Artistes et Groupes de Reggae

Pays : Jamaique

Exemples de morceaux representatifs de Reggae



Artistes ou Groupes

340ml(2)[video]  -  Abdel Wright(1)  -  Abdou Day(2)  -  Abdoul Jabbar(1)  -  Abega(3)  -  Abijah(3)  -  Adioa(4)[infos]  -  Admiral Bailey(4)  -  Adrien Bass(1)  -  African Brothers(3)  -  African Bush Doctor(0)[video]  -  African Head Charge(17)[infos]  -  Agana(1)[video]  -  Ahmed Faras(0)  -  Akwe(0)  -  Al Campbell(11)  -  Al Pancho(1)  -  Albert Griffiths(0)  -  Alex Kajumulo(1)  -  Alpha Blondy(25)[infos][audio][video]  -  Alpha Mim(1)  -  Alpha Oméga(1)  -  Alpha Rowen(1)[video]  -  Alpha Wess(1)  -  Amazulu(8)  -  Andrew Tosh(4)  -  Anguilé(1)  -  Annette Brissett(1)  -  Anthony B(21)[infos][video]  -  Anthony Johnson(2)  -  Apple Gabriel(4)  -  Arkaingelle(1)  -  Asher Senator(1)  -  Askia Modibo(1)[infos]  -  Aston "Family Man" Barrett(2)  -  Aswad(28)[video]  -  Augustus Pablo(33)[infos]  -  Aziz Wonder(0)[infos]  -  Babadi(5)[video]  -  Baby G(1)  -  Back Jardel(1)  -  Backom(2)  -  Baco(5)[infos][video]  -  Bafing Kul(1)  -  Baloji(1)  -  Baraka Oyuru(1)  -  Barbara Jones(0)  -  Barrington Levy(37)[video]  -  Barrington Spence(3)  -  Barry Brown(4)  -  Baster(12)[video]  -  Bee Pasteef(1)  -  Benjam(6)[video]  -  Benz'n(1)  -  Beres Hammond(28)[infos][video]  -  Big Youth(23)[infos][video]  -  Billy Boyo(2)  -  Bim Sherman(25)[infos]  -  Bingui Jaa Jammy(4)[infos][video]  -  Black Medio(0)  -  Black Roots(6)  -  Black Uhuru(34)[infos]  -  Bob Andy(5)  -  Bob Dahilou(1)[infos]  -  Bob Marley & The Wailers(11)[infos][video]  -  Bobby Ellis(2)  -  Brigadier Jerry(6)  -  Brother Ayouba(1)[video]  -  Buju Banton(19)[infos][video]  -  Bunny Wailer(26)[infos]  -  Burning Spear(41)[infos][video]  -  Burro Banton(3)[infos]  -  Bushman(11)[video]  -  COUP SEC(1)  -  Capleton(20)[infos][video]  -  Carl Harvey(1)  -  Carlene Davis(7)[infos]  -  Cedric "Im" Brooks(5)  -  Cedric 'Congo' Myton(3)  -  CeePee(1)  -  Chaka Demus & Pliers(8)[infos][video]  -  Charlie Chaplin(10)  -  Chata Addy(2)  -  Chezidek(4)[infos]  -  Chow Panachie(1)  -  Chrisinti(2)  -  Clancy Eccles(3)[infos]  -  Cliff Brown Tchiepi(0)  -  Clint Eastwood(3)  -  Clinton Fearon(9)  -  Clive Hunt(1)  -  Cocoa Tea(39)[infos]  -  Cornell Campbell(16)[video]  -  Cultural Roots(2)  -  Culture(32)  -  Défoul' la mêm(4)  -  Daddy Freddy(11)  -  Daddy Nuttea(5)[infos]  -  Daddy Rings(3)  -  Damian Marley(4)[infos][video]  -  Daweh Congo(7)  -  Deïdo Tree(0)  -  Dean Fraser(9)[infos]  -  Delroy Washington(2)  -  Delroy Williams(1)  -  Delroy Wilson(10)[infos]  -  Dennis Brown(90)[infos][video]  -  Dezarie(3)  -  Diana Rutherford(1)  -  Didyé Kérgrain(1)  -  Dillinger(9)  -  Dj Dan(2)  -  Djama(4)[video]  -  Djos Kezo(0)  -  Dolé(0)  -  Don Carlos(1)  -  Doniki(1)  -  Dr Mooch(1)  -  Dr. Alimantado(8)  -  Dread Maxim(2)  -  Earl Chinna Smith(3)  -  Earl Sixteen(5)[infos]  -  Earth and Stone(1)  -  Eek a Mouse(16)  -  Elie Kamano(1)[video]  -  Elijah Prophet(1)  -  Empress Ayeola(1)  -  Energy Crew(1)  -  Eric Donaldson(14)  -  Ernest Ranglin(13)  -  Etana(1)[video]  -  Fôô Fanick(0)[video]  -  Fac Alliance(3)[video]  -  Fadal Dey(0)[video]  -  Frankie Paul(7)[infos]  -  Freaky Joe aka Sing'A'Teh(1)[video]  -  Fred Locks(3)  -  Freddie Mc Gregor(41)  -  Ganga Vibes(0)  -  Garnett Silk(8)[infos]  -  Gato Negro(1)  -  General Degree(3)  -  Gladstone_Anderson(3)  -  Glen Washington(16)  -  Gondwana(5)  -  Guya Tchendo(0)  -  Gyptian(5)[video]  -  Half Cast(0)[video]  -  Harry Mo(1)  -  Hass Keita(0)  -  Hass Mosa(2)[video]  -  Hoba Hoba Spirit(0)[infos]  -  Horace Andy(44)[infos][video]  -  Horace Martin(3)  -  Hugh Mundell(8)  -  I Roy(17)[video]  -  I-Three(2)  -  Ijahman(24)  -  Inner Circle(21)[infos]  -  Innocent Galinoma(1)[video]  -  Ismaël Isaac(7)[infos][video]  -  Ismaël Wonder(1)  -  Israel Vibration(33)[infos][video]  -  Jackie Mittoo(29)[infos]  -  Jacob Miller(8)[infos]  -  Jah Cure(5)[infos][video]  -  Jah Lion(1)  -  Jah Lloyd(3)[infos]  -  Jah Mali(2)  -  Jah Mason(11)[infos]  -  Jah Milk(1)  -  Jah Nesta(1)  -  Jah Prince & The Prophets Band(1)  -  Jah Shaka(17)[infos]  -  Jah Stitch(4)[infos]  -  Jah Woosh(2)  -  Jah'Key Malle(0)  -  Jahel(0)  -  Jahwise(3)[video]  -  Jamadom(2)  -  Jede I Tafari(0)[video]  -  Jerry Jheto(1)  -  Jhiko Manyika(3)  -  Jim Kamson(1)  -  Jimmy Cliff(35)[infos]  -  Jimmy Riley(14)  -  Joe Gibbs(7)  -  Joe Higgs(3)[infos]  -  John Chibadura(7)[infos]  -  John Holt(42)  -  Johnny Clarke(8)[infos][video]  -  Joseph Cotton(8)  -  Josey Wales(3)  -  Judy Mowatt(10)[infos]  -  Julian Marley(4)[infos]  -  June Lodge(2)  -  Junior Delgado(23)[infos]  -  Junior Kelly(9)[infos][video]  -  Junior Murvin(3)[infos]  -  Junior Reid(19)[infos]  -  Justin Hinds(7)[infos]  -  Kajeem(2)[video]  -  Kalash(3)  -  Kaliroots(2)  -  Kalory Sory(1)  -  Kana(2)  -  Keith Hudson(11)  -  Ken Boothe(35)  -  Kiddus I(3)[infos]  -  King David(1)  -  King Sounds(7)  -  Kizito(2)[video]  -  Koko Dembele(1)  -  Kom'Zot(4)  -  Kuami Mensah(0)[video]  -  Kulcha Far I(3)  -  Kussondulola(6)[video]  -  Kwame Bediako(3)  -  Ky Mani Marley(1)  -  Kâyamanga(1)  -  Larry Cheick(1)  -  Lee "Scratch" Perry(22)  -  Leroy Brown(1)  -  Leroy Smart(6)  -  Linton Kwesi Johnson(15)[infos][video]  -  Linval Thompson(3)[video]  -  Little John(4)  -  Little Roy(7)[infos]  -  Lord Of Ajasa(1)  -  Luciano(41)  -  Lucky Dube(20)[infos][audio][video]  -  Lutan Fyah(11)  -  Lyricson(3)[video]  -  Macka B(17)[infos]  -  Mad Cobra(7)  -  Madoxx(0)  -  Maiko Zulu(1)  -  Majek Fashek(4)[infos][video]  -  Manleo(1)  -  Marcel Salem(2)[video]  -  Marcia Aitken(1)  -  Marcia Griffiths(18)[infos]  -  Marlaoui(0)  -  Marlon Asher(2)  -  Marloy(1)  -  Maroghini(2)[infos]  -  Mawana Slim(1)  -  Max Romeo(29)[infos]  -  Maxi Priest(13)  -  Mc Duc(1)  -  Merger(1)[video]  -  Message Roots(1)  -  Michael Prophet(21)[infos]  -  Michael Rose(27)[video]  -  Michael Smith(1)  -  Michel Legris(0)[video]  -  Mikey Dread(21)[infos]  -  Mikey General(2)  -  Mikey Ras Starr(1)  -  Mikey Spice(6)  -  Milton Henry(1)  -  Mireille Tikry(0)[video]  -  Misty in Roots(9)[infos]  -  Mo'Kalamity(2)  -  Momo Roots Soumah(1)  -  Morgan Heritage(14)[infos][video]  -  Moses I(1)  -  Muinguilo(2)  -  Mutabaruka(12)[infos]  -  Mystic Man(1)  -  NNeka(6)  -  NZH(0)[video]  -  Naftaly(1)  -  Nasio Fontaine(5)[infos][video]  -  Nasty D(6)  -  Natty Dread Reunion(4)  -  Nazarenes(3)  -  New Breed(1)  -  Nicy(1)  -  Nikko(4)  -  Niominka-bi(6)[infos]  -  Norris Reid(2)  -  Nuttea(10)[infos]  -  Nyala(1)  -  Nzela(2)  -  O'Yaba(5)  -  Olmyta(0)[video]  -  Pablo Gad(1)  -  Pablo Moses(15)[infos][video]  -  Pach Jahwara(0)  -  Papa San(11)[infos]  -  Paps Natty General(0)  -  Patra(2)[video]  -  Patrick Persée(4)[video]  -  Peter Broggs(9)[infos]  -  Peter Tosh(17)[infos][video]  -  Peterside Ottong(2)  -  Philip Toussaint(1)  -  Poglo(4)  -  Prince Alla (Prince Allah)(13)[infos]  -  Prince Far I(19)[infos]  -  Prince Jazzbo(1)[infos]  -  Prince Lincoln Thompson(5)  -  Prince Osito(0)  -  Queen Ifrica(2)[video]  -  Queen Omega(4)  -  Racine des Iles(1)  -  Ramses De Kimon(1)[infos]  -  Ranking Dread(3)[infos]  -  Ranking Joe(2)[infos]  -  Ras Amadeüs Bongo(1)  -  Ras Dumisani(2)[infos]  -  Ras Elia Hassou(0)  -  Ras Ly(0)[video]  -  Ras Natty Baby(6)[video]  -  Ras Naya(0)  -  Ras Noël(5)  -  Ras kimono(2)  -  Rasbawa(4)  -  Rass Kwame(1)  -  Rass Shiloh(5)  -  Richie Spice(7)[infos][video]  -  Rico Rodriguez(4)[infos]  -  Rita Marley(6)[infos]  -  Rocky Dawuni(5)[infos]  -  Rod Taylor(2)  -  Rootz Underground(2)  -  Salim Jah Peter(1)  -  Sally Nyundo(0)[video]  -  Salone Ishmael(2)  -  Salone JR(1)  -  Samx(4)  -  Saël(4)[video]  -  Scientist(13)  -  Sean Paul(7)[infos]  -  Selasee Atiase(1)  -  Serges Kassy(3)[video]  -  Seyni & Yéliba(2)  -  Shasha Marley(1)  -  Sistah Mad'Ness(0)  -  Sister Carol(7)[infos][video]  -  Sizzla(36)[infos][video]  -  Sly & Robbie(24)  -  Soumaïla Diarra(0)[infos]  -  Spraggy(1)  -  Steel Pulse(18)[infos]  -  Stephen Marley(3)[video]  -  Taj Weekes(3)  -  Takana Zion(4)[video]  -  Tangara Speed Ghôda(2)[video]  -  Tanya Stephens(5)[infos][video]  -  Tarrus Riley(3)[video]  -  Tatu Clan(1)[video]  -  Teba Shumba(0)[video]  -  Teezy(1)  -  Terry Linen(3)  -  The Abyssinians(11)[infos][video]  -  The Aggrovators(13)  -  The Black Missionaries(0)[video]  -  The Chantells(1)[infos]  -  The Congos(13)[infos]  -  The Ethiopians(11)[infos]  -  The Gladiators(40)  -  The Heptones(16)[infos][video]  -  The Itals(10)[infos]  -  The Mandators(1)  -  The Meditations(9)[infos]  -  The Melodians(5)  -  The Mighty Diamonds(38)  -  The Mighty Three's(1)  -  The Rastafarians(1)[infos]  -  The Royals(2)  -  The Slickers(2)[infos]  -  The Tamlins(8)  -  The Twinkle Brothers(45)  -  The Viceroys(5)  -  The Wailers(11)  -  Third World(18)  -  Tiken Jah Fakoly(12)[infos][video]  -  Tommy McCook(15)[infos]  -  Tommy T(1)  -  Tony Roots(1)  -  Tony Tuff(20)  -  Toots and the Maytals(27)  -  Trinity(6)  -  Triston Parmer(1)  -  Turbulence(11)  -  U Brown(5)  -  U Roy(22)  -  V Santym(0)  -  VIB(1)  -  Vagabond Squad(0)  -  Valley(2)  -  Vickson(0)[video]  -  Waby Spider(3)  -  Wailing Roots(1)  -  Wailing Souls(18)  -  Wailing Souls(10)[video]  -  Wanamah(0)  -  Warrior King(3)  -  Wayne Wade(3)  -  Welton Irie(6)  -  Willie Williams(4)  -  Winston Jarrett(6)  -  Winston Mc Anuff(6)  -  X-MAN(1)  -  Yabby You(9)[infos]  -  Yami Bolo(13)  -  Yaya Yaovi(1)[video]  -  YeahmanC(2)  -  Yellowman(56)[infos][video]  -  Yongy Lorenzo(0)  -  Youss Nassa(0)[video]  -  Zêdess(3)[video]  -  Zed-I(1)  -  Zhou-Mack(1)  -  Ziggy Marley(17)[infos]  -  Zoanet Comes(4)  -  

Compilations

Afro Reggae Party(1)  -  Dancehall Nice Again(3)  -  Fly African Eagle(1)  -  Planete Reggae(1)  -  Raggae Gold(10)  -  Raggae-Kolor(1)  -  Reggae Africa(1)  -  Reggae Meets Africa(1)  -  Reggae Over Africa(1)  -  Sun Splash(0)  -  

Actualité : Artistes et Groupes de Reggae

Bordeaux Dub School #16

Pour cette 16ème Bordeaux Dub School, le Wandem Sound System avait invité O.B.F pour un meeting où chacun avait ramené 8 scoops au Rocher de Palmer ; on vous fait revivre cette belle soirée.On entre donc dans la salle alors que le Wandem est en train de jouer Firy Sound d'Askan Vibes, un recut très réussi du Cuss Cuss Riddim dont la face B sera sublimée par les mélodies de fletucirc;te tibétaine et de coquillages de Fransax (ex Improvisators Dub et membre de la Hornsmen Section) ; quel accueil ! Les artistes et leurs machines sont au pied de la scène sur laquelle a été disposé un imposant décor aux couleurs de la Dub School signé Relaksone OG. Ce dernier réalisera d'ailleurs un graff aux couleurs d'O.B.F tout au long de la soirée.Iris (selecta du Wandem) va nous offrir un warm up géant qui commence assez roots, les perles pleuvent : Blind Eye de Young Kulcha (récemment pressé sur le label Conscious Embassy) ou encore le Signs de Ramon Judah et sa sublime version instrumentale signée des Makating Horns. Nous allons ensuite avoir droit à un véritable moment de grâce, Fransax est assis au bord de la scène sous une petite lampe qui le met en lumière, son sitar posé sur les genoux, il lance la petite boîte à rythmes aux sonorités indiennes qui l'accompagne et commence à gratter les cordes de son instrument fantastique. Ambiance mystique assurée ! Iris lance un riddim discret mais efficace, les basses se mettent à gronder, c'est magique. Le ton monte doucement, les premiers gros steppers se font entendre, et le Wandem va livrer un public chauffé à bloc aux invités d'honneur en balançant une dernier dubplate hyper efficace signé I Tist.C'est donc au tour d'O.B.F de se mettre aux machines, le crew est venu au grand complet avec Charlie P, Shanti D et Sr Wilson pour reprendre les versions, et ça commence avec un recut du célèbre morceau de Black Uhuru qui se transforme en "Guess Who's Coming to Dinner : O.B.F Sound" ! L'ambiance continuera à monter jusqu'à l'heure du karaoké géant : le clip de Part of my Life est projeté sur un écran et Shanti D reprend les paroles, bien aidé par le public, un pur moment de délire. Rico va ensuite enchaîner les big tunes : Family de Charlie P, Babylon a Fall de Joseph Lalibela, ou encore plusieurs extraits de la A1 Mixtape pour finir sur un dubplate de folie issu de la collaboration O.B.F / Iration Steppas.La soirée va se cloturer avec un mini Dub Fi Dub où le Wandem va faire exploser la salle avec un nouveau dubplate d'I Tist toujours aussi lourd avant que Rico ne lui réponde avec le terrible Akufen.Encore une bien belle soirée qui vient cloturer cette saison pour les Bordeaux Dub Schools. Vivement la rentrée ! (webremix.info)


