Artistes et Groupes de Reggae

Pays : Jamaique

Exemples de morceaux representatifs de Reggae



Artistes ou Groupes

340ml(2)[video]  -  Abdel Wright(1)  -  Abdou Day(2)  -  Abdoul Jabbar(1)  -  Abega(3)  -  Abijah(3)  -  Adioa(4)[infos]  -  Admiral Bailey(4)  -  Adrien Bass(1)  -  African Brothers(3)  -  African Bush Doctor(0)[video]  -  African Head Charge(17)[infos]  -  Agana(1)[video]  -  Ahmed Faras(0)  -  Akwe(0)  -  Al Campbell(11)  -  Al Pancho(1)  -  Albert Griffiths(0)  -  Alex Kajumulo(1)  -  Alpha Blondy(25)[infos][audio][video]  -  Alpha Mim(1)  -  Alpha Oméga(1)  -  Alpha Rowen(1)[video]  -  Alpha Wess(1)  -  Amazulu(8)  -  Andrew Tosh(4)  -  Anguilé(1)  -  Annette Brissett(1)  -  Anthony B(21)[infos][video]  -  Anthony Johnson(2)  -  Apple Gabriel(4)  -  Arkaingelle(1)  -  Asher Senator(1)  -  Askia Modibo(1)[infos]  -  Aston "Family Man" Barrett(2)  -  Aswad(28)[video]  -  Augustus Pablo(33)[infos]  -  Aziz Wonder(0)[infos]  -  Babadi(5)[video]  -  Baby G(1)  -  Back Jardel(1)  -  Backom(2)  -  Baco(5)[infos][video]  -  Bafing Kul(1)  -  Baloji(1)  -  Baraka Oyuru(1)  -  Barbara Jones(0)  -  Barrington Levy(37)[video]  -  Barrington Spence(3)  -  Barry Brown(4)  -  Baster(12)[video]  -  Bee Pasteef(1)  -  Benjam(6)[video]  -  Benz'n(1)  -  Beres Hammond(28)[infos][video]  -  Big Youth(23)[infos][video]  -  Billy Boyo(2)  -  Bim Sherman(25)[infos]  -  Bingui Jaa Jammy(4)[infos][video]  -  Black Medio(0)  -  Black Roots(6)  -  Black Uhuru(34)[infos]  -  Bob Andy(5)  -  Bob Dahilou(1)[infos]  -  Bob Marley & The Wailers(11)[infos][video]  -  Bobby Ellis(2)  -  Brigadier Jerry(6)  -  Brother Ayouba(1)[video]  -  Buju Banton(19)[infos][video]  -  Bunny Wailer(26)[infos]  -  Burning Spear(41)[infos][video]  -  Burro Banton(3)[infos]  -  Bushman(11)[video]  -  COUP SEC(1)  -  Capleton(20)[infos][video]  -  Carl Harvey(1)  -  Carlene Davis(7)[infos]  -  Cedric "Im" Brooks(5)  -  Cedric 'Congo' Myton(3)  -  CeePee(1)  -  Chaka Demus & Pliers(8)[infos][video]  -  Charlie Chaplin(10)  -  Chata Addy(2)  -  Chezidek(4)[infos]  -  Chow Panachie(1)  -  Chrisinti(2)  -  Clancy Eccles(3)[infos]  -  Cliff Brown Tchiepi(0)  -  Clint Eastwood(3)  -  Clinton Fearon(9)  -  Clive Hunt(1)  -  Cocoa Tea(39)[infos]  -  Cornell Campbell(16)[video]  -  Cultural Roots(2)  -  Culture(32)  -  Défoul' la mêm(4)  -  Daddy Freddy(11)  -  Daddy Nuttea(5)[infos]  -  Daddy Rings(3)  -  Damian Marley(4)[infos][video]  -  Daweh Congo(7)  -  Deïdo Tree(0)  -  Dean Fraser(9)[infos]  -  Delroy Washington(2)  -  Delroy Williams(1)  -  Delroy Wilson(10)[infos]  -  Dennis Brown(90)[infos][video]  -  Dezarie(3)  -  Diana Rutherford(1)  -  Didyé Kérgrain(1)  -  Dillinger(9)  -  Dj Dan(2)  -  Djama(4)[video]  -  Djos Kezo(0)  -  Dolé(0)  -  Don Carlos(1)  -  Doniki(1)  -  Dr Mooch(1)  -  Dr. Alimantado(8)  -  Dread Maxim(2)  -  Earl Chinna Smith(3)  -  Earl Sixteen(5)[infos]  -  Earth and Stone(1)  -  Eek a Mouse(16)  -  Elie Kamano(1)[video]  -  Elijah Prophet(1)  -  Empress Ayeola(1)  -  Energy Crew(1)  -  Eric Donaldson(14)  -  Ernest Ranglin(13)  -  Etana(1)[video]  -  Fôô Fanick(0)[video]  -  Fac Alliance(3)[video]  -  Fadal Dey(0)[video]  -  Frankie Paul(7)[infos]  -  Freaky Joe aka Sing'A'Teh(1)[video]  -  Fred Locks(3)  -  Freddie Mc Gregor(41)  -  Ganga Vibes(0)  -  Garnett Silk(8)[infos]  -  Gato Negro(1)  -  General Degree(3)  -  Gladstone_Anderson(3)  -  Glen Washington(16)  -  Gondwana(5)  -  Guya Tchendo(0)  -  Gyptian(5)[video]  -  Half Cast(0)[video]  -  Harry Mo(1)  -  Hass Keita(0)  -  Hass Mosa(2)[video]  -  Hoba Hoba Spirit(0)[infos]  -  Horace Andy(44)[infos][video]  -  Horace Martin(3)  -  Hugh Mundell(8)  -  I Roy(17)[video]  -  I-Three(2)  -  Ijahman(24)  -  Inner Circle(21)[infos]  -  Innocent Galinoma(1)[video]  -  Ismaël Isaac(7)[infos][video]  -  Ismaël Wonder(1)  -  Israel Vibration(33)[infos][video]  -  Jackie Mittoo(29)[infos]  -  Jacob Miller(8)[infos]  -  Jah Cure(5)[infos][video]  -  Jah Lion(1)  -  Jah Lloyd(3)[infos]  -  Jah Mali(2)  -  Jah Mason(11)[infos]  -  Jah Milk(1)  -  Jah Nesta(1)  -  Jah Prince & The Prophets Band(1)  -  Jah Shaka(17)[infos]  -  Jah Stitch(4)[infos]  -  Jah Woosh(2)  -  Jah'Key Malle(0)  -  Jahel(0)  -  Jahwise(3)[video]  -  Jamadom(2)  -  Jede I Tafari(0)[video]  -  Jerry Jheto(1)  -  Jhiko Manyika(3)  -  Jim Kamson(1)  -  Jimmy Cliff(35)[infos]  -  Jimmy Riley(14)  -  Joe Gibbs(7)  -  Joe Higgs(3)[infos]  -  John Chibadura(7)[infos]  -  John Holt(42)  -  Johnny Clarke(8)[infos][video]  -  Joseph Cotton(8)  -  Josey Wales(3)  -  Judy Mowatt(10)[infos]  -  Julian Marley(4)[infos]  -  June Lodge(2)  -  Junior Delgado(23)[infos]  -  Junior Kelly(9)[infos][video]  -  Junior Murvin(3)[infos]  -  Junior Reid(19)[infos]  -  Justin Hinds(7)[infos]  -  Kajeem(2)[video]  -  Kalash(3)  -  Kaliroots(2)  -  Kalory Sory(1)  -  Kana(2)  -  Keith Hudson(11)  -  Ken Boothe(35)  -  Kiddus I(3)[infos]  -  King David(1)  -  King Sounds(7)  -  Kizito(2)[video]  -  Koko Dembele(1)  -  Kom'Zot(4)  -  Kuami Mensah(0)[video]  -  Kulcha Far I(3)  -  Kussondulola(6)[video]  -  Kwame Bediako(3)  -  Ky Mani Marley(1)  -  Kâyamanga(1)  -  Larry Cheick(1)  -  Lee "Scratch" Perry(22)  -  Leroy Brown(1)  -  Leroy Smart(6)  -  Linton Kwesi Johnson(15)[infos][video]  -  Linval Thompson(3)[video]  -  Little John(4)  -  Little Roy(7)[infos]  -  Lord Of Ajasa(1)  -  Luciano(41)  -  Lucky Dube(20)[infos][audio][video]  -  Lutan Fyah(11)  -  Lyricson(3)[video]  -  Macka B(17)[infos]  -  Mad Cobra(7)  -  Madoxx(0)  -  Maiko Zulu(1)  -  Majek Fashek(4)[infos][video]  -  Manleo(1)  -  Marcel Salem(2)[video]  -  Marcia Aitken(1)  -  Marcia Griffiths(18)[infos]  -  Marlaoui(0)  -  Marlon Asher(2)  -  Marloy(1)  -  Maroghini(2)[infos]  -  Mawana Slim(1)  -  Max Romeo(29)[infos]  -  Maxi Priest(13)  -  Mc Duc(1)  -  Merger(1)[video]  -  Message Roots(1)  -  Michael Prophet(21)[infos]  -  Michael Rose(27)[video]  -  Michael Smith(1)  -  Michel Legris(0)[video]  -  Mikey Dread(21)[infos]  -  Mikey General(2)  -  Mikey Ras Starr(1)  -  Mikey Spice(6)  -  Milton Henry(1)  -  Mireille Tikry(0)[video]  -  Misty in Roots(9)[infos]  -  Mo'Kalamity(2)  -  Momo Roots Soumah(1)  -  Morgan Heritage(14)[infos][video]  -  Moses I(1)  -  Muinguilo(2)  -  Mutabaruka(12)[infos]  -  Mystic Man(1)  -  NNeka(6)  -  NZH(0)[video]  -  Naftaly(1)  -  Nasio Fontaine(5)[infos][video]  -  Nasty D(6)  -  Natty Dread Reunion(4)  -  Nazarenes(3)  -  New Breed(1)  -  Nicy(1)  -  Nikko(4)  -  Niominka-bi(6)[infos]  -  Norris Reid(2)  -  Nuttea(10)[infos]  -  Nyala(1)  -  Nzela(2)  -  O'Yaba(5)  -  Olmyta(0)[video]  -  Pablo Gad(1)  -  Pablo Moses(15)[infos][video]  -  Pach Jahwara(0)  -  Papa San(11)[infos]  -  Paps Natty General(0)  -  Patra(2)[video]  -  Patrick Persée(4)[video]  -  Peter Broggs(9)[infos]  -  Peter Tosh(17)[infos][video]  -  Peterside Ottong(2)  -  Philip Toussaint(1)  -  Poglo(4)  -  Prince Alla (Prince Allah)(13)[infos]  -  Prince Far I(19)[infos]  -  Prince Jazzbo(1)[infos]  -  Prince Lincoln Thompson(5)  -  Prince Osito(0)  -  Queen Ifrica(2)[video]  -  Queen Omega(4)  -  Racine des Iles(1)  -  Ramses De Kimon(1)[infos]  -  Ranking Dread(3)[infos]  -  Ranking Joe(2)[infos]  -  Ras Amadeüs Bongo(1)  -  Ras Dumisani(2)[infos]  -  Ras Elia Hassou(0)  -  Ras Ly(0)[video]  -  Ras Natty Baby(6)[video]  -  Ras Naya(0)  -  Ras Noël(5)  -  Ras kimono(2)  -  Rasbawa(4)  -  Rass Kwame(1)  -  Rass Shiloh(5)  -  Richie Spice(7)[infos][video]  -  Rico Rodriguez(4)[infos]  -  Rita Marley(6)[infos]  -  Rocky Dawuni(5)[infos]  -  Rod Taylor(2)  -  Rootz Underground(2)  -  Salim Jah Peter(1)  -  Sally Nyundo(0)[video]  -  Salone Ishmael(2)  -  Salone JR(1)  -  Samx(4)  -  Saël(4)[video]  -  Scientist(13)  -  Sean Paul(7)[infos]  -  Selasee Atiase(1)  -  Serges Kassy(3)[video]  -  Seyni & Yéliba(2)  -  Shasha Marley(1)  -  Sistah Mad'Ness(0)  -  Sister Carol(7)[infos][video]  -  Sizzla(36)[infos][video]  -  Sly & Robbie(24)  -  Soumaïla Diarra(0)[infos]  -  Spraggy(1)  -  Steel Pulse(18)[infos]  -  Stephen Marley(3)[video]  -  Taj Weekes(3)  -  Takana Zion(4)[video]  -  Tangara Speed Ghôda(2)[video]  -  Tanya Stephens(5)[infos][video]  -  Tarrus Riley(3)[video]  -  Tatu Clan(1)[video]  -  Teba Shumba(0)[video]  -  Teezy(1)  -  Terry Linen(3)  -  The Abyssinians(11)[infos][video]  -  The Aggrovators(13)  -  The Black Missionaries(0)[video]  -  The Chantells(1)[infos]  -  The Congos(13)[infos]  -  The Ethiopians(11)[infos]  -  The Gladiators(40)  -  The Heptones(16)[infos][video]  -  The Itals(10)[infos]  -  The Mandators(1)  -  The Meditations(9)[infos]  -  The Melodians(5)  -  The Mighty Diamonds(38)  -  The Mighty Three's(1)  -  The Rastafarians(1)[infos]  -  The Royals(2)  -  The Slickers(2)[infos]  -  The Tamlins(8)  -  The Twinkle Brothers(45)  -  The Viceroys(5)  -  The Wailers(11)  -  Third World(18)  -  Tiken Jah Fakoly(12)[infos][video]  -  Tommy McCook(15)[infos]  -  Tommy T(1)  -  Tony Roots(1)  -  Tony Tuff(20)  -  Toots and the Maytals(27)  -  Trinity(6)  -  Triston Parmer(1)  -  Turbulence(11)  -  U Brown(5)  -  U Roy(22)  -  V Santym(0)  -  VIB(1)  -  Vagabond Squad(0)  -  Valley(2)  -  Vickson(0)[video]  -  Waby Spider(3)  -  Wailing Roots(1)  -  Wailing Souls(18)  -  Wailing Souls(10)[video]  -  Wanamah(0)  -  Warrior King(3)  -  Wayne Wade(3)  -  Welton Irie(6)  -  Willie Williams(4)  -  Winston Jarrett(6)  -  Winston Mc Anuff(6)  -  X-MAN(1)  -  Yabby You(9)[infos]  -  Yami Bolo(13)  -  Yaya Yaovi(1)[video]  -  YeahmanC(2)  -  Yellowman(56)[infos][video]  -  Yongy Lorenzo(0)  -  Youss Nassa(0)[video]  -  Zêdess(3)[video]  -  Zed-I(1)  -  Zhou-Mack(1)  -  Ziggy Marley(17)[infos]  -  Zoanet Comes(4)  -  

Compilations

Afro Reggae Party(1)  -  Dancehall Nice Again(3)  -  Fly African Eagle(1)  -  Planete Reggae(1)  -  Raggae Gold(10)  -  Raggae-Kolor(1)  -  Reggae Africa(1)  -  Reggae Meets Africa(1)  -  Reggae Over Africa(1)  -  Sun Splash(0)  -  

