Artistes et Groupes de Reggae

Pays : Jamaique

Exemples de morceaux representatifs de Reggae



Artistes ou Groupes

340ml(2)[video]  -  Abdel Wright(1)  -  Abdou Day(2)  -  Abdoul Jabbar(1)  -  Abega(3)  -  Abijah(3)  -  Adioa(4)[infos]  -  Admiral Bailey(4)  -  Adrien Bass(1)  -  African Brothers(3)  -  African Bush Doctor(0)[video]  -  African Head Charge(17)[infos]  -  Agana(1)[video]  -  Ahmed Faras(0)  -  Akwe(0)  -  Al Campbell(11)  -  Al Pancho(1)  -  Albert Griffiths(0)  -  Alex Kajumulo(1)  -  Alpha Blondy(25)[infos][audio][video]  -  Alpha Mim(1)  -  Alpha Oméga(1)  -  Alpha Rowen(1)[video]  -  Alpha Wess(1)  -  Amazulu(8)  -  Andrew Tosh(4)  -  Anguilé(1)  -  Annette Brissett(1)  -  Anthony B(21)[infos][video]  -  Anthony Johnson(2)  -  Apple Gabriel(4)  -  Arkaingelle(1)  -  Asher Senator(1)  -  Askia Modibo(1)[infos]  -  Aston "Family Man" Barrett(2)  -  Aswad(28)[video]  -  Augustus Pablo(33)[infos]  -  Aziz Wonder(0)[infos]  -  Babadi(5)[video]  -  Baby G(1)  -  Back Jardel(1)  -  Backom(2)  -  Baco(5)[infos][video]  -  Bafing Kul(1)  -  Baloji(1)  -  Baraka Oyuru(1)  -  Barbara Jones(0)  -  Barrington Levy(37)[video]  -  Barrington Spence(3)  -  Barry Brown(4)  -  Baster(12)[video]  -  Bee Pasteef(1)  -  Benjam(6)[video]  -  Benz'n(1)  -  Beres Hammond(28)[infos][video]  -  Big Youth(23)[infos][video]  -  Billy Boyo(2)  -  Bim Sherman(25)[infos]  -  Bingui Jaa Jammy(4)[infos][video]  -  Black Medio(0)  -  Black Roots(6)  -  Black Uhuru(34)[infos]  -  Bob Andy(5)  -  Bob Dahilou(1)[infos]  -  Bob Marley & The Wailers(11)[infos][video]  -  Bobby Ellis(2)  -  Brigadier Jerry(6)  -  Brother Ayouba(1)[video]  -  Buju Banton(19)[infos][video]  -  Bunny Wailer(26)[infos]  -  Burning Spear(41)[infos][video]  -  Burro Banton(3)[infos]  -  Bushman(11)[video]  -  COUP SEC(1)  -  Capleton(20)[infos][video]  -  Carl Harvey(1)  -  Carlene Davis(7)[infos]  -  Cedric "Im" Brooks(5)  -  Cedric 'Congo' Myton(3)  -  CeePee(1)  -  Chaka Demus & Pliers(8)[infos][video]  -  Charlie Chaplin(10)  -  Chata Addy(2)  -  Chezidek(4)[infos]  -  Chow Panachie(1)  -  Chrisinti(2)  -  Clancy Eccles(3)[infos]  -  Cliff Brown Tchiepi(0)  -  Clint Eastwood(3)  -  Clinton Fearon(9)  -  Clive Hunt(1)  -  Cocoa Tea(39)[infos]  -  Cornell Campbell(16)[video]  -  Cultural Roots(2)  -  Culture(32)  -  Défoul' la mêm(4)  -  Daddy Freddy(11)  -  Daddy Nuttea(5)[infos]  -  Daddy Rings(3)  -  Damian Marley(4)[infos][video]  -  Daweh Congo(7)  -  Deïdo Tree(0)  -  Dean Fraser(9)[infos]  -  Delroy Washington(2)  -  Delroy Williams(1)  -  Delroy Wilson(10)[infos]  -  Dennis Brown(90)[infos][video]  -  Dezarie(3)  -  Diana Rutherford(1)  -  Didyé Kérgrain(1)  -  Dillinger(9)  -  Dj Dan(2)  -  Djama(4)[video]  -  Djos Kezo(0)  -  Dolé(0)  -  Don Carlos(1)  -  Doniki(1)  -  Dr Mooch(1)  -  Dr. Alimantado(8)  -  Dread Maxim(2)  -  Earl Chinna Smith(3)  -  Earl Sixteen(5)[infos]  -  Earth and Stone(1)  -  Eek a Mouse(16)  -  Elie Kamano(1)[video]  -  Elijah Prophet(1)  -  Empress Ayeola(1)  -  Energy Crew(1)  -  Eric Donaldson(14)  -  Ernest Ranglin(13)  -  Etana(1)[video]  -  Fôô Fanick(0)[video]  -  Fac Alliance(3)[video]  -  Fadal Dey(0)[video]  -  Frankie Paul(7)[infos]  -  Freaky Joe aka Sing'A'Teh(1)[video]  -  Fred Locks(3)  -  Freddie Mc Gregor(41)  -  Ganga Vibes(0)  -  Garnett Silk(8)[infos]  -  Gato Negro(1)  -  General Degree(3)  -  Gladstone_Anderson(3)  -  Glen Washington(16)  -  Gondwana(5)  -  Guya Tchendo(0)  -  Gyptian(5)[video]  -  Half Cast(0)[video]  -  Harry Mo(1)  -  Hass Keita(0)  -  Hass Mosa(2)[video]  -  Hoba Hoba Spirit(0)[infos]  -  Horace Andy(44)[infos][video]  -  Horace Martin(3)  -  Hugh Mundell(8)  -  I Roy(17)[video]  -  I-Three(2)  -  Ijahman(24)  -  Inner Circle(21)[infos]  -  Innocent Galinoma(1)[video]  -  Ismaël Isaac(7)[infos][video]  -  Ismaël Wonder(1)  -  Israel Vibration(33)[infos][video]  -  Jackie Mittoo(29)[infos]  -  Jacob Miller(8)[infos]  -  Jah Cure(5)[infos][video]  -  Jah Lion(1)  -  Jah Lloyd(3)[infos]  -  Jah Mali(2)  -  Jah Mason(11)[infos]  -  Jah Milk(1)  -  Jah Nesta(1)  -  Jah Prince & The Prophets Band(1)  -  Jah Shaka(17)[infos]  -  Jah Stitch(4)[infos]  -  Jah Woosh(2)  -  Jah'Key Malle(0)  -  Jahel(0)  -  Jahwise(3)[video]  -  Jamadom(2)  -  Jede I Tafari(0)[video]  -  Jerry Jheto(1)  -  Jhiko Manyika(3)  -  Jim Kamson(1)  -  Jimmy Cliff(35)[infos]  -  Jimmy Riley(14)  -  Joe Gibbs(7)  -  Joe Higgs(3)[infos]  -  John Chibadura(7)[infos]  -  John Holt(42)  -  Johnny Clarke(8)[infos][video]  -  Joseph Cotton(8)  -  Josey Wales(3)  -  Judy Mowatt(10)[infos]  -  Julian Marley(4)[infos]  -  June Lodge(2)  -  Junior Delgado(23)[infos]  -  Junior Kelly(9)[infos][video]  -  Junior Murvin(3)[infos]  -  Junior Reid(19)[infos]  -  Justin Hinds(7)[infos]  -  Kajeem(2)[video]  -  Kalash(3)  -  Kaliroots(2)  -  Kalory Sory(1)  -  Kana(2)  -  Keith Hudson(11)  -  Ken Boothe(35)  -  Kiddus I(3)[infos]  -  King David(1)  -  King Sounds(7)  -  Kizito(2)[video]  -  Koko Dembele(1)  -  Kom'Zot(4)  -  Kuami Mensah(0)[video]  -  Kulcha Far I(3)  -  Kussondulola(6)[video]  -  Kwame Bediako(3)  -  Ky Mani Marley(1)  -  Kâyamanga(1)  -  Larry Cheick(1)  -  Lee "Scratch" Perry(22)  -  Leroy Brown(1)  -  Leroy Smart(6)  -  Linton Kwesi Johnson(15)[infos][video]  -  Linval Thompson(3)[video]  -  Little John(4)  -  Little Roy(7)[infos]  -  Lord Of Ajasa(1)  -  Luciano(41)  -  Lucky Dube(20)[infos][audio][video]  -  Lutan Fyah(11)  -  Lyricson(3)[video]  -  Macka B(17)[infos]  -  Mad Cobra(7)  -  Madoxx(0)  -  Maiko Zulu(1)  -  Majek Fashek(4)[infos][video]  -  Manleo(1)  -  Marcel Salem(2)[video]  -  Marcia Aitken(1)  -  Marcia Griffiths(18)[infos]  -  Marlaoui(0)  -  Marlon Asher(2)  -  Marloy(1)  -  Maroghini(2)[infos]  -  Mawana Slim(1)  -  Max Romeo(29)[infos]  -  Maxi Priest(13)  -  Mc Duc(1)  -  Merger(1)[video]  -  Message Roots(1)  -  Michael Prophet(21)[infos]  -  Michael Rose(27)[video]  -  Michael Smith(1)  -  Michel Legris(0)[video]  -  Mikey Dread(21)[infos]  -  Mikey General(2)  -  Mikey Ras Starr(1)  -  Mikey Spice(6)  -  Milton Henry(1)  -  Mireille Tikry(0)[video]  -  Misty in Roots(9)[infos]  -  Mo'Kalamity(2)  -  Momo Roots Soumah(1)  -  Morgan Heritage(14)[infos][video]  -  Moses I(1)  -  Muinguilo(2)  -  Mutabaruka(12)[infos]  -  Mystic Man(1)  -  NNeka(6)  -  NZH(0)[video]  -  Naftaly(1)  -  Nasio Fontaine(5)[infos][video]  -  Nasty D(6)  -  Natty Dread Reunion(4)  -  Nazarenes(3)  -  New Breed(1)  -  Nicy(1)  -  Nikko(4)  -  Niominka-bi(6)[infos]  -  Norris Reid(2)  -  Nuttea(10)[infos]  -  Nyala(1)  -  Nzela(2)  -  O'Yaba(5)  -  Olmyta(0)[video]  -  Pablo Gad(1)  -  Pablo Moses(15)[infos][video]  -  Pach Jahwara(0)  -  Papa San(11)[infos]  -  Paps Natty General(0)  -  Patra(2)[video]  -  Patrick Persée(4)[video]  -  Peter Broggs(9)[infos]  -  Peter Tosh(17)[infos][video]  -  Peterside Ottong(2)  -  Philip Toussaint(1)  -  Poglo(4)  -  Prince Alla (Prince Allah)(13)[infos]  -  Prince Far I(19)[infos]  -  Prince Jazzbo(1)[infos]  -  Prince Lincoln Thompson(5)  -  Prince Osito(0)  -  Queen Ifrica(2)[video]  -  Queen Omega(4)  -  Racine des Iles(1)  -  Ramses De Kimon(1)[infos]  -  Ranking Dread(3)[infos]  -  Ranking Joe(2)[infos]  -  Ras Amadeüs Bongo(1)  -  Ras Dumisani(2)[infos]  -  Ras Elia Hassou(0)  -  Ras Ly(0)[video]  -  Ras Natty Baby(6)[video]  -  Ras Naya(0)  -  Ras Noël(5)  -  Ras kimono(2)  -  Rasbawa(4)  -  Rass Kwame(1)  -  Rass Shiloh(5)  -  Richie Spice(7)[infos][video]  -  Rico Rodriguez(4)[infos]  -  Rita Marley(6)[infos]  -  Rocky Dawuni(5)[infos]  -  Rod Taylor(2)  -  Rootz Underground(2)  -  Salim Jah Peter(1)  -  Sally Nyundo(0)[video]  -  Salone Ishmael(2)  -  Salone JR(1)  -  Samx(4)  -  Saël(4)[video]  -  Scientist(13)  -  Sean Paul(7)[infos]  -  Selasee Atiase(1)  -  Serges Kassy(3)[video]  -  Seyni & Yéliba(2)  -  Shasha Marley(1)  -  Sistah Mad'Ness(0)  -  Sister Carol(7)[infos][video]  -  Sizzla(36)[infos][video]  -  Sly & Robbie(24)  -  Soumaïla Diarra(0)[infos]  -  Spraggy(1)  -  Steel Pulse(18)[infos]  -  Stephen Marley(3)[video]  -  Taj Weekes(3)  -  Takana Zion(4)[video]  -  Tangara Speed Ghôda(2)[video]  -  Tanya Stephens(5)[infos][video]  -  Tarrus Riley(3)[video]  -  Tatu Clan(1)[video]  -  Teba Shumba(0)[video]  -  Teezy(1)  -  Terry Linen(3)  -  The Abyssinians(11)[infos][video]  -  The Aggrovators(13)  -  The Black Missionaries(0)[video]  -  The Chantells(1)[infos]  -  The Congos(13)[infos]  -  The Ethiopians(11)[infos]  -  The Gladiators(40)  -  The Heptones(16)[infos][video]  -  The Itals(10)[infos]  -  The Mandators(1)  -  The Meditations(9)[infos]  -  The Melodians(5)  -  The Mighty Diamonds(38)  -  The Mighty Three's(1)  -  The Rastafarians(1)[infos]  -  The Royals(2)  -  The Slickers(2)[infos]  -  The Tamlins(8)  -  The Twinkle Brothers(45)  -  The Viceroys(5)  -  The Wailers(11)  -  Third World(18)  -  Tiken Jah Fakoly(12)[infos][video]  -  Tommy McCook(15)[infos]  -  Tommy T(1)  -  Tony Roots(1)  -  Tony Tuff(20)  -  Toots and the Maytals(27)  -  Trinity(6)  -  Triston Parmer(1)  -  Turbulence(11)  -  U Brown(5)  -  U Roy(22)  -  V Santym(0)  -  VIB(1)  -  Vagabond Squad(0)  -  Valley(2)  -  Vickson(0)[video]  -  Waby Spider(3)  -  Wailing Roots(1)  -  Wailing Souls(18)  -  Wailing Souls(10)[video]  -  Wanamah(0)  -  Warrior King(3)  -  Wayne Wade(3)  -  Welton Irie(6)  -  Willie Williams(4)  -  Winston Jarrett(6)  -  Winston Mc Anuff(6)  -  X-MAN(1)  -  Yabby You(9)[infos]  -  Yami Bolo(13)  -  Yaya Yaovi(1)[video]  -  YeahmanC(2)  -  Yellowman(56)[infos][video]  -  Yongy Lorenzo(0)  -  Youss Nassa(0)[video]  -  Zêdess(3)[video]  -  Zed-I(1)  -  Zhou-Mack(1)  -  Ziggy Marley(17)[infos]  -  Zoanet Comes(4)  -  