Natural High Dubs et Marcus I - EP

Cofondateur et clavier du groupe High Tone, Natural High Dubs s'essaye à une première sortie en solo dès 2009 avant de nous offrir plusieurs productions sur les différents opus de Dub Invaders. Après un premier projet en quatre partie entre 2017 et 2018 (Inna Wild Style), le dubmaker lyonnais nous revenait le 11 mars dernier avec Sweet et Rough, un EP produit en collaboration avec le chanteur espagnol Marcus I .etCcedil;a commence fort avec We Shall Overcome, un stepper puissant aux sonorités digitales sur lequel on découvre avec plaisir la voix de Marcus I. On reste ensuite dans du gros stepper aux basses surdimensionnées avec des morceaux comme Dread Dragon ou Faya Fi Dem sur lesquels le chanteur ibérique et son flow affuté font à chaque fois mouche. Natural High Dubs propose ensuite Run Fi Cover, une nouvelle version chantée de son hyper efficace Blacksmith Dub (que l'on retrouvait sur Inna Wild Style part1). Marcus I lâche même le micro pour prendre le mélodica sur Blacksmith Dub Melodica, un riddim sauvage fruit d'une collaboration avec les toulousains de Zongo Sound qui vient conclure à merveille cet EP.Avec Sweet et Rough, Natural High Dubs nous montre une fois de plus qu'il est l'un des dubmakers qui compte sur la scène dub hexagonale tout en nous présentant un jeune artiste dont on n'entend pas assez parler. Et leur collaboration ne s'arrête pas là puisqu'ils ont sorti ensemble un vinyle 7 pouces sur le label Berry's Records le 3 avril dernier. Step By Step offre une ambiance plus roots tout en gardant l'univers dub tranchant du producteur lyonnais.Tracklist : 1. We Shall Overcome 2. Steel Chains3. Dread Dragon 4. Faya Fi Dem 5. Run Fi Cover6. Warriors7. Blacksmith Dub Melodica (webremix.info)


10 titres pour parler de l'esclavage

Aujourd'hui, 10 mai, est la Journée commémorative du souvenir de l'esclavage et de son abolition. On vous propose de vous plonger dans 10 titres de la culture reggae essentiels quand il s'agit d'aborder ce thème sombre de l'histoire humaine et cher aux valeurs que porte cette musique. Burning Spear - Slavery DaysIl s'agit du deuxième morceau de Burning Spear produit par Jack Ruby. Le premier étant Marcus Garvey, voilà deux hits enchaînés coup sur coup et qui aboutiront carrément à l'album mythique Marcus Garvey. Slavery Days incarne parfaitement la musique de Spear : des sonorités africaines, des cuivres entêtants, une voix perçante, des lyrics simples et un engagement sans faille pour la cause noire. "Vous souvenez-vous de l'époque de l'esclavage ?" nous demande l'artiste sur un riddim joué par les Black Disciples avec notamment Earl "Chinna" Smith et Robbie Shakespeare. Aujourd'hui, c'est l'occasion ou jamais de s'en souvenir... Culture - Too Long In Slavery"Cela a duré trop longtemps" se plaint Joseph Hill sur ce titre de 1979 qui figure sur l'album mythique "International Herb". Culture interprètera même cette chanson dans l'une des fameuses John Peel Sessions sur la BBC et "Too Long In Slavery" deviendra le titre d'un best of du groupe sorti en 1990 chez Virgin. Peter Tosh - 400 YearsPeter Tosh aborde notamment le sujet de l'esclavage avec justesse dans le célèbre 400 Years crédité à Bob Marley et The Wailers sur l'album Catch A Fire en 1973, le premier de la carrière du groupe produit par Chris Blackwell. Si l'album, et donc cette chanson, sont crédités à Bob Marley et The Wailers c'est parce que le producteur a déjà compris que Bob serait la vraie star de ce groupe. Mais c'est bien Peter Tosh qui s'illustre sur ce morceau essentiel de la discographie du groupe dont la version originale date en fait de 1970, trois avant la parution de la version roots sur l'album Catch A Fire. The Abyssinians - Declaration of RightsProduit par Coxsone en 1976 et paru sur le mythique album Satta Massa Gana, Declaration Of Rights est un véritable hymne pour la diaspora africaine. Les voix des Abyssinians respirent la souffrance endurée par le peuple noir durant les 400 ans d'esclavage menés par le système colonial. Les harmonies sont parfaites et la voix de Bernard Collins, tremblante, ne peut laisser personne indifférent. "Get up and fight for your rights, my brothers..." Sans oublier bien setucirc;r, les quelques autres classiques suivants : Bob Marley - Get Up Stand Up Junior Byles - A Place Called Africa The Mighty Diamonds - Africa Gregory Isaacs - Slave Master Il ne faut pas non plus oublier les morceaux dénonçant l'esclavage moderne que subit l'homme dans nos sociétés actuelles, l'esclavage mental imposé par Babylon :Busy Signal - Modern Day SlaveryKabaka Pyramid - Never Gonna Be A Slave (webremix.info)


Mellow Mood @ New Morning

Les jumeaux italiens de Mellow Moodétaient en tournée en France en avril. Ils passaient notamment par la belle salle du New Morning à Paris le 24 afin de défendre leur album Large sorti il y a tout juste un an. Diaporama de nos plus belles photos : (webremix.info)


Jamie Rodigan - Interview

Dans la famille Rodigan, nous demandons le fils ! Jamie, rejeton du célèbre selector et animateur radio londonien David Rodigan, est DJ et producteur (tout comme son frère Oliver aka Cadenza). Ce citoyen britannique d'origine anglo-jamaïcaine est evidemment tombé sur les platines dès son plus jeune âge. Outre ses activités de DJ qui l'ont déjà mené au Rototom Sunsplash, à l'Overjam Festival en Slovénie ou au Carnaval de Notting Hill, il vient de produire trois titres sur le premier EP de Tinez (artiste dancehall de Londres) sous le nom Crate Classics (son duo avec Aaron Horn, le fils de Trevor Horn qui n'est autre que le guitariste des Buggles, auteurs du cultissime Video Killed the Radio Star). Plutôt axé dancehall sur ses productions, Jamie n'en est pas à son coup d'essai. Il avait déjà sorti l'année dernière le titre Expensive Body de Don Andre et deux tracks sur l'album C13AZY BASS de Lei Di Dai. Bon sang ne saurait mentir, on peut donc gager que son avenir sera radieux et productif et qu'il nous concoctera pour bientôt de nouveaux sons. On attend notamment des collaborations avec Suns of Dub et The Skints. Rencontre.Reggae.fr : Qui es-tu exactement ?Jamie Rodigan : Je suis un DJ londonien de reggae dancehall et je fais aussi de la production depuis cinq ans sous le nom de Crate Classics avec mon binome Aaron Horn. En parallèle j'anime aussi un show radio tous les jeudis de 19h a 21h sur Reprezent Radio.En tant que DJ, quels genres de reggae joues-tu ?Je suis très large, je joue un peu tous les styles de reggae dancehall et même de l'afrobeat. Evidemment je promotionne beaucoup la nouvelle scène UK.En ce qui concerne la production, tu bosses en ce moment sur un EP pour Naomi Cowan n'est-ce pas ?Tout à fait ! etCcedil;a sort bientôt ! Je bosse aussi sur un single avec Capleton enregistré en Jamaïque et je viens de sortir des prods avec des MCs d'ici: Big Zeeks et Don Andre.Et pour les styles d'instrus ?Je suis évidemment plus connu pour des prods reggae et dancehall mais je taquine aussi les beats hip-hop ou afro.Comment est née cette vocation ?Plus jeune j'ai commencé a bricoler à la maison avec les platines de mon père. Mais j'ai mis du temps à vraiment me mettre à fond dedans. J'étais plus intérressé par le foot, il fallait aussi que je poursuive mes études, d'ailleurs c'est l'Université qui m'a donné l'occaz d'être plus assidu et de me professionnaliser en tant que DJ. J'y suis devenu le gars qui mixait à toutes les fêtes étudiantes. Mon père m'a toujours encouragé tout en me mettant en garde sur les pièges et les difficultés du métier.Est-ce une pression d'être le fils de David Rodigan ?C'est marrant beaucoup de gens me posent cette question ! Pas vraiment en fait. En tout cas je ne l'ai jamais ressenti. Moi j'aime juste la musique passionnément, c'est un cheminement naturel même si setucirc;rement influencé par la famille dans laquelle j'ai grandi. En tout cas je ne me pose pas la question et je ne me voyais pas faire autre chose que de la musique.Et en ce qui concerne les soundclashs, c'est une discipline que tu pratiques ?Oui même si ce n'est pas ma principale activité, ça arrive de temps à autres. J'ai d'ailleurs déjà clashé avec mon père.Tu as clashé ton père ?Non (rires) !!! J'ai clashé avec lui, dans son équipe je veux dire. J'étais son selector en 2008, pour le UK Cup Clash, il y avait Bass Odyssey, Jaro et Mighty Crown c'était le top. Plus récemment j'ai fait le Dancehall VS Soca qui n'est pas à proprement parler un clash traditionnel mais plus du tag team, des DJs dancehall contre des DJs soca un peu à la façon du Redbull Culture Clash.Quelle est la perception du métier de DJ ici à Londres ? Est-ce pris au sérieux ?Oui carrément. Comme tu as pu le voir, ici la musique est partout, n'importe quel petit bar a un système de son propre et efficace. De plus, il y a une vraie tradition ici de DJ de radio donc c'est clairement considéré comme un vrai métier pas un truc de saltimbanque. Evidemment il faut avoir le talent et la passion mais après il y a beaucoup d'opportunités pour t'en sortir. Certains diront que c'est un peu saturé car il y a beaucoup de soirées mais moi j'y vois juste encore plus de possibilités de jouer. Londres est une ville immense avec plein de gens, plein de musiques différentes et donc plein d'endroits pour danser et jouer. C'est aussi une vraie mission surtout quand tu fais de la radio. Tu te dois de représenter la richesse des nouvelles scènes et des talents émergents. Et si tu peux aider à lancer des carrières c'est le top !Quel a été le déclic pour passer de DJ à producteur ?Plus jeune j'avais téléchargé le logiciel Fruity Loop pendant mes temps libres et j'y ai pris goetucirc;t. etCcedil;a m'a ouvert une autre dimension et permis d'aller plus loin dans la création que le deejaying pur. En prod, tu peux bosser en équipe, c'est moins solo. J'aime cette vibe de groupe, ça me rappelle le foot.Quelles sont tes techniques de prod ?On se sert de tout ce qui est à notre portée : beaucoup de sampling, j'aime sampler les classiques, et on enregistre aussi des musiciens live pour ajouter des lignes chaudes et vivantes, le tout couplé à des machines bien setucirc;r.Quelle est ta semaine type ?Vu que j'ai un show radio hebdomadaire ça demande beaucoup de préparation et d'écoutes afin d'avoir l'oreille sur toutes les sorties. Je suis aussi 2/3 jours dans mon studio à bosser, créer, peaufiner, trouver de nouvelles idées. On discute beaucoup stratégie aussi avec mon associé. Et le week-end je suis à droite à gauche pour jouer. La vie de DJ/producteur quoi ! (webremix.info)


T.Broussard Release Party From the Bush

Thomas Broussard a sorti le très bel album From the Bush le 12 avril dernier sur lequel il a invité du beau monde pour des titres reggae soul puissants et émouvants (Ben l'Oncle Soul, Daara J Family, Queen Omega, Pierpoljak, Beat Assaillant...). La veille, le guitariste fêtait en grande pompe ce premier effort à La Marbrerie de Montreuil avec un groupe au complet composé de ses acolytes du Homegrown Band et quelques invités de marque : Pierpoljak, Ben l'Oncle Soul, Merlot, Mani Hoffman, Ellen Birath, Joss Bari et N8ture. Le warm-up était assuré par Demolisha Deejayz et le live de Thomas et ses guests a été ponctué des visites surprises de Beat Assaillant, Taïro, Jahill, Wonda Wendy et Queen Omega ! Retour en images avec les clichés de Franck Blanquin. (webremix.info)


Ganja playlist spéciale 420 Day

Aujourd'hui c'est le 420 Day, proclamé journée internationale des fumeurs de weed. Référence anglo-saxonne à l'heure de l'après-midi 4h20, propice pour fumer un joint, elle est par extension devenue à la fois un terme pour désigner les rassemblements pro-cannabis, mais aussi une date (le 20 avril, prononcé "four twenty" en anglais, ou 4/20) à laquelle on célèbre le cannabis et la contre-culture qui l'entoure. Reggae.fr vous offre une playlist spéciale ganja pour accompagner votre journée et éventuellement votre spliff. Pas la peine d'attendre 16H20 pour jouer ces sons. A consommer sans modération !Max Romeo - My Jamaican CollieSi les Gaylads chantaient les mérites des femmes jamaïcaines en 1971 (My Jamaican Girl), Max Romeo semblait préférer la weed malgré son pseudo de charmeur. L'auteur du tube War Ina Babylon chipe aux Gaylads leur mélodie et remplace les filles par la ganja en 1973 sur My Jamaican Collie. "J'ai voyagé partout dans le monde et j'ai fumé plein de variétés d'herbes. Mais de toutes les weeds que j'ai fumées, c'est celle que je préfère. C'est mon herbe jamaïcaine". La Jamaïque semble donc abriter la meilleure weed et les plus belles femmes du monde si l'on en croit nos artistes reggae. Deux raisons de plus d'aller visiter l'île...Black Uhuru - Sinsemilia"I've got a stalk of sinsemilia growing in my back yard !" Michael Rose avoue en musique et sans honte cultiver de la marijuana et livre avec Black Uhuru un énième hymne à la ganja avec ce Sinsemilia, classique indémodable. Nous sommes en 1980 et Black Uhuru est en train de vivre sa période la plus productive tandis que le reggae est en pleine période charnière. Le son de Channel One prend le dessus et le reggae roots s'aventure dans des sons plus lourds, plus profonds. Sly et Robbie sont les responsables de ce puissant basse-batterie typique du roots des années 80 qui prend tout son sens sur ce Sinsemilia. Michael Rose, au lead vocal, y expose tous les bienfaits de son herbe préférée et Duckie Simpson et Sandra Puma Jones accentuent ses propos de leurs harmonies plaintives. Un moment de grâce agrémenté d'une petite dédicace à Peter Tosh en fin de morceau, lui qui a souvent été persécuté à cause de son combat pour la décriminalisation de la marijuana.Peter Broggs - International FarmerL'hymne par excellence de tous les cultivateurs de ganja. Peter Broggs fut le premier artiste à signer sur le label américain Ras Records. Son hit International Farmer aura droit à deux versions, chacune présente sur des albums distribués par Ras Records. La version originale date de 1982 avec les Roots Radics au backing band, sur l'album Rastafari Liveth. Très épurée, sans artifice, cette version est un véritable roots killer qui aura droit à une deuxième jeunesse dans les années 2000 avec le riddim reboosté par les Français de Furybass qui feront notamment poser Million Stylez avec le bretucirc;lant Move From On Yah (autre ganja tune très réussi). La deuxième version est présente sur l'album Rise And Shine, sorti en 1985. Cette fois, ce sont les Wailers en personnes qui se chargent du riddim. Le mix est plus précis, les arrangements et harmonies plus travaillés et le résultat tout aussi convaincant.Triston Palmer - Joker Smoker"Dem a joker smoker !" En 1982, Triston Palmer fustige les faux fumeurs, ceux qui ne veulent pas acheter de weed, mais qui viennent sans cesse en quémander à leurs amis. "Tu leur donnes de la sensi, ils te demandent une feuille. Tu leur donnes une feuille, ils te demandent du feu." Un classique du early dancehall produit par le deejay Jah Thomas, orchestré par les Roots Radics et enregistré à Channel One à l'époque où les techniques d'overdubs se développent de plus en plus. Triston Palmer lui ne semble pas être un joker smoker puisqu'il pousse la plaisanterie jusque sur la pochette de l'album qui porte le même titre où son nom est inscrit sur des paquets de feuilles à rouler !Mighty Diamonds - Pass the KouchieLes ganja tunes sont nombreux dans l'histoire du reggae. Mais celui-ci fait partie des plus célèbres. Pass the Kouchie (littéralement "passe la pipe") a été enregistré par les Mighty Diamonds au début des années 80 au studio Channel One pour le compte du producteur Gussie Clarke. Un roots lancinant aux paroles presque humoristiques reprises quelques années plus tard par les Musical Youth, un groupe d'enfants chanteurs anglais. Les Musical Youth tranforment toutes les références à la weed en des allusions à la nourriture. Le "Kouchie" devient ainsi un "Dutchie", autrement dit une marmite en patois. La version juvénile devient un tube international et contribue bien setucirc;r à faire connaître le morceau des Diamonds qui ne voient pourtant pas d'un très bon oeil cette reprise. Le groupe jamaïcain ira même jusqu'à porter plainte contre Musical Youth pour plagiat. La justice leur a donné raison en 2012.Michael Palmer - Smoke the WeedFume la weed oui, mais ne fume pas les graines ! Tout fumeur de joints qui se respecte connaît cette règle. L'odeur et le goetucirc;t d'une graine bretucirc;lée fait vite passer l'envie d'en laisser traîner une dans son spliff. Ce n'est pourtant pas pour cette raison que Michael Palmer nous interdit de fumer les graines. Non, pour lui, on en a tout simplement besoin pour les semer et donner vie à de nouveaux plants de ganja. Argument recevable !John Holt - Police in HelicopterSans aucun doute l'un des plus grands titres de John Holt, Police in Helicopter n'est pourtant pas ce à quoi le monsieur nous a habitués. Spécialiste du lover's rock et du rocksteady avec les Paragons, puis en solo, il signe un véritable hit early dancehall en 1983 avec ce Police in Helicopter produit par Henry Junjo Lawes sur son label Volcano. Les Roots Radics, LE backing band de l'époque, se chargent de jouer le riddim et la combinaison des deux est tout simplement somptueuse. Un hymne qui sera banni des radios et qui assurera un énorme succès à son auteur qui l'avait pourtant écrit en quelques minutes : "Un jour, je prenais l'avion pour aller de Montego Bay à Kingston. J'ai regardé par le hublot et j'ai vu tous ces hélicoptères et cette fumée qui venait de grands feux en bas. La police était en train de bretucirc;ler des champs de marijuana. J'ai demandé un bout de papier et j'ai écrit la chanson en 15 minutes dans l'avion : " Police in helicopter. Searching for marijuana ". Et je disais : " Si vous continuez à bretucirc;ler les champs de weed, on va bretucirc;ler les champs de cannes à sucre ". Et le gouvernement a interdit la chanson car des gens de St Ann se sont mis à allumer des feux dans les champs de cannes à sucre. Ils ont pris cette chanson très au sérieux."Chezidek - Leave the TreesChezidek est connu pour être un artiste proche de la nature. Malgré sa notoriété grandissante, il n'a jamais quitté ses montagnes natales et vit au milieu de la forêt, se contentant la plupart du temps de ce qu'elle lui offre. Il affiche ce mode de vie dans ce tube qui le révéla au grand public en 2004. Posé sur un recut du Chapter A Day Riddim de Jacob Miller, Leave the Trees est une ode à la ganja, mais pas seulement... Chezidek fait bien setucirc;r référence aux nombreuses plantations d'herbe détruites en Jamaïque par les forces de l'ordre, mais il va au-delà de ça en rappelant au monde entier que les plantes sont des êtres-vivants. "Laissez les arbres tranquilles, laissez-les vivre. Vous ne voyez pas que vous détruisez l'environnement". Avec des lyrics simples, une voix cristalline et une mélodie reconnaissable entre mille, l'artiste de St Ann grave à jamais un message fort qu'il n'est pas inutile de se ressacer de temps en temps.Alborosie - HerbalistNous sommes en 2006 et la planète reggae découvre un véritable OVNI : l'Italien Alborosie. Un Européen qui fait du reggae aussi bien que les Jamaïcains, on n'avait pas vu ça depuis Gentleman ! Herbalist est le premier hit de l'Italien installé en Jamaïque. Et quel hit ! Un ganja tune qui, au-delà de prôner la consommation de weed, glorifie carrément le trafic. Après tout, sans les revendeurs, les fumeurs n'auraient rien à se mettre dans les poumons... "Herbalist, High grade specialist. Import green stash, export green cash !" Le titre se retrouvera sur l'album Soul Pirate en 2008, un opus qui compile les meilleurs singles de l'artiste enregistrés depuis ses débuts et qui se positionne rapidement comme un classique. Définitivement l'un des meilleurs albums reggae de la première décennie des années 2000.Micah Shemaiah et Rassi Hardknocks - LegalPar le passé les artistes jamaïcains étaient nombreux à se plaindre en musique de la législation répressive vis-à-vis de la marijuana ou à réclamer sa légalisation. Aujourd'hui, les lois s'assouplissent partout dans le monde, à la Jamaïque y compris, et les lyrcis changent petit à petit. En 2016, le jeune et talentueux Micah Shemaiah s'en réjoussait sur le profond Legal en feat avec Rassi Hardknocks posé sur un somptueux recut du Can't Stop Righteousness des Gladiators ! (webremix.info)


