Artistes et Groupes de Reggae

Pays : Jamaique

Exemples de morceaux representatifs de Reggae



Artistes ou Groupes

340ml(2)[video]  -  Abdel Wright(1)  -  Abdou Day(2)  -  Abdoul Jabbar(1)  -  Abega(3)  -  Abijah(3)  -  Adioa(4)[infos]  -  Admiral Bailey(4)  -  Adrien Bass(1)  -  African Brothers(3)  -  African Bush Doctor(0)[video]  -  African Head Charge(17)[infos]  -  Agana(1)[video]  -  Ahmed Faras(0)  -  Akwe(0)  -  Al Campbell(11)  -  Al Pancho(1)  -  Albert Griffiths(0)  -  Alex Kajumulo(1)  -  Alpha Blondy(25)[infos][audio][video]  -  Alpha Mim(1)  -  Alpha Oméga(1)  -  Alpha Rowen(1)[video]  -  Alpha Wess(1)  -  Amazulu(8)  -  Andrew Tosh(4)  -  Anguilé(1)  -  Annette Brissett(1)  -  Anthony B(21)[infos][video]  -  Anthony Johnson(2)  -  Apple Gabriel(4)  -  Arkaingelle(1)  -  Asher Senator(1)  -  Askia Modibo(1)[infos]  -  Aston "Family Man" Barrett(2)  -  Aswad(28)[video]  -  Augustus Pablo(33)[infos]  -  Aziz Wonder(0)[infos]  -  Babadi(5)[video]  -  Baby G(1)  -  Back Jardel(1)  -  Backom(2)  -  Baco(5)[infos][video]  -  Bafing Kul(1)  -  Baloji(1)  -  Baraka Oyuru(1)  -  Barbara Jones(0)  -  Barrington Levy(37)[video]  -  Barrington Spence(3)  -  Barry Brown(4)  -  Baster(12)[video]  -  Bee Pasteef(1)  -  Benjam(6)[video]  -  Benz'n(1)  -  Beres Hammond(28)[infos][video]  -  Big Youth(23)[infos][video]  -  Billy Boyo(2)  -  Bim Sherman(25)[infos]  -  Bingui Jaa Jammy(4)[infos][video]  -  Black Medio(0)  -  Black Roots(6)  -  Black Uhuru(34)[infos]  -  Bob Andy(5)  -  Bob Dahilou(1)[infos]  -  Bob Marley & The Wailers(11)[infos][video]  -  Bobby Ellis(2)  -  Brigadier Jerry(6)  -  Brother Ayouba(1)[video]  -  Buju Banton(19)[infos][video]  -  Bunny Wailer(26)[infos]  -  Burning Spear(41)[infos][video]  -  Burro Banton(3)[infos]  -  Bushman(11)[video]  -  COUP SEC(1)  -  Capleton(20)[infos][video]  -  Carl Harvey(1)  -  Carlene Davis(7)[infos]  -  Cedric "Im" Brooks(5)  -  Cedric 'Congo' Myton(3)  -  CeePee(1)  -  Chaka Demus & Pliers(8)[infos][video]  -  Charlie Chaplin(10)  -  Chata Addy(2)  -  Chezidek(4)[infos]  -  Chow Panachie(1)  -  Chrisinti(2)  -  Clancy Eccles(3)[infos]  -  Cliff Brown Tchiepi(0)  -  Clint Eastwood(3)  -  Clinton Fearon(9)  -  Clive Hunt(1)  -  Cocoa Tea(39)[infos]  -  Cornell Campbell(16)[video]  -  Cultural Roots(2)  -  Culture(32)  -  Défoul' la mêm(4)  -  Daddy Freddy(11)  -  Daddy Nuttea(5)[infos]  -  Daddy Rings(3)  -  Damian Marley(4)[infos][video]  -  Daweh Congo(7)  -  Deïdo Tree(0)  -  Dean Fraser(9)[infos]  -  Delroy Washington(2)  -  Delroy Williams(1)  -  Delroy Wilson(10)[infos]  -  Dennis Brown(90)[infos][video]  -  Dezarie(3)  -  Diana Rutherford(1)  -  Didyé Kérgrain(1)  -  Dillinger(9)  -  Dj Dan(2)  -  Djama(4)[video]  -  Djos Kezo(0)  -  Dolé(0)  -  Don Carlos(1)  -  Doniki(1)  -  Dr Mooch(1)  -  Dr. Alimantado(8)  -  Dread Maxim(2)  -  Earl Chinna Smith(3)  -  Earl Sixteen(5)[infos]  -  Earth and Stone(1)  -  Eek a Mouse(16)  -  Elie Kamano(1)[video]  -  Elijah Prophet(1)  -  Empress Ayeola(1)  -  Energy Crew(1)  -  Eric Donaldson(14)  -  Ernest Ranglin(13)  -  Etana(1)[video]  -  Fôô Fanick(0)[video]  -  Fac Alliance(3)[video]  -  Fadal Dey(0)[video]  -  Frankie Paul(7)[infos]  -  Freaky Joe aka Sing'A'Teh(1)[video]  -  Fred Locks(3)  -  Freddie Mc Gregor(41)  -  Ganga Vibes(0)  -  Garnett Silk(8)[infos]  -  Gato Negro(1)  -  General Degree(3)  -  Gladstone_Anderson(3)  -  Glen Washington(16)  -  Gondwana(5)  -  Guya Tchendo(0)  -  Gyptian(5)[video]  -  Half Cast(0)[video]  -  Harry Mo(1)  -  Hass Keita(0)  -  Hass Mosa(2)[video]  -  Hoba Hoba Spirit(0)[infos]  -  Horace Andy(44)[infos][video]  -  Horace Martin(3)  -  Hugh Mundell(8)  -  I Roy(17)[video]  -  I-Three(2)  -  Ijahman(24)  -  Inner Circle(21)[infos]  -  Innocent Galinoma(1)[video]  -  Ismaël Isaac(7)[infos][video]  -  Ismaël Wonder(1)  -  Israel Vibration(33)[infos][video]  -  Jackie Mittoo(29)[infos]  -  Jacob Miller(8)[infos]  -  Jah Cure(5)[infos][video]  -  Jah Lion(1)  -  Jah Lloyd(3)[infos]  -  Jah Mali(2)  -  Jah Mason(11)[infos]  -  Jah Milk(1)  -  Jah Nesta(1)  -  Jah Prince & The Prophets Band(1)  -  Jah Shaka(17)[infos]  -  Jah Stitch(4)[infos]  -  Jah Woosh(2)  -  Jah'Key Malle(0)  -  Jahel(0)  -  Jahwise(3)[video]  -  Jamadom(2)  -  Jede I Tafari(0)[video]  -  Jerry Jheto(1)  -  Jhiko Manyika(3)  -  Jim Kamson(1)  -  Jimmy Cliff(35)[infos]  -  Jimmy Riley(14)  -  Joe Gibbs(7)  -  Joe Higgs(3)[infos]  -  John Chibadura(7)[infos]  -  John Holt(42)  -  Johnny Clarke(8)[infos][video]  -  Joseph Cotton(8)  -  Josey Wales(3)  -  Judy Mowatt(10)[infos]  -  Julian Marley(4)[infos]  -  June Lodge(2)  -  Junior Delgado(23)[infos]  -  Junior Kelly(9)[infos][video]  -  Junior Murvin(3)[infos]  -  Junior Reid(19)[infos]  -  Justin Hinds(7)[infos]  -  Kajeem(2)[video]  -  Kalash(3)  -  Kaliroots(2)  -  Kalory Sory(1)  -  Kana(2)  -  Keith Hudson(11)  -  Ken Boothe(35)  -  Kiddus I(3)[infos]  -  King David(1)  -  King Sounds(7)  -  Kizito(2)[video]  -  Koko Dembele(1)  -  Kom'Zot(4)  -  Kuami Mensah(0)[video]  -  Kulcha Far I(3)  -  Kussondulola(6)[video]  -  Kwame Bediako(3)  -  Ky Mani Marley(1)  -  Kâyamanga(1)  -  Larry Cheick(1)  -  Lee "Scratch" Perry(22)  -  Leroy Brown(1)  -  Leroy Smart(6)  -  Linton Kwesi Johnson(15)[infos][video]  -  Linval Thompson(3)[video]  -  Little John(4)  -  Little Roy(7)[infos]  -  Lord Of Ajasa(1)  -  Luciano(41)  -  Lucky Dube(20)[infos][audio][video]  -  Lutan Fyah(11)  -  Lyricson(3)[video]  -  Macka B(17)[infos]  -  Mad Cobra(7)  -  Madoxx(0)  -  Maiko Zulu(1)  -  Majek Fashek(4)[infos][video]  -  Manleo(1)  -  Marcel Salem(2)[video]  -  Marcia Aitken(1)  -  Marcia Griffiths(18)[infos]  -  Marlaoui(0)  -  Marlon Asher(2)  -  Marloy(1)  -  Maroghini(2)[infos]  -  Mawana Slim(1)  -  Max Romeo(29)[infos]  -  Maxi Priest(13)  -  Mc Duc(1)  -  Merger(1)[video]  -  Message Roots(1)  -  Michael Prophet(21)[infos]  -  Michael Rose(27)[video]  -  Michael Smith(1)  -  Michel Legris(0)[video]  -  Mikey Dread(21)[infos]  -  Mikey General(2)  -  Mikey Ras Starr(1)  -  Mikey Spice(6)  -  Milton Henry(1)  -  Mireille Tikry(0)[video]  -  Misty in Roots(9)[infos]  -  Mo'Kalamity(2)  -  Momo Roots Soumah(1)  -  Morgan Heritage(14)[infos][video]  -  Moses I(1)  -  Muinguilo(2)  -  Mutabaruka(12)[infos]  -  Mystic Man(1)  -  NNeka(6)  -  NZH(0)[video]  -  Naftaly(1)  -  Nasio Fontaine(5)[infos][video]  -  Nasty D(6)  -  Natty Dread Reunion(4)  -  Nazarenes(3)  -  New Breed(1)  -  Nicy(1)  -  Nikko(4)  -  Niominka-bi(6)[infos]  -  Norris Reid(2)  -  Nuttea(10)[infos]  -  Nyala(1)  -  Nzela(2)  -  O'Yaba(5)  -  Olmyta(0)[video]  -  Pablo Gad(1)  -  Pablo Moses(15)[infos][video]  -  Pach Jahwara(0)  -  Papa San(11)[infos]  -  Paps Natty General(0)  -  Patra(2)[video]  -  Patrick Persée(4)[video]  -  Peter Broggs(9)[infos]  -  Peter Tosh(17)[infos][video]  -  Peterside Ottong(2)  -  Philip Toussaint(1)  -  Poglo(4)  -  Prince Alla (Prince Allah)(13)[infos]  -  Prince Far I(19)[infos]  -  Prince Jazzbo(1)[infos]  -  Prince Lincoln Thompson(5)  -  Prince Osito(0)  -  Queen Ifrica(2)[video]  -  Queen Omega(4)  -  Racine des Iles(1)  -  Ramses De Kimon(1)[infos]  -  Ranking Dread(3)[infos]  -  Ranking Joe(2)[infos]  -  Ras Amadeüs Bongo(1)  -  Ras Dumisani(2)[infos]  -  Ras Elia Hassou(0)  -  Ras Ly(0)[video]  -  Ras Natty Baby(6)[video]  -  Ras Naya(0)  -  Ras Noël(5)  -  Ras kimono(2)  -  Rasbawa(4)  -  Rass Kwame(1)  -  Rass Shiloh(5)  -  Richie Spice(7)[infos][video]  -  Rico Rodriguez(4)[infos]  -  Rita Marley(6)[infos]  -  Rocky Dawuni(5)[infos]  -  Rod Taylor(2)  -  Rootz Underground(2)  -  Salim Jah Peter(1)  -  Sally Nyundo(0)[video]  -  Salone Ishmael(2)  -  Salone JR(1)  -  Samx(4)  -  Saël(4)[video]  -  Scientist(13)  -  Sean Paul(7)[infos]  -  Selasee Atiase(1)  -  Serges Kassy(3)[video]  -  Seyni & Yéliba(2)  -  Shasha Marley(1)  -  Sistah Mad'Ness(0)  -  Sister Carol(7)[infos][video]  -  Sizzla(36)[infos][video]  -  Sly & Robbie(24)  -  Soumaïla Diarra(0)[infos]  -  Spraggy(1)  -  Steel Pulse(18)[infos]  -  Stephen Marley(3)[video]  -  Taj Weekes(3)  -  Takana Zion(4)[video]  -  Tangara Speed Ghôda(2)[video]  -  Tanya Stephens(5)[infos][video]  -  Tarrus Riley(3)[video]  -  Tatu Clan(1)[video]  -  Teba Shumba(0)[video]  -  Teezy(1)  -  Terry Linen(3)  -  The Abyssinians(11)[infos][video]  -  The Aggrovators(13)  -  The Black Missionaries(0)[video]  -  The Chantells(1)[infos]  -  The Congos(13)[infos]  -  The Ethiopians(11)[infos]  -  The Gladiators(40)  -  The Heptones(16)[infos][video]  -  The Itals(10)[infos]  -  The Mandators(1)  -  The Meditations(9)[infos]  -  The Melodians(5)  -  The Mighty Diamonds(38)  -  The Mighty Three's(1)  -  The Rastafarians(1)[infos]  -  The Royals(2)  -  The Slickers(2)[infos]  -  The Tamlins(8)  -  The Twinkle Brothers(45)  -  The Viceroys(5)  -  The Wailers(11)  -  Third World(18)  -  Tiken Jah Fakoly(12)[infos][video]  -  Tommy McCook(15)[infos]  -  Tommy T(1)  -  Tony Roots(1)  -  Tony Tuff(20)  -  Toots and the Maytals(27)  -  Trinity(6)  -  Triston Parmer(1)  -  Turbulence(11)  -  U Brown(5)  -  U Roy(22)  -  V Santym(0)  -  VIB(1)  -  Vagabond Squad(0)  -  Valley(2)  -  Vickson(0)[video]  -  Waby Spider(3)  -  Wailing Roots(1)  -  Wailing Souls(18)  -  Wailing Souls(10)[video]  -  Wanamah(0)  -  Warrior King(3)  -  Wayne Wade(3)  -  Welton Irie(6)  -  Willie Williams(4)  -  Winston Jarrett(6)  -  Winston Mc Anuff(6)  -  X-MAN(1)  -  Yabby You(9)[infos]  -  Yami Bolo(13)  -  Yaya Yaovi(1)[video]  -  YeahmanC(2)  -  Yellowman(56)[infos][video]  -  Yongy Lorenzo(0)  -  Youss Nassa(0)[video]  -  Zêdess(3)[video]  -  Zed-I(1)  -  Zhou-Mack(1)  -  Ziggy Marley(17)[infos]  -  Zoanet Comes(4)  -  

Compilations

Afro Reggae Party(1)  -  Dancehall Nice Again(3)  -  Fly African Eagle(1)  -  Planete Reggae(1)  -  Raggae Gold(10)  -  Raggae-Kolor(1)  -  Reggae Africa(1)  -  Reggae Meets Africa(1)  -  Reggae Over Africa(1)  -  Sun Splash(0)  -  