Compilations

Afro Reggae Party(1)  -  Dancehall Nice Again(3)  -  Fly African Eagle(1)  -  Planete Reggae(1)  -  Raggae Gold(10)  -  Raggae-Kolor(1)  -  Reggae Africa(1)  -  Reggae Meets Africa(1)  -  Reggae Over Africa(1)  -  Sun Splash(0)  -  

Actualité : Artistes et Groupes de Reggae

Reggae Sun Ska 2019 - J3

Le Reggae Sun Ska 2019 était placé sous le signe de la diversité et ce troisième jour de festivités ne déroge pas à la règle. Des artistes venus d'Espagne, de Jamaïque, d'Angleterre, d'Australie et de France bien setucirc;r se succèderont sur la scène One Love et la Dub Foundation aujourd'hui. Le beau temps est toujours au rendez-vous et le monde répond une fois de plus présent dès l'ouverture du site.Le légendaire Don Carlos ouvre le bal ! Lui qui clôturait le premier soir du Bagnols Reggae Festival se retrouve cette fois en première ligne et affronte le soleil en pleine face dès 17H. Pas de quoi le déstabiliser. L'ancien membre de Black Uhuru fait preuve de solidité et déroule le même set que la semaine précédente avec cette voix toujours aussi chaude et suave. Un vrai régal !Pendant ce temps, l'équipe australienne du 4'20 Sound fait monter l'ambiance côté sound system. Une équipe pas si australienne que ça finalement puisqu'on retrouve au micro le Français Dougy et l'Ecossais Tom Spirals, un habitué des sessions de Mungo's Hi Fi.Mention spéciale à Rezident et Selecta Antwan qui ont maintenu l'ambiance au plus haut niveau pendant les changements de plateau de la scène One Love. Perchés au-dessus de la régie, ils ont mené d'une main de maître ces interludes pendant trois jours en offrant régulièrement quelques surprises avec de nombreux invités venus tchatcher sur quelques riddims...Le Sun Ska ne serait pas le Sun Ska sans un petit concert de ska ! Et quel concert ! Les Skatalites sont venus fêter leur 50 ans de carrière. Autre anniversaire : les 70 ans de Don Drummond, le tromboniste du groupe qui soufflera même les bougies sur scène. Les classiques instrumentaux fusent avant d'accueillir la reine Doreen Shaffer au micro, la seule membre originelle de la formation jamaïcaine enrichie de deux français, un à la guitare et un au saxophone. Cacun des cuivres y va de son solo et une autre légende les rejoint rapidement... Stranger Cole accompagne les Skatalites sur cette tournée et déballe des classiques que beaucoup de jeunes découvrent avec plaisir. C'est aussi ça le Sun Ska, s'éduquer aux fondations de la musique jamaïcaine !La scène Dub Foundation n'est pas en reste en termes de légendes puisque les deux maîtres du dub, Mad Professor et Scientist se passent la main sur la sono de Sinai.Vient ensuite le moment de la tornade Dub Inc. Après une vingtaine d'années de carrière et juste avant la sortie d'un nouvel album, le groupe stéphanois est au top de sa forme et sa popularité. Le public obéit au doigt et à l'oeil de Bouchkour et Komlan toujours aussi efficaces sur scène. Tout ce qu'ils veulent et Rude Boy remportent sans doute les suffrages et la foule reprend en choeur la plupart des paroles du duo. Le tout nouveau On est ensemble, livré en tout début de set, n'y échappe pas ! Dub Inc semble inarrêtable et le Sun Ska lui réussit bien !Et pour finir en beauté, Ziggy Marley clôture cette vingt-deuxième édition devant un public complètement acquis à sa cause. Vivement l'année prochaine ! (webremix.info)


Reggae Sun Ska 2019 - J2

Après une première journée riche en émotions, le Sun Ska se poursuit avec encore un joli programme. La journée, le public a pu découvrir le tout jeune duo S'n'K, assez prometteur ! Et sur la grande scène, ça démarrait tout de suite très fort...L'inépuisable Flavia Coelho se charge de chauffer le public pour la suite des festivités. La Brésilienne, toujours aussi séduisante et débordante d'énergie, est une habituée du festival et les fans sont au rendez-vous. Toujours accompagnée de son clavier et de son batteur hors-pairs, Flavia parvient à mobiliser tout le public déjà présent en masse pour ce premier concert de la journée. Mission accomplie !Aujourd'hui, les têtes d'affiches sortent très tôt ! Il fait encore bien jour quand Patrice monte sur la scène One Love. Le chanteur allemand commence seul en acoustique avant d'accueillir son groupe au grand complet pour une heure incroyable. Everyday Good et Soul Storm sont toujours les préférés du public qui a droit à un titre inédit ce soir. Patrice flirte avec le dancehall et s'autorise des pull-ups, festival reggae oblige. L'artiste prouve une fois de plus qu'il est l'un des meilleurs sur scène. Il sera suivi de Morcheeba en cette journée placée sous le signe de l'international...Chez Sinai Sound System, le sound français Irie Ites est à l'honneur avec pas moins de quatre heures de set exclusif. Jericho commence une heure seul avec ses précieux dubplates avant d'accueillir trois artistes jamaïcains foundations. Le deejay U Brown est le premier à ravir les fans de rub a dub. Son hit Tu Shung Peng fait l'unanimité et c'est un autre deejay qui lui succède au micro... Trinity est en grande forme aujourd'hui. Celui que l'on connaît aussi sous le speudo Jr Brammer exhibe ses talents de chanteur ici et là au milieu de ses classiques comme l'indémodable Three Piece Suit. Il est rejoint un temps par U Brown pour quelques improvisations avant de laisser la place à Linval Thompson. Le roots est à l'honneur ce soir sur la scène Dub Foundation et Linval semble ravi de voir autant de monde présent dans l'arène pour soutenir les fondations de la musique jamaïcaine. Son show se termine sur le classique I Love to Smoke Marijuana et les trois artistes se retrouvent ensemble pour un (trop petit) quart d'heure de freestyle. Le Sun Ska vient d'assister à un vrai show sound system à la jamaïcaine comme on en voit rarement en France !Sur la grande scène, place à l'Afrique ! Le grand Alpha Blondy fait son entrée comme toujours sur Jerusalem. On a beau être habitués, les frissons nous envahissent dès les premières notes de l'instru mythique. Le charisme de l'Ivoirien ne laisse personne indifférent et même si son discours sur les religions divise, le public reprend en choeur les indémodables Cocody Rock et Brigadier Sabari. Quelques sonorités rock s'invitent sur le puissant No Brain No Headache et certains sont surpris par la reprise improbable de Led Zeppelin (Whole Lotta Love) qui figurait sur le dernier album d'Alpha, Human Race.Pour finir cette deuxième soirée de concerts, le festival offre une carte blanche à Taïro qui a invité trois beaux artistes pour l'occasion. Le chanteur de ces dames déroule son show habituel et c'est Balik qui fait son apparition en premier sur le titre A la longue qu'il partage avec Taïro. Ce dernier laisse ensuite la place au chanteur de Danakil qui offre au public le classique Marley impeccablement joué par le Family Band. Tiwony s'invite ensuite sur une interprétation acoustique de son duo avec la star du soir Reine sans couronne avant de nous livrer le puissant Dread avec l'énergie qu'on lui connaît. Dernier invité du soir, Yaniss Odua met tout le monde d'accord avec ses hits Rouge Jaune Vert et Chalawa là encore très bien suivi par le groupe de Taïro qui termine le show sur l'énorme Bonne Weed. Ce genre de plateau ponctué par des guests est de plus en plus fréquent dans les festivals et on ne peut qu'encourager les organisateurs à poursuivre ces initiatives qui nous permettent d'assister à des moments scéniques uniques. On regrette juste de ne pas avoir eu droit à un freestyle de fin réunissant les quatre artistes. Le temps a sans doute joué en leur défaveur. On aura sans doute de quoi se consoler demain pour le dernier jour du festival... (webremix.info)


Reggae Sun Ska 2019 - J1

C'était déjà la 22ème édition du Reggae Sun Ska ! Le festival en a connu des péripéties en plus de vingt ans d'existence. Après de nombreux déménagements, l'équipe semble enfin avoir trouvé le lieu parfait pour s'installer durablement sur ses chères terres médocaines. De retour à un évènement à taille humaine (on est loin des 80 000 personnes accueillies en 2012), le Sun Ska n'en est pas pour autant affaibli. Cette année, ce sont 27 500 fans de musique qui se sont préssés sur le site du Domaine de Nodris à Vertheuil pour profiter de trois jours de concerts et d'une ambiance unique. Des animations en tous genres sont venues égayer le quotidien des festivaliers qui avaient le choix entre la grande scène One Love et l'espace Dub Foundation pour satisfaire leur soif de son...C'est la sono des locaux de Kaya Natural Sound System qui accueille les premiers festivaliers dans le Sun Ska Village à l'entrée du camping. Elle résonnera pendant trois jours en journée et en after à la fin des concerts avec une multitude de surprises, selectors et MCs venus d'ici et d'ailleurs prêter main forte à la team bordelaise. Des bonnes vibes roots et culture, rub-a-dub et dub ! Parfait pour se mettre en jambe !Côté Dub Foundation, la sono de Sinai Sound System est aussi en place pour tout le week-end. Les Anglais sont venus équipés de 12 basses hyper efficaces formées en trois murs. Côté sélection, les membres de Sinai ne ménagent pas les festivaliers et n'hésitent pas à jouer des grosses prods digital et stepper dès les premières heures d'ouverture. Particulièrement respectueux, ils feront même quelques clins d'oeil à la scène dub bordelaise en jouant notamment des dubplates de Wandem Sound et de sa fameuse Hornsmen Section. On avait l'habitude de voir Legal Shot sonoriser cet espace depuis plusieurs années et on peut dire qu'on ne perd pas au change. L'équipe de Sinai restera tout aussi professionnelle que ses collègues rennais durant les trois jours de festival, accueillant un line-up très varié...Le tout jeune Bisou incarne d'ailleurs cette diversité. Son univers electro dub planant emporte les quelques danseurs déjà présents dès l'ouverture du site.Sur la scène One Love, c'est Booboo'zzz All Stars qui ouvre les festivités. Les musiciens bordelais sont venus avec une belle équipe composée de Max Livio, Joss Bari, Naeteuml; et bien setucirc;r Wyman Low, frontman du groupe. Du reggae, de la soul, de la pop, des pull-ups, de la bonne humeur, des voix puissantes, de belles reprises... Tels sont les ingrédients de la team qui colle le smile au public et lui retire rapidement sa timidité !Pas de deuxième grande scène cette année au Sun Ska. On revient à un rythme moins soutenu, avec des pauses, des temps calmes, de quoi profiter pour s'alimenter, visiter les stands, se reposer les oreilles ou danser sur les sélections de Rezident et Selecta Antwan perchés au-dessus de la régie pendant les changements de plateaux. Un rythme plus lent qui n'est pas pour nous déplaire à l'heure où tout s'accélère... Les fans de hip-hop s'enjaillent ensuite sur les délirants Cabalero et Jeanjass quand les amateurs de dub et de reggae digital se pressent côté sound system pour profiter du superbe plateau proposé par la team Brigante Records. Pendant près de quatre heures, Supa Mana, Atili et Higher Light se succèdent aux platines, jouent des prods, des dubplates et servent des riddims à Green Cross, Prendy, Adam Paris ou encore l'incroyable G Rhyme, un tout petit Anglais à l'immense talent qui en aura bluffé plus d'un durant tout le week-end, s'invitant en freestyle ici et là !Depuis toujours le Reggae Sun Ska ouvre sa prog à d'autres styles musicaux et la grande Calypso Rose en est la preuve. Quel bonheur de voir cette dame au sourire charmeur et à l'énergie débordante se dandiner sur scène au son de la musique de son île, Trinidad et Tobago. La protégée de Manu Chao amène une ambiance unique sur le site du Sun Ska. Chaleur et bonne humeur ; la fougue de la chanteuse est contagieuse et le public fond littéralement à l'écoute de son tube Calypso Blues. Musique des Caraïbes proche du mento (la première musique jamaïcaine, ancêtre du ska), le calypso avait bien sa place dans un festival reggae !Ce vendredi, les légendes sont de sortie au Sun Ska. Tiken Jah Fakoly emboîte le pas à la grande dame de Trinidad et prend la scène comme à son habitude. De long vas-et-viens d'un côté à l'autre de la scène armé du bâton qu'il arborait fièrement sur la pochette de son album Racines. Tiken est toujours aussi énergique sur scène et le public reprend en choeur ses classiques de l'époque tout en profitant des morceaux de son nouvel album Le monde est chaud sorti en juin.Vient ensuite LE moment que beaucoup attendaient avec impatience : le premier concert de Buju Banton sur le sol français depuis sa libération de prison en décembre 2018. Cela faisait dix ans que Gargamel n'était pas venu chez nous. Un rendez-vous immanquable pour les fans de l'artiste qui étaient visiblement au rendez-vous. Après une intro du Shiloh Band sur Carmina Burana, Buju entonne Our Father a capella depuis les loges. On constate de suite que sa voix est impeccable ! Il débarque ensuite tranquillement sur Destiny et déroule une set-list impressionnante ! Not An Easy Road, Give I Strength et Hills And Valleys suivent avant de laisser place à un segment ska tonitruant avec l'énorme Mighty Dread et le tout aussi excellent Better Must Come. L'attitude de Buju sur scène n'a pas changé. Physiquement très énergique mais vocalement peu présent, il laisse beaucoup de place à ses choristes et musiciens. On aime ou on n'aime pas ! On aurait aimé l'entendre un peu plus chanter ses classiques mais la joie de le revoir sur scène l'emporte sur la déception. Le segment dancehall met d'ailleurs tout le monde d'accord avec les indémodables Bongo Cart, Sha La La, Batty Rider, Too Bad et bien setucirc;r Champion tous enchaînés beaucoup plus rapidement que les titres précédents. Le Banton communique très peu, sa présence scénique parle d'elle-même. Après un gros quart d'heure d'énergie pure, l'ambiance retombe sur l'émouvant Untold Stories avant une fin de concert exceptionnelle. Wanna Be Loved, Love Sponge, Driver et enfin Murderer ont tous droit à un pull up ! Le show se termine comme il avait commencé, sur Our Father avant que Buju Banton ne nous remercie pour notre patience. On aurait aimé entendre les nouveaux tunes Country For Sale et Steppa, mais les hits de l'artiste sont trop nombreux par rapport au temps de scène qui lui est alloué. Pas grave ! Buju est de retour et on était là pour assister à ça. Le Sun Ska vient de vivre un moment historique soyons-en setucirc;rs. (webremix.info)


