Artistes et Groupes de Reggae

Pays : Jamaique

Exemples de morceaux representatifs de Reggae



Artistes ou Groupes

340ml(2)[video]  -  Abdel Wright(1)  -  Abdou Day(2)  -  Abdoul Jabbar(1)  -  Abega(3)  -  Abijah(3)  -  Adioa(4)[infos]  -  Admiral Bailey(4)  -  Adrien Bass(1)  -  African Brothers(3)  -  African Bush Doctor(0)[video]  -  African Head Charge(17)[infos]  -  Agana(1)[video]  -  Ahmed Faras(0)  -  Akwe(0)  -  Al Campbell(11)  -  Al Pancho(1)  -  Albert Griffiths(0)  -  Alex Kajumulo(1)  -  Alpha Blondy(25)[infos][audio][video]  -  Alpha Mim(1)  -  Alpha Oméga(1)  -  Alpha Rowen(1)[video]  -  Alpha Wess(1)  -  Amazulu(8)  -  Andrew Tosh(4)  -  Anguilé(1)  -  Annette Brissett(1)  -  Anthony B(21)[infos][video]  -  Anthony Johnson(2)  -  Apple Gabriel(4)  -  Arkaingelle(1)  -  Asher Senator(1)  -  Askia Modibo(1)[infos]  -  Aston "Family Man" Barrett(2)  -  Aswad(28)[video]  -  Augustus Pablo(33)[infos]  -  Aziz Wonder(0)[infos]  -  Babadi(5)[video]  -  Baby G(1)  -  Back Jardel(1)  -  Backom(2)  -  Baco(5)[infos][video]  -  Bafing Kul(1)  -  Baloji(1)  -  Baraka Oyuru(1)  -  Barbara Jones(0)  -  Barrington Levy(37)[video]  -  Barrington Spence(3)  -  Barry Brown(4)  -  Baster(12)[video]  -  Bee Pasteef(1)  -  Benjam(6)[video]  -  Benz'n(1)  -  Beres Hammond(28)[infos][video]  -  Big Youth(23)[infos][video]  -  Billy Boyo(2)  -  Bim Sherman(25)[infos]  -  Bingui Jaa Jammy(4)[infos][video]  -  Black Medio(0)  -  Black Roots(6)  -  Black Uhuru(34)[infos]  -  Bob Andy(5)  -  Bob Dahilou(1)[infos]  -  Bob Marley & The Wailers(11)[infos][video]  -  Bobby Ellis(2)  -  Brigadier Jerry(6)  -  Brother Ayouba(1)[video]  -  Buju Banton(19)[infos][video]  -  Bunny Wailer(26)[infos]  -  Burning Spear(41)[infos][video]  -  Burro Banton(3)[infos]  -  Bushman(11)[video]  -  COUP SEC(1)  -  Capleton(20)[infos][video]  -  Carl Harvey(1)  -  Carlene Davis(7)[infos]  -  Cedric "Im" Brooks(5)  -  Cedric 'Congo' Myton(3)  -  CeePee(1)  -  Chaka Demus & Pliers(8)[infos][video]  -  Charlie Chaplin(10)  -  Chata Addy(2)  -  Chezidek(4)[infos]  -  Chow Panachie(1)  -  Chrisinti(2)  -  Clancy Eccles(3)[infos]  -  Cliff Brown Tchiepi(0)  -  Clint Eastwood(3)  -  Clinton Fearon(9)  -  Clive Hunt(1)  -  Cocoa Tea(39)[infos]  -  Cornell Campbell(16)[video]  -  Cultural Roots(2)  -  Culture(32)  -  Défoul' la mêm(4)  -  Daddy Freddy(11)  -  Daddy Nuttea(5)[infos]  -  Daddy Rings(3)  -  Damian Marley(4)[infos][video]  -  Daweh Congo(7)  -  Deïdo Tree(0)  -  Dean Fraser(9)[infos]  -  Delroy Washington(2)  -  Delroy Williams(1)  -  Delroy Wilson(10)[infos]  -  Dennis Brown(90)[infos][video]  -  Dezarie(3)  -  Diana Rutherford(1)  -  Didyé Kérgrain(1)  -  Dillinger(9)  -  Dj Dan(2)  -  Djama(4)[video]  -  Djos Kezo(0)  -  Dolé(0)  -  Don Carlos(1)  -  Doniki(1)  -  Dr Mooch(1)  -  Dr. Alimantado(8)  -  Dread Maxim(2)  -  Earl Chinna Smith(3)  -  Earl Sixteen(5)[infos]  -  Earth and Stone(1)  -  Eek a Mouse(16)  -  Elie Kamano(1)[video]  -  Elijah Prophet(1)  -  Empress Ayeola(1)  -  Energy Crew(1)  -  Eric Donaldson(14)  -  Ernest Ranglin(13)  -  Etana(1)[video]  -  Fôô Fanick(0)[video]  -  Fac Alliance(3)[video]  -  Fadal Dey(0)[video]  -  Frankie Paul(7)[infos]  -  Freaky Joe aka Sing'A'Teh(1)[video]  -  Fred Locks(3)  -  Freddie Mc Gregor(41)  -  Ganga Vibes(0)  -  Garnett Silk(8)[infos]  -  Gato Negro(1)  -  General Degree(3)  -  Gladstone_Anderson(3)  -  Glen Washington(16)  -  Gondwana(5)  -  Guya Tchendo(0)  -  Gyptian(5)[video]  -  Half Cast(0)[video]  -  Harry Mo(1)  -  Hass Keita(0)  -  Hass Mosa(2)[video]  -  Hoba Hoba Spirit(0)[infos]  -  Horace Andy(44)[infos][video]  -  Horace Martin(3)  -  Hugh Mundell(8)  -  I Roy(17)[video]  -  I-Three(2)  -  Ijahman(24)  -  Inner Circle(21)[infos]  -  Innocent Galinoma(1)[video]  -  Ismaël Isaac(7)[infos][video]  -  Ismaël Wonder(1)  -  Israel Vibration(33)[infos][video]  -  Jackie Mittoo(29)[infos]  -  Jacob Miller(8)[infos]  -  Jah Cure(5)[infos][video]  -  Jah Lion(1)  -  Jah Lloyd(3)[infos]  -  Jah Mali(2)  -  Jah Mason(11)[infos]  -  Jah Milk(1)  -  Jah Nesta(1)  -  Jah Prince & The Prophets Band(1)  -  Jah Shaka(17)[infos]  -  Jah Stitch(4)[infos]  -  Jah Woosh(2)  -  Jah'Key Malle(0)  -  Jahel(0)  -  Jahwise(3)[video]  -  Jamadom(2)  -  Jede I Tafari(0)[video]  -  Jerry Jheto(1)  -  Jhiko Manyika(3)  -  Jim Kamson(1)  -  Jimmy Cliff(35)[infos]  -  Jimmy Riley(14)  -  Joe Gibbs(7)  -  Joe Higgs(3)[infos]  -  John Chibadura(7)[infos]  -  John Holt(42)  -  Johnny Clarke(8)[infos][video]  -  Joseph Cotton(8)  -  Josey Wales(3)  -  Judy Mowatt(10)[infos]  -  Julian Marley(4)[infos]  -  June Lodge(2)  -  Junior Delgado(23)[infos]  -  Junior Kelly(9)[infos][video]  -  Junior Murvin(3)[infos]  -  Junior Reid(19)[infos]  -  Justin Hinds(7)[infos]  -  Kajeem(2)[video]  -  Kalash(3)  -  Kaliroots(2)  -  Kalory Sory(1)  -  Kana(2)  -  Keith Hudson(11)  -  Ken Boothe(35)  -  Kiddus I(3)[infos]  -  King David(1)  -  King Sounds(7)  -  Kizito(2)[video]  -  Koko Dembele(1)  -  Kom'Zot(4)  -  Kuami Mensah(0)[video]  -  Kulcha Far I(3)  -  Kussondulola(6)[video]  -  Kwame Bediako(3)  -  Ky Mani Marley(1)  -  Kâyamanga(1)  -  Larry Cheick(1)  -  Lee "Scratch" Perry(22)  -  Leroy Brown(1)  -  Leroy Smart(6)  -  Linton Kwesi Johnson(15)[infos][video]  -  Linval Thompson(3)[video]  -  Little John(4)  -  Little Roy(7)[infos]  -  Lord Of Ajasa(1)  -  Luciano(41)  -  Lucky Dube(20)[infos][audio][video]  -  Lutan Fyah(11)  -  Lyricson(3)[video]  -  Macka B(17)[infos]  -  Mad Cobra(7)  -  Madoxx(0)  -  Maiko Zulu(1)  -  Majek Fashek(4)[infos][video]  -  Manleo(1)  -  Marcel Salem(2)[video]  -  Marcia Aitken(1)  -  Marcia Griffiths(18)[infos]  -  Marlaoui(0)  -  Marlon Asher(2)  -  Marloy(1)  -  Maroghini(2)[infos]  -  Mawana Slim(1)  -  Max Romeo(29)[infos]  -  Maxi Priest(13)  -  Mc Duc(1)  -  Merger(1)[video]  -  Message Roots(1)  -  Michael Prophet(21)[infos]  -  Michael Rose(27)[video]  -  Michael Smith(1)  -  Michel Legris(0)[video]  -  Mikey Dread(21)[infos]  -  Mikey General(2)  -  Mikey Ras Starr(1)  -  Mikey Spice(6)  -  Milton Henry(1)  -  Mireille Tikry(0)[video]  -  Misty in Roots(9)[infos]  -  Mo'Kalamity(2)  -  Momo Roots Soumah(1)  -  Morgan Heritage(14)[infos][video]  -  Moses I(1)  -  Muinguilo(2)  -  Mutabaruka(12)[infos]  -  Mystic Man(1)  -  NNeka(6)  -  NZH(0)[video]  -  Naftaly(1)  -  Nasio Fontaine(5)[infos][video]  -  Nasty D(6)  -  Natty Dread Reunion(4)  -  Nazarenes(3)  -  New Breed(1)  -  Nicy(1)  -  Nikko(4)  -  Niominka-bi(6)[infos]  -  Norris Reid(2)  -  Nuttea(10)[infos]  -  Nyala(1)  -  Nzela(2)  -  O'Yaba(5)  -  Olmyta(0)[video]  -  Pablo Gad(1)  -  Pablo Moses(15)[infos][video]  -  Pach Jahwara(0)  -  Papa San(11)[infos]  -  Paps Natty General(0)  -  Patra(2)[video]  -  Patrick Persée(4)[video]  -  Peter Broggs(9)[infos]  -  Peter Tosh(17)[infos][video]  -  Peterside Ottong(2)  -  Philip Toussaint(1)  -  Poglo(4)  -  Prince Alla (Prince Allah)(13)[infos]  -  Prince Far I(19)[infos]  -  Prince Jazzbo(1)[infos]  -  Prince Lincoln Thompson(5)  -  Prince Osito(0)  -  Queen Ifrica(2)[video]  -  Queen Omega(4)  -  Racine des Iles(1)  -  Ramses De Kimon(1)[infos]  -  Ranking Dread(3)[infos]  -  Ranking Joe(2)[infos]  -  Ras Amadeüs Bongo(1)  -  Ras Dumisani(2)[infos]  -  Ras Elia Hassou(0)  -  Ras Ly(0)[video]  -  Ras Natty Baby(6)[video]  -  Ras Naya(0)  -  Ras Noël(5)  -  Ras kimono(2)  -  Rasbawa(4)  -  Rass Kwame(1)  -  Rass Shiloh(5)  -  Richie Spice(7)[infos][video]  -  Rico Rodriguez(4)[infos]  -  Rita Marley(6)[infos]  -  Rocky Dawuni(5)[infos]  -  Rod Taylor(2)  -  Rootz Underground(2)  -  Salim Jah Peter(1)  -  Sally Nyundo(0)[video]  -  Salone Ishmael(2)  -  Salone JR(1)  -  Samx(4)  -  Saël(4)[video]  -  Scientist(13)  -  Sean Paul(7)[infos]  -  Selasee Atiase(1)  -  Serges Kassy(3)[video]  -  Seyni & Yéliba(2)  -  Shasha Marley(1)  -  Sistah Mad'Ness(0)  -  Sister Carol(7)[infos][video]  -  Sizzla(36)[infos][video]  -  Sly & Robbie(24)  -  Soumaïla Diarra(0)[infos]  -  Spraggy(1)  -  Steel Pulse(18)[infos]  -  Stephen Marley(3)[video]  -  Taj Weekes(3)  -  Takana Zion(4)[video]  -  Tangara Speed Ghôda(2)[video]  -  Tanya Stephens(5)[infos][video]  -  Tarrus Riley(3)[video]  -  Tatu Clan(1)[video]  -  Teba Shumba(0)[video]  -  Teezy(1)  -  Terry Linen(3)  -  The Abyssinians(11)[infos][video]  -  The Aggrovators(13)  -  The Black Missionaries(0)[video]  -  The Chantells(1)[infos]  -  The Congos(13)[infos]  -  The Ethiopians(11)[infos]  -  The Gladiators(40)  -  The Heptones(16)[infos][video]  -  The Itals(10)[infos]  -  The Mandators(1)  -  The Meditations(9)[infos]  -  The Melodians(5)  -  The Mighty Diamonds(38)  -  The Mighty Three's(1)  -  The Rastafarians(1)[infos]  -  The Royals(2)  -  The Slickers(2)[infos]  -  The Tamlins(8)  -  The Twinkle Brothers(45)  -  The Viceroys(5)  -  The Wailers(11)  -  Third World(18)  -  Tiken Jah Fakoly(12)[infos][video]  -  Tommy McCook(15)[infos]  -  Tommy T(1)  -  Tony Roots(1)  -  Tony Tuff(20)  -  Toots and the Maytals(27)  -  Trinity(6)  -  Triston Parmer(1)  -  Turbulence(11)  -  U Brown(5)  -  U Roy(22)  -  V Santym(0)  -  VIB(1)  -  Vagabond Squad(0)  -  Valley(2)  -  Vickson(0)[video]  -  Waby Spider(3)  -  Wailing Roots(1)  -  Wailing Souls(18)  -  Wailing Souls(10)[video]  -  Wanamah(0)  -  Warrior King(3)  -  Wayne Wade(3)  -  Welton Irie(6)  -  Willie Williams(4)  -  Winston Jarrett(6)  -  Winston Mc Anuff(6)  -  X-MAN(1)  -  Yabby You(9)[infos]  -  Yami Bolo(13)  -  Yaya Yaovi(1)[video]  -  YeahmanC(2)  -  Yellowman(56)[infos][video]  -  Yongy Lorenzo(0)  -  Youss Nassa(0)[video]  -  Zêdess(3)[video]  -  Zed-I(1)  -  Zhou-Mack(1)  -  Ziggy Marley(17)[infos]  -  Zoanet Comes(4)  -  

Compilations

Afro Reggae Party(1)  -  Dancehall Nice Again(3)  -  Fly African Eagle(1)  -  Planete Reggae(1)  -  Raggae Gold(10)  -  Raggae-Kolor(1)  -  Reggae Africa(1)  -  Reggae Meets Africa(1)  -  Reggae Over Africa(1)  -  Sun Splash(0)  -  