Actualité : Artistes et Groupes de Reggae

Abi by Night #1 avec Tiken Jah Fakoly

Nous inaugurons une nouvelle rubrique aujourd'hui, grâce à Claire Bottier, journaliste basée à Abidjan en Côté d'Ivoire et passionnée de reggae ! Nous avons déjà eu l'occasion de vous le montrer dans ces colonnes, Abidjan est sans aucun doute la capitale africaine du reggae. De nombreux artistes internationaux en sont issus et de nombreux concerts y ont lieu toute l'année. Pour nous plonger dans les nuits reggae d'Abidjan pour la première fois, Claire a choisi - dans le cadre de sa rubrique Abi by Night #1 - de nous faire vivre le festival Abidjan By Night, qui s'est tenu le 28 décembre au Palais de la Culture.Ce dernier accueillait cette année l'icône du reggae Tiken Jah Fakoly. De retour en Côte d'Ivoire après une tournée de 72 dates, l'artiste ivoirien avait promis à son public un concert exceptionnel pour clôturer l'année. Tiken Jah Fakoly a largement tenu sa promesse en offrant un spectacle de haute volée de plus de deux heures. Porté par un public de près de 3000 personnes, l'artiste et ses musiciens ont enflammé la scène en reprenant certains des plus grands titres du chanteur, comme Ouvrez les frontières ou Le prix du paradis. Toujours aussi charismatique et débordant d'énergie, Tiken Jah Fakoly a partagé ses messages militants en faveur d'une Afrique unifiée et solidaire, repris en communion par le public. L'artiste n'a pas manqué de mettre à l'honneur son dernier album (Le monde est chaud), en clamant son amour pour le continent avec We love Africa et en offrant une version traditionnelle de Kodjougou, superbement rythmée et envoetucirc;tante. Le concert s'est achevé avec le titre Le monde est chaud qui dénonce l'inaction politique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Un grand big up à Tiken Jah Fakoly et ses excellents musiciens pour cette soirée exceptionnelle qui a fait vibrer Abidjan ! (webremix.info)


Fatbabs - Music Is For Kids

Le nom de Fatbabs est déjà bien ancré dans la scène musicale française avec ses apports sur de multiples projets. Il était donc plus que temps de le voir sortir de l'ombre pour nous proposer son premier album sur le label Big Scoop Records. Pour le réaliser il a choisi de faire résonner les voix de plusieurs artistes illustrant ainsi son goetucirc;t pour le partage et la création en équipe. Il rassemble ainsi sur ce projet des artistes de tous horizons dont l'icône jamaïcaine Sizzla, le rappeur français Demi Portion, l'artiste reggae originaire de Nouvelle-Calédonie Marcus Gad, mais aussi Naâman son complice de toujours et bien d'autres, et on peut le dire c'est une équipe qui gagne !Music is for kids offre la promesse d'être une bouffée d'énergie et de soleil dès la pochette qui arbore une joyeuse ribambelle d'enfants aux côtés de notre beatmaker tout sourire.Véritable maître du rythme, Fatbabs nous propose un voyage entre peps et légèreté. Ce sont les cuivres et la basse reggae soul de A quoi tu penses qui nous accueillent en ouverture avec la voix enchanteresse de Naeteuml;, douce invitation à prendre le large pour le reste des titres à venir. Le reggae est présent par touches subtilement amenées mais Fatbabs manie surtout à merveille le mélange des styles. Il nous livre une vibe funk communiant avec le hip-hop pour chanter la grandeur de la gent féminine sur Woman (Feat Jazz P, Mc Kaur et Soom T), une trompette très jazzy et un ukulélé funky sur Sad Owl où Rachel Lacroix nous convainc totalement. Il couple aussi à merveille hip-hop, soul et gospel avec son acolyte Naâman sur Like a melody, associé à Mood SupaChild.S'invite aussi un univers trap électro aux côtés de Madeline dans Life is a Child puis une ambiance farniente estivale avec le planant Inspiration très tourné électro chill. Cette sérénité se poursuit avec le captivant Relate entonné par Marcus Gad qui contraste avec l'univers plus dub et la puissance du jamaicain Sizzla dans Look Out. On en place une spéciale pour le titre éponyme avec sa guitare acoustique gitano et pour le subjuguant et spirituel Enfant de la terre chanté par Adil Smaali, un morceau qui illustre d'ailleurs parfaitement l'éclectisme de cet album. N'oublions pas de citer Keep on Rolling (feat. Naâman et Demi Portion) et Lalala aux côtés de la team des amis du beatmaker (et quelle équipe : Naâman, Jahneration, Volodia, Kenyon, Cheeko, D'Clik, Scars, Francis et Mardjenal).Comme un grand chef gastronomique Fatbabs assaisonne chaque morceau de sonorités précises, riches et variées. Music is for kids est une grande et belle ouverture musicale que l'on salue ! Un album dont on ne peut que se délecter. (webremix.info)


Jah Massive - Interview Dub Ambassador

Jah Massive est un sound system basé à Upsala en Suède et actif depuis 2004. Jah Massive c'est aussi un label que tout amateur de stepper mystique et méditatif se doit de connaître. Nous avons eu la chance de le rencontrer en juin dernier lors du So Good Festival pour un entretien aussi intéressant qu'agréable.Reggae.fr : Pour commencer, peux-tu te présenter au public français ?Jah Massive : Mon nom est Robin aka Jah Massive, je viens de Suède et j'ai monté mon sound system au début des années 2000, autour de 2004. Je suis en mission avec la musique de Jah, je voyage partout autour du monde pour la jouer.Parle-nous de ta découverte du reggae et de la culture sound system.J'écoutais du reggae bien avant de découvrir les sound systems. Des cousins à moi m'avaient donné beaucoup de cassettes avec des mix reggae donc c'est ce que j'écoutais ; j'avais douze ans et je suis né en 1981 donc c'était en 92 ou 93 et je n'ai découvert le sound system qu'en 1998, cinq ans plus tard. J'achetais déjà des vinyles et j'ai vu une affiche avec des haut-parleurs, mais je n'avais pas réalisé ce que c'était. J'avais aussi une K7 avec Jah Shaka, c'était l'enregistrement d'une session sound system, mais je ne le savais pas, je pensais que c'était un live band qui jouait un concert avec un chanteur incroyable, des échos et tout ; je n'avais jamais entendu de sélection avant parce que je ne connaissais pas les sound systems, personne ne m'en avait parlé. Et puis en 1998 un sound system s'est monté dans ma ville à Upsala, Meditative Soundsystem, c'était le premier et là je suis allé aux sessions, j'ai vu des box, j'ai vu ce qu'ils faisaient et j'ai compris quelle était ma mission. Je collectionnais et j'avais déjà beaucoup de disques que je jouais déjà très fort mais chez moi. Je ne connaissais rien au sound system et pourtant quelque part j'y étais déjà connecté, donc après ça je me suis lancé.Parle-nous de la culture reggae et sound system en Suède.La Suède a une culture reggae, nous avons des villes comme la mienne, Upsala, qui ont une réelle histoire avec le reggae avec le Upsala Reggae Festival, il y a des groupes de reggae qui viennent d'Upsala, et la culture sound system est arrivé en 1998, le premier sound system du pays était d'Upsala. Nous avons donc une petite culture reggae en Suède mais ça ne prend pas autant d'ampleur qu'ici en France ou dans d'autres parties de l'Europe.Les productions Jah Massive sont toujours reconnaissables, souvent très mystiques. Comment arrives-tu à garder cette originalité ?Premièrement, je ne veux pas faire les choses comme tout le monde donc je le fais de façon " old school ". Je joue tout sur des claviers, je n'utilise pas beaucoup de sons qui viennent d'ordinateurs, j'utilise seulement le logiciel pour enregistrer. Je peux utiliser l'ordinateur mais je veux garder l'originalité, j'ai mon son et personne ne peut le copier, il faudrait acheter exactement mon clavier et tout le reste pour avoir mon son. C'était comme ça avant, chaque sound était différent, chaque producteur sonnait différemment, c'était plus personnel, pas comme aujourd'hui où tout le monde peut avoir le même son parce que tout le monde utilise les mêmes machines. Avant c'était différent et j'essaye de rester sur cette voie, la voie originale, je pense que c'est la meilleure. Si tout le monde faisait cela, si chacun développait plus son propre style, trouvait sa propre voie je pense que cela pourrait être encore mieux. Car nous avons de très bons producteurs aujourd'hui, mais ils peuvent devenir ennuyeux quand ils font les mêmes choses que tout le monde, je pense que si toutes ces personnes talentueuses utilisaient des studios personnalisés, il y aurait plus de tunes complètement fous qui sortiraient.Une petite question toute simple qu'on adore poser : c'est quoi le dub ?Ma définition du dub ce serait une version plus instrumentale et plus spirituelle du reggae. Pour moi le dub n'est pas un truc techno ou un truc pour faire la fête, c'est spirituel. Quand tu vas vers le dubwise, tu rends un morceau reggae plus spirituel, plus profond, plus lourd, et puis tu mets des mélodies avec des fletucirc;tes etc. L'inspiration vient du fait qu'on ne copie jamais personne, je ne copie jamais personne je fais juste de la musique pour Jah Rastafari et c'est pour cela que ça sonne différemment. Je ne pense pas à King Alpha quand je produis, je ne pense pas à Nomadics ou à Daba Hifi, je pense à Rastafari. C'est cela qui rend mes sons différents des autres, il y a un esprit différent dans ma musique, tu peux sentir la puissance d'une manière différente. Tu ne vas pas te dire " j'ai déjà entendu ce son avant " ou " je connais ce style ", quand tu entends ma musique cela ne ressemble à rien d'autre, cela peut te rappeler la vibes old school mais ça ne sonne pas comme ce que les gens produisent généralement.Parle nous de ta relation avec Rastafari ?Etant jeune, j'ai grandi dans une éducation très religieuse, mon père est musulman, ma mère est une chrétienne très croyante, j'ai été dans une école chrétienne et j'étais très intrigué par Dieu, Jésus, Mohamed, ceci et cela. Tout cela était très confus pour moi. Qui avait raison ? Maman ou papa ? Je ne savais pas qui choisir . Et puis il y a eu ce morceau que j'ai entendu quand j'avais 12 ans du chanteur Iqulah, le morceau s'appelle Jah First et ça dit " girl I love you but I love Jah first " et ce morceau m'a tué parce que je me disais comment tu peux aimer Jah plus que ta petite amie ? J'étais jeune, je n'avais jamais eu de véritable petite amie. Ce morceau a été très puissant pour moi, j'ai ensuite découvert Jah, mon cousin m'a expliqué que cela venait de Jahovia pour faire la version courte ; et puis on m'a fait découvrir Sélassié mais je ne comprenais pas comment Dieu pouvait être un homme parce que j'ai été élevé comme un musulman ou un chrétien pour qui Dieu est quelque chose que tu ne peux pas toucher, quelque chose que tu ne peux voir, quelque chose d'invisible. Rastafari m'a donc sauvé de cette confusion entre ces dieux invisibles, Rastafari est réel, il est naturel, vous pouvez le voir, le sentir, vous pouvez lire et connaître la véritable histoire et pour moi s'il y a un Dieu, il est ce Dieu, Rastafari.Tu viens souvent jouer chez nous. Comment ressens-tu la vibe en France ?Super nice, ce que la France a d'un peu différent par rapport à d'autres pays c'est que les massives sont vraiment dans la musique, les sessions sont toujours pleines quand vous jouez en France, vous n'avez jamais 50 ou 100 personnes, vous avez 300, 500, des fois 1000 personnes. Donc cela fait une différence, vous avez une vraie réponse, vous le sentez, vous pouvez sentir les bonnes vibrations quand vous jouez ici. C'est ma 3 ou 4ème fois ici à Bordeaux, je suis allé jouer à Dijon, Lyon, à Toulouse, à Nantes, à Marseille... J'adore la France on y est très bien.As-tu des souvenirs particuliers en France ?Mon meilleur souvenir en France est sans doute en 2012 quand j'ai été invité à Dijon par Dubatriation Sound System, ils m'ont invité à venir de Suède avec mon Sound System. J'ai donc amené mon sound à Dijon et j 'y ai joué de 21h à 7h00 du matin non stop, pas de pause, mon meilleur souvenir, une session de 9h00 pure power avec ma sono au complet. Il devait y avoir 800 personnes, c'était la première fois de ma vie que je jouais devant ce genre de public, donc pour moi c'était une bénédiction de voyager depuis la Suède et de jouer là et que tant de personnes soient venus pour me supporter. On devait s'arrêter à 6h00 mais à chaque fois les gens criaient " last one, last one " alors on a continué pendant une heure. Cette session restera un grand souvenir, je ne l'oublierai jamais.Pour finir, as-tu un message pour les massives français ?Oui, j'ai été agréablement surpris il y a quelques semaines alors que j'étais à Toulouse, ils ont vraiment gardé une vibe originale là-bas. J'ai vu des sound systems old school, qui utilisent de l'analogique comme sur mon propre sound system, donc un gros big up à Toulouse ; et au reste de la France : regardez ce qu'ils font à Toulouse et écoutez leur vibe. Ce ne sont pas juste les sounds, musicalement ils produisent setucirc;rement la meilleure musique reggae en France, Riddim Activist, Conscious Embassy Studios, ce sont peut-être les studios les plus fous d'Europe. (webremix.info)


Mr Leu et The Nyabinghers- Born To Reggae

Tout droit venu du midi, Mr. Leu et The Nyabinghers vient de sortir son premier album chez Ban Ban Records. Born To Reggae, c'est tout d'abord le pari du 100% acoustique. Avec leurs titres jazzy, ska rocksteady, le groupe nous embarque dans un voyage au coeur des Caraïbes des années 60, où s'invitent aussi la Nouvelle Orléans et même une douce escale en terres de carnavals latinos.En anglais comme en français ou espagnol et même parfois sans textes avec les titres ska jazzy Gamera, Flowers for Albert et Segment, le coeur est à la fête, la légèreté, la liberté. L'opus est une invitation à se laisser guider par l'amour pour croquer la vie avec plaisir comme l'illustre bien le titre Hey Manetrdquo; ou I fell in love, tout en douceur et volupté. L'aspect conscious engagé du titre Detoxification met l'accent sur l'importance de protéger notre planète.On apprécie les touches délicates de sax, bass, tambourin et mélodica associées de telle sorte que les foules se mettent à danser et soient en totale immersion dans la culture jamaïcaine rythmée par le ska, le jazz, le calypso. Le latino et skanké Dieguito, en hommage à l'argentin Maradona, est aussi un petit régal.Avec sa pochette old school colorée aux dessins dansants entre Afrique et Jamaïque, et ses 11 morceaux festifs, Born to reggae est un album chaleureux qui vous réchauffera cet hiver et pourquoi pas, à mettre sous le sapin ! Big Up Mr Leu et The Nyabinghers. (webremix.info)


Stick Figure @ Paris

Stick Figure rencontrait son public parisien le 17 novembre dernier à La Maroquinerie. La formation américaine a joué devant une salle archi-comble et un public largement acquis à sa cause, reprenant en choeur les paroles de Scott Woodruff. Le dernier album du groupe, World on Fire, était bien setucirc;r à l'honneur de la setlist. Stick Figure, qui ne voyage jamais sans Cocoa, le chien masquotte, a vraiment fait forte impression ce soir-là, tout comme Franck et Damien, deux Bordelais qui assuraient la première partie dans un style plus folk tout aussi apprécié du public. Retour en images grâce aux photos de Philippe 'Da Best' Campos. (webremix.info)


