Artistes et Groupes de Reggae

Pays : Jamaique

Exemples de morceaux representatifs de Reggae



Artistes ou Groupes

340ml(2)[video]  -  Abdel Wright(1)  -  Abdou Day(2)  -  Abdoul Jabbar(1)  -  Abega(3)  -  Abijah(3)  -  Adioa(4)[infos]  -  Admiral Bailey(4)  -  Adrien Bass(1)  -  African Brothers(3)  -  African Bush Doctor(0)[video]  -  African Head Charge(17)[infos]  -  Agana(1)[video]  -  Ahmed Faras(0)  -  Akwe(0)  -  Al Campbell(11)  -  Al Pancho(1)  -  Albert Griffiths(0)  -  Alex Kajumulo(1)  -  Alpha Blondy(25)[infos][audio][video]  -  Alpha Mim(1)  -  Alpha Oméga(1)  -  Alpha Rowen(1)[video]  -  Alpha Wess(1)  -  Amazulu(8)  -  Andrew Tosh(4)  -  Anguilé(1)  -  Annette Brissett(1)  -  Anthony B(21)[infos][video]  -  Anthony Johnson(2)  -  Apple Gabriel(4)  -  Arkaingelle(1)  -  Asher Senator(1)  -  Askia Modibo(1)[infos]  -  Aston "Family Man" Barrett(2)  -  Aswad(28)[video]  -  Augustus Pablo(33)[infos]  -  Aziz Wonder(0)[infos]  -  Babadi(5)[video]  -  Baby G(1)  -  Back Jardel(1)  -  Backom(2)  -  Baco(5)[infos][video]  -  Bafing Kul(1)  -  Baloji(1)  -  Baraka Oyuru(1)  -  Barbara Jones(0)  -  Barrington Levy(37)[video]  -  Barrington Spence(3)  -  Barry Brown(4)  -  Baster(12)[video]  -  Bee Pasteef(1)  -  Benjam(6)[video]  -  Benz'n(1)  -  Beres Hammond(28)[infos][video]  -  Big Youth(23)[infos][video]  -  Billy Boyo(2)  -  Bim Sherman(25)[infos]  -  Bingui Jaa Jammy(4)[infos][video]  -  Black Medio(0)  -  Black Roots(6)  -  Black Uhuru(34)[infos]  -  Bob Andy(5)  -  Bob Dahilou(1)[infos]  -  Bob Marley & The Wailers(11)[infos][video]  -  Bobby Ellis(2)  -  Brigadier Jerry(6)  -  Brother Ayouba(1)[video]  -  Buju Banton(19)[infos][video]  -  Bunny Wailer(26)[infos]  -  Burning Spear(41)[infos][video]  -  Burro Banton(3)[infos]  -  Bushman(11)[video]  -  COUP SEC(1)  -  Capleton(20)[infos][video]  -  Carl Harvey(1)  -  Carlene Davis(7)[infos]  -  Cedric "Im" Brooks(5)  -  Cedric 'Congo' Myton(3)  -  CeePee(1)  -  Chaka Demus & Pliers(8)[infos][video]  -  Charlie Chaplin(10)  -  Chata Addy(2)  -  Chezidek(4)[infos]  -  Chow Panachie(1)  -  Chrisinti(2)  -  Clancy Eccles(3)[infos]  -  Cliff Brown Tchiepi(0)  -  Clint Eastwood(3)  -  Clinton Fearon(9)  -  Clive Hunt(1)  -  Cocoa Tea(39)[infos]  -  Cornell Campbell(16)[video]  -  Cultural Roots(2)  -  Culture(32)  -  Défoul' la mêm(4)  -  Daddy Freddy(11)  -  Daddy Nuttea(5)[infos]  -  Daddy Rings(3)  -  Damian Marley(4)[infos][video]  -  Daweh Congo(7)  -  Deïdo Tree(0)  -  Dean Fraser(9)[infos]  -  Delroy Washington(2)  -  Delroy Williams(1)  -  Delroy Wilson(10)[infos]  -  Dennis Brown(90)[infos][video]  -  Dezarie(3)  -  Diana Rutherford(1)  -  Didyé Kérgrain(1)  -  Dillinger(9)  -  Dj Dan(2)  -  Djama(4)[video]  -  Djos Kezo(0)  -  Dolé(0)  -  Don Carlos(1)  -  Doniki(1)  -  Dr Mooch(1)  -  Dr. Alimantado(8)  -  Dread Maxim(2)  -  Earl Chinna Smith(3)  -  Earl Sixteen(5)[infos]  -  Earth and Stone(1)  -  Eek a Mouse(16)  -  Elie Kamano(1)[video]  -  Elijah Prophet(1)  -  Empress Ayeola(1)  -  Energy Crew(1)  -  Eric Donaldson(14)  -  Ernest Ranglin(13)  -  Etana(1)[video]  -  Fôô Fanick(0)[video]  -  Fac Alliance(3)[video]  -  Fadal Dey(0)[video]  -  Frankie Paul(7)[infos]  -  Freaky Joe aka Sing'A'Teh(1)[video]  -  Fred Locks(3)  -  Freddie Mc Gregor(41)  -  Ganga Vibes(0)  -  Garnett Silk(8)[infos]  -  Gato Negro(1)  -  General Degree(3)  -  Gladstone_Anderson(3)  -  Glen Washington(16)  -  Gondwana(5)  -  Guya Tchendo(0)  -  Gyptian(5)[video]  -  Half Cast(0)[video]  -  Harry Mo(1)  -  Hass Keita(0)  -  Hass Mosa(2)[video]  -  Hoba Hoba Spirit(0)[infos]  -  Horace Andy(44)[infos][video]  -  Horace Martin(3)  -  Hugh Mundell(8)  -  I Roy(17)[video]  -  I-Three(2)  -  Ijahman(24)  -  Inner Circle(21)[infos]  -  Innocent Galinoma(1)[video]  -  Ismaël Isaac(7)[infos][video]  -  Ismaël Wonder(1)  -  Israel Vibration(33)[infos][video]  -  Jackie Mittoo(29)[infos]  -  Jacob Miller(8)[infos]  -  Jah Cure(5)[infos][video]  -  Jah Lion(1)  -  Jah Lloyd(3)[infos]  -  Jah Mali(2)  -  Jah Mason(11)[infos]  -  Jah Milk(1)  -  Jah Nesta(1)  -  Jah Prince & The Prophets Band(1)  -  Jah Shaka(17)[infos]  -  Jah Stitch(4)[infos]  -  Jah Woosh(2)  -  Jah'Key Malle(0)  -  Jahel(0)  -  Jahwise(3)[video]  -  Jamadom(2)  -  Jede I Tafari(0)[video]  -  Jerry Jheto(1)  -  Jhiko Manyika(3)  -  Jim Kamson(1)  -  Jimmy Cliff(35)[infos]  -  Jimmy Riley(14)  -  Joe Gibbs(7)  -  Joe Higgs(3)[infos]  -  John Chibadura(7)[infos]  -  John Holt(42)  -  Johnny Clarke(8)[infos][video]  -  Joseph Cotton(8)  -  Josey Wales(3)  -  Judy Mowatt(10)[infos]  -  Julian Marley(4)[infos]  -  June Lodge(2)  -  Junior Delgado(23)[infos]  -  Junior Kelly(9)[infos][video]  -  Junior Murvin(3)[infos]  -  Junior Reid(19)[infos]  -  Justin Hinds(7)[infos]  -  Kajeem(2)[video]  -  Kalash(3)  -  Kaliroots(2)  -  Kalory Sory(1)  -  Kana(2)  -  Keith Hudson(11)  -  Ken Boothe(35)  -  Kiddus I(3)[infos]  -  King David(1)  -  King Sounds(7)  -  Kizito(2)[video]  -  Koko Dembele(1)  -  Kom'Zot(4)  -  Kuami Mensah(0)[video]  -  Kulcha Far I(3)  -  Kussondulola(6)[video]  -  Kwame Bediako(3)  -  Ky Mani Marley(1)  -  Kâyamanga(1)  -  Larry Cheick(1)  -  Lee "Scratch" Perry(22)  -  Leroy Brown(1)  -  Leroy Smart(6)  -  Linton Kwesi Johnson(15)[infos][video]  -  Linval Thompson(3)[video]  -  Little John(4)  -  Little Roy(7)[infos]  -  Lord Of Ajasa(1)  -  Luciano(41)  -  Lucky Dube(20)[infos][audio][video]  -  Lutan Fyah(11)  -  Lyricson(3)[video]  -  Macka B(17)[infos]  -  Mad Cobra(7)  -  Madoxx(0)  -  Maiko Zulu(1)  -  Majek Fashek(4)[infos][video]  -  Manleo(1)  -  Marcel Salem(2)[video]  -  Marcia Aitken(1)  -  Marcia Griffiths(18)[infos]  -  Marlaoui(0)  -  Marlon Asher(2)  -  Marloy(1)  -  Maroghini(2)[infos]  -  Mawana Slim(1)  -  Max Romeo(29)[infos]  -  Maxi Priest(13)  -  Mc Duc(1)  -  Merger(1)[video]  -  Message Roots(1)  -  Michael Prophet(21)[infos]  -  Michael Rose(27)[video]  -  Michael Smith(1)  -  Michel Legris(0)[video]  -  Mikey Dread(21)[infos]  -  Mikey General(2)  -  Mikey Ras Starr(1)  -  Mikey Spice(6)  -  Milton Henry(1)  -  Mireille Tikry(0)[video]  -  Misty in Roots(9)[infos]  -  Mo'Kalamity(2)  -  Momo Roots Soumah(1)  -  Morgan Heritage(14)[infos][video]  -  Moses I(1)  -  Muinguilo(2)  -  Mutabaruka(12)[infos]  -  Mystic Man(1)  -  NNeka(6)  -  NZH(0)[video]  -  Naftaly(1)  -  Nasio Fontaine(5)[infos][video]  -  Nasty D(6)  -  Natty Dread Reunion(4)  -  Nazarenes(3)  -  New Breed(1)  -  Nicy(1)  -  Nikko(4)  -  Niominka-bi(6)[infos]  -  Norris Reid(2)  -  Nuttea(10)[infos]  -  Nyala(1)  -  Nzela(2)  -  O'Yaba(5)  -  Olmyta(0)[video]  -  Pablo Gad(1)  -  Pablo Moses(15)[infos][video]  -  Pach Jahwara(0)  -  Papa San(11)[infos]  -  Paps Natty General(0)  -  Patra(2)[video]  -  Patrick Persée(4)[video]  -  Peter Broggs(9)[infos]  -  Peter Tosh(17)[infos][video]  -  Peterside Ottong(2)  -  Philip Toussaint(1)  -  Poglo(4)  -  Prince Alla (Prince Allah)(13)[infos]  -  Prince Far I(19)[infos]  -  Prince Jazzbo(1)[infos]  -  Prince Lincoln Thompson(5)  -  Prince Osito(0)  -  Queen Ifrica(2)[video]  -  Queen Omega(4)  -  Racine des Iles(1)  -  Ramses De Kimon(1)[infos]  -  Ranking Dread(3)[infos]  -  Ranking Joe(2)[infos]  -  Ras Amadeüs Bongo(1)  -  Ras Dumisani(2)[infos]  -  Ras Elia Hassou(0)  -  Ras Ly(0)[video]  -  Ras Natty Baby(6)[video]  -  Ras Naya(0)  -  Ras Noël(5)  -  Ras kimono(2)  -  Rasbawa(4)  -  Rass Kwame(1)  -  Rass Shiloh(5)  -  Richie Spice(7)[infos][video]  -  Rico Rodriguez(4)[infos]  -  Rita Marley(6)[infos]  -  Rocky Dawuni(5)[infos]  -  Rod Taylor(2)  -  Rootz Underground(2)  -  Salim Jah Peter(1)  -  Sally Nyundo(0)[video]  -  Salone Ishmael(2)  -  Salone JR(1)  -  Samx(4)  -  Saël(4)[video]  -  Scientist(13)  -  Sean Paul(7)[infos]  -  Selasee Atiase(1)  -  Serges Kassy(3)[video]  -  Seyni & Yéliba(2)  -  Shasha Marley(1)  -  Sistah Mad'Ness(0)  -  Sister Carol(7)[infos][video]  -  Sizzla(36)[infos][video]  -  Sly & Robbie(24)  -  Soumaïla Diarra(0)[infos]  -  Spraggy(1)  -  Steel Pulse(18)[infos]  -  Stephen Marley(3)[video]  -  Taj Weekes(3)  -  Takana Zion(4)[video]  -  Tangara Speed Ghôda(2)[video]  -  Tanya Stephens(5)[infos][video]  -  Tarrus Riley(3)[video]  -  Tatu Clan(1)[video]  -  Teba Shumba(0)[video]  -  Teezy(1)  -  Terry Linen(3)  -  The Abyssinians(11)[infos][video]  -  The Aggrovators(13)  -  The Black Missionaries(0)[video]  -  The Chantells(1)[infos]  -  The Congos(13)[infos]  -  The Ethiopians(11)[infos]  -  The Gladiators(40)  -  The Heptones(16)[infos][video]  -  The Itals(10)[infos]  -  The Mandators(1)  -  The Meditations(9)[infos]  -  The Melodians(5)  -  The Mighty Diamonds(38)  -  The Mighty Three's(1)  -  The Rastafarians(1)[infos]  -  The Royals(2)  -  The Slickers(2)[infos]  -  The Tamlins(8)  -  The Twinkle Brothers(45)  -  The Viceroys(5)  -  The Wailers(11)  -  Third World(18)  -  Tiken Jah Fakoly(12)[infos][video]  -  Tommy McCook(15)[infos]  -  Tommy T(1)  -  Tony Roots(1)  -  Tony Tuff(20)  -  Toots and the Maytals(27)  -  Trinity(6)  -  Triston Parmer(1)  -  Turbulence(11)  -  U Brown(5)  -  U Roy(22)  -  V Santym(0)  -  VIB(1)  -  Vagabond Squad(0)  -  Valley(2)  -  Vickson(0)[video]  -  Waby Spider(3)  -  Wailing Roots(1)  -  Wailing Souls(18)  -  Wailing Souls(10)[video]  -  Wanamah(0)  -  Warrior King(3)  -  Wayne Wade(3)  -  Welton Irie(6)  -  Willie Williams(4)  -  Winston Jarrett(6)  -  Winston Mc Anuff(6)  -  X-MAN(1)  -  Yabby You(9)[infos]  -  Yami Bolo(13)  -  Yaya Yaovi(1)[video]  -  YeahmanC(2)  -  Yellowman(56)[infos][video]  -  Yongy Lorenzo(0)  -  Youss Nassa(0)[video]  -  Zêdess(3)[video]  -  Zed-I(1)  -  Zhou-Mack(1)  -  Ziggy Marley(17)[infos]  -  Zoanet Comes(4)  -  