Actualité : Artistes et Groupes de Reggae

Biga Ranx - Sunset Cassette

Quand vous recevez le nouvel album Biga Ranx, c'est avec un plaisir comparable à celui de l'ouverture des cadeaux à Noeteuml;l quand vous le faites tourner pour la première fois. Quatre ans après l'énorme claque de 1988, le maitre du vapor dub nous revient avec un nouvel opus : Sunset Cassette. etCcedil;a commence très fort avec My Driver (en feat avec Sr Wilson et en collaboration avec OBF), une big tune que beaucoup d'entre vous connaissent déjà par coeur. L'ambiance se fait beaucoup plus posée sur Regarde Moi, une chanson d'amour ultra vapor au refrain aussi poétique qu'entêtant, on adore. Les big tunes continuent de pleuvoir : Solid dans un style plein d'énergie et très électronique sur lesquels les amateurs de bass music vont à coup setucirc;r se déchainer dans les prochaines soirées ; ou encore le génial Aubépines, un stepper planant et embrumé sur lequel Biga Ranx invite Pupajim dans son univers. Biga continue d'enrichir son vapor d'influences venues de tous les horizons, on retrouvera ainsi une bonne dose de hip hop : délirant et futuriste avec Vieille Branche (rappé en français et avec une facilité déconcertante par le tourangeau), ou dans un style beaucoup plus tranquille avec Les Poches. On aura aussi droit à un dancehall moderne et hyper dansant aux sonorités tropicales en feat avec Blakkamoore (Hot Water), mais aussi à du pur vapor comme sur OVA une déclaration d'amour posée sur un riddim aussi doux qu'entrainant . Avec Sunset Cassette, Biga Ranx nous offre une nouvelle plongée dans son univers si particulier et que l'on apprécie tant, étendant au passage encore un peu plus son terrain de jeu grâce à toujours plus de nouvelles influences et jamais aucune barrière. On en redemande. Tracklist :1. My Driver Ft OBF et Sr Wilson2. Vroom Ft Ninite Prince Mercredi3. Regarde Moi 4. Solid Ft Lil Slow 5. Aubepines Ft Pupajim6. Single Day Feat Misc7. Vieille Branche Ft Lil Slow8. Hot Water Ft Blakkamoore9. Sunset Cassette10. Ova Ft Lil Slow11. Les Poches12. Mexico (webremix.info)


Buju Banton - Interview Upside Down

Dix ans ! Dix ans que celui qui est devenu une légende - avec des titres comme Deportees, Murderer, Champion, It's All Over, Not An Easy Road - n'avait pas sorti d'album. Upside Down sort ce jour 26 juin (Roc Nation / Def Jam), avec 20 titres d'une grande qualité de production, des featurings à couper le souffle (Stephen Marley, Pharrell, John Legend ou encore Stefflon Don), et la voix rocailleuse du chanteur qui nous avait tellement manquée. Du dancehall moderne au roots, en pensant par du new roots très 90's et de l'afrobeat, Upside Down se veut un album riche, qui intéressera autant la jeune génération que les fans de la première heure. Dix ans aussi que nous n'avions pas pu nous entretenir avec Buju Banton. Dix ans dont une très grande partie passée en prison. La dernière fois que Reggae.fr croisait Gargamel c'était à Kingston et toute de suite l'artiste nous avait mis à l'aise en nous parlant du travail important que nous faisions en Europe.A l'occasion de cette sortie évènement, nous vous proposons de découvrir notre rencontre avec Buju, l'un des artistes les plus insaisissables de sa génération, un chanteur incandescent aux multiples polémiques (ses titres homophobes ont choqué une grande partie du public international...), dont le côté sage et spirituel a largement pris le dessus depuis sa libération fin 2018.Entretien : Reggae.fr : Tout d'abord, comment vas-tu en cette période de crise sanitaire et n'est-ce pas particulier de sortir ce nouvel album sachant que tu ne pourras pas tourner cet été pour le défendre ? Buju Banton : Tu sais, cet album je le sors en toute conscience. Si je n'avais pas quelque chose à dire, je ne l'aurais pas sorti. Mais que cette crise soit présente ou non, je sors cet nouvel album car le public a justement besoin de force, d'orientation et de motivation. Et mon public en particulier a attendu si longtemps. Il est de mon devoir en tant qu'artiste d'inspirer les gens et de les élever. Cet album ne sort pas en vain, car j'avais beaucoup de choses à exprimer et beaucoup de gens l'attendent. La justice, la liberté et l'égalité sont des valeurs essentielles que je me devais de diffuser.L'été dernier, nous avons eu la chance de te voir sur scène en Europe et en France en particulier (au Reggae Sun Ska) dans le cadre du Long Walk To Freedom Tour. Comment l'as-tu vécu ?J'ai beaucoup apprécié revenir en Europe et en France après 10 ou 11 ans d'absence. J'ai aimé retrouver mon public européen, que ce soit à Cologne en Allemagne, en France, aux Pays-Bas. Partager de nouveau ma musique avec les massives a été une telle expérience ! C'était même bouleversant à vrai dire. Il n'y a pas de mots pour décrire ce que j'ai ressenti mais si je devais en choisir un quand même ce serait " formidable ".Un peu plus tôt l'année dernière, en mars, tu donnais un concert au Kingston National Stadium, où tu étais attendu en véritable héros ...Oui là ce moment était différent de la tournée dont on parlait. C'était mon retour à la maison. C'était très émouvant, c'était le moment où je retrouvais ma famille musicale. Ton album, qui sort aujourd'hui 26 juin s'intitule Upside Down (ndlr : que l'on peut traduire par sens dessus dessous). Pourquoi ce titre ?Ce titre correspond tout à fait au monde dans lequel on vit. J'ai choisis ce titre bien avant que le monde ne sombre dans la crise actuelle mais regarde, il est plus que jamais d'actualité. Ce qui se passe aujourd'hui en est une nouvelle preuve, mais en réalité le monde est devenu un vrai bazar il y a bien longtemps déjà. Tout est sens dessus dessous. Mais ce titre évoque aussi le fait que l'on doit renverser la situation pour obtenir plus de justice, de liberté et d'égalité. Et cela correspond aussi à un mouvement global actuel où différents peuples s'élèvent pour un autre monde. Justement, comment vis-tu le mouvement #BlackLivesMatter qui a resurgit après la mort de George Floyd ?En tant qu'homme noir, je suis très particulièrement touché par ce mouvement oui. Il s'agit là encore de défendre les valeurs et les conditions d'égalité entre les hommes.Revenons à l'album, comment as-tu travaillé en termes de production ? Pour moi, la musique tu sais avant tout c'est une mission. Jamais dans ma vie je n'ai cessé de faire de la musique. Elle me vient du Seigneur pour que je puisse transmettre son message. Je travaille ma musique en toute humilité grâce à la lumière reçue du divin, de l'univers, de la vie. C'est naturel pour moi. Je sais faire beaucoup de choses, mais la chose la plus profonde en moi et que je fais le plus naturellement c'est la musique. Ma musique exprime ce que je suis et partager ma musique avec le public est ce que je sais faire, élever les massives, les éduquer. Alors au de-là de la production, pour moi ce qui compte c'est l'effet de la musique, c'est ce que la musique procure et procurera toujours. Ndlr : le producteur historique de Buju Banton Donovan Germain est largement présent sur l'album, de même que des producteurs tels que Dave Kelly (Beanie Man, Bounty Killer) ou encore Shane Brown (Protoje, Lila Iké). Mais quel a été ton processus de création sur cet album ? Ecris-tu tous les jours ? Oui j'écris tous les jours, mais pas une chanson par jour (rires). Le processus de création est simple mais je suis là pour parler du produit fini et pas de mes secrets de fabrication (rires). A l'image des singles dévoilés avant la sortie de l'album tels que Steppa, Trust, Blessed, Memories, le projet est éclectique, riches en styles avec des morceaux plus roots, d'autres clairement modernes et dancehall. C'est très important pour moi qu'il y ait de la diversité dans un album. Quand j'écoute un album dans ma voiture, j'ai besoin de différents temps, différents styles et je pense pareil quand je fais un album. Je déteste la monotonie et la créativité va de paire avec la diversité pour moi. Peut-on évoquer en particulier la chanson Steppa ?Quand je suis retourné chez moi en Jamaïque, j'ai vu tous ces gangs et toute cette violence. Je me suis dit que j'avais un devoir vis-à-vis de ces jeunes, leur démontrer qu'on n'était pas obligé d'être dans un processus de destruction mais qu'on pouvait aussi progresser, s'élever, devenir un homme meilleur pour sa famille et l'humanité entière. Ce morceau est une aide pour ces jeunes. Parmi les featurings de l'album, on retrouve Stephen Marley sur Yes Mi Friend, une reprise de Duppy Conqueror de Bob Marley. Peux-tu nous parler de cette collaboration ? Stephen Marley est mon ami depuis de nombreuses années. Il ne m'a jamais laissé tomber. Il a toujours été là pour moi et je suis toujours là pour lui. Et Duppy Conqueror selon moi est une chanson très importante qui traite de l'essentiel. Je remercie Stephen de m'avoir prêté cette chanson ... On a travaillé ensemble par le passé et c'est un plaisir de le retrouver ce track. Stephen est un vrai et sincère ami, et quelqu'un d'intègre. Yes Mi Friend !Un des autres featurings dont je voulais te parler est la chanson Cherry Pie avec Pharell.Cette collaboration s'est faite grâce au label Roc Nation avec qui nous sortons cet album. Roc Nation est une maison de disques dynamique, grâce à laquelle je peux faire fusionner mon travail et mon talent avec d'autres grands musiciens actuels et avoir accès à ses artistes internationaux. L'album se clôt par le morceau afrobeat Unity. Une ouverture sur l'Afrique qui t'est chère. Il faut comprendre que je suis un africain. Je me souviens avoir été le premier artiste dancehall à jouer au Zimbabwe, Ghana, Malawi, Ouganda ... Cette chanson est bien setucirc;r un hommage à l'afrobeat mais surtout à Fela. Fela Kuti le grand, qui a aussi aidé à créer et stimuler la musique en général. Le plus grand problème de l'homme noir, c'est l'unité. Comment empêcher la division ? par l'unité. Comment empêcher qu'on nous contrôle ? par l'unité. Comment briserons-nous ces chaines ? par l'unité. Est-ce que tu crois qu'un artiste doit avoir souffert pour arriver à créer de la bonne musique ? Et bien de mon point de vue, la souffrance m'a fait réaliser que la vie n'est pas facile ... It' not an easy road. Tout le monde porte son fardeau tu sais, c'est ce que nous a appris notre père, grand-père et parrain musical Bob Marley. Comme il le chantait " Every man thinketh his burden is the heaviest " (ndlr : chaque homme pense porter le plus lourd des fardeaux).Qu'est-ce que tu écoutes actuellement ?J'écoute toute sortes de musiques différentes. J'écoute bien setucirc;r des artistes jamaïcains mais aussi beaucoup d'artistes ghanéens et nigérians, sénégalais. En particulier j'apprécie Burna Boy, Stonebwoy, Wizkid ou encore Davido. Si tu n'avais pas eu la musique dans ta vie, qu'est ce que tu aurais fait de ta vie ? J'aurais été un soudeur. C'était ma profession. Soudeur scaphandrier professionnel. Qu'est ce que tu voudrais ajouter à l'attention de nos lecteurs et auditeurs français.Je voudrais apporter tout mon soutien au public français et en particulier aux Gilets Jaunes. Il ne faut rien lâcher. Vous devez continuer à vous soulever et vous battre pour vos droits. Vous devez écouter cet album. Il est fait pour vous ! (webremix.info)


Devi Reed - Take It Ovaw

Le voici le voilà le résultat des One Vibe A Week mises en place par Devi Reed il y a un an et ayant donné naissance à presque 50 morceaux ! Take It Ovaw est un best of des titres ayant le plus conquis le public au cours de cette initiative. Et ce que l'on peut vous garantir c'est que cet album de 18 titres promet un beau voyage aux quatre coins du monde grâce à ces multiples influences et invités ! C'est avec This Morning que l'on embarque à bord du projet Take It Ovaw où Devi Reed chante l'importance d'être soi-même sans crainte de vivre pour soi et ses valeurs. De quoi nous mettre de bonne humeur pour la suite du voyage ! Juste après c'est le jamaïcain Skarra Mucci, premier featuring du projet, qui pose son flow reconnaissable encore mille sur Life Lover à l'ambiance raggamuffin dancehall bien entrainante. Ici les deux chanteurs nous rappellent que la vie est précieuse et qu'il n'y a plus de temps à perdre pour la savourer. C'est ensuite avec le délicat High Tide et Wuss Real que Devi Reed continue de nous faire danser aidé de l'inimitable Soom T et un rythme 100% rub a dub. Alors que l'on a commencé énergiquement, on poursuit sur une ambiance plus douce. On apprécie la voix velour de Devi, l'ambiance intimiste et les paroles romantiques de etAgrave; chaque fois. Le progrès vient prolonger cet instant de sérénité avec le chant spirituel du burkinabé Losso Keita qui se pose sur un délicat fond de balafon. Un titre suave qui pourtant interroge sur les enjeux du progrès qui nous fait parfois oublier les vraies valeurs et béautés de la vie. Attention " notre conscience s'endort " chante Devi Reed, il faut la réveiller. C'est au tour de la chaleureuse Mariam et sa voix soul de nous envelopper sur la sweet love song Sunshine. Dans le même esprit love mais avec une touche rap hip-hop on savoure So Warm et Papa ou Maman avec le rap tout en finesse de Cheeko et Lâcher prise où Melan nous livre des textes frais et inspirants. On en place une spéciale pour les mystiques et planants Everything is here qui rappelle que la vie c'est ici et maintenant ainsi qu'au titre Semer et ses passages totalement a cappella pour rendre encore plus fort les mots conscients du chanteur. Une belle mélodie électronique qui apporte une délicieuse note de fraicheur et d'originalité au projet que l'on retrouvera sur Change en clôture de projet. Avec le Secret entonné aux côtés de Cam de Ryon, on note une remontée en énergie qui se poursuit avec D-Tox sur Let's go dont on apprécie les influences électroswing. Omar Perry vient lui apporter une belle puissance avec son grain de voix sur Awakeness et on termine avec le peps d'Alerta Karamada, groupe phare du reggae colombien, invité sur le titre We are not a mafia qui vient faire s'élever les voix contre les injustices, la famine, les crimes et la corruption. Un pur plaisir d'entendre ces paroles conscientes en espagnol qui nous font prendre un vol direct pour Bogota et nous rappelle l'énergie de Ragga Libre que Devi Reed avait réalisé à Cuba aux côtés de la pétillante Yisi Calibre. Un son dansant et poignant qui rappelle que le reggae n'a pas de frontières. En bel amoureux de la vie et de la musique, Devi Reed nous offre une bouffé d'air pur, du love et des énergies motivantes pour s'accrocher malgré les " troubles " du destin. Un gros big up pour cet album exquis qui met à l'honneur tous les horizons musicaux ! Tracklist : 1 / This Morning 2 / Life Lover (feat. Skarra Mucci) 3 / High Tide 4 / Wuss Real (feat. Soom T) 5 / etAgrave; chaque fois 6 / Lâcher prise (feat. Melan) 7 / Le progrès (feat. Losso Keïta) 8 / Sunshine (feat. Mariam) 9 / Everything is here 10 / Semer 11 / Le secret (feat. Ryon) 12 / Free up the land 13 / Let's go (feat. D-Tox) 14 / Papa ou Maman (feat. Cheeko) 15 / So warm?16 / Awakeness (feat. Omar Perry) 17 / We are not a Mafia (feat. Alerta Kamarada) 18 / Change (webremix.info)


Biga Ranx - Interview Sunset Cassette (webremix.info)