Mr Zebre - Interview Dub Ambassadors

Mr Zèbre est un dubmaker pas comme les autres que les amateurs de stepper commencent à bien connaître grâce à de nombreuses sorties vinyles. Un acteur de la scène dub française qu'on se devait de rencontrer...Reggae.fr : Pour commencer pourrais-tu te présenter aux lecteurs de Reggae.fr ?Mr Zèbre : Je m'appelle Thibault, aka Mr Zèbre, je produis du dub depuis à peu prés 7-8 ans. Mon projet a commencé à l'étranger, j'ai vécu en Amérique Latine pendant 8 ans, 5 ans au Pérou et 3 ans au Mexique. Je faisais de la musique électronique avant. En fait le projet de Mr Zèbre existait dans un style musical complètement différent du dub avec des influences dub dans le traitement du son, mais le projet tel qu'il est aujourd'hui est né il y a 8 ans à Lima au Pérou où j'habitais à l'époque.Parle-nous de ton nom, Mr Zèbre, ça vient d'où ? Le projet électro que j'avais avant était un projet assez bordélique et expérimental. J'enregistrais pas mal de sons concrets, des frottements, des percussions, des ambiances, des sons urbains. Je mélangeais tout ça. Le côté un peu surréaliste et décalé du nom, l'association homme/animal, le côté totem me plaisaient bien par rapport à la musique que je faisais. Mais en soi ça n'a pas vraiment de sens très profond. J'ai gardé le nom après.Comme tu viens de nous le dire tu avais précédemment un projet beaucoup plus orienté électro, raconte-nous comment tu en es arrivé au dub ?J'écoute du dub depuis longtemps, depuis plus d'une quinzaine d'années. J'ai eu comme pas mal de gens en France une premiere grosse claque en écoutant Iration Steppas en session, c'était un live-mix avec Dennis Rootical. Avant ça j'écoutais du Lee Perry, du King Tubby, des choses plus anciennes et plus classiques et aussi du High Tone, Zenzile... Quand j'habitais au Pérou, avec deux amis on a ouvert un bar musical pendant un moment, et on faisait jouer pas mal de gens de la scène péruvienne là-bas. J'ai rencontré un pote argentin, DJ Rastacore. Il organisait des soirées appelées Reggae to Drum et Bass où comme le nom l'indique plein de styles issus de la musique jamaïcaine se croisaient : reggae, dub, ska, hip-hop, dubstep... Il y a eu beaucoup de soirées, c'était une sacré époque ! Il y a eu aussi la rencontre là-bas avec un pote qui s'appelle Jaime Léon de Lima Sound System, qui maintenant a un sound system avec 6 scoops. Je lui ai fait découvrir quelques trucs de UK dub plus contemporains, lui écoutais pas mal de reggae. Il a commencé à ramener des artistes européens au Pérou dont le premier était Mad Professor, en 2010 je crois. Et la première fois qu'il a ramené Mad Professor, il a organisé un workshop, et c'est là que je me suis dit qu'il fallait vraiment faire ça. Le mixage live à la console, c'est quelque chose que je trouve vraiment génial, c'est une musique qui m'a toujours attiré, à la fois esthétiquement et techniquement. De mon coté j'ai ramené Weeding Dub avec les Fu-Steps et O.B.F au Pérou, et avec d'autres potes on a ramené Channel One à Lima. Quelques années plus tard, quand j'habitais au Mexique on a créé un festival avec d'autres amis là-bas : le Dub Experience où on a ramené Vibronics, O.B.F, Blackboard Jungle, Jah Shaka... C'est un peu l'ensemble de tout ça qui m'a influencé pour faire de la musiqueEn parlant technique, il paraît que tu ne fais plus de live dub en session, peux-tu nous dire pourquoi ? C'est pas évident de faire un live-mix sur console et de jouer sur sound system. C'est parfois plus facile sur un système son classique que sur un sound. Avec un sound system, tu peux toujours avoir une petit souci, ça fait partie du délire, mais à la console tu peux avoir d'autres pépins. D'autre part, préparer un live ça prend du temps et je préfère passer plus de temps à produire de la musique en studio et à faire de la sélection. Le live-mix ça demande aussi d'avoir " la tête dans la console ", tu crées un mix unique mais ça demande une sacrée concentration. Tu as moins de temps pour interagir avec les gens, gérer ta sélection... Et puis jouer sur pré-ampli c'est le pied, chercher le rendement maximum de ce que ton morceau peut donner diffusé sur sound system. Je préfère aussi largement jouer au niveau des gens en sound que sur scène. Mais je pense que je referais un live un de ces jours.Justement, parle-nous de ce rapport direct qu'il y a avec le public dans le sound system. Est-ce que des fois il t'arrive d'être surpris des réactions quand tu joues un morceau pour la première fois par exemple ?Oui c'est ça qui est cool dans le sound system : c'est un peu un laboratoire. Il m'arrive de mixer un titre dans le train quand je me rends sur une date et de le jouer le soir-même. Des fois ça fonctionne, d'autres fois non. Je trouve ça intéressant, tu pensais que ton tune était un killer et ça marche moins bien que prévu, parfois c'est l'inverse ! Un des avantages avec le sound system c'est la proximité avec les gens et le fait que tu puisses tester un morceau que tu as mixé la veille. Quand on a ramené Weeding Dub en live au Pérou, il a joué dans un grand festival qui s'appelle le Selvamonos avec qui je collaborais. Il avait fait une super introduction, un truc génial qu'il avait mixé au casque sur ordi je crois. Il y a ce coté rapide entre ce que tu produis et ce que tu peux diffuser, c'est hyper vivant. Après, tout dépend bien setucirc;r des morceaux que tu fais, plus instrumentaux ou avec des moyens électroniques.Tes prods sont jouées par beaucoup de monde. Jah Shaka a même inclus ton Yamasee War à sa sélection, qu'est-ce que ça te fait quand tu apprends ça ?etCcedil;a fait plaisir bien setucirc;r. On a été bien surpris avec Peah de Rootical Attack : " ce morceau là Shaka l'a joué ?! " je ne pensais pas que Shaka puisse jouer ce type de morceau. On l'avait invité avec des potes au Mexique en 2017, il a joué le Yamasee War en pre-last tune. etCcedil;a faisait d'autant plus plaisir qu'on avait mis du temps à organiser l'évènement et que ça avait bien marché, c'était la premiere fois que Shaka venait au Mexique. Une des choses les plus intéressantes dans cette scène dub/sound system ce sont les croisements entre les gens et la musique de pays complètement différents : ce morceau à été fait au Mexique, pressé par Rootical Attack en France, puis retour au Mexique en étant joué par Jah Shaka. Le projet dub de Mr Zèbre a commencé à Lima et Mexico mais ça s'est fait connaître un peu via des sorties vinyles et digitales sur des labels européens. Même en n'étant pas en France, le projet a fait son chemin et ça fait plaisir. Je suis rentré vivre en France en 2017.Pour finir est-ce qu'il y a des projets qui arrivent bientôt et dont tu peux déjà nous parler ?J'ai une release prévue sur Emana Sound, un morceau avec Lotta des Fu-Steps et Guru au sax. Je commence aussi à préparer le prochain album. (webremix.info)


Tiken Jah Fakoly @ Elysée Montmartre

Tiken Jah Fakoly a réussi la prouesse de remplir l'Elysée Montmartre deux soirs de suite les 14 et 15 novembre derniers. La communauté africaine était bien setucirc;r au rendez-vous pour applaudir l'Ivoirien devenu une véritable icône depuis ces dix dernières années. Avec son répertoire très fourni, Tiken ne s'est pas trop attardé sur son dernier album Le monde est chaud, préférant offrir ses classiques à son public toujours fièle et capable de reprendre n'importe quel morceau par coeur, Tonton d'America et Plus rien ne m'étonne en tête. Après une entrée sur scène très paisible, l'énergie a vite repris le dessus jusqu'à la fin du concert. Retour sur la soirée du 15 novembre, où la première partie était assurée par la chaleureuse Mo'Kalamity, avec les clichés de Philippe 'Da Best' Campos. (webremix.info)


Heartical vs Guiding Star

Et de deux pour Heartical ! Le sound parisien l'a emporté pour la deuxième fois consécutive après sa victoire contre Soul Stereo l'année dernière lors de la première édition du Paris Soundclash. Le match était plus serré cette fois. Guiding Star a tenu tête et même mené pendant toute la durée du clash avant que Sir Joe ne fasse parler son expérience et ne vienne chiper la victoire à Jacob et sa team sur le fil du rasoir. 8 à 7 à l'issue du Dub Fi Dub ! Malgré une sélection très pointue côté Guiding Star et des artistes joués absents de la box de leur adversaire (Chronixx et Koffee en tête à plusieurs reprises), Sir Joe est parvenu à s'en sortir face à un public qui semblait acquis à la cause de Guiding Star. Le selector parisien, seul aux platines et au micro, a fait preuve de malice en parvenant à faire jouer les morceaux qu'il souhaitait contrer. Pas évident de lancer une counteraction sur un Nah Mean de Damian Marley ou un Tenement Yard de Chronixx... Sir Joe le fait pourtant sans gêne en jouant Di Frenz (un groupe quasi inconnu qu'il présente comme des amis de Carlito, selector de Guiding Star) aux paroles hilarantes plaisantant sur les soi-disant penchants de Jacob pour l'alcool. On note même une intro enregistrée spécialement par la voix française de Moe des Simpsons. L'humour est toujours le bienvenu dans un clash ! Et même si à l'issue des cinq rounds, Heartical était en position de faiblesse, les nombreux nominatifs sortis par Sir Joe au Dub Fi Dub auront fini par avoir raison de Guiding Star. Le public parisien a assisté à une compétition d'une grande qualité ce soir-là à La Maroquinerie. Voilà qui prouve que les sounds français ont de quoi se défendre sur la scène clash ! Big Up à Junior Pikk pour l'arbitrage et à Party Time pour le warm-up. On a maintenant hâte de savoir qui sera l'adversaire d'Heartical pour la troisième édition du Paris Soundclash. Rendez-vous en 2020... (webremix.info)


Narcos Riddim

La traque du grand cartel de Medelletiacute;n, mis à l'honneur depuis 2015 dans la série Netflix, avait déjà influencé la planète rap et RetB qui s'était intéressée de près à l'idée de reprendre la bande son de la fameuse série. En France, nous avions entre autres pu savourer l'adaptation très urbaine de Demi Portion et on ne boude pas notre plaisir d'en découvrir une version à la sauce ragga dancehall dans un One Riddim sorti sur le label Stategy Record de Mathieu Ruben le 18 octobre dernier.Différents artistes confirmés viennent apporter leur patte artistique pour nous embarquer par-delà les terres latinos et le rythme originel de Rodrigo Amarante. L'intro veloutée et langoureuse reste inchangée puis se mêle peu à peu aux cuivres et autres effets bien entraînants ; de quoi faire danser les aficionados sur 8 tracks où 13 artistes déballent leur flow pour créer une série oscillant entre hip-hop, ragga, dub et dancehall sans oublier l'univers latino à l'origine de cette reprise. On compte sur les présences de Lutan Fyah, Mathieu Ruben, Stranjah Miller, Cless Shine, Braveheart ou encore Wizzard pour chanter la jeunesse qui s'est faite dans la rue autour du plaisir de fumer des spliffs. Loin de la coca c'est ici la douce mary jane qui est à l'honneur.Tuju La évoque quant à lui la dimension mystique du mouvement dans les paroles de Papi Chulo. On reste tout de même un pied dans l'idéal de la série avec cette maxime etldquo;money moneyetrdquo; très présente dans les titres. Une seule loi : celle de l'argent et encore mieux si l'on est accompagné d'une douce lady comme l'entonnent Mystikal Heights, Crocadile, Kulu Ganja et Mathieu Ruben dans Hot Like a Sauna.En bref, ce voyage vers la Caraïbe sur fond latino à succès planétaire est un exquis mélange pour un ballet frénétique du corps.Tracklist :1. Mathieu Ruben / Hustling Hard2. Stranjah Miller / Bad Slave3. Wizzard / Narcos4. Tulu Ja, Cremoso et Redkilla / Papi Chulo5. Lutan Fyah / That's what she Want6. Giddian di Expert et Cless Shine / Music Bizness7. Braveheart / Traitor8. Kulu Ganja, Mathieu Ruben, Crocadile et Mistykal Heights / Hot Like a Sauna (webremix.info)


Max Romeo @ Toulouse

Nouveau retour photographique sur la tournée française de Max Romeo. Cette fois de passage à Toulouse, le 23 octobre dernier, le chanteur jamaïcain a ravi le public accompagné de son groupe français Roots Heritage avec lequel il a récemment sorti l'album Words From the Brave. Le public a bien setucirc;r eu droit à quelques titres de cet opus en plus des immenses classiques de l'artiste, de Chase the Devil à One Step Forward en passant par War Ina Babylon. Retour en images avec les clichés de Roshanak. (webremix.info)


Third World - More Work to be Done

Third World est un de ces noms mythiques du reggae jamaïcain, un nom que le grand public découvre en 1975 lors de la légendaire tournée de Bob Marley dont le groupe assure alors la première partie. Presque 35 ans après et avec une vingtaine d'opus à son actif, la formation est encore en forme et sortait il y a quelques semaines un nouvel album produit par Damian Marley, More Work to be Done.Dès le premier morceau, YimMasGan, belle reprise du titre des Abyssinians, on retrouve tous les ingrédients qu'on aime tant dans le travail de ce groupe depuis des décennies : un riddim paisible et hyper musical où pianos, fletucirc;tes, guitares électriques et cuivres se mêlent à merveille, le tout sublimé par de superbes harmonies vocales ; pas de doute c'est bien un album de Third World qui tourne sur notre platine.Comme ils en ont l'habitude, les Jamaïcains vont nous offrir un reggae très ouvert en allant piocher leurs inspirations dans bon nombre de styles musicaux. Nous aurons droit à des morceaux très roots comme par exemple Sheep in Meadows, mais aussi à des titres pleins de funk comme Third World Keeps Turning, et d'autres teintés de pop music (Loving You Is Easy, Hear Us Out).Beaucoup de featurings sur ce nouvel opus et que des grands noms : Pressure Busspipe sur People of a Different Color, Chronnixx sur Na Na Na, ou encore Busy Signal sur Feel Good. Sur Island Dream c'est Tessanne Chin et Tarrus Riley qui viennent rejoindre le groupe pour un morceau très soul et RetB avant que Damian Marley en personne ne vienne retourner le riddim de You're not the Only One.Les Third World ajoutent une jolie ligne de plus à leur discographie déjà bien remplie avec un album aux riddims tous plus soignés les uns que les autres et à la liste de feats impressionnante. Un opus (de plus) dont on n'est pas prêts de se lasser et que l'on vous conseille vivement.Tracklist : 1. YimMasGan2. Third World Keeps turning 3. Loving you is easy 4. People of a different color ft Pressure Busspipe5. Na na na ft Chronnixx6. Feel good Ft Busy Signal7. Island dreams Ft Tessanne Chin et Tarrus Riley8. Sheep in meadows9. You're not the only one Ft Damian Marley 10. More work to be done 11. Hear us out (webremix.info)


Max Romeo et The Gladiators @ La Cigale

Le 2 novembre dernier, le public parisien avait l'occasion de célébrer l'anniversaire du couronnement d'Haïlé Sélassié avec un joli plateau roots : les Gladiators ouvraient le bal pour Max Romeo sur la belle scène de La Cigale. Le fils d'Albert Griffiths, Al, était en grande forme et sa présence scénique a chauffé la salle comme il faut au son des classiques Stick A Bush, Hello Carol ou Jah Works. Max Romeo a ensuite investi la scène avec son groupe français Roots Heritage. Toujours aussi efficace, le légendaire chanteur jamaïcain a gratifié le public de ses hits Chase The Devil, War Ina Babylon et One Step Forward sans oublier de présenter des titres de son dernier album Words From the Brave et d'inviter ses enfants Azizzi et Xana Romeo. Retour sur cette belle soirée grâce aux clichés de Philippe 'Da Best' Campos. (webremix.info)