Compilations

Afro Reggae Party(1)  -  Dancehall Nice Again(3)  -  Fly African Eagle(1)  -  Planete Reggae(1)  -  Raggae Gold(10)  -  Raggae-Kolor(1)  -  Reggae Africa(1)  -  Reggae Meets Africa(1)  -  Reggae Over Africa(1)  -  Sun Splash(0)  -  

Actualité : Artistes et Groupes de Reggae

The High Reeds 'Stand Firm'

Le quatuor The High Reeds a sorti le 7 février son dernier album Stand Firm, un projet à la sauce blue reggae qui leur va si bien. Embarquement immédiat pour un voyage aux sonorités roots rocksteady et même dub ! The High Reed nous a concocté une ouverture groovy à souhait avec le titre éponyme Stand Firm avant de nous permettre de savourer, avec Right Or Wrong, une ambiance plus reggae blue dont ils ont le secret. C'est une ambiance rocksteady qui prend ensuite le relais avec une base orgue, guitare et choeurs masculins délicatement amenée sur le titre Along Your Way. On apprécie ce doux plongeon aux temps glorieux d'UB40 et l'époque Studio One. Un bel hommage aux fondations du genre et preuve que dans ce projet profond et harmonieux peuvent souffler des airs d'antan sans pour autant perdre en modernité et fraîcheur.On se régale déjà depuis trois titres quand on découvre la très belle entrée jazz de Stronger Than Lies offerte par le maîtrisé combo saxo trompette de David Massal et Thomas Leroux. Christophe Rigaud vient ajouter une encore plus grande profondeur à ce décor avec son timbre grave (merci le grain corse) et ses mots inspirants à toujours se relever et rester fort malgré tout. " Up and down but never down / stand up strong ".On enchaine sur All We Need un pur morceau reggae tant dans ses sonorités que dans son fort message. C'est l'association batterie basse et percu de Under The Storm, dans la même veine que Black Tree qui nous accompagne ensuite avant d'être emportés par l'avant dernier titre de cet album : Another Door, une balade acoustique savoureuse.On attribue une mention spéciale à l'agréable surprise concoctée par Pilah (big up) sur la version dub de Under The Storm qui vient clôturer l'album tout en énergies dub steppa. Fort de ses origines variées, la team de The High Reeds a su en tirer le meilleur. Afrique, Corse, Caraïbes et même une touche anglaise se marient ici à merveille pour offrir un voyage sur fond de soul, jazz, reggae, rocksteady, blues et dub. Passionnés tout autant que leur musique est passionnante, The High Reeds ont fait de Stand Firm un album frais qui ne connaît pas de frontières, tout comme son groupe. (webremix.info)


Takana Zion @ New Morning

L'artiste guinéen Takana Zion se produisait en concert au New Morning à Paris le 22 janvier dernier. Cela faisait quelques années que l'on n'avait pas revu le chanteur sur une scène parisienne. Nous avons même eu la chance de nous entretenir avec lui avant le concert, pour parler de son album à venir notamment. Diaporama des plus belles photos de cette soirée avec les images de Philippe Campos : (webremix.info)