Dre Island - Now I Rise

Né à Kingston à la fin des années 80 Dre Island a su parfaire son style au gré des années en écumant les scènes et en s'enrichissant des multiples rencontres artistiques permises grâce à ses show mais aussi ses expériences de producteur au sein de plusieurs studios jamaïcains. Ainsi, bien que Now I Rise soit son premier album, on peut déjà ressentir la grande maîtrise et qualité de ce dernier. De quoi faire plaisir aux aficionados qui le suivent depuis ses premiers titres comme Reggae Love (2013) et We Pray (2017) et qui attendent depuis longtemps la sortie de ce projet de 13 morceaux. L'ouverture se fait avec Kingdom, un titre fort qui prend position en dépeignant les bavures et autres travers des puissances mondiales. Dre Island impose ici sa volonté de faire du reggae engagé mais vient s'adoucir avec Now I Rise et son agréable mélodie qui allie instants acoustiques et puissance des sonorités synthétiques, tournées vers un reggae dancehall légèrement rock. Une profondeur musicale très appréciable ! On savoure juste après la délicatesse de We Pray et les voix de Popcaan et Dre Island en parfaite symbiose avec la mélodie sweet où vient s'inviter en touches délicates le premier instrument de prédilection de notre artiste : le piano qu'il pratique depuis sa plus tendre enfance et qui fit croître son amour de la musique. Dans la même veine nous retrouverons plus tard Calling mais attachons nous avant à Never Run Dry. Avec un style urban rub a dub bien travaillé, ce titre nous montre à nouveau un Dre Island à la plume engagée pour parler de justice et de respect des droits de tous et toutes. Dr Island n'est pas du genre à zapper les sujets qui fâchent comme l'illustre aussi My City et ses influences trap où l'artiste chante certes son amour pour sa ville mais n'oublie pas pour autant d'en dépeindre ses multiples dangers et crimes. Dre Island nous a aussi réservé une bonne dose d'amour. Favorite Girl et More Love sont en effet deux morceaux aux paroles faites pour bercer le coeur de toutes les ladies le tout sur un dancehall très slow et de légères influences électro. Restons dans cette vibe délicate avec Be Okey en featuring avec Jesse Royal. Il s'agit du titre le plus langoureux de l'album et notre coup de coeur tant musical que pour ses paroles interpellant sur notre manière de traiter notre belle planète. Un flow nonchalant et délicat le tout sur une mélodie simple mais d'une grande profondeur au niveau des drops et des choeurs. L'album prend fin avec Still Remain une belle illustration de la créativité de notre artiste avec ce couplage percussions traditionnelles et sonorités plus modernes. Un titre très spirituel tant dans sa mélodie que ses paroles. Enfin, mention spéciale pour Four Season où le reggae qui prend des airs disco funk et montre l'originalité et l'audace de notre jamaïcain. Dre Island confirme ici son style et la grande place qu'il tient dans la nouvelle vague de reggae music jamaïcaine, avec un album original et bien produit, adoubé par Swiz Beatz, Shaggy, Wyclef ou encore David Rodigan. Que demander d'autre ? Chapeau l'artiste.Tracklist :01. Kingdom02. Now I Rise03. We Pray feat. Popcaan04. Never Run Dry05. Days Of Stone feat. Chronixx06. My City07. Four Season08. Calling09. Run To Me feat. Alandon10. Favorite Girl11. Be Okay feat. Jesse Royal12. More Love13. Still Remain (webremix.info)


OBF - Signz

etCcedil;a y est il est là, un des albums les plus attendus de ces dernières années dans le petit monde du dub music, et sans aucun doute le plus teasé du moment est enfin sorti (soon come, soon come... soon c'est maintenant !) . Vous l'aurez compris nous allons vous parler de Signs le nouvel opus de O.B.F et pour commencer on voudrait, comme une grande partie des dub addicts en manque de sound system depuis déjà beaucoup trop longtemps, dire un grand merci à Rico de nous avoir régalé avec ses lockdown sessions durant le confinement, c'était mad, (et pour les autres, haters gonna hate...). Plongeons donc maintenant dans ce nouvel opus. On va en étonner plus d'un puisqu'on parle de LA référence des sound stepper français, mais ce qui nous a le plus marqués à la première écoute c'est la profondeur de certains textes, les thèmes abordés et la précision chirurgicale des prods qui les accompagnent. Des morceaux qui illustrent parfaitement le climat social actuel et l'époque que nous vivons à commencer par un titre malheureusement on ne peut plus d'actualité et qu'on aimerait faire écouter dans certains commissariats un peu partout dans le monde : I'm an African où Tippa Irie clame fièrement ses origines sur un riddim mêlant dub hip hop trap et grime aux notes de fletucirc;tes enivrantes.etCcedil;a continue avec un autre sujet dont on parle beaucoup en ce moment, le combat des femmes pour le respect et l'égalité qu'elles méritent, et c'est Aza Lineage qui s'en charge à merveille avec Rebel Dawtazz, un titre hyper efficace où l'on découvre avec plaisir la voix et le flow de la jeune chanteuse jamaïcaine. Sur Under Pressure c'est Biga Ranx qui nous offre surement un de ses textes les plus engagés avec des mots simples mais hyper explicites, le tout sur un riddim aussi enragé et sombre que le monde dans lequel on vit, big tune !Mais reprenons depuis le début, c'est d'abord Nazamba qui nous accueille de sa voix rocailleuse sur des airs de piano et de percus pour une introduction parfaite à ce qui nous attend ; l'album est d'ailleurs ponctué d'interludes qui viendront clore un chapitre ou en ouvrir un autre, toutes chantées ou plutôt parlées par le poète Jamaïcain. L'ambiance est assez tranquille sur la première partie de l'album avec des titres comme l'énorme Bun The Evil en feat avec Jah Mason dans un style très méditatif, Party Ram avec Sr Wilson ou Bubble, un gros délire hyper dansant qui où l'on retrouve le flow toujours aussi affuté de Charlie P. Vient ensuite la jolie surprise de cet album avec le lover song de Shanti D qui ne nous a pas habitué à ce registre qui lui va pourtant si bien (Your Love). On a ensuite droit à un voyage qui nous amène d'abord vers le soleil levant avec Asian Night, un titre 100% instrumental planant et très inspiré electro ; puis en direction de l'Espagne et de l'Amérique de Sud avec Musica sur lequel on retrouve Belen Natalie et Sr Wilson. Le ton monte ensuite d'un cran et les big tunes continuent de pleuvoir avec le Driva " no GPS mix " que beaucoup d'entre vous connaissent déjà par coeur, ou encore le Water chanté par Pupajim, un stepper complètement dingue qu'on écoute en boucle et qu'on crève d'envie d'entendre raisonner sur la sono orange siglée OBF. Puisqu'on on est dans le stepper on va y rester, en mode warrior avec Born ina Fire feat Joseph Lalibella, dans un style hyper dubbé avec Sirenz; et enfin avec le fameux Akouphène, joué tant de fois en last tune dans des ambiances surchauffées et enfin pressé (également disponible dans une édition limité maxi 12''). Tellement de big tunes et d'invités prestigieux que nous n'avons même pas encore évoquer des titres comme Ina This Ya Time, Wagwan ou encore My Sound où Daddy Freddy et Jr Roy se chargent du vocal, à découvrir absolument. Pour cloturer cet opus, Rico nous offre l'unes de ses " experiences " en guise de bonus track, une instrumentale délirante et toujours aussi soignée (SG DUB). Signz, un must have pour tout amateur de dub music où les OBF nous montrent une fois encore toute l'étendue de leur talent, en ouvrant toujours plus leur palette musicale grâce à des sonorités et des influences aussi nouvelles que diverses. Un opus qu'on trépigne d'impatience de voir défendre en session. Tracklist 1. Intro Ft Nazamba2. Ina this ya time Ft Charlie P, Irah, Killa P3. Bun The Evil Ft Jah Mason 4. I'm an African Ft Tippa Irie5. Party Ram Ft Sr Wilson6. Interlude 1 Ft Nazamba7. Rebel Dawtaz Ft Aza Lineage8. Bubble Ft Charlie P 9. Your Love Ft Shanti D 10. Asian Night 11. Interlude 2 Ft Nazamba12. Musica Ft Belen Natali et Sr Wilson13. Driva (No GPS mix) Ft Biga Ranx et Sr Wilson 14. Water Ft Pupajim 15. Interlude 3 Ft Nazamba16. Born Ina Fire Ft Joseph Lalibela 17. Wagwan Ft Charlie P, Killa P 18. Under Pressure (Barricades Mix) Ft Biga Ranx19. Sirenz20. My Sound Ft Daddy Freddy et Junior Roy 21. Acouphene22. SG dub (Bonus track) (webremix.info)


Tu Shung Peng - Interview Channel 5

Tu shung Peng est une expression de patois jamaïcain pour désigner notre herbe préférée ; c'est aussi un band de reggae originaire du sud ouest parisien et fondé en 1998. Trop peu connu du grand public, le Tu shung Peng a pourtant à son actif de nombreuses collaborations avec des artistes comme U Brown, Michael Rose, Ken Boothe, Clinton Fearon et bien d'autres et un nombre incalculable de dates comme le Garance en 2010 où ils étaient le seul band français à se produire sur scène. Après quatre albums sortis entre 2006 et 2015 le groupe nous revenait le 6 mars dernier avec un nouvel opus de qualité à découvrir absolument Channel 5. Entretien avec l'un de ses membres fondateurs, Manu Humbert. Reggae.fr : Peux tu décrire ton rôle dans Tu Shung Peng ?Manu : J'ai créé le groupe avec Ras Dean qui était un ami d'enfance et batteur de 1997 à 2008. Je suis musicien au mélodica et bien investi dans la production des morceaux et la direction du projet.Peux-tu expliquer le choix du titre de l'album Channel 5 ?C'est notre 5ème album, une pépite raffinée comme un parfum de renom. Nous faisons aussi référence aux " channels " de la console de mixage bien setucirc;r et au studio Channel One...Comment avez-vous travaillé en termes de production ?Je suis parti en Jamaïque avec des riddims que j'avais sélectionnés de notre duo de compositeur Double Barrel (Berur et Mellow Mood) qui sont également musiciens de Tu Shung Peng depuis le début. J'ai proposé les riddims aux Viceroys, Bongo et Nazzleman et on a réalisé les prises de voix à Anchor Studio, Kingston. On a fait la même avec les Nucleus Roots à Manchester en Angleterre. Puis le band a ré-enregistré en live sur les voix au Wise Studio à Ris-Orangis et arrangé les morceaux. Comme sur l'album précédent, nous avons fait appel à Black Steel et Dub Judah pour les harmonies vocales de certains titres. Enfin, Fabwize a mixé l'album, Simon Capony s'est occupé du master.Et comment avez-vous collaboré avec les artistes ? Vous leur proposez plusieurs riddims ? Ils choisissent ?Généralement, on aime sélectionner les riddims pour les chanteurs afin de les emmener dans une direction. C'est ainsi que j'ai procédé pour ce projet. Les Viceroys sont les seuls à avoir choisit leurs riddims. Ils étaient passés au Wise Studio pendant un jour off de leur tournée hexagonale de 2015. Etiez vous avec eux physiquement pour enregistrer à chaque fois ? Pour les records à Kingston, oui. A Manchester, c'est Paul Lush des Nucleus Roots qui a pris le relais. Je le connais depuis longtemps et je savais que les artistes de son écurie donneraient le meilleur d'eux-mêmes !Quel est le feat dont tu gardes le meilleur souvenir ?Le titre Just can't forget de Bongo ! J'ai senti qu'il y avait quelque chose avec cette chanson dès qu'il l'a chantée a cappella. Toute la famille de Sparrow Martin chez qui je logeais à Gordon Town chantait en boucle le titre du soir au matin...Il y a aussi Message in A song, que Wesley Tinglin a fini d'écrire avec moi, au milieu de ses chèvres dans les collines de St Thomas.Je suppose que le travail avec The Viceroys est particulier dans ton esprit maintenant, puisque l'un des membres du groupe, Neville Ingram, est décédé quelques jours après que vous ayez dévoilé le titre Message In A Song ...Oui c'est comme un cycle mystique mais en même temps les gars ne sont plus tout jeunes ! Wesley Tinglin est décédé en 2018. Son compère Neville Ingram l'année suivante et la veille de la sortie du single dont il est le lead vocal... Ces artistes étaient de vrais Rastas comme on en croise peu. La vibration réelle du Rastaman ! De manière générale, qu'est ce que tu as préféré dans le processus de réalisation de cet album ?Comme souvent le travail des voix en JamaetIuml;que pour l'expérience riche qui en ressort à chaque fois, aussi bien professionnellement qu'humainement. Mais j'apprécie tout autant l'étape de la pré-production avec Mellow Mood, guitariste et boss du Wise Studio.Au contraire, qu'est ce qui t'a semblé difficile ou ton plus mauvais souvenir ?Le plus délicat pour moi a été de tomber d'accord sur la direction des mixs avec notre ingénieur du son Fabwize. Sur cet aspect le Tu Shung Peng, dont Fabwize est membre fondateur, l'a toujours suivi et poussé dans son travail du son. Il a sculpté le son qui nous est propre. Pour ma part, au fil des années et particulièrement aujourd'hui je cherche un mix au plus proche du son acoustique de chaque instrument et cet album est quand même très " produit " avec la pâte de notre sorcier frenchie... Au final, on a eu que de bons retours sur les mixs de l'album. Comment es-tu tombé dans la musique jamaïcaine ? En écoutant les LPs de Pablo Moses A Song et Aux armes etc de Gainsbourg à l'âge de 13 ans, j'ai été marqué par l'originalité des rythmiques. Puis au lycée, j'ai rencontré des passionnés du style qui collectionnaient les vinyls jamaïcains. Je suis devenu un inconditionnel et j'ai décidé d'y consacrer ma vie.Ecoutes-tu des artistes de la nouvelle génération ?Oui bien setucirc;r ! Lila Iké, Mortimer, Samory I, Chronixx, Koffee pour les jamaïcains et bien d'autres venant des etIcirc;les vierges ! Il y a de supers artistes émergeants.. Qu'est ce que tu ferais dans la vie si tu ne faisais pas de la musique ? Je pense que je vivrais au milieu des éléments en auto-suffisance. C'est peut-être ce qui m'attend pour les années à venir et n'est pas incompatible avec la musique ! C'est d'autant plus envisageable dans la crise actuelle. Ce n'est pas seulement une crise sanitaire mais aussi une crise sociale et sociétale qui remet en question bien des concepts : la bêtise humaine était de sortie ces derniers mois.... ! (webremix.info)


Lila Iké - The Experience

Lila Ike est LA nouvelle pépite jamaïcaine à suivre, si ce n'est pas déjà le cas. Elle aurait detucirc; accompagner Protoje lors de sa carte blanche au No Logo 2020 mais le rendez-vous est malheureusement annulé cette année et (espérons-le) repoussé d'un an. Pour nous consoler la chanteuse nous livre un premier EP - The Experience - sorti le 15 mai dernier et produit par le Indiggnation Collective, le crew de Protoje. Un EP qui s'ouvre sur Where I'm Coming From, un single sorti en 2019, introduction parfaite pour la chanteuse qui nous parle d'elle et nous raconte d'où elle vient tout en nous faisant découvrir sa voix aussi belle que précise, le tout sur un riddim new roots/ digital taillé sur mesure et hyper efficace ; les présentations sont faites. On retrouver sur le projet aussi Second Chance, un autre titre que l'on avait déjà pu entendre lors de sa sortie en digital et en 7'' en 2018 et où la chanteuse se promène sur un recut du Promised Land Riddim.The Experience contient par ailleurs titres inédits à commencer par Solitude et son riddim aussi doux que la voix de Lila Iké qui vient se poser dessus ; la chanteuse décide ensuite de nous entrainer sur des rythmes mêlant reggae et reggaeton avec I Spy. Viennent ensuite Stars Align sur lequel la jeune jamaïcaine reprend à merveille le riddim qu'avait utilisé Protoje sur Bout Noon; puis Forget Me un morceau toujours aussi sweet où l'on apprécie encore la voix sublime de la chanteuse. Pour finir Lila Iké a décidé de nous montrer qu'en plus d'avoir une voix hors du commun, elle possède aussi un flow redoutable qu'elle dégaine sur les couplets de Thy Will pour notre plus grand plaisir. . The Experience, un superbe premier essai plein de fraicheur et dans l'ère du temps pour Lila Iké dont on attend des nouvelles avec impatience et qu'il nous tarde encore plus de découvrir en live. Tracklist : 1. Where I'm Coming From 2. Solitude 3. I Spy 4. Stars Align 5. Forget Me 6. Second Chance 7. Thy Will (webremix.info)


Une playlist #JusticeForFloyd

George Floyd, citoyen noir américain, est décédé, assassiné la semaine dernière par un policier blanc lors d'une simple interpellation. Depuis, un large mouvement de soutien aux victimes et familles de victimes, de lutte contre les violences policières et violences raciales, s'est emparé des Etats-Unis, et rassemble aussi du monde dans nombre de pays (mouvement souvent référéncé par le hashtag #BlackLivesMatter sur les réseaux). Le reggae est certainement l'une des musiques qui a toujours et le plus défendu et porté haut l'étendard de la lutte pour la liberté du peuple noir, depuis l'évocation de l'esclavage jusqu'à la dénonciation des chaines mentales qui persistent encore aujourd'hui, en passant par les thèmes de l'égalité et la justice. Pour réfléchir et tenter de changer le monde en musique, voici quelques titres classiques de notre sélection #JusticeForFloyd. La vie des noirs compte. On lève le poing !X (webremix.info)


Groundation - The Next Generation Live (webremix.info)


Alpha et Omega 'Shadrach, Meshach ...