Actualité : Artistes et Groupes de Reggae

Une bassiste en Jamaïque

Cet automne nous avons décidé de vous proposer une plongée dans la vie tumultueuse et musicale de Kingston à travers le destin d'une jeune française de 18 ans, Ela MBass, bien décidée à réaliser son rêve : devenir bassiste en Jamaïque. Vous retrouverez régulièrement ces tranches de vie sur Reggae.fr. Je m'appelle Elora Marches, je suis née en France en 2000. Il y a un an et demi, j'ai décidé d'aller m'installer en Jamaïque et de commencer une formation à L'Edna Manley College pour être en totale immersion dans le pays du reggae. Edna est une grande école regroupant la musique, l'art, la danse le théâtre et les sciences humaines. De nombreux chanteurs et musiciens sont passés par Edna, comme Raging Fyah, les musiciens de Jah9, Protoje, Chronixx ou encore Kabaka Pyramid... et j'en passe ! J'ai décidé de vous faire partager cette incroyable expérience comme si vous la viviez à mes côtés. Arrivée à Kingston, aussitôt au travail J'ai beaucoup d'heures de cours par semaine, cours de piano, de théorie, solfège, information technologique, d'ensemble de jazz, musiques actuelles et de mon instrument principal, la basse et même de contrebasse et de percussion. L'école est centrée sur la création artistique et nous avons plusieurs projets regroupant les étudiants en danse, théâtre et musique, ce qui est génial. Nous mélangeons les différentes spécificités de l'école pour en faire quelque chose de magique. A l'école tout se passe bien. Les gens sont très avenants et gentils. Les Jamaïcains ont beaucoup d'humour, on ne s'ennuie pas en cours ici ! En même temps que l'école j'ai commencé à promouvoir mon nom (Ela MBass) en tant que bassiste. Je joue déjà avec un certain nombre d'artistes et de musiciens qui sont tous très talentueux. J'ai eu la chance d'aller dans de très beaux studios d'enregistrement comme Tuff Gong, Anchor, Big Yard, SLR etc. La musique ici est fabuleuse... Je fais tous les jours des rencontres magiques. Beaucoup de légendes musicales comme Earl Chinna Smith, Horsemouth Wallace, Big Youth, Ken Booth, Kiddus I, Sangie Davis, Flabba Holt,...sont ici à Kingston. " Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux. " - Marcel Proust Ayant eu la chance de beaucoup voyager avec mes parents, j'avais déjà vécu des expériences qui m'avaient en quelque sorte ouvert l'esprit, mais ce voyage à Kingston est mon premier voyage seule, si loin et pour si longtemps. J'ai pu voir des choses exceptionnelles, des choses magnifiques de cette petite etIcirc;le, ainsi que le coté miséreux. Les gangs, la drogue, la pauvreté, la misère dans laquelle est le pays. Ce pays si beau et mystérieux à la fois, marqué par l'esclavage et les tensions politiques de l'époque, qui perdurent encore aujourd'hui. Kingston, la capitale, est divisée en " 3 parties ", Uptown (quartiers riches), New Kingston (quartier de moyenne classe) et Downtown (ghetto), quartier de la violence et des crimes. Je passe beaucoup de temps Downtown, premièrement car une grande partie de mes amis sont basés là-bas, et pour le Coronation market, qui a lieu tous les jours, qui est un grand marché de fruits et légumes délicieux purement locaux, ainsi que d'épices et objets de la vie courante (lessive, casseroles, etc.) que nous pouvons acheter à prix très bas comparé à Uptown. C'est ici que j'ai réalisé toute la dimension de la pauvreté et la détresse du pays. Des femmes et des hommes qui travaillent et élèvent entre cinq et sept enfants, habitant dans des petites maisons faites de plaques de fer et de bois, devant payer l'école pour leurs enfants. Car l'école coetucirc;te très cher en Jamaïque, elle n'est malheureusement pas gratuite comme en France. Et on constate la motivation des enfants à vouloir apprendre et aller à l'école puis poursuivre des études supérieures.La culture est très différente ici. Au début il m'était difficile d'accepter tous ses aspects, mais plus je partage du temps avec différentes personnes, à parler, à apprendre, plus j'aime cette vie et arrive à m'y faire totalement : le mode de vie, les façons de travailler, l'éducation, le contact humain. Les Jamaïcains sont très réservés, ils sont comme un livre, mais avec le temps et quand ils ont réussi à vous cerner, à vous " adopter " et, à apprendre de vous et surtout deviner vos intentions, ils s'ouvrent totalement, et sont prêts à échanger, partager. Les Rasta, en particulier, sont présents dans ma vie jamaïcaine et très enrichissants. Centrés sur la nature, un mode de vie et d'alimentation saines, des méthodes naturelles pour soigner, ils m'ont beaucoup appris. A l'opposé du mode de vie rasta, la nouvelle génération dancehall est aussi très importante en Jamaïque, entre les " Parties", (soirées dancehall dans la ville), les belles voitures, les liasses de billets, et beaucoup de " Gyal " (girl en anglais qui signifie fille). Ces deux parties de la population s'opposent mais sont toutes deux très intéressantes. Le dancehall ainsi que le reggae, la musique et la danse sont les " richesses " ainsi que le bonheur du pays. Il y a beaucoup à apprendre, et appréhender la culture d'un pays et son mode de fonctionnement : c'est remonter dans son histoire. Malgré le fait que la Jamaïque compte nombre de richesses et soit très attractive au plan touristique, les priorités ici ne sont pas les mêmes que celles d'un pays riche. A côté des rivières sauvages dans les montagnes sublimes, des plages de sable blanc, la saleté domine le pays, car l'écologie n'est pas encore développée, ce qui est normal, dans un pays pauvre, où l'on se soucie d'abord d'instruire les enfants et d'avoir de la nourriture à mettre sur la table chaque soir plutôt que de savoir où jeter ses déchets. Quoi qu'il en soit quand ce pays vous prend au coeur, il est impossible d'en partir ou de ne pas y revenir, et pour ma part j'ai eu et j'ai encore tous les jours ce coup de coeur. Je tenterai dans les prochains mois de partager avec vous dans ces colonnes quelques bribes de ma vie jamaïcaine ! (webremix.info)


Flavia Coelho - DNA

Décollage immédiat en terres brasileiras ! La pétillante et chaleureuse Flavia Coelho nous embarque au coeur de ses racines brésiliennes avec son 4ème album DNA Une façon pour l'artiste de chanter à coeur ouvert l'histoire de sa vie mais aussi les causes qu'elle veut soutenir. C'est avec maturité et toujours débordante d'énergie que Flavia nous invite dans son nouveau projet de grande qualité, intime et engagé. DNA est un album hybride qui revisite les rythmes brésiliens en y incorporant avec brio des influences funk, trap, rap, hip-hop et reggae. On apprécie cette modernité et éclectisme bien dosés. On se plaît à retrouver des sonorités afro caribéennes dans No Baile tandis que l'on plonge dans une atmosphère plus urbaine avec le hip-hop trap bien mené de Pagina. L'artiste ne cesse de nous emporter dans les rythmes entrainants des carnaval de son Amérique latine natale. Corps et esprit dansent au son des guiro, berimbau et agogo que l'on apprécie sur le funky Billy Django ainsi que DNA qui donne à la cumbia un côté plus pop actuel. Le titre De novo de novo (encore et encore) est aussi d'une grande puissance funk à savourer. La douceur s'invite aussi sur cet album avec de délicates interventions à la flute de pan sur le refrain de Cidade perdida. Le titre Vem Chamegar (enlaces-moi) et sa mélodie reggae associée au ganza nous fait l'effet d'une caresse. Autre touche tout en suavité, le reggae samba de Nosso amor qui chante un thème de prédilection de l'artiste : l'amour avec un grand A. Avec ces 12 morceaux Flavia Coelho parle à tous de façon naturelle, spontanée. Elle s'inscrit dans la pure tradition brésilienne où les carnavals colorés et enjoués ont l'habitude de chanter de bien sombres thématiques. En portugais, sa langue maternelle, elle interpelle en effet sur les méandres de l'actualité.. Cidade perdida devient ainsi un hymne contre la corruption qui sévit tant au Brésil avec l'arrivée de Jair Bolsonaro qu' au Vénézuela en proie à une crise socio-politique indomptable. L'épique et dansant Billy Django rappelle qu'un héro de la révolution réside en chacun de nous et qu'elle est nécessaire pour un monde meilleur. Flavia nous offre aussi une magnifique ode à l'amour, la liberté et la tolérance avec Menino Menina et milite avec Nosso Amor pour la fin des violences envers la communauté LGBT. Avec Vem Chamegar elle célèbre la beauté des instants tendres qui guérissent les peines. Flavia souligne avec Levanta Dai qu'il est important de positiver et sentir son propre pouvoir. Enfin, elle termine avec une merveilleuse affirmation de ce métissage qui fait partie d'elle avec le titre éponyme DNA (ADN en français). En bref une musique festive qui vient dépeindre beautés et maux du monde. DNA est un album irrésistible d'une artiste qui l'est tout autant. Un album chaleureusement engagé, de quoi prolonger la douceur de l'été ! (webremix.info)


Devi Reed - One Vibe A Week

Alors que depuis 2016, Devi Reed - ex-leader du groupe The Banyans - mène sa route en solo, il revient pour nous présenter un projet totalement fou. C'est au mois de mars dernier que Devi a annoncé le projet One Vibe A Week. L'artiste a indiqué qu'il sortirait un nouveau morceau tous les vendredis pendant un an. A chaque saison un nouvel album avec un thème particulier. Résultat des courses : au bout d'une année, Devi Reed nous aura proposé ni plus ni moins que quatre albums.Cette idée est née dans l'esprit du jeune Toulousain alors qu'il avait sous la main plusieurs morceaux enfouis qu'il voulait partager avec son public. Certains de ces titres étaient déjà défendus en live lors de la tournée estivale du chanteur en 2018. Néanmoins ces derniers ont été peaufinés avec d'autres artistes comme le titre Let's Go où l'on retrouve le rappeur toulousain D-Tox. Le premier opus de ce projet, presque intégralement clippé en Colombie, est sorti le 14 juin sous le nom de OVAW Spring. Sur ce premier volume, Devi Reed aborde des sujets aussi bien personnels que communs à tous, toujours avec un message universel, rempli d'amour et de paix.OVAW Spring est un album plutôt versatile qui navigue entre reggae, hip-hop ou encore rub-a-dub. On retrouve le flow ravageur de Devi Reed pour le plus grand bonheur de nos oreilles. Il y a aussi des tunes très orientés hip-hop comme Ready, mais on bascule aussi souvent vers un reggae roots comme c'est le cas avec la track High Tide. Devi Reed a aussi rencontré le groupe reggae numéro 1 en Colombie : Alerta Kamarada, avec qui il clôt l'album sur le titre Bye Bye, un mélange de reggae et de cumbia. Un premier opus qui annonce la couleur avec un album assurément roots aux influences dancehall et hip-hop.Son deuxième album, OVAW Summer, est lui résolument plus roots. On y retrouve Skarra Mucci qui pose sa voix sur le big tune Life Lover, mais aussi Omar Perry pour un pur son roots nommé Awakeness. Le groupe Colombien Alerta Kamarada est encore de la partie sur l'entraînant We Are Not Mafia. Plusieurs tracks ont tout de même des influences RetB comme The Sky is Grey, ou In my World.Pour ces deux premiers projets, Devi Reed réussit largement son pari et nous offre deux efforts entraînants et de qualité. On attend maintenant avec impatience la sortie des deux prochains albums de son projet One Vibe A Week. (webremix.info)


Jahneration - Stuck In The Middle

Après l'engouement provoqué par leur premier album et leurs Mic Sessions, le groupe francilien Jahneration, porté par les chanteurs Ogach et Théo revient tout en énergie et en fraicheur cet automne avec l'album Stuck in the middle (Ovastand Records). Lors des précédents projets Jahneration prônait déjà l'exploration des styles. Tant ceux ayant bercé leur jeunesse comme le rock, le hip-hop ou le reggae que les nouvelles sonorités plus électro-pop voir même tournées vers des contrées lointaines avec le sitar indien (très apprécié dans Reload). Sur ce nouveau projet, le duo confirme son goetucirc;t et son talent pour l'éclectisme musical. On y retrouve un jeu de pèle mêle d'influences musicales qui fonctionne très bien. On perçoit en effet une touche reggae-hiphop avec Pack Up, du pop rock presque nostalgique du passé avec Paralyzed et la puissante association batterie guitare électrique sur Left In The Dark, un hip-hop électro bien dosé avec Fomo où Jahneration s'accompagne du rappeur québécois Zach Zoya aka Koriass. Et enfin une ambiance pop-électro très agréable dans " Likkle Voice et que l'on se plait à retrouver dans Energy, donc le clip en amont de la sortie avait fait parlé de lui et rendu l'attente encore plus difficile pour les fans.On salut la belle surprise qu'est Melody où l'univers à l'empreinte roots latino de Manu Chao vient partager l'énergie et la fraicheur pop reggae de notre duo parisien. Un combo d'une belle douceur folk que l'on aurait très peu prédit et qui pourtant fonctionne à merveille ! Autres surprises tout en finesse l'interlude précédent Faces mais aussi Théo en solo venant créer l'intimité avec une voix douce et touchante sur le fond acoustique envoutant du très plaisant et délicat Gone For Long.N'oublions pas, bien entendu, cet ancrage dans la culture reggae ici fièrement représentée aux côtés d'Alborosie avec Act Like You Talk. Le titre éponyme de l'album vient résumer à merveille l'ambiance du projet et ce travail de mélange des styles qui s'entrelacent de morceau en morceau. Stuck In The Middle est un album riche et d'une qualité musicale indéniable qui assoit l'identité de Jahneration. Plus qu'une chose à faire : suivre le groupe en live ! Tracklisting :1. Silence2. Likkle Voice3. Act Like You Talk feat. Alborosie4. Pack Up5. Energy6. Stuck In The Middle7. One Man8. Masks (Interlude)9. Faces10. Paralyzed11. FOMO feat. Koriass12. Melody feat. Manu Chao13. The Only One14. Left In The Dark15. Gone For Long16. Cease Fire (webremix.info)


Donovan Germain - Interview Penthouse

Les années 90 furent incroyablement créatives en Jamaïque. Le renouveau du reggae combattant le dancehall a donné naissance à des artistes majeurs devenus aujourd'hui des légendes, rejoignant les grands noms des années 60 ou 70. Parmi ces artistes, un bon nombre sont passés par le studio Penthouse et ont été pris sous l'aile du producteur Donovan Germain. Buju Banton, Marcia Griffiths, Beres Hammond, Tony Rebel, Wayne Wonder, Cutty Ranks... L'écurie Penthouse était redoutable et terriblement productive. Les séries à rallonge et les singles à succès pleuvaient ! Toujours actif aujourd'hui dans une moindre mesure, Donovan Germain concentre toute son énergie dans le retour de Buju Banton, sorti de prison fin 2018. Il l'accompagne dans tous ses déplacements et était bien setucirc;r présent avec le Gargamel lors de son passage au Reggae Sun Ska en aoetucirc;t dernier. On a sauté sur l'occasion pour rencontrer ce grand monsieur qui se fait plutôt discret dans les médias. Malgré sa modestie, sa timidité et sa mémoire flanchante qui l'empêchent de trop s'épandre, il répond à nos questions avec sourire et méfiance à la fois...Reggae.fr : Tu es sur la route avec Buju Banton en ce moment, mais comme on ne peut pas l'interviewer, on est obligés de te demander dans quel état d'esprit il se trouve.Donovan Germain : Il va bien. Il est dans un très bon état d'esprit, mais il a encore besoin d'être protéger. Il commencera sans doute à communiquer avec les médias et le public l'année prochaine. Mais en attendant, il est très bien entouré et je peux vous dire qu'il est en forme. Tout va bien pour lui.Comment se sont passées vos retrouvailles ?etCcedil;a reste entre lui et moi. Ce sont des choses privées que je ne veux pas raconter.Mais avez-vous des projets ensemble ?Oui, on travaille sur son album. On collabore avec plusieurs producteurs, mais je suis le directeur artistique de ce projet. Je suis actuellement un de ses deux managers et je m'occupe de la logistique sur la tournée avec le backing-band. Je m'assure que tout se passe bien, que tout le monde soit dans de bonnes conditions pour donner de bons concerts.Te souviens-tu de la toute première fois que tu as rencontré Buju ?Je ne me souviens même pas de ce qui s'est passé hier alors remonter aussi loin dans ma mémoire, c'est compliqué. Je commence à vieillir vous savez !Mais Buju est quelqu'un de spécial ! On ne peut pas oublier ce genre de rencontre !Ma femme est quelqu'un de spécial pour moi et je ne me souviens même pas de notre rencontre (rires).Tu es connu comme un producteur exigeant qui ne produit que de la musique consciente et positive. Mais avant que tu ne travailles avec Buju Banton, il s'illustrait plutôt dans le slackness et les gun tunes. Pourquoi as-tu quand même voulu collaborer avec lui ?C'est une progression naturelle. Je lui ai montré la voie à prendre et il l'a suivie. Mais s'il la suivie, c'est uniquement parce qu'il avait pris la décision lui-même de se tourner vers une musique plus positive. Je n'ai fait que l'accompagner. La première fois qu'il est venu à mon studio pour me solliciter, j'ai vu son talent et je savais que je travaillerai un jour avec lui. J'ai juste attendu qu'il soit prêt à prendre ce virage.Tu es l'un des producteurs majeurs des années 90 et du début des années 2000 en Jamaïque. On se rappelle des nombreuses séries et des singles qui sortaient sur Penthouse Records mais on a l'impression que tu es moins actif ces jours-ci. Y a-t-il une raison à cela ?Aujourd'hui, je préfère travailler sur des projets à long termes, des projets cohérents. L'album de Marcia Griffiths, Timeless, sorti cet été en est un exemple. C'est un album concept avec uniquement des reprises de Studio One. Il y a eu aussi l'album Tribute to Joseph Hill où j'ai rassemblé un paquet de chanteurs pour reprendre des morceaux de Culture. Le business a évolué et les singles pressés en 45T ça ne marche plus vraiment, alors je m'adapte. Et il faut se rappeler que je produis de la musique depuis 1978 ! Alors je pense que j'ai le droit de ralentir un peu aujourd'hui (rires).Comptes-tu quand même continuer à produire des one riddims ?Je n'en sais rien. etCcedil;a dépend de ce que j'ai envie de faire. J'ai sorti une série en 2018, le History No Mistery Riddim. Mais je ne sais pas ce que le futur me réserve. Les séries ne sont qu'une petite partie de mon travail. Depuis 1978, j'ai fait beaucoup d'autres choses.Et justement avant Penthouse, tu as eu plusieurs petits labels sur lesquels tu produisais une musique très organique avec des instruments live. Peut-on dire que tu t'es tourné vers l'ère digitale en créant Penthouse ?Oui et non. La plupart des chansons que j'ai produites ces dix dernières années ont été faites avec des musiciens et de vrais instruments. La mode des beats digitaux et de la programmation de batterie, ce n'est pas moi qui ai créé ça. C'étaient les musiciens de l'époque qui se tournaient vers cette façon de travailler. Moi j'ai vu cette période comme une transition pour revenir à quelque chose de plus organique, comme ce que je fais aujourd'hui.etCcedil;a veut dire que tu suivais les musiciens plus qu'ils ne te suivaient toi ?Non setucirc;rement pas ! Les musiciens que j'embauche ont toujours fait ce que je voulais leur faire faire. Mais il faut savoir vivre avec son temps et je m'adaptais aussi à ce qui plaisait au public. Les musiciens étaient bien placés pour savoir ce qui plaisait au public, donc j'étais à leur écoute. Quand tu fais de la musique, il faut savoir plaire aux nouvelles générations. Mais je savais que cette période digital ne durerait pas.En tant que producteur, sais-tu jouer d'un instrument pour créer des riddims ?Non, mais j'ai mes oreilles (rires). C'est ce que j'ai de plus précieux au monde. C'est mon outil de travail. J'entends la musique dans ma tête et je dicte aux musiciens comment jouer. Je contrôle tout le processus de création des morceaux que je produis. Je ne suis pas juste un producteur qui se contente de mettre de l'argent sur la table comme beaucoup le font en Jamaïque.Ta spécialité dans les années 90 était les recuts de vieux riddims. Comment choisissais-tu un riddim que tu voulais revisiter ?C'est mon esprit qui me dictait quoi faire. J'ai grandi en écoutant Studio One, donc je me suis attaqué aux riddims qui selon moi devaient être introduits à la nouvelle génération.Et Studio One était ton label de prédilection n'est-ce pas ?Oui. J'aime tous les riddims de Studio One. Je suis incapable d'en choisir un en particulier, c'est pour ça que j'en ai refait tellement. Et je continuerai !Tu as travaillé avec de nombreux deejays comme Mad Cobra ou Cutty Ranks qui ont enregistré des gun tunes ou des morceaux slackness avec d'autres producteurs. Comment choisis-tu et acceptes-tu de travailler avec tel ou tel artiste sachant que tu ne produis que de la musique consciente ?Vous savez, le monde évolue. Donc les gens peuvent changer aussi. J'arrive à reconnaître le bon dans chaque individu. Et sachez aussi que ce sont les artistes qui viennent me voir, je ne vais chercher personne. Donc ceux qui viennent me solliciter savent qu'avec moi, ils n'auront pas d'autre choix que de chanter des paroles positives. Dans les cas de Cobra et Cutty, personne ne les connaissaient quand ils ont commencé avec moi chez Penthouse. Ils se sont fait connaître avec des morceaux conscious.Sur le logo de Penthouse Records, on voit des buildings de New-York. Pourquoi cette ville ?Un Penthouse est un appartement situé au dernier étage d'un immeuble et ce genre d'habitation a été créé à New-York. C'est de là-bas que ça vient donc c'est pour ça. En plus, New-York est une ville importante pour moi. J'y ai vécu dix ans dans les années 70. Je travaillais dans une boutique de disques et c'est même à New-York que j'ai commencé à produire sur mon premier label. Je faisais régulièrement des aller-retours en Jamaïque pour aller enregistrer les artistes.On raconte que tu as renvoyé Garnett Silk chez lui...Oui c'est vrai.As-tu regretté ?Non puisqu'il est revenu bosser chez Penthouse quelques années plus tard. Mais la première fois qu'il est venu me voir, il n'était pas prêt. Il avait besoin de faire murir son écriture. Il a travaillé et il est revenu me voir. Il y avait encore du travail, mais j'ai reconnu son talent et on a pu faire des choses ensemble. Tous les artistes avec qui j'ai travaillé à cette époque, je savais reconnaître leur talent. Mais il fallait souvent les guider pour arriver à en tirer le meilleur. C'était mon rôle.Tu es justement connu pour avoir fait découvrir de nouveaux talents. Tu as fait émerger Romain Virgo et même Buju Banton. Quel est ton protégé du moment ?Je n'en ai pas vraiment, car je me concentre sur mon travail avec Buju Banton pour le moment. Je mets toute mon énergie pour le remettre comme il faut sur les rails, donc je me retire un peu de la production. Mais le dernier en qui j'ai vraiment cru c'est Dalton Harris. Je le suis toujours de prêt, mais il travaille actuellement sur un album à Londres et je ne suis pas impliqué du tout dans ce projet.Quel est ton meilleur souvenir en tant que producteur ?Je suis très mauvais en souvenirs, mais ma plus grande fierté c'est d'avoir fait connaître tous ces artistes avant qu'ils ne soient réellement connus. Les gens que l'on vient de mentionner, Romain Virgo ou Buju Banton par exemple. Je suis vraiment fier de ça.Et ton pire souvenir ?Ma plus grande déception c'est que ma mère soit décédée avant d'avoir vu tout ce que j'ai pu accomplir. (webremix.info)