Interview Bob Marley avec Francis Dordor

A l'occasion du mois du reggae et de la célébration des 75 ans de la naissance de Bob Marley le 6 février dernier, nous avons voulu nous entretenir avec Francis Dordor, écrivain et journaliste musical français (ex-rédacteur en chef de Best, journaliste aux Inrockuptibles). Dordor a publié plusieurs ouvrages sur la star du reggae, qu'il a été amené à cottoyer à de nombreuses reprises à partir de la fin des années 70. Le dernier en date s'intitule Bob Marley, le dernier prophète, sorti chez GM Editions en septembre 2019. Reggae.fr : Il y a presque dix ans, tu sortais l'ouvrage Bob Marley, destin d'une âme rebelle. On constate que le destin de Bob ne t'a pas quitté puisque tu as sorti en 2019 un nouveau livre intitulé Bob Marley, le dernier prophète. Peux-tu nous dire pourquoi tu as souhaité parler à nouveau du Roi du reggae ?Françis Dordor : Il s'est évidemment passé beaucoup de choses dans le monde entre temps. Tout tient au choix du titre. J'ai choisi ce titre le dernier prophète car je trouvais que ça faisait écho à la réalité globale d'un monde en plein chaos, en pleine transformation. Le dernier album que Bob ait sorti de son vivant s'appelle Uprising. En anglais, ça veut dire " soulèvement " et je suis vraiment frappé par la multiplication des soulèvements ces cinq dernières années à travers la planète. Et en ce moment, il y a une vraie convergence de soulèvements, que ce soit en Amérique du Sud avec le Chili, le Vénézuela, le Moyen-Orient avec l'Irak et le Liban, mais aussi la Chine avec Hong-Kong, la France avec les Gilets Jaunes, l'Afrique avec la Guinée et l'Algérie. Tout ça m'a amené à réfléchir sur ce que Marley envisageait en tant que poète, en tant qu'artiste, par rapport au devenir du monde. Pour moi c'était plus qu'une prophétie qu'il faisait, c'était de l'ordre de la prémonition. Il y avait en lui une forme de sensibilité qui lui permettait d'envisager l'avenir par rapport aux réalités sociales et aux rapports de force à l'intérieur de nos sociétés. Voilà pourquoi j'avais encore des choses à dire sur Bob et pourquoi j'ai choisi ce titre.Tu décris Bob Marley comme l'incarnation de la puissance du métissage, physique et intellectuelle. Est-ce que ce métissage, qui a été en vogue à une certaine période, n'est pas devenu paradoxalement un problème dans le monde actuel ?Peut-être l'est-il de manière ponctuelle, dans certaines régions ou dans certains contextes du fait de certaines tensions. Mais je pense que c'est la marche inéluctable du monde. Edouard Glissant parlait du tout-monde en décrivant un chaos qui découle de la régurgitation de l'Histoire, car l'Histoire a bien tendance à se répéter. A ça s'ajoute la question du repli identitaire évidemment. Le problème des migrants qui arrivent par centaines dans des bateaux va nous pousser - nous Occidentaux - à étudier la question avec plus de hauteur, d'intelligence et de clairvoyance qu'on ne le fait aujourd'hui. "Le 56 Hope Road a été comme une parenthèse enchantée" As-tu fait le constat que Bob Marley en tant que panafricaniste avait toujours été évincé des listes des grandes figures dans les médias occidentaux ?Le problème ici c'est qu'on a du mal à dépasser les clichés quand il s'agit d'artistes qui ne viennent pas du cru. Marley reste associé à la marijuana et aux dreadlocks malgré tout ce qu'il a pu accomplir. Les Occidentaux ne restituent pas au personnage sa véritable valeur et sa véritable dimension. Il y a un énorme travail à faire et c'est aussi un peu l'objet de ce livre. J'essaye de montrer toutes les dimensions de Bob Marley, y compris celles de sa vie personnelle. Il n'était pas sans défauts, il a eu une vie extrêmement tourmentée. Je parle aussi de sa dimension universaliste que peu d'artistes possèdent. C'est important d'insister là-dessus. C'est un travail de pédagogie. Comment expliques-tu que Bob Marley ait réussi à dépasser son propre style musical, à tel point qu'aujourd'hui il vende plus d'albums à lui tout seul que tous les artistes reggae réunis ?Il avait un talent exceptionnel. Du génie sans doute, mais surtout une capacité de travail et de remise en cause. Il a quand même mis une bonne dizaine d'années avant de percer à l'internationale. etCcedil;a n'est pas venu comme ça. Il n'a d'ailleurs pas été tout seul à accomplir ça. Ses rencontres avec Lee Perry en tant que producteur musical et avec Chris Blackwell en tant que promoteur ont été déterminantes. Mais effectivement, c'est un poète extraordinaire, capable de décrire une situation en trois minutes avec une justesse incroyable. Comment en est-il arrivé à devenir quasiment la seule figure capable d'incarner le reggae à ce point ? Je ne sais pas s'il y a d'autre explication que celle de son talent à part peut-être la remise dans le contexte : la Jamaïque, c'est une île grande comme la Corse avec 3 millions d'habitants. Qu'il y ait déjà ne serait-ce qu'un bonhomme qui ait réussi cet exploit de faire connaître et reconnaître son pays à ce point, c'est pas mal. Avant Marley, la Jamaïque n'existait qu'à travers le rhum et les romans de Ian Flemming avec James Bond. Moi, ma fascination pour Bob Marley vient du fait qu'il soit parvenu à raconter une histoire ; celle de la déportation et de la traite négrière qui concerne quand même entre 15 et 18 millions d'individus et qui a changé considérablement le monde, culturellement, économiquement et à tout point de vue. Pour ma part, il m'a fait découvrir un pan de l'Histoire qui m'était clairement caché. Je regrette aujourd'hui que Bob Marley ne soit pas enseigné dans les écoles et dans les Universités.Tu l'as dit, Bob Marley était un gros bosseur. Je pense qu'il avait en lui cette volonté et cet état d'esprit 'prêt à tout', quitte parfois à embrasser la maxime 'la fin justifie les moyens', pour que son message soit accessible au plus grand nombre. Surtout par rapport à Bunny et Peter, Bob semble celui qui voulait arriver à faire entendre ses idées au niveau mondial. Son ambition a effectivement permis au reggae et au rastafarisme de dépasser les limites géographiques et ethniques dans lesquelles ils étaient enfermés. Mais je ne crois pas que ça n'a été que de la stratégie. Il y a eu bien setucirc;r beaucoup de stratégie et de marketing, mis en place par Chris Blackwell et Island Records notamment, pour permettre cette propagation internationale, mais je pense que la dimension artistique de Marley y est aussi pour beaucoup. Quand on le compare à ces compères des Wailers, on se rend compte que Bunny Wailer était un artiste très spirituel, quasi religieux / son album Blackheart Man est d'ailleurs un chef d'oeuvre absolu du genre / et que Peter Tosh était plutôt une figure révolutionnaire. Mais ces deux-là n'ont aucune chanson d'amour dans leur répertoire. Bob Marley a toutes les cordes à son arc. Il fait des chansons d'amour extraordinaires, des chansons révolutionnaires aux message extrêmement forts, il met en scène des personnages pour raconter des histoires. Voilà sa différence avec les deux autres et voilà pourquoi, selon moi, il a été amené à prendre plusieurs longueurs d'avance. "Bob était devenu un enjeu politique, économique, culturel beaucoup trop important pour une petite île comme la Jamaïque." Le mysticisme de Bob est souvent absent de ses nombreuses biographies. Au-delà de son rapport à la ganja bien setucirc;r. On parle rarement de sa connexion avec un être supérieur, de son rapport quasi vaudou avec la vie. Pourquoi selon toi ?Je pense que c'est parce qu'on a souvent tendance à confondre religion et mysticisme. Ce sont deux concepts qui peuvent s'interpénétrer mais qui sont différents. Le mysticisme c'est un rapport avec les éléments naturels, avec quelque chose qui n'est pas forcément de l'ordre du culte. etCcedil;a, c'est fondateur dans la sensibilité de Bob Marley et donc forcément dans sa façon de s'exprimer. Une chanson comme Natural Mystic dit tout, tout en restant indécriptable. Il fait son auto-portrait dans cette chanson. Il parle de son rapport très sensoriel à la nature. Il est en rapport fusionnel avec les éléments et ça, ça vient de son enfance ; il a grandi à la campagne, son grand-père était un chef de village très imprégné des cultes africains comme l'obeah qui est une forme de vaudou. On écarte aussi souvent son côté rude-boy n'est-ce pas ? Alors qu'une grande partie de sa discographie fait référence à ses expériences et ses origines de sufferers.Ce que j'explique dans le bouquin c'est que pour moi, Bob est à la fois un voyou et un saint. Il s'est sorti de la rue, parfois avec une certaine violence, et en même temps il fait la promotion d'une certaine forme de vertu suprême qui est celle de la fusion avec une divinité. Il a voulu donner à sa propre trajectoire une forme de rédemption. Je pense que Redemption Song l'explique. Il parle de ceux qui ont été emmenés dans les cales des bateaux à travers l'Océan Atlantique et que l'on a cessé de considérer comme des être humains. Bob considère que la traite négrière est le point de départ de son histoire. Il part de là et il en arrive à devenir un être magnifié, grandi. Il se considère comme quelqu'un qui a regagné sa dignité sans crier vengeance et sans se positionner comme victime. D'où la dimension forte, puissante et universelle de son message. "Avant Marley, la Jamaïque n'existait qu'à travers le rhum et les romans de Ian Flemming avec James Bond." La maison de Bob Marley, au 56 Hope Road à Kingston, était un lieu où il y avait beaucoup de passage. Les gens du ghetto, les musiciens, les journalistes, les stars internationales, les fans... Bob avait la réputation d'accueillir tout le monde assez facilement pour discuter. Penses-tu qu'à l'époque il s'agissait d'un lieu d'avant-garde intellectuelle ?Ce qui est setucirc;r c'est que ça a été un lieu improbable compte tenu de l'histoire de la Jamaïque et des tensions qui régnaient sur l'île à cette époque-là. Je suis allé au 56 Hope Road pour la première fois en 1978. C'était mon premier voyage en Jamaïque et je résidais dans un hôtel à New Kingston à quelques centaines de mètres de la maison de Bob. Je passais régulièrement chez lui, mais il n'était pas là. Je l'ai rencontré plus tard lors de mes voyages suivants et il a même fini par m'y accueillir lui-même - non comme un ami, mais plus comme une connaissance. C'est vrai que ce lieu était incroyable. Il y avait des dizaines de vendeurs à la sauvette de jus de fruits, de dumplings, de beignets, mais il y avait aussi des top models, j'y ai croisé les Clash qui venaient de Londres juste pour s'imprégner de l'atmosphère. Le 56 Hope Road a été comme une parenthèse enchantée, même si moi je l'ai connu après l'attentat sur Bob en 1976. C'était très surveillé. Il n'y avait pas d'homme armé devant la propriété, mais je suppose quand même qu'il y avait des armes quelque part dans la maison, car après ce qui s'était passé, c'était impensable que ça reste comme avant, à l'époque où Lee Jaffe y était.Lee Jaffe dit justement qu'il en a vu des armes là-bas...Oui, parce que c'était le contexte de la Jamaïque de l'époque. Et Bob était entouré de Frozer, de Tek Life, des mecs du ghetto qui étaient là pour assurer sa sécurité. Bob était devenu un enjeu politique, économique, culturel beaucoup trop important pour une petite île comme la Jamaïque. Symboliquement, il était trop puissant. Ce qui lui est arrivé en 1976 était inéluctable. Dieu merci, il en est réchappé et il a pu continué sa trajectoire artistique pendant encore quatre ou cinq ans. La dernière fois que je suis allé au 56 Hope Road du vivant de Marley c'était en 1980 et le drapeau du Zimbabwe flottait sur la maison. C'était au moment où il revenait de la cérémonie d'indépendance à laquelle il avait été invité à Harare. J'y suis retourné des années après sa mort pour constater le désastre de ce qu'était devenu sa demeure, c'est-à-dire un musée, une marchandisation à outrance de son image. Je me souviens de cette perruque de dreadlocks vendue 25$, j'en ai eu la nausée. Cette époque dont j'ai été témoin reste pour moi une véritable parenthèse enchantée car en tant que jeune journaliste naïf que j'étais, j'ai vraiment cru que la musique et la culture allaient pouvoir changer les choses. J'en fais amende honorable aujourd'hui malheureusement.Comment expliques-tu qu'en 2019, le reggae soit autant marginalisé ?Aujourd'hui, on est dans une phase de marchandisation, de commercialisation, de marketing absolu. A la fin des années 70, quand on a assisté à l'explosion du reggae et du punk en Angleterre, c'était véritablement la rue qui prenait le pouvoir en matière de musique et les maisons de disques ne s'y attendaient pas. Aujourd'hui évidemment c'est différent. On est dans une époque plus féroce d'un point de vue économique. Mais internet rend aussi les choses plus ouvertes, ce qui fait que tout n'est peut-être pas définitif. Le reggae subit une marginalisation parce que cette valeur universelle que portait Marley, aujourd'hui elle est en régression. On le voit à travers l'état de nos démocraties qui sont attaquées de toute part par ceux qui revendiquent une identité immuable et qui veulent revenir aux temps anciens. Make America Great Again, le Brexit, tous ces replis ne sont pas propices à la diffusion et l'épanouissement d'une musique qui est clairement ouverte sur le monde. Le reggae n'est pas une musique de vengeance qui refait l'histoire. C'est une musique qui évoque l'histoire avec une dynamique qui vise à dépasser le rapport hiérarchique ethnique et économique. Ne plus diviser les dominés et les dominants, c'est quelque chose qui est absolument inaudible aujourd'hui. Mais je crois en la puissance des cycles, sinon ce que j'écris aujourd'hui serait lettre morte. Je pense qu'il faut continuer à entretenir cette petite flamme et porter ce message. Certes, on est au creux d'un cycle, mais pour moi la fonction même de la culture c'est d'entraîner les gens vers quelque chose de supérieur à eux-mêmes. Et ça, ça a toujours sa raison d'être. (webremix.info)