10 titres reggae pour Halloween

Reggae synonyme d'Halloween ? Vous n'y aurez pas cru ? Et pourtant, la musique jamaïcaine regorge de titres tous plus effrayants les uns que les autres, et certains même sont des classiques connus de tous ! Petit tour d'horizon avec notre sélection de 10 titres spéciale Halloween... Tremblez fans de reggae, tremblez !The Skatalites - SkalloweenUn titre on ne peut plus équivoque ! Halloween inspirait déjà les artistes jamaïcains des années 60 et les Skatalites sont sans doute les premiers à oser le clin d'oeil avec ce jeu de mot tout trouvé. Un morceau entièrement instrumental dont le groupe a le secret avec des mélodies rappelant les génériques de séries ou de dessins animés de vampires. Le tout en restant irrésistiblement dansant bien setucirc;r.Desmond Dekker - DraculaDesmond Dekker tombe sous le charme d'une séduisante jeune fille alors qu'il se promène sur la plage par une nuit pluvieuse. Ils se prennent les mains et lorsque la fille lui sourit, stuppeur : "Believe me folks ! She was a Dracula !" La star du ska met en garde ses amis : les filles qui ont un visage d'ange sont parfois prêtes à vous sucer le sang. "Ne tombez pas amoureux". Sans doute une métaphore pour parler des femmes vénales...King Horror - Dracula Prince of DarknessCe Dracula-là n'est pas une métaphore. L'artiste va jusqu'à annoncer la couleur dans son nom de scène. L'identité de cet effrayant deejay reste un mystère et plusieurs témoignages se contredisent à ce sujet. On peut lire ici et là qu'il s'agit du chanteur Laurel Aitken ou un Trinidadien installé à Londres nommé Young Growler. Qui qu'il soit, ce King Horror a laissé derrière lui un paquet de "spooky tunes" comme Loch Ness Monster, Ghost Hour, Frankenstein et ce magnifique et terrifiant early reggae Dracula Prince of Darkness, sorti en 1969.Bob Marley - Mr BrownBob Marley en personne a apporté sa contribution aux "duppy tunes", les chansons jamaïcaines qui se réfèrent aux fantômes, une vraie croyance sur l'île caribéenne. Quand Marley était enfant, une rumeur en Jamaïque racontait que trois fantômes parcouraient le pays à bord de cercueils en cherchant un dénommé Mr Brown. Marley et ses Wailers en font un sublime morceau. La voix ténébreuse de Peter Tosh se fait entendre au loin sur une instru pleine de sonorités flippantes signée Lee Perry et dont la version instrumentale des Upsetters se nomme logiquement Dracula. Et si vous tendez bien l'oreille, vous reconnaîtrez les accords d'un autre morceau des Wailers tout aussi angoissant : Duppy Conqueror.Lee Perry - Ketch VampireOn ne peut pas parler d'Halloween sans évoquer Lee Perry. Dracula, Haunted House, Ghost Danse, Disco Devil, Ketch Vampire... Le champ lexical de l'épouvante a toujours inspiré le producteur et musicien. D'ailleur, Scratch n'est-il pas comparé à un sorcier lorsqu'il bretucirc;le son studio ou part dans des créations artistiques toutes plus dingues les unes que les autres ? Le producteur fou a également longtemps montré son intérêt pour le voodoo et entretenu l'ambiguité autour de ses penchants pour la magie noire. Brrrrrrrr !Peter Tosh - VampireDes cris de ce qui ressemble à un loup-garou introduisent ce classique de Peter Tosh figurant sur son huitième album solo No Nuclear War sorti en 1987, l'année de la mort de l'ancien Wailer. Si l'on connaît la tendance de Peter Tosh à comparer ceux qu'ils n'aiment pas (politiciens, hypocrites, esclavagiste, businessmans...) à des vampires, l'épouvante a bien sa place dans la chanson ponctuée par des cris de bêtes et de femme terrifiée. Le dub du morceau est d'ailleurs sous-titré Dracula Version et est encore plus truffé de bruits inquiétants en tous genres.Lone Ranger - Barnabas CollinsEn 1979, le deejay Lone Ranger se déguise en vampire sirotant un verre de sang sur l'album Barnabas in Collins Wood. Le titre fait référence à un personnage fictif - un vampire - tiré d'une série culte des années 70 diffusée sur la chaîne américaine ABC : Dark Shadows, adaptée au cinéma par Tim Burton en 2012.Easy Star All Stars ft. Mikey General et Spragga Benz - ThrillahThriller de Michael Jackson est sans doute le titre d'épouvante le plus connu de l'histoire de la musique. En 2012, le groupe Easy Star All Stars s'amuse à reprendre l'album du même nom en version reggae (comme il l'avait déjà fait avec Dark Side of the Moon de Pink Floyd ou Sergent Pepper's Lonely Hearts Club Band des Beatles). Pour le titre éponyme, devenu Thrillah (patois yardie oblige), c'est Mikey General qui se charge de reprendre le rôle du roi de la pop sur un tempo ralenti façon reggae. Quant à la voix de Vincent Price - vous savez, celle qui vous colle des frissons à la fin du morceau avec son rire venu tout droit des ténèbres - elle est remplacée par celle de Spragga Benz pour un effet des plus réussis.Tommy Lee Sparta - Dark CloudsLa chorégraphie du clip de Thriller a sans doute inspiré ce clip de Tommy Lee Sparta. Le Jamaïcain, apparu sur la scène dancehall en 2008 avec son style gothique, a fait appel à la danseuse française Mylana Malsert pour le clip de Dark Clouds. Un titre fidèle au répertoire de l'artiste, spécialisé dans ces morceaux qui vous collent les chocotes. Baladez-vous sur sa chaîne youtube, vous ne serz pas déçus...Derrick Parker et Carl Meeks - Walking DeadLes artistes jamaïcains continuent de nous filer les jetons en 2019 ! Carl Meeks et Derrick Parker se sont récemment associés au label français Rub A Dub Mrkt pour un tune digital puissant façon soundclash sur lequel ils comparent les soundboys à des morts-vivants et des zombies. Sound ah go dead tonight ! (webremix.info)


Une bassiste en Jamaïque

Cet automne nous avons décidé de vous proposer une plongée dans la vie tumultueuse et musicale de Kingston à travers le destin d'une jeune française de 18 ans, Ela MBass, bien décidée à réaliser son rêve : devenir bassiste en Jamaïque. Vous retrouverez régulièrement ces tranches de vie sur Reggae.fr. Je m'appelle Elora Marches, je suis née en France en 2000. Il y a un an et demi, j'ai décidé d'aller m'installer en Jamaïque et de commencer une formation à L'Edna Manley College pour être en totale immersion dans le pays du reggae. Edna est une grande école regroupant la musique, l'art, la danse le théâtre et les sciences humaines. De nombreux chanteurs et musiciens sont passés par Edna, comme Raging Fyah, les musiciens de Jah9, Protoje, Chronixx ou encore Kabaka Pyramid... et j'en passe ! J'ai décidé de vous faire partager cette incroyable expérience comme si vous la viviez à mes côtés. Arrivée à Kingston, aussitôt au travail J'ai beaucoup d'heures de cours par semaine, cours de piano, de théorie, solfège, information technologique, d'ensemble de jazz, musiques actuelles et de mon instrument principal, la basse et même de contrebasse et de percussion. L'école est centrée sur la création artistique et nous avons plusieurs projets regroupant les étudiants en danse, théâtre et musique, ce qui est génial. Nous mélangeons les différentes spécificités de l'école pour en faire quelque chose de magique. A l'école tout se passe bien. Les gens sont très avenants et gentils. Les Jamaïcains ont beaucoup d'humour, on ne s'ennuie pas en cours ici ! En même temps que l'école j'ai commencé à promouvoir mon nom (Ela MBass) en tant que bassiste. Je joue déjà avec un certain nombre d'artistes et de musiciens qui sont tous très talentueux. J'ai eu la chance d'aller dans de très beaux studios d'enregistrement comme Tuff Gong, Anchor, Big Yard, SLR etc. La musique ici est fabuleuse... Je fais tous les jours des rencontres magiques. Beaucoup de légendes musicales comme Earl Chinna Smith, Horsemouth Wallace, Big Youth, Ken Booth, Kiddus I, Sangie Davis, Flabba Holt,...sont ici à Kingston. " Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux. " - Marcel Proust Ayant eu la chance de beaucoup voyager avec mes parents, j'avais déjà vécu des expériences qui m'avaient en quelque sorte ouvert l'esprit, mais ce voyage à Kingston est mon premier voyage seule, si loin et pour si longtemps. J'ai pu voir des choses exceptionnelles, des choses magnifiques de cette petite etIcirc;le, ainsi que le coté miséreux. Les gangs, la drogue, la pauvreté, la misère dans laquelle est le pays. Ce pays si beau et mystérieux à la fois, marqué par l'esclavage et les tensions politiques de l'époque, qui perdurent encore aujourd'hui. Kingston, la capitale, est divisée en " 3 parties ", Uptown (quartiers riches), New Kingston (quartier de moyenne classe) et Downtown (ghetto), quartier de la violence et des crimes. Je passe beaucoup de temps Downtown, premièrement car une grande partie de mes amis sont basés là-bas, et pour le Coronation market, qui a lieu tous les jours, qui est un grand marché de fruits et légumes délicieux purement locaux, ainsi que d'épices et objets de la vie courante (lessive, casseroles, etc.) que nous pouvons acheter à prix très bas comparé à Uptown. C'est ici que j'ai réalisé toute la dimension de la pauvreté et la détresse du pays. Des femmes et des hommes qui travaillent et élèvent entre cinq et sept enfants, habitant dans des petites maisons faites de plaques de fer et de bois, devant payer l'école pour leurs enfants. Car l'école coetucirc;te très cher en Jamaïque, elle n'est malheureusement pas gratuite comme en France. Et on constate la motivation des enfants à vouloir apprendre et aller à l'école puis poursuivre des études supérieures.La culture est très différente ici. Au début il m'était difficile d'accepter tous ses aspects, mais plus je partage du temps avec différentes personnes, à parler, à apprendre, plus j'aime cette vie et arrive à m'y faire totalement : le mode de vie, les façons de travailler, l'éducation, le contact humain. Les Jamaïcains sont très réservés, ils sont comme un livre, mais avec le temps et quand ils ont réussi à vous cerner, à vous " adopter " et, à apprendre de vous et surtout deviner vos intentions, ils s'ouvrent totalement, et sont prêts à échanger, partager. Les Rasta, en particulier, sont présents dans ma vie jamaïcaine et très enrichissants. Centrés sur la nature, un mode de vie et d'alimentation saines, des méthodes naturelles pour soigner, ils m'ont beaucoup appris. A l'opposé du mode de vie rasta, la nouvelle génération dancehall est aussi très importante en Jamaïque, entre les " Parties", (soirées dancehall dans la ville), les belles voitures, les liasses de billets, et beaucoup de " Gyal " (girl en anglais qui signifie fille). Ces deux parties de la population s'opposent mais sont toutes deux très intéressantes. Le dancehall ainsi que le reggae, la musique et la danse sont les " richesses " ainsi que le bonheur du pays. Il y a beaucoup à apprendre, et appréhender la culture d'un pays et son mode de fonctionnement : c'est remonter dans son histoire. Malgré le fait que la Jamaïque compte nombre de richesses et soit très attractive au plan touristique, les priorités ici ne sont pas les mêmes que celles d'un pays riche. A côté des rivières sauvages dans les montagnes sublimes, des plages de sable blanc, la saleté domine le pays, car l'écologie n'est pas encore développée, ce qui est normal, dans un pays pauvre, où l'on se soucie d'abord d'instruire les enfants et d'avoir de la nourriture à mettre sur la table chaque soir plutôt que de savoir où jeter ses déchets. Quoi qu'il en soit quand ce pays vous prend au coeur, il est impossible d'en partir ou de ne pas y revenir, et pour ma part j'ai eu et j'ai encore tous les jours ce coup de coeur. Je tenterai dans les prochains mois de partager avec vous dans ces colonnes quelques bribes de ma vie jamaïcaine ! (webremix.info)


Flavia Coelho - DNA (webremix.info)


Devi Reed - One Vibe A Week

Alors que depuis 2016, Devi Reed - ex-leader du groupe The Banyans - mène sa route en solo, il revient pour nous présenter un projet totalement fou. C'est au mois de mars dernier que Devi a annoncé le projet One Vibe A Week. L'artiste a indiqué qu'il sortirait un nouveau morceau tous les vendredis pendant un an. A chaque saison un nouvel album avec un thème particulier. Résultat des courses : au bout d'une année, Devi Reed nous aura proposé ni plus ni moins que quatre albums.Cette idée est née dans l'esprit du jeune Toulousain alors qu'il avait sous la main plusieurs morceaux enfouis qu'il voulait partager avec son public. Certains de ces titres étaient déjà défendus en live lors de la tournée estivale du chanteur en 2018. Néanmoins ces derniers ont été peaufinés avec d'autres artistes comme le titre Let's Go où l'on retrouve le rappeur toulousain D-Tox. Le premier opus de ce projet, presque intégralement clippé en Colombie, est sorti le 14 juin sous le nom de OVAW Spring. Sur ce premier volume, Devi Reed aborde des sujets aussi bien personnels que communs à tous, toujours avec un message universel, rempli d'amour et de paix.OVAW Spring est un album plutôt versatile qui navigue entre reggae, hip-hop ou encore rub-a-dub. On retrouve le flow ravageur de Devi Reed pour le plus grand bonheur de nos oreilles. Il y a aussi des tunes très orientés hip-hop comme Ready, mais on bascule aussi souvent vers un reggae roots comme c'est le cas avec la track High Tide. Devi Reed a aussi rencontré le groupe reggae numéro 1 en Colombie : Alerta Kamarada, avec qui il clôt l'album sur le titre Bye Bye, un mélange de reggae et de cumbia. Un premier opus qui annonce la couleur avec un album assurément roots aux influences dancehall et hip-hop.Son deuxième album, OVAW Summer, est lui résolument plus roots. On y retrouve Skarra Mucci qui pose sa voix sur le big tune Life Lover, mais aussi Omar Perry pour un pur son roots nommé Awakeness. Le groupe Colombien Alerta Kamarada est encore de la partie sur l'entraînant We Are Not Mafia. Plusieurs tracks ont tout de même des influences RetB comme The Sky is Grey, ou In my World.Pour ces deux premiers projets, Devi Reed réussit largement son pari et nous offre deux efforts entraînants et de qualité. On attend maintenant avec impatience la sortie des deux prochains albums de son projet One Vibe A Week. (webremix.info)