En ce vendredi 29 Mai, les dub addicts étaient aux anges avec les sorties simultanées des albums de OBF, d'Alpha Steppa, de Paolo Baldini, et d'Alpha et Omega. On va vous décrypter toutes ces nouveautés. Commençons ici avec Shadrach, Meshach and Abednego d'Alpha et Omega. Quand on reçoit un album d'Alpha et Omega, forcément, on met de côté ce qu'on était en train de faire pour le mettre à tourner sur la platine tout en admirant l'artwork, avant de retourner la pochette pour en découvrir la tracklist. Premier constat : l'album ne comporte que 5 titres et 5 dubs, c'est court, cette petite déception est vite effacée à la lecture des feat et à l'écoute du premier track déjà en train de tourner, c'est lourd ! On remet au début on monte un peu le son, 5 titres ça se déguste. Nous préférons prévenir à titre préalable que si vous n'êtes pas amateurs de Stepper UK, vous pouvez passer votre chemin. Aux autres, bienvenue dans l'univers Alpha et Omega ! L'opus commence avec Steppin In The Fyah, un pur Alpha et Omega, aux sonorités mystiques et à la basse surdimensionnée sur lequel Joseph Lalibela délivre son message rastafari de son style si reconnaissable, entre chant et toast. On retrouve ensuite Danny Red sur Jah Is Here, un stepper beaucoup plus rythmé, puis Wellette Seyon sur Real Eyes Realize et son riddim entrainant aux basses toujours aussi prépondérantes. Ecoutez et téléchargez l'album ici :etlt;a href="http://alphaandomega7.bandcamp.com/album/shadrach-meshach-and-abednego-by-alpha-omega" mce_href="http://alphaandomega7.bandcamp.com/album/shadrach-meshach-and-abednego-by-alpha-omega"etgt;SHADRACH, MESHACH AND ABEDNEGO by ALPHA etamp;amp; OMEGA by Alpha And Omegaetlt;/aetgt;On demeure dans cet univers spirituel avec Hail Him où c'est encore un membre de la famille Steppa Records, Ras Tinny, qui vient chevaucher le riddim avec son flow unique pour un titre méditatif à souhait. C'est ensuite la douce voix de Nai Jah qui se pose sur le riddim profond de Maisha pour ce qui sera déjà le dernier vocal de set opus. Rassurez-vous, il reste encore 5 versions dubbées et truffées d'effets qui vous permettront de vous enfoncer encore un peu plus dans l'univers Alpha et Omega et qu'on vous laisse la saveur de découvrir. Avec Shadrach, Meshach and Abednego (qui au passage représente les noms des trois personnages principaux du Livre de Daniel (Ancien Testament), le duo mythique Christine Woodbridge et John Sprosen ajoutent un chapitre de plus à l'histoire qu'ils ont entamée au début des années 90 en fondant Alpha et Omega. Un nouvel opus sublime dont les sonorités nous rappellent d'ailleurs celles de leurs début et où chaque riddim est très représentatif de leur identité, reconnaissable dès les premières notes. Cerise sur le gâteau chaque titre à droit à un vocal à la hauteur de la production et à une version dub. On en redemande.Procuez-vous l'album ici et là en version vinyle.Tracklist : 1. Steppin in the Fyah Ft Joseph Lalibela2. Jah is here Ft Danny Red3. Real Eyes Realise Ft Wellette Seyon 4. Hail HIM Ft Ras Tinny5. Maisha ft Nai Jah6. Sadrach Fire7. Dub is Here8. Dub Realization9. Hail Dub10. Maisha Dub (webremix.info)


Abi By Night #3 avec Clinton Fearon

Le Parker Place, temple du reggae en Côte d'Ivoire, a accueilli le 28 février une figure mythique du reggae roots : Clinton Fearon. L'ancien membre des Gladiators, attendu avec ferveur à Abidjan, a livré un concert qui aura définitivement marqué les coeurs et les esprits du public présent ce soir-là.Après le warm-up des Wisemen, groupe résident du Parker Place, les Kingston Gangstar sont montés sur scène pour accompagner les artistes tout au long de la soirée. Anna Stew, lead vocal des Kingston Gangstar, RasKalif, chanteur résident du Parker Place et Aimann Raad, chanteur-compositeur ont chacun leur tour enflammé la scène en livrant un set plein d'énergies positives. Après cette superbe première partie, le légendaire Clinton Fearon est entré sur scène, accueilli par un public en standing ovation. Après avoir ouvert la soirée avec le titre Brother Music, il a livré un émouvant One More River en a cappella, témoignant de la puissance vocale de cet artiste charismatique et rayonnant. Clinton Fearon a poursuivi la soirée en interprétant certains de ses plus grands classiques, comme les mythiques Chatty Chatty Mouth et Richman Poorman, repris en communion par un public comblé. L'artiste aux multiples talents n'a également pas manqué de mettre à l'honneur son dernier album (History Say), avec des titres comme l'excellent Why Worry. Ce concert, qui s'apparente à un retour aux sources pour l'artiste jamaïcain, était définitivement placé sous le thème de l'émotion et du partage. Toujours aussi humble et chaleureux, Clinton Fearon n'a pas hésité à mettre en avant les talentueux musiciens du Kingston Gangstar et à délivrer des messages d'unité auprès du public, au sein duquel se trouvait notamment son ami Alpha Blondy. La soirée s'est achevée sur l'interprétation de One Love par Clinton Fearon, Anna Stew, RasKalif, Aimann Raad et Spyrow. Plus qu'un concert, Clinton Fearon aura transporté le public abidjanais vers la grande époque du reggae roots jamaïcain, avec authenticité et émotion. Big up à Clinton Fearon, aux artistes et aux musiciens pour cette soirée pleine de good vibes ! (webremix.info)


Reggae Vibes : entretien avec G. Pytel

A l'heure où la culture subit une crise sans précédent, les médias culturels sont touchés par ricochet de plein fouet par une baisse drastique des recettes publicitaires et leur existence est gravement mis en péril. Votre site préféré reggae.fr lui-même en souffre et vous nous avez touchés par votre solidarité au début du mois lors de notre appel au don. AIDEZ REGGAE VIBES ICIC'est aujourd'hui au tour du seul magazine papier dédié au reggae d'en appeler à l'aide. Reggae Vibes Mag a besoin de vous. Le mensuel, devenu bimestriel, puis trimestriel il y a peu a donc lancé un appel au don sur Leetchie, afin de sauver le magazine. Le dernier numéro du mag vous est offert en téléchargement en contrepartie. A l'occasion de cet appel à soutien, nous nous sommes entretenus avec Gilbert Pytel, rédacteur en chef du magazine. Reggae.fr : Reggae Vibes a lancé une cagnotte en vue d'obtenir de l'aide face aux conséquences de la crise du Covid-19, comme beaucoup de médias, peux-tu nous en dire plus sur les difficultés rencontrées ?Gilbert Pytel : En tant que magazine papier, notre situation financière dépend de deux sources essentielles de revenus : les ventes en kiosques et la publicité. Si le magazine garde depuis quelques années un gros noyau dur de lectrices et de lecteurs fidèles, il n'en est pas de même pour le chiffre d'affaire publicitaire. En effet, de nombreux labels spécialisés ont disparu au fil du temps et ceux qui existent toujours ont réduit drastiquement leur nombre de sorties d'albums et donc leur budget promotionnel. En mars dernier, la crise du Covid-19 est apparue avec des conséquences dramatiques : tous les festivals d'été programmant du reggae ont été annulés et plusieurs albums prévus pour ce printemps ont été remis au début de l'année 2021. Résultat, nous avons perdu en quelques jours plus d'un quart de nos revenus. La seule solution qui s'offrait à nous était la création d'une cagnotte afin de demander de l'aide à tous les amateurs de reggae en France. AIDEZ REGGAE VIBES ICI De nombreux magazines tous styles de musique confondus ont lancé le même genre d'initiatives... c'est inquiétant. Penses-tu que cela soit la fin de la presse musicale ? Peut-elle rebondir et comment ?La majeure partie des magazines papiers ont été impactés par la crise du Covid-19. Tout d'abord, beaucoup de kiosques sont restés fermés durant toute la période du confinement général. Quant à ceux qui sont restés ouverts, ils ont subis une énorme chute d'activité : les gens sont avant tout sortis de chez eux pour subvenir à leurs besoins vitaux, dont la presse ne fait pas partie. Certains hebdomadaires ou mensuels ne sont d'ailleurs même pas sortis en version papier durant les mois de mars et d'avril. Je ne pense pas que ce soit pour autant la fin de la presse musicale. Quant à savoir comment elle va rebondir, il est encore difficile de le savoir à l'heure actuelle. Même si les temps sont très difficiles, je suis persuadé que plusieurs supports vont surmonter les difficultés et continuer à paraitre alors que d'autres attendront plutôt l'année prochaine avant de revenir en kiosque.? ?Reggae Vibes est l'héritage d'un magasine historique, peux-tu nous rappeler les débuts de Ragga mag ? Le pourquoi de son évolution en Reggae Vibes ?Ragga magazine est né à la fin de l'année 1998 avec un postulat de départ qui reste toujours valable aujourd'hui avec Reggae Vibes : celui de couvrir l'actualité de toutes les musiques liées à la Jamaïque (reggae, dancehall, ska, rocksteady, dub etc.). Après la faillite de notre éditeur historique, en 2007, j'ai mis plus d'une année pour retrouver un nouveau partenaire. Comme le nom de Ragga ne m'appartenait pas, il a fallu repartir avec une nouvelle dénomination et j'ai choisi Reggae Vibes. Notre premier numéro est sorti en juin 2008 et dernièrement nous avons aussi ajouté un supplément thématique sur le hip hop, la soul et le RetB de qualité. Combien de personnes travaillent sur Reggae Vibes ? Y a t-il des bénévoles ?Je suis le seul " permanent " dans le magazine même si ce n'est pas mon unique activité professionnelle. Je suis entouré d'une équipe de pigistes spécialisés dont la plupart travaillent avec moi depuis plus de dix ans. Nous avons également une armée de soldats bénévoles qui nous donnent un véritable coup de main en faisant des interviews ou en gérant une rubrique spécifique. ? Depuis quelques temps on avait déjà senti quelques difficultés subies par la Mag, avec notamment le passage, à un magazine à double volet depuis quelques mois et plus récemment une parution trimestrielle et non plus bi mestrielle. Nous mêmes reggae.fr avons été sauvés par nos internautes.... Faut-il réinventer le business model de la critique reggae ?Pour notre part, en tant que magazine papier, nous sommes forcément tributaires d'un business model issu de " l'ancien monde " : nous ne pouvons malheureusement pas survivre sans l'apport de la publicité. Pourtant, je pense qu'une certaine critique reggae est aujourd'hui plus que nécessaire. En effet, même si on a un quasi libre accès gratuit à toutes les musiques qui se créent dans le monde, il est impossible de tout écouter et de tout connaitre. On a donc plus que jamais besoin de personnes pour défricher le terrain et mettre en avant des artistes plutôt intéressants et originaux. Ensuite, peut être que l'avenir de la presse reggae passera plutôt par des formats hybrides, entre magazine, revue et livre avec des grands dossiers, des reportages et des enquêtes approfondies. Reste encore à savoir s'il existe en France un public assez important pour ce genre de presse. Penses-tu que le reggae soit particulièrement vulnérable en ces temps de crise ? Comment expliques-tu ces vulnérabilités ?Je pense que la crise actuelle révèle plus globalement la vulnérabilité globale de toutes les cultures qui évoluent en marge des musiques " mainstream ". L'âge d'or du reggae en France n'est plus qu'un lointain souvenir. Depuis une bonne dizaine d'années, cette musique est retournée dans l'underground. Il est de plus en plus difficile aux activistes de se faire entendre en dehors d'un petit cercle de résistants. Une nouvelle génération d'auditeurs apparait toutefois même si leur intérêt pour l'histoire du reggae et de ses acteurs est nettement moindre par rapport à la précédente. On peut le déplorer mais on est obligé de tenir compte de cet état de fait. Le prochain numéro prévu pour l'été est-il garanti ? Qu'aimerais-tu y mettre ?Si nous n'arrivons pas à obtenir le résultat escompté avec notre cagnotte, j'ai bien peur que nous ne puissions pas sortir le magazine prévu cet été et sans doute pas également celui de cet automne. Le nouveau numéro est pourtant déjà quasiment terminé avec de nombreuses interviews d'artistes Jamaïquains et français, mais aussi un dossier sur l'histoire du reggae digital, un portfolio sur un peintre de rue en Jamaïque et énormément d'hommages sur les trop nombreux artistes yardies décédés ces dernières semaines. Je viens également de terminer le CD Sampler avec un track-listing de 15 titres extrêmement variés. Qu'écoutes-tu en ce moment ?Des artistes et des styles très différents en provenance du monde entier. De plus, je ne me focalise pas uniquement sur des nouveautés et je peux remonter facilement jusque dans les années 60. Comme j'écoute de la musique plus de dix heures par jour, une liste exhaustive serait trop longue à publier. Je pourrais néanmoins citer des nouveautés d'artistes comme Buju Banton, Brahim, Taïro, Pierpoljak, Alpheus, Govana, Chezidek, The Ethiopians, I-Taweh, Augustus Pablo, Mortimer, The Magnetics, The Delirians, North East Ska Jazz Orchestra, Tryo, Dub Inc, Richie Spice, El Indio, Arise Roots, The Chosen Few ou Al Third. ? ?Quels sont tes derniers coups de coeur reggae ?Un peu comme beaucoup de gens je suppose : la nouvelle génération d'artistes féminines qui explose en ce moment en Jamaïque, Koffee, Lila Iké, Sevana, Aza Lineage, Jah9 ou Naomi Cowan. Les femmes prennent enfin le pouvoir en Jamaïque et c'est une excellente nouvelle.AIDEZ REGGAE VIBES ICI (webremix.info)


Spirit Revolution meets Sugardaddy

Voilà 15 ans bientôt que Spirit Revolution fait souffler un air de Jamaïque sur l'Hexagone. Pour ce nouvel album The Message c'est Sugardaddy qui rejoint le band pour y apporter sa voix profonde et charismatique ! Vétéran touche à tout originaire de Jamaïque et fondateur du Uprising Sound system en France, il vient ajouter à cette ambiance reggae de fins dosages dub et la chaleur de la musique du bassin caraïbe qui coule dans ses veines. Sur ce projet de 14 titres on retrouve un reggae authentique avec le classique assemblage guitare, synthé, batterie, percussions. N'oublions pas les choeurs féminins chaleureux assurés par La Regina et savourés pleinement sur le titre My King, entre puissance vocale et délicatesse. De belles touches de modernité et d'innovation sont aussi appréciées. Les effets synthétiques s'invitent sur Share Some Love, un doux piano crée le contraste avec l'influence ragga de Man a Rasta et des effets dub sur Mr Dubman et Pure Love ne nous echappent pas. Mention spéciale pour le titre The Message mystique et envoutant par sa guitare discrète, ses percussions et les effets cristallins du carillon. Entre rythmiques modernes ou morceaux plus old school comme Pure love, Spirit Revolution et Sugardaddy abordent toutes les thématiques du reggae : du caractère rebelle et engagé du mouvement avec What a thing et Mr Bigman, aux messages de paix en passant par quelques instants spirituels et de belles odes à l'amour avec Natural Woman et le magnifique Mama. Cet album joue avec les rythmes, le temps, les classiques, la modernité, le flow de son invité Sugardaddy et créé un groove ensoleillé qui fait du bien. Avec The Message le groupe Spirit Revolution porte plus que bien son nom et les valeurs du reggae ! On en redemande ! (webremix.info)