Bob Marley : la playlist

On continue de célébrer le Mois du Reggae sur Reggae.fr avec aujourd'hui un hommage à Bob Marley. Le Roi du reggae aurait eu 75 ans ce jour. Pour fêter ce jubilé de diamant, on vous propose donc nos 10 morceaux incontournables à faire tourner en boucle toute la journée ! Judge NotUn ska terriblement entraînant à l'intro tonitruante marquée par une flute perçante. Le tout jeune Marley y chante d'une voix jeune et éraillée les méfaits du jugement. "Ne me juge pas avant de te juger toi-même" martèle-t-il d'un ton moralisateur. Sans doute une réaction aux stigmates qu'il porte detucirc;s à sa couleur de peau trop noire pour certains, trop blanche pour les autres. Une partie des paroles se retrouveront d'ailleurs dans les choeurs de son futur hit Could You Be Loved ("The road of life is rocky and you may stumble too. So while you point your fingers someone else is judging you")One Cup of CoffeeLa face B de Judge Not. C'est Derrick Morgan et Jimmy Cliff qui repèrent le jeune artiste et le présentent à Leslie Kong, patron du label Beverley's Records. Dès son entrèe en studio, il enregistre Judge Not et One Cup of Coffee en solo qui seront crédités à Robert Marley sur son tout premier 45T. Le début d'une longue histoire...Selassie Is the ChapelCe titre de 1968 compte parmi les plus marquants de la carrière de Bob. La chanson est d'un mysticisme rare. On y ressent la foi grandissante de Marley. Selassie incarne le pouvoir, la délivrance, le refuge... C'est lui le "Pouvoir de la Trinité", le "Lion Conquérant de la Tribu de Judah", le "Roi des Rois". Tout est dit dans ce titre qui s'apparente plus à une prière qu'à une simple chanson. Laissez-vous emporter par les choeurs envoetucirc;tants et le rythme lancinant des tambours nyabinghi qui résonnent comme un appel auquel on ne peut résister.Fussing and FightingLes Wailers sont encore unifiés quand ils enregistrent ce titre avec Lee 'Scratch' Perry en 1971. Le message à la fois naïf et évident incarne cette volonté de propager la paix partagée par l'ensemble des artistes reggae. On commence à percevoir le son abyssal de Perry qui caractérisera plus tard le Black Ark Studio. La qualité sonore n'est pas vraiment au rendez-vous, mais on ressent toute l'intensité que cette session devait dégager avec les mélodies cuivrées, les harmonies rythmées et les envolées lyriques du Tuff Gong. Magistral !Slave DriverQuand Chris Blackwell entend les paroles de Slave Driver, il a trouvé le titre qu'il allait donner à son premier album produit pour Bob Marley et The Wailers. L'opus Catch A Fire allait marquer l'histoire de la musique car il s'agissait du premier disque de reggae taillé pour le marché international avec des teintes de rock, blues et funk. Il préfigurait également une longue et fructueuse collaboration entre Marley et Blackwell, le boss du label Island. Lors de sa sortie initiale, Catch A Fire présentait une pochette articulée sous forme de zippo avant d'être réédité plus tard avec une photo de Bob fumant un gros spliff. Autant d'éléments plus ou moins anecdotiques qui font de cet album une pierre angulaire de l'histoire de la musique jamaïcaine.No Woman No CryCe tube interplanétaire figure sur l'album Natty Dread de 1975, le premier à être crédité "Bob Marley et The Wailers" à la suite du départ de Bunny Wailer et Peter Tosh. C'est le début d'une ascension fulgurante pour Bob. La chanson témoigne avec nostalgie de l'époque où Bob et Rita commençait à se fréquenter. Elle est créditée au nom de Vincent Tata Ford, un elder rasta, mentor de Bob Marley, décédé en 2008. Mais Bob lui-même a avoué qu'il en était le véritable auteur. Ford aurait été crédité pour lui assurer des revenus financiers ou pour éviter à Marley de reverser ses propres droits d'auteur. Roots Rock ReggaeLa définition même du reggae sur le dernier album de Bob réalisé en Jamaïque, Rastaman Vibration. Roots Rock Reggae fait aussi partie des quelques titres crédités à Vincent Tata Ford et même s'il n'incarne pas le militantisme légendaire de Marley, il matérialise le son inimitable des Wailers. WarLe 4 octobre 1963, Haïlé Sélassié prononçait un discours devant l'assemblée générale des Nations Unies. Le fameux discours était repris dans la chanson War par Bob Marley sur l'album Rastaman Vibration, sorti en 1976. Un morceau chargé d'histoire de par son message de paix servi par des mots puissants et évocateurs, écrits par Lorenzo Tazaz, l'un des principaux auteurs des discours de l'Empereur éthiopien.Punky Reggae PartyBien qu'il n'ait jamais figuré sur aucun de ses albums studios, Punky Reggae Party reste l'un des titres les plus marquants de la discographie du Gong. Sorti en 1977 sur la Face B du single Jamming, le tune rend compte d'un phénomène dont Bob est témoin lors de son séjour en Angleterre entre fin 76 et début 78 : l'embrassement du reggae par les punks britanniques. Marley cite même dans ses paroles des noms de groupes qui incarnaient ce lien entre punk rock et reggae comme The Clash, The Damned et The Jam. Redemption SongLa dernière chanson du dernier album de Bob Marley sorti de son vivant, Uprising. Simplement accompagnée d'une guitare, la voix de Bob transmet comme un héritage avec ces paroles imagées mais pleines de sens. Enregistré à la base avec le groupe, la version finale sera finalement acoustique. Plusieurs personnes prétendent avoir soufflé cette idée à l'oreille de Bob Marley qui aurait a priori mis du temps avant d'accepter. A l'écoute du rendu final, on ne peut que le féliciter d'avoir suivi les conseils de son entourage. L'émotion transmise dans ce morceau apparaît comme une sorte d'adieu dont on ne se lassera jamais... (webremix.info)