Jerry Julian - Hope

Cela faisait un petit moment qu'on n'avait pas entendu parler de Jerry Julian, mais il est bien de retour cette année avec un nouvel album baptisé Hope. Avec cet opus l'artiste originaire de l'île caribéenne de la Dominique multiplie les couleurs musicales et oscille entre reggae roots, jazz et soul. Jerry Julian n'en est pas à son coup d'essai. Dès son arrivée en France dans les années 90, il crée son premier groupe reggae, Natural Gift, qui eut son heure de gloire dans le sud de la France. Il s'installe ensuite en Amérique du Sud où il collabore avec les deux groupes Panama Red et Dub Proyecto en Colombie, en etEacute;quateur ou encore au Costa Rica. Il part ensuite pour l'Asie, au Népal plus précisément, où il commence à écrire et expérimenter sur scène les premières chansons de son premier album solo, Smile, sorti en 2009.Pour ce nouvel album, produit par Stef Cavin (clavier de Dub Akom) pour le label 20K Records, on retrouve aux choeurs Sista B et Ludo N'Hollé, le batteur de Tiken Jah Fakoly. Certains membres de Dub Akom participent aussi au projet et sont d'ailleurs à l'origine du riddim du cinquième track de l'opus. Jerry Julian nous surprend avec un reggae roots mélangé à des sonorités modernes (vocoder, trap), jazz et soul qui donnent une profondeur inattendue à cet album. L'album débute avec Praise Jah. Un sublime morceau qui s'ouvre avec un solo de clarinette aérien et profond, puis laisse place à des sonorités électroniques puissantes, une basse grasse et ample, une rythmique implacable. On poursuit avec un morceau qui porte bien son nom. I Love The Roots est un pur reggae roots accompagné d'une section cuivres ronde et des interventions de guitares électriques efficaces sur lequel Jerry Julian nous compte son amour pour le reggae. Pour le troisième titre de l'album, Heartical Feeling, le chanteur fait une nouvelle fois le choix d'utiliser du vocoder pour un tune entraînant et joyeux influencé par la soul. L'album se poursuit avec une chanson pleine d'amour nommée Everyone Needs Some Loving. Le riddim sonne très reggae 80's toujours accompagné d'une section cuivres avec ce son à la fois tranchant et rond. En fond, on peut entendre la voix de Sista B qui amène de l'aspérité au titre. Le cinquième tune de l'album, Changes in my Life, est un reggae roots précis, efficace, presque envoetucirc;tant grâce à la combinaison basse-batterie. L'artiste de la Dominique nous y raconte les changements que la musique a amenés dans sa vie et son parcours personnel. S'ensuit Harvest Time, un morceau acoustique parfaitement mené et ponctué d'interventions à la trompette. Heaven Can't Be Lies et Secrets of the Night sont deux tunes qui nous font voyager dans un univers plus tourné vers le funk et le disco, qui nous donnent envie de nous déhancher toute la nuit. Le neuvième track nous ramène dans des sonorités purement reggae. On retrouve un solo de toute beauté à la clarinette. L'avant dernier titre, Welcome Home to Africa, annonce clairement la couleur : Jerry Julian invite chaque Africain à revenir sur le continent. On termine l'opus avec le titre éponyme de l'album, une parfaite conclusion avec un riddim reggae trap et une voix passée sous vocoder qui amène de la fraîcheur au morceau.Jerry Julian fait son retour en beauté avec un nouvel album efficace, puissant, et surtout hautement intéressant avec ce mélange entre reggae roots et vocoder. L'artiste fait un retour très réussi qui risque de faire parler de lui. Tracklist :1. Praise Jah2. I Love the Roots3. Heartical Feeling4. Everyone Needs Some Loving5. Changes In My Life6. Harvest Time7. Heaven Can't Be Lies8. Secrets Of The Night9. Love Will Be There10. Welcome Home To Africa11. Hope (webremix.info)


Sinsémilia - A l'échelle d'une vie (webremix.info)


Guive et ORA - La musique est mon remede

Guive est un nom encore trop peu connu du grand public, mais les amateurs de reggae soul à l'ancienne ont déjà reconnu son talent depuis longtemps. Cet artiste a fait ses armes pendant de nombreuses années en tant que choriste ou tromboniste puisqu'il est aussi à l'aise avec son instrument qu'au micro. C'est en 2012 qu'il forme The Original Reggae Addicts (ORA), un band de sept multi-instrumentistes rencontrés au fil des tournées et des enregistrements avec qui il nous présente enfin un premier album : La musique est mon remède.etCcedil;a commence avec le titre éponyme, un morceau frais et teinté de soul qui nous plonge parfaitement dans cet album, nous faisant découvrir au passage la voix chaude et pleine de groove de Guive. Voilà qui commence bien ! Vient ensuite Watching You où Guive nous démontre une première fois qu'il est aussi à l'aise en anglais qu'en français dans un style de crooner qui lui va si bien. Le chanteur et son groupe vont continuer de nous balader ainsi dans leur univers si agréable aux influences multiples : un reggae très jazzy sur Sous la pluie et le vent, une touche de gospel sur Lean on Me, un ska hyper dynamique sur Unchain my Heart, mais aussi du rocksteady, de la soul, du dub...Sur les riddims tous plus riches et soignés les uns que les autres, on note, au fur et à mesure des écoutes, de nombreux détails : parties instrumentales, effets, percussions, notes de fletucirc;te ou de mélodica... C'est peut-être Bienvenue à Paname qui en compte le plus : un accordéon vient répondre au flow de Guive, s'offrant même un solo endiablé sur un couplet qui semble presque avoir été " dubbé " en live. Dans un album où aucun morceau n'est à jeter il est parfois difficile de ne pas tous les décrire longuement pour vous laisser en découvrir quelques-uns par vous-mêmes. Arrêtons-nous tout de même sur un dernier titre vers lequel va sans aucun doute notre coup de coeur : Terre d'asile. Un riddim simplement parfait sur lequel Guive vient poser un texte émouvant sur la relation compliquée entre la France et ses immigrés qu'on avait déjà pu entendre en 2008 sur la compilation MCZ et qui est tristement, dix ans plus tard, toujours autant d'actualité.Avec La Musique est mon remède, Guive et the ORA nous livrent un superbe premier album sur lequel la voix inimitable du chanteur parisien a définitivement trouvé un groupe à la mesure de son talent ! Tracklist :1. La musique est mon remède2. Watching You3. Sous la pluie et le vent4. Bienvenue à Paname5. Reggae Addict6. Lean on Me 7. J'ai embelli la vérité8. Winter in Summer 9. Terre d'asile 10. Keep Holding On11. Les mots qu'il te fallait 12. Unchain my Heart 13. Dr Reason et Mr Heart (webremix.info)


Broussaï - Une seule adresse

En septembre dernier nous vous avions confié que les deux acolytes Tchong et Karma nous réservaient du bon pour début 2019 ; ils étaient parvenus à nous maintenir en alerte avec leur clip Ne regrette rien sorti au mois de novembre. Nous revenons donc aujourd'hui sur Une seule adresse, album tout chaudement sorti trois ans après In The Street.Pour ce sixième album studio, le chaleureux combo mâconnais vient enrichir sa palette musicale fort des expériences développées grâce aux projets individuels du duo de chanteurs. L'ambiance new roots des douze titres permet de faire écho aux projets passés du groupe très attaché aux rythmiques acoustiques délicates. Alors que leur précédent album était une constante oscillation entre roots moderne, riddims hip-hop et touches digitales, il s'agit ici d'un réel retour aux fondamentaux du groupe comme nous pouvons le ressentir avec La joie, titre et clip très ska nous rappelant par exemple Démonarchie ou bien encore Souffle d'inspiration tous deux sortis en 2007.Des combinaisons cuivres/guitare/orgue qui font totalement pénétrer dans cet univers du reggae new roots, style de prédilection du groupe depuis ses débuts. On note tout de même de beaux apports digitaux dans Ailleurs notamment, ou plus rock sur Education, venants contraster avec la musicalité globale. On souligne aussi les percus et rythmiques skankées du titre Au confluent se rapprochant de l'univers sound system côtoyé par le groupe ces dernières années. Au-delà de cette grande chaleur musicale, les Broussaï poursuivent leur mission d'artistes engagés en évoquant l'importance de se sensibiliser au respect de la nature et d'autrui. Des messages conscients et actuels alors que la France est au coeur de grands débats politiques, écologiques et sociaux.Une seule adresse est à apprécier telle une biographie musicale du groupe. Un beau retour aux sources qui ravira les fans des premiers albums. Ces derniers ne manqueront pas d'ailleurs de remarquer les apports des années de carrière déposant avec parcimonie et qualité de nouvelles influences. On peut encore compter sur Broussaï ! Qui en doutait ?Tracklist :1. Une seule adresse2. Cet endroit3. Collectif4. La joie5. Ailleurs6. Ne regrette rien7. Education8. Jour après jour9. Comme à Woodstock10. Marchands de sable11. Au confluent12. Sois le changement (webremix.info)


Inna De Yard

On s'était réjouis du retour d'Inna De Yard en 2017, mais on ne s'attendait pas à un tel succès commercial. La troupe jamaïcaine a bien dépassé les cloisons difficiles à briser du milieu reggae en séduisant un large public et des médias pourtant habitués à bouder notre musique chérie. On s'en régale d'autant plus que ce triomphe permet au concept de réitérer l'expérience d'un album, cette fois accompagné d'un film réalisé par Peter Webber à paraître dans les salles obscures le 10 juillet. L'album quant à lui est déjà dispo et on le décortique ensemble.La magie opère toujours autant ! La qualité sonore obtenue sur l'album The Soul of Jamaica, qui marquait la résurrection du projet, reste la même. Une fois de plus enregistrés en plein air sur la terrasse d'une maison perchée dans les collines jamaïcaines, les treize nouveaux titres véhiculent cette émotion propre à la musique acoustique. Du reggae à l'état pur, proche des premiers instants de création spontanés et féériques. Quelques nouvelles voix viennent renforcer la bande des habitués. Horace Andy livre le sublime Ain't No Sunshine, délicatement posé sur quelques notes d'accordéon, et les femmes ont (enfin ?) leur place dans le projet. Judy Mowatt revisite son mythique Black Woman aidée de la jeune Jah9 sur l'un des meilleurs titres de l'opus. On en aurait voulu plus, mais on sait tout de même s'en contenter et apprécier cette présence féminine à sa juste valeur.L'émotion est le maître-mot de ce nouvel effort. Nos yeux scintillent à l'écoute du vibrant Ya Ho des Viceroys, sur lequel la voix du regretté Wesley Tinglin se fait entendre, et l'on ne peut s'empêcher de penser à Bo-Pee, un des guitaristes de la troupe, récemment décédé d'un arrêt cardiaque. Une sorte de malédiction entourerait-elle Inna de Yard ? On se souvient de la disparition du tromboniste Nambo Robinson / dont le souffle résonnait sur le précédent opus / quelques semaines avant la parution de ce dernier. Et que dire du décès tragique de Matthew McAnuf, lynché dans un combat de rue en 2012 ? C'est Inna De Yard qui lui avait offert son hit Be Careful en 2008. Une décennie plus tard, un vibrant hommage lui est rendu avec une refonte de ce tube interprété par son père Winston McAnuff en featuring avec Var et Derajah. Ce dernier rend lui aussi un merveilleux hommage à sa soeur assassinée sur le pas de sa porte avec l'incroyable Tribute to My Sister, connu des passionnés. Emotion on vous a dit ! Emotion et surprises ! Qui s'attendait à entendre Kiddus I reprendre L'Hymne à l'amour d'Edith Piaf ? L'auteur du mythique Graduation in zion déterre également l'excellent Survive, un de ses trésors enregistré dans les années 70 et dont les bandes, perdues, n'ont jamais été gravées sur disque. Ken Boothe quant à lui réinterprète son classique Everyhting I Own, un titre pas évident à revoir en version acoustique et pourtant très réussi. Lui qui avait eu droit à un volume Inna De Yard rien que pour lui en 2017 parvient encore à puiser dans son répertoire pour en sortir une nouvelle pépite.La gloire d'Inna De Yard semble à nouveau assurée. Mélange de classiques (on a oublié de mentionner l'immense Fisherman des Congos), de découvertes (mention spéciale à la ballade Live Good signée Var) et de cadeaux inattendus, ce deuxième volet des aventures Inna De Yard depuis sa renaissance prouve la solidité de la musique jamaïcaine et sa capacité à plaire au plus grand nombre. La Jamaïque a son Buena Vista Social Club ! Vivement le film !Tracklist :01. Kiddus I - If You Love Me02. Winston McAbuff - Malcolm X03. Cedric Myton - Row Fisherman04. Ken Boothe - Everything I Own05. The Viceroys - Ya Ho06. Horace Andy - Ain't No Sunshine07. Judy Mowatt et Jah9 - Black Woman08. Kiddus I - Survive09. Cedric Myton - Rebellion in Heaven10. Var, Derajah et Winston McAnuff - Be Careful11. Derajah - Tribute To My Sista12. Ken Boothe - Speak Softly Love13. Var - Live Good (webremix.info)


Glen Washington @ Le Blanc Mesnil

Actuellement en tournée européenne aux côtés d'Irie Ites Sound, Glen Washington s'est autorisé un concert avec The Ligerians en guise de backing-band. Le crooner jamaïcain a croisé la route du groupe français pour un show sans répétition, et sans fausse note (!), au Deux Pièces Cuisine du Blanc Mesnil le 6 avril dernier. Retour en images sur cette prestation de haut vol grâce aux photos de Valie DM. (webremix.info)