Yaniss Odua - Yon Pa Yon réédition

Yon Pa Yon a une place à part dans la discothèque et dans le coeur de tous les amateurs de reggae français ayant déjà soufflé leur trentième bougie. Sorti en 2002, cet album marquait le début de carrière d'un artiste qui allait devenir l'un des piliers du reggae hexagonal : Yaniss Odua. Presque 20 ans après sa sortie, Caan Dun Music, Baco Records et Yaniss Odua ont décidé d'offrir une seconde vie à cet opus mythique avec une réédition collector. On a adoré s'y replonger pour vous le faire (re)découvrir.Dès les premières notes de l'introduction (Praise) on est transporté quelques années en arrière, un riddim simple sur lequel Yaniss se contente de présenter ses salutations à sa majesté Hailé Sélassié dans un texte que les plus anciens réciteront sans doute machinalement (comme tout le reste de l'album d'ailleurs.) Viennent ensuite Sé poko sa et Mal au coeur, deux morceaux où l'on découvre déjà le flow précis et la plume incomparable du chanteur martiniquais avec deux textes qui nous parlent de la difficulté de s'en sortir dans une société qui ne semble pas avoir beaucoup évolué depuis qu'ils ont été écrits.Yaniss Odua a toujours su jongler avec les styles et il nous le montre ensuite avec des morceaux très dancehall comme On Your Mark, Long Time en feat. avec Matinda ou encore Chaud n' Happy et son riddim hyper dansant que le chanteur va retourner de son flow ravageur. Autre thème qu'abordera régulièrement l'artiste tout au long de sa carrière : les femmes et l'amour, et c'est le cas dès ce premier opus avec Elle va partir où Yaniss se met dans la peau d'un goujat et invite Straïka D à venir lui faire la morale ; ou dans un pur style lover sur Viens avec moi. Il n'y a pas qu'aux femmes auxquelles Yaniss Odua a toujours été fidèle puisque bien des années avant Chalawa, il déclarait déjà sa flamme à sa plante préférée sur Let Me Take a Lift, un premier ganja tune dont le texte fait encore mouche dès les premières notes : " Donne moi que du naturel pour nourrir mon spirituel " PULL UP !Quand Une larme se fait entendre, des frissons nous traversent littéralement le corps à l'écoute d'une musique si douce pour traiter d'un thème si dur... Et comment parler de Yon Pa Yon sans s'arrêter sur La Caraïbe ? Des lyrics précis et touchants où l'artiste dresse un constat alarmant mais juste de la situation dans les îles, pour un titre qui deviendra un hymne intemporel connu de tous et que beaucoup de selectas jouent encore aujourd'hui.Pour finir, on a droit à deux cerises sur le gâteau, deux tunes que les fans de Yaniss connaissent déjà par coeur mais qui n'avaient jamais eu l'honneur d'être repressés. D'abord J'ai la rage posé sur l'instrumentale du Ante Up des M.O.P. que le chanteur reprend dans un style très dancehall, puis Sa mwin ni pou bay, un texte lover posé sur un riddim aux accents latinos.La réedition de Yon Pa Yon ravira forcément les fans de Yaniss Odua qui en plus de voir cet album culte être remasterisé pourront pour la première fois y trouver quelques-uns de ses titres en format vinyle. Avec des textes déjà très travaillés, encore d'actualité, et des riddims toujours aussi efficaces, il saura séduire et parlera tout autant à un public plus jeune pour qui cet opus sera une belle découverte.Tracklist :1. Intro (Praise)2. Sé poko sa3. Mal au coeur4. Long Time ft. Matinda 5. On Your Mark6. La Caraïbe7. Une larme8. Chaud n' Happy 9. Elle va partir ft. Straika 10. Let Me Take a Lift11. Viens avec moi 12. Prends garde à toi13. Jusqu'où l'homme va aller14. Kick it Again15. J'ai la rage16. Sa mwin ni pou bay (webremix.info)


Balik - Parenthese

On connaissait les accointances de Balik, chanteur lead du groupe Danakil pour le rap, tant par son phrasé, son écriture que par ses influences revendiquées depuis longtemps. Un side project hip hop était en préparation depuis un moment. Il est enfin sorti le mois dernier chez Baco Records, produit par les mains de maîtres de Tigerz et S.Mos, et il nous a pleinement convaincu.Parenthèse, est le titre de cet effort, sous-entendant que Balik reste bien setucirc;r attaché à sa famille Danakil et bien setucirc;r au reggae. En attendant, il offre 12 titres cohérents, pour 43 minutes d'écoute très fluide. L'album est riche des textes de Balik toujours aussi forts mais plus personnels et introspectifs qu'à l'accoutumé (Ce qu'on achète pas, Des bouts de nous). Il est soutenu par une myriade d'artistes qui donnent de la puissance aux thèmes qu'il aborde. On pense notamment à Oxmo Puccino sur De l'Or, Busta Flex sur La lune et le roc, Demi Portion sur Qu'est ce qui nous tuera ou encore Joss Bari et Volodia (Vice et Versa, Rose des vents). A titre personnel on en place une spéciale pour Blues Aride, qui est - ironie du sort - certainement le titre le moins rap de l'album - mais qui constitue joli clin d'oeil à Ali Farka Touré, grand chanteur du Mali, qui fut un temps la terre d'accueil de Balik. Le clip du titre est également une belle réussite. Balik a voulu se faire plaisir, et ce plaisir est largement partagé. Et je dirais même plus, on en redemande ! Big up l'artiste.Tracklisting : 1. Totem2. Blues Aride3. De L'Or Feat. Oxmo Puccino4. Qu'Est-ce Qui Nous TueraFeat. Demi Portion5. Bonne etEacute;toile Feat. Kantala6. La Lune Et Le RocFeat. Busta Flex7. Ce Qu'On Achète Pas8. Vice et Versa Feat. Joss Bari9. Des Bouts De Nous10. Pointillés11. Tant Qu'à Faire12. Rose Des Vents Feat. Volodia (webremix.info)


Dub Inc - Interview Millions

Dub Inc commence fort l'automne avec un nouvel opus toujours aussi inspiré. Millions témoigne du talent du groupe à se servir de sa longévité pour briser toujours plus de frontières entre les styles, entre les mondes musicaux, entre les langues et même entre ses publics désormais basés aux quatre coins du monde, tout cela au service d'un message qui n'a jamais autant prôné la justice et la paix entre les peuples. On ne pouvait pas résister à l'opportunité de nous entretenir avec Zigo, batteur du crew, pour lui poser quelques questions sur ces 14 titres plus que réussis.Reggae.fr : Dub Inc commence à avoir une certaine longévité et à chaque album on vous sent de plus en plus à l'aise et de plus en plus naturels...Zigo : En fait ce qui vient avec le temps, c'est qu'on n'a plus grand chose à prouver. Au début, on était très attentifs aux retours du public, des médias et du milieu professionnel. Avec les années, on a appris à se libérer de ça et à aller à l'essentiel ; on ne fait que ce qu'on a envie de faire. Je le ressens de plus en plus. Quand on bosse en studio, rien n'est calculé et en plus nos méthodes de travail se sont peaufinées aussi avec le temps. Tout est très naturel. Aujourd'hui, on récolte les fruits d'années de travail acharné. Mais ça n'empêche pas qu'on travaille encore comme des fous. Cet album-là, on a mis neuf mois à le faire en étant en studio tous les jours !Quelle a été cette méthode de travail justement ?On est arrivés en studio avec une soixantaine de riddims qui venaient d'un peu tous les musiciens du groupe. On a pris un temps avec les chanteurs pour voir ceux qui les inspiraient le plus tout en faisant attention à ne pas sélectionner plusieurs fois le même type de riddims. On fonctionne toujours comme ça, mais la différence cette fois-là c'est qu'on a peut-être encore plus simplifié notre musique. On a compris avec le temps que l'essence de notre musique c'était le message. Donc on va à l'essentiel au niveau des riddims et ce qui est génial c'est que ça nous donne plus de liberté pour ajouter des détails sur le live. En ce moment on est en train de préparer le nouveau set pour la tournée et je ne me suis jamais senti aussi libre dans la création live.Quelle est la chanson parmi les nouvelles que tu as le plus hâte de jouer en live ?Il y a surtout Authentique qui est un morceau particulier avec un côté très raggamuffin, caribéen et surtout il est composé uniquement en accords majeurs, chose qu'on n'a pas trop l'habitude de faire. On a mis en place pas mal d'interactions avec le public sur ce titre donc je suis impatient de voir si ça marche. Il y a aussi A tort ou à raison qui a sa spécificité puisque c'est un titre sans refrain et c'est la toute première fois qu'on fait ça. C'est aussi un morceau très introspectif, mais au final la thématique parvient à toucher presque tout le monde donc je suis aussi très impatient de voir les réactions des gens quand on va le jouer sur scène. Sinon, cet été sur les festivals on a déjà joué On est ensemble et Dans ta ville qui ont très bien fonctionné. J'avais un petit doute sur Dans ta ville mais les chanteurs ont réussi à trouver une énergie qui correspond bien au live et donc on va le garder pour la tournée. On se laisse toujours la possibilité de changer le set quand on sent qu'un morceau fonctionne moins bien que ce qu'on s'imaginait. On va voir ce que ça va donner avec toutes ces nouvelles chansons.Tu peux nous parler de la pochette de l'album qui est vraiment très réussie ?L'histoire part d'un voyage qu'on a fait à Goma au Congo. Là-bas on a fait un des concerts les plus marquants de notre carrière. C'est un endroit classé rouge par le Quai d'Orsay sur la carte du monde. C'est même pas qu'ils déconseillent d'y aller, ils disent carrément qu'il ne faut pas y aller. Il y a les Casques Bleus dans la rue, c'est la guerre là-bas ! Mais c'est aussi un endroit où il y a des réserves de gorilles. Et on a rencontré l'artiste Justin Kasereka là-bas. Il fait plein de portraits dans ce style, des gens comme Lumumba, Mohamed Ali, Nelson Mandela... Et au milieu de tout ce qu'on a pu voir il y avait ce gorille sur lequel on avait tout de suite flashé. Sans se dire que ce serait la pochette du futur album on s'était mis de côté cette image dans la tête. Quand on a commencé à réfléchir au visuel de la pochette, on avait envie de mettre un animal en voie de disparition pour illustrer les problèmes écologiques qui sont au centre de tous les débats à notre époque. Au début, on a pensé à demander à Justin de nous faire un rhinocéros et finalement, pendant qu'on était en studio, on est tombés sur un reportage qui s'appelle Virunga et qui parle justement d'une réserve de gorilles dans la région de Goma. On y apprend que les entreprises de forage qui veulent avoir la main mise sur cette région ne peuvent pas y avoir accès justement grâce à ces réserves de protection des gorilles. C'est un peu le dernier rempart avant qu'on ne vienne piller le Congo de ses ressources. Tout ça a aussi fait écho au morceau En nous qui parle des gens qui risquent vraiment leurs vies pour des causes comme celles-ci. Finalement le dessin du gorille s'est imposé !Et toi qui est passionné de tatouage. Est-ce que ce genre de dessin pourrait être tatoué avec tous ses détails ?A mon grand regret, j'ai déjà le dos entièrement tatoué, sinon c'est clair que j'aurais fait ça ! Il faut au moins un dos complet pour pouvoir bien représenter tous les traits minutieux qui composent ce gorille. Mais je pense que je vais finir par me faire un gorille ressemblant à celui-là quelque part sur le corps (rires).Ce dessin fait d'un nombre infini de traits renvoie aussi au titre de l'album Millions...C'est un terme tellement global que chacun peut l'interpréter à sa manière. On a toujours aimé avoir des titres d'album comme ça avec des mots ouverts. En plus c'est un mot qui se comprend dans n'importe quelle langue. Mais avant tout on a choisi ce titre parce qu'il y a un morceau qui s'appelle Millions et qui représente assez bien l'album.C'est marrant parce qu'il y a aussi Million Stylez comme seul featuring sur cet album...Oui, mais ça c'était pas vraiment calculé. C'est un gars qu'on adore depuis très longtemps et avec qui on avait essayé de collaborer par le passé, mais les emplois du temps ne l'avaient pas permis. On avait un peu laissé tomber l'affaire et sur cet album, on ne ressentait pas forcément le besoin d'avoir des invités. Mais quand on a fini le titre My Bro', on sentait qu'il manquait quelque chose pour en faire un vrai bon morceau bien complet. Et on a repensé à Million Stylez qui a tout de suite accepté. etCcedil;a s'est fait très facilement même si on n'a pas pu se retrouver ensemble en studio. Mais aujourd'hui avec les outils qu'on a, on peut communiquer très facilement et garder un côté très humain même sur des enregistrements à distance. Maintenant on a hâte de se retrouver quelque part pour faire le titre ensemble sur scène.Le titre Millions est aussi très d'actualité avec la récente décision judiciaire dans l'affaire Balkany...C'est clair !L'actualité a toujours été au coeur des messages portés par Dub Inc. Sur le titre Nos armes, on sent que vous avez voulu rendre hommage au mouvement des Gilets Jaunes n'est-ce pas ?Oui. Vous avez peut-être remarqué qu'on n'a jamais communiqué notre soutien sur nos réseaux sociaux pendant les manifestations des Gilets Jaunes. Pour nous c'était compliqué de se positionner face à ce mouvement car il regroupe tellement de monde que parmi ces gens, il y en a qui ne partagent pas du tout les mêmes idées que nous. Mais on a bien pris conscience que c'était sans précédent de voir un mouvement si important s'élever contre le gouvernement et le système actuel. Ajoutons à ça la répression policière qu'il y a eu pendant les manifestations ! On ne pouvait pas ne pas en parler, d'autant plus qu'on a créé l'album en plein pendant cette période-là. La France donne sans arrêt des leçons de morale aux autres pays, mais là on a bien vu ce que ça donnait chez nous.Et le morceau Inès ? Est-ce un écho au titre collectif A travers les vagues que vous aviez fait en soutien à SOS Méditerranée ?etCcedil;a pourrait, mais ce n'est pas le cas. etCcedil;a parle des droits des femmes et de leur libération. Mais Bouchkour a toujours aimé laisser planer le doute sur les thèmes qu'il aborde dans ses chansons. Il aime la réthorique ouverte, comme dans la poésie. Nous non plus dans le groupe on n'a pas compris tout de suite le thème du morceau et c'était déjà le cas sur l'album précédent avec Erreur du passé où chacun l'avait interprété d'une manière différente. etCcedil;a caractérise vraiment l'écriture de Bouchkour.Bouchkour rend aussi hommage à une musique qui lui est chère sur l'album n'est-ce pas ?Exactement. Sur le morceau Chaâbi. Le chaâbi c'est une musique traditionnelle d'Algérie qui a bercé l'enfance de Bouchkour. Le titre qu'on a fait est cindé en deux : une partie chaâbi et une partie reggae. Et pour la partie chaâbi, on a fait jouer des musiciens algériens incroyables. Par exemple, à la derbouka on a Rabah Khalfa qui a accompagné tous les plus grands artistes algériens. C'est une légende. C'est un peu le Sly Dunbar de la derbouka (rires). C'est un morceau important pour nous en tant que musiciens car une de nos influences principales depuis nos débuts c'est Gnawa Diffusion. Et je trouve que sur ce titre, on a réussi à jouer un peu comme Gnawa. C'est encore une autre étape dans notre façon de travailler. Là vous partez en tournée en France et en Europe jusqu'à Noeteuml;l. Quel est le programme pour 2020 ?On est en train de travailler sur une grosse tournée à l'étranger. On va repartir en Amérique du Sud où on est déjà pas mal connus, mais on va aussi explorer de nouvelles contrées. Des endroits dans le monde où on n'a jamais mis les pieds. Ce qui est bien c'est qu'on a toujours cette envie. On est comme des gosses à chaque fois qu'on part en tournée. On a l'impression que ça fait seulement deux ans qu'on fait ça alors que ça fait vingt ans en fait ! (webremix.info)