Joseph Cotton - Cotton Gold

Si vous êtes un habitué des festivals et des soirées reggae, vous avez forcément déjà croisé cette immense silhouette au style toujours tiré à quatre épingles et au flow ravageur. Installé en région parisienne depuis de nombreuses années, Joseph Cotton est sans doute le plus Français des chanteurs jamaïcains. Tout le monde se souvient de son freestyle avec Biga Ranx (Air France Anthem) ou encore de ses collaborations avec Manudigital, Roots Attack ou Atili. C'est cette fois avec le label parisien Dig Studio Music que s'est associé le deejay pour un nouvel album très orienté dancehall.Les fans de Cotton reconnaîtront la fameuse introduction de son titre What is This (samplée par Drake sur son titre Energy) qui ouvre le premier titre de ce nouvel album, General, sur un riddim hyper efficace entre dancehall et hip-hop. On découvre ensuite Lolo, un gros délire à la Joseph Cotton où ce dernier nous raconte son amour pour les "lolos" (si si vous avez bien compris, il parle bien de poitrines féminines !) sur un pur dancehall digital.Le deejay aborde des thèmes très différents les uns des autres au fil des morceaux, à commencer par des texte conscients comme sur Jamaica Cool Runnings où Cotton lance un appel à déposer les armes dans les ghettos jamaïcains ; il nous parle aussi de son expérience en France à deux reprises avec France A We Groung et Jamaican A Paris.Comme nous y a toujours habitués Mr Cotton, on retrouve beaucoup de morceaux dédiés aux femmes ; dans un style lover avec For your Eyes Only et Kind Lips ou dans un style plus hardcore sur le riddim hyper actuel de Girls Anthem en feat avec Steph Pockets. Deux invités de plus viennent épauler le Jamaïcain sur cet essai : d'abord K'njah qui apporte une touche de féminité à Still Cotton, puis le jeune duo français S'n'K avec qui Joseph Cotton partage le riddim hyper entraînant de Leave Woman People.Avec Cotton Gold, Joseph Cotton ajoute une ligne de plus à sa discographie déjà bien fournie, un nouvel album très dancehall et hyper dansant qui ravira ses fans et arrive au bon moment pour faire danser dans les soirées chaudes de l'été.Tracklist : 1. General2. Lolo3. Jamaica Cool Runnings4. France A We Groung5. Dem Bruk 6. Fly Cotton7. Girls Anthem8. Still Cotton Ft K'njah9. Kind Lips10. Leave Woman People Ft S'n'K11. Jamaican A Paris12. Portmore13. For your Eyes Only14. Rich15. Hardcore Lovin Ft Steph Pockets16. Born Delighted (webremix.info)


Bagnols Reggae Festival 2019 - J3

Troisième et dernier jour de ce deuxième Bagnols Reggae Festival. Les sourires sont encore sur les visages de l'équipe organisatrice et du public malgré le temps qui se gâte. Quelques gouttes de pluie viendront légèrement perturber le déroulé de la soirée sans pour autant décourager le public venu beaucoup plus nombreux que les deux soirs précédents. Ce samedi soir c'était place aux légendes jamaïcaines, aux plus grosses têtes d'affiches du festival et à deux belles exclusivités...Petit retour dans les années 60, aux fondations de la musique jamaïcaine avec les Skatalites ! Quand un groupe comme celui-là est chargé d'ouvrir les hostilités, on sait qu'on peut s'attendre à une très grosse journée. Vin Gordon est au trombone, les classiques fusent et la chanteuse Doreen Shaffer rejoint rapidement la formation pour quelques titres dont un superbe clin d'oeil aux Wailers avec Simmer Down. Stranger Cole lui emboîte le pas avec un nombre incalculable de standards. Rough et Tough, Bangarang, When I Call Your Name... La justesse n'est pas toujours au rendez-vous mais on pardonne aisément Stranger, l'un des artistes jamaïcains les plus âgés encore en activité, toujours très énergique. Chapeau !Si l'Afrique sera mise à l'honneur plus tard sur la scène avec Tiken Jah Fakoly, elle l'est dès le début de la soirée côté sound system avec l'équipe d'Amoul Bayi Records. Fabyah, un Français installé au Sénégal, s'occupe de la sélection et sert des instrus roots et stepper à Saah Karim et Galas. Les deux chanteurs originaires de la Gambie et du Sénégal sont particulièrement complices et complémentaires. Une parfaite entrèe en matière avant les sets plus énervés de Dawa Hi Fi et Parly B et d'Iration Steppas plus tard dans la nuit. Accompagné de Macky Banton au toast, Mark Iration livrera une sélection très roots sans manquer d'énergie. On retiendra des dubplates impressionnants de Michael Prophet ou Sizzla (l'incroyable Like Mountains) ou encore un mix exclusif du Victory de Dubkasm ridé à la perfection par le vétéran Mike Brooks qui prendra par la suite le micro aux côtés de Blackboard Jungle pour la clôture du festival.Légende encore sur la grande scène ! Horace Andy se produit avec Mafia et Fluxy au backing-band formule ultra-réduite. Basse, batterie, clavier et trombone. Mais ça suffit ! Sleepy déroule les tubes remarquablement backé par le duo anglais. Money Money, Skylarking, Man Next Door, Fever... Horace Andy n'a que 45 minutes de set, mais il prend son temps sur les titres et les pull ups s'enchaînent.Mafia et Fluxy restent sur scène, le tromboniste s'enfuit et c'est à trois qu'ils s'occupent du cas d'Eek A Mouse. Le géant jamaïcain, particulièrement rare en France, a le sourire et lance des "Viva la France" à tout va. C'est d'un style très décontracté, coiffé d'un chapeau et d'une cape, qu'il enchaîne ses tubes Virgin Girl, Rude Boy Jamaican (d'une voix tellement grave !!), Ganja Smuggling, No Wicked Can't Reign (très belle ouverture de show) et bien setucirc;r l'immense Wa Do Dem (très belle fermeture). Mouse ne force pas, mais quel plaisir d'entendre ses titres en live pour la première fois pour beaucoup de gens présents ce soir-là.C'est ensuite au tour de Third World. Cat Coore, Richard Daley et leur bande sont toujours de véritables virtuoses de la musique. On passe de titres très pop à du reggae hardcore. Now That We Found Love contraste avec Reggae Ambassadors, mais le show est d'une précision hors du commun. AJ Brown s'en sort très bien au chant. Sans chercher à imiter Bunny Rugs, il parvient à transmettre l'émotion des titres originaux du groupe qui fête cette année ses 45 ans d'existence. Cat Coore nous offre comme à son habitude ses petits solos de violoncelle et nous surprend même à entonner le tune dancehall The Mission de Stephen et Damian Marley avant de glisser vers Redemption Song. On a droit à quelques titres du prochain album dont les singles Loving You Is Easy et Na Na Na. Third World a encore fait forte impression ce soir-là. Qui en aurait douté ?La pluie s'est abattue sur le Parc Arthur Rimbaud pendant le concert de Third World, mais la foule est restée compacte jusqu'à l'arrivée de Tiken Jah Fakoly. Les fans du chanteur ivoirien étaient de sortie ce soir. Le public restera au sec tout le long de sa prestation, remplie d'énergie et de messages forts. Tiken continue de prêcher pour le continent africain avec ses classiques, mais s'ouvre à de nouveaux thèmes avec les titres de son nouvel album Le monde est chaud. L'homme a encore des choses à dire et c'est toujours un plaisir de le retrouver sur scène.Vient ensuite le moment que beaucoup attendaient... Le crew du film Rockers débarque aux côtés du We The People Band sur une scène embellie d'un backdrop signé Fluoman. Leroy "Horsemouth" Wallace, Kiddus I, Big Youth et le trio Kush'Art s'installent tous ensemble sur scène et font quelques pas de danse pendant le titre Man In the Street, l'instrumental qui sert d'intro au concert. Les passionnés savourent et les moins aguerris découvrent, mais tout le monde est conscient d'assister à un moment unique. Première surprise : Horsemouth n'est pas à la batterie. Il harangue la foule aux côtés de ses collègues qui entonnent l'hymne Satta Massa Gana en l'absence de Bernard Collins des Abyssinians (malade) avant que Big Youth ne nous serve son superbe I Pray Thee sur la version. Big Youth, Horsemouth et Kiddus disparaissent ensuite pour laisser Kush'Art et Lloyd Parks reprendre quelques titres d'artistes décédés ayant participé à la bande-originale comme Slave Master de Gregory Isaacs ou Police And Thieves de Junior Murvin. Quelques approximations sans doute dues à un manque de répétitions (il s'agit du tout premier show en Europe !) n'empêchent ni les artistes ni le public de prendre du plaisir. Kiddus I revient ensuite sur le mythique Graduation in Zion et fait des clins d'oeil à Peter Tosh (Stepping Razor) et Justin Hinds (Natty Take Over). Big Youth fait aussi son retour pour quelques titres dont Every Nigger Is a Star et Hit the Road Jack et Horsemouth refait finalement surface pour chanter l'émouvant Jah No Dead de Burning Spear. Comme dans le film, il l'entonne a capella sur fond de bruit de vagues... Il s'installe enfin derrière les fetucirc;ts pour interpréter Rockers de Bunny Wailer. A partir de ce moment-là, le concert prend une tournure un peu spéciale. On sent que quelque chose ne va pas. Et pour cause, l'horaire de fin du festival est dépassé de 40 minutes ! L'équipe de Rockers est interrompue brutalement nous empêchant de profiter d'un final qu'on espérait grandiose.Malgré cette fin de festival en demi-teinte, on repart de Bagnols sur Cèze avec ce sentiment d'avoir profité d'un moment exceptionnel. Les légendes jamaïcaines continuent de nous faire rêver et heureusement que l'équipe du Bagnols Reggae Festival est encore là pour proposer une programmation comme celle-là. Une programmation inédite, différente des autres festivals et respectueuse des fondations de la musique jamaïcaine. Le rendez-vous est pris pour l'année prochaine du 23 au 26 juillet avec cette fois quatre soirs de concerts !Lire nos reports du JOUR 1 et du JOUR 2. (webremix.info)


Bagnols Reggae Festival 2019 - J2

Après une première journée réussie, le Bagnols Reggae Festival se poursuit avec une petite baisse de température niveau météo... La canicule de la veille laisse place à un ciel un peu couvert, mais du côté du public, pas de perte de chaleur. Le line-up du jour est particulièrement réjouissant pour les fans de new roots. Petit voyage dans le début des années 2000 avec des prestations enflammées au programme !La journée, les festivaliers pouvaient profiter d'un festival off bien fourni. L'expo de Fluoman en centre-ville et les projections des films IetI et Reggae Ambassadors 100% reggae français à la médiathèque ont rencontré de francs succès.Côté Parc Arthur Rimbaud, c'est I Wayne qui monte le premier sur scène. Peu d'actualité pour le chanteur jamaïcain qui n'hésite pas à chanter son hit Living In Love dès ses premiers pas sur scène. Les connaisseurs sont au rendez-vous et le pull up est de mise. L'énergie bretucirc;lante du chanteur à la voix d'ange est intacte et on doit avouer qu'on ne s'attendait pas à un show aussi propre de sa part. Malheureusement, timing oblige, on n'aura pas droit à plus de 30 minutes...Il en sera de même pour Bushman qui conserve le même backing-band qu'I Wayne. Particulièrement attendu par le public bagnolais, Bushman prend la scène impeccablement. On peut dire qu'on n'est pas déçus ! On regrette peut-être juste de le voir s'attarder sur des reprises de Peter Tosh (très bien interprétées ceci-dit) plutôt que sur son propre répertoire passant notamment le hit Fire Bun A Weak Heart presque à la trappe lors de sa sortie de scène. Le Bagnols Reggae Festival nous avait promis des sets plus longs pour tous les artistes, ça n'a pas été le cas pour ces deux-là qui partageaient un même plateau dont on aurait bien profiter un peu plus longtemps.Pas trop le temps de maronner, la seule artiste féminine de l'édition 2019 est annoncée ! Cela faisait sept ans qu'on attendait le retour de Queen Ifrica en France et la voilà enfin. Elle débarque sur Calling Africa et impressionne rapidement par sa présence scénique. Sa voix gronde plus que jamais et son discours empreint de militantisme respire l'honnêteté. Elle qui vient de croiser Johnny Clarke et Big Youth en coulisses témoigne de son respect pour les artistes roots à plusieurs reprises. Elle rend d'ailleurs hommage à son père Derrick Morgan avec un medley ska sur lequel elle invite Big Youth et Mike Brokks à la rejoindre pour un moment de partage unique. Quel bonheur de réentendre des titres comme Sinsemilia ou l'énorme Wipe the Tears en live ! Et même s'il nous manque quelques tunes pour pouvoir qualifier ce show de parfait, on ne boude pas notre plaisir d'avoir revu la Queen sur scène qui vient de confirmer qu'elle mérite bien son surnom de Fyah Muma.La Jamaïque compte un autre représentant qui s'illustre en même temps sur la sono de Blackboard Jungle. Rory, le célèbre producteur et selector de Stone Love, livre un set très roots et dub rempli de dubplates et d'exclusivités sorties de son propre studio !Changement d'ambiance juste après lui avec les locaux d'Ashkabad qui ne ménagent pas les festivaliers ! Connu pour son univers electro-dub, le duo ne cherche pas à s'adapter à la programmation très roots du festival et se démarque par son énergie débordante. Une déferlante de basses qui déchaîne totalement les danseurs les plus fous. La tornade Ashkabad a fait son effet !Les amateurs de roots pur et dur avaient de quoi se consoler avec le concert de Johnny Clarke et We The People Band sur la grande scène. Après quelques classiques de Lloyd Parks (Mafia et Officially en tête), Johnny Clarke débarque et déroule un set 100% inédit ! L'auteur de None Shall Escape the Judgement n'a pas répété avec Lloyd Parks et sa bande et ça semble lui plaire. Le show est naturel, la vibes spontanée et les hits défilent. On vient une fois de plus d'assister à un moment unique comme on n'en voit qu'à Bagnols sur Cèze.Retour au new roots pour cette fin de soirée. Pendant que les fans de sound system continuent de danser sur les sélections de Maasai Warrior ou Channel One, c'est Morgan Heritage qui monte sur scène. La famille livre comme à son habitude un show ultra carré avec des mises en place détonnantes, une aisance déconcertante et un discours bien rodé. Le tout manque de spontanéité mais on doit bien avouer que pour danser, c'est efficace ! Le medley sur le Liberation Riddim avec les tunes de Capleton (Jah Jah City), Jah Cure (Love Is the Only Solution) ou Ras Shiloh (Unto Zion) fait toujours son petit effet et on apprécie particulièrement le segment en hommage aux standards du dancehall interprété par Gramps. Le groupe nous offre bien setucirc;r quelques titres aux accents pop comme la reprise de Reggae Night ou le nouveau Beach et Country qui annonce l'arrivée du nouvel album de la formation.Et c'est Alborosie qui vient fermer cette deuxième soirée de concerts avec une prestation tout aussi parfaite que celle de ses prédécesseurs. Rendez-vous demain pour le troisième jour qui nous réserve son lot d'exclusivités...Lire notre report du premier jour. (webremix.info)