Jahneration - Stuck In The Middle

Après l'engouement provoqué par leur premier album et leurs Mic Sessions, le groupe francilien Jahneration, porté par les chanteurs Ogach et Théo revient tout en énergie et en fraicheur cet automne avec l'album Stuck in the middle (Ovastand Records). Lors des précédents projets Jahneration prônait déjà l'exploration des styles. Tant ceux ayant bercé leur jeunesse comme le rock, le hip-hop ou le reggae que les nouvelles sonorités plus électro-pop voir même tournées vers des contrées lointaines avec le sitar indien (très apprécié dans Reload). Sur ce nouveau projet, le duo confirme son goetucirc;t et son talent pour l'éclectisme musical. On y retrouve un jeu de pèle mêle d'influences musicales qui fonctionne très bien. On perçoit en effet une touche reggae-hiphop avec Pack Up, du pop rock presque nostalgique du passé avec Paralyzed et la puissante association batterie guitare électrique sur Left In The Dark, un hip-hop électro bien dosé avec Fomo où Jahneration s'accompagne du rappeur québécois Zach Zoya aka Koriass. Et enfin une ambiance pop-électro très agréable dans " Likkle Voice et que l'on se plait à retrouver dans Energy, donc le clip en amont de la sortie avait fait parlé de lui et rendu l'attente encore plus difficile pour les fans.On salut la belle surprise qu'est Melody où l'univers à l'empreinte roots latino de Manu Chao vient partager l'énergie et la fraicheur pop reggae de notre duo parisien. Un combo d'une belle douceur folk que l'on aurait très peu prédit et qui pourtant fonctionne à merveille ! Autres surprises tout en finesse l'interlude précédent Faces mais aussi Théo en solo venant créer l'intimité avec une voix douce et touchante sur le fond acoustique envoutant du très plaisant et délicat Gone For Long.N'oublions pas, bien entendu, cet ancrage dans la culture reggae ici fièrement représentée aux côtés d'Alborosie avec Act Like You Talk. Le titre éponyme de l'album vient résumer à merveille l'ambiance du projet et ce travail de mélange des styles qui s'entrelacent de morceau en morceau. Stuck In The Middle est un album riche et d'une qualité musicale indéniable qui assoit l'identité de Jahneration. Plus qu'une chose à faire : suivre le groupe en live ! Tracklisting :1. Silence2. Likkle Voice3. Act Like You Talk feat. Alborosie4. Pack Up5. Energy6. Stuck In The Middle7. One Man8. Masks (Interlude)9. Faces10. Paralyzed11. FOMO feat. Koriass12. Melody feat. Manu Chao13. The Only One14. Left In The Dark15. Gone For Long16. Cease Fire (webremix.info)


Donovan Germain - Interview Penthouse

Les années 90 furent incroyablement créatives en Jamaïque. Le renouveau du reggae combattant le dancehall a donné naissance à des artistes majeurs devenus aujourd'hui des légendes, rejoignant les grands noms des années 60 ou 70. Parmi ces artistes, un bon nombre sont passés par le studio Penthouse et ont été pris sous l'aile du producteur Donovan Germain. Buju Banton, Marcia Griffiths, Beres Hammond, Tony Rebel, Wayne Wonder, Cutty Ranks... L'écurie Penthouse était redoutable et terriblement productive. Les séries à rallonge et les singles à succès pleuvaient ! Toujours actif aujourd'hui dans une moindre mesure, Donovan Germain concentre toute son énergie dans le retour de Buju Banton, sorti de prison fin 2018. Il l'accompagne dans tous ses déplacements et était bien setucirc;r présent avec le Gargamel lors de son passage au Reggae Sun Ska en aoetucirc;t dernier. On a sauté sur l'occasion pour rencontrer ce grand monsieur qui se fait plutôt discret dans les médias. Malgré sa modestie, sa timidité et sa mémoire flanchante qui l'empêchent de trop s'épandre, il répond à nos questions avec sourire et méfiance à la fois...Reggae.fr : Tu es sur la route avec Buju Banton en ce moment, mais comme on ne peut pas l'interviewer, on est obligés de te demander dans quel état d'esprit il se trouve.Donovan Germain : Il va bien. Il est dans un très bon état d'esprit, mais il a encore besoin d'être protéger. Il commencera sans doute à communiquer avec les médias et le public l'année prochaine. Mais en attendant, il est très bien entouré et je peux vous dire qu'il est en forme. Tout va bien pour lui.Comment se sont passées vos retrouvailles ?etCcedil;a reste entre lui et moi. Ce sont des choses privées que je ne veux pas raconter.Mais avez-vous des projets ensemble ?Oui, on travaille sur son album. On collabore avec plusieurs producteurs, mais je suis le directeur artistique de ce projet. Je suis actuellement un de ses deux managers et je m'occupe de la logistique sur la tournée avec le backing-band. Je m'assure que tout se passe bien, que tout le monde soit dans de bonnes conditions pour donner de bons concerts.Te souviens-tu de la toute première fois que tu as rencontré Buju ?Je ne me souviens même pas de ce qui s'est passé hier alors remonter aussi loin dans ma mémoire, c'est compliqué. Je commence à vieillir vous savez !Mais Buju est quelqu'un de spécial ! On ne peut pas oublier ce genre de rencontre !Ma femme est quelqu'un de spécial pour moi et je ne me souviens même pas de notre rencontre (rires).Tu es connu comme un producteur exigeant qui ne produit que de la musique consciente et positive. Mais avant que tu ne travailles avec Buju Banton, il s'illustrait plutôt dans le slackness et les gun tunes. Pourquoi as-tu quand même voulu collaborer avec lui ?C'est une progression naturelle. Je lui ai montré la voie à prendre et il l'a suivie. Mais s'il la suivie, c'est uniquement parce qu'il avait pris la décision lui-même de se tourner vers une musique plus positive. Je n'ai fait que l'accompagner. La première fois qu'il est venu à mon studio pour me solliciter, j'ai vu son talent et je savais que je travaillerai un jour avec lui. J'ai juste attendu qu'il soit prêt à prendre ce virage.Tu es l'un des producteurs majeurs des années 90 et du début des années 2000 en Jamaïque. On se rappelle des nombreuses séries et des singles qui sortaient sur Penthouse Records mais on a l'impression que tu es moins actif ces jours-ci. Y a-t-il une raison à cela ?Aujourd'hui, je préfère travailler sur des projets à long termes, des projets cohérents. L'album de Marcia Griffiths, Timeless, sorti cet été en est un exemple. C'est un album concept avec uniquement des reprises de Studio One. Il y a eu aussi l'album Tribute to Joseph Hill où j'ai rassemblé un paquet de chanteurs pour reprendre des morceaux de Culture. Le business a évolué et les singles pressés en 45T ça ne marche plus vraiment, alors je m'adapte. Et il faut se rappeler que je produis de la musique depuis 1978 ! Alors je pense que j'ai le droit de ralentir un peu aujourd'hui (rires).Comptes-tu quand même continuer à produire des one riddims ?Je n'en sais rien. etCcedil;a dépend de ce que j'ai envie de faire. J'ai sorti une série en 2018, le History No Mistery Riddim. Mais je ne sais pas ce que le futur me réserve. Les séries ne sont qu'une petite partie de mon travail. Depuis 1978, j'ai fait beaucoup d'autres choses.Et justement avant Penthouse, tu as eu plusieurs petits labels sur lesquels tu produisais une musique très organique avec des instruments live. Peut-on dire que tu t'es tourné vers l'ère digitale en créant Penthouse ?Oui et non. La plupart des chansons que j'ai produites ces dix dernières années ont été faites avec des musiciens et de vrais instruments. La mode des beats digitaux et de la programmation de batterie, ce n'est pas moi qui ai créé ça. C'étaient les musiciens de l'époque qui se tournaient vers cette façon de travailler. Moi j'ai vu cette période comme une transition pour revenir à quelque chose de plus organique, comme ce que je fais aujourd'hui.etCcedil;a veut dire que tu suivais les musiciens plus qu'ils ne te suivaient toi ?Non setucirc;rement pas ! Les musiciens que j'embauche ont toujours fait ce que je voulais leur faire faire. Mais il faut savoir vivre avec son temps et je m'adaptais aussi à ce qui plaisait au public. Les musiciens étaient bien placés pour savoir ce qui plaisait au public, donc j'étais à leur écoute. Quand tu fais de la musique, il faut savoir plaire aux nouvelles générations. Mais je savais que cette période digital ne durerait pas.En tant que producteur, sais-tu jouer d'un instrument pour créer des riddims ?Non, mais j'ai mes oreilles (rires). C'est ce que j'ai de plus précieux au monde. C'est mon outil de travail. J'entends la musique dans ma tête et je dicte aux musiciens comment jouer. Je contrôle tout le processus de création des morceaux que je produis. Je ne suis pas juste un producteur qui se contente de mettre de l'argent sur la table comme beaucoup le font en Jamaïque.Ta spécialité dans les années 90 était les recuts de vieux riddims. Comment choisissais-tu un riddim que tu voulais revisiter ?C'est mon esprit qui me dictait quoi faire. J'ai grandi en écoutant Studio One, donc je me suis attaqué aux riddims qui selon moi devaient être introduits à la nouvelle génération.Et Studio One était ton label de prédilection n'est-ce pas ?Oui. J'aime tous les riddims de Studio One. Je suis incapable d'en choisir un en particulier, c'est pour ça que j'en ai refait tellement. Et je continuerai !Tu as travaillé avec de nombreux deejays comme Mad Cobra ou Cutty Ranks qui ont enregistré des gun tunes ou des morceaux slackness avec d'autres producteurs. Comment choisis-tu et acceptes-tu de travailler avec tel ou tel artiste sachant que tu ne produis que de la musique consciente ?Vous savez, le monde évolue. Donc les gens peuvent changer aussi. J'arrive à reconnaître le bon dans chaque individu. Et sachez aussi que ce sont les artistes qui viennent me voir, je ne vais chercher personne. Donc ceux qui viennent me solliciter savent qu'avec moi, ils n'auront pas d'autre choix que de chanter des paroles positives. Dans les cas de Cobra et Cutty, personne ne les connaissaient quand ils ont commencé avec moi chez Penthouse. Ils se sont fait connaître avec des morceaux conscious.Sur le logo de Penthouse Records, on voit des buildings de New-York. Pourquoi cette ville ?Un Penthouse est un appartement situé au dernier étage d'un immeuble et ce genre d'habitation a été créé à New-York. C'est de là-bas que ça vient donc c'est pour ça. En plus, New-York est une ville importante pour moi. J'y ai vécu dix ans dans les années 70. Je travaillais dans une boutique de disques et c'est même à New-York que j'ai commencé à produire sur mon premier label. Je faisais régulièrement des aller-retours en Jamaïque pour aller enregistrer les artistes.On raconte que tu as renvoyé Garnett Silk chez lui...Oui c'est vrai.As-tu regretté ?Non puisqu'il est revenu bosser chez Penthouse quelques années plus tard. Mais la première fois qu'il est venu me voir, il n'était pas prêt. Il avait besoin de faire murir son écriture. Il a travaillé et il est revenu me voir. Il y avait encore du travail, mais j'ai reconnu son talent et on a pu faire des choses ensemble. Tous les artistes avec qui j'ai travaillé à cette époque, je savais reconnaître leur talent. Mais il fallait souvent les guider pour arriver à en tirer le meilleur. C'était mon rôle.Tu es justement connu pour avoir fait découvrir de nouveaux talents. Tu as fait émerger Romain Virgo et même Buju Banton. Quel est ton protégé du moment ?Je n'en ai pas vraiment, car je me concentre sur mon travail avec Buju Banton pour le moment. Je mets toute mon énergie pour le remettre comme il faut sur les rails, donc je me retire un peu de la production. Mais le dernier en qui j'ai vraiment cru c'est Dalton Harris. Je le suis toujours de prêt, mais il travaille actuellement sur un album à Londres et je ne suis pas impliqué du tout dans ce projet.Quel est ton meilleur souvenir en tant que producteur ?Je suis très mauvais en souvenirs, mais ma plus grande fierté c'est d'avoir fait connaître tous ces artistes avant qu'ils ne soient réellement connus. Les gens que l'on vient de mentionner, Romain Virgo ou Buju Banton par exemple. Je suis vraiment fier de ça.Et ton pire souvenir ?Ma plus grande déception c'est que ma mère soit décédée avant d'avoir vu tout ce que j'ai pu accomplir. (webremix.info)


Yaniss Odua - Yon Pa Yon réédition

Yon Pa Yon a une place à part dans la discothèque et dans le coeur de tous les amateurs de reggae français ayant déjà soufflé leur trentième bougie. Sorti en 2002, cet album marquait le début de carrière d'un artiste qui allait devenir l'un des piliers du reggae hexagonal : Yaniss Odua. Presque 20 ans après sa sortie, Caan Dun Music, Baco Records et Yaniss Odua ont décidé d'offrir une seconde vie à cet opus mythique avec une réédition collector. On a adoré s'y replonger pour vous le faire (re)découvrir.Dès les premières notes de l'introduction (Praise) on est transporté quelques années en arrière, un riddim simple sur lequel Yaniss se contente de présenter ses salutations à sa majesté Hailé Sélassié dans un texte que les plus anciens réciteront sans doute machinalement (comme tout le reste de l'album d'ailleurs.) Viennent ensuite Sé poko sa et Mal au coeur, deux morceaux où l'on découvre déjà le flow précis et la plume incomparable du chanteur martiniquais avec deux textes qui nous parlent de la difficulté de s'en sortir dans une société qui ne semble pas avoir beaucoup évolué depuis qu'ils ont été écrits.Yaniss Odua a toujours su jongler avec les styles et il nous le montre ensuite avec des morceaux très dancehall comme On Your Mark, Long Time en feat. avec Matinda ou encore Chaud n' Happy et son riddim hyper dansant que le chanteur va retourner de son flow ravageur. Autre thème qu'abordera régulièrement l'artiste tout au long de sa carrière : les femmes et l'amour, et c'est le cas dès ce premier opus avec Elle va partir où Yaniss se met dans la peau d'un goujat et invite Straïka D à venir lui faire la morale ; ou dans un pur style lover sur Viens avec moi. Il n'y a pas qu'aux femmes auxquelles Yaniss Odua a toujours été fidèle puisque bien des années avant Chalawa, il déclarait déjà sa flamme à sa plante préférée sur Let Me Take a Lift, un premier ganja tune dont le texte fait encore mouche dès les premières notes : " Donne moi que du naturel pour nourrir mon spirituel " PULL UP !Quand Une larme se fait entendre, des frissons nous traversent littéralement le corps à l'écoute d'une musique si douce pour traiter d'un thème si dur... Et comment parler de Yon Pa Yon sans s'arrêter sur La Caraïbe ? Des lyrics précis et touchants où l'artiste dresse un constat alarmant mais juste de la situation dans les îles, pour un titre qui deviendra un hymne intemporel connu de tous et que beaucoup de selectas jouent encore aujourd'hui.Pour finir, on a droit à deux cerises sur le gâteau, deux tunes que les fans de Yaniss connaissent déjà par coeur mais qui n'avaient jamais eu l'honneur d'être repressés. D'abord J'ai la rage posé sur l'instrumentale du Ante Up des M.O.P. que le chanteur reprend dans un style très dancehall, puis Sa mwin ni pou bay, un texte lover posé sur un riddim aux accents latinos.La réedition de Yon Pa Yon ravira forcément les fans de Yaniss Odua qui en plus de voir cet album culte être remasterisé pourront pour la première fois y trouver quelques-uns de ses titres en format vinyle. Avec des textes déjà très travaillés, encore d'actualité, et des riddims toujours aussi efficaces, il saura séduire et parlera tout autant à un public plus jeune pour qui cet opus sera une belle découverte.Tracklist :1. Intro (Praise)2. Sé poko sa3. Mal au coeur4. Long Time ft. Matinda 5. On Your Mark6. La Caraïbe7. Une larme8. Chaud n' Happy 9. Elle va partir ft. Straika 10. Let Me Take a Lift11. Viens avec moi 12. Prends garde à toi13. Jusqu'où l'homme va aller14. Kick it Again15. J'ai la rage16. Sa mwin ni pou bay (webremix.info)