Dub Inc - Millions

Après avoir fait danser les corps et les coeurs avec le So What Tour, Dub Inc, le groupe reggae français iconique aux plus de 20 ans de carrière, fait sa rentrée avec le tant attendu Millions. Un projet metucirc;rement réfléchi et extrêmement bien travaillé, dont le caractère multiculturel / à l'image du groupe stéphanois / ne s'est pas développé sans l'exploration de nouvelles contrées musicales.Le groupe poursuit avant tout sa mission d'éveiller les consciences en interpellant sur des sujets actuels comme avec Fake News tirant la sonnette d'alarme sur l'envers du décor des réseaux sociaux et les mensonges médiatiques qui déguisent la réalité. Les travers qui font rage comme la discrimination encore trop présente sont aussi dépeints dans Couleur et etAgrave; la fois mais avec une belle invitation à s'ouvrir, avoir du coeur, être tolérant mais surtout à éduquer pour changer les moeurs. Avec Millions, morceau éponyme de l'album, le groupe nous interpelle sur la notion de justice souvent vaine lorsqu'elle s'associe à la politique. Nos armes est quant à lui bien setucirc;r inspiré du mouvement des gilets jaunes et Dub Inc, toujours aussi révolté, choisit de chanter l'espoir avec En Nous.Côté musical, on sent que le groupe est de plus en plus à l'aise, va à l'essence de la musique qu'il a envie d'exprimer, sans se priver de mélanger les styles, les vibrations, les matières. Des titres comme On est ensemble, Nos armes ou Couleur viennent réaffirmer la patte musicale énergique et l'esprit engagé des Dub Inc et contrastent avec d'autres titres comme Inès où la douceur est de mise. On en place une spéciale pour l'exceptionnel Chaâbi, dépaysement total de six minutes où le reggae prend les couleurs de la belle culture kabyle. Le son de la mandole et l'envoetucirc;tante voix de Bouchkour invitent à danser et s'évader. On apprécie aussi certains titres plus introspectifs qu'à l'accoutumée comme etAgrave; tort ou à raison. etAgrave; toute cette richesse s'ajoutent des propositions audacieuses aux sonorités dancehall, caribéennes et festives, avec Authentique notamment (gros coup de coeur !), et le titre My Bro' featuring Million Stylez.Entre la douceur de ses mélodies et l'énergie de ses rythmes, entre les flots abîmés de la Méditeranée et la transparence de la Mer des Caraïbes, entre la poussière noire de Saint-Etienne et les terres rouges de l'Afrique, Millions est tout simplement un album puissant.Tracklist :1. On est ensemble2. Couleur3. Dans ta ville4. etAgrave; tort ou à raison5. etAgrave; la fois6. Chaâbi7. Millions8. Authentique9. Nos armes10. My Bro' ft. Million Stylez 11. My Dub12. Fake News13. Inès14. En nous (webremix.info)


No Logo BZH 2019

Cette année encore, le No Logo BZH a confirmé sa position de festival majeur dans le paysage du reggae en France. Installé à St Malo au Fort de Saint-Père du 9 au 11 aoetucirc;t, l'évènement accueillait une programmation léchée que ce soit sur la grande scène ou dans l'espace dub sonorisé tout le week-end par Legal Shot. Retour sur ces trois de jours de reggae grâce aux photos de Samuel Tarin.The Sunvizors The Abyssinians Raggasonic Hilight Tribe Lidiop Skarra Mucci The Congos Sinsemilia Alpha Blondy Eek A Mouse Busy Signal Anthony B. Ryon Israel Vibration Morgan Heritage photographiedeconcert.wordpress.com (webremix.info)


Clinton Fearon - History Say

Clinton Fearon fait partie de ces artistes hors du temps sur qui les années glissent sans laisser de trace. Membre des Gladiators de 1969 à 1987, il entame ensuite une carrière solo au cours de laquelle il enchaînera les tournées et les albums toujours salués par les critiques. Pour ses 50 ans de carrière, Clinton Fearon nous offre History Say (Baco Records), un 12ème opus solo qui sera suivi d'une grande tournée européenne et qu'on était impatients de vous faire découvrir. Un album qui s'ouvre sur Technology, où le vétéran à la voix toujours aussi agréable nous raconte l'importance qu'ont pris les nouvelles technologies et les réseaux sociaux dans nos vies, nous conseillant sagement de les utiliser sans en abuser, le tout posé sur un riddim sublime dont les notes de guitares répondent parfaitement au chant du Jamaïcain. On découvre ensuite le premier feat de cet album, Mr Pretender, un riddim aussi doux que les voix de Fearon et de Mike Love qui se marient à merveille pour nous parler des politiciens. Le second feat se passe en famille puisque c'est Sherine Fearon, fille de Clinton qui a été conviée à poser sa voix chaude sur un riddim aux influences très soul (Gimme Some). Dernier invité et non des moindres : Alpha Blondy avec qui le chanteur jamaïcain partage une instrumentale très roots et toujours aussi soignée (Together Again). Comme à son habitude et peut-être encore plus sur ce dernier essai, Clinton Fearon ouvre son reggae en s'inspirant de nombreux styles musicaux différents ; on trouve donc une bonne dose de calypso dans Calypso Monkey, un morceau dansant vous transportant tout droit dans les tropiques ; un peu de jazz sur Time où le chanteur emprunte le scat des grands jazzmen américains (ce jazz vocal où les paroles laissent place à des onomatopées). On aura aussi droit à une bonne touche de rub-a-dub sur Crazy Ride et à des inspirations très dub avec des morceaux pleins d'effets et de variations dans les riddims comme French Connection. L'album se clôture sur I Will, un morceau aussi tranquille que joyeux, et ce sont cette fois des cuivres qui font écho aux chants de Clinton Fearon et ses choristes (les Espagnols Emeterians). Avec History Say Clinton ajoute un superbe album à une discographie déjà bien remplie, un opus où les productions sont à la hauteur du talent du chanteur jamaïcain. A écouter d'urgence ! Tracklist : 01 / Technology02 / Mr. Pretender Ft. Mike Love03 / History Say04 / Gimme Some Ft. Sherine Fearon05 / Together Again Ft. Alpha Blondy06 / Time07 / Calypso Monkey08 / French Connection09 / Crazy Ride10 / Why Worry11 / I Will (webremix.info)


Dub Camp 2019

Sound systems, selectors, chanteurs, deejays, artistes français, jamaïcains, anglais, européens et africains, conférences, réflexions, scénographie léchée... Le Dub Camp a la panoplie complète du festival parfait pour les véritables passionnés de reggae, dub et dérivés du genre. Toujours en quête de renouvellement, l'équipe de l'association Get Up! parvient à surprendre les festivaliers chaque année malgré une direction artistique concentrée sur la culture sound system. Adrien et Morgane y étaient pour vous au mois de juillet dernier. Ils vous font vivre leur Dub Camp à eux... Day 1 Comme tous les dub addicts de France et d'Europe, cela faisait des semaines que l'on trépignait d'impatience à l'idée de refouler les prés de Joué sur Erdre. En à peine cinq ans d'existence, le Dub Camp a su s'imposer / tant par la programmation que par l'ambiance qui y règne / comme LE festival de référence pour les amateurs de sound systems reggae / dub. Cette sixième édition du Dub Camp débute par une " Opening Session " sonorisée par le Sir Round Sound de King Shiloh installée au beau milieu du camping du festival.Il est 16h, le soleil frappe encore fort et beaucoup de festivaliers sont toujours en train de monter leurs tentes quand le Sir Round Sound se fait entendre. Ce sont les Ethiopiens The Shashemane Soldiaz qui ouvrent les hostilités, représentés par Teddy Dan et Ras Ibi ; ils seront épaulés par Bredda Neil derrière la tour de contrôle. etCcedil;a commence très roots avec des titres comme le Rise et Shine de Bunny Wailer ou le Conquering Lion de Yabby You et les deux MCs éthiopiens sont là pour reprendre les versions. L'ambiance monte et les skankers sont de plus en plus nombreux à se masser autour de la sono à 360etdeg; ; Bredda Neil décide de nous offrir le Roar Like a Lion pour finir cette première sélection, ça commence bien !C'est au tour de Vibronics de se mettre aux platines, accompagné de sa compatriote Nia Songbird et de l'Allemande Saralène. Deux chanteuses que l'on avait pu entendre sur l'album Woman on a Mission dont on entendra beaucoup d'extraits au cours de cette session au milieu d'autres classiques de Vibronics comme Searching for Jah ou R.A.S.T.A.F.A.R.I.On retrouve ensuite Dougie Wardrop de Conscious Sounds avec Donovan Kingjay et Barry Isaac qui nous offriront un set purement UK où ils seront rejoints par Ras Divarius et son violon sur fond de coucher de soleil au dessus du lac de Vioreau. Puis le vétéran Pablo Gad (backé par Irie Ites) nous montrera qu'il est toujours en forme, en enchaînant les tubes comme Don't Push Jah ou Hard Times.C'est King Shiloh qui conclut cette première soirée et il démarre avec un recut du Them Belly Full de Bob Marley avant de nous offrir une longue séquence de roots. Bredda Neil fait monter l'ambiance d'un cran avec quelques gros steppers comme l'énorme Open the Borders de Speng Bond avant d'entraîner tout le monde dans une danse folle avec son inévitable last tune, le Mamaliga Remix, un dubplate que tout le monde a encore dans la tête au moment de rentrer sous sa tente. Day 2 Deuxième jour, il est temps de découvrir le site du festival et ses 3 chapiteaux ; on commence par aller faire un tour à la Jukebox Arena, une cour caribéenne installée en plein milieu du festival. On peut s'y poser en admirant les affiches de soirées et de labels mythiques qui décorent les murs en écoutant la sono de NOFA reliée à un véritable jukebox rempli de classiques que tout festivalier peut activer à sa guise. On va voir ce qu'il se passe sous la Sound Meeting Arena où, comme tous les ans, trois crews viendront chacun avec leur sound system pour sonoriser le chapiteau. Les Iration Steppas sont déjà en train de balancer des gros steppers, trop tôt pour nous, on décide de prendre la route de l'Outernational Arena pour aller découvrir la nouvelle sono de Jah Militant. Et on n'est pas déçus ! Les Allemandes de Roots Daughters sont en train de mettre l'ambiance avec une sélection assez roots, très pointue et dans laquelle on entendra beaucoup de voix féminines.On fait ensuite une petite promenade entre le digital de Legal Shot sous le Dub Club et le gros roots des Roots Workers sous le (toujours aussi agréable) Uplift Corner avant de revenir sous l'Outernational, et on doit vous avouer qu'on va un peu rester bloqués sous ce chapiteau pour le reste de cette soirée. Ce sont d'abord les Italiens de Moa Anbessa qui nous régalent avec une sélection toujours aussi efficace. His Foundation, Step it Up, Jah Jah a di Best... que des big tunes. Weeda, le selecta de Jah Militant reprend la main pour nous amener dans une de ces danses rootikal dont il a le secret et où il est rejoint par Afrikan Simba qui prend le micro sur les versions. Une danse que l'on savoure jusqu'au dernier tune : le Warrior de Jah Massive qui offrira à Aba Shanti I un public chauffé à bloc.La légende des sound systems UK se met aux platines pour une session " 90's revival " de quatre heures, autant vous dire que ça va encore être difficile pour nous de bouger de ce chapiteau. On arrivera quand même à s'en échapper pour aller déguster quelques instants la voix de velours de Samory I sur la sono de Legal Shot ; et le temps d'un petit tour devant le dub fi dub entre Kiraden, Iration Steppas et Indica Dub histoire de se défouler un peu dans cette arène où l'ambiance est au stepper UK warrior style.Mais comme on vous le disait, on a passé une bonne partie de cette fin de soirée devant Aba Shanti et sa sélection old school durant laquelle il prendra beaucoup la parole nous expliquant la création et l'histoire de quasiment chaque morceau. On y entendra beaucoup de dubplates et de productions d'Aba comme par exemple le Positive Vibration, mais aussi des titres qui nous ramènent au dub des années 90 avec une grosse touche de Disciples. Ce soir encore, le retour à notre tente se fera plein de bonnes vibes. Day 3 En ce troisième jour où la fatigue commence à se faire sentir, on arrive sous la Sound Meeting Arena alors que les Young Veterans jouent des gros roots, rejoints par l'infatigable Ras Divarius venu poser ses notes de violon sur les versions ; ce soir les Allemands partageront le chapiteau avec Hytal Bosrah et Young Warrior. Les Dubkasm sont en train de se faire plaisir sur les 3x3 scoops du Wandem Sound System posés sous la Dub Club Arena, ils vont retourner le chapiteau avec leur Victory, rejoué en live au saxo par Digistep avant de balancer un remix énorme d'Africa, extrait de la récente collaboration entre OBF et Nazamba.Viendront ensuite deux sessions très attendues sous ce même Dub Club : Sip a Cup et Dub Judah. C'est d'abord Gussie P qui se met aux machines (seul, en l'absence d'Errol Bellot) pour un danse très roots et pleine de bonnes vibes où les classiques vont pleuvoir. Avant que le prochain set ne démarre, un bénévole prend la parole pour réclamer une minute de silence en l'honneur de Steve, victime des violences policières lors de la dernière fête de la musique à Nantes.C'est donc au tour de Dub Judah de démarrer sa sélection et à voir le " public " massé derrière l'artiste pour profiter du spectacle, on sent qu'il va se passer quelque chose (Aba Shanti, Mark Iration et Denis Rootikal, Dub Kazman, les Dubkasm, ils sont tous là ...). Et Dub Judah ne va pas les décevoir en proposant un set d'anthologie où il assure, comme à son habitude, la sélection, le live mix, la basse et le chant avec un sourire toujours aussi communicatif. Il sera rejoint par de nombreux artistes sur les versions : Afrikan Simba prendra le micro, Digistep y ira de ses airs de saxo et Fransax nous offrira une improvisation psychédélique à la fletucirc;te tibétaine.Après un rapide tour devant le dub 3000 d'Ist3p, le reste de notre soirée se passera entre le Sound Meeting et le Dub Club où le Wandem Sound System offrira une danse intense aux skankers, entre sélections pointues et dubplates dubbés à souhait. Tout ça avec une grosse touche de live music grâce à sa section cuivres (la Hornsmen Section), avec une mention spéciale pour l'un de ses membres, Fransax (ex Improvisators Dub) aussi à l'aise au saxo qu'à la fletucirc;te ou au coquillage et qui offrira même un moment de méditation mémorable avec son morceau au sitar.Sous le chap' Sound Meeting, l'heure est au stepper, Young Warrior, Hytal Bosrah et Young Veterans jouent maintenant un morceau chacun et l'ambiance est mystique. Le dernier tour arrive vite et ce sont les Allemands qui entament avec un gros recut du Them Belly Full de Marley, le fils de Jah Shaka y répond avec un énorme dubplate 100% instrumental qui fera chavirer tout le chapiteau avant qu'Hytal Bosrah ne clôture cette soirée avec le Blessings d'Izyah Davis sur une production Maasai Warrior. Day 4 Ce dernier jour s'ouvre comme l'an dernier sur des sessions acoustiques. MOJA sous la Sound Meeting Arena, Tom Spirals sous le Dub Club, mais c'est vers l'Outernational Arena que nous allons nous diriger afin de profiter des derniers morceaux du superbe mini concert de Nai Jah (il est à peine 13h). On prend ensuite la route du Sound Meeting où Mikey Dread fait tourner quelques galettes bien roots tout en continuant à s'installer pour cette longe session (Channel One va en effet jouer de 13h30 à 22h00 !).Ne voulant surtout pas rater la prestation d'Amoul Bayi sur la puissante sono d'Indy Boca, on retourne vers l'Outernational Arena où le crew sénégalais ne vas pas nous décevoir avec des tunes comme It's Over (delivré en live par Saah Karim), ou encore une future sortie de Daba Makourejah que l'on attend désormais avec impatience. Fabyah Forward, le selecta, surprendra tout le monde en balançant La Caraïbe de Yaniss Odua dont le riddim sera repris par la sublime voix de Saah Karim.On essaiera ensuite de se frayer un chemin à travers la foule qui s'est massée sous le Dub Club afin d'aller prendre notre dose de dub a dub devant les Stand High avant de retourner au Sound Meeting où nous allons laisser les Channel One nous faire voyager à Notting Hill pour le reste de la soirée. Le crew anglais nous offre une danse à laquelle personne ne pourra résister (on a même vu un agent de sécurité se laisser aller à sauter dans tous les sens), tellement intense que tout le monde semble surpris quand Ras Kayleb annonce l'heure du last tune et se met à saluer le public. Fausse alerte, ceux qui étaient déjà sur le chemin de leurs tentes font demi-tour aux premières notes du Soldier March de Keety Roots que Mikey Dread décide de balancer en guise de very last tune ; le genre de morceau qui vous fait oublier les courbatures et le manque de sommeil. La soirée se prolongera jusqu'à 1h00 du matin au camping avec un meeting entre Prayazen et Stepper Allianz sous la Rootsman Corner Arena.Encore une édition du Dub Camp dont les skankers rentreront avec des bons souvenirs plein la tête qu'ils se raconteront jusqu'à la prochaine, tout comme nous. Avec une programmation tellement riche qu'on a même pas pu vous parler de tous les artistes présents ou de toutes les conférences qui se sont tenues et une ambiance toujours aussi bonne, le Dub Camp réussit une fois de plus son pari d'être LE rendez-vous dub à ne pas rater. Merci Get Up! et à l'année prochaine ! (webremix.info)