Bagnols Reggae Festival 2019 - J1

Les passionnés de musique jamaïcaine s'étaient donnés rendez-vous du 25 au 27 juillet à Bagnols-sur-Cèze, devenue une véritable capitale mondiale du reggae de par son historique riche en matière de festivals... La seconde édition du Bagnols Reggae Festival a plus que tenu ses promesses ! 18 000 festivaliers et près de 200 musiciens accueillis en trois jours dans le Parc Arthur Rimbaud qui a une fois de plus vibré au son des classiques d'antan, des nouveautés du jour et des basses du Dub Club.Pendant que les premiers festivaliers pénètrent sur le site, Blackboard Jungle décrasse sa sono qui vrombira puissamment et impeccablement de ses 24 basses pendant trois jours, accueillant un line-up particulièrement varié.Côté grande scène, c'est Samory I qui ouvre les festivités devant un par terre clairsemé mais captivé et acquis à sa cause. Le jeune artiste fait le job, accompagné de son excellent Black Heart Band. Les titres de l'album Black Gold défilent et le hit Rasta Nuh Gangsta vient bien setucirc;r clôturer cette très belle ouverture de festival avant que le Sénégalais Meta Dia et ses Cornerstones n'en remettent une couche juste après lui, amenant la petite touche africaine toujours bienvenue dans un festival reggae.Les Anglais de Black Roots prennent ensuite possession de la grande scène pour leur seul concert en France de l'été. Un concert au goetucirc;t particulier, dédié à Delroy Ogilvie, l'un des chanteurs fondateurs de la formation décédé quelques jours auparavant. L'émotion est palpable et le public donne de la force aux Black Roots qui n'évincent pas de la tracklist les titres chantés à la base par Delroy, le tube Juvenile Delinquent en tête.A l'autre bout du parc, juste après le set éclectique de Bunny Dread, Irie Ites remplace au pied levé King Jammy (absent pour des raisons de santé) aidé de ses MCs de premiers choix, Trinity et Linval Thompson. Les deux Jamaïcains font preuve d'une énergie débordante et impressionnante. Trinity danse dans la foule et Linval Thompson continuerait bien jusqu'à 6 heures du matin comme il le répète régulièrement durant son set ponctué de hits dont le fameux I Love to Smoke Marijuana. Aux platines, Jericho prend un malin plaisir à légèrement dubbé les instrus des deux artistes vétérans qui se retrouvent même ensemble pour un final explosif sur le Real Rock Riddim.Les fans de dancehall ont ensuite un choix crucial à faire. Busy Signal se produit sur la grande scène en même temps que Lieutenant Stitchie côté Dub Club. Le premier fait presque office d'intru parmi ce line-up très roots mais parvient à maintenir l'ambiance au top avec son set où les tunes reggae Miss You, Free Up ou Reggae Music Again font l'unanimité. Et comment rester insensible à l'explosif Bumaye qui clôt le show comme il avait commencé : à 100 à l'heure !Le feu bretucirc;le tout autant côté sound system avec Manudigital et un Stitchie en très grande forme. Après une intro fracassante (dont un incroyable remix du Mek It Bun Dem de Damian Marley et Skrillex), Manu appelle son MC et c'est parti pour une heure d'énergie pure. Les deux compères, très complices, déroulent la tracklist de l'album Masterclass, ponctué de quelques hits des années 80 dont l'inévitable Almighty God. Le Dub Club avait bien besoin d'un petit coup de fouet et ça a fonctionné !Les organisateurs du Bagnols Reggae Festival avaient gardé le meilleur pour la fin. Don Carlos livre de loin la meilleure prestation du jour et l'une des plus marquantes du festival. L'ancien chanteur de Black Uhuru est comme toujours accompagné d'un backing-band extrêmement précis et sa voix, particulièrement intacte, colle des frissons à la foule. Les hits défilent, Hog and Goat, Lazer Beam, Natty Dread Have Him Credential ou la reprise de Satta Massa Gana. On n'aurait pas rêvé mieux pour finir cette première journée de concerts et nous donner envie de poursuivre le festival ! Rendez-vous demain pour la suite... (webremix.info)


Koffee @ Paris

On l'attendait avec impatience en France. La jeune Koffee a finalement rencontré son public à La Maroquinerie de Paris le 29 juin dernier après un passage remarqué aux Solidays une semaine plus tôt. La petite salle parisienne était pleine à craquer pour applaudir LE nouveau phénomène de la musique jamaïcaine. A seulement 19 ans et avec à peine un EP, Koffee s'est fait une immense place dans le paysage reggae et au-delà même au vu du public présent ce soir-là...C'est Atili qui ouvre les hostilités avec un set plutôt énergique. Le DJ et producteur fait monter l'ambiance tout doucement et les réactions ne tardent pas à suivre de la part des massives déjà bien présents. Le tout récent Subterranean Exodus qui regroupe Pupajim et Biga Ranx fait son petit effet !Le backing-band de Koffee, The Compozers (dont notre guitariste frenchie Thomas Broussard fait partie !), fait son entrée sur un medley d'instrus. Un rituel dans les concerts de reggae, sauf que cette fois, quid des riddims classiques yardies, le band prend un malin plaisir à chauffer la salle à grand coups de tubes RetB et hip-hop. Pharrell Williams, Snoop Dogg... Le public reprend en choeur des tubes planétaires que nous, pauvres fans de reggae que nous sommes, avons parfois du mal à identifier malgré leur popularité ! Une intro qui en dit long sur la volonté de Koffee de se démarquer et sa capacité à séduire le plus grand nombre.La petite star fait finalement son entrée sur Burning, tune de circonstance dans la fournaise de La Maroquinerie. La canicule en fait souffrir plus d'un dans la salle, mais tout le monde reste massé devant la scène pour assister au concert de la jeune sensation. Un mauvais réglage du son nous empêche de profiter de la voix de la chanteuse sur les couplets. L'énergie est pourtant là ! Koffee est généreuse et transpire l'humilité à chaque prise de parole. Un peu d'humour, un grand sourire, une attitude modeste... Elle a tout pour séduire. Et le public la suit de façon assez enthousiaste. Malgré un répertoire peu fourni, Koffee parvient à capter l'audience et nous offre même quelques nouveaux titres parmi lesquels l'excellent Under The Pressure, un futur hit à n'en pas douter. A l'aise dans ses déplacements, on la sent pourtant un peu fébrile vocalement, pas toujours juste, attaquant ses chansons très bas dans les graves. Des petits défauts qui se corrigeront avec l'expérience soyons-en setucirc;rs. Les points d'orgue du concert sont bien setucirc;r les hits Rapture et Toast qui ont tous les deux droit à des pull-ups bien mérités. Dommage (ou tant mieux pour certains !) que Koffee nous resserve un deuxième Toast en rappel... On ressort de là un peu mitigé. Loin d'avoir pris une claque, on est tout de même contents d'avoir assister à ce premier vrai concert français d'une artiste dont on entendra parler encore longtemps. On attend la suite ! (webremix.info)


King Earthquake et J.Lalibela - Interview

Errol Arawak, AKA King Earthquake, est une légende et un pionnier du dub UK. Ces derniers temps, le selector est souvent accompagné lors de ses prestations live par Joseph Lalibela, un chanteur dont on parle de plus en plus dans le milieu sound system après ses collaborations avec O.B.F ou encore Maasai Warrior. Nous avons eu la chance de rencontrer ces deux artistes originaires de Birmingham pour un entretien.Reggae.fr : Parlez-nous de votre rencontre à tous les deux.King Earthquake : Quand est-ce que je t'ai rencontré ? Je suis trop vieux pour me rappeler de ces choses-là (rires).Joseph Lalibela : J'ai rencontré King Earthquake sur scène, nous venons tous les deux de Birmingham en Angleterre et nous sommes tous les deux dans les sound systems depuis de nombreuses années. Nous avons toujours trainé dans les mêmes endroits ; une rencontre entre nous était donc inévitable. etCcedil;a s'est fait et ça a été bon pour moi parce que King Earthquake m'a aidé. Il m'a aidé à faire parler de moi et il a sorti quelques-uns de mes morceaux ce qui les a fait connaître à des personnes partout autour du monde. Je le remercie donc pour ça.King Earthquake : Ce que les gens ne savent pas c'est que Lalibela a une grande expérience dans le milieu sound system. Il a grandi avec le Scientist Sound System de Birmingham. En quelle année a débuté Scientist ?Joseph Lalibela : 1978/1979King Earthquake : Vous voyez ils ont commencé à peu près en même temps que mon sound system. Moi j'ai commencé en 1976. Nous venons du même endroit, nous avons la même culture, le même entourage, nous faisons le même travail, donc nous devions nous rencontrer.Joseph Lalibela : Nous bretucirc;lions le même feu. Mon sound system a débuté à la fin des années 70 et je les ai rejoints à la fin des années 80. Birmingham est une ville où les sound systems font partie de la communauté depuis des années. Il y en a énormément donc tu dois te démarquer et tu dois représenter ton quartier et ta communauté.Joseph, pourriez-vous nous parler du nom que vous avez choisi, pourquoi Lalibela ?Joseph Lalibela : Comme l'a dit King Earthquake, nous avons débuté très jeunes dans le milieu sound system, et à ce moment-là on me connaissait sous le nom de Likkle Sess. Un peu plus tard, au début des années 2000 je suis allé en Ethiopie, c'était un peu comme un pèlerinage, un voyage spirituel ; je n'étais pas à la recherche d'un nom mais il m'a été donné par l'Ethiopie. La croix que j'avais achetée était en fait une croix de Lalibela et je ne le savais pas, je suis né au mois de février ce qui est pour les rastas le mois de Joseph donc je n'ai pas eu beaucoup à réfléchir pour choisir ce nom, je dirais plutôt que ce nom m'a choisi. Je remercie le Tout Puissant pour ça.Vous êtes tous les deux dans le milieu sound system depuis de nombreuses années, avez-vous vu des évolutions dans les danses, dans la manière de transmettre le message ?King Earthquake : Il y a beaucoup de façons de voir le message. Le message était là avant et il est toujours là aujourd'hui, l'important est de prêter attention à ce message. Il y a beaucoup de personnes qui ont quitté le milieu de la musique il y a longtemps mais il y a eu l'influence de nouvelles personnes qui sont dans le roots, le reggae et le dub maintenant. Et c'est bon de savoir qu'il y a encore des personnes qui sont là pour s'en occuper et prendre le relais de ceux qui sont partis.Joseph Lalibela : Comme vient de le dire King Earthquake, le message est resté le même, c'est toujours le message de paix, d'amour, d'unité porté par Jah. La principale différence que je vois aujourd'hui dans les sound systems, c'est que l'on assiste à une renaissance, à un renouveau pour la nouvelle génération et pour les générations européennes. Nous connaissons les sounds comme une culture jamaïcaine qui s'est exportée en Angleterre mais maintenant nous pouvons la voir s'implanter partout dans le monde ; et c'est une bonne chose que les nouvelles générations répandent le message de paix et d'amour au plus grand nombre, c'est une chose positive.Quand nous sommes arrivés vous étiez en train de faire des photos avec de jeunes bénévoles, parlez-nous de votre relation avec le public, ressentez-vous une forme de célébrité, est-ce que vous appréciez ces échanges ?King Earthquake : Je ne connais pas la célébrité, je dis toujours que les gens célèbres sont riches, et je ne le suis pas. Certaines personnes me reconnaissent partout où je vais et parfois dans les rues d'Angleterre des gens que je ne connais pas viennent me voir et entament une discussion à propos de sound system, à propos de moi ou de plein d'autres sujets. Cela m'importe peu d'être célèbre ou d'être un inconnu, le message sera délivré aussi longtemps que nous serons là pour guider les plus jeunes vers la bonne direction.Joseph Lalibela : Ce que vous nommez la célébrité est une bonne chose dans le sens où cela me permet de faire connaître mon travail, cela touche le coeur des gens, cela touche l'esprit et l'âme des gens donc quand on vous reconnaît un peu partout dans le monde cela signifie que vous faîtes quelque chose de bien qui parle aux gens et aux jeunes, et cela me fait chaud au coeur. J'ai voyagé un peu partout dans le monde, comme au Brésil par exemple, et quand des gens de là-bas me reconnaissent, reconnaissent ma voix, et n'ont que de l'amour pour moi, je ne peux qu'apprécier !Pour conclure pourriez-vous nous parler de la scène dub française ?King Earthquake : Beaucoup d'anciens ont mis de côté le roots and culture dans leurs vies. Si les choses étaient restées ainsi, la scène roots ne serait pas ce qu'elle est aujourd'hui. Si nous avions gardé cette direction ce ne serait probablement pas allé plus loin et je remercie la scène dub européenne de faire revivre / je ne devrais pas dire revivre / améliorer, ce qui a été laissé de côté. C'est pourquoi j'encourage les jeunes à construire des sound systems parce que c'est la fondation du roots et culture. J'adore voir plus de sound systems et voir plus de personnes aller dans le bon sens. (webremix.info)