Balik - Parenthese

On connaissait les accointances de Balik, chanteur lead du groupe Danakil pour le rap, tant par son phrasé, son écriture que par ses influences revendiquées depuis longtemps. Un side project hip hop était en préparation depuis un moment. Il est enfin sorti le mois dernier chez Baco Records, produit par les mains de maîtres de Tigerz et S.Mos, et il nous a pleinement convaincu.Parenthèse, est le titre de cet effort, sous-entendant que Balik reste bien setucirc;r attaché à sa famille Danakil et bien setucirc;r au reggae. En attendant, il offre 12 titres cohérents, pour 43 minutes d'écoute très fluide. L'album est riche des textes de Balik toujours aussi forts mais plus personnels et introspectifs qu'à l'accoutumé (Ce qu'on achète pas, Des bouts de nous). Il est soutenu par une myriade d'artistes qui donnent de la puissance aux thèmes qu'il aborde. On pense notamment à Oxmo Puccino sur De l'Or, Busta Flex sur La lune et le roc, Demi Portion sur Qu'est ce qui nous tuera ou encore Joss Bari et Volodia (Vice et Versa, Rose des vents). A titre personnel on en place une spéciale pour Blues Aride, qui est - ironie du sort - certainement le titre le moins rap de l'album - mais qui constitue joli clin d'oeil à Ali Farka Touré, grand chanteur du Mali, qui fut un temps la terre d'accueil de Balik. Le clip du titre est également une belle réussite. Balik a voulu se faire plaisir, et ce plaisir est largement partagé. Et je dirais même plus, on en redemande ! Big up l'artiste.Tracklisting : 1. Totem2. Blues Aride3. De L'Or Feat. Oxmo Puccino4. Qu'Est-ce Qui Nous TueraFeat. Demi Portion5. Bonne etEacute;toile Feat. Kantala6. La Lune Et Le RocFeat. Busta Flex7. Ce Qu'On Achète Pas8. Vice et Versa Feat. Joss Bari9. Des Bouts De Nous10. Pointillés11. Tant Qu'à Faire12. Rose Des Vents Feat. Volodia (webremix.info)


Dub Inc - Interview Millions

Dub Inc commence fort l'automne avec un nouvel opus toujours aussi inspiré. Millions témoigne du talent du groupe à se servir de sa longévité pour briser toujours plus de frontières entre les styles, entre les mondes musicaux, entre les langues et même entre ses publics désormais basés aux quatre coins du monde, tout cela au service d'un message qui n'a jamais autant prôné la justice et la paix entre les peuples. On ne pouvait pas résister à l'opportunité de nous entretenir avec Zigo, batteur du crew, pour lui poser quelques questions sur ces 14 titres plus que réussis.Reggae.fr : Dub Inc commence à avoir une certaine longévité et à chaque album on vous sent de plus en plus à l'aise et de plus en plus naturels...Zigo : En fait ce qui vient avec le temps, c'est qu'on n'a plus grand chose à prouver. Au début, on était très attentifs aux retours du public, des médias et du milieu professionnel. Avec les années, on a appris à se libérer de ça et à aller à l'essentiel ; on ne fait que ce qu'on a envie de faire. Je le ressens de plus en plus. Quand on bosse en studio, rien n'est calculé et en plus nos méthodes de travail se sont peaufinées aussi avec le temps. Tout est très naturel. Aujourd'hui, on récolte les fruits d'années de travail acharné. Mais ça n'empêche pas qu'on travaille encore comme des fous. Cet album-là, on a mis neuf mois à le faire en étant en studio tous les jours !Quelle a été cette méthode de travail justement ?On est arrivés en studio avec une soixantaine de riddims qui venaient d'un peu tous les musiciens du groupe. On a pris un temps avec les chanteurs pour voir ceux qui les inspiraient le plus tout en faisant attention à ne pas sélectionner plusieurs fois le même type de riddims. On fonctionne toujours comme ça, mais la différence cette fois-là c'est qu'on a peut-être encore plus simplifié notre musique. On a compris avec le temps que l'essence de notre musique c'était le message. Donc on va à l'essentiel au niveau des riddims et ce qui est génial c'est que ça nous donne plus de liberté pour ajouter des détails sur le live. En ce moment on est en train de préparer le nouveau set pour la tournée et je ne me suis jamais senti aussi libre dans la création live.Quelle est la chanson parmi les nouvelles que tu as le plus hâte de jouer en live ?Il y a surtout Authentique qui est un morceau particulier avec un côté très raggamuffin, caribéen et surtout il est composé uniquement en accords majeurs, chose qu'on n'a pas trop l'habitude de faire. On a mis en place pas mal d'interactions avec le public sur ce titre donc je suis impatient de voir si ça marche. Il y a aussi A tort ou à raison qui a sa spécificité puisque c'est un titre sans refrain et c'est la toute première fois qu'on fait ça. C'est aussi un morceau très introspectif, mais au final la thématique parvient à toucher presque tout le monde donc je suis aussi très impatient de voir les réactions des gens quand on va le jouer sur scène. Sinon, cet été sur les festivals on a déjà joué On est ensemble et Dans ta ville qui ont très bien fonctionné. J'avais un petit doute sur Dans ta ville mais les chanteurs ont réussi à trouver une énergie qui correspond bien au live et donc on va le garder pour la tournée. On se laisse toujours la possibilité de changer le set quand on sent qu'un morceau fonctionne moins bien que ce qu'on s'imaginait. On va voir ce que ça va donner avec toutes ces nouvelles chansons.Tu peux nous parler de la pochette de l'album qui est vraiment très réussie ?L'histoire part d'un voyage qu'on a fait à Goma au Congo. Là-bas on a fait un des concerts les plus marquants de notre carrière. C'est un endroit classé rouge par le Quai d'Orsay sur la carte du monde. C'est même pas qu'ils déconseillent d'y aller, ils disent carrément qu'il ne faut pas y aller. Il y a les Casques Bleus dans la rue, c'est la guerre là-bas ! Mais c'est aussi un endroit où il y a des réserves de gorilles. Et on a rencontré l'artiste Justin Kasereka là-bas. Il fait plein de portraits dans ce style, des gens comme Lumumba, Mohamed Ali, Nelson Mandela... Et au milieu de tout ce qu'on a pu voir il y avait ce gorille sur lequel on avait tout de suite flashé. Sans se dire que ce serait la pochette du futur album on s'était mis de côté cette image dans la tête. Quand on a commencé à réfléchir au visuel de la pochette, on avait envie de mettre un animal en voie de disparition pour illustrer les problèmes écologiques qui sont au centre de tous les débats à notre époque. Au début, on a pensé à demander à Justin de nous faire un rhinocéros et finalement, pendant qu'on était en studio, on est tombés sur un reportage qui s'appelle Virunga et qui parle justement d'une réserve de gorilles dans la région de Goma. On y apprend que les entreprises de forage qui veulent avoir la main mise sur cette région ne peuvent pas y avoir accès justement grâce à ces réserves de protection des gorilles. C'est un peu le dernier rempart avant qu'on ne vienne piller le Congo de ses ressources. Tout ça a aussi fait écho au morceau En nous qui parle des gens qui risquent vraiment leurs vies pour des causes comme celles-ci. Finalement le dessin du gorille s'est imposé !Et toi qui est passionné de tatouage. Est-ce que ce genre de dessin pourrait être tatoué avec tous ses détails ?A mon grand regret, j'ai déjà le dos entièrement tatoué, sinon c'est clair que j'aurais fait ça ! Il faut au moins un dos complet pour pouvoir bien représenter tous les traits minutieux qui composent ce gorille. Mais je pense que je vais finir par me faire un gorille ressemblant à celui-là quelque part sur le corps (rires).Ce dessin fait d'un nombre infini de traits renvoie aussi au titre de l'album Millions...C'est un terme tellement global que chacun peut l'interpréter à sa manière. On a toujours aimé avoir des titres d'album comme ça avec des mots ouverts. En plus c'est un mot qui se comprend dans n'importe quelle langue. Mais avant tout on a choisi ce titre parce qu'il y a un morceau qui s'appelle Millions et qui représente assez bien l'album.C'est marrant parce qu'il y a aussi Million Stylez comme seul featuring sur cet album...Oui, mais ça c'était pas vraiment calculé. C'est un gars qu'on adore depuis très longtemps et avec qui on avait essayé de collaborer par le passé, mais les emplois du temps ne l'avaient pas permis. On avait un peu laissé tomber l'affaire et sur cet album, on ne ressentait pas forcément le besoin d'avoir des invités. Mais quand on a fini le titre My Bro', on sentait qu'il manquait quelque chose pour en faire un vrai bon morceau bien complet. Et on a repensé à Million Stylez qui a tout de suite accepté. etCcedil;a s'est fait très facilement même si on n'a pas pu se retrouver ensemble en studio. Mais aujourd'hui avec les outils qu'on a, on peut communiquer très facilement et garder un côté très humain même sur des enregistrements à distance. Maintenant on a hâte de se retrouver quelque part pour faire le titre ensemble sur scène.Le titre Millions est aussi très d'actualité avec la récente décision judiciaire dans l'affaire Balkany...C'est clair !L'actualité a toujours été au coeur des messages portés par Dub Inc. Sur le titre Nos armes, on sent que vous avez voulu rendre hommage au mouvement des Gilets Jaunes n'est-ce pas ?Oui. Vous avez peut-être remarqué qu'on n'a jamais communiqué notre soutien sur nos réseaux sociaux pendant les manifestations des Gilets Jaunes. Pour nous c'était compliqué de se positionner face à ce mouvement car il regroupe tellement de monde que parmi ces gens, il y en a qui ne partagent pas du tout les mêmes idées que nous. Mais on a bien pris conscience que c'était sans précédent de voir un mouvement si important s'élever contre le gouvernement et le système actuel. Ajoutons à ça la répression policière qu'il y a eu pendant les manifestations ! On ne pouvait pas ne pas en parler, d'autant plus qu'on a créé l'album en plein pendant cette période-là. La France donne sans arrêt des leçons de morale aux autres pays, mais là on a bien vu ce que ça donnait chez nous.Et le morceau Inès ? Est-ce un écho au titre collectif A travers les vagues que vous aviez fait en soutien à SOS Méditerranée ?etCcedil;a pourrait, mais ce n'est pas le cas. etCcedil;a parle des droits des femmes et de leur libération. Mais Bouchkour a toujours aimé laisser planer le doute sur les thèmes qu'il aborde dans ses chansons. Il aime la réthorique ouverte, comme dans la poésie. Nous non plus dans le groupe on n'a pas compris tout de suite le thème du morceau et c'était déjà le cas sur l'album précédent avec Erreur du passé où chacun l'avait interprété d'une manière différente. etCcedil;a caractérise vraiment l'écriture de Bouchkour.Bouchkour rend aussi hommage à une musique qui lui est chère sur l'album n'est-ce pas ?Exactement. Sur le morceau Chaâbi. Le chaâbi c'est une musique traditionnelle d'Algérie qui a bercé l'enfance de Bouchkour. Le titre qu'on a fait est cindé en deux : une partie chaâbi et une partie reggae. Et pour la partie chaâbi, on a fait jouer des musiciens algériens incroyables. Par exemple, à la derbouka on a Rabah Khalfa qui a accompagné tous les plus grands artistes algériens. C'est une légende. C'est un peu le Sly Dunbar de la derbouka (rires). C'est un morceau important pour nous en tant que musiciens car une de nos influences principales depuis nos débuts c'est Gnawa Diffusion. Et je trouve que sur ce titre, on a réussi à jouer un peu comme Gnawa. C'est encore une autre étape dans notre façon de travailler. Là vous partez en tournée en France et en Europe jusqu'à Noeteuml;l. Quel est le programme pour 2020 ?On est en train de travailler sur une grosse tournée à l'étranger. On va repartir en Amérique du Sud où on est déjà pas mal connus, mais on va aussi explorer de nouvelles contrées. Des endroits dans le monde où on n'a jamais mis les pieds. Ce qui est bien c'est qu'on a toujours cette envie. On est comme des gosses à chaque fois qu'on part en tournée. On a l'impression que ça fait seulement deux ans qu'on fait ça alors que ça fait vingt ans en fait ! (webremix.info)


Dub Inc - Millions

Après avoir fait danser les corps et les coeurs avec le So What Tour, Dub Inc, le groupe reggae français iconique aux plus de 20 ans de carrière, fait sa rentrée avec le tant attendu Millions. Un projet metucirc;rement réfléchi et extrêmement bien travaillé, dont le caractère multiculturel / à l'image du groupe stéphanois / ne s'est pas développé sans l'exploration de nouvelles contrées musicales.Le groupe poursuit avant tout sa mission d'éveiller les consciences en interpellant sur des sujets actuels comme avec Fake News tirant la sonnette d'alarme sur l'envers du décor des réseaux sociaux et les mensonges médiatiques qui déguisent la réalité. Les travers qui font rage comme la discrimination encore trop présente sont aussi dépeints dans Couleur et etAgrave; la fois mais avec une belle invitation à s'ouvrir, avoir du coeur, être tolérant mais surtout à éduquer pour changer les moeurs. Avec Millions, morceau éponyme de l'album, le groupe nous interpelle sur la notion de justice souvent vaine lorsqu'elle s'associe à la politique. Nos armes est quant à lui bien setucirc;r inspiré du mouvement des gilets jaunes et Dub Inc, toujours aussi révolté, choisit de chanter l'espoir avec En Nous.Côté musical, on sent que le groupe est de plus en plus à l'aise, va à l'essence de la musique qu'il a envie d'exprimer, sans se priver de mélanger les styles, les vibrations, les matières. Des titres comme On est ensemble, Nos armes ou Couleur viennent réaffirmer la patte musicale énergique et l'esprit engagé des Dub Inc et contrastent avec d'autres titres comme Inès où la douceur est de mise. On en place une spéciale pour l'exceptionnel Chaâbi, dépaysement total de six minutes où le reggae prend les couleurs de la belle culture kabyle. Le son de la mandole et l'envoetucirc;tante voix de Bouchkour invitent à danser et s'évader. On apprécie aussi certains titres plus introspectifs qu'à l'accoutumée comme etAgrave; tort ou à raison. etAgrave; toute cette richesse s'ajoutent des propositions audacieuses aux sonorités dancehall, caribéennes et festives, avec Authentique notamment (gros coup de coeur !), et le titre My Bro' featuring Million Stylez.Entre la douceur de ses mélodies et l'énergie de ses rythmes, entre les flots abîmés de la Méditeranée et la transparence de la Mer des Caraïbes, entre la poussière noire de Saint-Etienne et les terres rouges de l'Afrique, Millions est tout simplement un album puissant.Tracklist :1. On est ensemble2. Couleur3. Dans ta ville4. etAgrave; tort ou à raison5. etAgrave; la fois6. Chaâbi7. Millions8. Authentique9. Nos armes10. My Bro' ft. Million Stylez 11. My Dub12. Fake News13. Inès14. En nous (webremix.info)