Mortimer - Fight The Fight

On vous fait découvrir les singles de Mortimer depuis plusieurs mois (notamment dans notre Reggae Wintape 2019), mais le jeune chanteur n'avait pas encore sorti de projet plus abouti. C'est chose faite avec l'Ep Fight The Fight, sorti sur le label américain Easy Star Records. Le prodige roots jamaïcain de 25 ans y livre 6 titres à l'image de son talent : doux, down tempo, spirituels et particulièrement entêtants. La patte de Winta James (producteur de Protoje notamment) se fait sentir sur des riddims à couper le souffle qui - sans rien enlever à la force du reggae roots - apportent une touche de modernité très séduisante. Le titre éponyme Fight The Fight est directement inspiré de Bob Marley et The Wailers (!), un refrain et des choeurs qui vous restent en tête des heures, un condensé de l'engagement social et rasta du chanteur. Style et Grace est plus tourné vers un style RNB / lovers' rock, en hommage à sa femme, un titre sensuel à souhait. Et que dire de cette guitare acoustique enivrante sur le morceau one drop Misery ? Une véritable tuerie. No Lies - posé sur le riddim de Boot Noon figurant sur l'album A Matter of Time de Protoje - porte des influences hip hop qui auraient tout à fait pu correspondre au style de Damian Marley ... puissant. L'Ep contient également deux titres déjà sortis dans les mois passés, mais dont on ne se lasse absolument : Careful et Lightning, que l'on vous invite à découvrir ou redécouvrir.Fight The Fight est un véritable bijou. Mortimer n'a certainement pas dit son dernier mot et qui sait, peut-être aura t-on la chance de voir l'artiste en live cet été sur nos terres !? A suivre !Tracklist :1. Careful2. Lightning3. Misery4. Fight The Fight5. Style et Grace6. No LiesPlus d'infos : https://lightning.mortimerofficial.com/ (webremix.info)


Al Campbell @ New Morning

Comme tous les ans, l'un des premiers concerts de l'année à Paris se tient au New Morning à l'initiative de Mami Wata et ses fidèles partenaires pour célébrer le Nouvel An éthiopien. En 2020, c'est Al Campbell qui a ouvert les hostilités le 11 janvier dans la salle parisienne intimiste et chaleureuse. Le chanteur jamaïcain était précédé de Romeo K and the Mystik Warriors et de Selecta Kty au warm-up. De quoi commencer 2020 sur une note roots !Diaporama des plus belles photos de Valie DM : (webremix.info)


Bazil - Grow

Bazil est un nom qui commence à parler aux amateurs de reggae avec plusieurs sorties remarquées ces dernières années dont l'album East to the West salué par la critique en 2018. Adepte d'un style bien à lui fait de crossovers entre reggae et hip hop, il puise son inspiration dans de nombreux autres courants musicaux. Le chanteur nous revenait il y a quelques semaines avec un nouvel opus : Grow, qu'on ne pouvait laisser passer sans vous en parler plus amplement.Again, le premier morceau de l'album nous fait pénétrer dans un univers aux sonorités très actuelles et où reggae, dancehall, hip hop, trap et vapor se marient à merveille et sur lequel on redécouvre avec plaisir le flow toujours aussi efficace de Bazil. On découvre ensuite Sweet So, un riddim entre roots et soul music sur lequel les notes de pianos jazzy viennent donner la réplique au chanteur. Deux invités viennent épauler Bazil, d'abord Naaman sur Downtown, un morceau très dancehall sur lequel les deux frenchies vont s'en donner à coeur joie, puis Natty Congo sur Paris To Moris. Bazil continue à jongler entre les styles tout au long de ce nouvel opus, nous offrant par exemple des morceaux très dancehall comme Grow, No Freddy, ou encore The Crown et son riddim hyper dansant inna lover style. Certains titres sont plus vapor, comme Worry Bout avec son instru planante et ses basses démesurées, ou encore Safe Travel dans un style beaucoup plus doux. On a aussi doit à une bonne dose de new roots (Fire Dance, Good Light); de roots avec Young Star au riddim profond et truffé d'effets; et même à une petite touche de ska remis au gout du jour avec Style Up et à chaque fois, le flow de Bazil fait mouche. Pour clôturer cet album c'est un remix de Girl From the Ghetto (extrait de l' EP High on Music) qui nous est proposé en guise de bonus. Avec Grow, Bazil ajoute une très jolie ligne de plus à sa discographie, un album où il passe d'un style à l'autre avec une facilité déconcertante grâce à un flow toujours aussi efficace, bien aidé par des productions à la mesure de son talent. Tracklist : 1.Again 2.Sweet so 3.Downtown Ft Naaman 4.The Crown5.Style Up6.Paris to Moris Ft Natty Congo7.Worry bout 8.Safe travel9.Grow10.Fire dance 11.Young Star12.No freddy 13.Good Light 14.Girl from the ghetto (remix) (webremix.info)