Jah Militant - Interview Dub Ambassadors

Jah Militant porte bien son nom. Fervent défenseur des valeurs véhiculées par le reggae, le sound system montpelliérain n'a jamais lâché l'affaire depuis plus de 20 ans. Ses sélections roots et dub en ont conquis plus d'un de par leur originalité et leur spiritualité. Malgré une baisse d'activité il y a quelques temps, Jah Militant est plus que jamais de retour. Le crew posera sa sono complète au prochain Dub Camp et nous prépare de nouvelles sorties sur ses labels Jah Militant Records et Back Inna Days Records en 2019 - il vient d'ailleurs de sortir le très beau Hosanna avec Brother Dan au micro. Rencontre avec Weeda, fondateur et propriétaire du célèbre sound system qui n'a en rien perdu de sa détermination à divertir les gens tout en les éduquant sans jamais donner de leçon. La vraie définition d'un Dub Ambassador !Reggae.fr : Pour commencer pourrais-tu nous présenter le projet Jah Militant ?Weeda : Je m'appelle Weeda et je fais tourner le sound system Jah Militant. J'ai fait ma première danse en aoetucirc;t 1998 à l'espace Masséna à Paris, une des salles que les anciens connaissent bien, parce que c'est un lieu où il y avait beaucoup de danses reggae à l'époque. J'ai commencé en jouant surtout du new roots. Et puis les cassettes de Shaka et de différents sounds anglais et jamaïcains ont aidé à ce que mon éducation musicale s'affine un peu et que ma sélection s'oriente vers le roots et culture. etCcedil;a a donc fait 20 ans cet été que je parcours la France et l'Europe pour jouer reggae music. C'est la culture Rastafari qui m'a amené à découvrir le reggae. J'ai rencontré des anciens du mouvement et une association rasta parisienne (Shaka Knotty) puis par la suite j'ai été guidé par un Ras qui s'appelle Dread Nah Fall et qui avait un sound system du nom de King Selassie I Sound. Je lui dois beaucoup ainsi qu'à un ami, Ras Scara B, qui avait un sound system à Paris qui s'appelait Foundation Sound System, il m'a beaucoup apporté musicalement. Ras Nah Fall faisait aussi partie d'une autre asso qui s'appelait Rasta Fusion et dont faisaient partie entre autres Bruno Blum, Sista Blunty, Ras Letef et d'autres anciens. Pour moi reggae music et sound system, c'est la possibilité de transmettre le message de Rastafari et ses enseignements à travers la musique. On parle de "word sound and power", c'est-à-dire de la puissance du verbe par le son, c'est ce que j'essaye humblement de retranscrire : répandre un message d'unité, de justice et d'égalité autour d'une conscience commune. On a des anciens comme Tonton David qui nous disait " une musique consciente pour une jeunesse intelligente ", je considère qu'on peut être sérieux et conscient, aborder et développer des thèmes importants et se divertir en même temps. C'est ce que j'essaye de répandre avec Jah Militant. Une musique consciente pour une jeunesse intelligente, une jeunesse qui prend conscience du monde dans lequel elle vit et des combats importants qu'on doit mener parce que c'est à notre génération de changer les choses. C'est pour ca que le sound system s'appelle Jah Militant : militant pour faire connaître Rastafari et ses enseignements et militant pour les droits, l'égalité pour tous et la justice dans cette société oppressante qu'est Babylone.Comment définirais-tu le sens que tu donnes à tes sélections ?Ce que je joue c'est roots et culture, racines et culture... comment dire... En fait je joue beaucoup de styles dans le reggae et pas que du dub malgré le fait que je produise uniquement ce style avec mon label. Je reste très attaché à la musique jamaïcaine, au roots. Nous sommes dans un monde trouble, on a besoin de plus de paix, de plus d'amour, de plus d'unité entre les peuples. Mais pas n'importe comment, pas de l'amour et de l'unité sans droiture, sans conscience. C'est très compliqué à expliquer mais il faut beaucoup de cohérence dans ce que l'on fait et ça c'est important pour moi. C'est-à-dire que l'idée n'est pas de donner des leçons mais d'essayer de mettre en avant un chemin qui nous paraît juste et conscient dans le système à l'envers dans lequel on vit. La musique me sert de vecteur, je ne veux pas jouer des sons slackness, des choses qui ne sont pas conscientes, et où effectivement n'est mis en avant que la fête et le divertissement et pas l'élévation spirituelle. Le reggae music pour moi c'est ça : un message conscient en premier lieu. Le message est dans la musique et la musique est dans le message. Un rastaman transmet des vibrations. En jouant la musique il essaye de faire partager une onde, une fréquence. Cette vibration n'est pas obligatoirement lyrique, elle peut être aussi musicale. Je ne joue pas de dubs à 190 BPM, le rythme doit être perceptible. La force d'un sélecteur c'est de réussir à faire varier la vibration et le rythme pour que ça reste quelque chose qui te touche. Ni trop rapide et énervé, ni trop lent. Errol Dunkley chantait : " every man do his thing a little way different ", chacun fait les choses à sa manière, et je ne juge personne, je réfléchis au pouvoir du verbe et au pouvoir du son pour que ceux-ci soient bénéfiques à chacun dans la danse. J'essaye d'amener une progression positive, quelque chose qui va toucher les gens pour qu'à la fin de la soirée on se soit diverti mais surtout qu'on soit capable de réfléchir et de se poser les questions qui nous feront avancer, ça c'est quelque chose qui me parle. Cette musique-là peut aider à avancer mieux tous les jours, face aux obstacles que l'on rencontre ici-bas.Que représente Rastafari pour toi ?Pour moi Rastafari c'est une doctrine du coeur, c'est une culture, une tradition et une éducation mais c'est surtout la connaissance des enseignements et l'amour de Sa Majesté l'Empereur Haïlé Sélassié. Sa Majesté parle de moralité internationale, de sécurité collective, de tellement de sujets cruciaux, ce sont des choses qui sont fondamentales. Sélassié est le descendant de Salomon en Ethiopie, le berceau de la création. Il est le Roi des Rois et la lumière de ce monde. Cela me parle, plus que de boire ou pas de l'alcool et de manger ou pas de la viande, ça c'est une histoire de livity et cela regarde chacun. J'aime Sélassié profondément, sa sagesse et ses enseignements m'aident au quotidien à avancer, à me rapprocher du bien.Jah Militant c'est aussi un label, comment en arrive-t-on à la production, est-ce que ça vient naturellement ?Je ne suis pas musicien, je suis un soundman. J'écoute cette musique depuis quelques années maintenant et cela m'a forgé une oreille, un style. Grâce au sound system j'ai accès à des dubplates, à des morceaux exclusifs, à des musiciens qui travaillent de leur coté et qui ne sont pas toujours mis sur le devant de la scène, le but est donc de faire découvrir ces morceaux au plus grand nombre. Si les gens apprécient le style musical que je développe, je me suis dit qu'il serait bien aussi qu'ils puissent avoir cette touche-là chez eux, en gardant toujours cette optique vinyle. C'est venu petit à petit, j'ai eu beaucoup de chance de rencontrer des artistes et musiciens avec qui j'ai eu de bonnes vibrations et dont la musique m'a touché, ce qui m'a amené à lancer le label. J'achète donc des licences à des musiciens ou à des artistes pour présenter leur musique au plus grand nombre, c'est pour ca que tu ne verras jamais Jah Militant faire des polyvinyles en série de 30 copies vendues à 40 ou 50 euros, parce que mon but est de toucher le plus grand nombre et pas de produire de la musique pour un petit nombre qui peut financièrement se le permettre. La musique est à mon sens un partage pas un truc élitiste. Le label est un moyen d'être accessible à ceux qui ne peuvent pas se déplacer ou venir en sound system et qui peuvent alors ressentir des bonnes vibrations chez eux avec ces morceaux.Au niveau supports, tu vas préférer jouer quoi et pourquoi ?Je joue essentiellement des vinyles. Même mes dubplates, je les grave la plupart du temps sur vinyle. J'aime ce support qui fait partie de mon histoire, une tradition que j'essaye de conserver. Il faut aussi comprendre qu'il y a beaucoup de gens qui jouent CD parce que graver des dubplates ou même acheter des vinyles a un coetucirc;t, que la vie est parfois compliquée et tout le monde ne peut pas se permettre d'aller graver des vinyles ou même d'en acheter. D'autant plus quand on voit maintenant l'envolée ahurissante du prix des vinyles. Il y a 20 ans on achetait des morceaux pour rien et ceux-ci coetucirc;tent aujourd'hui des centaines d'euros ! Néanmoins je mène ma barque comme cela, je reste plus attiré par le vinyle. Pour le label également, je ne sors pas de CD, de mixtapes ou autres, je produirais toujours sur vinyle. Pour être franc, ça ne fait qu'un an que j'ai un Bandcamp. J'ai mis quasiment 10 ans à me mettre à la release digitale, parce qu'il faut aussi suivre l'époque dans laquelle on vit, comprendre qu'il y a des gens qui n'ont pas de platine chez eux. Et comme je souhaite partager cette musique avec le plus grand nombre, je suis obligé de m'y mettre.etlt;a href="http://jahmilitant.bandcamp.com/album/brother-dan-hosanna" mce_href="http://jahmilitant.bandcamp.com/album/brother-dan-hosanna"etgt;Brother Dan - Hosanna by Jah Massive meets Brother Danetlt;/aetgt;As-tu une autre activité à côté de la musique ?Oui, j'ai toujours travaillé à côté. Depuis 5 ans, j'ai monté une ferme en agriculture biologique avec ma compagne. Nous faisons des légumes bios, on va un petit peu plus loin que le bio d'ailleurs parce que le bio permet entre autres certains ajouts qui ne nous plaisent pas (souffre, cuivre, oxydes de fer, etc). Nous faisons une agriculture i-tal, naturelle, nous n'utilisons que des décoctions de plantes, du purin et des eaux florales. J'ai toujours eu une activité à coté de la musique parce que j'ai besoin de ça, besoin de croiser d'autres choses dans ma vie. Et soyons francs, je ne connais que très peu de gens qui en vivent, c'est un vrai combat d'en vivre et je respecte beaucoup ceux qui y arrivent car cela demande une totale dévotion, un grand talent et beaucoup de courage.Comme tu nous le disais précédemment tu es actif depuis 1998, quelles évolutions as-tu vues dans le milieu sound system depuis toutes ces années et qu'en penses-tu ?Je ne suis pas là depuis si longtemps comparé à certains. Mais j'ai vu l'arrivée massive du stepper, j'ai vu le développement de ce qu'on appelle le dub 3000, j'ai vu l'évolution des danses qui à la base étaient quand même très portées sur Rasta et qui le sont de moins en moins. J'ai vu le développement des home studios, d'internet et le déclin des shops. A l'époque je me rappelle dans les premières années, il y avait un vendeur en Angleterre qui s'appellait Tradition Hi Fi ; il nous envoyait des listes de disques à vendre sur papier, on l'appelait et on lui envoyait une lettre avec un chèque ou des livres dedans et puis il nous envoyait le disque ; et il fallait connaître le disque parce qu'il n'y avait pas Discogs et Youtube pour aller écouter ! Je n'ai pas vraiment de jugement en fait, ni en bien ni en mal et je n'ai pas envie de rentrer dans des débats stériles. Les choses avancent, changent, l'ordre social aussi. J'ai vu le développement des danses aussi, avant pour voir Aba Shanti ou Jah Shaka il fallait aller en Angleterre, aujourd'hui ils passent 10 fois par an en France et c'est plutôt bien pour nous tous. C'est bien parce que cela a ouvert reggae music à des gens pas forcément issus du milieu, cela a développé une audience plus large. Reggae music a beaucoup influencé la société et surtout les autres styles musicaux, par exemple les sound systems techno se sont clairement inspirés de ceux en Jamaïque, idem pour la cumbia en Colombie. Musicalement, beaucoup de styles musicaux se sont inspirés du reggae. Par exemple, le morceau de Coolio, Gangsta's Paradise, sorti en 1995, et qui fut un hit hip-hop énorme à l'époque, et bien l'original s'appelle Pastime Paradise du groupe Swingin' Stars sorti en 1977, c'est un morceau reggae à l'origine (ndlr : ce morceau des Swingin' Stars est lui-même une reprise d'un titre de Stevie Wonder.)Et au niveau du public dans les soirées, ressens-tu aussi un changement ? Bien setucirc;r, les choses changent et je ne suis pas là pour dire si cela est bien ou mal. Chacun sait l'heure qu'il est et où se situent le bien ou le mal. Chacun est conscient de sa livity et de ce qu'elle engendre. Ce qui est setucirc;r c'est qu'à mes débuts fin 90 début 2000, à Paris ou ailleurs, si tu venais avec ta bouteille de whisky-coca et que tu mettais la tête dans les caissons je t'assure que les frangins te faisaient comprendre quel comportement adopter dans une danse ou en dehors ! En fait, j'ai l'impression qu'avant, on venait chercher une conscience dans les danses, un ralliement autour de thèmes sérieux qui nous donnaient de l'espoir et de la force par rapport aux tribulations et aux aberrations que l'on vivait dans la semaine, cela nous portait jusqu'à la prochaine danse, jusqu'à la prochaine rencontre avec nos frères et soeurs. Il me semble que la donne a changé aujourd'hui, que c'est le contraire, avec le jeune public surtout, qui pour échapper aux tribulations de la semaine vient se mettre " une mine " dans les danses le week-end. Signe des temps ? Je ne sais pas et en même temps je ne souhaite vraiment pas faire d'amalgame ou pointer du doigt qui que ce soit. Il faut avoir du discernement, c'est un sujet complexe et vraiment le but est d'aller vers un meilleur futur pour nous tous ; rastaman a depuis longtemps les clés pour cela !Une question toute simple mais qui pourrait alimenter des débats pendant des heures : c'est quoi le dub ?Le dub des années 70 ou le dub d'aujourd'hui, de quoi on parle ? Le dub si on parle de tradition c'est une version instrumentale donc sans paroles avec des effets pour créer un nouveau morceau, un morceau different en fait. Le dub d'aujourd'hui, le steppa ou le UK dub, c'est une musique souvent faite par ordinateur ou séquencée par ordinateur, avec des BPM qui sont plus rapides. Le dub dans tout les cas pour moi c'est aussi et surtout une musique spirituelle. Une vibration puissante.Pour finir est-ce qu'il y a des projets qui vont arriver ?Beaucoup de travail avec le label pour de nouvelles productions. Je vais régulièrement en studio pour faire des arrangements avec des musiciens et des mixes pour les prochaines sorties. Je travaille en ce moment avec des gens comme Jah Massive, Coco Rootikal Temple, Bro Ishai, Ranking Fox et Simon Nyabin, Khayo Benyameen, Boris Reality ou encore Zulu Vibes pour ne citer qu'eux. Plein de projets dans les tuyaux et toujours en vinyle bien setucirc;r. Généralement je presse entre deux et quatre releases par an suivant les délais de la presse. Au niveau du sound system, j'ai la chance d'avoir beaucoup de dates avec ou sans la sono, que ce soit en France ou en Europe. Je serai présent au Dub Camp notamment cet été avec la sono complète pour recevoir Moa Anbessa et Aba Shanti I. Beaucoup de bonheur et de chance de pouvoir avancer sur cette route grâce au Tout Puissant qui me donne la force et l'inspiration. (webremix.info)


Brain Damage - Combat Dub 4 : Revisited

Déjà 20 ans de carrière pour Martin Nathan aka Brain Damage ! Et pour fêter cet anniversaire, celui qui s'est imposé au fil des sorties comme l'un des piliers de la scène dub hexagonale a décidé d'offrir un joli cadeau à son public avec un nouvel album, Combat Dub 4 : Revisited ; un titre qui parlera aux plus anciens puisque Combat Dub est une série de compilations initiées en 2000 par Brain Damage et Fedayi Pacha. Pour ce nouvel opus, Brain Damage a ouvert sa large discographie à 14 des producteurs les plus reconnus de la scène dub française (Dub Invaders, Stand High, Zenzile, O.B.F...) et européenne (Alpha Steppa, Moa Anbessa, Vibronics...) qui ont chacun travaillé sur une nouvelle version d'un titre du dubmaker français.A la première écoute de ce nouvel album, nous nous sommes prêtés à un jeu qui plaira à coup setucirc;r aux amateurs chevronnés de dub et à ceux qui suivent le travail de Brain Damage depuis ses débuts. Pour jouer il faut écouter directement l'album sans lire la tracklist et pour chaque morceau le but est de retrouver l'album duquel il est issu, et le dubmaker qui a produit le remix. Nous, on s'est beaucoup amusés.!! ALERTE SPOILER : Ne pas lire les lignes suivantes si vous voulez jouer !!Ce sont les Italiens de Moa Anbessa qui ouvrent le bal en reprenant Youts Dub (en feat avec Horace Andy) dans leur style rootikal hyper entraînant. Et ça continue avec Fyah Bun, un autre extrait du même projet (Walk the Walk, Talk the Talk) remixé cette fois par Vibronics. On retrouvera ensuite d'autres poids lourds de la scène dub UK comme Zion Train (Pray di Youts) ou encore Alpha Steppa et son sublime remix de Letter Home sur lequel on reconnaît la patte Steppa Records dès les premières notes. Brain Damage lui-même n'a pas pu s'empêcher de mettre le pied à l'étrier, nous offrant une nouvelle version hyper travaillée de Stand by Me qui figurait sur Liberation Time, un opus enregistré en collaboration avec Harrison Stafford. On adore !Les dubmakers français aussi ont été nombreux à répondre présents à l'invitation de Brain Damage à commencer par Stand High Patrol qui nous propose une version planante de Spirit World, ou Fedayi Pacha et son dub jazzy aux airs de musique du monde sur The Tower to Eternity. Zenzile s'attaque à Andar, un extrait du dernier album en date de Brain Damage enregistré entre la France et la Colombie, quand d'autres décident d'explorer des titres plus anciens comme O.B.F et son remix hyper efficace de Genetic Weapon, les Dub Invaders qui revisitent Shake up dans un style très psychédélique ou encore Culture Dub sur Royal Salute avec la voix puissante de Sir Jean.!! FIN DE L'ALERTE SPOILER !!Avec Combat Dub 4 : Revisited, Brain Damage a su s'entourer d'invités triés sur le volet pour nous offrir une jolie promenade dans sa discographie aussi impressionnante par le nombre de sorties que par la qualité de chacune d'entre elles. Une balade qui vous donnera sans doute envie de vous replonger dans les différents albums que Brain Damage a sorti durant ces 20 dernières années. Joyeux anniversaire Brain Damage !Tracklist :1. Youts Dub Ft Horace Andy - Remix By Moa Anbessa2. Fyah Bun Ft Willi Williams - Remix by Vibronics 3. Stand By Me Ft Harison Stafford - Remix by Brain Damage4. Letter Home Ft Madu Messenger - Remix by Alpha Steppa5. Spirit World Ft Tena Stelin - Remix by Stand High Patrol6. The Tower to Eternity Ft Black Sifichi - Remix by Fedayi Pacha7. Andar Ft Makky Ruff et La Gaitana - Remix by Zenzile8. Mundhu Ft Matha - Remix by Chalart58 meets Dub Iration9. Pray Di Youts Ft Willi Williams - Remix by Zion Train10. Royal Salute Ft Sir Jean - Remix by Culture Dub 11. Shake up Ft Zeb Mc Queen- Remix by Dub Invaders12. Genetic Weapon Ft Tena Stelin - Remix by OBF13. Under the Ground Ft Emiko Ota Dub - Remix by Dub Stuy 14. Cube dub Ft Black Sifichi - Remix by Dub Addict (webremix.info)