No Logo BZH 2019

Cette année encore, le No Logo BZH a confirmé sa position de festival majeur dans le paysage du reggae en France. Installé à St Malo au Fort de Saint-Père du 9 au 11 aoetucirc;t, l'évènement accueillait une programmation léchée que ce soit sur la grande scène ou dans l'espace dub sonorisé tout le week-end par Legal Shot. Retour sur ces trois de jours de reggae grâce aux photos de Samuel Tarin.The Sunvizors The Abyssinians Raggasonic Hilight Tribe Lidiop Skarra Mucci The Congos Sinsemilia Alpha Blondy Eek A Mouse Busy Signal Anthony B. Ryon Israel Vibration Morgan Heritage photographiedeconcert.wordpress.com (webremix.info)


Clinton Fearon - History Say

Clinton Fearon fait partie de ces artistes hors du temps sur qui les années glissent sans laisser de trace. Membre des Gladiators de 1969 à 1987, il entame ensuite une carrière solo au cours de laquelle il enchaînera les tournées et les albums toujours salués par les critiques. Pour ses 50 ans de carrière, Clinton Fearon nous offre History Say (Baco Records), un 12ème opus solo qui sera suivi d'une grande tournée européenne et qu'on était impatients de vous faire découvrir. Un album qui s'ouvre sur Technology, où le vétéran à la voix toujours aussi agréable nous raconte l'importance qu'ont pris les nouvelles technologies et les réseaux sociaux dans nos vies, nous conseillant sagement de les utiliser sans en abuser, le tout posé sur un riddim sublime dont les notes de guitares répondent parfaitement au chant du Jamaïcain. On découvre ensuite le premier feat de cet album, Mr Pretender, un riddim aussi doux que les voix de Fearon et de Mike Love qui se marient à merveille pour nous parler des politiciens. Le second feat se passe en famille puisque c'est Sherine Fearon, fille de Clinton qui a été conviée à poser sa voix chaude sur un riddim aux influences très soul (Gimme Some). Dernier invité et non des moindres : Alpha Blondy avec qui le chanteur jamaïcain partage une instrumentale très roots et toujours aussi soignée (Together Again). Comme à son habitude et peut-être encore plus sur ce dernier essai, Clinton Fearon ouvre son reggae en s'inspirant de nombreux styles musicaux différents ; on trouve donc une bonne dose de calypso dans Calypso Monkey, un morceau dansant vous transportant tout droit dans les tropiques ; un peu de jazz sur Time où le chanteur emprunte le scat des grands jazzmen américains (ce jazz vocal où les paroles laissent place à des onomatopées). On aura aussi droit à une bonne touche de rub-a-dub sur Crazy Ride et à des inspirations très dub avec des morceaux pleins d'effets et de variations dans les riddims comme French Connection. L'album se clôture sur I Will, un morceau aussi tranquille que joyeux, et ce sont cette fois des cuivres qui font écho aux chants de Clinton Fearon et ses choristes (les Espagnols Emeterians). Avec History Say Clinton ajoute un superbe album à une discographie déjà bien remplie, un opus où les productions sont à la hauteur du talent du chanteur jamaïcain. A écouter d'urgence ! Tracklist : 01 / Technology02 / Mr. Pretender Ft. Mike Love03 / History Say04 / Gimme Some Ft. Sherine Fearon05 / Together Again Ft. Alpha Blondy06 / Time07 / Calypso Monkey08 / French Connection09 / Crazy Ride10 / Why Worry11 / I Will (webremix.info)


Dub Camp 2019

Sound systems, selectors, chanteurs, deejays, artistes français, jamaïcains, anglais, européens et africains, conférences, réflexions, scénographie léchée... Le Dub Camp a la panoplie complète du festival parfait pour les véritables passionnés de reggae, dub et dérivés du genre. Toujours en quête de renouvellement, l'équipe de l'association Get Up! parvient à surprendre les festivaliers chaque année malgré une direction artistique concentrée sur la culture sound system. Adrien et Morgane y étaient pour vous au mois de juillet dernier. Ils vous font vivre leur Dub Camp à eux... Day 1 Comme tous les dub addicts de France et d'Europe, cela faisait des semaines que l'on trépignait d'impatience à l'idée de refouler les prés de Joué sur Erdre. En à peine cinq ans d'existence, le Dub Camp a su s'imposer / tant par la programmation que par l'ambiance qui y règne / comme LE festival de référence pour les amateurs de sound systems reggae / dub. Cette sixième édition du Dub Camp débute par une " Opening Session " sonorisée par le Sir Round Sound de King Shiloh installée au beau milieu du camping du festival.Il est 16h, le soleil frappe encore fort et beaucoup de festivaliers sont toujours en train de monter leurs tentes quand le Sir Round Sound se fait entendre. Ce sont les Ethiopiens The Shashemane Soldiaz qui ouvrent les hostilités, représentés par Teddy Dan et Ras Ibi ; ils seront épaulés par Bredda Neil derrière la tour de contrôle. etCcedil;a commence très roots avec des titres comme le Rise et Shine de Bunny Wailer ou le Conquering Lion de Yabby You et les deux MCs éthiopiens sont là pour reprendre les versions. L'ambiance monte et les skankers sont de plus en plus nombreux à se masser autour de la sono à 360etdeg; ; Bredda Neil décide de nous offrir le Roar Like a Lion pour finir cette première sélection, ça commence bien !C'est au tour de Vibronics de se mettre aux platines, accompagné de sa compatriote Nia Songbird et de l'Allemande Saralène. Deux chanteuses que l'on avait pu entendre sur l'album Woman on a Mission dont on entendra beaucoup d'extraits au cours de cette session au milieu d'autres classiques de Vibronics comme Searching for Jah ou R.A.S.T.A.F.A.R.I.On retrouve ensuite Dougie Wardrop de Conscious Sounds avec Donovan Kingjay et Barry Isaac qui nous offriront un set purement UK où ils seront rejoints par Ras Divarius et son violon sur fond de coucher de soleil au dessus du lac de Vioreau. Puis le vétéran Pablo Gad (backé par Irie Ites) nous montrera qu'il est toujours en forme, en enchaînant les tubes comme Don't Push Jah ou Hard Times.C'est King Shiloh qui conclut cette première soirée et il démarre avec un recut du Them Belly Full de Bob Marley avant de nous offrir une longue séquence de roots. Bredda Neil fait monter l'ambiance d'un cran avec quelques gros steppers comme l'énorme Open the Borders de Speng Bond avant d'entraîner tout le monde dans une danse folle avec son inévitable last tune, le Mamaliga Remix, un dubplate que tout le monde a encore dans la tête au moment de rentrer sous sa tente. Day 2 Deuxième jour, il est temps de découvrir le site du festival et ses 3 chapiteaux ; on commence par aller faire un tour à la Jukebox Arena, une cour caribéenne installée en plein milieu du festival. On peut s'y poser en admirant les affiches de soirées et de labels mythiques qui décorent les murs en écoutant la sono de NOFA reliée à un véritable jukebox rempli de classiques que tout festivalier peut activer à sa guise. On va voir ce qu'il se passe sous la Sound Meeting Arena où, comme tous les ans, trois crews viendront chacun avec leur sound system pour sonoriser le chapiteau. Les Iration Steppas sont déjà en train de balancer des gros steppers, trop tôt pour nous, on décide de prendre la route de l'Outernational Arena pour aller découvrir la nouvelle sono de Jah Militant. Et on n'est pas déçus ! Les Allemandes de Roots Daughters sont en train de mettre l'ambiance avec une sélection assez roots, très pointue et dans laquelle on entendra beaucoup de voix féminines.On fait ensuite une petite promenade entre le digital de Legal Shot sous le Dub Club et le gros roots des Roots Workers sous le (toujours aussi agréable) Uplift Corner avant de revenir sous l'Outernational, et on doit vous avouer qu'on va un peu rester bloqués sous ce chapiteau pour le reste de cette soirée. Ce sont d'abord les Italiens de Moa Anbessa qui nous régalent avec une sélection toujours aussi efficace. His Foundation, Step it Up, Jah Jah a di Best... que des big tunes. Weeda, le selecta de Jah Militant reprend la main pour nous amener dans une de ces danses rootikal dont il a le secret et où il est rejoint par Afrikan Simba qui prend le micro sur les versions. Une danse que l'on savoure jusqu'au dernier tune : le Warrior de Jah Massive qui offrira à Aba Shanti I un public chauffé à bloc.La légende des sound systems UK se met aux platines pour une session " 90's revival " de quatre heures, autant vous dire que ça va encore être difficile pour nous de bouger de ce chapiteau. On arrivera quand même à s'en échapper pour aller déguster quelques instants la voix de velours de Samory I sur la sono de Legal Shot ; et le temps d'un petit tour devant le dub fi dub entre Kiraden, Iration Steppas et Indica Dub histoire de se défouler un peu dans cette arène où l'ambiance est au stepper UK warrior style.Mais comme on vous le disait, on a passé une bonne partie de cette fin de soirée devant Aba Shanti et sa sélection old school durant laquelle il prendra beaucoup la parole nous expliquant la création et l'histoire de quasiment chaque morceau. On y entendra beaucoup de dubplates et de productions d'Aba comme par exemple le Positive Vibration, mais aussi des titres qui nous ramènent au dub des années 90 avec une grosse touche de Disciples. Ce soir encore, le retour à notre tente se fera plein de bonnes vibes. Day 3 En ce troisième jour où la fatigue commence à se faire sentir, on arrive sous la Sound Meeting Arena alors que les Young Veterans jouent des gros roots, rejoints par l'infatigable Ras Divarius venu poser ses notes de violon sur les versions ; ce soir les Allemands partageront le chapiteau avec Hytal Bosrah et Young Warrior. Les Dubkasm sont en train de se faire plaisir sur les 3x3 scoops du Wandem Sound System posés sous la Dub Club Arena, ils vont retourner le chapiteau avec leur Victory, rejoué en live au saxo par Digistep avant de balancer un remix énorme d'Africa, extrait de la récente collaboration entre OBF et Nazamba.Viendront ensuite deux sessions très attendues sous ce même Dub Club : Sip a Cup et Dub Judah. C'est d'abord Gussie P qui se met aux machines (seul, en l'absence d'Errol Bellot) pour un danse très roots et pleine de bonnes vibes où les classiques vont pleuvoir. Avant que le prochain set ne démarre, un bénévole prend la parole pour réclamer une minute de silence en l'honneur de Steve, victime des violences policières lors de la dernière fête de la musique à Nantes.C'est donc au tour de Dub Judah de démarrer sa sélection et à voir le " public " massé derrière l'artiste pour profiter du spectacle, on sent qu'il va se passer quelque chose (Aba Shanti, Mark Iration et Denis Rootikal, Dub Kazman, les Dubkasm, ils sont tous là ...). Et Dub Judah ne va pas les décevoir en proposant un set d'anthologie où il assure, comme à son habitude, la sélection, le live mix, la basse et le chant avec un sourire toujours aussi communicatif. Il sera rejoint par de nombreux artistes sur les versions : Afrikan Simba prendra le micro, Digistep y ira de ses airs de saxo et Fransax nous offrira une improvisation psychédélique à la fletucirc;te tibétaine.Après un rapide tour devant le dub 3000 d'Ist3p, le reste de notre soirée se passera entre le Sound Meeting et le Dub Club où le Wandem Sound System offrira une danse intense aux skankers, entre sélections pointues et dubplates dubbés à souhait. Tout ça avec une grosse touche de live music grâce à sa section cuivres (la Hornsmen Section), avec une mention spéciale pour l'un de ses membres, Fransax (ex Improvisators Dub) aussi à l'aise au saxo qu'à la fletucirc;te ou au coquillage et qui offrira même un moment de méditation mémorable avec son morceau au sitar.Sous le chap' Sound Meeting, l'heure est au stepper, Young Warrior, Hytal Bosrah et Young Veterans jouent maintenant un morceau chacun et l'ambiance est mystique. Le dernier tour arrive vite et ce sont les Allemands qui entament avec un gros recut du Them Belly Full de Marley, le fils de Jah Shaka y répond avec un énorme dubplate 100% instrumental qui fera chavirer tout le chapiteau avant qu'Hytal Bosrah ne clôture cette soirée avec le Blessings d'Izyah Davis sur une production Maasai Warrior. Day 4 Ce dernier jour s'ouvre comme l'an dernier sur des sessions acoustiques. MOJA sous la Sound Meeting Arena, Tom Spirals sous le Dub Club, mais c'est vers l'Outernational Arena que nous allons nous diriger afin de profiter des derniers morceaux du superbe mini concert de Nai Jah (il est à peine 13h). On prend ensuite la route du Sound Meeting où Mikey Dread fait tourner quelques galettes bien roots tout en continuant à s'installer pour cette longe session (Channel One va en effet jouer de 13h30 à 22h00 !).Ne voulant surtout pas rater la prestation d'Amoul Bayi sur la puissante sono d'Indy Boca, on retourne vers l'Outernational Arena où le crew sénégalais ne vas pas nous décevoir avec des tunes comme It's Over (delivré en live par Saah Karim), ou encore une future sortie de Daba Makourejah que l'on attend désormais avec impatience. Fabyah Forward, le selecta, surprendra tout le monde en balançant La Caraïbe de Yaniss Odua dont le riddim sera repris par la sublime voix de Saah Karim.On essaiera ensuite de se frayer un chemin à travers la foule qui s'est massée sous le Dub Club afin d'aller prendre notre dose de dub a dub devant les Stand High avant de retourner au Sound Meeting où nous allons laisser les Channel One nous faire voyager à Notting Hill pour le reste de la soirée. Le crew anglais nous offre une danse à laquelle personne ne pourra résister (on a même vu un agent de sécurité se laisser aller à sauter dans tous les sens), tellement intense que tout le monde semble surpris quand Ras Kayleb annonce l'heure du last tune et se met à saluer le public. Fausse alerte, ceux qui étaient déjà sur le chemin de leurs tentes font demi-tour aux premières notes du Soldier March de Keety Roots que Mikey Dread décide de balancer en guise de very last tune ; le genre de morceau qui vous fait oublier les courbatures et le manque de sommeil. La soirée se prolongera jusqu'à 1h00 du matin au camping avec un meeting entre Prayazen et Stepper Allianz sous la Rootsman Corner Arena.Encore une édition du Dub Camp dont les skankers rentreront avec des bons souvenirs plein la tête qu'ils se raconteront jusqu'à la prochaine, tout comme nous. Avec une programmation tellement riche qu'on a même pas pu vous parler de tous les artistes présents ou de toutes les conférences qui se sont tenues et une ambiance toujours aussi bonne, le Dub Camp réussit une fois de plus son pari d'être LE rendez-vous dub à ne pas rater. Merci Get Up! et à l'année prochaine ! (webremix.info)


JahKasa - Nee Chikora

Le burkinabé Karim Sanou aka JahKasa vient faire souffler un vent de fraicheur sur cette rentrée avec les sonorités enjouées de l'Afrique noire qu'il met à l'honneur dans son nouvel album Nee Chikora. Une production haute en couleurs entre Afrique, France et la Réunion qui vient chanter le rêve d'un monde meilleur. C'est avec le morceau Rakiré que l'on peut ressentir à merveille l'empreinte de cet album et ce style " balafon reggae " propre à l'artiste. Le projet se compose d'un assemblage minutieux de modernité et tradition. L'entraînant et dansant instrument de percussions Balafon se mêle à des sonorités plus électroniques dans Ne Ka Rastamousso et au classique combo basse guitare du reggae jamaicain dans la plupart des titres. Quelques touches rock sont également très appréciées tout comme l'envoutante introduction acoustique à la fletucirc;te mandingue dans Oppresseur Babylone offrant un voyage musical ethnique d'une grande qualité. Attaché et fier de ses racines où qu'il aille comme il le chante aux côtés de Dramane Djeli dans Ma tradition, JahKasa se présente comme un griot des temps modernes. Avec énergie il prône la fin de l'endoctrinement des peuples. Il chante avec espoir un monde fait d'amour dans Nous en fou. etAgrave; ses paroles positives comme dans Grand frère africain, s'associent de dures réalités à combattre tel que la folie du pouvoir et de l'argent dépeint dans FCFA et Gare à vous. JahKasa s'impose ici en militant des causes nobles et parvient à transcender et adoucir les maux avec la chaleur de sa voix et de ses rythmes. On ne peut que saluer JahKasa pour cet album apportant une fraîche vague de modernité tout en restant fièrement ancré dans la tradition burkinabè. On ne demande qu'à en entendre parler plus souvent ! etAgrave; faire tourner sans modération aux quatre coins du monde. facebook.com/Jahkasa-Officiel (webremix.info)