Steel Pulse - Mass Manipulation

Comment ne pas être en alerte lorsque Steel Pulse sort un album ? La formation britannique fait partie des rares groupes légendaires qui parviennent à garder leur créativité intacte près de 50 ans après leurs débuts. Et quand en plus on a attendu 15 ans avant d'avoir un nouvel album à se mettre sous la dent - outre quelques singles de-ci de-là, leur précédent effort, African Holocaust, date de 2004 - on a deux fois plus de raisons d'exulter.Et on n'est pas déçus ! Le son puissant de la bande est au rendez-vous. On en prend plein les oreilles dès le premier morceau, Rize, à l'intro façon heavy metal aussi courte qu'inattendue ; quoique Steel Pulse nous a régulièrement habitués à de discrètes incursions rock. Cuivres, choeurs, rythmes, tout est maîtrisé à la perfection. Davdid Hinds est quant à lui plus en forme que jamais. L'énergie et l'application qu'il a mises dans l'enregistrement de ces 17 nouveaux titres est véritablement perceptible. Le chanteur roule les R et soigne sa justesse avec précision !Le militantisme d'Hinds et les siens fait encore mouche quand ils s'indignent de la discrimination envers la communauté rasta en rappelant la destruction du Pinnacle de Leonard P. Howell dans les années 40 en Jamaïque (Cry Cry Blood). L'affaire des six de Jena (six adolescents noirs abusivement accusés de tentative de meurtre sur un blanc aux Etats-Unis en 2006) inspire également le groupe qui réclame "Justice in Jena". Les grands rebelles historiques sont remerciés pour leur courage et leur combat sur le percutant Thank the Rebels tandis que le chant traditionnel rasta Satan Side est revisité (avec une intro orientale improbable) pour rendre hommage à l'Afrique. On adore les mélodies et la modernité de The Final Call, l'analyse fine de la situation mondiale de Mass Manipulation ou le dynamisme de Don't Shoot. L'album se clôture sur deux titres teintés de pop qu'on croirait tout droit sortis des studios de Third World ou Inner Circle. L'un plus léger, Higher Love (Rasta Love), et l'autre tout aussi engagé que le reste de la tracklist (Nations of the World).Bien que David Hinds et Selwyn Brown soient les deux seuls membres originels de la formation encore présents, le son de Steel Pulse revit comme jamais. La qualité sonore est indéniable et l'identité de l'équipe de Birmingham est plus que préservée. On vous conseille vivement de plonger tête baissée dans Mass Manipulation !Tracklist :01. Rize 02. Zem Dem 03. Stop You Coming and Come 04. Thank The Rebels 05. Justice In Jena 06. Human Trafficking 07. Cry Cry Blood 08. Don't Shoot 09. Trinkets and Beads? 10. No Satan Side 11. N.A.T.T.Y. 12. Mass Manipulation 13. World Gone Mad 14. Black and White Oppressors 15. The Final Call 16. Higher Love (Rasta Love) 17. Nations Of The World (webremix.info)


Max Romeo - Words From the Brave

Avec plus de cinq décennies de carrière derrière lui, Max Romeo sort un nouvel album baptisé Words From the Brave sur le label français Baco Records. Après de longues années d'absence discographique, l'auteur des fameux War Ina Babylon, One Step Forward ou encore Chase the Devil nous livre un opus de dix titres dont un featuring avec son fils, Azizzi Romeo.L'histoire de cet album commence trois ans en arrière, en 2016, lors d'une tournée avec le groupe Roots Heritage. Les musiciens composent plusieurs morceaux qui vont convaincre Max Romeo de retourner en studio. Cette co-production franco/jamaïcaine entre Charmax Music et Strong Foundation nous offre un album qui allie la plume acérée de l'icône du reggae aux riddims minutieux et aériens de Roots Heritage. Dans ce nouvel opus enregistré dans sa totalité en Jamaïque au Red Ark Studio, on y découvre des topics qui dépeignent la société jamaïcaine d'aujourd'hui, les réalités sociales, économiques et politiques du pays. Mais aussi des messages plus globaux et adressés à la nouvelle génération. Un album à l'image des productions des années 70 qui allie à la fois sincérité et sagesse accompagnées de riddims purement roots.Cet effort très attendu par les fans de roots va largement combler leurs attentes, et peut-être même plus encore... A 74 ans la voix de ténor du chanteur jamaïcain est toujours au rendez-vous et son vibrato si particulier n'a pas bougé d'un poil. On ouvre l'album avec le très deep The World Is On Fire et ses solos de guitare électrique diaboliques. On poursuit avec Have You Ever Hit Rock Bottom, un tune avec des sonorités jazzy qui s'entremêlent sublimement à la voix percutante de Max Romeo. S'ensuit le très énergique Heaven et ses passages de cuivres envoetucirc;tants. Le titre éponyme de l'album nous ramène lui dans un univers plus roots. La section de cuivres accompagnée d'un couple basse/batterie implacable nous montre à quel point l'alchimie entre Max Romeo et les Roots Heritage fonctionne parfaitement.Avec Eve of Destruction, Max Romeo nous livre une sublime reprise du titre de Barry McGuire. Un titre intemporel et toujours autant d'actualité. Le sixième track de l'album est le seul qui accueille un invité. Et pas n'importe lequel ! C'est Azizzi Romeo, le fils de Max en personne qui vient poser sa voix sur le rub-a-dub Penguin. On poursuit avec Too Many, un titre plein de bonnes vibes porté par un riddim roots et souligné par des interventions parfaitement maîtrisées à la guitare électrique. L'avant-dernier morceau, Say Yes, dévoile à merveille le vibrato si particulier de Max Romeo sur un riddim entraînant. On termine cet album avec l'exaltant Thank God au rythme très dansant quasi ska !Avec ce nouvel album qui marque le retour du géant Max Romeo, l'âge d'or du reggae revit pendant quelques instants. Un album de haute voltige avec des riddims travaillés, minutieux, tranchants et la voix profonde de Max Romeo. On ne peut que croiser les doigts pour que la collaboration entre Roots Heritage et Max Romeo dure encore des années !Tracklist :01. The World Is On Fire02. Have You Ever Hit Rock Bottom03. Heaven04. Words From the Brave05. Eve of Destruction06. Penguin feat. Azizzi Romeo07. Too Many08. The Farmer's Story09. Say Yes10. Thank Godbacoshop.fr/etiquette/max-romeo-frsmarturl.it/WordsFromTheBrave (webremix.info)


Inna De Yard - Le Film

Le film de l'été c'est sans nul doute Inna De Yard ! Suite logique de l'album paru en mai, ce documentaire ravira plusieurs catégories de spectateurs. Tout d'abord et bien évidemment, les amateurs de reggae, en effet on trace ici les portraits in situ des protagonistes bien connus du public français (Winston McAnuff, Kiddus I, Ken Boothe, Jah9 et bien d'autres). Ils se livrent sans fard et dans leur intimité (Winston sur la tombe de son fils Matthew, Ken qui ne part pas en tournée sans son épouse sans qui il serait perdu et en chemise froissée, ou bien encore Cedric Myton dans la maison qu'il construit avec son frère...) On en apprend sur leur parcours, sur le pourquoi du comment de ce Buena Vista Social Club à la jamaïcaine et on les retrouve bien setucirc;r tous ensemble en repèt' ou en live. L'aspect musical est très bien géré et le son sort parfaitement en salle ; la basse vous secoue direct, comme si vous y étiez.Les amateurs de voyages et de documentaires y trouveront aussi leur compte tant les images de la Jamaïque sont magnifiques et laissent transparaître à merveille la chaleur et la mystique de l'île. Des séquences dans une nature florissante hors du commun, des petits matins brumeux ou encore des promenades en barque de pêche, on visite, on explore et les voix off nous narrent une histoire aux allures de conte.Les véritables cinéphiles ne seront pas en reste puisque le réalisateur n'est autre que Peter Webber, un Londonien fan de reggae depuis les années 70. Autant dire qu'il maîtrise sont sujet sur le bout des doigts, mais c'est surtout un vrai réal de cinoche, pas un simple fan de musique qui s'improvise. Il a réalisé la suite du Silence des agneaux (Hannibal Lecter : les origines du mal), Crimes de guerre avec Tommy Lee Jones, plus récemment Pickpockets pour Netflix, ou encore le magnifique film La jeune fille à la perle, nommé aux Oscars et aux Golden Globes. Vous aurez donc devant les yeux un vrai film avec image léchée, lumière au top et scénar bien ficelé et même si vous n'êtes pas fan de reggae, vous passerez un bon moment de cinéma, une espèce de poésie visuelle et sonore pour tous les âges...etCcedil;a sort le 10 juillet. Allez-y seul ou en famille, vous en ressortirez ému et avec des envies de partager de bonne vibrations. (webremix.info)


Mr Zebre et Ras Mykha - Welcome

Mr Zèbre est un de ces producteurs dont on entend de plus en plus parler dans le milieu dub avec des dizaines de sorties vinyles comme par exemple le Yamasee War (pressé sur le label Rootikal Attack Records), régulièrement joué par Jah Shaka. Pour son nouveau projet, le dubmaker s'est entouré de Ras Mykha, chanteur bien connu des amateurs de sound system qui, en plus d'assurer le chant, s'est aussi occupé de l'artwork de Welcome Ina Di Dance, un LP récemment pressé sur le label Patate Records.Un LP qui commence avec The King, un dub bien mystique aux basses gargantuesques et aux cuivres vrombissants sur lequel le MC délivre son message rasta, parfaite introduction à l'univers dans lequel vont nous promener Mr Zèbre et Ras Mykha tout au long de cet opus. Le tune est - comme tous les autres - suivi d'une version (The King Dub) dubbée à souhait et truffée d'effets en tous genres. On découvre ensuite The Lighter, un gros stepper de warrior taillé pour faire danser en sound system, puis Truth and Right, un dub plus tranquille et très méditatif aux basses toujours aussi surdimensionnées sur lequel le flow de Ras Mykha fait encore mouche.On change de face et les big tunes continuent de pleuvoir à commencer par Red Eyes et son riddim inna warrior style, stepper sombre et entraînant aux sonorités électroniques que va retourner Ras Mykha de son flow tranchant ; ou encore Welcome, un morceau tout aussi orienté stepper que le précédent dont la version est reprise par le mélodica de Noefree. Deux titres qui devraient à coup setucirc;r faire skanker dans les sounds cet été. C'est enfin Be Wise qui conclut cet essai en parfait générique de fin où les notes de clavier viennent répondre au chant de Ras Mykha.Welcome Ina Di Dance, un LP plus que réussi et clairement destiné aux amateurs de stepper UK où Mr Zèbre propose à Ras Mykha des riddims taillés sur mesure, toujours aussi soignés et efficaces ; mais devait-on attendre moins de la part d'un tel duo ?Tracklist :A1 : The King A2 : The King Dub A3 : The LighterA4 : The Dub Lighter A5 : Truth and RightA6 : Truth and Dub B1 : Red EyesB2 : Red Eyes DubB3 : WelcomeB4 : Welcome From Melodica Ft NoefreeB5 : Be WiseB6 : Wise Dub (webremix.info)


DJ Vadim et Jman - Likkle More

Quelques mois seulement après la sortie de son Dubcatcher vol 3, DJ Vadim nous revient avec Likkle More. Un nouveau projet pour lequel il s'est associé à Jman, un chanteur anglais de la scène bass music dont nous avions déjà entendu le flow ravageur sur les précédents opus de Vadim.C'est Good Old Days qui ouvre cet album ; un riddim tranquille sur lequel on découvre le flow toujours aussi efficace de Jman épaulé par le chant de Lasai sur les refrains. L'Espagnol est d'ailleurs très présent puisqu'on le retrouve sur pas moins de six titres tout au long de cet opus. Que ce soit sur un instrumental hip-hop (Upright), sur un dancehall (Heart Attack), un ganja tune au gros riddim rub a dub (Burn My Weed), ou même une ambiance trap accompagné de Daddy Freddy et Carey James (Humble), le trio Vadim/ Jman/ Lasai fonctionne à merveille.Comme vous l'aurez compris, Likkle More est un album qui explore autant de styles musicaux qu'il reçoit d'invités. On a donc droit à une bonne dose de digital avec War in the Street (ft. Sr Wilson) ou encore à Bad Like This, un dancehall au riddim digne de Vybz Kartel au refrain vocodé que Jman se fait un plaisir de retourner accompagné cette fois de Shanty B. Pour le dernier feat de cet opus, nous avons droit à un hip-hop mélancolique où le flow tranchant de Jman se mêle à la douce voix de Maddy (Everything Bless).Sur les quelques morceaux où Jman s'exprime " en solo ", le jeune chanteur anglais explore le hip-hop dans toutes ses variantes en s'y adaptant avec toujours le même talent. DJ Vadim lui propose donc un instrumental " à l'ancienne " nous ramenant au rap des années 90 sur 1312, puis un autre beaucoup plus rythmé et un peu barré, rappelant l'époque des Busta Rhymes et autres Dizee Rascal avec Likkle More, ou encore un morceau très moderne, fusion entre hip-hop, trap et grime (I Was Like).Avec Likkle More, DJ Vadim s'affirme une fois de plus comme l'un des producteurs les plus talentueux de sa génération, passé maître dans l'art de faire fusionner les genres. Il en profite pour mettre en lumière Jman, un jeune artiste aussi à l'aise sur du reggae que du dancehall, du hip-hop ou de la trap et qui devrait rapidement faire parler de plus en plus de lui.Tracklist :1. Good Old Days Ft Lasai 2. Upright Ft Lasai3. Burn My Weed Ft Lasai4. War in the Street Ft Sr Wilson5. I Was Like6. Heart Attack Ft Lasai7. Bad Like This Ft Shanty B8. Humble Ft Lasai, Daddy Freddy et Carey James9. Militant Ft Lasai10. Everything Bless Ft Maddy11. Likkle More12. 131213. Revolution Time (webremix.info)


Inna De Yard @ Olympia

Le succès d'Inna De Yard n'en finit plus. La troupe jamaïcaine est même allée jusqu'à afficher son nom en lettres rouges sur la célèbre façade de l'Olympia le 15 juin dernier. Quel lieu aurait été plus parfait pour accueillir les légendes jamaïcaines à Paris ? Ken Boothe, Horace Andy, Cedric Congo Myton, Kiddus I, Winston McAnuff... La liste fait saliver. Un concert évidemment émouvant que Reggae.fr ne pouvait absolument pas manquer. Retour en images avec les clichés de Philippe 'Da Best' Campos sur scène et dans les coulisses. (webremix.info)


