Photo de Max Romeo

Max Romeo

Origine : Jamaique
Instrument :
Styles : Reggae

Max Romeo : discographie

Max Romeo - Best Of album cover Album : Best Of
Année : 2008
Max Romeo - Walk a Little Bit Prouder album cover Album : Walk a Little Bit Prouder
Année : 2008
Max Romeo - Max Romeo Sings Hits Of Bob Marley album cover Album : Max Romeo Sings Hits Of Bob Marley
Année : 2006
Max Romeo - Pocomania Songs album cover Album : Pocomania Songs
Année : 2006
Max Romeo - Crazy World Of Dub album cover Album : Crazy World Of Dub
Année : 2005
Max Romeo - A Little Time For Jah album cover Album : A Little Time For Jah
Année : 2004
Max Romeo - First In Live album cover Album : First In Live
Année : 2004
Max Romeo - The Coming Of Jah - Anthology 1967-76 album cover Album : The Coming Of Jah - Anthology 1967-76
Label : Trojan
Année : 2002
Max Romeo - In This Time album cover Album : In This Time
Année : 2001
Max Romeo - On the beach album cover Album : On the beach
Année : 2001
Max Romeo - Something is Wrong album cover Album : Something is Wrong
Année : 2000
Max Romeo - Open the Iron Gate 1973 - 1977 album cover Album : Open the Iron Gate 1973 - 1977
Année : 1999
Max Romeo - Selassie I Forever  album cover Album : Selassie I Forever
Année : 1999
Max Romeo - McCabee Version album cover Album : McCabee Version
Année : 1995
Max Romeo - Our Rights album cover Album : Our Rights
Année : 1995
Max Romeo - The Cross or the Gun album cover Album : The Cross or the Gun
Année : 1995
Max Romeo - Wet Dream album cover Album : Wet Dream
Année : 1993
Max Romeo - Far-I Ship Dub album cover Album : Far-I Ship Dub
Année : 1992
Max Romeo - Fari - Captain Of My Ship album cover Album : Fari - Captain Of My Ship
Année : 1992
Max Romeo - Transition album cover Album : Transition
Année : 1989
Max Romeo - One Horse Race album cover Album : One Horse Race
Année : 1985
Max Romeo - I Love My Music album cover Album : I Love My Music
Année : 1982
Max Romeo - Holding Out My Love To You album cover Album : Holding Out My Love To You
Année : 1981
Max Romeo - Reconstruction album cover Album : Reconstruction
Année : 1978
Max Romeo - War Ina Babylon album cover Album : War Ina Babylon
Année : 1976
Max Romeo - Revelation Time album cover Album : Revelation Time
Année : 1975
Max Romeo - Every Man Ought To Know album cover Album : Every Man Ought To Know
Année : 1974
Max Romeo - Let The Power Fall album cover Album : Let The Power Fall
Année : 1971
Max Romeo - A Dream By Max Romeo album cover Album : A Dream By Max Romeo
Année : 1969

Actualité de Max Romeo

Avec plus de cinq décennies de carrière derrière lui, Max Romeo sort un nouvel album baptisé Words From the Brave sur le label français Baco Records. Après de longues années d'absence discographique, l'auteur des fameux War Ina Babylon, One Step Forward ou encore Chase the Devil nous livre un opus de dix titres dont un featuring avec son fils, Azizzi Romeo.L'histoire de cet album commence trois ans en arrière, en 2016, lors d'une tournée avec le groupe Roots Heritage. Les musiciens composent plusieurs morceaux qui vont convaincre Max Romeo de retourner en studio. Cette co-production franco/jamaïcaine entre Charmax Music et Strong Foundation nous offre un album qui allie la plume acérée de l'icône du reggae aux riddims minutieux et aériens de Roots Heritage. Dans ce nouvel opus enregistré dans sa totalité en Jamaïque au Red Ark Studio, on y découvre des topics qui dépeignent la société jamaïcaine d'aujourd'hui, les réalités sociales, économiques et politiques du pays. Mais aussi des messages plus globaux et adressés à la nouvelle génération. Un album à l'image des productions des années 70 qui allie à la fois sincérité et sagesse accompagnées de riddims purement