Brahim - Ainsi vivent les hommes

Brahim nous avait manqué. On l'avait quitté en 2014 avec Déconnecté, lui-même précédé du sublime opus Sans Haine en 2012 ... Brahim a ainsi pris le temps pour sortir son nouvel et excellent album Ainsi vivent les hommes, qui sort aujourd'hui chez Baco Records. Un double EP composé de 12 titres au total, lesquels allient toutes les qualités de ses deux précédents albums, et plus encore. Brahim, l'écorché vif, nous prouve s'il le fallait encore, toute la soul et le blues qui animent son reggae. Ainsi vivent les hommes est un album qui touche en plein coeur, et pour cause, le chanteur en a non seulement écrit les textes, mais aussi composé la musique. Procurez-vous l'album ici. Le temps, c'est le titre et le thème qui ouvre le premier EP, plutôt axé sur les maux de notre société (Au nom du ... feat. Joss Bari), l'engagement de l'artiste (Dans les airs), ses lyrics conscients sans concession (Ainsi vivent les hommes), son refus de l'injustice (La paix la justice), le tout posés sur de puissants riddims. Dans le contexte de la crise actuelle, les lyrics de Brahim sont troublants de vérité et résonnent particulièrement justes. Sur le deuxième EP, Brahim nous conte une histoire d'amour, la sienne en réalité, laquelle s'est terminée dans la douleur il y a 2 ans... Les mots caressent, les mots saignent, les mots soignent ... De la rencontre à la séparation, en passant par la naissance d'un enfant et les doutes, Brahim explore les tréfonds de son âme, de ses sentiments, de son expérience. Côté musical, on apprécie en particulier Elle est son ambiance à la Drive bien sentie. Et on est très agréablement surpris par le subtil mélange R'n'B / reggae que Brahim parvient à réaliser sur des titres comme Addiction ou Amour Suprême. L'opus se clôt par une note positive avec Ce feeling, un morceau assez planant, de toute beauté.Vous l'aurez compris, Ainsi vivent les hommes est sans aucun doute, l'album post-confinement qui nous accompagnera tout l'été, avec un Brahim au sommet de son art. Un tuerie à mettre entre toutes les oreilles ! Procurez-vous l'album ici. CD et Vinyle dispo là : https://bit.ly/2xK17i7Tracklist :PART 11. Seul le temps 2. Ainsi vivent les hommes 3. Dans les airs 4. Joueur de foot 5. La paix La Justice 6. Au nom du... Ft. Joss BariPART 2 7. Elle 8. etEacute;quilibre dangereux 9. Trop tard 10. Amour suprême 11. Addiction 12. Ce feeling (webremix.info)


Nzela - Kongo Rêvlution

Après l'excellent album Dub Oyé sorti en 2011, quelle joie que de découvrir enfin le tant attendu Kongo Rêvlution. Le titre annonce la couleur, ce quatrième album sera engagé. Au programme 11 titres, menés de main de maître par le chanteur Aimé Onouka et les musiciens du groupe, qui combinent avec brio les bases du reggae aux sonorités congolaises, mais pas seulement. Kongo Rêvlution est un délicieux et subtil mélange de styles. Avec Mvoula on communie sur un reggae jazzy coloré par les racines africaines d'Aime Onouka. D'autres titres viennent eux démontrer que Nzela a dorénavant bien envie d'affirmer une nouvelle identité musicale. For You Mama et Aller Doucement - où guitare et batterie surfent sur une vague rock mais aussi blues - sont un bon exemple de cette nouvelle exploration menée par le groupe. Tout au long du projet, les rythmes oscillent entre ambiance langoureuse et atmosphère festive. On salue également Roger Kom et Yandi Morales Lopez pour les interventions chaloupées et jazzy au saxo ainsi que Awa Timbo pour sa douceur sur Mvoula. En français, lingala ou anglais, la voix d'Aimé Onouka ne laisse jamais indifférente, tant par son caractère chaleureux que par le message qu'elle transmet. Avec Les immortels, le chanteur dresse un bel hommage aux grandes figures ayant lutté pour la libération africaine. Il nous procure un signal d'amour et de douceur sur For You Mama. L'artiste n'en demeure pas moins et surtout animé par la profonde intention de parler des choses qui fâchent. Baa Bomi ou encore Kongo Rêvlution revendiquent ainsi ce désir d'indépendance qui ne date pas d'hier mais qui se fait encore plus fort face aux décideurs congolais actuels. Les aficionados de Nzela peuvent donc se sentir comblés. Kongo Rêvlution est un album à hauteur de la longue attente. Un projet maîtrisé qui fait ressortir la nouvelle et intense maturité musicale du groupe. On conseille. Procurez-vous l'album ici.Plus d'infos ici. (webremix.info)


Blakkamoore - Upward Spiral

Avec déjà toi albums à son actif et des dizaines de collaborations avec des artistes internationaux comme DJ Premier, Major Lazer ou encore Snoop Dogg sur son album Reincarnated ; on peut dire que Blakkamoore est une recrue de choix dans l'écurie Baco Records. Cet artiste né en Guyane mais ayant grandi à Brooklyn en plein coeur de la culture hip hop est passé maître dans l'art de faire fusionner les genre musicaux et il ne s'en est pas privé dans son dernier album : Upward Spiral (dispo chez Baco Records). C'est sur le Big Slap Riddim signé City Kay que nous accueille Blakkamoore avec Play the Role, un morceau où l'on retrouve avec plaisir la voix douce du chanteur mêlée à son flow toujours aussi affuté. On découvre ensuite des titres orientés dancehall très modernes dont les riddims pourraient aisément figurer sur un album de Busy Signal comme The Code ou Spotlight. On savoure une grosse base reggae sur pas mal de morceaux : un reggae doux et méditatif sur Amazing Grace ; avec une bonne touche de soul et façon lover style sur Golden Lights ; ou encore avec une voix de crooner pour une ganja tunes sur un roots à l'ancienne et jazzy à souhait (Red Ites). On attribue une mention spéciale pour Mash Down Georgetown, un riddim new roots très tranquille plein de variations et d'effets sur lequel Blakkamoore passe avec une aisance déconcertante d'un refrain chanté parfaitement à des couplets qu'il découpe de son flow tranchant. Et que dire de la liste des feat à part qu'elle est aussi éclectique que prestigieuse ! On y apprécie le jamaïcain Alandon sur Tomorow Belong To Us ou encore le boss du vapor dub Biga Ranx sur Skyscrappers et son instru paisible sur laquelle les flow des deux MC font des étincelles. Sur cette liste d'invités impressionnante s'ajoute le regretté Vaughn Benjamin (Akae Beka - Midnite) pour Earth Cry, un morceau méditatif qui sent bon le style des île vierges ; et enfin Snoop Dogg lui même avec lequel Blakkamoore partage une instru hip hop aux sonorités west coast taillée sur mesure pour le rappeur de Los Angeles (Get Down Tonight). L'album se conclut sur Take Time, un morceau posé sur le Perfect Storm Riddim produit par I Grade et Records et Zion I King, deux labels des iles vierges auxquels on doit beaucoup des albums de Midnite et d'Akae Beka. Blakkamoore frappe très fort avec Upward Spiral ; un album qui nous offre une plongée dans son univers, semblable à un patchwork où les styles musicaux s'entremêlent à merveille les uns aux autres et avec pour fil conducteur cette voix sublime, aussi à l'aise et efficace au chant que dans les parties toast ou rap. On en redemande.Disponible depuis le 1 Mai chez Baco Records. 1. Play the Role (Big Slap Riddim)2. The Code3. Spotlight4. Get Down Tonight Ft. Snoop Doog5. Change6. Amazing Grace7. Skyscrappers Ft. Biga*Ranx8. Underneath the Lights9. Mash Down Georgetown10. Golden Lights11. Tomorrow Belongs to Us Ft. Alandon12. Earth Cry Ft. Akae Beka13. Red Ites14. Body Talk15. Take Time (Perfect Storm Riddim) (webremix.info)


Marcus Gad - Rhythm Of Serenity

Rhythm Of Serenity, un titre qui n'aurait pas pu mieux coller au nouveau projet de notre mystique et inspirant Marcus Gad. Avec ces mots c'est l'album mais aussi l'identité musicale de l'artiste qui est résumée. Sur cet opus, le jeune calédonien collabore avec Andrew " Moon " Bain de la production américaine Zion I Kings. Une production à distance de part et d'autre de la planète (Baco Records/Zion I Kings) de laquelle résulte une compatibilité totale entre les instru proposées et la personnalité de l'artiste.En premier lieu petit arrêt obligé sur l'artwork de l'album. Telle une oeuvre d'art elle montre aux yeux de tous le beau patrimoine que renferme ce paradis insulaire qu'est la Nouvelle Calédonie. Certains éléments rappellent en effet subtilement les sculptures de cette culture et le tissage des nattes artisanales kanak en feuilles de cocotiers et fibres de bourao. Impossible aussi d'échapper à ces yeux qui nous regardent, nous attrapent nous attirent pour nous faire plonger pleinement dans l'univers de Marcus Gad et au coeur de ses origines ! Ce voyage musical et sensoriel commence avec Rebel Form Of Soul, une réflexion consciente et engagée amenée tout en douceur musicale. Nous voilà enveloppés par des basses profondes dont on ne veut plus se sortir. C'est avec ce roots méditatif et cette soul dont il a le secret que Marcus Gad nous emporte pour le reste de cet album. Prochaine escale avec Take Some Time où les petites touches de piano mêlées à une discrète et mystique apparition vocale font l'effet d'une caresse. Un morceau très plaisant qui mérite justement, comme son titre l'indique, de prendre son temps pour le savourer. Pour continuer dans cette veine très hypnotique nous avons le plaisir de nous laisser emporter par Overcome et ses percussions en fond sonore ou bien encore la fletucirc;te du calme et spirituel Leggo Your Ego. Une pépite musicale et textuelle où Marcus Gad affirme sa croyance et invite à se défaire du matériel, se déconnecter pour mieux se connecter à l'essentiel. Une introspection qui vient stimuler tout notre esprit ! L'apogée du mystique sur cet album se fait sans doute avec le puissant InI Royal en featuring avec Blakkamoore. Les deux voix se marient à merveille et, avec son grain plus grave mais tout aussi envoutant, Blakkamoore fait s'élever ce morceau au rang d'incantation shamanique. En pleine écoute méditative, Marcus Gad vient nous cueillir avec une belle surprise ! Il nous offre en effet pour la première fois un chant en français avec Pouvoir ! Un choix réfléchi pour que ce morceau fasse l'exception et délivre un message d'une importance capitale pour lui. Avec des paroles puissantes et poignantes Marcus Gad se fait porte-parole de sa terre natale et conservateur de la culture Kanak. Il s'adresse " aux siens " met en exergue la nécessité de garder intacte l'essence même de ces cultures indigènes présentes aux quatre coins du globe. Au delà de la grande profondeur et douceur de l'album, Marcus Gad et Zion I Kings nous ont quand même concocté quelques côtés plus peps. On retrouve des énergies entrainantes sur Become A Nation, Oh mama ou Live Life.Le projet se termine comme il a débuté : dans une profonde douceur. Nature Like Scripture nous fait entrer en communion avec la nature grâce à des sonorités d'arrière-plan nous évoquant chutes d'eau, vagues et légère brise dans les feuillages. On aimerait tant que le voyage ne prenne jamais fin ! Rhythm Of Serenity est album abouti, transcendant, puissant et poétique. A se procurer absolument.Tracklist : 1 / Rebel Form Of Soul 2 / Take Some Time 3 / Become A Nation 4 / Pouvoir 5 / Overcome 6 / Rhythm of Serenity 7 / InI Royal Feat. Blakkamoore 8 / Oh Mama 9 / Cane et Cotton 10 / Honoring The Soil 11 / Live Life 12 / Leggo Your Ego 13 / Nature Like Scripture (webremix.info)