Tiken Jah Fakoly - Le monde est chaud

Depuis déjà plus de vingt ans, Tiken Jah Fakoly est le porte parole du peuple africain face à la corruption, les guerres, le dictat de l'argent et l'inconscience écologique. Avec son tout nouveau projet Le monde est chaud sorti le 17 mai dernier, il poursuit son engagement au coeur même de son pays d'origine qu'il met à l'honneur. C'est en effet à Abidjan aux côtés de musiciens locaux que fut enregistré le projet.L'artiste crée un album d'une grande authenticité ancré dans la culture africaine en mêlant les ingrédients traditionnels du reggae / basse, cuivres et choeurs / à de frais et entraînants rythmes africains au son de la kora ou du n'goni. C'est cette pureté de la vibe africaine que l'on savoure dans Lybia et No No No ou encore l'envoetucirc;tant Kodjougou sur lequel le chant de l'artiste dans sa langue natale nous embarque dans un beau voyage.Tiken dénonce toujours aussi énergiquement la corruption, la suprématie du système occidental et prône l'union des différentes nations africaines. L'urgence climatique est aussi abordée avec etEacute;cologie et Le monde est chaud en featuring avec Soprano qui nous rappelle la belle collaboration de 2007 Ouvrez les frontières. Le dansant Ngomi est des plus appréciables de l'album. Un texte très introspectif où l'artiste se compare à une galette grillée de sa région pour illustrer allégoriquement sa carrière et les difficultés connues par la communauté rasta ivoirienne en proie à la barbarie gouvernementale. On retrouve un artiste touchant, usé certes, mais pas prêt à stopper le combat. Une façon élégante de lancer un " ils ne m'auront pas " aux dirigeants lui faisant subir censure et annulations de concerts. Enfin c'est tout son amour pour la beauté de son continent que l'on retrouve dans We Love Africa.Quelle que soit la langue choisie, Doumia Fakoli, ce prophète du XXIe siècle, porte merveilleusement le flambeau de l'Afrique et des valeurs reggae. Le monde est chaud est moderne, vivant, combattant et plein d'espoir au très bel alliage instrumental. Et pour ceux qui auraient encore soif de chants engagés de notre icône du reggae africain, d'autres titres sont attendus en aoetucirc;t ; restez donc à l'affetucirc;t !Tracklist :01. Le monde est chaud feat. Soprano02. Pourqoui nous fuyons03. No No No04. Lybia05. etCcedil;a vole06. Dieu nous attend07. Kungo08. We Love Africa09. Kodjougou10. Ngomi11. Rasta12. etEacute;cologie (webremix.info)


Jah9 @ Festival Rio Loco

L'édition 2019 du festival Rio Loco à Toulouse avait un goetucirc;t particulier... Une programmation exclusivement féminine sur quatre jours, on n'est pas setucirc;rs d'avoir déjà vu ça en France ! Et le reggae s'y est fait une petite place avec la venue de Jah9 le jeudi 13 juin. Retour sur sa prestation avec les clichés de Roshanak. (webremix.info)


Manjul - Dub To Mali vol.3

Manjul a grandi à Paris où il découvre la musique en apprenant le violon. Très jeune il rencontre le reggae et le Rastafarisme, et devient peu à peu multi instrumentiste (percus nyabinghi, basse, claviers...) tout en apprenant le métier d'ingénieur du son. Il part ensuite vivre à Mayotte où il fonde le groupe Humble Ark Band, et c'est quelques années plus tard en s'installant à la Réunion qu'il monte son premier studio (le Humble Ark) où il enregistre (entre autres) Indian Ocean In Dub Fight 1, une compilation de dubs réalisés avec des artistes issus de tout l'Océan Indien. En 2001, il déménage au Mali où il remonte le Humble Ark Studio ; viendront ensuite des dizaines de collaborations avec des artistes comme Takana Zion, Tiken Jah Fakoly, Sugar Minott, Natty Jean ou Danakil. En 2005 Manjul sort Dub To Mali, un projet qui réunit sa passion du reggae et son amour pour l'Afrique. L'album sera suivi d'un second opus en 2007 et le producteur nous présente aujourd'hui le troisième volet (accompagné d'une réédition des deux premiers au format vinyle).C'est donc dans un univers bien à lui, fait d'une fusion entre reggae, dub et musique africaine que va nous amener Manjul ; et ça démarre fort avec Where is Manjul, parfaite introduction mêlant à merveille dub poetry, chant traditionnel africain et cuivres sur un gros riddim roots. On découvre ensuite Oh Mali, une déclaration d'amour faite par Manjul à son pays d'adoption sur un gros dub où il partage la vedette avec des solos de percussions et quelques notes de cuivres. Les riddims sont riches et travaillés à souhait, tellement que même après plusieurs écoutes vous découvrirez toujours un nouveau détail qui vous avait échappé. Le meilleur exemple est setucirc;rement le sublime Chaque saison a sa raison, un instrumental où les fletucirc;tes, les cordes et les percussions continuent encore de nous surprendre.Au milieu de ces morceaux tous plus soignés les uns que les autres, on a particulièrement aimé If You Don't Feel No Pain - dont le riddim nous fait penser aux lives dub de groupes come High Tone ou Improvisators Dub - ou encore Dub For the Miniamba (chanté par Tenin Massaran Kouyaté) grâce auquel il vous suffira de fermer les yeux pour être transporté directement en Afrique de l'Ouest. C'est sur un dub du riddim composé par Manjul pour Natty Jean et son Santa Yalla il y a quelques années que va se conclure ce bel album (Emperor). Une instru toujours aussi soignée et pleine d'effets sur laquelle le producteur rend hommage à Sa Majesté Haïlé Sélassié en guise de générique de fin.Avec Dub To Mali vol.3, Manjul nous offre une fois de plus une formidable plongée dans son univers qu'on aime tant, inspiré autant par le reggae jamaïcain et le rastafarisme que par la musique traditionnelle et le mysticisme africains et avec toujours le même souci du détail. On en redemande.Tracklist : 1. Where is Manjul2. Oh Mali3. Guede Dub4. Tounka5. If you Don't Feel no Pain6. Dub for the Miniambia7. Dub Music ( Coming in, Coming out) 8. Sougouniambe9. Bana Magni10. Real Hot 11. Timbuktu12. Ba Dji13. Afreecan adventurer14. Chaque Saison Sa Raison 15. Politricks16. Les Hommes de main 17. Emperor bacoshop.fr/etiquette/manjul-vinyle-frsmarturl.it/DubToMali3 (webremix.info)


Atili - Huglife

Apparu il y a quelques années dans le petit monde du reggae digital français, Atili a su s'imposer comme l'un des créateurs et producteurs majeurs de cette scène. Il a commencé à faire ses premiers pas aux côtés de son frère Biga Ranx et après de multiples collaborations en tout genre avec Gappy Ranks, Big Red ou encore Joseph Cotton, le jeune Tourangeau nous propose un nouvel album avec un nom tout mignon : Huglife. On s'attend à un gros câlin musical ! Avec ce nouveau projet, Atili nous invite à découvrir ses influences et son univers avec des mélanges de dub, d'électro et de hip-hop. Le beatmaker a mis les petits plats dans les grands pour les invités de ce nouvel effort. Bien setucirc;r, on retrouve son frangin Biga, mais aussi le très populaire Pupajim, l'extravagant Biffty ou encore l'excellent duo lyonnais Damé.C'est justement avec eux que s'ouvre l'album. Stereo Dawn offre un riddim digital-trap sublimé par une rythmique aquatique et une voix très androgyne que l'on ne saurait attribuer à un homme ou une femme. S'ensuit le très bon My Grind partagé avec Adam Paris sur lequel le MC de l'écurie Brigante évoque la difficulté et la dureté du quotidien d'un flow rap maîtrisé que l'on retrouve plus tard sur le très hip-hop Skudoza.On doit l'avouer, ça faisait longtemps qu'on attendait une rencontre entre Pupajim et Biga Ranx. Cet espoir est aujourd'hui devenu réalité grâce à Atili qui les réunit pour l'excellent Subterranean Exodus. Un univers sombre dès les premières notes et deux MCs qui s'accordent à merveille avec le flow yardie de Biga Ranx et les modulations de voix du membre de Stand High Patrol.Après Biga Ranx et son Petit Boze, c'est aujourd'hui avec Atili que Biffty collabore pour l'improbable Mr Diddy. Un tune reggae hip-hop porté par un texte plutôt amusant ponctué de trois ou quatre punchlines assurées. Une des très belles surprises de l'opus vient du titre Popcorn où Lil Slow et Atili nous embarquent dans un monde sombre et lugubre avec un morceau instrumental hybride entre techno et dub qui fonctionne à merveille. Autre collaboration avec un dubmaker : celle avec Panda Dub sur Going On tout aussi expérimental.L'album se clôture tout en douceur avec trois tunes plus proches de ce à quoi Atili nous avait habitués auparavant. On retrouve la divine Pauline Diamond et sa voix suave sur un riddim flottant, puis l'artiste japonais Kid Eastah sur un titre plus reggae qui invite à se plonger dans ses souvenirs avant de finir sur un son 100% chill complètement cotonneux avec l'instrumental Pier 7.Atili nous présente un opus très abouti à son image où une multitude d'influences musicales viennent s'entremêler les unes aux autres. Un véritable voyage musical à déguster au calme ! Une fois de plus, Atili confirme sa place de taulier du reggae vapor en France.Tracklist :1. Stereo Dawn feat. Damé2. My Grind feat. Adam Paris3. Subterranean Exodus feat. Pupajim et Biga*Ranx4. Skudoza feat. Adam Paris5. Godzilla feat. Ruffian Rugged6. Mr Diddy feat. Biffty7. Popcorn feat. Lil Slow8. Going On feat. Panda Dub9. Daylights feat. Pauline Darkling10.Tsuioku feat. Kid Eastah11. Pier 7 (webremix.info)


Olivia Flowers - Incandescence

Incandescence, le premier album d'Olivia Flowers sort le 31 mai 2019 et à l'instar des coloris de la pochette, on peut se dire que ça y est, enfin, on est en été ! Les dix titres serviront donc à merveille de bande-son pour vos vacances. Un reggae qui ravira tout le monde car, à l'image d'Olivia, il est d'inspiration multiple, teinté de soul, de blues (blu-dub) ou encore de funk. La chanteuse puise ses influences aussi bien dans le sud des USA dont elle est originaire qu'en Jamaïque ou en France.Olivia a grandi en Caroline du Sud, où elle apprend et perfectionne son chant dans un berceau gospel/soul propre aux églises de sa région. C'est ce qui lui permet aujourd'hui cette grande versatilité et une écriture poignante qui touchera le plus grand nombre avec des sujets très personnels et d'autres plus globaux. Après un passage au Canada où elle a fait ses armes scéniques aux côtés de grands noms du reggae jamaïcain, elle revient en France pour la deuxième fois en 2013 (elle y avait fait une partie de ses études auparavant) et décide de se plonger corps et âme dans l'une de ses raisons de vivre : la musique et le live.Rencontres avec Winston McAnuff et d'autres ou première partie parisienne de Capleton lui confèrent une petite réputation d'estime. On attendait donc avec impatience la confirmation discographique de ce talent énergique qu'on avait pu apprécier sur scène. Incandescence allumera à coup setucirc;r la petite ampoule de votre discothèque dans quelques jours... A suivre !Tracklist :01. What You Want 02. Heavy Load 03. On My Mind 04. Feeling The Same 05. Open Wings 06. The Light 07. Hand In Her Pocket 08. Unda Wata 09. Uglly Beautifull 10. A Change Is Gonna Come (webremix.info)


Bordeaux Dub School #16

Pour cette 16ème Bordeaux Dub School, le Wandem Sound System avait invité O.B.F pour un meeting où chacun avait ramené 8 scoops au Rocher de Palmer ; on vous fait revivre cette belle soirée.On entre donc dans la salle alors que le Wandem est en train de jouer Firy Sound d'Askan Vibes, un recut très réussi du Cuss Cuss Riddim dont la face B sera sublimée par les mélodies de fletucirc;te tibétaine et de coquillages de Fransax (ex Improvisators Dub et membre de la Hornsmen Section) ; quel accueil ! Les artistes et leurs machines sont au pied de la scène sur laquelle a été disposé un imposant décor aux couleurs de la Dub School signé Relaksone OG. Ce dernier réalisera d'ailleurs un graff aux couleurs d'O.B.F tout au long de la soirée.Iris (selecta du Wandem) va nous offrir un warm up géant qui commence assez roots, les perles pleuvent : Blind Eye de Young Kulcha (récemment pressé sur le label Conscious Embassy) ou encore le Signs de Ramon Judah et sa sublime version instrumentale signée des Makating Horns. Nous allons ensuite avoir droit à un véritable moment de grâce, Fransax est assis au bord de la scène sous une petite lampe qui le met en lumière, son sitar posé sur les genoux, il lance la petite boîte à rythmes aux sonorités indiennes qui l'accompagne et commence à gratter les cordes de son instrument fantastique. Ambiance mystique assurée ! Iris lance un riddim discret mais efficace, les basses se mettent à gronder, c'est magique. Le ton monte doucement, les premiers gros steppers se font entendre, et le Wandem va livrer un public chauffé à bloc aux invités d'honneur en balançant une dernier dubplate hyper efficace signé I Tist.C'est donc au tour d'O.B.F de se mettre aux machines, le crew est venu au grand complet avec Charlie P, Shanti D et Sr Wilson pour reprendre les versions, et ça commence avec un recut du célèbre morceau de Black Uhuru qui se transforme en "Guess Who's Coming to Dinner : O.B.F Sound" ! L'ambiance continuera à monter jusqu'à l'heure du karaoké géant : le clip de Part of my Life est projeté sur un écran et Shanti D reprend les paroles, bien aidé par le public, un pur moment de délire. Rico va ensuite enchaîner les big tunes : Family de Charlie P, Babylon a Fall de Joseph Lalibela, ou encore plusieurs extraits de la A1 Mixtape pour finir sur un dubplate de folie issu de la collaboration O.B.F / Iration Steppas.La soirée va se cloturer avec un mini Dub Fi Dub où le Wandem va faire exploser la salle avec un nouveau dubplate d'I Tist toujours aussi lourd avant que Rico ne lui réponde avec le terrible Akufen.Encore une bien belle soirée qui vient cloturer cette saison pour les Bordeaux Dub Schools. Vivement la rentrée ! (webremix.info)