roots.Cet effort très attendu par les fans de roots va largement combler leurs attentes, et peut-être même plus encore... A 74 ans la voix de ténor du chanteur jamaïcain est toujours au rendez-vous et son vibrato si particulier n'a pas bougé d'un poil. On ouvre l'album avec le très deep The World Is On Fire et ses solos de guitare électrique diaboliques. On poursuit avec Have You Ever Hit Rock Bottom, un tune avec des sonorités jazzy qui s'entremêlent sublimement à la voix percutante de Max Romeo. S'ensuit le très énergique Heaven et ses passages de cuivres envoetucirc;tants. Le titre éponyme de l'album nous ramène lui dans un univers plus roots. La section de cuivres accompagnée d'un couple basse/batterie implacable nous montre à quel point l'alchimie entre Max Romeo et les Roots Heritage fonctionne parfaitement.Avec Eve of Destruction, Max Romeo nous livre une sublime reprise du titre de Barry McGuire. Un titre intemporel et toujours autant d'actualité. Le sixième track de l'album est le seul qui accueille un invité. Et pas n'importe lequel ! C'est Azizzi Romeo, le fils de Max en personne qui vient poser sa voix sur le rub-a-dub Penguin. On poursuit avec Too Many, un titre plein de bonnes vibes porté par un riddim roots et souligné par des interventions parfaitement maîtrisées à la guitare électrique. L'avant-dernier morceau, Say Yes, dévoile à merveille le vibrato si particulier de Max Romeo sur un riddim entraînant. On termine cet album avec l'exaltant Thank God au rythme très dansant quasi ska !Avec ce nouvel album qui marque le retour du géant Max Romeo, l'âge d'or du reggae revit pendant quelques instants. Un album de haute voltige avec des riddims travaillés, minutieux, tranchants et la voix profonde de Max Romeo. On ne peut que croiser les doigts pour que la collaboration entre Roots Heritage et Max Romeo dure encore des années !Tracklist :01. The World Is On Fire02. Have You Ever Hit Rock Bottom03. Heaven04. Words From the Brave05. Eve of Destruction06. Penguin feat. Azizzi Romeo07. Too Many08. The Farmer's Story09. Say Yes10. Thank Godbacoshop.fr/etiquette/max-romeo-frsmarturl.it/WordsFromTheBrave
Source : reggae.fr | 2019-07-01 02:00:00.0
Aujourd'hui c'est le 420 Day, proclamé journée internationale des fumeurs de weed. Référence anglo-saxonne à l'heure de l'après-midi 4h20, propice pour fumer un joint, elle est par extension devenue à la fois un terme pour désigner les rassemblements pro-cannabis, mais aussi une date (le 20 avril, prononcé "four twenty" en anglais, ou 4/20) à laquelle on célèbre le cannabis et la contre-culture qui l'entoure. Reggae.fr vous offre une playlist spéciale ganja pour accompagner votre journée et éventuellement votre spliff. Pas la peine d'attendre 16H20 pour jouer ces sons. A consommer sans modération !Max Romeo - My Jamaican CollieSi les Gaylads chantaient les mérites des femmes jamaïcaines en 1971 (My Jamaican Girl), Max Romeo semblait préférer la weed malgré son pseudo de charmeur. L'auteur du tube War Ina Babylon chipe aux Gaylads leur mélodie et remplace les filles par la ganja en 1973 sur My Jamaican Collie. "J'ai voyagé partout dans le monde et j'ai fumé plein de variétés d'herbes. Mais de toutes les weeds que j'ai fumées, c'est celle que je préfère. C'est mon herbe jamaïcaine". La Jamaïque semble donc abriter la meilleure weed et les plus belles femmes du monde si l'on en croit nos artistes reggae. Deux raisons de plus d'aller visiter l'île...Black Uhuru - Sinsemilia"I've got a stalk of sinsemilia growing in my back yard !" Michael Rose avoue en musique et sans honte cultiver de la marijuana et livre avec Black Uhuru un énième hymne à la ganja avec ce Sinsemilia, classique indémodable. Nous sommes en 1980 et Black Uhuru est en