Filentre - Inou Wali

Même s'il est moins connu que ses confrères francophones tels que Naâman, Biga Ranx ou Vanupié, le jeune Filentre est tout aussi talentueux. C'est ce qu'il nous prouve une fois de plus avec son nouvel album baptisé Inou Wali, qui signifie " merci " en soussou, la langue de Guinée. Trois ans après son EP Homme Libre, c'est avec plaisir que nous accueillons ce nouveau projet, bel hommage à l'Afrique - terre d'accueil de l'artiste montpelliérain depuis de nombreuses années - à ses peuples, à sa diversité, à sa beauté, à son âme, à la gentillesse de ses habitants, à ses luttes, à sa tristesse, à sa détresse. Filentre dépeind aussi l'Afrique comme source d'inspiration, comme espace de paix et de vivre ensemble, accompagné de sonorités hybrides, entre reggae roots profond et mélodies ancestrales africaines. Cet album est avant tout un pont jeté entre deux continents, une histoire commune et partagée, d'hommes et de femmes qui se lèvent, se battent et ne baissent jamais les bras pour créer un avenir meilleur.Enregistré dans le studio du virtuose Manjul, le Humble Ark au Mali, l'opus accueille des invités de premiers choix : le très grand Tiken Jah Fakoly, mais aussi le Guinéen Takana Zion et l'un des maîtres de la kora, le seul et l'unique Sidiki Diabaté. On ouvre l'album avec un morceau plein d'espoir nommé Continue le combat posé sur un riddim roots totalement envoetucirc;tant. Sur La marche, Filentre et Tiken défendent les peuples africains face à l'injustice, la misère, l'oppression, l'impérialisme occidental et la corruption de leurs chefs d'Etats. Filentre s'essaye ensuite avec brio à l'anglais sur Little Song, un son plutôt tranquille qui pointe du doigt les bienfaits du reggae et son pouvoir de nous rendre heureux.Le quatrième titre de l'opus, Un monde entier, est un tune enjoué porté par un texte conscient qui nous parle de l'importance de partir à la découverte de notre Terre, afin de s'enrichir, de s'ouvrir et d'appréhender le monde dans sa diversité. Le titre suivant, Là-bas, nous décrit les rêves de la jeunesse africaine qui souhaite s'exiler vers l'Europe pour avoir une meilleure vie et pouvoir construire une vie " Là-bas ". Mais comme le dit Filentre dans sa chanson, les choses ne se passent pas toujours bien entre les dangers de la route ou les rêves qui se brisent au coeur de l'océan. On poursuit avec le sublime Seulement vivre. Avec ce morceau, le chanteur nous amène dans un univers acoustique, porté par un texte puissant qui compte l'histoire d'un homme qui repense à sa vie, à sa famille, à ses rêves alors qu'il est en train de sombrer dans cette mer de malheur.De là-haut offre quant à lui un voyage poétique, tant grâce au texte qu'aux instruments sublimés par le très grand Sidiki Diabaté et son jeu si féerique. Un titre propice à la rêverie. Avec Sadness, Filentre revient à l'anglais sur un titre roots à l'atmosphère plutôt mélancolique. Arrive ensuite le duo avec Takana Zion, Humain, qui traite des moyens d'entraide, des solutions pour changer notre monde et faire avancer la condition humaine. L'opus se clôture avec Inou Wali en parfaite conclusion.Filentre nous compte une terre faite de multiples contrastes, de combats, d'engagements, d'entraide et de partage en signant un sublime album qui nous amène au coeur d'un voyage poétique et musical entre l'Afrique et l'Europe, loin des sentier battus. Tracklist :1 Continue le combat2 La marche feat. Tiken Jah Fakoly3 Little Song4 Un monde entier5 Là-bas6 Seulement vivre7 De là-haut8 Sadness9 Humain feat. Takana Zion10 Inou Wali (webremix.info)


Buju Banton : son 1er show en Jamaïque

Samedi 16 mars dernier était une date historique en Jamaïque. Le plus grand show musical jamais organisé au National Kingston Stadium accueillait en effet 35 000 personnes pour assister au premier show de Buju Banton depuis sa sortie de prison en décembre dernier. Ce dernier n'était pas seul loin de là. Sa prestation a été précédée de nombre d'hommages et mini shows de la part de légendes du reggae jamaïcain tels que Berres Hamond, Cocoa Tea, mais aussi d'artistes plus jeunes comme Agent Sasco, Chronixx, Koffee et bien d'autres !Diaporama des plus belles photos de notre reporter de choc Valie DM!Quelques vidéos du live sont également incluses ci-dessous. (webremix.info)


Guy Al Mc - Naw

Grand nom et acteur engagé de la scène dancehall et sound system, Guy Al Mc a déjà de nombreux projets à son actif tels que ses précédents albums solo LONG TIME, WALLA WALLA, SE LOV SELMAN et COMME D'HABITUDE. C'est désormais avec NAW son nouvel album qu'il vient se livrer en toute intimité. Comme l'indique la pochette, ce projet est au plus proche de l'artiste, de son histoire, de son quotidien heureux comme douloureux et de son rapport à la musique et la société qui l'inspirent !Nous sommes face à une vingtaine de titres tous très colorés dont les sonorités oscillent entre ragga et dancehall très énergique. On le voit en effet avec Man Pa Bizwen an PL, Fow Sav, Yo Ni Baboul qui nous invitent à un voyage au plus profond des Antilles et ses soirées aux danses frénétiques. L'artiste de la scène antillo-guyanaise sait nous apporter de subtiles surprises dans l'ambiance globale de son projet. En effet des touches plus électroniques se mêlant aux percussions dans Bijou Rare viennent apporter une belle modernité à ces rythmiques caribéennes d'antan. Le titre Fout Mwen Love Ou quand à lui vient, avec ces son ragga zouk, créer une couleur musicale chaleureuse et tendre. On poursuit en finesse avec la délicatesse acoustique de Travay Pou Jah ou bien encore Pourquoi et ses douces interventions de saxo très jazz venant adoucir et contrebalancer avec la thématique rude du morceau s'interrogeant sur les atrocités de la vie, cette fatalité que l'homme ne peut contrôler et empêcher. En guise de final, le morceau Fok ou Goumen résume à merveille le projet en étant très équilibré entre douceur du synthé et une rythmique progressivement de plus en plus énergique. Guy Al Mc sait manier les mots pour créer des textes actuels sensibles, modernes truffés d'humour et surtout de réalité. NAW est aussi un appel à une prise de conscience sur notre monde. Une belle maîtrise des rythmes vient appuyer ce travail lyrical pour donner naissance à un projet authentique tout en simplicité, générosité et rayonnant d'énergie. (webremix.info)


Mahom - King Cat

C'est en 2011 que les amateurs de dub music ont découvert les Mahom en grande pompe avec le Faso Feu riddim sur lequel Daba Makourejah posait alors son hit Bamba ; le duo a depuis bien aiguisé ses griffes avec trois albums, des sortie vinyles et des dizaines de prestations live. Devenu un nom avec lequel il faut compter sur la scène dub hexagonal, les Mahom ont su évoluer, à l'image de leur emblématique chat maneki neko qui a bien grandi et escalade aujourd'hui des buildings sur la pochette de leur nouvel album produit sous la direction artistique de Panda Dub et intitulé King Cat. C'est Cosmic Cat qui ouvre cet album, une entrée en matière parfaite, sobre instrumentale aux basses abyssales sur lesquelles viennent ruisseler des mélodies de claviers venues d'une galaxie lointaine ; un contraste total avec l'ambiance sombre et très orientée stepper Uk du morceau suivant Blue Hole. C'est ainsi que le duo a décidé de nous faire voyager sur ce nouvel opus, entre stepper de warrior et dub paisibles, entre morceaux alarmistes et titres hyper joyeux pleins d'espoir. On découvre ensuite le premier feat de cet album, Digital Badness où les Mahom ont invité Green Cross sur un riddim digital à souhait entre ragga et hip hop, taillé sur mesure pour le flow affuté du Mc de l'écurie Brigante. La seconde invitée de cet opus, Luiza aura droit a deux morceaux, posant d'abord sa voix sur un stepper planant (Snowball) avant de nous proposer une surprenante reprise de Françoise Hardy posée sur une instrumentale douce et lunaire (Le Temps de l'amour). On continue notre ballade entre morceaux aux accents electro nous amenant dans une jungle urbaine hyperactive (Sound Conspiracy) et dub envoutants aux samples japonisants qui nous offrent une pause dans un jardin fantasmagorique (Prisme), avant que le bien nommé Hypnose ne vienne conclure à merveille cet album.King Cat est un album moderne aux accents electro et urbains,une plongée de plus dans l'univers de Mahom qui évolue au fil des sorties mais qu'on apprécie toujours autant. Disponible dés aujourd'hui en téléchargement sur le site d'ODG, en cd et vinyle dés le 22 mars. Précommandes diponibles sur le site de Flowercoast. Tracklist : 1. Cosmic Cat 2. Blue Hole 3. Digital Badness Ft Green Cross 4. Planete 5. Snowball Ft Luiza6. Waves 7. Sound Conspiracy8. Prisme9. Beyond The High Montain 10. Le Temps de l'Amour Ft Luiza11. Disappear12. Hypnose (webremix.info)


Dennis Brown Tribute à Kingston

Comme chaque année dans le cadre du mois du reggae, un concert hommage à Dennis Brown avait lieu en Jamaïque en février. C'est à Kingston qu'était convié le public le 24 février, sur le front de mer, gratuitement, afin d'assister à un magnifique show assuré par Ken Boothe en ouverture, suivi de Freddie McGregor, Junior Reid, George Nooks, Half Pint, Luciano, Big Youth, Errol Dunkley et plein d'autres artistes, tous backés par Lloyd Parkes et We The People Band / Inna Di Yard.Diaporama des plus belles photos de notre photographe Valie DM : (webremix.info)


Sylford Walker @ La Bellevilloise

Les concerts organisés par Mami Watta ont toujours quelque chose de complètement inédit. Le 7 mars dernier à la Bellevilloise avait encore lieu une de ces soirées dont le public parisien se souviendra. L'association avait en effet invité le vétéran yardie Sylford Walker. Cela faisait plusieurs années qu'il n'est pas venu en France et les fans de roots profond s'en sont réjouis ! Backé par les Mystik Warriors, le vétéran yardie a pu interprêter ses plus grands tunes, après que Pablo Anthony et son Small Axe Band, Ti Jip's ainsi que Happy Tunes Sound se soient chargés à merveille de la première partie du spectacle.Clou de la soirée, la venue sur scène des membres d'Inna De Yard Winston McAnuff, Cedric Myton et Kiddus I, pour accompagner Sylford Walker !!Diaporama de nos plus belles photos : (webremix.info)


Mahom 'King Cat'

C'est en 2011 que les amateurs de dub music ont découvert les Mahom en grande pompe avec le Faso Feu riddim sur lequel Daba Makourejah posait alors son hit Bamba ; le duo a depuis bien aiguisé ses griffes avec trois albums, des sortie vinyles et des dizaines de prestations live. Devenu un nom avec lequel il faut compter sur la scène dub hexagonal, les Mahom ont su évoluer, à l'image de leur emblématique chat maneki neko qui a bien grandi et escalade aujourd'hui des buildings sur la pochette de leur nouvel album produit sous la direction artistique de Panda Dub et intitulé King Cat. C'est Cosmic Cat qui ouvre cet album, une entrée en matière parfaite, sobre instrumentale aux basses abyssales sur lesquelles viennent ruisseler des mélodies de claviers venues d'une galaxie lointaine ; un contraste total avec l'ambiance sombre et très orientée stepper Uk du morceau suivant Blue Hole. C'est ainsi que le duo a décidé de nous faire voyager sur ce nouvel opus, entre stepper de warrior et dub paisibles, entre morceaux alarmistes et titres hyper joyeux pleins d'espoir. On découvre ensuite le premier feat de cet album, Digital Badness où les Mahom ont invité Green Cross sur un riddim digital à souhait entre ragga et hip hop, taillé sur mesure pour le flow affuté du Mc de l'écurie Brigante. La seconde invitée de cet opus, Luiza aura droit a deux morceaux, posant d'abord sa voix sur un stepper planant (Snowball) avant de nous proposer une surprenante reprise de Françoise Hardy posée sur une instrumentale douce et lunaire (Le Temps de l'amour). On continue notre ballade entre morceaux aux accents electro nous amenant dans une jungle urbaine hyperactive (Sound Conspiracy) et dub envoutants aux samples japonisants qui nous offrent une pause dans un jardin fantasmagorique (Prisme), avant que le bien nommé Hypnose ne vienne conclure à merveille cet album.King Cat est un album moderne aux accents electro et urbains,une plongée de plus dans l'univers de Mahom qui évolue au fil des sorties mais qu'on apprécie toujours autant. Disponible dés aujourd'hui en téléchargement sur le site d'ODG, en cd et vinyle dés le 22 mars. Précommandes diponibles sur le site de Flowercoast. Tracklist : 1. Cosmic Cat 2. Blue Hole 3. Digital Badness Ft Green Cross 4. Planete 5. Snowball Ft Luiza6. Waves 7. Sound Conspiracy8. Prisme9. Beyond The High Montain 10. Le Temps de l'Amour Ft Luiza11. Disappear12. Hypnose (webremix.info)