JahKasa - Nee Chikora

Le burkinabé Karim Sanou aka JahKasa vient faire souffler un vent de fraicheur sur cette rentrée avec les sonorités enjouées de l'Afrique noire qu'il met à l'honneur dans son nouvel album Nee Chikora. Une production haute en couleurs entre Afrique, France et la Réunion qui vient chanter le rêve d'un monde meilleur. C'est avec le morceau Rakiré que l'on peut ressentir à merveille l'empreinte de cet album et ce style " balafon reggae " propre à l'artiste. Le projet se compose d'un assemblage minutieux de modernité et tradition. L'entraînant et dansant instrument de percussions Balafon se mêle à des sonorités plus électroniques dans Ne Ka Rastamousso et au classique combo basse guitare du reggae jamaicain dans la plupart des titres. Quelques touches rock sont également très appréciées tout comme l'envoutante introduction acoustique à la fletucirc;te mandingue dans Oppresseur Babylone offrant un voyage musical ethnique d'une grande qualité. Attaché et fier de ses racines où qu'il aille comme il le chante aux côtés de Dramane Djeli dans Ma tradition, JahKasa se présente comme un griot des temps modernes. Avec énergie il prône la fin de l'endoctrinement des peuples. Il chante avec espoir un monde fait d'amour dans Nous en fou. etAgrave; ses paroles positives comme dans Grand frère africain, s'associent de dures réalités à combattre tel que la folie du pouvoir et de l'argent dépeint dans FCFA et Gare à vous. JahKasa s'impose ici en militant des causes nobles et parvient à transcender et adoucir les maux avec la chaleur de sa voix et de ses rythmes. On ne peut que saluer JahKasa pour cet album apportant une fraîche vague de modernité tout en restant fièrement ancré dans la tradition burkinabè. On ne demande qu'à en entendre parler plus souvent ! etAgrave; faire tourner sans modération aux quatre coins du monde. facebook.com/Jahkasa-Officiel (webremix.info)


JahKasa 'Nee Chikora'

Le burkinabé Karim Sanou aka JahKasa vient faire souffler un vent de fraicheur sur cette rentrée avec les sonorités enjouées de l'Afrique noire qu'il met à l'honneur dans son nouvel album Nee Chikora. Une production haute en couleurs entre Afrique, France et la Réunion qui vient chanter le rêve d'un monde meilleur. C'est avec le morceau Rakiré que l'on peut ressentir à merveille l'empreinte de cet album et ce style " balafon reggae " propre à l'artiste. Le projet se compose d'un assemblage minutieux de modernité et tradition. L'entraînant et dansant instrument de percussions Balafon se mêle à des sonorités plus électroniques dans Ne Ka Rastamousso et au classique combo basse guitare du reggae jamaicain dans la plupart des titres. Quelques touches rock sont également très appréciées tout comme l'envoutante introduction acoustique à la fletucirc;te mandingue dans Oppresseur Babylone offrant un voyage musical ethnique d'une grande qualité. Attaché et fier de ses racines où qu'il aille comme il le chante aux côtés de Dramane Djeli dans Ma tradition, JahKasa se présente comme un griot des temps modernes. Avec énergie il prône la fin de l'endoctrinement des peuples. Il chante avec espoir un monde fait d'amour dans Nous en fou. etAgrave; ses paroles positives comme dans Grand frère africain, s'associent de dures réalités à combattre tel que la folie du pouvoir et de l'argent dépeint dans FCFA et Gare à vous. JahKasa s'impose ici en militant des causes nobles et parvient à transcender et adoucir les maux avec la chaleur de sa voix et de ses rythmes. On ne peut que saluer JahKasa pour cet album apportant une fraîche vague de modernité tout en restant fièrement ancré dans la tradition burkinabè. On ne demande qu'à en entendre parler plus souvent ! etAgrave; faire tourner sans modération aux quatre coins du monde. facebook.com/Jahkasa-Officiel (webremix.info)


Peter Tosh : Rétrospective

Alors que nous commémorons le 32ème anniversaire de sa disparition, Peter Tosh est toujours fortement présent dans les mémoires des amoureux du reggae. De Bushman à son fils, Andrew Tosh, ou encore Anthony B, nombre sont les artistes qui le citent en exemple et reprennent ses hits sans vergogne. Il est important de rappeler la portée de son oeuvre musicale. Ayant toujours été passionné par Peter Tosh, j'ai collectionné pendant des années des centaines d'artefacts (concerts audios, vidéos, tickets, photos, books, etc.) provenant de fans du monde entier. Commençant avec rien, si ce n'est la passion, j'ai eu la possibilité de faire grossir cette collection aux grés de personnes charitables et tout aussi passionnées et bien setucirc;r, parler avec des personnes l'ayant rencontré, côtoyé, interviewé. Parmi ceux-ci, Roger Steffens figure comme celui qui contribua fortement à mon intérêt pour cet artiste : Il me raconta nombre d'histoires que seul un homme enthousiaste, et proche de Peter, puisse communiquer avec une telle inspiration. Ils devinrent de grands amis au cours des années et ses interviews (publiées dans son livre " Reggae Scrapbook ") font office de références. J'ai donc voulu partager avec vous ces quelques vidéos par une rétrospective de sa carrière. L'ascension du Steppin' Razor Dès ses premières apparitions avec The Wailing Wailers, le steppin' razor impressionnait par son aisance sur scène: A l'aise d'un point de vue musical (avec ses puissants riffs de guitare rythmique) Peter Tosh avait cette faculté à mobiliser son audience pour les causes qu'il défendait (légalisation, black culture, égalité). Ceci se conjuguait avec un style révolutionnaire. Loin des lyrics suaves propres au lovers rock style, son reggae sentait la poudre explosive. Cette poudre même qu'il chargeait dans sa guitare AK-47 à la fin de la tournée Mama Africa (82-83). La fidélité et le respect de ses engagements personnels l'empêchaient d'honorer, certaines fois, des engagements d'ordre professionnel tout en, paradoxalement s'exposant à ce qu'il avait appelé " Babylon queendom ". Après sa rupture avec les Wailers, Peter a sorti un album qui a marqué le monde du reggae. Le dressant comme un grand défenseur de la légalisation. Interdit en Jamaïque, le titre "Legalize It" est un incontournable lorsque l'on aborde le sujet aujourd'hui. Sur cet album, se trouve le fantastique "Igziabeher (Let Jah Praised)"; rasta convaincu, Peter nous livre un magnifique titre où se côtoyaient des pianos psychédéliques et des rythmes de guitare entrainants. Peter Tosh n'était pas seulement un révolutionnaire et savait écrire des chansons plus positives. Il adorait dire que l'important dans la vie était de regarder vers le futur et ne jamais se retourner ("Walk and don't look back" qu'il reprit aux Temptations). Après son concert au One Love Peace Concert en 1978, la signature avec le label des Rolling Stones l'avait inspiré et conforté dans son désir de notoriété. Cette année là, il faisait sa première apparition à Paris, en décembre lors d'une tournée européenne. Traitant de la pauvreté, qu'il a personnellement connue, "Pick Myself Up" invite à une méditation personnelle. En juin-juillet 1979 lors du " Mystic Man " tour, dont est issue la vidéo précédente, Peter Tosh s'arrêta au Palais des Sports de Paris le 6 juin, le 8 à Lyon, etc.La sortie de son album " Wanted Dread and Alive " fut étouffée par la mort de son collègue des Wailers, Bob Marley. Sa tournée européenne a été l'occasion de le voir s'arrêter en France (à Pantin en juin dans un énorme chapiteau plein à craquer, mais également à Grenoble, Toulouse, Lyon, etc.) et son passage parisien fut l'objet d'une couverture média sur TF1 avec la diffusion d'une interview. Ce document qui dure 3 minutes est surtout orienté sur la mort de Bob. Malheureusement, aucun extrait de son concert. Cette tournée européenne a surtout été marquée par la séparation de ses bassiste et batteur, Sly et Robbie, ainsi que de son guitariste Mikey Chung, qui rejoignirent Black Uhuru la même année. Une formation, basée sur les Soul Syndicate (avec Fully Fullwood entre autres), le rejoignit pour sa tournée américaine. Une page était tournée. C'est également l'année où il se brouilla avec les Rolling Stones allant jusqu'à détruire la résidence de Keith Richards en Jamaïque. Une carrière en repli Succombant aux appels mercantiles des tv européennes qui pratiquaient le playback, Peter Tosh a sombré dans un style beaucoup plus approximatif, qui le mena à négliger l'aspect musical de sa carrière, laissant même son guitariste choisir certains morceaux de son futur album, "Mama Africa". Erreurs de management, désir de gloire qu'il ne voyait pas venir ("En quoi est-ce mal de dire qu'un homme est bon", disait-il lorsqu'il parlait de " Johnny B Good "), jalousie affichée envers son compagnon d'origine, énorme consommation de weed, ont mené le steppin razor à une impasse. Certaines de ses apparitions étaient cocasses... ...Alors que d'autres étaient beaucoup plus respectables. Son album en demi-teinte, " Mama Africa " fut une nouvelle opportunité pour reprendre la route lors d'une tournée mondiale (Australie, Japon, Afrique, etc.). Un fan américain lui offrit une guitare en forme d'AK 47, ce qui lui valut d'être bloqué à la frontière allemande. Guitare qui, il y a quelques années, s'était retrouvée sur un site d'enchère pour un montant de départ de 10 000$. Cette enchère fut finalement retirée. Son passage parisien lors de cette tournée rassembla plus de 2 000 personnes à l'Espace Balard. Ce 4 octobre, une équipe de TF1, avec Patrice Drevet (oui, l'ancien présentateur météo!!), couvrit médiatiquement l'évènement et un reportage fut diffusé sur la chaine. On y apprend que par respect pour ses engagements militants, il refusa de poser ses pieds en Israeteuml;l qui vendait des armes au régime de l'apartheid, l'Afrique du Sud. Coetucirc;t de cette annulation, 80 000$ ! La dernière fois que Peter Tosh monta sur scène fut lors du Pulse Starjam, le 31 décembre 1983 pour un concert exceptionnel. Il reprit des hits qu'il n'avait plus l'habitude de faire (comme si par intuition, il savait que c'était la dernière) tels " Wanted Dread and Alive ", " Hammer ", " Jah guide " ou encore " Apartheid " en medley avec " You Can't Blame the Youth ". Peter Tosh se retire... Le steppin razor mit sa carrière entre parenthèse après 1983. EMI lui prêta de l'argent pour son futur album, l'excellent " No Nuclear War ", et ne voyant rien venir, ils portèrent plainte. En réalité Peter Tosh était très mécontent de sa maison de disque et de la façon dont il faisait sa promotion. En 1984, à la sortie de la vidéo " Captured Live ", celle-ci n'avait qu'une diffusion limitée. Lors d'une conférence de presse à New York le 4 mai 1986, Peter Tosh dénonce ceci, un an avant sa mort. Une des dernières vidéos connues du Mystic man. Le 11 septembre 1987, Peter Tosh se fait assassiner chez lui, alors que sortait son nouvel album. Les motifs n'ont jamais été clairement établis. Le reggae a perdu l'un de ses plus grands représentants, à l'aube d'une tournée mondiale avec Black Uhuru qui devait durer 2 ans. Au lendemain de sa mort, quelques chaînes diffusèrent des reportages. Sky Channel, au Canada, a fait un super travail où l'on voit Peter en interview, sur scène, en acoustique, ceci entre 1979 et 1983. RIP Bush Doctor (webremix.info)


Tonton Alex - Long Nights

Le touche-à-tout Tonton Alex, originaire de Bagnols-sur-Cèze, nous présente son deuxième album solo résolument roots, baptisé Long Nights. Outre ses talents de compositeur et de musicien (on le connaît notamment comme bassiste du groupe Jayadeva) Alex s'est fait remarqué par ses créations graphiques pour la salle de concert La Moba, le Bagnols Reggae Festival, le Zion Garden ou encore les couvertures des livres Reggae Ambassadors. Mais c'est bien de musique dont on va vous parler dans ces colonnes pour vous présenter l'univers de ce vrai artiste polyvalent...Ce deuxième effort a été créé au gré des rencontres et des voyages du Tonton entre la Provence, l'Egypte et la Jamaïque ces quatre dernières années. Neuf titres totalement roots empreints de jazz et de dub, sur lesquels on retrouve aussi des sonorités plus orientales et digitales. Alex reçoit plusieurs invités de marque : Joseph Cotton, Louie de Jayadeva, I Fi de Roots Attack et Nikki Watson, une employée d'accueil rencontrée durant un voyage en Jamaïque. L'album est par ailleurs totalement auto-produit, enregistré, joué, chanté et mixé par Alex lui-même !On ouvre l'album avec une introduction instrumentale qui nous plonge directement dans l'univers roots de ce multi-talent grâce aux sonorités profondes du mélodica, une basse ronde et des bruits de fond tel de l'eau qui coule ou le passage d'une voiture. On poursuit avec le tune Sorry, un morceau lumineux et reposant sur lequel on retrouve la voix de son ami proche Louie. Le titre éponyme de l'album nous emporte dans une ambiance aquatique où se mêlent des influences très jazz via les trompettes et des sons beaucoup plus digitaux. Arrive ensuite le très mystique Fire, un titre roots sublime, porté par une rythmique entêtante, des percussions envoetucirc;tantes et des dubs magistralement maîtrisés.Ganja Farma, porté par une très belle mélodie, nous offre l'occasion de profiter pleinement de la voix de Tonton Alex à mi-chemin entre ton rocailleux et aigu. On poursuit avec le très rub-a-dub Hold a Medz interprété par Joseph Cotton avant le plus rythmé Too Late to Say Goodbye. First Sight est quant à lui un morceau lover original et surprenant sur lequel la voix autotunée d'Alex croise le flow deejay d'I Fi et les choeurs de Nikki Watson. L'opus se clôt comme il avait commencé, avec un morceau instrumental aux sonorités orientales entre dub, roots, digital et jazz.Tonton Alex nous livre un projet audacieux, avec une vraie prise de risque dans l'association des sonorités. Un opus original et créatif dont on a envie qu'il dure encore et encore. Voilà un artiste à suivre de près et dont les futurs projets musicaux - et autres - nous réjouissent d'avance !Tracklist :01. Introduction02. Sorry ft. Louie03. Long Nights04. Fire05. Ganja Farma06. Hold a Medz ft. Joseph Cotton07. Too Late To Say Goodbye08. First Sight feat. I Fi et Nikki Watson09. Oriental Instant (webremix.info)


Reggae Sun Ska 2019 - J3

Le Reggae Sun Ska 2019 était placé sous le signe de la diversité et ce troisième jour de festivités ne déroge pas à la règle. Des artistes venus d'Espagne, de Jamaïque, d'Angleterre, d'Australie et de France bien setucirc;r se succèderont sur la scène One Love et la Dub Foundation aujourd'hui. Le beau temps est toujours au rendez-vous et le monde répond une fois de plus présent dès l'ouverture du site.Le légendaire Don Carlos ouvre le bal ! Lui qui clôturait le premier soir du Bagnols Reggae Festival se retrouve cette fois en première ligne et affronte le soleil en pleine face dès 17H. Pas de quoi le déstabiliser. L'ancien membre de Black Uhuru fait preuve de solidité et déroule le même set que la semaine précédente avec cette voix toujours aussi chaude et suave. Un vrai régal !Pendant ce temps, l'équipe australienne du 4'20 Sound fait monter l'ambiance côté sound system. Une équipe pas si australienne que ça finalement puisqu'on retrouve au micro le Français Dougy et l'Ecossais Tom Spirals, un habitué des sessions de Mungo's Hi Fi.Mention spéciale à Rezident et Selecta Antwan qui ont maintenu l'ambiance au plus haut niveau pendant les changements de plateau de la scène One Love. Perchés au-dessus de la régie, ils ont mené d'une main de maître ces interludes pendant trois jours en offrant régulièrement quelques surprises avec de nombreux invités venus tchatcher sur quelques riddims...Le Sun Ska ne serait pas le Sun Ska sans un petit concert de ska ! Et quel concert ! Les Skatalites sont venus fêter leur 50 ans de carrière. Autre anniversaire : les 70 ans de Don Drummond, le tromboniste du groupe qui soufflera même les bougies sur scène. Les classiques instrumentaux fusent avant d'accueillir la reine Doreen Shaffer au micro, la seule membre originelle de la formation jamaïcaine enrichie de deux français, un à la guitare et un au saxophone. Cacun des cuivres y va de son solo et une autre légende les rejoint rapidement... Stranger Cole accompagne les Skatalites sur cette tournée et déballe des classiques que beaucoup de jeunes découvrent avec plaisir. C'est aussi ça le Sun Ska, s'éduquer aux fondations de la musique jamaïcaine !La scène Dub Foundation n'est pas en reste en termes de légendes puisque les deux maîtres du dub, Mad Professor et Scientist se passent la main sur la sono de Sinai.Vient ensuite le moment de la tornade Dub Inc. Après une vingtaine d'années de carrière et juste avant la sortie d'un nouvel album, le groupe stéphanois est au top de sa forme et sa popularité. Le public obéit au doigt et à l'oeil de Bouchkour et Komlan toujours aussi efficaces sur scène. Tout ce qu'ils veulent et Rude Boy remportent sans doute les suffrages et la foule reprend en choeur la plupart des paroles du duo. Le tout nouveau On est ensemble, livré en tout début de set, n'y échappe pas ! Dub Inc semble inarrêtable et le Sun Ska lui réussit bien !Et pour finir en beauté, Ziggy Marley clôture cette vingt-deuxième édition devant un public complètement acquis à sa cause. Vivement l'année prochaine ! (webremix.info)