General Tchefary - Jah Is Love

Après Il est temps, son précèdent album sorti en 2013, Ibrahim Touré alias General Tchefary revient avec un troisième opus révolté mais plein d'amour comme en témoigne son titre, Jah Is Love. Composé de 13 morceaux, il est disponible depuis le 9 novembre dernier. Il s'agit d'un album universel dans ses thématiques comme dans sa production conçue entre les USA, pays de résidence de l'artiste, le Portugal, un mixage made in Jamaica, une masteurisation Espagnole, et sans oublier l'aide indispensable du Dmb Studio d'Abidjan (Côte d'Ivoire). C'est une dominance roots reggae qui émane globalement de cette dernière production de General Tchefary. Guitare, djembé et cuivres est le combo omniprésent sans oublier les choeurs féminins d'une grande douceur dans les titres Jah Is Love et Rien n'a changé. Le projet est aussi agrémenté de surprises sonores comme la douce mélodie d'un violon dans Lombaye, d'une belle identité africaine avec le Balafon et nyabinghi mêlés aux cuivres sur les morceaux Touba et Beyatafo. On se laisse envouter par un petit effet country dépaysant sur Will You Love Me Tomorrow (feat. Brandie). etAgrave; noter également la belle douceur synthétique sur Be Myself (feat. Kumar, l'ancien chanteur lead du groupe jamaïcain Raging Fyah) et la guitare électrique sur I wish apportant un côté rock des nineties.Le pari de General Tchefary : mettre à l'honneur les problématiques du peuple africain depuis trop longtemps opprimé tout en évoquant d'autres pensées plus universelles. Il parle de l'amour infini et inépuisable d'une mère dans Nemaman. Avec Welcome to America il défit la métropolisation et dépeint l'autre facette du rêve américain. Touba et FCFA = sous-développement font de lui le fier porteur du flambeau d'un peuple africain qui aspire à se libérer de ses chaines modernes. On ressent fortement cette lutte anti-colonialiste, ce besoin d'émancipation du peuple noir dans les textes du chanteur, qui mène la bataille avec la plus belle arme qu'il soit : une musique chaleureuse héritière des sonorités ivoiriennes ancestrales remises au goetucirc;t du jour et à la sauce reggae. Jah Is love est un projet militant pointant du doigt, en français, anglais et dans la langue natale de General Tchefary, les choses à changer aux quatre coins du monde. Un album que certains dirigeants devraient écouter pour prendre leurs nouvelles résolutions de l'année. www.generaltchefary.com (webremix.info)


Positink - Premier EP

Positink ! Les ambitions de ce groupe qui fait son apparition dans le paysage reggae français est clair : mettre en avant la pensée et la réflexion positives. Le groupe auxerrois est composé de 4 membres, dont Junior John le chanteur lead et vient de sortir son premier EP. Constitué de 5 titres, il est un parfait mélange de reggae, ska, blues et funk. Le titre Bam Boom Bang, dont le clip a été tourné au village d'artistes de La Poèterie dans le 89, en est une belle introduction, où le chanteur, dans un style DJ et avec des paroles plutôt décontractées, illustre un riddim rub a dub qui se fond peu à peu en un bon ska, un titre festif et positif. Le morceau Divisés dénonce le manque d'humanité de notre société sur un rythme plus lent, aux sonorités dub. Etre libre est quant à lui délivré sur un riddim roots reggae et critique l'esclavage moderne. Motivé, dans la même veine, est également très engagé en faveur d'une vie plus authentique et moins soumise à Babylon. Le groupe dépeint enfin les soucis du quotidien sur Réveil tôt. En bref, un EP très proche du peuple et qui fait largement écho au contexte social difficile de notre société, tout en se voulant positif et encourageant. On soutient !www.facebook.com/positink (webremix.info)


