parfums».
Source : AllAfrica | 2017-10-09 13:55:09.0

Liens : Artistes et Groupes de Malouf

el-annabi-com-annaba-maloufLe Malouf

Le malouf, musique classique algérienne, de Annaba et de Constantine



Vous pouvez Soumettre un Lien dans cette catégorie