Natural High Dubs et Marcus I - EP

Cofondateur et clavier du groupe High Tone, Natural High Dubs s'essaye à une première sortie en solo dès 2009 avant de nous offrir plusieurs productions sur les différents opus de Dub Invaders. Après un premier projet en quatre partie entre 2017 et 2018 (Inna Wild Style), le dubmaker lyonnais nous revenait le 11 mars dernier avec Sweet et Rough, un EP produit en collaboration avec le chanteur espagnol Marcus I .etCcedil;a commence fort avec We Shall Overcome, un stepper puissant aux sonorités digitales sur lequel on découvre avec plaisir la voix de Marcus I. On reste ensuite dans du gros stepper aux basses surdimensionnées avec des morceaux comme Dread Dragon ou Faya Fi Dem sur lesquels le chanteur ibérique et son flow affuté font à chaque fois mouche. Natural High Dubs propose ensuite Run Fi Cover, une nouvelle version chantée de son hyper efficace Blacksmith Dub (que l'on retrouvait sur Inna Wild Style part1). Marcus I lâche même le micro pour prendre le mélodica sur Blacksmith Dub Melodica, un riddim sauvage fruit d'une collaboration avec les toulousains de Zongo Sound qui vient conclure à merveille cet EP.Avec Sweet et Rough, Natural High Dubs nous montre une fois de plus qu'il est l'un des dubmakers qui compte sur la scène dub hexagonale tout en nous présentant un jeune artiste dont on n'entend pas assez parler. Et leur collaboration ne s'arrête pas là puisqu'ils ont sorti ensemble un vinyle 7 pouces sur le label Berry's Records le 3 avril dernier. Step By Step offre une ambiance plus roots tout en gardant l'univers dub tranchant du producteur lyonnais.Tracklist : 1. We Shall Overcome 2. Steel Chains3. Dread Dragon 4. Faya Fi Dem 5. Run Fi Cover6. Warriors7. Blacksmith Dub Melodica (webremix.info)


10 titres pour parler de l'esclavage (webremix.info)


Mellow Mood @ New Morning

Les jumeaux italiens de Mellow Moodétaient en tournée en France en avril. Ils passaient notamment par la belle salle du New Morning à Paris le 24 afin de défendre leur album Large sorti il y a tout juste un an. Diaporama de nos plus belles photos : (webremix.info)


Jamie Rodigan - Interview

Dans la famille Rodigan, nous demandons le fils ! Jamie, rejeton du célèbre selector et animateur radio londonien David Rodigan, est DJ et producteur (tout comme son frère Oliver aka Cadenza). Ce citoyen britannique d'origine anglo-jamaïcaine est evidemment tombé sur les platines dès son plus jeune âge. Outre ses activités de DJ qui l'ont déjà mené au Rototom Sunsplash, à l'Overjam Festival en Slovénie ou au Carnaval de Notting Hill, il vient de produire trois titres sur le premier EP de Tinez (artiste dancehall de Londres) sous le nom Crate Classics (son duo avec Aaron Horn, le fils de Trevor Horn qui n'est autre que le guitariste des Buggles, auteurs du cultissime Video Killed the Radio Star). Plutôt axé dancehall sur ses productions, Jamie n'en est pas à son coup d'essai. Il avait déjà sorti l'année dernière le titre Expensive Body de Don Andre et deux tracks sur l'album C13AZY BASS de Lei Di Dai. Bon sang ne saurait mentir, on peut donc gager que son avenir sera radieux et productif et qu'il nous concoctera pour bientôt de nouveaux sons. On attend notamment des collaborations avec Suns of Dub et The Skints. Rencontre.Reggae.fr : Qui es-tu exactement ?Jamie Rodigan : Je suis un DJ londonien de reggae dancehall et je fais aussi de la production depuis cinq ans sous le nom de Crate Classics avec mon binome Aaron Horn. En parallèle j'anime aussi un show radio tous les jeudis de 19h a 21h sur Reprezent Radio.En tant que DJ, quels genres de reggae joues-tu ?Je suis très large, je joue un peu tous les styles de reggae dancehall et même de l'afrobeat. Evidemment je promotionne beaucoup la nouvelle scène UK.En ce qui concerne la production, tu bosses en ce moment sur un EP pour Naomi Cowan n'est-ce pas ?Tout à fait ! etCcedil;a sort bientôt ! Je bosse aussi sur un single avec Capleton enregistré en Jamaïque et je viens de sortir des prods avec des MCs d'ici: Big Zeeks et Don Andre.Et pour les styles d'instrus ?Je suis évidemment plus connu pour des prods reggae et dancehall mais je taquine aussi les beats hip-hop ou afro.Comment est née cette vocation ?Plus jeune j'ai commencé a bricoler à la maison avec les platines de mon père. Mais j'ai mis du temps à vraiment me mettre à fond dedans. J'étais plus intérressé par le foot, il fallait aussi que je poursuive mes études, d'ailleurs c'est l'Université qui m'a donné l'occaz d'être plus assidu et de me professionnaliser en tant que DJ. J'y suis devenu le gars qui mixait à toutes les fêtes étudiantes. Mon père m'a toujours encouragé tout en me mettant en garde sur les pièges et les difficultés du métier.Est-ce une pression d'être le fils de David Rodigan ?C'est marrant beaucoup de gens me posent cette question ! Pas vraiment en fait. En tout cas je ne l'ai jamais ressenti. Moi j'aime juste la musique passionnément, c'est un cheminement naturel même si setucirc;rement influencé par la famille dans laquelle j'ai grandi. En tout cas je ne me pose pas la question et je ne me voyais pas faire autre chose que de la musique.Et en ce qui concerne les soundclashs, c'est une discipline que tu pratiques ?Oui même si ce n'est pas ma principale activité, ça arrive de temps à autres. J'ai d'ailleurs déjà clashé avec mon père.Tu as clashé ton père ?Non (rires) !!! J'ai clashé avec lui, dans son équipe je veux dire. J'étais son selector en 2008, pour le UK Cup Clash, il y avait Bass Odyssey, Jaro et Mighty Crown c'était le top. Plus récemment j'ai fait le Dancehall VS Soca qui n'est pas à proprement parler un clash traditionnel mais plus du tag team, des DJs dancehall contre des DJs soca un peu à la façon du Redbull Culture Clash.Quelle est la perception du métier de DJ ici à Londres ? Est-ce pris au sérieux ?Oui carrément. Comme tu as pu le voir, ici la musique est partout, n'importe quel petit bar a un système de son propre et efficace. De plus, il y a une vraie tradition ici de DJ de radio donc c'est clairement considéré comme un vrai métier pas un truc de saltimbanque. Evidemment il faut avoir le talent et la passion mais après il y a beaucoup d'opportunités pour t'en sortir. Certains diront que c'est un peu saturé car il y a beaucoup de soirées mais moi j'y vois juste encore plus de possibilités de jouer. Londres est une ville immense avec plein de gens, plein de musiques différentes et donc plein d'endroits pour danser et jouer. C'est aussi une vraie mission surtout quand tu fais de la radio. Tu te dois de représenter la richesse des nouvelles scènes et des talents émergents. Et si tu peux aider à lancer des carrières c'est le top !Quel a été le déclic pour passer de DJ à producteur ?Plus jeune j'avais téléchargé le logiciel Fruity Loop pendant mes temps libres et j'y ai pris goetucirc;t. etCcedil;a m'a ouvert une autre dimension et permis d'aller plus loin dans la création que le deejaying pur. En prod, tu peux bosser en équipe, c'est moins solo. J'aime cette vibe de groupe, ça me rappelle le foot.Quelles sont tes techniques de prod ?On se sert de tout ce qui est à notre portée : beaucoup de sampling, j'aime sampler les classiques, et on enregistre aussi des musiciens live pour ajouter des lignes chaudes et vivantes, le tout couplé à des machines bien setucirc;r.Quelle est ta semaine type ?Vu que j'ai un show radio hebdomadaire ça demande beaucoup de préparation et d'écoutes afin d'avoir l'oreille sur toutes les sorties. Je suis aussi 2/3 jours dans mon studio à bosser, créer, peaufiner, trouver de nouvelles idées. On discute beaucoup stratégie aussi avec mon associé. Et le week-end je suis à droite à gauche pour jouer. La vie de DJ/producteur quoi ! (webremix.info)


T.Broussard Release Party From the Bush

Thomas Broussard a sorti le très bel album From the Bush le 12 avril dernier sur lequel il a invité du beau monde pour des titres reggae soul puissants et émouvants (Ben l'Oncle Soul, Daara J Family, Queen Omega, Pierpoljak, Beat Assaillant...). La veille, le guitariste fêtait en grande pompe ce premier effort à La Marbrerie de Montreuil avec un groupe au complet composé de ses acolytes du Homegrown Band et quelques invités de marque : Pierpoljak, Ben l'Oncle Soul, Merlot, Mani Hoffman, Ellen Birath, Joss Bari et N8ture. Le warm-up était assuré par Demolisha Deejayz et le live de Thomas et ses guests a été ponctué des visites surprises de Beat Assaillant, Taïro, Jahill, Wonda Wendy et Queen Omega ! Retour en images avec les clichés de Franck Blanquin. (webremix.info)


Ganja playlist spéciale 420 Day

Aujourd'hui c'est le 420 Day, proclamé journée internationale des fumeurs de weed. Référence anglo-saxonne à l'heure de l'après-midi 4h20, propice pour fumer un joint, elle est par extension devenue à la fois un terme pour désigner les rassemblements pro-cannabis, mais aussi une date (le 20 avril, prononcé "four twenty" en anglais, ou 4/20) à laquelle on célèbre le cannabis et la contre-culture qui l'entoure. Reggae.fr vous offre une playlist spéciale ganja pour accompagner votre journée et éventuellement votre spliff. Pas la peine d'attendre 16H20 pour jouer ces sons. A consommer sans modération !Max Romeo - My Jamaican CollieSi les Gaylads chantaient les mérites des femmes jamaïcaines en 1971 (My Jamaican Girl), Max Romeo semblait préférer la weed malgré son pseudo de charmeur. L'auteur du tube War Ina Babylon chipe aux Gaylads leur mélodie et remplace les filles par la ganja en 1973 sur My Jamaican Collie. "J'ai voyagé partout dans le monde et j'ai fumé plein de variétés d'herbes. Mais de toutes les weeds que j'ai fumées, c'est celle que je préfère. C'est mon herbe jamaïcaine". La Jamaïque semble donc abriter la meilleure weed et les plus belles femmes du monde si l'on en croit nos artistes reggae. Deux raisons de plus d'aller visiter l'île...Black Uhuru - Sinsemilia"I've got a stalk of sinsemilia growing in my back yard !" Michael Rose avoue en musique et sans honte cultiver de la marijuana et livre avec Black Uhuru un énième hymne à la ganja avec ce Sinsemilia, classique indémodable. Nous sommes en 1980 et Black Uhuru est en train de vivre sa période la plus productive tandis que le reggae est en pleine période charnière. Le son de Channel One prend le dessus et le reggae roots s'aventure dans des sons plus lourds, plus profonds. Sly et Robbie sont les responsables de ce puissant basse-batterie typique du roots des années 80 qui prend tout son sens sur ce Sinsemilia. Michael Rose, au lead vocal, y expose tous les bienfaits de son herbe préférée et Duckie Simpson et Sandra Puma Jones accentuent ses propos de leurs harmonies plaintives. Un moment de grâce agrémenté d'une petite dédicace à Peter Tosh en fin de morceau, lui qui a souvent été persécuté à cause de son combat pour la décriminalisation de la marijuana.Peter Broggs - International FarmerL'hymne par excellence de tous les cultivateurs de ganja. Peter Broggs fut le premier artiste à signer sur le label américain Ras Records. Son hit International Farmer aura droit à deux versions, chacune présente sur des albums distribués par Ras Records. La version originale date de 1982 avec les Roots Radics au backing band, sur l'album Rastafari Liveth. Très épurée, sans artifice, cette version est un véritable roots killer qui aura droit à une deuxième jeunesse dans les années 2000 avec le riddim reboosté par les Français de Furybass qui feront notamment poser Million Stylez avec le bretucirc;lant Move From On Yah (autre ganja tune très réussi). La deuxième version est présente sur l'album Rise And Shine, sorti en 1985. Cette fois, ce sont les Wailers en personnes qui se chargent du riddim. Le mix est plus précis, les arrangements et harmonies plus travaillés et le résultat tout aussi convaincant.Triston Palmer - Joker Smoker"Dem a joker smoker !" En 1982, Triston Palmer fustige les faux fumeurs, ceux qui ne veulent pas acheter de weed, mais qui viennent sans cesse en quémander à leurs amis. "Tu leur donnes de la sensi, ils te demandent une feuille. Tu leur donnes une feuille, ils te demandent du feu." Un classique du early dancehall produit par le deejay Jah Thomas, orchestré par les Roots Radics et enregistré à Channel One à l'époque où les techniques d'overdubs se développent de plus en plus. Triston Palmer lui ne semble pas être un joker smoker puisqu'il pousse la plaisanterie jusque sur la pochette de l'album qui porte le même titre où son nom est inscrit sur des paquets de feuilles à rouler !Mighty Diamonds - Pass the KouchieLes ganja tunes sont nombreux dans l'histoire du reggae. Mais celui-ci fait partie des plus célèbres. Pass the Kouchie (littéralement "passe la pipe") a été enregistré par les Mighty Diamonds au début des années 80 au studio Channel One pour le compte du producteur Gussie Clarke. Un roots lancinant aux paroles presque humoristiques reprises quelques années plus tard par les Musical Youth, un groupe d'enfants chanteurs anglais. Les Musical Youth tranforment toutes les références à la weed en des allusions à la nourriture. Le "Kouchie" devient ainsi un "Dutchie", autrement dit une marmite en patois. La version juvénile devient un tube international et contribue bien setucirc;r à faire connaître le morceau des Diamonds qui ne voient pourtant pas d'un très bon oeil cette reprise. Le groupe jamaïcain ira même jusqu'à porter plainte contre Musical Youth pour plagiat. La justice leur a donné raison en 2012.Michael Palmer - Smoke the WeedFume la weed oui, mais ne fume pas les graines ! Tout fumeur de joints qui se respecte connaît cette règle. L'odeur et le goetucirc;t d'une graine bretucirc;lée fait vite passer l'envie d'en laisser traîner une dans son spliff. Ce n'est pourtant pas pour cette raison que Michael Palmer nous interdit de fumer les graines. Non, pour lui, on en a tout simplement besoin pour les semer et donner vie à de nouveaux plants de ganja. Argument recevable !John Holt - Police in HelicopterSans aucun doute l'un des plus grands titres de John Holt, Police in Helicopter n'est pourtant pas ce à quoi le monsieur nous a habitués. Spécialiste du lover's rock et du rocksteady avec les Paragons, puis en solo, il signe un véritable hit early dancehall en 1983 avec ce Police in Helicopter produit par Henry Junjo Lawes sur son label Volcano. Les Roots Radics, LE backing band de l'époque, se chargent de jouer le riddim et la combinaison des deux est tout simplement somptueuse. Un hymne qui sera banni des radios et qui assurera un énorme succès à son auteur qui l'avait pourtant écrit en quelques minutes : "Un jour, je prenais l'avion pour aller de Montego Bay à Kingston. J'ai regardé par le hublot et j'ai vu tous ces hélicoptères et cette fumée qui venait de grands feux en bas. La police était en train de bretucirc;ler des champs de marijuana. J'ai demandé un bout de papier et j'ai écrit la chanson en 15 minutes dans l'avion : " Police in helicopter. Searching for marijuana ". Et je disais : " Si vous continuez à bretucirc;ler les champs de weed, on va bretucirc;ler les champs de cannes à sucre ". Et le gouvernement a interdit la chanson car des gens de St Ann se sont mis à allumer des feux dans les champs de cannes à sucre. Ils ont pris cette chanson très au sérieux."Chezidek - Leave the TreesChezidek est connu pour être un artiste proche de la nature. Malgré sa notoriété grandissante, il n'a jamais quitté ses montagnes natales et vit au milieu de la forêt, se contentant la plupart du temps de ce qu'elle lui offre. Il affiche ce mode de vie dans ce tube qui le révéla au grand public en 2004. Posé sur un recut du Chapter A Day Riddim de Jacob Miller, Leave the Trees est une ode à la ganja, mais pas seulement... Chezidek fait bien setucirc;r référence aux nombreuses plantations d'herbe détruites en Jamaïque par les forces de l'ordre, mais il va au-delà de ça en rappelant au monde entier que les plantes sont des êtres-vivants. "Laissez les arbres tranquilles, laissez-les vivre. Vous ne voyez pas que vous détruisez l'environnement". Avec des lyrics simples, une voix cristalline et une mélodie reconnaissable entre mille, l'artiste de St Ann grave à jamais un message fort qu'il n'est pas inutile de se ressacer de temps en temps.Alborosie - HerbalistNous sommes en 2006 et la planète reggae découvre un véritable OVNI : l'Italien Alborosie. Un Européen qui fait du reggae aussi bien que les Jamaïcains, on n'avait pas vu ça depuis Gentleman ! Herbalist est le premier hit de l'Italien installé en Jamaïque. Et quel hit ! Un ganja tune qui, au-delà de prôner la consommation de weed, glorifie carrément le trafic. Après tout, sans les revendeurs, les fumeurs n'auraient rien à se mettre dans les poumons... "Herbalist, High grade specialist. Import green stash, export green cash !" Le titre se retrouvera sur l'album Soul Pirate en 2008, un opus qui compile les meilleurs singles de l'artiste enregistrés depuis ses débuts et qui se positionne rapidement comme un classique. Définitivement l'un des meilleurs albums reggae de la première décennie des années 2000.Micah Shemaiah et Rassi Hardknocks - LegalPar le passé les artistes jamaïcains étaient nombreux à se plaindre en musique de la législation répressive vis-à-vis de la marijuana ou à réclamer sa légalisation. Aujourd'hui, les lois s'assouplissent partout dans le monde, à la Jamaïque y compris, et les lyrcis changent petit à petit. En 2016, le jeune et talentueux Micah Shemaiah s'en réjoussait sur le profond Legal en feat avec Rassi Hardknocks posé sur un somptueux recut du Can't Stop Righteousness des Gladiators ! (webremix.info)