Mushapata passe l'arme à gauche

Par Jérémie Kroubo Dagnini (interview réalisée le 21 aoetucirc;t 2006) Personnage haut en couleur et incontournable de la scène reggae parisienne, le " soldat " Mushapata vient de passer l'arme à gauche. Je connaissais Mushapata depuis une trentaine d'années. Pour être exact, je l'ai rencontré pour la première fois à Reims, le 16 décembre 1994, lorsqu'il est venu se produire à la très regrettée salle de concerts, L'Usine, située au 115, rue Lesage. Par la suite, on s'est revus de manière récurrente dans différents concerts de reggae, en région parisienne la plupart du temps. En effet, dès qu'il y avait un concert à Paris ou en banlieue, Mushapata était toujours de la partie, généralement affublé d'un sac à dos contenant des CDs ou DVDs à vendre, sans parler de la weed. etAgrave; chaque fois qu'on se croisait, il me demandait systématiquement des nouvelles de Michel Jovanovic, le directeur de Mediacom Tour et co-organisateur du No Logo Festival, basé à Reims. D'ailleurs, c'est Michel, je crois, qui avait co-organisé son concert à Reims en 1994... Me sachant rémois d'origine, il espérait que je puisse indirectement relancer sa carrière en plaidant sa cause auprès du Boss. En vain. En aoetucirc;t 2006, dans le cadre de mes recherches doctorales qui donneraient ensuite naissance à mon livre, Vibrations jamaïcaines, j'ai finalement pris le temps d'approfondir la discussion avec ce militant de la première heure. Aoetucirc;t 2006, presque quinze ans déjà ! Les vacances d'été se terminaient, la rentrée se profilait à l'horizon et les rues de Paris commençaient à retrouver leur effervescence habituelle, notamment du côté de la gare de l'Est où j'avais rendez-vous avec ce fondateur de la scène reggae francophone au même titre que Savane, Azikmen, I and I, Kaya, Sixième Continent, Watch'Da, Neg'Soweto et autres Zoanet Comes. Des artistes issus majoritairement de la Caraïbe et d'Afrique noire. Apparus au tournant des années 1970-1980, ces groupes avaient pour habitude, à l'époque, d'ouvrir les concerts de stars jamaïcaines organisés le plus souvent par Simon Njonang. Dans l'interview qu'il m'accorda ce jour-là, à la terrasse d'un petit café de la rue d'Alsace, cet ancien boxeur et garde du corps de Bob Marley revint sans langue de bois sur ses débuts dans le reggae et les prémices du mouvement à Paris. Cette période peut sembler lointaine pour certains, mais elle est néanmoins primordiale pour comprendre l'histoire multiculturelle du reggae hexagonal. Ne dit-on pas qu'un homme sans mémoire est comme un arbre sans racines ? Retour donc sur cette époque charnière avec Mushapata, ce grand baobab parisien et pionnier du reggae en France qui vient de nous quitter et qui restera dans le coeur de la grande communauté reggae parisienne (voire bien au-delà), laquelle ne manquera sans doute pas, je l'espère, de lui rendre un vibrant hommage en temps voulu, un peu finalement comme l'a fait la communauté hip-hop à l'égard de Lionel D. le 12 mars dernier.D'où viens-tu et comment es-tu arrivé au reggae ?Yes ! Je viens d'Afrique, du Congo Kinshasa. Je faisais de la boxe et je suis venu en France pour poursuivre ma carrière pugilistique en professionnel. Mais là, j'ai rencontré beaucoup de problèmes, beaucoup de magouilles au niveau de la boxe et j'ai été dégoetucirc;té. J'ai fait une carrière de cent combats dont soixante combats professionnels. Mais pour des bourses minables... etAgrave; l'époque, on était seuls, on n'avait personne autour de nous, c'est plus ou moins nous-mêmes qui gérions notre carrière. Alors, mon manageur m'a trouvé un boulot dans la sécurité et au moment où Bob Marley est passé ici à Paris, au Bourget, [l'été 1980], j'ai assuré sa sécurité. Je l'ai rencontré, on n'a pas beaucoup parlé car il est anglophone et moi francophone, mais il y a eu un feeling qui est passé entre nous de manière spirituelle et c'est à partir de là que j'ai commencé à faire du reggae. J'étais le premier, ici à Paris, à faire partie du mouvement rasta. Le mouvement rasta, le mouvement reggae c'est nous avec Harry Dambala au début des années 1980. etAgrave; cette époque, Peter Tosh est même venu dans le squat où on vivait, au squat de Corentin Cariou dans le 19ème. C'était le grand squat à l'époque et il est passé par là. J'ai joué avec Toots and The Maytals, Dillinger, U Roy etc. etAgrave; l'époque, j'étais en contact avec les gens qui venaient. Il y avait Burning Spear aussi. Quand Burning Spear est venu jouer le 30 janvier 1986 à la Mutualité, concert organisé par Simon Njonang (Sim's productions), j'ai assuré sa sécurité. Pareil pour les Gladiators ; quand ils ont commencé, quand ils sont arrivés pour leur premier concert, ils n'avaient pas leurs billets retours et on mangeait avec eux dans les foyers de Sarcelles, car nous étions à Sarcelles à l'époque. C'est Simon qui les avait fait venir et moi je faisais la sécurité pour Simon ; et c'est là aussi que j'ai compris qu'avec le reggae, je pouvais faire véhiculer mon message de paix et d'unité.Quels autres groupes de reggae y avait-il à l'époque en France ?Il y avait Savane, qui était un groupe guyanais avec Junior, il y avait des gars comme Roger qui a contribué mais malheureusement il n'est plus là... il y avait Pat...il y avait Pablo Master...il y avait aussi Tonton David, mais il est arrivé après. Pourquoi as-tu choisi le reggae pour véhiculer ton message ?J'habitais au Congo, là-bas on parle swahili qui est la langue la plus parlée en Afrique. On parle swahili au Kenya, en Ouganda, en Tanzanie, en Gambie etc. Nous, à l'époque, on était branché anglophone, on suivait tout ce qui se passait aux etEacute;tats-Unis tels que les Black Panthers. En Afrique aussi on avait une branche Black Panthers, tu sais ! C'est à partir de là qu'on s'est aussi intéressé à la musique anglo-saxonne comme Wilson Pickett, Otis Redding, c'était notre groove. Là-bas, au Congo, il y avait aussi une musique qu'on appelait le braca (prononcer " braka "). Le braca c'était un peu comme du ska ou du rocksteady et donc quand j'ai entendu pour la première fois du reggae, ça m'a immédiatement fait penser au braca, ça m'a rapproché de mes racines. Le braca, c'était une musique traditionnelle qu'on chantait en swahili, et donc quand j'ai commencé à faire du reggae, je chantais en swahili. En fait, mon reggae c'est un mélange de braca et de reggae, de la musique africaine à la sauce jamaïcaine ! Pour moi, le braca c'est l'origine du reggae. Au Congo, je faisais de la musique et j'avais un groupe de chant, et quand j'ai entendu Bob Marley, Jimmy Cliff, Toots and The Maytals, surtout Toots and The Maytals, je me suis dit " ça c'est du braca ", parce que Toots il chantait du ska !Quels instruments utilisait-on dans le braca ?C'était de la guitare sèche et du chant, mais les frappes sur la guitare c'était comme du ska et donc proche du reggae !Quels artistes t'ont influencé ?Otis Redding, moi je faisais du Otis Redding avant. Sinon il y a eu Black Mambazo d'Afrique du Sud, le ska jamaïcain et la musique d'Afrique du Sud ça se ressemblait... Il y a eu aussi Miriam Makeba, Toots and the Maytals, U Roy, I Roy, Dillinger, Big Youth etc., tous ces toasters m'ont aussi influencé car je toaste aussi. Toi tu as commencé à faire du reggae avant des artistes comme Alpha Blondy et Lucky Dube, ou bien en même temps ?etAgrave; peu près en même temps. T'ont-ils influencé ?Non, ils ne m'ont pas influencé. Moi, je t'ai dit, c'est Black Mambazo et d'autres groupes d'Afrique du Sud, ou bien Otis Redding, Wilson Pickett, Toots and The Maytals etc.De quoi parles-tu dans tes chansons ?Moi je suis un militant soldat, je dénonce les " Buffalo Soldiers ". Je dénonce les injustices, c'est pourquoi on m'a trouvé maintes fois dans des manifestations ici à Paris. Les autres musiciens avaient peur et j'étais en avant dans les cortèges. J'ai manifesté contre les idées coloniales. J'ai manifesté lorsque Mandela était en prison, j'ai manifesté pour la libération de Mumia Abu-Jamal [un militant afro-américain injustement condamné à la peine de mort en 1982], lorsque j'étais dans les squats je revendiquais les droits des sans-papiers etc. etAgrave; Paris, c'est moi qui dénonçais les injustices que nos frères subissaient, tu vois ? C'est dans ce contexte que j'utilise ma musique pour véhiculer mon message. Mais il faut qu'il y ait plus de solidarité alors qu'ici, aujourd'hui, les Blacks ils sont éparpillés. Dans les années 1980, on était ensemble, il y avait des journaux, des magazines pour la communauté comme Afrique Antilles, on se côtoyait, on était unis, quoi ! Alors que maintenant, la nouvelle génération n'est pas unie. C'est dommage qu'ils soient divisés, c'est pourquoi mon message c'est l'UNITE. Tu sais, j'étais l'un des premiers à dénoncer la condition des Noirs, je dénonçais aussi la guerre du Golfe, je dénonçais la condition des Noirs en Afrique où les étrangers comme les Chinois s'enrichissent alors que les Noirs n'ont rien, j'étais le premier à dénoncer aussi l'esclavage qui continue en Mauritanie et au Soudan, l'assassinat de Patrice Lumumba, la vache folle, ils nous volent notre pétrole etc... Il faut continuer de dénoncer et s'unir, nous les BLACKS. Ce côté militant t'as-t-il créé des problèmes que ce soit en Afrique ou en France ?etCcedil;a m'a créé des problèmes en Afrique. Lorsque je suis venu en France, je prônais le panafricanisme et mon premier album c'était Saba-Saba Fighting avec Lumumba, Steve Biko et George Jackson des Black Panthers en couverture. etAgrave; l'époque, c'était Mobutu au pouvoir au Congo et je ne pouvais pas rentrer au pays puisqu'il était impliqué dans l'assassinat de Lumumba. Ici, en France, j'ai ensuite sorti un 45T " Chatelet-les-Halles " qui m'a aussi créé des problèmes. C'était à l'époque du terrorisme et je parlais de nos conditions de victimes. Je chantais " Un coup de sifflet, j'ai vu débarquer les keufs. Papiers fouillés, on s'est retrouvé à poils. Ils cherchaient des terroristes, mais moi je suis touriste, un peu artiste... ", je disais que c'était eux les " terroristes ". etAgrave; cause des messages dans mes textes, je n'ai pas eu de distributeurs, ils avaient peur et disaient " on ne veut pas de ta musique elle est trop militante... ", même Alpha Blondy que j'ai vu et qui faisait un concert à l'époque, je lui ai dit " Alpha Blondy ! Essaye de me faire jouer, parles-en à ton producteur... ", mais il m'a répondu " Oh non! Mon frère, j'ai vu ta photo avec les flics sur le disque " Chatelet-les-Halles ".... ". En fait, je me suis senti victime d'un boycott musical ! En 1991 j'ai quand même réussi à jouer avec LKJ et Pablo Moses au Zenith. J'ai joué aussi avec U Roy à la Halle de la Villette, avec Macka B etc.Copyright JKDetAgrave; l'instar de Tiken Jah Fakoly, est-ce que tu penses que la Françafrique est toujours d'actualité ?Tu sais, la Françafrique c'est les magouillent des Français qui promotionnent qui ils veulent au pouvoir en Afrique ou dans leurs médias. Moi j'avais la même démarche que Tiken Jah, alors pourquoi ils ne m'ont pas appelé ? Nous, nous sommes les combattants, nous avons connu la souffrance, moi j'ai fait de la prison à cause de mon militantisme. Quand Tiken Jah est venu faire son premier concert avec son neveu qui joue de l'orgue dans Sinsemilia, je lui ai dit, " Mon frère, essaye de me lancer ", il y avait son manager et son producteur qui ont répondu " Pas lui ! Pas lui ! ", parce qu'ils savaient que moi, c'est de l'authenticité, de l'original, moi je ne suis pas là pour tricher, je n'ai jamais triché, alors que les autres ils sont modérés. Quel est donc ton point de vue sur la scène reggae française ?Il y a toujours du sectarisme. Les vrais sont mis à l'écart et ceux qui sont corrompus et faciles à manipuler marchent avec les maisons de disque. C'est du business et des magouilles !Copyright JKDEt le reggae en Afrique ?Il y a aussi cette espèce de sectarisme, car on ne parle que de l'Ouest. Ils ne sont pas unis, on parle d'unité africaine alors pourquoi on parle toujours de l'Afrique de l'Ouest ? Pourtant en Afrique centrale, il y a des artistes, il y a moi qui suit là, il y a Pablo Master du Cameroun...Le reggae a-t-il eu un impact sur la société en Afrique ?Oui, ça a permis de réveiller les consciences, surtout en Afrique de l'Ouest, ça leur a permis de comprendre ce qu'est la liberté, de revendiquer leurs droits, de se rendre compte du patrimoine qu'ils ont et de comprendre que c'est à eux désormais de le gérer et non pas aux Occidentaux. Heureusement qu'il y a ici Malik Boulibaï qui est animateur à RFI, c'est le seul qui soit actif ! Et donc le reggae à Paris, s'est très divisé aussi?C'est très divisé, on parle de reggae 100% caribéen etc. alors que normalement le reggae c'est l'unité, c'est dommage ! Bob Marley, il avait compris, c'est pourquoi il disait " Babylone n'a pas de couleur, il y a des Babylone noirs et des Babylone blancs " !Et toi, ta définition de Babylone ? Je me souviens de ton apparition dans le film Black Mic-Mac (1986), lorsque tu cries " Babylone " pour prévenir les squatteurs de l'arrivée de la police. Yes ! C'est le système occidental qui nous prend en otage.Et ton activité musicale en ce moment ?Je prépare mon prochain album qui doit sortir avant la fin de l'année. Je parlerai des guerres, de l'unité...c'est toujours le même problème. Il faut que les Africains prennent conscience qu'on a une richesse en Afrique et que les Blacks rentrent au pays pour construire l'Afrique afin que tout le monde mange. On a des richesses et il ne faut pas les laisser gérer par les autres !(Et Mushapata conclut l'entretien en chantant sobrement les paroles suivantes)" Yo ! Ils nous donnent des miettes, des cacahouètesC'est eux qui sont des pickpockets depuis qu'il y a InternetMoi j'ai trouvé mes lunettes c'est là que je me connecteParce que le mal nous guetteJe suis un prophète en cageIls m'ont mis au tribunalIls m'ont fait du mal dans cette capitaleJe n'ai que dalle c'est pourquoi je ralleAu tribunal ils m'ont fait un procès-verbalIls voulaient m'envoyer au SénégalMoi j'étais malade, je n'avais pas d'assistance médicale... "R.I.P. Brother et Walk Good ! (webremix.info)


Alpheus - The Victory

Avis aux amateurs de reggae à l'ancienne : Alpheus est de retour avec un nouvel et excellent album : The Victory. Né à Londres de parents jamaïcains, Alpheus développe très jeune une passion pour le chant après avoir vu Sam Cooke à la TV. Très actif dans le milieu sound system londonien dès la fin des 80's, c'est en émigrant aux états unis dans les années 90 que sa carrière décolle avec la sortie d'un premier album en 1999 (Quality Time sur le label Heartbeat Records). Vingt ans plus tard et avec déjà 5 albums au compteur, le chanteur nous revient avec un sixième effort, The Victory, produit (comme ses 4 dernières sorties) au Lone Ark Music Studio par Roberto Sanchez et le Lone Ark Riddim Force Band. Un opus sur lequel les deux compères nous entrainent dans leur univers, l'âge d'or du early reggae, du ska et du rocksteady. The Victory, titre éponyme de l'album ouvre cependant l'opus avec un bon gros roots sur lequel on retrouve avec autant de plaisir la voix de velours d'Alpheus que les productions millimétrées de Roberto Sanchez. Les amoureux de rocksteady sont donc gâtés avec Gonna be Good ou Valiant dont les notes d'orgues répondent à merveille au chant d'Alpheus. On a aussi droit à une bonne dose de ska sur Rudies, Live it up ou encore Family Fruit et son riddim endiablé sur lequel on met au défi quiconque de ne pas esquisser quelques pas de danse. Comme à son habitude, Alpheus nous propose aussi quelques titres lover style qui vont si bien à sa voix de crooner (Nicer than Nice, Rude Love). L'opus se conclut comme il a commencé avec un gros roots tiré d'un autre temps (We Are The People) sur lequel Alpheus délivre son message d'unité et qui fait office de parfait générique de fin. The Victory est album sublime, bien aidé par les productions toutes plus précises les unes que les autres que lui a concocté Roberto Sanchez ; nous offrant au passage un beau voyage dans l'espace temps pour nous ramener dans la Jamaïque des années 60, on a adoré !Tracklist : 1. The Victory 2. Hooray 3. Gonna Be Good 4. Rudies 5. The Road Ahead 6. Nicer Than Nice 7. Valiant 8. Live It Up 9. Family Fruit 10. Rude Love 11. We Are The People (webremix.info)


Sauvez Reggae.fr !

SAUVEZ REGGAE.FR, MENACetEacute; PAR LA CRISE DU COVID-19ATTENTION POUR RECEVOIR VOTRE CONTREPARTIE N'OUBLIEZ PAS DE NOUS LAISSER UN MESSAGE AVEC VOTRE DON Jamais nous n'aurions pensé en arriver là. Depuis 22 ans, Reggae.fr est un magazine gratuit d'information sur la planète reggae (française et internationale), géré par Respect Productions, association Loi 1901. Fondé par Alexandre Grondeau, Reggae.fr sert de relais et de plateforme de référence à tous les artistes, labels, producteurs, et autres acteurs de reggae music. Chaque jour, nous diffusons des nouvelles, des articles, des chroniques, des vidéos, du contenu musical. Plus de cinq mille amateurs de musique se connectent tous les jours sur notre site qui compte une communauté de 100 000 membres. Notre webradio (qui est inscrite à la SACEM et rémunère donc les artistes en conséquence) assure une diffusion 7 jours sur 7, 24 heures sur 24. Nous avons également produit des documentaires dont Reggae Ambassadors La légende du reggae qui a remporté un prix lors du festival Babelmed 2016. Notre force a toujours été notre passion de la musique, notre structure associative, le dynamisme de notre équipe, et notre philosophie d'action basée sur le Do It Yourself et l'indépendance.Reggae.fr est un site totalement gratuit et indépendant. Jamais nous n'avons fait payer nos contenus, nous ne recevons aucune subvention et, depuis l'origine, nous avons financé le développement du site grâce à la publicité des acteurs du mouvement reggae. Malheureusement depuis le mois de mars et la crise liée à la pandémie de Covid-19, les publicités des concerts et des albums sont pratiquement réduites à néant. Nous n'avons plus de rentrées d'argent et la trésorerie d'une petite structure comme la nôtre est désormais déficitaire. Il n'y a pas beaucoup d'argent dans le mouvement, et nous n'en avons pas beaucoup non plus, mais nous essayions de faire avec ce qu'on avait.Depuis deux mois, nous fonctionnions du mieux que l'on pouvait, grâce aux fondateurs du site qui ont pu payer les factures et les engagements passés avec nos partenaires et prestataires, mais avec l'annonce par le Premier Ministre de l'annulation des festivals jusqu'en septembre, c'est près de 90% de nos recettes publicitaires qui viennent d'être annulées. etEacute;videmment, la priorité va à la santé des festivaliers et de la population, mais pour nous, ces annulations signent la fin de l'histoire, à moins que vous nous filiez un coup de main.Nous avons aujourd'hui besoin de vous et de votre aide, de toute URGENCE, pour fonctionner jusqu'en septembre car à la rentrée, nous avons déjà un planning de promotion qui nous permettra de faire fonctionner le site. D'ici là, en plus des aides que nous espérons de l'Etat (mais qui ne sont pas assurées), nous devons trouver le plus rapidement possible deux mille euros par mois pour assurer la survie du site, soit l'équivalent de huit mille euros. Ce montant recouvre les frais de fonctionnement, de développement et de production du site web, de ses contenus, de sa webradio, de ses applications, le paiement du collaborateur permanent - désormais à mi-temps - qui assure la gestion du site web et de l'association, et de nos pigistes. La plupart des autres collaborateurs (qui ont des métiers par ailleurs) ont fait un geste super cool en refusant de se faire payer, ou en repoussant leurs factures, mais il nous faut à présent trouver une solution le plus rapidement possible. Cette solution c'est la communauté reggae.fr, c'est vous, c'est nous.Cliquez ici pour faire un don Nous ne voulons pas que le Covid-19 en plus de toutes les victimes sanitaires qu'il provoque, détruise notre petite structure culturelle. Pendant le confinement la culture a aidé et aide encore beaucoup de gens en les distrayant. Cette culture, en ce qui nous concerne, a le prix de votre soutien.Nous ne faisons pas l'aumône. On vous demande juste un coup de main sur ce coup-là, pour la première fois depuis 22 ans, et tous les dons qui seront faits sur la cagnotte Leetchi se verront récompenser par un cadeau : une mixtape, un film, un livre, un code promo, une rencontre. On vous demande un échange, un peu d'argent contre de l'art, de la culture. La maison d'édition la Lune sur le Toit et Alexandre Grondeau nous ont ainsi offerts plusieurs dizaines de livres et de films afin de récompenser toutes les bonnes volontés.Notre objectif, pour pallier les pertes causées par la crise du Covid-19 et afin de survivre jusqu'à la fin de l'été, est de récolter de quoi faire fonctionner le site pendant quatre mois, soit quatre fois deux mille euros. Cette somme est énorme pour beaucoup d'entre nous qui sommes précaires, intermittents, qui touchons le RMI ou le RSA, bref qui galérons. Si nous avions pu faire autrement, nous l'aurions fait, mais là on arrive au bout de ce que nous pouvions faire seuls.D'où notre demande de soutien, la création de cette cagnotte Leetchi et notre appel aux dons, grâce auxquels : etbull; vous nous permettez de survivre jusqu'en septembre etbull; vous soutenez un média indépendant et défenseur des valeurs universelles et rebelles du reggae, média qui restera gratuit pour tous etbull; vous devenez un des " socios " Reggae.fr et vous serez consultés régulièrement sur l'avenir du site etbull; vous recevrez des contreparties artistiques pour tous vos dons etbull; Si par miracle, on arrive à dépasser la cagnotte, tout le surplus sera évidemment réinvesti dans le prochain projet musical que nous développons pour mettre en valeur le mouvement CLIQUEZ ICI POUR FAIRE UN DON ?ATTENTION POUR RECEVOIR VOTRE CONTREPARTIE N'OUBLIEZ PAS DE NOUS LAISSER UN MESSAGE AVEC VOTRE DON CONTREPARTIES DE VOTRE DON etbull; Pour 1 euros ou plus = vous recevez une mixtape sur votre boite mail à l'issue de l'opération de soutien etbull; Pour 10 euros ou plus = vous recevez une mixtape et le film Reggae Ambassadors 100% Reggae Français sur votre boite mail à l'issue de l'opération de soutien etbull; Pour 25 euros ou plus = vous recevez le livre Reggae Ambassadors 100% Reggae Français dans votre boite aux lettres, le film du même nom ainsi qu'une mixtape sur votre boite mail à l'issue de l'opération de soutien etbull; Pour 40 euros ou plus = vous recevez le livre Reggae Ambassadors 100% Reggae Français dans votre boite aux lettres + le film du même nom + une mixtape + un code promo valable sur le shop www.lalunesurletoit.com, sur votre boite mail à l'issue de l'opération de soutien etbull; Pour 100 euros ou plus = vous recevez le livre Reggae Ambassadors 100% Reggae Français dans votre boite aux lettres, le film du même nom ainsi qu'une mixtape + un code promo valable sur le shop www.lalunesurletoit.com sur votre boite mail à l'issue de l'opération de soutien, + une rencontre spéciale organisée avec toute l'équipe du site lors de la prochaine tournée reggae.fr / génération h (sous réserve du lieu et de la date de son organisation) etbull; Dans tous les cas : vous devenez " socios " du site web Reggae.fr et à ce titre vous recevrez en avant-première toutes nos informations et nos offres spéciales. Vous serez également consultés sur les évolutions que nous souhaitons donner au site et deviendrez prioritaires dans les futurs évènements Reggae.fr (anniversaires, projections privées de films etc). DECOUVREZ LA BANDE-ANNONCE DU FILM QUI VOUS SERA OFFERT POUR TOUT DON DE PLUS DE 10 eteuro; OU PLUS MERCI POUR VOTRE SOUTIEN (webremix.info)