Al Griffiths - Interview Gladiators

Al Griffiths, le fils d'Albert Griffiths, est de retour à la tête des Gladiators ! Il reprend le flambeau de son père, leader historique de la légendaire formation jamaïcaine, après quelques batailles autour du nom du groupe qui semblent terminées. Un nouvel album de 14 titres, Roots Legacy, sortira au mois de mars avec quelques reprises de classiques (Looks is Deceiving, Jah Works, Guts...) et de nouvelles compositions. Installé à Reims pour répéter avec son groupe avant la tournée qui accompagne l'album, Al répond à nos questions autour de cet album. On en profite pour prendre des nouvelles de son père, absent du groupe depuis presque 15 ans maintenant...Reggae.fr : Roots Legacy est le nouvel album des Gladiators. Où et avec quels musiciens et producteurs as-tu travaillé ?Al Griffiths : On a fourni un énorme travail pour cet album donc ça nous a pris pas mal de temps. Mais on a atteint la qualité qu'on visait. On a enregistré des démos au studio de Bravo, un grand ingénieur du son en Jamaïque. J'ai ensuite enregistré la moitié de mes voix en France et l'autre moitié en Jamaïque. Mon frère joue la batterie sur une partie des titres et c'est le batteur français Richacha qui s'est chargé du reste. A la guitare, c'est Jimaï des Kayans, un groupe français que vous devez connaître et qui a toujours été très proche de la famille Gladiators. Jimaï fait aussi les choeurs. Aux claviers, il y a Professor Wise et à la basse c'est Sly. Ils sont tous les deux de Reims et ils faisaient aussi partie des Kayans.Les Gladiators d'aujourd'hui sont Français on dirait ?Oui, il n'y a que mon frère et moi qui sommes Jamaïcains sur cet album. Mais ça n'a pas d'incidence sur la musique. Ces gars-là sont mes frères et ce sont d'excellents musiciens. Cela fait déjà deux ans qu'on fait des concerts ensemble et on s'entend très bien sur scène. etCcedil;a se ressent sur l'album aussi. Comme vous le savez, les Gladiators ont traversé une période difficile avec certaines personnes qui ont essayé de s'approprier le nom du groupe à ma place. Mais les Gladiators c'est moi et ça le sera toujours car j'ai reçu ce pouvoir directement de mon père. Il m'a donné l'autorisation de poursuivre son travail. Il ne l'a donné à personne d'autre. Je suis né Gladiators et je suis content aujourd'hui de reprendre ma mission là où elle en était. On va essayer de redorer le blason des Gladiators !Les problèmes autour du nom Gladiators sont terminés maintenant ?Oui, je suis le seul représentant officiel des Gladiators. Mon père est encore en vie et il s'assure que ça continue dans ce sens. C'est lui qui a créé les Gladiators, personne d'autre. Tous ceux que vous avez vu ces dernières années essayer de s'approprier le nom comme s'ils avaient créé le groupe, c'est mon père qui les avaient recrutés des années auparavant. C'est lui qui est venu les chercher mais ils n'ont rien créé du tout.Mais comprends-tu que le public européen a parfois plus l'impression de voir les Gladiators sur scène quand il voit les musiciens qui étaient avec ton père que quand ils te voient toi sur scène avec des musiciens français ?Je comprends ce que vous voulez dire, mais je ne vois pas les choses comme ça. Dans les Gladiators comme dans tous les groupes, les musiciens vont et viennent. Il y en a qui restent plus longtemps que d'autres et qui ajoutent leur touche au groupe, mais pour moi c'est le chanteur le plus important dans un groupe car c'est lui qui crée la musique. En tout cas c'est ce qui s'est toujours passé avec les Gladiators.Et n'as-tu jamais eu envie de faire de la musique sous ton propre nom, sans être associé aux Gladiators ?Je suis né avec la musique en moi grâce à mon père. Je crée ma propre musique mais je suis aussi très fier de continuer à faire vivre la musique de mon père. Il a fourni un travail incroyable qui a eu un immense impact sur le monde. Il était en mission et je ne peux pas laisser ça s'éteindre. Je dois continuer cette mission, c'est mon héritage, c'est mon sang. C'est pour ça que sur cet album il y a des reprises de quelques classiques des Gladiators.Et justement l'album s'appelle Roots Legacy. C'est lourd de sens. etCcedil;a représente cette responsabilité que tu as de poursuivre le travail de ton père. Ressens-tu une certaine pression ?Non car je suis né pour faire de la musique. C'était mon destin, donc ça ne peut pas être un poids pour moi.We Are Not est le premier single de l'album. De quoi parle cette chanson ?C'est pour dire que nous ne sommes pas nés pour souffrir ni pour être pauvres. Chaque être humain qui vient au monde est né pour gagner et nous souhaitons le rappeler à tout le monde.On entend un autre chanteur que toi sur le titre Freeman. Qui est-ce ?C'est Jimaï, le chanteur des Kayans dont je vous parlais tout à l'heure.Dans le titre Reggae Mash Up, tu dis que le reggae a beaucoup de succès à travers le monde et qu'on l'entend partout à la radio. En France c'est vrai pour Bob Marley, mais le reste des artistes reggae ne passent que très peu à la radio. Cela ne veut pas dire que le reggae n'a pas de succès, il attire du monde en festival et dans les salles, mais les médias grand public ne s'y intéressent pas. Comment expliques-tu ça ?La musique prend parfois du temps avant de rencontrer son public. Je n'explique pas vraiment ce manque d'intérêt des grands médias pour le reggae, mais cela ne freine en rien son succès et son impact. Dans tous les concerts que je fais, je rencontre des gens qui me remercient et qui me disent que le reggae a changé leur vie. Ceux qui représentent le reggae doivent continuer à s'unir pour faire le bien et donner de la force au public. Il faut continuer à promouvoir le reggae toujours plus pour qu'il atteigne la place qu'il mérite.Les chansons de ton père que tu reprends sur l'album sont des titres que tu as l'habitude de chanter sur scène mais c'est la première fois que tu les enregistres en studio n'est-ce pas ?Oui. Après toutes les épreuves que j'ai traversées avec cette guerre autour du nom Gladiators, j'ai parfois été découragé. Le système ne m'a pas aidé dans cette lutte. Et je sais que mon père a connu beaucoup d'épreuves aussi dans sa vie de musicien donc ces reprises ont beaucoup de sens pour moi.Tu restes très fidèle aux versions originales. Comment apportes-tu ta personnalité dans ces chansons ?Tout ce que je fais, je le fais en tant que Gladiators. C'est naturel. Je suis fier d'être le fils de mon père. Son sang coule dans mes veines donc c'est normal que quand je chante ses chansons, cela ressemble aux originales. Je ne cherche pas à en faire des versions différentes. J'apporte ma créativité dans les nouvelles chansons.Comment as-tu choisis les titres que tu as repris ?Ce sont tout simplement mes préférés.Et si tu devais choisir TA chanson préférée des Gladiators, laquelle serait-elle ?Ouah ! C'est trop difficile, il y en a tellement. Guts, God Bless... Mais si je suis obligé d'en choisir une, je dirais Dreadlocks the Time Is Now.Comment va ton père aujourd'hui ? Où en est sa santé ?Il est Aberdeen à l'ouest de la Jamaïque dans la paroisse de St Elizabeth. Il est chez lui et il prend soin de lui. Il est toujours malade, mais son état est stable, ça ne s'empire pas. Il est toujours vivant et j'ai l'espoir qu'il aille mieux un jour. Je suis setucirc;r qu'avec la force du Très Haut il sera sur pied bientôt.C'est lui qui a voulu que tu fasses de la musique ?Dans un sens oui car il nous a appris à jouer des instruments à mes frères et moi. Quand on était petits et que les Gladiators répétaient, on prenait les instruments quand ils faisaient une pause. Mon frère Anthony à la batterie, mon autre frère / qui est décédé depuis / au clavier et moi à la basse. Mais comme je vous l'ai déjà dit, on était nés pour ça. La musique est dans notre sang. Si on t'apprend à jouer de la musique mais que tu n'es pas né pour ça, ça ne marchera pas. Moi je chante tous les jours de ma vie depuis que je suis petit. Quand j'étais tout gamin, je chantais sous la douche et je ne savais pas que mon père m'écoutait. Et un jour, il m'a dit : " Continue de t'entraîner à chanter les morceaux des Gladiators, car un jour c'est toi qui reprendra le flambeau. " Je ne sais pas s'il savait qu'il était malade ou s'il pensait déjà à se retirer de la scène musicale quand il m'a dit ça, mais je l'ai pris très au sérieux. Et j'ai attendu que mon tour vienne pour poursuivre sa mission.Sur ta première tournée avec les Gladiators en 2005, tu partageais la scène avec lui. Vous étiez tous les deux sur scène et ça a été sa dernière tournée. C'était prévu comme ça ?Non, on devait encore faire une tournée ensemble. C'est à moi qu'il a dit en premier qu'il ne se sentait pas capable de la faire à cause de sa santé. J'ai detucirc; l'annoncer moi-même au tourneur qui a décidé de ne pas annuler la tournée car mon père voulait que les Gladiators survivent. Il m'a définitivement confié les rênes du groupe après l'album Father and Sons en 2005.Ton père a-t-il eu l'occasion de te voir sur scène seul, sans lui ?Il a seulement vu des vidéos. Mais il est fier de ce qu'il a vu. Mon père est quelqu'un d'exigeant. Si quelque chose ne va pas, il te le dit sans faire de détour.Tu n'es pas le seul artiste à faire vivre la musique de son père. Apprécies-tu le travail des autres enfants d'artistes ?Oui bien setucirc;r. Dès qu'un fils ou une fille reprend le travail d'un de ses parents, je trouve ça beau et je soutiens à 100 %. Big Up aux frères Marley ou à Kenyatta Hill par exemple qui continue de faire vivre la musique de Culture et de son père Joseph Hill.Peut-être qu'un jour ce sont tes enfants à toi qui reprendront le flambeau des Gladiators ?Bien setucirc;r. J'ai deux enfants, un de 23 ans et un de 7 ans, ils sont aussi nés Gladiators et ils se préparent déjà. Ils font déjà de la musique et je travaille sur la construction d'un studio pour pouvoir produire leur musique. (webremix.info)


Taj Weeks et Adowa - To All My Relations

Le poète, activiste, musicien et auteur Taj Weekes fait son grand retour en 2019 avec son nouvel album To All My Relations. Pour ce sixième album qui fait suite à l'excellent Love, Herb et Reggae sorti en 2016 ou Pariah in Transit paru en 2014, Taj Weekes a une nouvelle fois fait appel au groupe Adowa. Leur nom fait référence à la bataille d'Adoua de 1896 qui opposait l'empire éthiopien au Royaume d'Italie. Le band amène une touche rock'n roll et consolide le reggae one drop et roots de l'auteur-compositeur natif de Sainte Lucie.Produit et enregistré par le très grand Sidney Mills, clavier et producteur de Steel Pulse, ce nouvel album aura mis deux ans à prendre vie. Le projet a un goetucirc;t particulier et sonne comme un hymne à la résistance, un appel à se lever et à lutter contre l'oppression et le racisme. Le groupe a réalisé cet album durant sa tournée américaine dans un climat politique hostile, des manifs de soutien à la Première Nation Sioux de Standing Rock au Sakota jusqu'aux incursions dans l'Amérique conservatrice rurale. Il se positionne comme le constat d'une Amérique de plus en plus fractionnée, divisée en deux, entre une population très rurale et conservatrice qui se renferme de plus en plus sur elle-même et un monde boulimique qui ne cesse de se développer.Taj Weekes ouvre avec finesse et intelligence ce nouvel album. Il a choisi le titre You and I qui sonne comme un message d'unisson porté par des arpèges et des percussions envoetucirc;tantes. On poursuit avec le titre What a Believe soutenu par des percussions syncopées et des lignes de guitares tortueuses. Ce second titre annonce un album qui souhaite rassembler mais aussi apporter un message de contestation et de révolte comme avec le titre 41 Shots ou encore The Lie qui remet en question nos croyances dans l'espoir d'en ressortir plus aimant envers son prochain. Des textes engagés, subtils et sans fard. A noter que l'esprit humaniste et engagé de l'artiste ne s'arrête pas seulement à ses textes, mais prend forme au travers de son activisme social. Il a été nommé défenseur des enfants pour l'Unicef à Sainte-Lucie et a fondé son propre organisme caritatif, la fondation They Often Cry Outreach.Le titre All Tears Flow nous ramène lui dans un univers plus roots avec un riddim one drop puissant, accompagné de superbes interventions à la guitare électrique. Terror Is Him est un morceau plutôt dub, avec une ligne de basse envoetucirc;tante et une rythmique de guitare tranchante, dans lequel Taj dénonce un monde de plus en plus enclin à la terreur. Standing Rock apporte de la fraîcheur et un moment de calme dans l'album avec un ridim acoustique qui donne envie de danser. Big Pharma nous ramène dans un roots deep et conscient avec des interventions de guitares électriques plus qu'intéressantes. La chanson s'attaque, comme son nom l'indique, aux compagnies pharmaceutiques qui se soucient plus de la santé économique de leurs actionnaires que de la santé de leurs consommateurs. Vibe Up invite à passer à l'action et à lutter pour la bonne cause. Heroin Trade dévoile un univers plus intimiste presque acoustique avec des sonorités soul par moment. Narcissist et Son of a Bitch constituent des plaidoyers forts et sans détour contre le gouvernement en place aux USA. One Little Spark nous entraîne dans des rythmiques et des sonorités très one drop, alors que Bullet nous fait voyager dans un univers plus latin aux sonorités de musique espagnole. Cet opus nous fait voyager dans des univers différents mais complémentaires : soul, RetB ou encore sonorités amérindiennes.To All My Relations est un opus très réussi qui véhicule autant de poésie dans la musique que dans le message exprimé par Taj Weekes. Une voix et un band qui s'épousent à la perfection pour nous offrir un album intense et obsédant, contestataire, humain, engagé et poétique.Tracklist :1. You and I2. What Do You Believe In3. All Tears Flow4. Terror is Him5. Standing Rock6. Big Pharma7. Vibe Up8. Heroin Trade9. Narcissist10. Insecurities11. One Little Spark12. 41 Shots13. The Lie14. Son of a Bitch15. Bullet (webremix.info)


Notre Top 10 reggae féminin

Aujourd'hui 8 mars, journée internationale des droits des femmes, Reggae.fr met à l'honneur le reggae féminin ! Il n'est pas rare d'entendre que la gent féminine se fait discrète dans le reggae, mais nombreux sont les exemples qui nous feront mentir... Combien de hits ont été signés par des femmes ? Notre Top 10 vous fera prendre conscience de la place importante que tiennent les chanteuses dans ce milieu toujours très masculin qu'est le reggae. Et rendez-vous ce soir pour une sélection spéciale artistes féminines sur notre Webradio de 18h à 20h.Millie Small - My Boy LollipopMy Boy Lollipop est tout simplement le premier morceau jamaïcain à avoir du succès à l'étranger. Et c'est une femme qui en l'interprète ! Après avoir enregistré quelques morceaux pour Coxsone à Yard, Millie Small part s'installer à Londres. Arrivée là-bas, elle enregisre ce titre en 1964 qui devient immédiatement un tube sur l'île britannique. Le rythme, qu'on appelle blue beat, est un des prémisces du ska. Premier succès pour la musique jamaïcaine et pour le label Island... Vous connaissez la suite !Phyllis Dillon - Don't Stay AwayLe rocksteady a sans doute été la période où les artistes féminines furent le plus sur le devant de la scène en Jamaïque. Avec des chanteuses comme Nora Dean, Marcia Griffiths, Doreen Shaffer, Joya Landis, The Soulettes ou The Gaylettes, les chansons d'amour prenaient une autre dimension. Phyllis Dillon, elle, pleure le départ de son âme-soeur sur un riddim rocksteady absolument incontournable composé et joué par Tommy McCook et The Supersonics. Don't Stay Away sort en 1967 sur le label Treasure Isle de Duke Reid. Il s'agit du premier morceau original enregistré par Phyllis Dillon, jusqu'ici cantonnée à des reprises de standards américians comme Make Me Yours de Bettye Swann ou Love the One You're With de Stephen Phills. Elle n'est pourtant âgée que de 19 ans quand ce titre sort. Propulsée au sommet des charts, Phyllis fera cependant une courte carrière qu'elle arrêtera an 1971.Marcia Griffiths - Feel Like JumpingEnregistré en 1968 à Studio One, Feel Like Jumping est le premier hit de Marcia, qui deviendra plus tard membre des I-Threes, les choristes de Bob Marley. Le riddim vous dit quelque chose ? Normal, il s'agit du Boops Riddim, plus connu sous le nom de 54-46, celui-là même du tube de Toots and the Maytals... Toujours active aujourd'hui, Marcia Griffiths est considérée comme la Reine incontestée du reggae !Nora Dean - Barbwire"L'autre jour, j'ai rencontré ce type qui avait du barbelé dans son slip..." Nora Dean raconte l'histoire d'une jeune fille draguée par un jeune homme un peu trop entreprenant. Mais elle ne se désarme pas, le frappe à la tête et court vers sa mère en l'appelant au secours : "Oh Mama, ma ma ma !" C'est précisément ce gimmick qui a rendu le titre populaire. Nora Dean aura eu une carrière éclair, presque inaperçue si ce titre de 1969 produit par Duke Reid n'était pas sorti. Elle est connue pour ses titres grivois et celui-ci façonnera d'autant plus sa réputation. Un titre sorti en 1969 qui préfigure en quelque sorte le slackness d'aujourd'hui...Althea et Donna - Uptown Top RankingL'une des chansons reggae les plus connues au monde. Elle a été reprise des dizaines de fois, figure dans des films, des jeux vidéos, des séries... A sa sortie, en 1977, le titre fait l'effet d'une bombe en Angleterre. Uptown Top Ranking se classe immédiatement au top des charts faisant des deux adolescentes Althea et Donna les plus jeunes femmes à être entrées dans les charts anglais. Elles n'ont en effet que 18 ans quand elles enregistrent ce morceau pour Joe Gibbs. Le riddim est en fait un recut de l'instru de 1967, I'm Still In Love d'Alton Ellis. Althea et Donna répondent dans cette chanson au deejay Trinity qui avait enregsitré Three Piece Suit sur le même riddim deux ans auparavant.Judy Mowatt - Black Woman"Black woman, to you I dedicate my song". Une chanson par une femme pour les femmes ! Judy Mowatt est une ancienne Gaylettes quand elle se lance dans sa carrière solo au début des années 70. Il faudra pourtant attendre qu'elle intègre un autres trio - les I-Threes aux côtés de Marcia Griffiths et Rita Marley - pour que ses titres solos retentissent. Black Woman est l'un de ses morceaux les plus réussis. Titre éponyme du premier album reggae d'une artiste féminine en solo (produit par elle-même de surcroit !), il véhicule une émotion que l'on sent plus que sincère exprimée d'une voix soul irrésistible et servie par un riddim de toute beauté.Lady G - Nuff RespectPosé en 1988 sur le puissant Rumours Riddim de Gussie Clark, sur lequel on retrouve notamment le terrible tune du même nom de Gregory Isaacs, Nuff Respect est un titre osé pour cette époque où les femmes étaient très rares dans le milieu de la musique en Jamaïque, et encore plus dans le dancehall. Lady G se lève pour les droits des femmes et réclame haut et fort qu'on leur montre du respect avec un flow deejay précis et un accent jamaïcain irrésistible. Le tune a même droit à un clip dans le pure style 80's avec les coupes de cheveux et les tenues vestimentaires qui vont avec. A l'écoute de ce titre, on ne voit qu'une chose simple à dire : Nuff respect to yuh Lady G !Dawn Penn - No No No (You Don't Love Me)Classique parmi les classiques ! Beaucoup connaissent ce tune de Dawn Penn, mais peu savent qu'il est inspiré de deux morceaux américains. No No No reprend en effet des paroles et quelques éléments musicaux du titre You Don't Love Me enregistré par Willie Cobbs en 1961 et lui-même inspiré du titre She's Fine She's Mine de Bo Diddley qui date lui de 1955. Comme le producteur Coxsone voyageait souvent aux Etats-Unis pour ramener des disques, il n'était pas rare dans les années 60 que certains titres enregistrés en Jamaïque soient des reprises de rythm and blues américain. Ce No No No en fait donc partie. Enregistré d'abord chez Studio One en 1967 sur un riddim rocksteady (sur lequel Prince Jazzbo livrera un superbe cut deejay), il devint un tube planétaire en 1994 quand Steely et Clevie eurent la bonne idée de faire reposer Dawn Penn sur une version plus moderne (qui aura même droit à son clip). Depuis, le célèbre "No No No" a été samplé et repris des dizaines de fois par des artistes américains tels que Rihanna ou Beyoncé. Parti des States et revenu aux States... La boucle est bouclée !Tany Stephens - It's a PityL'adultère est souvent encouragé dans la musique jamaïcaine moderne. Les artistes de dancehall, qu'ils soient masculins ou féminins, n'hésitent pas à se vanter de multiplier les conquêtes ces derniers temps. Mais en 2004, une chanteuse de dancehall connue pour son côté sulfureux ose aborder le sujet d'une manière différente. It's a Pity est LE hit incontournable de Tanya Stephens. Plutôt habituée au dancehall à l'époque, elle se pose enfin sur un riddim 100% reggae particulièrement chaloupant. Il s'agit du Doctor's Darling Riddim, un énorme recut du Night Nurse de Gregory Isaacs, joué par le groupe allemand Seeed. Sur la version, Tanya raconte une histoire d'amour impossible entre deux amants déjà pris. Mais au lieu d'inciter au passage à l'acte, la chanteuse jamaïcaine clôture la chanson avec sagesse et aucun des deux ne sautent le pas ! Comme quoi, on peut faire des hits en restant moral...Queen Ifrica - DaddyVoilà un titre devenu culte dès sa sortie. Posé en 2007 sur le 83 Riddim de Kemar 'Flava' McGregor pour son label No Doubt, Daddy n'est peut-être pas le tune de Queen Ifrica le plus percutant musicalement parlant, mais c'est sans aucun doute le plus marquant au niveau de l'écriture. La chanteuse ose briser les tabous et dénonce l'inceste et les abus sexuels sur les enfants dans un plaidoyer bretucirc;lant et magnifiquement écrit. Elle se met à la place d'une jeune fille abusée et livre des lyrics touchants : "Les longues douches que je prends ne lavent pas mes souvenirs." Contre toute attente, la chanson se classera rapidement en haut des charts en Jamaïque, malgré les différentes tentatives de censure. Et le tune sera même soutenu par l'UNICEF qui engagera Queen Ifrica pour quelques concerts en faveur des enfants maltraités. L'exemple parfait d'un reggae conscient et militant ! (webremix.info)