Jerry Julian - Hope

Cela faisait un petit moment qu'on n'avait pas entendu parler de Jerry Julian, mais il est bien de retour cette année avec un nouvel album baptisé Hope. Avec cet opus l'artiste originaire de l'île caribéenne de la Dominique multiplie les couleurs musicales et oscille entre reggae roots, jazz et soul. Jerry Julian n'en est pas à son coup d'essai. Dès son arrivée en France dans les années 90, il crée son premier groupe reggae, Natural Gift, qui eut son heure de gloire dans le sud de la France. Il s'installe ensuite en Amérique du Sud où il collabore avec les deux groupes Panama Red et Dub Proyecto en Colombie, en etEacute;quateur ou encore au Costa Rica. Il part ensuite pour l'Asie, au Népal plus précisément, où il commence à écrire et expérimenter sur scène les premières chansons de son premier album solo, Smile, sorti en 2009.Pour ce nouvel album, produit par Stef Cavin (clavier de Dub Akom) pour le label 20K Records, on retrouve aux choeurs Sista B et Ludo N'Hollé, le batteur de Tiken Jah Fakoly. Certains membres de Dub Akom participent aussi au projet et sont d'ailleurs à l'origine du riddim du cinquième track de l'opus. Jerry Julian nous surprend avec un reggae roots mélangé à des sonorités modernes (vocoder, trap), jazz et soul qui donnent une profondeur inattendue à cet album. L'album débute avec Praise Jah. Un sublime morceau qui s'ouvre avec un solo de clarinette aérien et profond, puis laisse place à des sonorités électroniques puissantes, une basse grasse et ample, une rythmique implacable. On poursuit avec un morceau qui porte bien son nom. I Love The Roots est un pur reggae roots accompagné d'une section cuivres ronde et des interventions de guitares électriques efficaces sur lequel Jerry Julian nous compte son amour pour le reggae. Pour le troisième titre de l'album, Heartical Feeling, le chanteur fait une nouvelle fois le choix d'utiliser du vocoder pour un tune entraînant et joyeux influencé par la soul. L'album se poursuit avec une chanson pleine d'amour nommée Everyone Needs Some Loving. Le riddim sonne très reggae 80's toujours accompagné d'une section cuivres avec ce son à la fois tranchant et rond. En fond, on peut entendre la voix de Sista B qui amène de l'aspérité au titre. Le cinquième tune de l'album, Changes in my Life, est un reggae roots précis, efficace, presque envoetucirc;tant grâce à la combinaison basse-batterie. L'artiste de la Dominique nous y raconte les changements que la musique a amenés dans sa vie et son parcours personnel. S'ensuit Harvest Time, un morceau acoustique parfaitement mené et ponctué d'interventions à la trompette. Heaven Can't Be Lies et Secrets of the Night sont deux tunes qui nous font voyager dans un univers plus tourné vers le funk et le disco, qui nous donnent envie de nous déhancher toute la nuit. Le neuvième track nous ramène dans des sonorités purement reggae. On retrouve un solo de toute beauté à la clarinette. L'avant dernier titre, Welcome Home to Africa, annonce clairement la couleur : Jerry Julian invite chaque Africain à revenir sur le continent. On termine l'opus avec le titre éponyme de l'album, une parfaite conclusion avec un riddim reggae trap et une voix passée sous vocoder qui amène de la fraîcheur au morceau.Jerry Julian fait son retour en beauté avec un nouvel album efficace, puissant, et surtout hautement intéressant avec ce mélange entre reggae roots et vocoder. L'artiste fait un retour très réussi qui risque de faire parler de lui. Tracklist :1. Praise Jah2. I Love the Roots3. Heartical Feeling4. Everyone Needs Some Loving5. Changes In My Life6. Harvest Time7. Heaven Can't Be Lies8. Secrets Of The Night9. Love Will Be There10. Welcome Home To Africa11. Hope (webremix.info)


Sinsémilia - A l'échelle d'une vie (webremix.info)


Guive et ORA - La musique est mon remede

Guive est un nom encore trop peu connu du grand public, mais les amateurs de reggae soul à l'ancienne ont déjà reconnu son talent depuis longtemps. Cet artiste a fait ses armes pendant de nombreuses années en tant que choriste ou tromboniste puisqu'il est aussi à l'aise avec son instrument qu'au micro. C'est en 2012 qu'il forme The Original Reggae Addicts (ORA), un band de sept multi-instrumentistes rencontrés au fil des tournées et des enregistrements avec qui il nous présente enfin un premier album : La musique est mon remède.etCcedil;a commence avec le titre éponyme, un morceau frais et teinté de soul qui nous plonge parfaitement dans cet album, nous faisant découvrir au passage la voix chaude et pleine de groove de Guive. Voilà qui commence bien ! Vient ensuite Watching You où Guive nous démontre une première fois qu'il est aussi à l'aise en anglais qu'en français dans un style de crooner qui lui va si bien. Le chanteur et son groupe vont continuer de nous balader ainsi dans leur univers si agréable aux influences multiples : un reggae très jazzy sur Sous la pluie et le vent, une touche de gospel sur Lean on Me, un ska hyper dynamique sur Unchain my Heart, mais aussi du rocksteady, de la soul, du dub...Sur les riddims tous plus riches et soignés les uns que les autres, on note, au fur et à mesure des écoutes, de nombreux détails : parties instrumentales, effets, percussions, notes de fletucirc;te ou de mélodica... C'est peut-être Bienvenue à Paname qui en compte le plus : un accordéon vient répondre au flow de Guive, s'offrant même un solo endiablé sur un couplet qui semble presque avoir été " dubbé " en live. Dans un album où aucun morceau n'est à jeter il est parfois difficile de ne pas tous les décrire longuement pour vous laisser en découvrir quelques-uns par vous-mêmes. Arrêtons-nous tout de même sur un dernier titre vers lequel va sans aucun doute notre coup de coeur : Terre d'asile. Un riddim simplement parfait sur lequel Guive vient poser un texte émouvant sur la relation compliquée entre la France et ses immigrés qu'on avait déjà pu entendre en 2008 sur la compilation MCZ et qui est tristement, dix ans plus tard, toujours autant d'actualité.Avec La Musique est mon remède, Guive et the ORA nous livrent un superbe premier album sur lequel la voix inimitable du chanteur parisien a définitivement trouvé un groupe à la mesure de son talent ! Tracklist :1. La musique est mon remède2. Watching You3. Sous la pluie et le vent4. Bienvenue à Paname5. Reggae Addict6. Lean on Me 7. J'ai embelli la vérité8. Winter in Summer 9. Terre d'asile 10. Keep Holding On11. Les mots qu'il te fallait 12. Unchain my Heart 13. Dr Reason et Mr Heart (webremix.info)


Broussaï - Une seule adresse

En septembre dernier nous vous avions confié que les deux acolytes Tchong et Karma nous réservaient du bon pour début 2019 ; ils étaient parvenus à nous maintenir en alerte avec leur clip Ne regrette rien sorti au mois de novembre. Nous revenons donc aujourd'hui sur Une seule adresse, album tout chaudement sorti trois ans après In The Street.Pour ce sixième album studio, le chaleureux combo mâconnais vient enrichir sa palette musicale fort des expériences développées grâce aux projets individuels du duo de chanteurs. L'ambiance new roots des douze titres permet de faire écho aux projets passés du groupe très attaché aux rythmiques acoustiques délicates. Alors que leur précédent album était une constante oscillation entre roots moderne, riddims hip-hop et touches digitales, il s'agit ici d'un réel retour aux fondamentaux du groupe comme nous pouvons le ressentir avec La joie, titre et clip très ska nous rappelant par exemple Démonarchie ou bien encore Souffle d'inspiration tous deux sortis en 2007.Des combinaisons cuivres/guitare/orgue qui font totalement pénétrer dans cet univers du reggae new roots, style de prédilection du groupe depuis ses débuts. On note tout de même de beaux apports digitaux dans Ailleurs notamment, ou plus rock sur Education, venants contraster avec la musicalité globale. On souligne aussi les percus et rythmiques skankées du titre Au confluent se rapprochant de l'univers sound system côtoyé par le groupe ces dernières années. Au-delà de cette grande chaleur musicale, les Broussaï poursuivent leur mission d'artistes engagés en évoquant l'importance de se sensibiliser au respect de la nature et d'autrui. Des messages conscients et actuels alors que la France est au coeur de grands débats politiques, écologiques et sociaux.Une seule adresse est à apprécier telle une biographie musicale du groupe. Un beau retour aux sources qui ravira les fans des premiers albums. Ces derniers ne manqueront pas d'ailleurs de remarquer les apports des années de carrière déposant avec parcimonie et qualité de nouvelles influences. On peut encore compter sur Broussaï ! Qui en doutait ?Tracklist :1. Une seule adresse2. Cet endroit3. Collectif4. La joie5. Ailleurs6. Ne regrette rien7. Education8. Jour après jour9. Comme à Woodstock10. Marchands de sable11. Au confluent12. Sois le changement (webremix.info)


Liens : Artistes et Groupes de Reggae

reggaetom-comReggaetom.com

Toute l'actualité du reggae francophone : roots, ska, dub, ragga / hip-hop. Chroniques d'albums et de concerts, interviews, mp3, agenda, annuaire reggae...


boomblast-comBoomblast.com - Reggae Dancehall Live Radio

Boomblast est la première webradio basée en France à diffuser 24/24h et 7/7j du dancehall jamaïcain.


jahmusik-netjahmusik.net

Le premier webzine reggae ragga ska Dub.
Pationnés de reggae, retrouvez toute l'actualité du reggae ragga ska dub, des interviews, les news de Jamaique, des dossiers, des MP3, des cadeaux, les dates des concerts, les charts.


thekikoowebradio-comThe Kikoo Web Radio

The Kikoo Web Radio est une association qui à pour but de développer une Radio à tendance Reggae, Ska, Dub


reggae-frReggae.fr

Reggae.fr, le magazine reggae, toute l'actualité reggae, dancehall, ragga, dub, uk, kreyol. Agenda des concerts et festivals reggae, Reggae Tv et Reggae radio. Les mixs de mighty Sté en exclu et toutes les bonnes vibes.


webadub-comWEBADUB FM fwi radio

La radio et tele qui dit tout sur le reggae le dance hall local et international avec des clips et du son 24/24H.Vous pourrez acceder au tchat gratuit et ecouterez les nouveaux son de l'undergrounds Et surtout nos recettes itals les meilleures du net.


reggaefrance-comReggaefrance.com

Retrouvez la référence reggae-ragga, nombreuses interviews d'artistes jamaiquains & français, des nouveaux titres à l'écoute quotidiennement. Découvrez les nouvelles sorties 45t (écoute) et CD (chroniques). Chaque semaine, les news sur le reggae & le ragga. Une emission de radio est rediffusée chaque semaine. L'agenda des concerts et des sounds systems Paris et Province.


reggaelive-fr-stReggae made in Côte d'ivoire

Toutes les informations sur le reggae made in Côte d'Ivoire(Actualités,concerts, et bien d'autres...)



Vous pouvez Soumettre un Lien dans cette catégorie