JahKasa 'Nee Chikora'

Le burkinabé Karim Sanou aka JahKasa vient faire souffler un vent de fraicheur sur cette rentrée avec les sonorités enjouées de l'Afrique noire qu'il met à l'honneur dans son nouvel album Nee Chikora. Une production haute en couleurs entre Afrique, France et la Réunion qui vient chanter le rêve d'un monde meilleur. C'est avec le morceau Rakiré que l'on peut ressentir à merveille l'empreinte de cet album et ce style " balafon reggae " propre à l'artiste. Le projet se compose d'un assemblage minutieux de modernité et tradition. L'entraînant et dansant instrument de percussions Balafon se mêle à des sonorités plus électroniques dans Ne Ka Rastamousso et au classique combo basse guitare du reggae jamaicain dans la plupart des titres. Quelques touches rock sont également très appréciées tout comme l'envoutante introduction acoustique à la fletucirc;te mandingue dans Oppresseur Babylone offrant un voyage musical ethnique d'une grande qualité. Attaché et fier de ses racines où qu'il aille comme il le chante aux côtés de Dramane Djeli dans Ma tradition, JahKasa se présente comme un griot des temps modernes. Avec énergie il prône la fin de l'endoctrinement des peuples. Il chante avec espoir un monde fait d'amour dans Nous en fou. etAgrave; ses paroles positives comme dans Grand frère africain, s'associent de dures réalités à combattre tel que la folie du pouvoir et de l'argent dépeint dans FCFA et Gare à vous. JahKasa s'impose ici en militant des causes nobles et parvient à transcender et adoucir les maux avec la chaleur de sa voix et de ses rythmes. On ne peut que saluer JahKasa pour cet album apportant une fraîche vague de modernité tout en restant fièrement ancré dans la tradition burkinabè. On ne demande qu'à en entendre parler plus souvent ! etAgrave; faire tourner sans modération aux quatre coins du monde. facebook.com/Jahkasa-Officiel (webremix.info)


Peter Tosh : Rétrospective (webremix.info)


Tonton Alex - Long Nights

Le touche-à-tout Tonton Alex, originaire de Bagnols-sur-Cèze, nous présente son deuxième album solo résolument roots, baptisé Long Nights. Outre ses talents de compositeur et de musicien (on le connaît notamment comme bassiste du groupe Jayadeva) Alex s'est fait remarqué par ses créations graphiques pour la salle de concert La Moba, le Bagnols Reggae Festival, le Zion Garden ou encore les couvertures des livres Reggae Ambassadors. Mais c'est bien de musique dont on va vous parler dans ces colonnes pour vous présenter l'univers de ce vrai artiste polyvalent...Ce deuxième effort a été créé au gré des rencontres et des voyages du Tonton entre la Provence, l'Egypte et la Jamaïque ces quatre dernières années. Neuf titres totalement roots empreints de jazz et de dub, sur lesquels on retrouve aussi des sonorités plus orientales et digitales. Alex reçoit plusieurs invités de marque : Joseph Cotton, Louie de Jayadeva, I Fi de Roots Attack et Nikki Watson, une employée d'accueil rencontrée durant un voyage en Jamaïque. L'album est par ailleurs totalement auto-produit, enregistré, joué, chanté et mixé par Alex lui-même !On ouvre l'album avec une introduction instrumentale qui nous plonge directement dans l'univers roots de ce multi-talent grâce aux sonorités profondes du mélodica, une basse ronde et des bruits de fond tel de l'eau qui coule ou le passage d'une voiture. On poursuit avec le tune Sorry, un morceau lumineux et reposant sur lequel on retrouve la voix de son ami proche Louie. Le titre éponyme de l'album nous emporte dans une ambiance aquatique où se mêlent des influences très jazz via les trompettes et des sons beaucoup plus digitaux. Arrive ensuite le très mystique Fire, un titre roots sublime, porté par une rythmique entêtante, des percussions envoetucirc;tantes et des dubs magistralement maîtrisés.Ganja Farma, porté par une très belle mélodie, nous offre l'occasion de profiter pleinement de la voix de Tonton Alex à mi-chemin entre ton rocailleux et aigu. On poursuit avec le très rub-a-dub Hold a Medz interprété par Joseph Cotton avant le plus rythmé Too Late to Say Goodbye. First Sight est quant à lui un morceau lover original et surprenant sur lequel la voix autotunée d'Alex croise le flow deejay d'I Fi et les choeurs de Nikki Watson. L'opus se clôt comme il avait commencé, avec un morceau instrumental aux sonorités orientales entre dub, roots, digital et jazz.Tonton Alex nous livre un projet audacieux, avec une vraie prise de risque dans l'association des sonorités. Un opus original et créatif dont on a envie qu'il dure encore et encore. Voilà un artiste à suivre de près et dont les futurs projets musicaux - et autres - nous réjouissent d'avance !Tracklist :01. Introduction02. Sorry ft. Louie03. Long Nights04. Fire05. Ganja Farma06. Hold a Medz ft. Joseph Cotton07. Too Late To Say Goodbye08. First Sight feat. I Fi et Nikki Watson09. Oriental Instant (webremix.info)


Reggae Sun Ska 2019 - J3

Le Reggae Sun Ska 2019 était placé sous le signe de la diversité et ce troisième jour de festivités ne déroge pas à la règle. Des artistes venus d'Espagne, de Jamaïque, d'Angleterre, d'Australie et de France bien setucirc;r se succèderont sur la scène One Love et la Dub Foundation aujourd'hui. Le beau temps est toujours au rendez-vous et le monde répond une fois de plus présent dès l'ouverture du site.Le légendaire Don Carlos ouvre le bal ! Lui qui clôturait le premier soir du Bagnols Reggae Festival se retrouve cette fois en première ligne et affronte le soleil en pleine face dès 17H. Pas de quoi le déstabiliser. L'ancien membre de Black Uhuru fait preuve de solidité et déroule le même set que la semaine précédente avec cette voix toujours aussi chaude et suave. Un vrai régal !Pendant ce temps, l'équipe australienne du 4'20 Sound fait monter l'ambiance côté sound system. Une équipe pas si australienne que ça finalement puisqu'on retrouve au micro le Français Dougy et l'Ecossais Tom Spirals, un habitué des sessions de Mungo's Hi Fi.Mention spéciale à Rezident et Selecta Antwan qui ont maintenu l'ambiance au plus haut niveau pendant les changements de plateau de la scène One Love. Perchés au-dessus de la régie, ils ont mené d'une main de maître ces interludes pendant trois jours en offrant régulièrement quelques surprises avec de nombreux invités venus tchatcher sur quelques riddims...Le Sun Ska ne serait pas le Sun Ska sans un petit concert de ska ! Et quel concert ! Les Skatalites sont venus fêter leur 50 ans de carrière. Autre anniversaire : les 70 ans de Don Drummond, le tromboniste du groupe qui soufflera même les bougies sur scène. Les classiques instrumentaux fusent avant d'accueillir la reine Doreen Shaffer au micro, la seule membre originelle de la formation jamaïcaine enrichie de deux français, un à la guitare et un au saxophone. Cacun des cuivres y va de son solo et une autre légende les rejoint rapidement... Stranger Cole accompagne les Skatalites sur cette tournée et déballe des classiques que beaucoup de jeunes découvrent avec plaisir. C'est aussi ça le Sun Ska, s'éduquer aux fondations de la musique jamaïcaine !La scène Dub Foundation n'est pas en reste en termes de légendes puisque les deux maîtres du dub, Mad Professor et Scientist se passent la main sur la sono de Sinai.Vient ensuite le moment de la tornade Dub Inc. Après une vingtaine d'années de carrière et juste avant la sortie d'un nouvel album, le groupe stéphanois est au top de sa forme et sa popularité. Le public obéit au doigt et à l'oeil de Bouchkour et Komlan toujours aussi efficaces sur scène. Tout ce qu'ils veulent et Rude Boy remportent sans doute les suffrages et la foule reprend en choeur la plupart des paroles du duo. Le tout nouveau On est ensemble, livré en tout début de set, n'y échappe pas ! Dub Inc semble inarrêtable et le Sun Ska lui réussit bien !Et pour finir en beauté, Ziggy Marley clôture cette vingt-deuxième édition devant un public complètement acquis à sa cause. Vivement l'année prochaine ! (webremix.info)


Reggae Sun Ska 2019 - J2

Après une première journée riche en émotions, le Sun Ska se poursuit avec encore un joli programme. La journée, le public a pu découvrir le tout jeune duo S'n'K, assez prometteur ! Et sur la grande scène, ça démarrait tout de suite très fort...L'inépuisable Flavia Coelho se charge de chauffer le public pour la suite des festivités. La Brésilienne, toujours aussi séduisante et débordante d'énergie, est une habituée du festival et les fans sont au rendez-vous. Toujours accompagnée de son clavier et de son batteur hors-pairs, Flavia parvient à mobiliser tout le public déjà présent en masse pour ce premier concert de la journée. Mission accomplie !Aujourd'hui, les têtes d'affiches sortent très tôt ! Il fait encore bien jour quand Patrice monte sur la scène One Love. Le chanteur allemand commence seul en acoustique avant d'accueillir son groupe au grand complet pour une heure incroyable. Everyday Good et Soul Storm sont toujours les préférés du public qui a droit à un titre inédit ce soir. Patrice flirte avec le dancehall et s'autorise des pull-ups, festival reggae oblige. L'artiste prouve une fois de plus qu'il est l'un des meilleurs sur scène. Il sera suivi de Morcheeba en cette journée placée sous le signe de l'international...Chez Sinai Sound System, le sound français Irie Ites est à l'honneur avec pas moins de quatre heures de set exclusif. Jericho commence une heure seul avec ses précieux dubplates avant d'accueillir trois artistes jamaïcains foundations. Le deejay U Brown est le premier à ravir les fans de rub a dub. Son hit Tu Shung Peng fait l'unanimité et c'est un autre deejay qui lui succède au micro... Trinity est en grande forme aujourd'hui. Celui que l'on connaît aussi sous le speudo Jr Brammer exhibe ses talents de chanteur ici et là au milieu de ses classiques comme l'indémodable Three Piece Suit. Il est rejoint un temps par U Brown pour quelques improvisations avant de laisser la place à Linval Thompson. Le roots est à l'honneur ce soir sur la scène Dub Foundation et Linval semble ravi de voir autant de monde présent dans l'arène pour soutenir les fondations de la musique jamaïcaine. Son show se termine sur le classique I Love to Smoke Marijuana et les trois artistes se retrouvent ensemble pour un (trop petit) quart d'heure de freestyle. Le Sun Ska vient d'assister à un vrai show sound system à la jamaïcaine comme on en voit rarement en France !Sur la grande scène, place à l'Afrique ! Le grand Alpha Blondy fait son entrée comme toujours sur Jerusalem. On a beau être habitués, les frissons nous envahissent dès les premières notes de l'instru mythique. Le charisme de l'Ivoirien ne laisse personne indifférent et même si son discours sur les religions divise, le public reprend en choeur les indémodables Cocody Rock et Brigadier Sabari. Quelques sonorités rock s'invitent sur le puissant No Brain No Headache et certains sont surpris par la reprise improbable de Led Zeppelin (Whole Lotta Love) qui figurait sur le dernier album d'Alpha, Human Race.Pour finir cette deuxième soirée de concerts, le festival offre une carte blanche à Taïro qui a invité trois beaux artistes pour l'occasion. Le chanteur de ces dames déroule son show habituel et c'est Balik qui fait son apparition en premier sur le titre A la longue qu'il partage avec Taïro. Ce dernier laisse ensuite la place au chanteur de Danakil qui offre au public le classique Marley impeccablement joué par le Family Band. Tiwony s'invite ensuite sur une interprétation acoustique de son duo avec la star du soir Reine sans couronne avant de nous livrer le puissant Dread avec l'énergie qu'on lui connaît. Dernier invité du soir, Yaniss Odua met tout le monde d'accord avec ses hits Rouge Jaune Vert et Chalawa là encore très bien suivi par le groupe de Taïro qui termine le show sur l'énorme Bonne Weed. Ce genre de plateau ponctué par des guests est de plus en plus fréquent dans les festivals et on ne peut qu'encourager les organisateurs à poursuivre ces initiatives qui nous permettent d'assister à des moments scéniques uniques. On regrette juste de ne pas avoir eu droit à un freestyle de fin réunissant les quatre artistes. Le temps a sans doute joué en leur défaveur. On aura sans doute de quoi se consoler demain pour le dernier jour du festival... (webremix.info)


Liens : Artistes et Groupes de Reggae

reggaetom-comReggaetom.com

Toute l'actualité du reggae francophone : roots, ska, dub, ragga / hip-hop. Chroniques d'albums et de concerts, interviews, mp3, agenda, annuaire reggae...


boomblast-comBoomblast.com - Reggae Dancehall Live Radio

Boomblast est la première webradio basée en France à diffuser 24/24h et 7/7j du dancehall jamaïcain.


jahmusik-netjahmusik.net

Le premier webzine reggae ragga ska Dub.
Pationnés de reggae, retrouvez toute l'actualité du reggae ragga ska dub, des interviews, les news de Jamaique, des dossiers, des MP3, des cadeaux, les dates des concerts, les charts.


thekikoowebradio-comThe Kikoo Web Radio

The Kikoo Web Radio est une association qui à pour but de développer une Radio à tendance Reggae, Ska, Dub


reggae-frReggae.fr

Reggae.fr, le magazine reggae, toute l'actualité reggae, dancehall, ragga, dub, uk, kreyol. Agenda des concerts et festivals reggae, Reggae Tv et Reggae radio. Les mixs de mighty Sté en exclu et toutes les bonnes vibes.


webadub-comWEBADUB FM fwi radio

La radio et tele qui dit tout sur le reggae le dance hall local et international avec des clips et du son 24/24H.Vous pourrez acceder au tchat gratuit et ecouterez les nouveaux son de l'undergrounds Et surtout nos recettes itals les meilleures du net.


reggaefrance-comReggaefrance.com

Retrouvez la référence reggae-ragga, nombreuses interviews d'artistes jamaiquains & français, des nouveaux titres à l'écoute quotidiennement. Découvrez les nouvelles sorties 45t (écoute) et CD (chroniques). Chaque semaine, les news sur le reggae & le ragga. Une emission de radio est rediffusée chaque semaine. L'agenda des concerts et des sounds systems Paris et Province.


reggaelive-fr-stReggae made in Côte d'ivoire

Toutes les informations sur le reggae made in Côte d'Ivoire(Actualités,concerts, et bien d'autres...)



Vous pouvez Soumettre un Lien dans cette catégorie