Dubmingo #75 - Mafia et Fluxy @ Madrid

Nous vous avions présenté dernièrement les soirées Sundub, rassemblements du dimanche en terres bordelaises. Nous faisons à nouveau " quelques " kilomètres pour vous faire découvrir l'ambiance des chaleureux Dubmingo au coeur de la capitale espagnole.Cet événement est devenu un immanquable des adaptes madrilènes de dub sessions. Au point de leur faire rebaptiser le nom du club Rock Palace en Roots Palace. Organisés depuis 2015 par Gudaridub, nom bien connu de la communauté sound system culture ibérique pour ses multiples passages au Rototom ainsi qu'à l'emblématique IDG au mois d'avril et son label Gudaridud Records, les Dubmingo sont avant tout des évènements dédiés à diffuser les productions internationales en invitant à chaque édition des noms emblématiques tout en appuyant aussi les nouveaux projets. C'est cette dimension conviviale dans un club assez petit et cosy qui permet le partage entre grands noms et artistes de Madrid ou d'ailleurs. Débutants, passionnés, artistes déjà en place, tous sont les bienvenus pour proposer le temps d'un set leur univers et leurs meilleures sélections. Depuis ses débuts, la Dubmingo family ne cesse de croître et de faire des rencontres. L'aventure débuta non loin du club actuel dans le quartier multiculturel, coloré et populaire de Lavapies aux côtés de Jah Vibes, Ras Jahgec, Roots Creator, les locaux madrilènes Nu School Steppas et Mas Jahma Sound ou bien encore Irie Papo. De la partie : des Espagnols tels que Burian Fyah, Cherry Dub, Iseo et Dodosound, Chronic Sound, Afrikan Warriors et The Emeterians mais aussi des invités de marque venus d'ailleurs comme les Portugais Real Rockers, Warriors Of Dub from Argentina, DJ Vadim ou Kai Wadada de la Wadada Sound System Family tout droit venu des îles grecques. Et enfin sur les dernières éditions les Ital Roots et Equal Brothers.Nous étions donc à Madrid le 17 février dernier pour la 75ème édition des Dubmingos. Ouverture des portes dès 17H avec encore les derniers préparatifs, réglages et où une ambiance de fin de journée dominicale se fait sentir. C'est davantage sur les coups de 20H que Gudaridub se met réellement en place avec le morceau de Prince David Evil Fe Burn et propose des tunes de plus en plus dansants pour réchauffer la foule qui s'agrandit peu à peu prête à entamer la soirée qui ne se terminera que quatre heures plus tard.Après son set il est temps pour Miky Gudaridub de faire les présentations des tant attendus Mafia and Fluxy. Les deux frères Leroy " Mafia " et Dave " Fluxy " arrivés de Londres sont en effet les invités pour cette édition. Passionnés de reggae depuis leur tendre adolescence et bercés par le rêve de devenir un jour de grands producteurs, ils débutèrent en formant un petit groupe de lycée avant de poursuivre comme ils savent le faire le mieux : à deux, unis et soudés. A force de persévérance et de passion, ils sont heureux de pouvoir compter aujourd'hui Santana, Gregory Isaacs, Sugar Minott, Anthony B ou Luciano dans la liste des grands noms internationaux avec qui ils eurent le plaisir de travailler.En guise d'introduction, un premier remake melodica et violon de World A Reggae d'Ini Kamoze. Il sera suivi de Richman Poorman qui ouvre ainsi bien le bal. Les Mafia et Fluxy annoncent donc tous sourires le ton de la soirée. Ce sera un retour sur les grands classiques, une soirée spécialement tournée vers le roots mais avec quelques touches dancehall et rub a dub pour venir bousculer la foule toujours au bon moment ! Un beau pull up sur Denis Brown vient enflammer les massives qui reprennent très vite leurs danses rythmées par le titre Old Marcus Garvey du grand Burning Spear.Le titre Licky Licky du dernier album Repatriation de King Kong fraîchement sorti en 2018 vient pimenter la sélection avant de poursuivre avec le premier moment de complicité entre artistes de la soirée. C'est Mary Jane du groupe Emeterians, Madrilènes expatriés à Londres, qui vient envahir la salle de sa chaleureuse voix sur une belle impro et ses envoetucirc;tants "sunshine of my life " repris par Leroy " Mafia ".Les percussions et cuivres entraînants de la version dub du conscient titre de Sugar Minott et quelques titres de Richie Spice, Jah Shaka ou bien encore Buju Banton viennent remuer la foule qui retrouve ensuite une note de douceur avec un dubplate du Mash Down Rome de Michael Prophet qui subit deux violents pull ups rassemblant la foule qui brandit alors ses lighters. Les deux frères en sont déjà à presque deux heures de set lorsqu'ils laissent place à la Dubmingo Family pour quelques freestyles. Ils invitent à nouveau un membre des Emeterians, Mister Brother Wildman, la Madrilène Sista Cheka vient elle aussi poser son flow sur un riddim rub a dub. C'est ensuite au tour d'un autre invité, non des moindres, Yeyo Pérez, un grand warrior de la scène madrilène, de prendre le micro et de contribuer, avec son flow et son énergie inépuisables, à rendre l'ambiance de plus en plus bouillante dans le petit club madrilène.La fin de soirée se fait sentir après ces grands moments de complicité intense entre artistes. Mafia and Fluxy annoncent peu à peu les derniers tunes et se font un plaisir avec une série de pull ups pour faire durer la soirée sur un dernier son de Lenn Hammond.Les derniers sourires et poignées de mains s'échangent avant que les massives ne se dirigent vers la sortie du Rock Palace en se languissant déjà d'être au prochain Dubmingo.Afin de ne pas oublier le reste des addicts espagnols, les sessions se déplacent désormais à Valencia, Lugo, Cordoba, Santiago de Compostela et depuis déjà 3 éditions à Saint-Sébastien permettant même aux addicts de l'Hexagone de s'offrir une session et un périple espagnol pour terminer la semaine ! (webremix.info)


Marcus Gad meets Tamal - Enter a Space

Avec déjà deux EPs et un album remarqués à son actif, Marcus Gad vient aujourd'hui réaffirmer son identité musicale avec le projet Enter a Space, tout juste sorti chez Baco Records. Un EP que l'on peut d'ores et déjà présenter comme une réelle exploration musicale ; profond, authentique et spirituel tant dans ses sons que ses textes. C'est aux côtés de Clément alias Tamal, beatmaker parisien que l'artiste calédonien parfait son style pour nous présenter un projet abouti et de grande qualité.L'entrée en matière se fait avec le titre éponyme de façon très roots, tout en procurant une pointe pop soul agréable, une invitation délicate à pénétrer dans un univers chaleureux. C'est au tour de River de continuer sur cette lancée blue soul, mais où Marcus Gad vient jouer subtilement avec l'ambiance et l'énergie du morceau en lui donnant un caractère plus hip-hop sur ses couplets. Piano, batterie, lointains et délicats choeurs ainsi que fletucirc;te indienne viennent faire décoller notre esprit pour l'univers mystique du jeune artiste inspiré ici par la philosophie indienne, comme un fil rouge tout au long de l'opus.La précision des arrangements et la finesse des compositions se font sentir sur des morceaux tels que I Want To Know qui aborde les enseignements de la vie ou bien encore Live Up To the Day où l'omniprésence des cordes du n'goni nous enivre littéralement.C'est sans nul doute Inna Nature, aux sonorités plus africaines, qui vient transcender l'EP avec l'intervention ensorcelante de Losso Keita, griot burkinabé qui nous captive par sa voix enveloppante et poignante. Tel un chant liturgique au nom de mère nature, ce morceau est une réelle trance musicale, une découverte, une bouffé d'air pur. La voix envoetucirc;tante de Marcus Gad se fond avec les percussions et guitares pour garantir un dépaysement total. Prayers vient enfin clôturer cette collaboration entre Tamal et Marcus Gad. Un titre élégant bercé d'influences pop soul mêlées à des sonorités aquatiques, la délicatesse du violon et quelques touches synthétiques. Une ultime réflexion sur le sens de la vie, sa valeur, ses principes - qui invite celui qui écoute à poursuivre en profondeur sa quête de soi et son observation consciente du monde.Enter a Space porte bien son nom, voilà un univers marqué où conscience, douceur et volupté sont maîtresses. Et pour aller plus loin dans cette réelle expérience sensorielle proposée par Marcus Gad, laissez vous emporter par la profondeur de ses deux clips aux couleurs de l'Inde.Tracklist :01. Enter a Space02. River03. Live Up To the Day04. I Want To Know05. Inna Nature feat. Losso Keita06. Prayers (webremix.info)


Melodub - Interview Dub Ambassadors

Après quelques entretiens vidéos démarrés l'année dernière (RDH Hi Fi, Dawa Hi Fi), Reggae.fr continue de mettre en avant les acteurs du mouvement sound system avec la rubrique Dub Ambassadors. Melodub fait partie de l'hyperactive scène nantaise ; armés d'une sono faite-maison tout en bois, ils jouent du dub au sens large, du roots foundation le plus profond aux sons modernes les plus fous. Ils font partie de cette nouvelle génération française qui fait vivre la culture sound system sur le territoire. Rencontre avec Jahraw et Clément, respectivement selector et technicien/opérateur du crew. Reggae.fr : Parlez-nous de votre rencontre avec le reggae et les sound sytems.Clément : J'ai découvert ça à Montpellier avec les sessions de Lion Roots qui jouait souvent dans le coin. C'est là-bas que j'ai pris mes premières " claques " à écouter un sound system type reggae/dub. Par la suite j'ai bougé en session en France à droite à gauche, puis en Angleterre avec le carnaval de Notting Hill notamment. Et puis l'envie de construire mon propre sound system est venue. J'avais commencé à monter le projet avec des potes à Montpellier à la base, après j'ai commencé à construire quelques enceintes quand je suis arrivé en Bretagne avec un ami. Puis j'ai rencontré Jahraw et on a vraiment lancé le projet.Jahraw : Moi j'ai commencé à écouter du reggae et après j'ai découvert les sound systems il y a une dizaine d'années. Les enceintes, jouer fort, plein de basses... Tout ça j'aime beaucoup. J'ai commencé avec un autre sound system qui était plus ragga jungle, break beat, ce genre de trucs. Et puis j'ai rencontré Clem qui était dans la musique dub... Et nous voilà aujourd'hui.Vous êtes basés à Nantes, une ville où la culture dub est très vivante notamment avec le Dub Camp et les soirées Dub Club. Comment expliquez-vous que cette culture soit particulièrement implantée dans cette ville ?Jahraw : C'est vrai qu'à Nantes il y a un beau phénomène dans le dub. Il y a énormément de soirées. On parle beaucoup du Dub Camp et des Dub Clubs mais il y a aussi plein d'autres plus petites soirées qui marchent très bien et qui sont vraiment très intéressantes.Clément : Comment l'expliquer je ne sais pas. Il y a une base avec Abubakar déjà, qui est là depuis un bon moment avec Zion Gate. Je pense que tous ceux qui sont à Nantes sont déjà allés au moins à une session de Zion Gate. Il y est pour quelque chose c'est setucirc;r, mais pourquoi ça a si bien pris à Nantes, je ne sais pas vraiment en fait.Jahraw : Il y a plusieurs coins en France où tu vois que ça marche. etCcedil;a marche bien partout mais tu as des points où ça marche particulièrement bien, comme Bordeaux par exemple. Il y a beaucoup de monde, beaucoup de sonos qui se construisent, les jeunes aiment bien ça et eux aussi construisent des petites sonos, ils commencent à s'y mettre. Le problème reste de trouver des lieux. Mais c'est vrai qu'à Nantes il y a une soirée dub presque tous les 15 jours. C'est assez dingue quand même.Sur quel format jouez-vous ?Jahraw : On joue 80% de vinyles.Clément : Pour les dubplates ou les prods, on joue en numérique car on ne peut pas se permettre de tous les graver au format vinyle. etCcedil;a m'arrive aussi assez souvent d'aller sur une plateforme de téléchargement pour acheter un son même si on privilégie les vinyles. Pour voyager c'est aussi parfois plus pratique d'avoir sa musique sur PC plutôt que de transporter des caisses de disques.Question simple mais qui pourrait alimenter des débats pendant des heures : C'est quoi le dub ?Jahraw : La première chose qui me vient à l'idée c'est une face B avec une grosse ligne de basse. Le genre de son où tu fermes les yeux et où tu peux partir.Clément : Je dirais que c'est l'utilisation d'effets, le retravail de la musique, de la face A d'un disque. Il y a un skank, des snares, une basse, un travail de mixage et énormément d'effets. Après il y a plein de directions dans le dub, ça a un sens assez large qui englobe pas mal de choses. On peut même dire qu'il y a plusieurs styles de dub...Justement, il y a plein de styles de dub. Quel sens donnez-vous à vos sélections ?Jahraw : On peut jouer pas mal de choses dans nos sessions. On n'a pas une sorte de dub ou une sorte de roots qu'on aime plus. Enfin si on a des petites préférences mais je veux dire, on joue plein de styles.Clément : On n'a pas une étiquette "rootsman" ou "stepper" et au final je pense que c'est ce qui peut faire l'identité aussi. Une session multi styles au travers du reggae/dub.Parlez-nous de l'importance que peut prendre le public lors d'une session.Clément : Ben pour moi si il n'y pas de public, il n'y a pas de session. Il n'y a pas forcément besoin de beaucoup de monde. Mais il faut arriver à communiquer d'une manière ou d'une autre avec ton public et créer une émulsion.Arrivez-vous à vivre de votre passion ?Jahraw : On a chacun un taff à coté parce qu'on va dire que l'argent qu'on gagne avec le sound system on le garde pour le réinjecter dans le projet. Améliorer le matériel, organiser une soirée, réparer du matos cassé... etCcedil;a arrive d'ailleurs très souvent, il faut le signaler.Clément : Moi j'ai la chance de travailler dans le milieu aussi car je fabrique des machines donc je passe 90 % de mon temps dans le milieu sound system. C'est compliqué de monter un sound si tu n'as as pas de taff à coté. Pour nous ça reste une passion, pas un gagne-pain.Jahraw : Après si on se met à jouer avec le full system tous les 15 jours, pourquoi pas ? Mais pour l'instant ce n'est pas le cas.Clément : Déjà on n'a plus, ou quasiment plus, besoin d'injecter de l'argent perso. Au début, on a beaucoup investi de notre poche, mais maintenant ce sont les sessions qui ramènent des sous et qui permettent d'améliorer le système. Donc c'est déjà plus confortable. Après toutes ces années vous avez forcément des souvenirs marquants ?Clément : L'an dernier, on est partis jouer dans un festival et on savait qu'on était en surcharge avec le camion. On s'est fait contrôlés, ils ont pesé le camion... On a été obligés de décharger des boxes et de faire deux allers-retours pour venir rechercher le reste de la sono. Tout ça sous la flotte évidemment, puisqu'il ne peut pas faire soleil à ce moment-là (rires). Donc ça c'était le vrai plan galère. Aujourd'hui on en rigole, mais sur le coup beaucoup moins. Après des bons souvenirs de soirées en sound system j'en ai plein. Une des sessions qui m'a le plus marqué c'est Shiloh et Earthquake à Bruxelles. J'ai vraiment pris une claque tant par la sélection que par le volume sonore et la pression dans la salle.Jahraw : Moi j'en ai une qui me vient à l'idée c'était une soirée à l'époque à l'Olympic à Nantes où il y avait justement Zion Gate qui posait sa sono avec Dub Judah et African Simba. C'était il y a très longtemps mais cette soirée était magique.Pour finir est-ce qu'il y a des projets qui vont arriver dans les mois à venir ?Clément : On a une soirée à Nantes en mars avec Nina's Rocking Sound et Forward Sound. Et on jouera avec Legal Shot et Charlie P pour la Mov'Up Dub Session pas très loin de chez nous aussi. Après, on ne fait pas que du sound system reggae/dub avec la sono. On s'autorise aussi à sonoriser d'autres styles de musique que ce soit drum et bass, techno, trance, tropical, electro, ou même des lives avec des zikos. On n'est pas fermés.Jahraw : Le but c'est de continuer à faire danser les gens pour qu'ils repartent avec le sourire de nos soirées. (webremix.info)