train de vivre sa période la plus productive tandis que le reggae est en pleine période charnière. Le son de Channel One prend le dessus et le reggae roots s'aventure dans des sons plus lourds, plus profonds. Sly et Robbie sont les responsables de ce puissant basse-batterie typique du roots des années 80 qui prend tout son sens sur ce Sinsemilia. Michael Rose, au lead vocal, y expose tous les bienfaits de son herbe préférée et Duckie Simpson et Sandra Puma Jones accentuent ses propos de leurs harmonies plaintives. Un moment de grâce agrémenté d'une petite dédicace à Peter Tosh en fin de morceau, lui qui a souvent été persécuté à cause de son combat pour la décriminalisation de la marijuana.Peter Broggs - International FarmerL'hymne par excellence de tous les cultivateurs de ganja. Peter Broggs fut le premier artiste à signer sur le label américain Ras Records. Son hit International Farmer aura droit à deux versions, chacune présente sur des albums distribués par Ras Records. La version originale date de 1982 avec les Roots Radics au backing band, sur l'album Rastafari Liveth. Très épurée, sans artifice, cette version est un véritable roots killer qui aura droit à une deuxième jeunesse dans les années 2000 avec le riddim reboosté par les Français de Furybass qui feront notamment poser Million Stylez avec le bretucirc;lant Move From On Yah (autre ganja tune très réussi). La deuxième version est présente sur l'album Rise And Shine, sorti en 1985. Cette fois, ce sont les Wailers en personnes qui se chargent du riddim. Le mix est plus précis, les arrangements et harmonies plus travaillés et le résultat tout aussi convaincant.Triston Palmer - Joker Smoker"Dem a joker smoker !" En 1982, Triston Palmer fustige les faux fumeurs, ceux qui ne veulent pas acheter de weed, mais qui viennent sans cesse en quémander à leurs amis. "Tu leur donnes de la sensi, ils te demandent une feuille. Tu leur donnes une feuille, ils te demandent du feu." Un classique du early dancehall produit par le deejay Jah Thomas, orchestré par les Roots Radics et enregistré à Channel One à l'époque où les techniques d'overdubs se développent de plus en plus. Triston Palmer lui ne semble pas être un joker smoker puisqu'il pousse la plaisanterie jusque sur la pochette de l'album qui porte le même titre où son nom est inscrit sur des paquets de feuilles à rouler !Mighty Diamonds - Pass the KouchieLes ganja tunes sont nombreux dans l'histoire du reggae. Mais celui-ci fait partie des plus célèbres. Pass the Kouchie (littéralement "passe la pipe") a été enregistré par les Mighty Diamonds au début des années 80 au studio Channel One pour le compte du producteur Gussie Clarke. Un roots lancinant aux paroles presque humoristiques reprises quelques années plus tard par les Musical Youth, un groupe d'enfants chanteurs anglais. Les Musical Youth tranforment toutes les références à la weed en des allusions à la nourriture. Le "Kouchie" devient ainsi un "Dutchie", autrement dit une marmite en patois. La version juvénile devient un tube international et contribue bien setucirc;r à faire connaître le morceau des Diamonds qui ne voient pourtant pas d'un très bon oeil cette reprise. Le groupe jamaïcain ira même jusqu'à porter plainte contre Musical Youth pour plagiat. La justice leur a donné raison en 2012.Michael Palmer - Smoke the WeedFume la weed oui, mais ne fume pas les graines ! Tout fumeur de joints qui se respecte connaît cette règle. L'odeur et le goetucirc;t d'une graine bretucirc;lée fait vite passer l'envie d'en laisser traîner une dans son spliff. Ce n'est pourtant pas pour cette raison que Michael Palmer nous interdit de fumer les graines. Non, pour lui, on en a tout simplement besoin pour les semer et donner vie à