Chezidek - Timeless

Voilà prés de 20 ans que Chezidek couple sa plume engagée aux délicates sonorités roots reggae. Depuis son premier album Harvest time sorti en 2002 ce sont 8 albums et de nombreux singles qui virent le jour. Aujourd'hui Timeless (SoulNurse Records / Baco Records) vient s'ajouter à la discographie de l'artiste et signe un tournant dans sa carrière qu'il juge lui même plus mature, plus méditative et avec des collaborations plus intenses que jamais. Et pour preuve ce nouvel album est le fruit d'une riche et belle rencontre lors d'une date parisienne avec le groupe français The Ligerians avec qui il co-produit ce projet. Procurez-vous l'album ici. Pour cet album Chezidek et The Ligerians ont choisi la douceur comme fil conducteur. On la retrouve tant dans l'instru roots moderne maîtrisée avec brio par The Ligerians, le flow très sweet du chanteur que dans ses paroles méditatives et emplies d'optimisme. Let's No Say et son combo orgue, touches légères de guitare et choeurs illustre bien tout cela. On apprécie ces morceaux inspirants qui apprennent à ne pas fléchir malgré les épreuves. Rien n'est impossible et Chezidek nous dépeint cette idée de la plus belle des façons. Coup de coeur aussi pour le très méditatif Over The Mountain rappelant la nécessité d'un retour à la nature pour mieux se connecter à l'essentiel. Une mélodie qui nous plonge au coeur de la nature avec ces cascades en fond sonore en début de titre. D'autres morceaux viennent quand à eux, chacun à leur manière, contraster avec les précédents à tempo plus lent. Une façon pour Chezidek de nous dire que l'énergie qu'on lui connaît est présente elle aussi sur cet album. Douceur donc mais qui se plait à jouer avec des rythmes plus énergiques comme sur le dansant et contestataire It's Alright ou bien l'entrainant refrain de Timeless morceau éponyme du projet. On apprécie aussi la ligne de basse et le tempo plus accéléré de Ready For The Show. Big up pour les effets dub de No Solutions In Their Lies mais surtout l'enjoué et dévoué I Love Jah qui vient casser les habitudes du chanteur plutôt ancré dans un chant plus spirituel et très roots. Au delà des rythmiques qui s'emballent, on retrouve la puissance et l'énergie dans les textes de Chezidek. N'oublions pas que pour l'artiste la musique est là, et ce depuis ses débuts, pour éveiller les consciences et combattre les injustices. Pour lui c'est la meilleure des écoles. C'est donc par une révolte textuelle que l'artiste " s'enrage " ici face aux politiques menteurs et farceur dont il dresse le procès dans No Solutions In Their Lies. L'album s'achève dans une enveloppante douceur musicale cette fois ci un peu plus tournée folk blues à la Tracy Chapman. It Comes Down To Love est un délicieux combo guitare acoustique voix où les choeurs et délicates percussions sont justement dosés. On se plait à savourer cette rencontre avec un Chezidek qui vient, tout en authenticité et pureté, clôturer à merveille ce projet. Chezidek et The ligerians, avec une vibe France Jamaïque qui fonctionne très bien, ont crée une pépite roots d'une grande spiritualité tout en gardant un caractère engagé et révolté cher à son chanteur. Ils démontrent ici que le reggae n'a pas de frontière et demeure intemporel comme l'évoque le titre très bien choisi " Timeless ". Un album mature et de qualité qui promet de faire parler de lui encore bien longtemps et il le mérite ! Tracklist : 1. Beat Dem2. It's Alright 3. Over The Mountain4. Timeless5. Let's No Say6. No Solutions In Their Lies7. Ready For The Show8. I Love Jah9. It Comes Down To Love Procurez-vous l'album ici. (webremix.info)


Tu Shung Peng : Channel 5

Tu shung Peng est une expression de patois jamaïcain pour désigner notre herbe préférée ; c'est aussi un band de reggae originaire du sud ouest parisien et fondé en 1998. Trop peu connu du grand public, le Tu shung Peng a pourtant à son actif de nombreuses collaborations avec des artistes comme U Brown, Michael Rose, Ken Boothe, Clinton Fearon et bien d'autres et un nombre incalculable de dates comme le Garance en 2010 où ils étaient le seul band français à se produire sur scène. Après quatre albums sortis entre 2006 et 2015 le groupe nous revenait le 6 mars dernier avec un nouvel opus de qualité à découvrir absolument : Channel 5. Comme sur leurs précédentes sorties, les Tu Shung Peng ont convié de nombreux chanteurs à venir partager les riddim concoctés, et ça commence avec les Viceroys qui viennent poser leur harmonies vocales sur le riddim roots aussi musical qu'entrainant de Message in a Song. On retrouvera d'ailleurs les Viceroys à deux autres reprises au fil de cet album : d'abord avec l'énorme French Man Style un gros roots dansant à souhait et à la ligne de basse hyper efficace ; puis sur Please come Back Home dans un style plus proche du ska et du early reggae et beaucoup plus tranquille. Seul morceau sans invité et donc totalement instrumental de cet album, Gorden Town est un roots paisible et parfait pour chiller sur lequel le mélodica a toute la place de se mettre en avant, on adore. On retrouvera ensuite de nombreux invités auxquelles les Tu shung Peng ont taillés des riddims sur mesure : deux gros roots à l'ancienne pour la douce voix de Simon Dan (My Testimony et Later will be Great) ; ou encore deux riddims beaucoup plus modernes et dansants dans un style " rootikal " (qui auraient tout a fait leur place dans les sound systems dub qui nous manquent tant en ce moment) pour Trevor Roots sur More Love et Jah Love. Trop de feat. et de morceaux réussis sur cet album pour tous vous les décrire... On pourrait vous parler encore longuement de la fusion entre roots et dub music sublimée par la voix de Moses sur Babylon System, du reggae doux et épuré proposé par le groupe à Nazzleman sur Heaven ou encore de Bongo, aussi à l'aise sur un gros roots (Just can't Forget) que sur un riddim beaucoup plus actuel (War Lord) - on préfère vous laisser en découvrir ce bijou par vous même...Avec Channel 5, les Tu Shung Peng confirme s'il le fallait l'étendue de leur talent avec un choix d'invités impressionnant. Un album parfait en cette période de confinement avant de pouvoir on l'espére bientôt entendre cet opus en live. Tracklist : 1. Message in a Song with The Viceroys2. Heaven with Nazzleman3. My Testimony with Simon Dan4. Just can't Forget with Bongo5. Gordon Town6. Jah Love with Trevor Roots7. More Love with Trevor Roots8. Babylon System with Moses9. Later will be Great with Simon Dan10. French Man Style with The Viceroys11. War Lord with Bongo12. Please come back Home with The Viceroys13. Babylon Blow Out with Tushung's Horns14. Love Horns with Tushung's Horns (webremix.info)


Jah9 - Note To Self

Jah 9 s'est fait connaître du grand public en 2009 avec son hit New Name issu de l'album du même nom. Viendront ensuite un second album en 2016 (9) remixé dans une version dub par Mad Professor (in the Midst of the Storm) et plusieurs tournées mondiales couronnées de succès qui feront d'elle l'une des artistes les plus en vue de la scène reggae revival. Très impliquée dans le mouvement Rastafari et dans plusieurs actions humanitaires, Jah 9 a toujours su faire passer des messages conscients et positifs dans sa musique. Depuis toujours la jamaïcaine nous a habitués à faire fusionner les genre et particulièrement le reggae et la soul music ; sur son nouvel opus Note To Self (sorti ce jour) elle a décidé d'ouvrir encore un peu plus son reggae en y ajoutant de nouvelles influences et avec toujours autant de précision. La chanteuse va donc nous promener entre les styles musicaux à commencer bien setucirc;r par du new roots avec Heaven qui ouvre cet album et sur lequel on retrouve avec plaisir la voix et les lyrics de la chanteuse ; mais aussi du reggae beaucoup plus roots avec Feel Good et son riddim à l'ancienne truffé d'effets. On retrouvera évidemment une bonne dose de soul avec des morceaux comme Field Trip, ou encore Hey You dans un loverstyle où cuivres et notes de piano répondent à merveille à la voix de velours de Jah 9. On reste dans un savant mélange reggae soul avec Could it Be et ses sonorités RetB ou en y ajoutant un soupçon de pop music sur le paisible et méditatif Highly. On aura aussi droit à une bonne dose de hip hop sur New Race, sur lequel Jah 9 passe d'un flow dub poetry à un chant sublime avec une facilité déconcertante et invite l'Anglais Akala et son pur flow hip hop hyper efficace. La liste des featuring est d'ailleurs prestigieuse puisqu'on retrouve aussi Chronixx (Note to Self), Pressure Busspipe (You and I) et Tarrus Riley (Ready to Play). L'album est ponctué d'interludes parlées (Mindstorm, The Reflection) et c'est sur l'une d'entre elles qu'il va se clôturer (In th Beginning); Jah 9 nous y dévoile calmement ses réflexions sur fond de percussions. Avec Note to Self, Jah 9 nous livre une fois de plus un album remarquable où les riddims fusionnent les genres à merveille et sont tous sublimés par la voix de la chanteuse.Tracklist :1. Heaven (Ready fi di Feeling) 2. Ma'at (Each Man) 3. Mindstorm4. Note to Self ( Okay) Ft Chronixx5. Field Trip 6. New Race (A Way) Ft Akala 7. Hey you 8. Highly (Get to Me) 9. Feel Good " The pinch "10. Love has Found I11. You and I Ft Pressure Busspipe12. Ready To Play Ft Tarrus Riley13. The Reflection14. Could it Be15. In the Beginning (webremix.info)


Neboty Roots Corner à la Péniche Cinéma

Focus aujourd'hui sur les sessions Neboty Roots Corner à Paris. Ces sessions, c'est d'abord l'histoire d'un adepte de la culture rasta, reggae live et sound system. Neboty Roots est originaire de Guadeloupe et a grandi en Normandie où il a été bercé par le son des percussions traditionnelles gwoka ainsi que reggae grâce à son père et son oncle Kael (lequel joue actuellement avec Mo'Kalamity). Motivé par la transmission de ce bel héritage musical qu'il a su enrichir au fil du temps, il organise des Jam sur Paris depuis 2014, les Roots Jam Session. Alors qu'avoir son propre sound system ne lui traversait pas l'esprit il y a quelques années, il vit désormais sa livity au quotidien à travers la culture reggae rastafari et son sound. " Cette aventure est une bénédiction ", nous précise t-il.Les sessions made in Neboty Roots Corner c'est aussi l'histoire d'une démarche humble et pleine de valeurs. Cela fait 2 ans que ce passionné organise des soirées sur la capitale, d'abord à la pointe Lafayette puis depuis presque un an sur la Péniche Cinéma. L'objectif est de créer un melting pot, un lieu d'échange et de partage autour de la culture sound system reggae. Comme nous le dit Anthony lui même " Du moment que vous êtes dans la vibe artistique reggae dub vous êtes les bienvenu(e)s à venir jouer ". En effet vous pouvez être invité à jouer un mardi sur la péniche. " Entre amateurs et vétérans de la scène sound system l'ambiance est à la bienveillance et au plaisir de partager ". C'est l'occasion pour tous d'apprendre de nouvelles choses en toute humilité. Le Neboty Roots Sound System s'est d'ailleurs formé lui-même grâce à l'organisation de ces sessions, qui ont maintenant dépassé la 150ème édition ! Une bonne preuve de la qualité de ces évènements. L'ambiance y est tout particulièrement chaleureuse et elle ne serait pas la même sans le lieu qui va avec : la Péniche Cinéma. Ayant jeté l'ancre sur le Canal de l'Ourcq au coeur du parc de la villette, ce lieu atypique est un réel carrefour de rencontres où se mêlent public et professionnels passionnés. Au programme : des évènements culturels divers et variés ainsi que des projections cinématographiques audacieuses. La Péniche Cinéma, avec son éclectisme et son goetucirc;t de la collaboration sur de multiples projets, est donc un cadre propice aux valeurs que la culture reggae transmet.Depuis mai 2019 les sessions sur la péniche ont pris plus d'ampleur en accueillant notamment Blackboard Jungle (qui reviendront d'ailleurs en force sur la Péniche courant 2020. Stay tuned !). Une belle consécration a également été ressentie au sein de l'orga par la présence de l'un des plus anciens et respectés crew d'Angleterre : les grand du Channel One sound system il y a quelques semaines ; de même avec la venue dernièrement des sud-africains Kebra Ethiopia.Lors de notre entretien, Anthony nous a également annoncé la venu d'Aba Shanti I ce samedi 14 mars d'un show sound system de Queen Omega le 10 avril prochain. Pour résumer le projet se pense en deux temps : les sessions qui ont lieu les mardi soir permettent de faire le plein de bonnes énergies en milieu de semaine. Elles ont une vocation qu'on pourrait qualifier de thérapeutique que ce soit pour l'équipe qui gère les soirées comme pour ceux qui ont besoin d'un break dans une semaine souvent éprouvante. Les vendredis ou samedis, quant à eux, nous offre des prestations de haut vol dans un contexte underground qui ne peut laisser indifférent. Un projet à suivre pour les amoureux de la culture reggae sound system ! BIG UP la team. (webremix.info)