Reggae Sun Ska 2019 - J2

Après une première journée riche en émotions, le Sun Ska se poursuit avec encore un joli programme. La journée, le public a pu découvrir le tout jeune duo S'n'K, assez prometteur ! Et sur la grande scène, ça démarrait tout de suite très fort...L'inépuisable Flavia Coelho se charge de chauffer le public pour la suite des festivités. La Brésilienne, toujours aussi séduisante et débordante d'énergie, est une habituée du festival et les fans sont au rendez-vous. Toujours accompagnée de son clavier et de son batteur hors-pairs, Flavia parvient à mobiliser tout le public déjà présent en masse pour ce premier concert de la journée. Mission accomplie !Aujourd'hui, les têtes d'affiches sortent très tôt ! Il fait encore bien jour quand Patrice monte sur la scène One Love. Le chanteur allemand commence seul en acoustique avant d'accueillir son groupe au grand complet pour une heure incroyable. Everyday Good et Soul Storm sont toujours les préférés du public qui a droit à un titre inédit ce soir. Patrice flirte avec le dancehall et s'autorise des pull-ups, festival reggae oblige. L'artiste prouve une fois de plus qu'il est l'un des meilleurs sur scène. Il sera suivi de Morcheeba en cette journée placée sous le signe de l'international...Chez Sinai Sound System, le sound français Irie Ites est à l'honneur avec pas moins de quatre heures de set exclusif. Jericho commence une heure seul avec ses précieux dubplates avant d'accueillir trois artistes jamaïcains foundations. Le deejay U Brown est le premier à ravir les fans de rub a dub. Son hit Tu Shung Peng fait l'unanimité et c'est un autre deejay qui lui succède au micro... Trinity est en grande forme aujourd'hui. Celui que l'on connaît aussi sous le speudo Jr Brammer exhibe ses talents de chanteur ici et là au milieu de ses classiques comme l'indémodable Three Piece Suit. Il est rejoint un temps par U Brown pour quelques improvisations avant de laisser la place à Linval Thompson. Le roots est à l'honneur ce soir sur la scène Dub Foundation et Linval semble ravi de voir autant de monde présent dans l'arène pour soutenir les fondations de la musique jamaïcaine. Son show se termine sur le classique I Love to Smoke Marijuana et les trois artistes se retrouvent ensemble pour un (trop petit) quart d'heure de freestyle. Le Sun Ska vient d'assister à un vrai show sound system à la jamaïcaine comme on en voit rarement en France !Sur la grande scène, place à l'Afrique ! Le grand Alpha Blondy fait son entrée comme toujours sur Jerusalem. On a beau être habitués, les frissons nous envahissent dès les premières notes de l'instru mythique. Le charisme de l'Ivoirien ne laisse personne indifférent et même si son discours sur les religions divise, le public reprend en choeur les indémodables Cocody Rock et Brigadier Sabari. Quelques sonorités rock s'invitent sur le puissant No Brain No Headache et certains sont surpris par la reprise improbable de Led Zeppelin (Whole Lotta Love) qui figurait sur le dernier album d'Alpha, Human Race.Pour finir cette deuxième soirée de concerts, le festival offre une carte blanche à Taïro qui a invité trois beaux artistes pour l'occasion. Le chanteur de ces dames déroule son show habituel et c'est Balik qui fait son apparition en premier sur le titre A la longue qu'il partage avec Taïro. Ce dernier laisse ensuite la place au chanteur de Danakil qui offre au public le classique Marley impeccablement joué par le Family Band. Tiwony s'invite ensuite sur une interprétation acoustique de son duo avec la star du soir Reine sans couronne avant de nous livrer le puissant Dread avec l'énergie qu'on lui connaît. Dernier invité du soir, Yaniss Odua met tout le monde d'accord avec ses hits Rouge Jaune Vert et Chalawa là encore très bien suivi par le groupe de Taïro qui termine le show sur l'énorme Bonne Weed. Ce genre de plateau ponctué par des guests est de plus en plus fréquent dans les festivals et on ne peut qu'encourager les organisateurs à poursuivre ces initiatives qui nous permettent d'assister à des moments scéniques uniques. On regrette juste de ne pas avoir eu droit à un freestyle de fin réunissant les quatre artistes. Le temps a sans doute joué en leur défaveur. On aura sans doute de quoi se consoler demain pour le dernier jour du festival... (webremix.info)


Reggae Sun Ska 2019 - J1

C'était déjà la 22ème édition du Reggae Sun Ska ! Le festival en a connu des péripéties en plus de vingt ans d'existence. Après de nombreux déménagements, l'équipe semble enfin avoir trouvé le lieu parfait pour s'installer durablement sur ses chères terres médocaines. De retour à un évènement à taille humaine (on est loin des 80 000 personnes accueillies en 2012), le Sun Ska n'en est pas pour autant affaibli. Cette année, ce sont 27 500 fans de musique qui se sont préssés sur le site du Domaine de Nodris à Vertheuil pour profiter de trois jours de concerts et d'une ambiance unique. Des animations en tous genres sont venues égayer le quotidien des festivaliers qui avaient le choix entre la grande scène One Love et l'espace Dub Foundation pour satisfaire leur soif de son...C'est la sono des locaux de Kaya Natural Sound System qui accueille les premiers festivaliers dans le Sun Ska Village à l'entrée du camping. Elle résonnera pendant trois jours en journée et en after à la fin des concerts avec une multitude de surprises, selectors et MCs venus d'ici et d'ailleurs prêter main forte à la team bordelaise. Des bonnes vibes roots et culture, rub-a-dub et dub ! Parfait pour se mettre en jambe !Côté Dub Foundation, la sono de Sinai Sound System est aussi en place pour tout le week-end. Les Anglais sont venus équipés de 12 basses hyper efficaces formées en trois murs. Côté sélection, les membres de Sinai ne ménagent pas les festivaliers et n'hésitent pas à jouer des grosses prods digital et stepper dès les premières heures d'ouverture. Particulièrement respectueux, ils feront même quelques clins d'oeil à la scène dub bordelaise en jouant notamment des dubplates de Wandem Sound et de sa fameuse Hornsmen Section. On avait l'habitude de voir Legal Shot sonoriser cet espace depuis plusieurs années et on peut dire qu'on ne perd pas au change. L'équipe de Sinai restera tout aussi professionnelle que ses collègues rennais durant les trois jours de festival, accueillant un line-up très varié...Le tout jeune Bisou incarne d'ailleurs cette diversité. Son univers electro dub planant emporte les quelques danseurs déjà présents dès l'ouverture du site.Sur la scène One Love, c'est Booboo'zzz All Stars qui ouvre les festivités. Les musiciens bordelais sont venus avec une belle équipe composée de Max Livio, Joss Bari, Naeteuml; et bien setucirc;r Wyman Low, frontman du groupe. Du reggae, de la soul, de la pop, des pull-ups, de la bonne humeur, des voix puissantes, de belles reprises... Tels sont les ingrédients de la team qui colle le smile au public et lui retire rapidement sa timidité !Pas de deuxième grande scène cette année au Sun Ska. On revient à un rythme moins soutenu, avec des pauses, des temps calmes, de quoi profiter pour s'alimenter, visiter les stands, se reposer les oreilles ou danser sur les sélections de Rezident et Selecta Antwan perchés au-dessus de la régie pendant les changements de plateaux. Un rythme plus lent qui n'est pas pour nous déplaire à l'heure où tout s'accélère... Les fans de hip-hop s'enjaillent ensuite sur les délirants Cabalero et Jeanjass quand les amateurs de dub et de reggae digital se pressent côté sound system pour profiter du superbe plateau proposé par la team Brigante Records. Pendant près de quatre heures, Supa Mana, Atili et Higher Light se succèdent aux platines, jouent des prods, des dubplates et servent des riddims à Green Cross, Prendy, Adam Paris ou encore l'incroyable G Rhyme, un tout petit Anglais à l'immense talent qui en aura bluffé plus d'un durant tout le week-end, s'invitant en freestyle ici et là !Depuis toujours le Reggae Sun Ska ouvre sa prog à d'autres styles musicaux et la grande Calypso Rose en est la preuve. Quel bonheur de voir cette dame au sourire charmeur et à l'énergie débordante se dandiner sur scène au son de la musique de son île, Trinidad et Tobago. La protégée de Manu Chao amène une ambiance unique sur le site du Sun Ska. Chaleur et bonne humeur ; la fougue de la chanteuse est contagieuse et le public fond littéralement à l'écoute de son tube Calypso Blues. Musique des Caraïbes proche du mento (la première musique jamaïcaine, ancêtre du ska), le calypso avait bien sa place dans un festival reggae !Ce vendredi, les légendes sont de sortie au Sun Ska. Tiken Jah Fakoly emboîte le pas à la grande dame de Trinidad et prend la scène comme à son habitude. De long vas-et-viens d'un côté à l'autre de la scène armé du bâton qu'il arborait fièrement sur la pochette de son album Racines. Tiken est toujours aussi énergique sur scène et le public reprend en choeur ses classiques de l'époque tout en profitant des morceaux de son nouvel album Le monde est chaud sorti en juin.Vient ensuite LE moment que beaucoup attendaient avec impatience : le premier concert de Buju Banton sur le sol français depuis sa libération de prison en décembre 2018. Cela faisait dix ans que Gargamel n'était pas venu chez nous. Un rendez-vous immanquable pour les fans de l'artiste qui étaient visiblement au rendez-vous. Après une intro du Shiloh Band sur Carmina Burana, Buju entonne Our Father a capella depuis les loges. On constate de suite que sa voix est impeccable ! Il débarque ensuite tranquillement sur Destiny et déroule une set-list impressionnante ! Not An Easy Road, Give I Strength et Hills And Valleys suivent avant de laisser place à un segment ska tonitruant avec l'énorme Mighty Dread et le tout aussi excellent Better Must Come. L'attitude de Buju sur scène n'a pas changé. Physiquement très énergique mais vocalement peu présent, il laisse beaucoup de place à ses choristes et musiciens. On aime ou on n'aime pas ! On aurait aimé l'entendre un peu plus chanter ses classiques mais la joie de le revoir sur scène l'emporte sur la déception. Le segment dancehall met d'ailleurs tout le monde d'accord avec les indémodables Bongo Cart, Sha La La, Batty Rider, Too Bad et bien setucirc;r Champion tous enchaînés beaucoup plus rapidement que les titres précédents. Le Banton communique très peu, sa présence scénique parle d'elle-même. Après un gros quart d'heure d'énergie pure, l'ambiance retombe sur l'émouvant Untold Stories avant une fin de concert exceptionnelle. Wanna Be Loved, Love Sponge, Driver et enfin Murderer ont tous droit à un pull up ! Le show se termine comme il avait commencé, sur Our Father avant que Buju Banton ne nous remercie pour notre patience. On aurait aimé entendre les nouveaux tunes Country For Sale et Steppa, mais les hits de l'artiste sont trop nombreux par rapport au temps de scène qui lui est alloué. Pas grave ! Buju est de retour et on était là pour assister à ça. Le Sun Ska vient de vivre un moment historique soyons-en setucirc;rs. (webremix.info)


Joseph Cotton - Cotton Gold

Si vous êtes un habitué des festivals et des soirées reggae, vous avez forcément déjà croisé cette immense silhouette au style toujours tiré à quatre épingles et au flow ravageur. Installé en région parisienne depuis de nombreuses années, Joseph Cotton est sans doute le plus Français des chanteurs jamaïcains. Tout le monde se souvient de son freestyle avec Biga Ranx (Air France Anthem) ou encore de ses collaborations avec Manudigital, Roots Attack ou Atili. C'est cette fois avec le label parisien Dig Studio Music que s'est associé le deejay pour un nouvel album très orienté dancehall.Les fans de Cotton reconnaîtront la fameuse introduction de son titre What is This (samplée par Drake sur son titre Energy) qui ouvre le premier titre de ce nouvel album, General, sur un riddim hyper efficace entre dancehall et hip-hop. On découvre ensuite Lolo, un gros délire à la Joseph Cotton où ce dernier nous raconte son amour pour les "lolos" (si si vous avez bien compris, il parle bien de poitrines féminines !) sur un pur dancehall digital.Le deejay aborde des thèmes très différents les uns des autres au fil des morceaux, à commencer par des texte conscients comme sur Jamaica Cool Runnings où Cotton lance un appel à déposer les armes dans les ghettos jamaïcains ; il nous parle aussi de son expérience en France à deux reprises avec France A We Groung et Jamaican A Paris.Comme nous y a toujours habitués Mr Cotton, on retrouve beaucoup de morceaux dédiés aux femmes ; dans un style lover avec For your Eyes Only et Kind Lips ou dans un style plus hardcore sur le riddim hyper actuel de Girls Anthem en feat avec Steph Pockets. Deux invités de plus viennent épauler le Jamaïcain sur cet essai : d'abord K'njah qui apporte une touche de féminité à Still Cotton, puis le jeune duo français S'n'K avec qui Joseph Cotton partage le riddim hyper entraînant de Leave Woman People.Avec Cotton Gold, Joseph Cotton ajoute une ligne de plus à sa discographie déjà bien fournie, un nouvel album très dancehall et hyper dansant qui ravira ses fans et arrive au bon moment pour faire danser dans les soirées chaudes de l'été.Tracklist : 1. General2. Lolo3. Jamaica Cool Runnings4. France A We Groung5. Dem Bruk 6. Fly Cotton7. Girls Anthem8. Still Cotton Ft K'njah9. Kind Lips10. Leave Woman People Ft S'n'K11. Jamaican A Paris12. Portmore13. For your Eyes Only14. Rich15. Hardcore Lovin Ft Steph Pockets16. Born Delighted (webremix.info)


Bagnols Reggae Festival 2019 - J3

Troisième et dernier jour de ce deuxième Bagnols Reggae Festival. Les sourires sont encore sur les visages de l'équipe organisatrice et du public malgré le temps qui se gâte. Quelques gouttes de pluie viendront légèrement perturber le déroulé de la soirée sans pour autant décourager le public venu beaucoup plus nombreux que les deux soirs précédents. Ce samedi soir c'était place aux légendes jamaïcaines, aux plus grosses têtes d'affiches du festival et à deux belles exclusivités...Petit retour dans les années 60, aux fondations de la musique jamaïcaine avec les Skatalites ! Quand un groupe comme celui-là est chargé d'ouvrir les hostilités, on sait qu'on peut s'attendre à une très grosse journée. Vin Gordon est au trombone, les classiques fusent et la chanteuse Doreen Shaffer rejoint rapidement la formation pour quelques titres dont un superbe clin d'oeil aux Wailers avec Simmer Down. Stranger Cole lui emboîte le pas avec un nombre incalculable de standards. Rough et Tough, Bangarang, When I Call Your Name... La justesse n'est pas toujours au rendez-vous mais on pardonne aisément Stranger, l'un des artistes jamaïcains les plus âgés encore en activité, toujours très énergique. Chapeau !Si l'Afrique sera mise à l'honneur plus tard sur la scène avec Tiken Jah Fakoly, elle l'est dès le début de la soirée côté sound system avec l'équipe d'Amoul Bayi Records. Fabyah, un Français installé au Sénégal, s'occupe de la sélection et sert des instrus roots et stepper à Saah Karim et Galas. Les deux chanteurs originaires de la Gambie et du Sénégal sont particulièrement complices et complémentaires. Une parfaite entrèe en matière avant les sets plus énervés de Dawa Hi Fi et Parly B et d'Iration Steppas plus tard dans la nuit. Accompagné de Macky Banton au toast, Mark Iration livrera une sélection très roots sans manquer d'énergie. On retiendra des dubplates impressionnants de Michael Prophet ou Sizzla (l'incroyable Like Mountains) ou encore un mix exclusif du Victory de Dubkasm ridé à la perfection par le vétéran Mike Brooks qui prendra par la suite le micro aux côtés de Blackboard Jungle pour la clôture du festival.Légende encore sur la grande scène ! Horace Andy se produit avec Mafia et Fluxy au backing-band formule ultra-réduite. Basse, batterie, clavier et trombone. Mais ça suffit ! Sleepy déroule les tubes remarquablement backé par le duo anglais. Money Money, Skylarking, Man Next Door, Fever... Horace Andy n'a que 45 minutes de set, mais il prend son temps sur les titres et les pull ups s'enchaînent.Mafia et Fluxy restent sur scène, le tromboniste s'enfuit et c'est à trois qu'ils s'occupent du cas d'Eek A Mouse. Le géant jamaïcain, particulièrement rare en France, a le sourire et lance des "Viva la France" à tout va. C'est d'un style très décontracté, coiffé d'un chapeau et d'une cape, qu'il enchaîne ses tubes Virgin Girl, Rude Boy Jamaican (d'une voix tellement grave !!), Ganja Smuggling, No Wicked Can't Reign (très belle ouverture de show) et bien setucirc;r l'immense Wa Do Dem (très belle fermeture). Mouse ne force pas, mais quel plaisir d'entendre ses titres en live pour la première fois pour beaucoup de gens présents ce soir-là.C'est ensuite au tour de Third World. Cat Coore, Richard Daley et leur bande sont toujours de véritables virtuoses de la musique. On passe de titres très pop à du reggae hardcore. Now That We Found Love contraste avec Reggae Ambassadors, mais le show est d'une précision hors du commun. AJ Brown s'en sort très bien au chant. Sans chercher à imiter Bunny Rugs, il parvient à transmettre l'émotion des titres originaux du groupe qui fête cette année ses 45 ans d'existence. Cat Coore nous offre comme à son habitude ses petits solos de violoncelle et nous surprend même à entonner le tune dancehall The Mission de Stephen et Damian Marley avant de glisser vers Redemption Song. On a droit à quelques titres du prochain album dont les singles Loving You Is Easy et Na Na Na. Third World a encore fait forte impression ce soir-là. Qui en aurait douté ?La pluie s'est abattue sur le Parc Arthur Rimbaud pendant le concert de Third World, mais la foule est restée compacte jusqu'à l'arrivée de Tiken Jah Fakoly. Les fans du chanteur ivoirien étaient de sortie ce soir. Le public restera au sec tout le long de sa prestation, remplie d'énergie et de messages forts. Tiken continue de prêcher pour le continent africain avec ses classiques, mais s'ouvre à de nouveaux thèmes avec les titres de son nouvel album Le monde est chaud. L'homme a encore des choses à dire et c'est toujours un plaisir de le retrouver sur scène.Vient ensuite le moment que beaucoup attendaient... Le crew du film Rockers débarque aux côtés du We The People Band sur une scène embellie d'un backdrop signé Fluoman. Leroy "Horsemouth" Wallace, Kiddus I, Big Youth et le trio Kush'Art s'installent tous ensemble sur scène et font quelques pas de danse pendant le titre Man In the Street, l'instrumental qui sert d'intro au concert. Les passionnés savourent et les moins aguerris découvrent, mais tout le monde est conscient d'assister à un moment unique. Première surprise : Horsemouth n'est pas à la batterie. Il harangue la foule aux côtés de ses collègues qui entonnent l'hymne Satta Massa Gana en l'absence de Bernard Collins des Abyssinians (malade) avant que Big Youth ne nous serve son superbe I Pray Thee sur la version. Big Youth, Horsemouth et Kiddus disparaissent ensuite pour laisser Kush'Art et Lloyd Parks reprendre quelques titres d'artistes décédés ayant participé à la bande-originale comme Slave Master de Gregory Isaacs ou Police And Thieves de Junior Murvin. Quelques approximations sans doute dues à un manque de répétitions (il s'agit du tout premier show en Europe !) n'empêchent ni les artistes ni le public de prendre du plaisir. Kiddus I revient ensuite sur le mythique Graduation in Zion et fait des clins d'oeil à Peter Tosh (Stepping Razor) et Justin Hinds (Natty Take Over). Big Youth fait aussi son retour pour quelques titres dont Every Nigger Is a Star et Hit the Road Jack et Horsemouth refait finalement surface pour chanter l'émouvant Jah No Dead de Burning Spear. Comme dans le film, il l'entonne a capella sur fond de bruit de vagues... Il s'installe enfin derrière les fetucirc;ts pour interpréter Rockers de Bunny Wailer. A partir de ce moment-là, le concert prend une tournure un peu spéciale. On sent que quelque chose ne va pas. Et pour cause, l'horaire de fin du festival est dépassé de 40 minutes ! L'équipe de Rockers est interrompue brutalement nous empêchant de profiter d'un final qu'on espérait grandiose.Malgré cette fin de festival en demi-teinte, on repart de Bagnols sur Cèze avec ce sentiment d'avoir profité d'un moment exceptionnel. Les légendes jamaïcaines continuent de nous faire rêver et heureusement que l'équipe du Bagnols Reggae Festival est encore là pour proposer une programmation comme celle-là. Une programmation inédite, différente des autres festivals et respectueuse des fondations de la musique jamaïcaine. Le rendez-vous est pris pour l'année prochaine du 23 au 26 juillet avec cette fois quatre soirs de concerts !Lire nos reports du JOUR 1 et du JOUR 2. (webremix.info)