Top 10 titres consacrés à Kingston

Kingston. Le coeur de la Jamaïque. Capitale économique, politique, culturelle, touristique et bien setucirc;r musicale de l'île, la ville concentre tout. Les artistes le disent tous : impossible de faire carrière sans aller à Kingston. Située au sud-est de la Jamaïque, elle est ouverte sur le monde grâce à son port. Sa richesse culturelle et sa réputation de ville dangereuse alimentent tous les fantasmes et les artistes reggae et dancehall ont bien setucirc;r dépeint la capitale sous toutes ses coutures. Petit tour d'horizon avec notre top 10 des titres consacrés à Kingston. Retrouvez cette sélection et bien d'autres morceaux ce jeudi de 19h à 20h sur la webradio Reggae.fr !Lord Creator - Kingston TownLes étrangers sont souvent bien placés pour déclarer leur amour pour une ville. En 1970, c'est le Trinidadien Lord Creator qui s'en charge avec un rocksteady langoureux qu'on croirait écrit pour une femme. Installé en Jamaïque depuis la fin des années 50, Creator connaît bien cette ville et nous en dévoile toute la magie nocturne sur ce titre produit par Clancy Eccles et repris 20 ans plus tard par les Anglais UB40 qui en firent un hit international.Toots and the Maytals - Funky KingstonQui a dit que Kingston était uniquement une ville reggae ? La capitale jamaïcaine est avant tout une ville de black music, longtemps influencée par les standards américains des années 30, 40 et 50. Funky Kingston, l'un des titres phares de la carrière de Toots and The Maytals, témoigne de cet héritage. Il y a du James Brown dans la voix de Toots Hibbert sur cette chanson parue sur l'album du même nom en 1972. D'ailleurs, l'opus en question renferme des reprises de Richard Berry, Ike Turner et Shep and The Limelites, d'illustres artistes de rythm and blues américain. Personne ne peut résister à l'appel à la danse que crée Funky Kingston et la montée en puissance du titre avec les onomatopées de Toots ne laisse personne indifférent.Bob Marley - Trenchtown RockKingston est composée de 20 arrondissements et de nombreux quartiers dont les noms résonnent dans les oreilles des passionnés de musique jamaïcaine. Tivoli Gardens, Cross Roads, Waterhouse, Red Hills, Maxfield... Et le plus connu d'entre eux : Trenchtown, situé dans le 12ème arrondissement de Kingston ; celui-là même où le reggae roots prend ses racines, le quartier qui a vu naître la légende Bob Marley. Installé sur place depuis ses 12 ans, c'est là que le futur Roi du reggae apprend la vie et la musique. Il y fait référence sur ce titre qui renferme l'une des punchlines les plus connues de sa carrière : "One good thing about music, when it hits you feel no pain." Michigan et Smiley - Kingston 13Après Kingston 12 vient Kingston 13, un autre quartier où la vie n'était pas facile. En 1985, le duo de deejays Michigan et Smiley décrivent la dure réalité du ghetto sur le Shank I Shek Riddim de leur phrasé plutôt jovial contrastant avec leurs paroles noires.Gregory Isaacs - Kingston 14Et après Kingston 13, vient Kingston 14. Cette fois c'est Gregory Isaacs qui parle de l'arrondissement de Denham Town. Et sa description n'en est pas moins lugubre : "Saturday ah carnival, sunday ah funeral" (le samedi on fête le carnaval, le dimanche on assiste aux funérailles). Un titre des années 90 qui eut droit à deux version différentes. Une pour le label Universal Noiz et une autre mixée par Bobby Digital dispo sur l'album Happy As a King. Mais la version la plus émouvante reste celle réinterprétée par le Cool Ruler lui-même dans le film Made in Jamaica du Français Jérôme Laperoussaz en 2006. Isaacs déroule les paroles d'une nonchalance glaçante, dans la rue, assistant au défilé d'un cortège funèbre suivant un corbillard. Josey Wales - Kingston HotA Kingston c'est chaud ! On l'a bien compris. Les gunmen s'affrontent à tout va et les rude-boys terrorisent habitants et touristes. Josey Wales chante la tension qui règne sur la capitale jamaïcaine en 1982 en posant son toast sur le mythique Answer Riddim.Cocoa Tea et Ninjaman - Kingston Hot AgainKingston Hot, Cocoa Tea le chantait aussi dans les années 80. "C'est pas une blague, partout où tu vas les balles fusent." Il enfonce le clou en enregistrant une nouvelle version de son titre aidé du deejay Ninjaman (aujourd'hui emprisonné à vie pour meurtre !). Le tune sort sur le label Volcano et est produit par Junjo Lawes, lui non plus pas connu pour être un enfant de choeur. Toute la contradiction de la musique jamaïcaine !Alborosie - Kingston TownSur ce tune ô combien puissant, Alborosie parle de la capitale jamaïcaine comme personne. Lui qui s'y est installé plusieurs années auparavant parvient à retransmettre l'ambiance de la ville en quelques mots : la chaleur, la musique, l'obscurité, la tension, la violence, la ganja, les filles... Tout y est narré à la perfection sur une superbe adaptation moderne de l'instru When I Fall In Love de Ken Boothe (quasiment méconnaissable tant elle est bien remaniée). L'île toute entière avait été dépeinte à merveille par Damian Marley et son hit Welcome To Jamrock ; Alborosie a fait au moins aussi bien pour Kingston !Protoje - Kingston Be WiseProtoje aussi aime faire du neuf avec du vieux. Nombreux sont les riddims anciens qu'il a recyclés sur ses trois albums, parfois avec une telle subtilité qu'on peine à les reconnaître. Ce Kingston Be Wise, hit de 2012 produit par Don Corleon, est beaucoup plus assumé puisque Protoje va même jusqu'à citer l'auteur du titre original England Be Nice (Ini Kamoze) dans ses paroles. Là ou Ini Kamoze réclamait du respect de la part de l'Angleterre pour l'apport culturel de la Jamaïque au Royaume de Sa Majesté, Protoje appelle au calme et à la sagesse dans la capitale jamaïcaine.Dre Island - My CityKingston, une source d'inspiration inépuisable. Ce titre tout récent, sorti à la fin de l'année 2018, dépeint un portrait bien sombre de la capitale jamaïcaine. Mais Dre Island ne peut pas s'empêcher d'aimer sa ville malgré ses parts d'ombre : "Mi from a place where love is sweet and give you heart attack" (Je viens d'un endroit où l'amour est pur mais te file une crise cardiaque). (webremix.info)


Buju Banton est libre - dossier complet

Kingston, décembre 1995. La nuit est déjà bien avancée et le public trépigne d'impatience en attendant l'arrivée sur scène d'une des icônes du reggae de l'époque : Buju Banton. Derrière la scène, les lunettes noires cachant son regard de guerrier, vêtu d'un simple tee-shirt et d'un jean, l'artiste entame les premières notes d'" Untold Stories ".Un murmure s'élève devant la scène et plusieurs milliers d'amateurs de reggae couvrent la voix de Buju en chantant le premier couplet de la chanson. Peu d'artistes peuvent se targuer d'avoir réalisé un album qui a marqué l'histoire d'une musique. Buju Banton en est et son opus " 'Til Shiloh " sonne comme l'un des précurseurs du renouveau du roots reggae. Buju n'est évidemment pas le seul à avoir relancé sur la scène internationale un style qui avait souffert de la mort de son représentant le plus universel, Bob Marley. On pourrait citer Sizzla et son merveilleux " Black Woman et Child ", Anthony B et " Real Revolutionary ", ou, un peu plus tard, Capleton avec " More Fire ".Mais à l'occasion de la sortie de prison de celui que l'on surnommait Gargamel, nous avons voulu vous proposer un dossier complet sur cet artiste, avec la coopération des éditions La Lune Sur Le Toit, extrait de l'ouvrage Reggae Ambassadors La Légende du Reggae sorti en 2016. Rarement un chanteur aura autant fait l'unanimité auprès de ses pairs. Il n'y a pas, ou si peu, de jeunes artistes de reggae qui omettraient de citer Buju Banton comme référence dans leur apprentissage musical. Les plus anciens des chanteurs de l'île saluent tous l'énergie scénique et l'univers artistique de l'interprète de " 'Til Shiloh ". Il faut dire que sa discographie, débutée au début des années 1990, en impose, et qu'elle serait encore plus conséquente si Buju n'était pas coincé derrière les barreaux dans un pénitencier américain depuis 2011. Condamné pour trafic de cocaïne, il enregistra lors d'une sortie conditionnelle le fulgurant " Jah Army " aux côtés de Stephen Marley, comme pour renforcer les paradoxes de sa personnalité. Un destin qui illustre à merveille les tiraillements des génies musicaux yardies, partagés entre ombre et lumière, positivité et côtés obscurs, spiritualité et matérialisme forcené.Né Mark Myrie, Buju Banton tient son surnom de sa mère, qui le taquinait enfant à propos de son visage joufflu (le mot " buju " désigne le fruit de l'arbre à pain à la forme rondelette). Ce n'est que bien plus tard qu'il adoptera lui-même le suffixe Banton, en référence à l'un de ses artistes favoris, Burro Banton (le mot " banton " qualifiant en Jamaïque les bons conteurs, ceux dont les paroles sont inépuisables), mais c'est le surnom Gargamel qui révèle la part secrète du personnage." C'est un surnom que des amis m'ont donné à l'époque, car j'étais toujours celui qui cherchait à créer des ennuis aux autres. Toujours à ennuyer un tel ou un autre. J'ai changé depuis, mais je me suis dit : gardons le nom. "Buju Banton débute ainsi sa carrière, dans un style que certains qualifient de léger et festif pendant que d'autres le jugent vulgaire. En 1992, il sort coup sur coup les albums " Stamina Daddy " et " Mr Mention ", deux opus quasiment exclusivement dédiés aux filles sexy avec des paroles pour le moins (s)explicites. etAgrave; cette époque, le tout jeune deejay (19 ans seulement) ressemble à un vrai " baldhead " (terme jamaïcain désignant un crâne rasé). Il surfe sur la mode du slackness et choque même quelques esprits avec son titre " Love Mi Browning ", dans lequel il avoue son penchant pour les femmes à la peau claire. Décrié par une partie de la communauté black pour ce single provoquant, il se rattrape in extremis avec " Love Black Woman ", posé sur le même Feeling Soul Riddim produit par Donovan Germain pour le compte du label Penthouse (la première grande maison musicale de Buju). La polémique est importante, mais c'est le titre " Boom Bye Bye ", datant également de 1992, qui va le faire connaître du grand public. Le morceau est implacable et enflamme les sound systems du monde entier, mais Buju y appelle au meurtre des homosexuels avec une décontraction glaçante. La polémique va enfler et menacer de mettre un terme définitif à une carrière qui débutait tout juste. Comprenant le tort que lui cause une telle controverse, Gargamel prend du recul et tente de se refaire une conduite avec un troisième album, " Voice of Jamaica ", qui peine à convaincre, même si l'artiste y aborde des thèmes plus positifs (il encourage ainsi le port du préservatif sur " Willy Don't Be Silly "). "Je ne suis pas soit roots, soit dancehall." C'est son quatrième album, " 'Til Shiloh ", qui le fera entrer de manière définitive dans l'histoire de la musique reggae. Véritable chef-d'oeuvre musical et lyrical, le deejay y montre son vrai visage, explorant sa dualité si intrigante. On y retrouve ainsi des morceaux roots d'une profondeur intense (" Untold Stories ", " Not An Easy Road ", " Wanna Be Loved "...) qui se mêlent à des titres dancehall bretucirc;lants (" Champion ", " It's All Over ", " Rampage "). Buju choisit de ne pas choisir entre roots et dancehall." Je ne suis pas soit roots soit dancehall. Il faut savoir que j'ai constamment les deux en moi, et, parmi mon public, il y a ceux qui apprécient mon son roots et ceux qui préfèrent mes titres dancehall. Le dancehall, c'est mes racines, en quelque sorte. J'aime faire différentes choses, alors le plus simple est d'essayer et d'éviter les étiquettes. "Nous sommes en 1995, la carrière de Buju peut redémarrer de manière plus sereine. Le monde découvre un chanteur à la voix rugissante qui sait se faire mélodieuse. Le superbe " Til I'm Laid to Rest ", posé sur un nyabinghi envoetucirc;tant, et le pamphlet " Murderer ", à l'instru minimaliste, en témoignent. L'artiste arbore désormais une crinière naissante de dreadlocks et affirme s'être converti à rasta. Il se présente comme un héritier du mouvement conscient lancé par Garnett Silk au début des années 1990 pour remettre les chansons culturelles sur le devant de la scène. Buju Banton y parvient une seconde fois en 1997 avec l'album " Inna Heights ". L'opus est célébré comme un nouveau chef-d'oeuvre, encore plus roots que le précédent, et renferme l'un des titres les plus vibrants jamais écrits en Jamaïque : l'inégalable " Hills and Valleys ". Dans cette nouvelle aventure musicale, Buju affirme l'importance des thématiques culturelles dans le reggae. " Honnêtement, je pense que le milieu du reggae est vacillant. Nous avons besoin de plus de Luciano. Des grands chanteurs, comme Bushman par exemple, ont besoin de revenir sur le devant de la scène. Oui, lorsque je suis venu pour la première fois en France, j'étais l'un des premiers artistes dancehall. Mais ce n'est pas vraiment cette pierre que j'ai apportée à l'édifice de la musique jamaïcaine. Depuis mes débuts, j'ai produit et créé de nombreux morceaux conscients et c'est cela qui est le plus important. J'ai envie que les jeunes qui s'intéressent à la musique puissent apprécier mon son. Le dancehall est une musique plaisante, mais elle peut l'être encore plus si elle est propre [sourire]. "Le noble " African Pride ", le solide " Give I Strength " ou la reprise inavouée des Wailers, " Destiny ", s'imposent comme des classiques de l'artiste. Et, cerise sur le gâteau, les 21 titres se clôturent par une confession sous forme d'a capella où Buju avoue à demi-mot ses erreurs de jeunesse et décrit sa double personnalité à l'aide de mots percutants. Avec cet album, Gargamel trouve sa signature vocale, cette capacité à passer du chant au toast sans transition, à sa manière, sans pour autant copier le style singjay des Sizzla ou autres Capleton. Il s'affirme comme un créateur imparable capable d'aller là où on ne l'attend pas, de surprendre, d'expérimenter." J'aime les producteurs qui travaillent à créer divers types de musique. Des producteurs qui ont des inspirations multiples et n'ont pas peur de prendre des risques en proposant des vibrations diverses différentes. "Et c'est ce qu'il fait trois ans plus tard avec " Unchained Spirit ", où le Jamaïcain collabore avec Rancid, un groupe de punk américain, mais également avec Luciano ou Beres Hammond (le génialissime " Pull it Up "). Au début des années 2000, le Banton est au sommet de sa gloire. Même si son album suivant, " Friends For Life ", obtient moins de retentissement que les précédents, l'artiste fait le tour du monde grâce à ses classiques. Les concerts sont pleins et Buju n'est pas repu de succès. Il claque un énorme hit en 2006 en s'appropriant le Taxi Riddim de Sly et Robbie, une rythmique mythique des sound systems des années 1980. " Driver " raconte non sans humour les pérégrinations d'un chauffeur chargé de transporter de l'herbe pour un dealer. "Le reggae doit continuer à toucher les consciences avec ses messages d'élévation et ses prises de position." Gargamel plaisante en musique sur le trafic de drogue... Une histoire qui le rattrapera à peine trois ans plus tard. Entre-temps, plusieurs polémiques sur son homophobie ou l'héritage musical de Bob Marley qu'il dénonce le rattrapent et ternissent à nouveau son image. Buju Banton reste malgré tout optimiste." Je suis une âme optimiste qui cherche toujours à améliorer son état d'esprit, qui cherche à éclaircir des choses qui ont besoin de l'être. Tout le monde devrait être optimiste, cela vous rend meilleur dans la difficulté. Si vous vous bloquez alors que ça va mal, vous ne faites que vous enfermer ! "L'artiste a beau y mettre de la bonne volonté et présenter un nouvel album de belle facture, " Rasta Got Soul ", son avenir s'obscurcit à nouveau quand il est arrêté en 2009 pour trafic de cocaïne aux etEacute;tats-Unis. Poussé à la faute par un agent infiltré, il clame son innocence et bénéficie d'un club de soutien impressionnant fédéré autour du slogan " Free Buju ". La famille Marley, les Morgan Heritage et la quasi-totalité des artistes jamaïcains crient au scandale et ne veulent pas croire à la culpabilité de leur ami. Rien n'y fera. Buju sera reconnu coupable en 2011, après deux années de procédure pendant lesquelles il aura eu le temps d'enregistrer un court album au titre évocateur : " Before the Dawn " (ndlr : avant l'aube). etAgrave; la veille de son procès au verdict implacable (dix ans de prison ferme), l'opus est couronné d'un Grammy Award. Une façon de rendre hommage à un artiste entier, rebelle, et à son immense carrière qui s'arrête net." Je suis un rebelle. Un rebelle honorable, un rebelle avec une cause. Une cause sans équivoque : le reggae doit continuer à toucher les consciences avec ses messages d'élévation et ses prises de position. Le reggae doit être capable d'apporter la joie et un respect de la vie. Voilà où je veux amener le reggaeet c'est mon devoir, jour après jour ! "Le retour musical du Gargamel est désormais prévu en 2019... Il sort ce jour 8 décembre 2018 de prison et le monde du reggae l'attend avec impatience. (webremix.info)


6 titres reggae pour les Gilets Jaunes

L'Unesco le rappelait il y a tout juste une semaine à l'occasion de l'inscription du reggae jamaïcain au patrimoine de l'humanité, cette musique a toujours contribué à la prise de conscience internationale "sur les questions d'injustice, de résistance, d'amour et d'humanité".En ce jour de mobilisation nationale contre les politiques néolibérales et la marchandisation de nos sociétés, on vous propose 6 morceaux qui pourraient servir d'hymnes pour les gilets jaunes ! Bob Marley - RevolutionDennis Brown - Revolution Raggasonic - Ca va clasherDub Inc - RevolutionDanakil - 32 MarsYaniss Odua ft Keny Arkana - Ecoutez-nous (webremix.info)


Liens : Artistes et Groupes de Reggae

reggaetom-comReggaetom.com

Toute l'actualité du reggae francophone : roots, ska, dub, ragga / hip-hop. Chroniques d'albums et de concerts, interviews, mp3, agenda, annuaire reggae...


boomblast-comBoomblast.com - Reggae Dancehall Live Radio

Boomblast est la première webradio basée en France à diffuser 24/24h et 7/7j du dancehall jamaïcain.


jahmusik-netjahmusik.net

Le premier webzine reggae ragga ska Dub.
Pationnés de reggae, retrouvez toute l'actualité du reggae ragga ska dub, des interviews, les news de Jamaique, des dossiers, des MP3, des cadeaux, les dates des concerts, les charts.


thekikoowebradio-comThe Kikoo Web Radio

The Kikoo Web Radio est une association qui à pour but de développer une Radio à tendance Reggae, Ska, Dub


reggae-frReggae.fr

Reggae.fr, le magazine reggae, toute l'actualité reggae, dancehall, ragga, dub, uk, kreyol. Agenda des concerts et festivals reggae, Reggae Tv et Reggae radio. Les mixs de mighty Sté en exclu et toutes les bonnes vibes.


webadub-comWEBADUB FM fwi radio

La radio et tele qui dit tout sur le reggae le dance hall local et international avec des clips et du son 24/24H.Vous pourrez acceder au tchat gratuit et ecouterez les nouveaux son de l'undergrounds Et surtout nos recettes itals les meilleures du net.


reggaefrance-comReggaefrance.com

Retrouvez la référence reggae-ragga, nombreuses interviews d'artistes jamaiquains & français, des nouveaux titres à l'écoute quotidiennement. Découvrez les nouvelles sorties 45t (écoute) et CD (chroniques). Chaque semaine, les news sur le reggae & le ragga. Une emission de radio est rediffusée chaque semaine. L'agenda des concerts et des sounds systems Paris et Province.


reggaelive-fr-stReggae made in Côte d'ivoire

Toutes les informations sur le reggae made in Côte d'Ivoire(Actualités,concerts, et bien d'autres...)



Vous pouvez Soumettre un Lien dans cette catégorie