Lion Paw - Interview 'Noashi'

Lion Paw a récemment sorti son premier EP, Noashi, qui signifie "la patte" en japonais ; une référence à son arrière grand-père arrivé sur l'île de La Réunion depuis le continent asiatique dans les années 1920. Cet artiste, fruit d'une longue histoire de métissage nous raconte comment il en est venu au reggae, ses projets et ses espoirs pour l'avenir dans le milieu. Reggae.fr : Lion Paw, peux-tu te présenter ? Lion Paw : Je suis né à Vernon dans l'Eure, mes parents sont d'origine réunionnaise, et sont arrivés en France dans les années 1970/1980. J'ai 30 ans cette année et aujourd'hui je vis sur Cherbourg. J'ai débuté la musique en 2013. Je suis un deejay évoluant dans la dancehall, le reggae et le rap. J'espère, dans le futur, élargir encore plus mes horizons musicaux. Comment as tu commencé dans le ragga dancehall ?J'ai eu la chance de côtoyer Yaniss Odua lors de sa tournée " Moment Idéal ". Je me suis essayé à l'écriture et depuis je n'ai jamais arrêté. Il m'a toujours donné de précieux conseils pour continuer à avancer. Au même moment, en 2013 exactement, alors que j'étais tout neuf dans la musique, je me suis retrouvé à devoir improviser sur une scène reggae dancehall lors d'une fête de la musique à Vernon. J'ai improvisé sur le riddim Intercom, et la foule a vraiment accroché. C'est à ce moment là que je me suis rendu compte que j'adorais la scène. Quelles sont tes principales influences ? Mes principales influences musicales sont bien évidemment Yaniss Odua, Damian Marley, Vybz Kartel et bien d'autres, mais ce sont les principales. Je suis également très influencé par la culture japonaise, j'ai d'ailleurs quelques textes en japonais que je glisse dans mes morceaux. Tu viens de sortir ton premier EP nommé Noashi. Peux-tu expliquer ce titre ? En japonais, Lion Paw se dit " RAION NO ASHI " , j'ai donc repris juste le mot NOASHI qui veut dire " la patte ". C'est vraiment un projet où je présente mon univers créole réunionnais, japonais.. J'ai une profonde attache pour la culture asiatique, premièrement parce que mon arrière grand-père maternel est d'origine chinoise. Il est parti pour travailler à Madagascar dans les années 1920, il a rencontré ma grand-mère et, sont partis vivre à la réunion. Et deuxièmement, j'ai toujours était passionné par le concept MANGA et la culture ancestrale japonaise. C'était important et naturel pour moi de réussir à lier les origines qui constituent mon métissage, à ma musique. Comment as-tu sorti cet EP, explique-nous ton process d'auto-production.C'est une totale auto-production " Paw Family ". Tous les riddims de mon projet viennent, soit de chez LIONS FlOW PRODUCTIONS, qui est basé à Rouen et avec qui je bosse depuis le début. Soit avec les instrus de Asha D, le batteur du Artikal Band. Pour la production des sons, je bosse avec un membre de ma famille qui me booke tout mes rendez-vous en studios, mes dates radios, qui s'occupe de ma promo, aussi de mes clips et de tous mes visuels. Je suis donc parti enregistrer sur Rouen et sur Montpellier toute l'année 2019. Nous avons tourné deux clips : Profond et Real Life l'année dernière. J'ai également fait quelques dates pour promouvoir ce projet, avec mon Selecta Young Lion du Kali Sound System.Quels sont tes projets futurs ?Je prépare mon premier album pour 2021. J'en profiterai cette année pour sortir quelques réalisations vidéos, afin de continuer à faire découvrir le projet. Et si les occasions se présentent, faire un maximum de scènes. As tu des dates de prévues ?A ce jour, quelques dates en préparation, notamment le 29 février en show case au Maupassant dans la ville du Vaudreuil (76) et une autre le 11 avril à Nantes, organisée par le Kali Sound System et quelques autres à venir. Donc nous sommes toujours en recherche intensive de dates pour cette année alors pour les bookeurs et organisateurs: n'hésitez pas à me contacter: Lionpaw974@gmail.comBig Up Lion Paw ! (webremix.info)


Abi by Night 2 Kajeem, Naftaly et Spyrow

Claire Bottier, journaliste à Abidjan, continue de nous faire vivre cette ville la nuit, au son du reggae. Après le premier épisode Abi by Night 1, on la retrouve au Parker Place, haut lieu du reggae en Côte d'Ivoire, qui a vibré samedi 21 décembre dernier à l'occasion d'un concert réunissant sur la même scène Kajeem, Naftaly et Spyrow. Le groupe guinéen Royal Sanké, qui a reçu la Victoire du Reggae du Meilleur album de reggae africain en 2018, a ouvert la soirée avec un reggae new roots totalement envoetucirc;tant et plein d'énergie. La soirée s'est poursuivie avec Spyrow et ses titres qui ont enflammé la scène, puis avec Naftaly qui a livré ses messages d'unité sur un reggae plein de fraîcheur. Kajeem a clôturé cette soirée pleine de good vibes avec ses titres engagés et positifs, portés par un public reprenant ses plus grands morceaux. Kajeem, Naftaly et Spyrow, qui contribuent à la richesse de la scène reggae ivoirienne depuis de nombreuses années, étaient accompagnés par les Kingston Gangstar. Big up aux artistes et au public venu en nombre soutenir ce concert caritatif qui marque la fin de l'année 2019 ! (webremix.info)


Afu-Ra 'Urban Chemistry'

Impossible pour AFU-RA de ne pas puiser dans sa culture hip-hop pour son nouveau projet Urban Chemistry (qui sort ce jour 28 février chez X-Ray Productions). Ancien membre de la GangStar Foundation avec déjà 5 albums au compteur et de belles collaborations avec Ky-Many Marley, RZA et bien d'autres, il vient ici diffuser cette culture et la fusionner avec des effets reggae, jazz et soul en s'associant, sur ces 18 morceaux, à des artistes renommés comme Sizzla, Jah Mason, Keny Arkana, Skarra Mucci, Lord Kossity, Big Shug ou encore Mann. Un album qui débute sur du 100% hip-hop. Sans doute un choix de l'artiste pour nous présenter au mieux son univers de prédilection. Et il le fait très bien en nous offrant une exploration complète de plusieurs facettes du style. Il retourne aux origines même du genre avec des titres bien old school comme Kiss The Pain qui nous berce avec la douceur charismatique de Myriam Sow. D'autres prennent un caractère plus digital tandis que Body's Jumping enchante avec ces belles influences RetB soul apportées par le grain de voix de Celia Kameni. Une première partie où l'artiste chante son amour pour le hip-hop et sa joie d'avoir fait un tel parcours musical comme il le clame dans Veni Vedi Vici et Lyrics Fly avec son partenaire Lord Kossity. C'est dans la seconde partie du projet que débute réellement l'ouverture à d'autres horizons. Et on vous le dit AFU-RA a fait ça bien ! Il a su sélectionner un bon panel d'artistes venant chacun apporter une touche reggae unique et accompagner agréablement son flow percutant et ses textes engagés. Au programme communion hip-hop trap et dancehall sur Firetricity sublimé par la puissance vocale de Sizzla, un dubstep aux drops profonds pour Take Me Along en featuring avec Taïro, un reggae hip-hop très digital pour les titres Therapy avec le flow autant puissant que délicat de LMK et Lion Science aux côtés de SR Wilson. Enfin l'énergique Molecular vient créer la surprise avec un hip-hop reggae sur fond de guitare country où le jamaïcain Jah Mason et le rappeur franco-colombien Sebastian Rocca viennent affirmer leur goetucirc;t pour la musique consciente ! Big Tune on vous le dit ! C'est dans les paroles que l'on retrouve également cette progression dans l'univers reggae. On ne peut en effet pas passer à côtés des babylon et faya burning qui se font plus présents tout comme les mentions d'Haïlé Sélassié et Jah ou bien encore de Charly B qui évoque le plaisir de fumer de l'herbe de qualité dans le titre militant Me et My Sensi. On terminera sur deux belles ambiances à mettre en valeur. Le titre éponyme Urban Chemistry sur fond rock urbain entonné par Keny Arkana qui vient donner une grande force au morceau. Une connexion brulante qui représente la rue aux quatre coins du monde. Enfin, clin d'oeil obligé à Be Stong et I try et ce piano envoutant sur une base hip-hop accompagnant parfaitement la douceur des voix de Dave Dario et Q nous rappelant des sons comme Mockingbird du grand Eminen. Urban Chemistry est un projet progressif qui glisse lentement mais surement du hip-hop au reggae. S'en dégage une belle mixité de par les artistes ayant répondu présents, les thématiques mais aussi par les nombreuses influences qui se côtoient. AFU-RA est un artiste unstopable comme il sait le rappeler en musique et qui mérite d'être suivi de près pour découvrir les surprises qu'il nous réserve à l'avenir. A se procurer d'urgence. (webremix.info)


Big Red - Smockaz

Au fil des années et des sorties, Big Red a réussi le tour de force de se positionner comme l'un des MC les plus respectés de l'hexagone avec une discographie longue comme le bras (entamée en 1995 avec le mythique album éponyme Raggasonic) tout en restant toujours parmi les plus avant-gardistes. Adepte d'un reggae ouvert, Big Red puise ses inspirations dans un tas de courants musicaux différents, demeurant à la page comme il nous l'avait prouvé avec son dernier essai (Vapor) produit en collaboration avec les studios Brigante. Presque quatre ans plus tard, Big Red nous revient, toujours accompagné par le crew Brigante pour un nouvel opus : Smockaz. C'est avec Bad Road que s'ouvre ce nouvel effort, nous replongeant dans cet univers vapor que nous avions tant aimé, un riddim lent et ultra digital aux basses démesurées sur lequel le flow toujours aussi affuté et un peu moins " fast " que d'habitude de Big Red se mêle à merveille au chant voicecodé de Kid Charlemagne. Vient ensuite No Title No Name et son instru si douce qu'elle semble avoir été jouée avec des instruments en coton que va retourner Big Red de son fast style inimitable, grosse claque ! Le chanteur va ensuite nous promener avec des morceaux tous plus travaillés les uns que les autres, comme par exemple le superbe remix de Slow Down en feat avec Damé ou encore Tornado, un pur vapor hyper efficace au refrain plus qu' entêtant. On aura droit à du " lover vapor style " avec des titre comme Belle Etoile et son riddim doux et ultra digital ou encore Ton ennui dans un style aussi embrumé que romantique. Comme sur chacune de ses sorties le hip hop reste l'une des principales influences de Big Red, un style dont on sent particulièrement l'influence le génial Glock in my Eye ou sur Freezer, qui conclut parfaitement cet album.Grâce à Smockaz, Big Red nous offre le second volet d'un chapitre qu'il avait ouvert avec Vapor. Une collaboration Big Red / Telly aux riddims tous plus précis les uns que les autres et sublimés par le flow toujours aussi énérvé du Mc Parisien. Disponible sur toutes les plateformes et en édition limitée double vinyle (incluant Vapor en bonus). Tracklist :1. Bad Road Ft Kid Charlemagne 2. No Title no name3. Slow Down 2 feat Dame4. Glock in my Eye feat Telly5. Ton ennui feat Telly 6. Light Goes On 7. Novemba 8. Tornado9. Belle Etoile feat Telly 10. Freezer feat Adam Paris (webremix.info)


The High Reeds 'Stand Firm'

Le quatuor The High Reeds a sorti le 7 février son dernier album Stand Firm, un projet à la sauce blue reggae qui leur va si bien. Embarquement immédiat pour un voyage aux sonorités roots rocksteady et même dub ! The High Reed nous a concocté une ouverture groovy à souhait avec le titre éponyme Stand Firm avant de nous permettre de savourer, avec Right Or Wrong, une ambiance plus reggae blue dont ils ont le secret. C'est une ambiance rocksteady qui prend ensuite le relais avec une base orgue, guitare et choeurs masculins délicatement amenée sur le titre Along Your Way. On apprécie ce doux plongeon aux temps glorieux d'UB40 et l'époque Studio One. Un bel hommage aux fondations du genre et preuve que dans ce projet profond et harmonieux peuvent souffler des airs d'antan sans pour autant perdre en modernité et fraîcheur.On se régale déjà depuis trois titres quand on découvre la très belle entrée jazz de Stronger Than Lies offerte par le maîtrisé combo saxo trompette de David Massal et Thomas Leroux. Christophe Rigaud vient ajouter une encore plus grande profondeur à ce décor avec son timbre grave (merci le grain corse) et ses mots inspirants à toujours se relever et rester fort malgré tout. " Up and down but never down / stand up strong ".On enchaine sur All We Need un pur morceau reggae tant dans ses sonorités que dans son fort message. C'est l'association batterie basse et percu de Under The Storm, dans la même veine que Black Tree qui nous accompagne ensuite avant d'être emportés par l'avant dernier titre de cet album : Another Door, une balade acoustique savoureuse.On attribue une mention spéciale à l'agréable surprise concoctée par Pilah (big up) sur la version dub de Under The Storm qui vient clôturer l'album tout en énergies dub steppa. Fort de ses origines variées, la team de The High Reeds a su en tirer le meilleur. Afrique, Corse, Caraïbes et même une touche anglaise se marient ici à merveille pour offrir un voyage sur fond de soul, jazz, reggae, rocksteady, blues et dub. Passionnés tout autant que leur musique est passionnante, The High Reeds ont fait de Stand Firm un album frais qui ne connaît pas de frontières, tout comme son groupe. (webremix.info)


Takana Zion @ New Morning

L'artiste guinéen Takana Zion se produisait en concert au New Morning à Paris le 22 janvier dernier. Cela faisait quelques années que l'on n'avait pas revu le chanteur sur une scène parisienne. Nous avons même eu la chance de nous entretenir avec lui avant le concert, pour parler de son album à venir notamment. Diaporama des plus belles photos de cette soirée avec les images de Philippe Campos : (webremix.info)


Liens : Artistes et Groupes de Reggae

reggaetom-comReggaetom.com

Toute l'actualité du reggae francophone : roots, ska, dub, ragga / hip-hop. Chroniques d'albums et de concerts, interviews, mp3, agenda, annuaire reggae...


boomblast-comBoomblast.com - Reggae Dancehall Live Radio

Boomblast est la première webradio basée en France à diffuser 24/24h et 7/7j du dancehall jamaïcain.


jahmusik-netjahmusik.net

Le premier webzine reggae ragga ska Dub.
Pationnés de reggae, retrouvez toute l'actualité du reggae ragga ska dub, des interviews, les news de Jamaique, des dossiers, des MP3, des cadeaux, les dates des concerts, les charts.


thekikoowebradio-comThe Kikoo Web Radio

The Kikoo Web Radio est une association qui à pour but de développer une Radio à tendance Reggae, Ska, Dub


reggae-frReggae.fr

Reggae.fr, le magazine reggae, toute l'actualité reggae, dancehall, ragga, dub, uk, kreyol. Agenda des concerts et festivals reggae, Reggae Tv et Reggae radio. Les mixs de mighty Sté en exclu et toutes les bonnes vibes.


webadub-comWEBADUB FM fwi radio

La radio et tele qui dit tout sur le reggae le dance hall local et international avec des clips et du son 24/24H.Vous pourrez acceder au tchat gratuit et ecouterez les nouveaux son de l'undergrounds Et surtout nos recettes itals les meilleures du net.


reggaefrance-comReggaefrance.com

Retrouvez la référence reggae-ragga, nombreuses interviews d'artistes jamaiquains & français, des nouveaux titres à l'écoute quotidiennement. Découvrez les nouvelles sorties 45t (écoute) et CD (chroniques). Chaque semaine, les news sur le reggae & le ragga. Une emission de radio est rediffusée chaque semaine. L'agenda des concerts et des sounds systems Paris et Province.


reggaelive-fr-stReggae made in Côte d'ivoire

Toutes les informations sur le reggae made in Côte d'Ivoire(Actualités,concerts, et bien d'autres...)



Vous pouvez Soumettre un Lien dans cette catégorie