Bagnols Reggae Festival 2019 - J2

Après une première journée réussie, le Bagnols Reggae Festival se poursuit avec une petite baisse de température niveau météo... La canicule de la veille laisse place à un ciel un peu couvert, mais du côté du public, pas de perte de chaleur. Le line-up du jour est particulièrement réjouissant pour les fans de new roots. Petit voyage dans le début des années 2000 avec des prestations enflammées au programme !La journée, les festivaliers pouvaient profiter d'un festival off bien fourni. L'expo de Fluoman en centre-ville et les projections des films IetI et Reggae Ambassadors 100% reggae français à la médiathèque ont rencontré de francs succès.Côté Parc Arthur Rimbaud, c'est I Wayne qui monte le premier sur scène. Peu d'actualité pour le chanteur jamaïcain qui n'hésite pas à chanter son hit Living In Love dès ses premiers pas sur scène. Les connaisseurs sont au rendez-vous et le pull up est de mise. L'énergie bretucirc;lante du chanteur à la voix d'ange est intacte et on doit avouer qu'on ne s'attendait pas à un show aussi propre de sa part. Malheureusement, timing oblige, on n'aura pas droit à plus de 30 minutes...Il en sera de même pour Bushman qui conserve le même backing-band qu'I Wayne. Particulièrement attendu par le public bagnolais, Bushman prend la scène impeccablement. On peut dire qu'on n'est pas déçus ! On regrette peut-être juste de le voir s'attarder sur des reprises de Peter Tosh (très bien interprétées ceci-dit) plutôt que sur son propre répertoire passant notamment le hit Fire Bun A Weak Heart presque à la trappe lors de sa sortie de scène. Le Bagnols Reggae Festival nous avait promis des sets plus longs pour tous les artistes, ça n'a pas été le cas pour ces deux-là qui partageaient un même plateau dont on aurait bien profiter un peu plus longtemps.Pas trop le temps de maronner, la seule artiste féminine de l'édition 2019 est annoncée ! Cela faisait sept ans qu'on attendait le retour de Queen Ifrica en France et la voilà enfin. Elle débarque sur Calling Africa et impressionne rapidement par sa présence scénique. Sa voix gronde plus que jamais et son discours empreint de militantisme respire l'honnêteté. Elle qui vient de croiser Johnny Clarke et Big Youth en coulisses témoigne de son respect pour les artistes roots à plusieurs reprises. Elle rend d'ailleurs hommage à son père Derrick Morgan avec un medley ska sur lequel elle invite Big Youth et Mike Brokks à la rejoindre pour un moment de partage unique. Quel bonheur de réentendre des titres comme Sinsemilia ou l'énorme Wipe the Tears en live ! Et même s'il nous manque quelques tunes pour pouvoir qualifier ce show de parfait, on ne boude pas notre plaisir d'avoir revu la Queen sur scène qui vient de confirmer qu'elle mérite bien son surnom de Fyah Muma.La Jamaïque compte un autre représentant qui s'illustre en même temps sur la sono de Blackboard Jungle. Rory, le célèbre producteur et selector de Stone Love, livre un set très roots et dub rempli de dubplates et d'exclusivités sorties de son propre studio !Changement d'ambiance juste après lui avec les locaux d'Ashkabad qui ne ménagent pas les festivaliers ! Connu pour son univers electro-dub, le duo ne cherche pas à s'adapter à la programmation très roots du festival et se démarque par son énergie débordante. Une déferlante de basses qui déchaîne totalement les danseurs les plus fous. La tornade Ashkabad a fait son effet !Les amateurs de roots pur et dur avaient de quoi se consoler avec le concert de Johnny Clarke et We The People Band sur la grande scène. Après quelques classiques de Lloyd Parks (Mafia et Officially en tête), Johnny Clarke débarque et déroule un set 100% inédit ! L'auteur de None Shall Escape the Judgement n'a pas répété avec Lloyd Parks et sa bande et ça semble lui plaire. Le show est naturel, la vibes spontanée et les hits défilent. On vient une fois de plus d'assister à un moment unique comme on n'en voit qu'à Bagnols sur Cèze.Retour au new roots pour cette fin de soirée. Pendant que les fans de sound system continuent de danser sur les sélections de Maasai Warrior ou Channel One, c'est Morgan Heritage qui monte sur scène. La famille livre comme à son habitude un show ultra carré avec des mises en place détonnantes, une aisance déconcertante et un discours bien rodé. Le tout manque de spontanéité mais on doit bien avouer que pour danser, c'est efficace ! Le medley sur le Liberation Riddim avec les tunes de Capleton (Jah Jah City), Jah Cure (Love Is the Only Solution) ou Ras Shiloh (Unto Zion) fait toujours son petit effet et on apprécie particulièrement le segment en hommage aux standards du dancehall interprété par Gramps. Le groupe nous offre bien setucirc;r quelques titres aux accents pop comme la reprise de Reggae Night ou le nouveau Beach et Country qui annonce l'arrivée du nouvel album de la formation.Et c'est Alborosie qui vient fermer cette deuxième soirée de concerts avec une prestation tout aussi parfaite que celle de ses prédécesseurs. Rendez-vous demain pour le troisième jour qui nous réserve son lot d'exclusivités...Lire notre report du premier jour. (webremix.info)


Bagnols Reggae Festival 2019 - J1

Les passionnés de musique jamaïcaine s'étaient donnés rendez-vous du 25 au 27 juillet à Bagnols-sur-Cèze, devenue une véritable capitale mondiale du reggae de par son historique riche en matière de festivals... La seconde édition du Bagnols Reggae Festival a plus que tenu ses promesses ! 18 000 festivaliers et près de 200 musiciens accueillis en trois jours dans le Parc Arthur Rimbaud qui a une fois de plus vibré au son des classiques d'antan, des nouveautés du jour et des basses du Dub Club.Pendant que les premiers festivaliers pénètrent sur le site, Blackboard Jungle décrasse sa sono qui vrombira puissamment et impeccablement de ses 24 basses pendant trois jours, accueillant un line-up particulièrement varié.Côté grande scène, c'est Samory I qui ouvre les festivités devant un par terre clairsemé mais captivé et acquis à sa cause. Le jeune artiste fait le job, accompagné de son excellent Black Heart Band. Les titres de l'album Black Gold défilent et le hit Rasta Nuh Gangsta vient bien setucirc;r clôturer cette très belle ouverture de festival avant que le Sénégalais Meta Dia et ses Cornerstones n'en remettent une couche juste après lui, amenant la petite touche africaine toujours bienvenue dans un festival reggae.Les Anglais de Black Roots prennent ensuite possession de la grande scène pour leur seul concert en France de l'été. Un concert au goetucirc;t particulier, dédié à Delroy Ogilvie, l'un des chanteurs fondateurs de la formation décédé quelques jours auparavant. L'émotion est palpable et le public donne de la force aux Black Roots qui n'évincent pas de la tracklist les titres chantés à la base par Delroy, le tube Juvenile Delinquent en tête.A l'autre bout du parc, juste après le set éclectique de Bunny Dread, Irie Ites remplace au pied levé King Jammy (absent pour des raisons de santé) aidé de ses MCs de premiers choix, Trinity et Linval Thompson. Les deux Jamaïcains font preuve d'une énergie débordante et impressionnante. Trinity danse dans la foule et Linval Thompson continuerait bien jusqu'à 6 heures du matin comme il le répète régulièrement durant son set ponctué de hits dont le fameux I Love to Smoke Marijuana. Aux platines, Jericho prend un malin plaisir à légèrement dubbé les instrus des deux artistes vétérans qui se retrouvent même ensemble pour un final explosif sur le Real Rock Riddim.Les fans de dancehall ont ensuite un choix crucial à faire. Busy Signal se produit sur la grande scène en même temps que Lieutenant Stitchie côté Dub Club. Le premier fait presque office d'intru parmi ce line-up très roots mais parvient à maintenir l'ambiance au top avec son set où les tunes reggae Miss You, Free Up ou Reggae Music Again font l'unanimité. Et comment rester insensible à l'explosif Bumaye qui clôt le show comme il avait commencé : à 100 à l'heure !Le feu bretucirc;le tout autant côté sound system avec Manudigital et un Stitchie en très grande forme. Après une intro fracassante (dont un incroyable remix du Mek It Bun Dem de Damian Marley et Skrillex), Manu appelle son MC et c'est parti pour une heure d'énergie pure. Les deux compères, très complices, déroulent la tracklist de l'album Masterclass, ponctué de quelques hits des années 80 dont l'inévitable Almighty God. Le Dub Club avait bien besoin d'un petit coup de fouet et ça a fonctionné !Les organisateurs du Bagnols Reggae Festival avaient gardé le meilleur pour la fin. Don Carlos livre de loin la meilleure prestation du jour et l'une des plus marquantes du festival. L'ancien chanteur de Black Uhuru est comme toujours accompagné d'un backing-band extrêmement précis et sa voix, particulièrement intacte, colle des frissons à la foule. Les hits défilent, Hog and Goat, Lazer Beam, Natty Dread Have Him Credential ou la reprise de Satta Massa Gana. On n'aurait pas rêvé mieux pour finir cette première journée de concerts et nous donner envie de poursuivre le festival ! Rendez-vous demain pour la suite... (webremix.info)


Koffee @ Paris

On l'attendait avec impatience en France. La jeune Koffee a finalement rencontré son public à La Maroquinerie de Paris le 29 juin dernier après un passage remarqué aux Solidays une semaine plus tôt. La petite salle parisienne était pleine à craquer pour applaudir LE nouveau phénomène de la musique jamaïcaine. A seulement 19 ans et avec à peine un EP, Koffee s'est fait une immense place dans le paysage reggae et au-delà même au vu du public présent ce soir-là...C'est Atili qui ouvre les hostilités avec un set plutôt énergique. Le DJ et producteur fait monter l'ambiance tout doucement et les réactions ne tardent pas à suivre de la part des massives déjà bien présents. Le tout récent Subterranean Exodus qui regroupe Pupajim et Biga Ranx fait son petit effet !Le backing-band de Koffee, The Compozers (dont notre guitariste frenchie Thomas Broussard fait partie !), fait son entrée sur un medley d'instrus. Un rituel dans les concerts de reggae, sauf que cette fois, quid des riddims classiques yardies, le band prend un malin plaisir à chauffer la salle à grand coups de tubes RetB et hip-hop. Pharrell Williams, Snoop Dogg... Le public reprend en choeur des tubes planétaires que nous, pauvres fans de reggae que nous sommes, avons parfois du mal à identifier malgré leur popularité ! Une intro qui en dit long sur la volonté de Koffee de se démarquer et sa capacité à séduire le plus grand nombre.La petite star fait finalement son entrée sur Burning, tune de circonstance dans la fournaise de La Maroquinerie. La canicule en fait souffrir plus d'un dans la salle, mais tout le monde reste massé devant la scène pour assister au concert de la jeune sensation. Un mauvais réglage du son nous empêche de profiter de la voix de la chanteuse sur les couplets. L'énergie est pourtant là ! Koffee est généreuse et transpire l'humilité à chaque prise de parole. Un peu d'humour, un grand sourire, une attitude modeste... Elle a tout pour séduire. Et le public la suit de façon assez enthousiaste. Malgré un répertoire peu fourni, Koffee parvient à capter l'audience et nous offre même quelques nouveaux titres parmi lesquels l'excellent Under The Pressure, un futur hit à n'en pas douter. A l'aise dans ses déplacements, on la sent pourtant un peu fébrile vocalement, pas toujours juste, attaquant ses chansons très bas dans les graves. Des petits défauts qui se corrigeront avec l'expérience soyons-en setucirc;rs. Les points d'orgue du concert sont bien setucirc;r les hits Rapture et Toast qui ont tous les deux droit à des pull-ups bien mérités. Dommage (ou tant mieux pour certains !) que Koffee nous resserve un deuxième Toast en rappel... On ressort de là un peu mitigé. Loin d'avoir pris une claque, on est tout de même contents d'avoir assister à ce premier vrai concert français d'une artiste dont on entendra parler encore longtemps. On attend la suite ! (webremix.info)


King Earthquake et J.Lalibela - Interview

Errol Arawak, AKA King Earthquake, est une légende et un pionnier du dub UK. Ces derniers temps, le selector est souvent accompagné lors de ses prestations live par Joseph Lalibela, un chanteur dont on parle de plus en plus dans le milieu sound system après ses collaborations avec O.B.F ou encore Maasai Warrior. Nous avons eu la chance de rencontrer ces deux artistes originaires de Birmingham pour un entretien.Reggae.fr : Parlez-nous de votre rencontre à tous les deux.King Earthquake : Quand est-ce que je t'ai rencontré ? Je suis trop vieux pour me rappeler de ces choses-là (rires).Joseph Lalibela : J'ai rencontré King Earthquake sur scène, nous venons tous les deux de Birmingham en Angleterre et nous sommes tous les deux dans les sound systems depuis de nombreuses années. Nous avons toujours trainé dans les mêmes endroits ; une rencontre entre nous était donc inévitable. etCcedil;a s'est fait et ça a été bon pour moi parce que King Earthquake m'a aidé. Il m'a aidé à faire parler de moi et il a sorti quelques-uns de mes morceaux ce qui les a fait connaître à des personnes partout autour du monde. Je le remercie donc pour ça.King Earthquake : Ce que les gens ne savent pas c'est que Lalibela a une grande expérience dans le milieu sound system. Il a grandi avec le Scientist Sound System de Birmingham. En quelle année a débuté Scientist ?Joseph Lalibela : 1978/1979King Earthquake : Vous voyez ils ont commencé à peu près en même temps que mon sound system. Moi j'ai commencé en 1976. Nous venons du même endroit, nous avons la même culture, le même entourage, nous faisons le même travail, donc nous devions nous rencontrer.Joseph Lalibela : Nous bretucirc;lions le même feu. Mon sound system a débuté à la fin des années 70 et je les ai rejoints à la fin des années 80. Birmingham est une ville où les sound systems font partie de la communauté depuis des années. Il y en a énormément donc tu dois te démarquer et tu dois représenter ton quartier et ta communauté.Joseph, pourriez-vous nous parler du nom que vous avez choisi, pourquoi Lalibela ?Joseph Lalibela : Comme l'a dit King Earthquake, nous avons débuté très jeunes dans le milieu sound system, et à ce moment-là on me connaissait sous le nom de Likkle Sess. Un peu plus tard, au début des années 2000 je suis allé en Ethiopie, c'était un peu comme un pèlerinage, un voyage spirituel ; je n'étais pas à la recherche d'un nom mais il m'a été donné par l'Ethiopie. La croix que j'avais achetée était en fait une croix de Lalibela et je ne le savais pas, je suis né au mois de février ce qui est pour les rastas le mois de Joseph donc je n'ai pas eu beaucoup à réfléchir pour choisir ce nom, je dirais plutôt que ce nom m'a choisi. Je remercie le Tout Puissant pour ça.Vous êtes tous les deux dans le milieu sound system depuis de nombreuses années, avez-vous vu des évolutions dans les danses, dans la manière de transmettre le message ?King Earthquake : Il y a beaucoup de façons de voir le message. Le message était là avant et il est toujours là aujourd'hui, l'important est de prêter attention à ce message. Il y a beaucoup de personnes qui ont quitté le milieu de la musique il y a longtemps mais il y a eu l'influence de nouvelles personnes qui sont dans le roots, le reggae et le dub maintenant. Et c'est bon de savoir qu'il y a encore des personnes qui sont là pour s'en occuper et prendre le relais de ceux qui sont partis.Joseph Lalibela : Comme vient de le dire King Earthquake, le message est resté le même, c'est toujours le message de paix, d'amour, d'unité porté par Jah. La principale différence que je vois aujourd'hui dans les sound systems, c'est que l'on assiste à une renaissance, à un renouveau pour la nouvelle génération et pour les générations européennes. Nous connaissons les sounds comme une culture jamaïcaine qui s'est exportée en Angleterre mais maintenant nous pouvons la voir s'implanter partout dans le monde ; et c'est une bonne chose que les nouvelles générations répandent le message de paix et d'amour au plus grand nombre, c'est une chose positive.Quand nous sommes arrivés vous étiez en train de faire des photos avec de jeunes bénévoles, parlez-nous de votre relation avec le public, ressentez-vous une forme de célébrité, est-ce que vous appréciez ces échanges ?King Earthquake : Je ne connais pas la célébrité, je dis toujours que les gens célèbres sont riches, et je ne le suis pas. Certaines personnes me reconnaissent partout où je vais et parfois dans les rues d'Angleterre des gens que je ne connais pas viennent me voir et entament une discussion à propos de sound system, à propos de moi ou de plein d'autres sujets. Cela m'importe peu d'être célèbre ou d'être un inconnu, le message sera délivré aussi longtemps que nous serons là pour guider les plus jeunes vers la bonne direction.Joseph Lalibela : Ce que vous nommez la célébrité est une bonne chose dans le sens où cela me permet de faire connaître mon travail, cela touche le coeur des gens, cela touche l'esprit et l'âme des gens donc quand on vous reconnaît un peu partout dans le monde cela signifie que vous faîtes quelque chose de bien qui parle aux gens et aux jeunes, et cela me fait chaud au coeur. J'ai voyagé un peu partout dans le monde, comme au Brésil par exemple, et quand des gens de là-bas me reconnaissent, reconnaissent ma voix, et n'ont que de l'amour pour moi, je ne peux qu'apprécier !Pour conclure pourriez-vous nous parler de la scène dub française ?King Earthquake : Beaucoup d'anciens ont mis de côté le roots and culture dans leurs vies. Si les choses étaient restées ainsi, la scène roots ne serait pas ce qu'elle est aujourd'hui. Si nous avions gardé cette direction ce ne serait probablement pas allé plus loin et je remercie la scène dub européenne de faire revivre / je ne devrais pas dire revivre / améliorer, ce qui a été laissé de côté. C'est pourquoi j'encourage les jeunes à construire des sound systems parce que c'est la fondation du roots et culture. J'adore voir plus de sound systems et voir plus de personnes aller dans le bon sens. (webremix.info)