de nouveaux plants de ganja. Argument recevable !John Holt - Police in HelicopterSans aucun doute l'un des plus grands titres de John Holt, Police in Helicopter n'est pourtant pas ce à quoi le monsieur nous a habitués. Spécialiste du lover's rock et du rocksteady avec les Paragons, puis en solo, il signe un véritable hit early dancehall en 1983 avec ce Police in Helicopter produit par Henry Junjo Lawes sur son label Volcano. Les Roots Radics, LE backing band de l'époque, se chargent de jouer le riddim et la combinaison des deux est tout simplement somptueuse. Un hymne qui sera banni des radios et qui assurera un énorme succès à son auteur qui l'avait pourtant écrit en quelques minutes : "Un jour, je prenais l'avion pour aller de Montego Bay à Kingston. J'ai regardé par le hublot et j'ai vu tous ces hélicoptères et cette fumée qui venait de grands feux en bas. La police était en train de bretucirc;ler des champs de marijuana. J'ai demandé un bout de papier et j'ai écrit la chanson en 15 minutes dans l'avion : " Police in helicopter. Searching for marijuana ". Et je disais : " Si vous continuez à bretucirc;ler les champs de weed, on va bretucirc;ler les champs de cannes à sucre ". Et le gouvernement a interdit la chanson car des gens de St Ann se sont mis à allumer des feux dans les champs de cannes à sucre. Ils ont pris cette chanson très au sérieux."Chezidek - Leave the TreesChezidek est connu pour être un artiste proche de la nature. Malgré sa notoriété grandissante, il n'a jamais quitté ses montagnes natales et vit au milieu de la forêt, se contentant la plupart du temps de ce qu'elle lui offre. Il affiche ce mode de vie dans ce tube qui le révéla au grand public en 2004. Posé sur un recut du Chapter A Day Riddim de Jacob Miller, Leave the Trees est une ode à la ganja, mais pas seulement... Chezidek fait bien setucirc;r référence aux nombreuses plantations d'herbe détruites en Jamaïque par les forces de l'ordre, mais il va au-delà de ça en rappelant au monde entier que les plantes sont des êtres-vivants. "Laissez les arbres tranquilles, laissez-les vivre. Vous ne voyez pas que vous détruisez l'environnement". Avec des lyrics simples, une voix cristalline et une mélodie reconnaissable entre mille, l'artiste de St Ann grave à jamais un message fort qu'il n'est pas inutile de se ressacer de temps en temps.Alborosie - HerbalistNous sommes en 2006 et la planète reggae découvre un véritable OVNI : l'Italien Alborosie. Un Européen qui fait du reggae aussi bien que les Jamaïcains, on n'avait pas vu ça depuis Gentleman ! Herbalist est le premier hit de l'Italien installé en Jamaïque. Et quel hit ! Un ganja tune qui, au-delà de prôner la consommation de weed, glorifie carrément le trafic. Après tout, sans les revendeurs, les fumeurs n'auraient rien à se mettre dans les poumons... "Herbalist, High grade specialist. Import green stash, export green cash !" Le titre se retrouvera sur l'album Soul Pirate en 2008, un opus qui compile les meilleurs singles de l'artiste enregistrés depuis ses débuts et qui se positionne rapidement comme un classique. Définitivement l'un des meilleurs albums reggae de la première décennie des années 2000.Micah Shemaiah et Rassi Hardknocks - LegalPar le passé les artistes jamaïcains étaient nombreux à se plaindre en musique de la législation répressive vis-à-vis de la marijuana ou à réclamer sa légalisation. Aujourd'hui, les lois s'assouplissent partout dans le monde, à la Jamaïque y compris, et les lyrcis changent petit à petit. En 2016, le jeune et talentueux Micah Shemaiah s'en réjoussait sur le profond Legal en feat avec Rassi Hardknocks posé sur un somptueux recut du Can't Stop Righteousness des Gladiators !
Source : reggae.fr | 2019-04-20 02:00:00.0