Steel Pulse - Mass Manipulation

Comment ne pas être en alerte lorsque Steel Pulse sort un album ? La formation britannique fait partie des rares groupes légendaires qui parviennent à garder leur créativité intacte près de 50 ans après leurs débuts. Et quand en plus on a attendu 15 ans avant d'avoir un nouvel album à se mettre sous la dent - outre quelques singles de-ci de-là, leur précédent effort, African Holocaust, date de 2004 - on a deux fois plus de raisons d'exulter.Et on n'est pas déçus ! Le son puissant de la bande est au rendez-vous. On en prend plein les oreilles dès le premier morceau, Rize, à l'intro façon heavy metal aussi courte qu'inattendue ; quoique Steel Pulse nous a régulièrement habitués à de discrètes incursions rock. Cuivres, choeurs, rythmes, tout est maîtrisé à la perfection. Davdid Hinds est quant à lui plus en forme que jamais. L'énergie et l'application qu'il a mises dans l'enregistrement de ces 17 nouveaux titres est véritablement perceptible. Le chanteur roule les R et soigne sa justesse avec précision !Le militantisme d'Hinds et les siens fait encore mouche quand ils s'indignent de la discrimination envers la communauté rasta en rappelant la destruction du Pinnacle de Leonard P. Howell dans les années 40 en Jamaïque (Cry Cry Blood). L'affaire des six de Jena (six adolescents noirs abusivement accusés de tentative de meurtre sur un blanc aux Etats-Unis en 2006) inspire également le groupe qui réclame "Justice in Jena". Les grands rebelles historiques sont remerciés pour leur courage et leur combat sur le percutant Thank the Rebels tandis que le chant traditionnel rasta Satan Side est revisité (avec une intro orientale improbable) pour rendre hommage à l'Afrique. On adore les mélodies et la modernité de The Final Call, l'analyse fine de la situation mondiale de Mass Manipulation ou le dynamisme de Don't Shoot. L'album se clôture sur deux titres teintés de pop qu'on croirait tout droit sortis des studios de Third World ou Inner Circle. L'un plus léger, Higher Love (Rasta Love), et l'autre tout aussi engagé que le reste de la tracklist (Nations of the World).Bien que David Hinds et Selwyn Brown soient les deux seuls membres originels de la formation encore présents, le son de Steel Pulse revit comme jamais. La qualité sonore est indéniable et l'identité de l'équipe de Birmingham est plus que préservée. On vous conseille vivement de plonger tête baissée dans Mass Manipulation !Tracklist :01. Rize 02. Zem Dem 03. Stop You Coming and Come 04. Thank The Rebels 05. Justice In Jena 06. Human Trafficking 07. Cry Cry Blood 08. Don't Shoot 09. Trinkets and Beads? 10. No Satan Side 11. N.A.T.T.Y. 12. Mass Manipulation 13. World Gone Mad 14. Black and White Oppressors 15. The Final Call 16. Higher Love (Rasta Love) 17. Nations Of The World (webremix.info)


Max Romeo - Words From the Brave

Avec plus de cinq décennies de carrière derrière lui, Max Romeo sort un nouvel album baptisé Words From the Brave sur le label français Baco Records. Après de longues années d'absence discographique, l'auteur des fameux War Ina Babylon, One Step Forward ou encore Chase the Devil nous livre un opus de dix titres dont un featuring avec son fils, Azizzi Romeo.L'histoire de cet album commence trois ans en arrière, en 2016, lors d'une tournée avec le groupe Roots Heritage. Les musiciens composent plusieurs morceaux qui vont convaincre Max Romeo de retourner en studio. Cette co-production franco/jamaïcaine entre Charmax Music et Strong Foundation nous offre un album qui allie la plume acérée de l'icône du reggae aux riddims minutieux et aériens de Roots Heritage. Dans ce nouvel opus enregistré dans sa totalité en Jamaïque au Red Ark Studio, on y découvre des topics qui dépeignent la société jamaïcaine d'aujourd'hui, les réalités sociales, économiques et politiques du pays. Mais aussi des messages plus globaux et adressés à la nouvelle génération. Un album à l'image des productions des années 70 qui allie à la fois sincérité et sagesse accompagnées de riddims purement roots.Cet effort très attendu par les fans de roots va largement combler leurs attentes, et peut-être même plus encore... A 74 ans la voix de ténor du chanteur jamaïcain est toujours au rendez-vous et son vibrato si particulier n'a pas bougé d'un poil. On ouvre l'album avec le très deep The World Is On Fire et ses solos de guitare électrique diaboliques. On poursuit avec Have You Ever Hit Rock Bottom, un tune avec des sonorités jazzy qui s'entremêlent sublimement à la voix percutante de Max Romeo. S'ensuit le très énergique Heaven et ses passages de cuivres envoetucirc;tants. Le titre éponyme de l'album nous ramène lui dans un univers plus roots. La section de cuivres accompagnée d'un couple basse/batterie implacable nous montre à quel point l'alchimie entre Max Romeo et les Roots Heritage fonctionne parfaitement.Avec Eve of Destruction, Max Romeo nous livre une sublime reprise du titre de Barry McGuire. Un titre intemporel et toujours autant d'actualité. Le sixième track de l'album est le seul qui accueille un invité. Et pas n'importe lequel ! C'est Azizzi Romeo, le fils de Max en personne qui vient poser sa voix sur le rub-a-dub Penguin. On poursuit avec Too Many, un titre plein de bonnes vibes porté par un riddim roots et souligné par des interventions parfaitement maîtrisées à la guitare électrique. L'avant-dernier morceau, Say Yes, dévoile à merveille le vibrato si particulier de Max Romeo sur un riddim entraînant. On termine cet album avec l'exaltant Thank God au rythme très dansant quasi ska !Avec ce nouvel album qui marque le retour du géant Max Romeo, l'âge d'or du reggae revit pendant quelques instants. Un album de haute voltige avec des riddims travaillés, minutieux, tranchants et la voix profonde de Max Romeo. On ne peut que croiser les doigts pour que la collaboration entre Roots Heritage et Max Romeo dure encore des années !Tracklist :01. The World Is On Fire02. Have You Ever Hit Rock Bottom03. Heaven04. Words From the Brave05. Eve of Destruction06. Penguin feat. Azizzi Romeo07. Too Many08. The Farmer's Story09. Say Yes10. Thank Godbacoshop.fr/etiquette/max-romeo-frsmarturl.it/WordsFromTheBrave (webremix.info)


Inna De Yard - Le Film

Le film de l'été c'est sans nul doute Inna De Yard ! Suite logique de l'album paru en mai, ce documentaire ravira plusieurs catégories de spectateurs. Tout d'abord et bien évidemment, les amateurs de reggae, en effet on trace ici les portraits in situ des protagonistes bien connus du public français (Winston McAnuff, Kiddus I, Ken Boothe, Jah9 et bien d'autres). Ils se livrent sans fard et dans leur intimité (Winston sur la tombe de son fils Matthew, Ken qui ne part pas en tournée sans son épouse sans qui il serait perdu et en chemise froissée, ou bien encore Cedric Myton dans la maison qu'il construit avec son frère...) On en apprend sur leur parcours, sur le pourquoi du comment de ce Buena Vista Social Club à la jamaïcaine et on les retrouve bien setucirc;r tous ensemble en repèt' ou en live. L'aspect musical est très bien géré et le son sort parfaitement en salle ; la basse vous secoue direct, comme si vous y étiez.Les amateurs de voyages et de documentaires y trouveront aussi leur compte tant les images de la Jamaïque sont magnifiques et laissent transparaître à merveille la chaleur et la mystique de l'île. Des séquences dans une nature florissante hors du commun, des petits matins brumeux ou encore des promenades en barque de pêche, on visite, on explore et les voix off nous narrent une histoire aux allures de conte.Les véritables cinéphiles ne seront pas en reste puisque le réalisateur n'est autre que Peter Webber, un Londonien fan de reggae depuis les années 70. Autant dire qu'il maîtrise sont sujet sur le bout des doigts, mais c'est surtout un vrai réal de cinoche, pas un simple fan de musique qui s'improvise. Il a réalisé la suite du Silence des agneaux (Hannibal Lecter : les origines du mal), Crimes de guerre avec Tommy Lee Jones, plus récemment Pickpockets pour Netflix, ou encore le magnifique film La jeune fille à la perle, nommé aux Oscars et aux Golden Globes. Vous aurez donc devant les yeux un vrai film avec image léchée, lumière au top et scénar bien ficelé et même si vous n'êtes pas fan de reggae, vous passerez un bon moment de cinéma, une espèce de poésie visuelle et sonore pour tous les âges...etCcedil;a sort le 10 juillet. Allez-y seul ou en famille, vous en ressortirez ému et avec des envies de partager de bonne vibrations. (webremix.info)


Mr Zebre et Ras Mykha - Welcome

Mr Zèbre est un de ces producteurs dont on entend de plus en plus parler dans le milieu dub avec des dizaines de sorties vinyles comme par exemple le Yamasee War (pressé sur le label Rootikal Attack Records), régulièrement joué par Jah Shaka. Pour son nouveau projet, le dubmaker s'est entouré de Ras Mykha, chanteur bien connu des amateurs de sound system qui, en plus d'assurer le chant, s'est aussi occupé de l'artwork de Welcome Ina Di Dance, un LP récemment pressé sur le label Patate Records.Un LP qui commence avec The King, un dub bien mystique aux basses gargantuesques et aux cuivres vrombissants sur lequel le MC délivre son message rasta, parfaite introduction à l'univers dans lequel vont nous promener Mr Zèbre et Ras Mykha tout au long de cet opus. Le tune est - comme tous les autres - suivi d'une version (The King Dub) dubbée à souhait et truffée d'effets en tous genres. On découvre ensuite The Lighter, un gros stepper de warrior taillé pour faire danser en sound system, puis Truth and Right, un dub plus tranquille et très méditatif aux basses toujours aussi surdimensionnées sur lequel le flow de Ras Mykha fait encore mouche.On change de face et les big tunes continuent de pleuvoir à commencer par Red Eyes et son riddim inna warrior style, stepper sombre et entraînant aux sonorités électroniques que va retourner Ras Mykha de son flow tranchant ; ou encore Welcome, un morceau tout aussi orienté stepper que le précédent dont la version est reprise par le mélodica de Noefree. Deux titres qui devraient à coup setucirc;r faire skanker dans les sounds cet été. C'est enfin Be Wise qui conclut cet essai en parfait générique de fin où les notes de clavier viennent répondre au chant de Ras Mykha.Welcome Ina Di Dance, un LP plus que réussi et clairement destiné aux amateurs de stepper UK où Mr Zèbre propose à Ras Mykha des riddims taillés sur mesure, toujours aussi soignés et efficaces ; mais devait-on attendre moins de la part d'un tel duo ?Tracklist :A1 : The King A2 : The King Dub A3 : The LighterA4 : The Dub Lighter A5 : Truth and RightA6 : Truth and Dub B1 : Red EyesB2 : Red Eyes DubB3 : WelcomeB4 : Welcome From Melodica Ft NoefreeB5 : Be WiseB6 : Wise Dub (webremix.info)


DJ Vadim et Jman - Likkle More

Quelques mois seulement après la sortie de son Dubcatcher vol 3, DJ Vadim nous revient avec Likkle More. Un nouveau projet pour lequel il s'est associé à Jman, un chanteur anglais de la scène bass music dont nous avions déjà entendu le flow ravageur sur les précédents opus de Vadim.C'est Good Old Days qui ouvre cet album ; un riddim tranquille sur lequel on découvre le flow toujours aussi efficace de Jman épaulé par le chant de Lasai sur les refrains. L'Espagnol est d'ailleurs très présent puisqu'on le retrouve sur pas moins de six titres tout au long de cet opus. Que ce soit sur un instrumental hip-hop (Upright), sur un dancehall (Heart Attack), un ganja tune au gros riddim rub a dub (Burn My Weed), ou même une ambiance trap accompagné de Daddy Freddy et Carey James (Humble), le trio Vadim/ Jman/ Lasai fonctionne à merveille.Comme vous l'aurez compris, Likkle More est un album qui explore autant de styles musicaux qu'il reçoit d'invités. On a donc droit à une bonne dose de digital avec War in the Street (ft. Sr Wilson) ou encore à Bad Like This, un dancehall au riddim digne de Vybz Kartel au refrain vocodé que Jman se fait un plaisir de retourner accompagné cette fois de Shanty B. Pour le dernier feat de cet opus, nous avons droit à un hip-hop mélancolique où le flow tranchant de Jman se mêle à la douce voix de Maddy (Everything Bless).Sur les quelques morceaux où Jman s'exprime " en solo ", le jeune chanteur anglais explore le hip-hop dans toutes ses variantes en s'y adaptant avec toujours le même talent. DJ Vadim lui propose donc un instrumental " à l'ancienne " nous ramenant au rap des années 90 sur 1312, puis un autre beaucoup plus rythmé et un peu barré, rappelant l'époque des Busta Rhymes et autres Dizee Rascal avec Likkle More, ou encore un morceau très moderne, fusion entre hip-hop, trap et grime (I Was Like).Avec Likkle More, DJ Vadim s'affirme une fois de plus comme l'un des producteurs les plus talentueux de sa génération, passé maître dans l'art de faire fusionner les genres. Il en profite pour mettre en lumière Jman, un jeune artiste aussi à l'aise sur du reggae que du dancehall, du hip-hop ou de la trap et qui devrait rapidement faire parler de plus en plus de lui.Tracklist :1. Good Old Days Ft Lasai 2. Upright Ft Lasai3. Burn My Weed Ft Lasai4. War in the Street Ft Sr Wilson5. I Was Like6. Heart Attack Ft Lasai7. Bad Like This Ft Shanty B8. Humble Ft Lasai, Daddy Freddy et Carey James9. Militant Ft Lasai10. Everything Bless Ft Maddy11. Likkle More12. 131213. Revolution Time (webremix.info)


Inna De Yard @ Olympia

Le succès d'Inna De Yard n'en finit plus. La troupe jamaïcaine est même allée jusqu'à afficher son nom en lettres rouges sur la célèbre façade de l'Olympia le 15 juin dernier. Quel lieu aurait été plus parfait pour accueillir les légendes jamaïcaines à Paris ? Ken Boothe, Horace Andy, Cedric Congo Myton, Kiddus I, Winston McAnuff... La liste fait saliver. Un concert évidemment émouvant que Reggae.fr ne pouvait absolument pas manquer. Retour en images avec les clichés de Philippe 'Da Best' Campos sur scène et dans les coulisses. (webremix.info)


Liens : Artistes et Groupes de Reggae

reggaetom-comReggaetom.com

Toute l'actualité du reggae francophone : roots, ska, dub, ragga / hip-hop. Chroniques d'albums et de concerts, interviews, mp3, agenda, annuaire reggae...


boomblast-comBoomblast.com - Reggae Dancehall Live Radio

Boomblast est la première webradio basée en France à diffuser 24/24h et 7/7j du dancehall jamaïcain.


jahmusik-netjahmusik.net

Le premier webzine reggae ragga ska Dub.
Pationnés de reggae, retrouvez toute l'actualité du reggae ragga ska dub, des interviews, les news de Jamaique, des dossiers, des MP3, des cadeaux, les dates des concerts, les charts.


thekikoowebradio-comThe Kikoo Web Radio

The Kikoo Web Radio est une association qui à pour but de développer une Radio à tendance Reggae, Ska, Dub


reggae-frReggae.fr

Reggae.fr, le magazine reggae, toute l'actualité reggae, dancehall, ragga, dub, uk, kreyol. Agenda des concerts et festivals reggae, Reggae Tv et Reggae radio. Les mixs de mighty Sté en exclu et toutes les bonnes vibes.


webadub-comWEBADUB FM fwi radio

La radio et tele qui dit tout sur le reggae le dance hall local et international avec des clips et du son 24/24H.Vous pourrez acceder au tchat gratuit et ecouterez les nouveaux son de l'undergrounds Et surtout nos recettes itals les meilleures du net.


reggaefrance-comReggaefrance.com

Retrouvez la référence reggae-ragga, nombreuses interviews d'artistes jamaiquains & français, des nouveaux titres à l'écoute quotidiennement. Découvrez les nouvelles sorties 45t (écoute) et CD (chroniques). Chaque semaine, les news sur le reggae & le ragga. Une emission de radio est rediffusée chaque semaine. L'agenda des concerts et des sounds systems Paris et Province.


reggaelive-fr-stReggae made in Côte d'ivoire

Toutes les informations sur le reggae made in Côte d'Ivoire(Actualités,concerts, et bien d'autres...)



Vous pouvez Soumettre un Lien dans cette catégorie