Rud Lion - Une légende urbaine

Le nom de Rud Lion fait partie de la légende urbaine du rap et du reggae français. Les plus jeunes ne peuvent se rappeler qu'à l'origine, ces deux styles de musique étaient extrêmement liés (pour preuve la tracklist de la première compilation de rap français comportait des titres de Tonton David, Sai Sai, Daddy Yod), ils n'ont donc probablement jamais entendu le surnom de Marc Gillas. Et pourtant... Sa vie est un film, son destin le mène d'Expression Direk à La Haine, des tours de Vitry à Pigalle la nuit, de Tonton David à Alain Bashung, du clash Nuttea / Daddy Yod aux milieux alternatifs de Paname. Tour à tour voyou, séducteur, producteur, musicien autodidacte, dealer, fêtard, mauvais garçon, mais avant tout homme de son temps, de son art, de son quartier, Rud Lion respire le bitume et l'asphalte. Son histoire est celle de l'underground parisien. Plongée dans l'histoire de sa vie en notre compagnie et celle de Raphaeteuml;l Malkin qui vient de sortir un excellent ouvrage (Le Rugissant aux éditions Marchially) retraçant le destin de Kemar.Reggae.fr : Comment Rud Lion est-il rentré dans ta vie ?R.M. : Il y a 4 ou 5 ans, j'étais rédacteur en chef d'un magazine qui s'appelle Snatch et je me suis retrouvé à écrire beaucoup sur la musique. J'ai interviewé tout un tas d'artistes et de producteurs pour divers sujets et le nom de Rud Lion revenait très régulièrement sans que je ne cherche à m'y intéresser. J'avais l'impression que tout le monde avait une anecdote à son propos et ces anecdotes racontaient toujours quelque chose d'important pour ceux qui me les confiaient. Je me suis demandé qui était ce type et en creusant un petit peu, je me suis rendu compte qu'il n'y avait pas grand-chose sur internet. On comprend quand même vite qu'il a gravité dans le milieu du reggae et du hip-hop et il y a cette mort brutale qui rajoute au mystère qui entoure ce personnage. Donc je me suis mis à fouiller un peu, à en parler autour de moi et il se trouve que j'ai quelqu'un dans mon entourage qui le connaissait très bien. C'est Papalu du groupe NTM qui a grandi à Vitry avec Marc. Il le connaissait pour des trucs qui n'avaient rien à voir avec la musique et à force de me parler de lui, il a fini de me convaincre qu'il y avait bien quelque chose à dire sur lui. Et c'est tombé à un moment de ma vie où j'avais envie d'écrire un deuxième livre. Je me suis vite aperçu qu'il y avait suffisamment de matière pour parler d'un personnage, d'une histoire et d'une vie, mais aussi pour parler d'une génération, d'une ville, d'un genre musical ; en fait, il y en avait assez pour écrire un livre plus qu'un article.Tu as une façon d'écrire assez particulière. Tu es dans une narration presque romanesque n'est-ce pas ?Ce n'est ni un bouquin de critique musical, ni de journaliste. Ce n'est pas une succession d'anecdotes et ce n'est pas non plus la dissection d'un mouvement musical dans une époque donnée, c'est plutôt le récit d'une vie. C'est vrai que c'est écrit comme si c'était un roman. Je m'appuie sur un courant qui s'appelle le nouveau journalisme, la non fiction américaine. Les ténors Tom Wolfe ou Joseph Mitchell sont mes légendes à moi. Je suis venu au journalisme grâce à ces types-là et utiliser les techniques du roman pour mettre en scène des histoires vraies est ce qui me passionne le plus. C'est le parti pris de ce livre. Il est raconté au présent, sans citation, parce que je voulais vraiment que le lecteur s'immerge dans une histoire et s'imagine un truc dont il ne sait plus si c'est réel ou pas. Comme tu n'as pas connu l'époque, ni les lieux et les personnes dont tu parles, comment as-tu fait pour créer cette ambiance romanesque ?J'ai interviewé 93 personnes dont certaines plusieurs fois. Chaque personne devait me raconter ses souvenirs de Rud Lion et je leur demandais aussi de me raconter leurs vies personnelles à eux. Je leur demandais de me décrire le décor de leur vie. Il fallait que je comprenne le quotidien de ces gens, que je saisisse les visages des gens dont on me parlait. J'avais aussi besoin de connaître la forme des bâtiments dont on me parlait donc je demandais aux gens de me faire des dessins ou de me ramener des vieilles photos. J'avais besoin de ça pour parler de Vitry. J'ai aussi passé beaucoup de temps là-bas, je me suis assis sur des bancs, j'ai pris en note la forme des balcons, la façon dont les gens se déplaçaient pour m'imprégner de cette ambiance et pouvoir la retranscrire. C'est pour ça que les descriptions spatiales et physiques sont très importantes dans le livre. Pendant mes interviews, je posais des questions extrêmement précises pour pouvoir me plonger dans un univers que je ne connaissais pas. Rud Lion était un personnage qui ne faisait pas forcément l'unanimité. Comment as-tu pu raconter son histoire de manière objective ?Ce qui est certain à propos de Marc aka Rud Lion, c'est qu'il a une part extrêmement sombre. On le connaît d'abord pour avoir été quelqu'un de violent, de terrible. J'ai voulu bien setucirc;r garder ça comme une vérité mais en évitant d'énumérer tout un tas d'anecdotes qui ne décrivaient que ce côté-là. Il avait aussi une part solaire et créative, une part artistique. L'enjeu était de trouver la bonne formule pour mettre tout ça à peu près au même niveau et faire comprendre que ce personnage était entier dans le bon sens ou dans le mauvais sens. Je ne voulais pas le dépeindre uniquement comme quelqu'un de mauvais car il n'était pas que ça, même si c'est surtout ce dont les gens se souviennent de lui. Quand j'ai travaillé sur ce livre, j'ai eu à la fois de la tendresse et de l'aversion envers Rud Lion et je voulais que le lecteur ressente ça aussi, car même s'il était quelqu'un de terrible, il a été un leader pour beaucoup de monde et il avait vraiment une force et une brillance qui en ont séduit plus d'un.As-tu eu à faire à des coups de pression sur des histoires que tu as voulu raconter ?On m'a mis en garde au début, avant même que je ne commence ma série d'entretiens. Certaines personnes ont essayé de me dissuader, pas en me mettant des coups de pression, mais simplement parce qu'ils pensaient vraiment que c'était compliqué et que ça pouvait peut-être m'attirer des ennuis. Il y en a aussi qui n'ont pas voulu me parler parce qu'ils ne voulaient pas être mêlés à ça. Mais je n'avais pas une démarche purement journalistique où j'aurais pu ne pas me soucier de ce pensaient les gens que je rencontrais. Je voulais faire ça en bonne intelligence parce qu'on parle de quelqu'un de mort et j'avais besoin que tout le monde collabore à ce projet donc je me suis engagé à faire relire le manuscrit à ses frères avant que ça sorte pour être setucirc;r que je ne dise pas de bêtise là où il ne fallait surtout pas en dire.C'est plutôt courageux de la part de la famille d'avoir laissé paraître un livre qui commence sur une histoire de viol collectif dans lequel leur frère est impliqué !Les frères de Marc l'aiment d'un amour fraternel bien setucirc;r, mais ils sont aussi très lucides quant à sa part d'ombre et ils le jugent tout aussi durement que si c'était un membre extérieur à leur famille. Après, concernant cette histoire d'appartement qui sert de repère pour des tournantes, il faut aussi relativiser les choses. Même si Marc était dans le coup, il n'était pas du tout leader. etCcedil;a se passait chez lui, mais il était le plus jeune de la bande et sans vouloir l'excuser, j'ai décelé chez lui une attitude de suiveur qui voulait plaire aux plus grands. Il s'est retrouvé pris dans cette affaire qui ressemblait un peu à un rite initiatique, une sorte de fuite collective dont c'était très dur de se défaire quand on a énormément de choses à prouver, ce qui était son cas.Quelle a été ta plus grande difficulté dans l'écriture ?C'était la mise en scène, le travail de fond. Je voulais que ça soit très atmosphérique, que l'on ressente ce que les gens pouvaient penser face à des enjeux de vie. Se mettre dans la tête des gens et le raconter comme dans un roman c'est très dur quand on est journaliste et qu'on n'a pas l'habitude d'écrire comme ça. A la fin du livre, on se dit que ça ferait un super film. Est-ce que ça t'a traversé l'esprit ?Ce n'est pas mon ambition et ça ne l'a jamais été. Je suis journaliste et j'écris des livres. Je préfère rester à ma place. Mais il y a d'autres gens qui ont des idées à ce sujet bien setucirc;r et pourquoi pas ? Dans le livre, tu parles bien setucirc;r de la paternité de Ma petite entreprise d'Alain Bashung revendiquée par Rud Lion. Est-ce que tu étais au courant de cette histoire avant de te lancer dans le livre ?J'avais entendu des histoires, mais ça restait au stade de rumeur pour moi. Je ne savais pas ce qui était vrai et ce qui ne l'était pas. J'ai detucirc; fournir un vrai travail journalistique pour démêler le vrai du faux. J'ai abordé ce sujet avec les 93 personnes que j'ai interviewées et j'ai eu plein de versions différentes. C'est en recoupant tous les témoignages que j'ai compris ce qui s'était vraiment passé, mais ça a été une enquête dans l'enquête.La façon dont tu traites la ville est très intéressante. On a l'impression que plus qu'une toile de fond, tu as voulu en faire un acteur à part entière de l'histoire.Complètement. La ville, les immeubles, l'atmosphère dans les halls et sur les toits, les ombres, les façades et toute la tension imposée aux personnages de par cette présence m'intéressent beaucoup. Je voulais essayer de faire comprendre cette relation entre le dur du béton et le dur des corps des gens qui y vivent. Tu abordes aussi les problèmes de drogue de Rud Lion à une époque particulière. A quel point était-ce compliqué d'aborder ce sujet ?C'est extrêmement compliqué. Il faut d'abord arriver à saisir le rapport très personnel qu'une personne peut entretenir avec son addiction. Et sans lui parler, c'est dur de comprendre. Et c'est vrai qu'il y a tout un contexte pas évident parce qu'on joue sur des mécanismes psychologiques qui ne sont jamais totalement compréhensibles y compris pour la personne qui le vit.Tu décris très bien le mécanisme d'autodestruction du personnage. On comprend qu'il est très talentueux pour la musique et qu'il a tout pour réussir, mais on le voit souvent retomber dans des histoires de business pas nettes. Comment as-tu appréhendé cette dimension de Rud Lion ?C'est très dur parce que c'est très différent de ce que je suis moi. Il faut essayer de comprendre ce qui pouvait l'animer donc il a fallu poser mille questions à tous ceux qui l'ont vraiment connu pour essayer de saisir un tout petit peu de ce qu'il était véritablement. Le livre parle évidemment beaucoup de musique. Est-ce que tu t'es replongé dans certains morceaux de l'époque et qu'est-ce que ça a fait surgir en toi à ce moment-là ?De manière paradoxale, j'ai écrit tout ce livre en écoutant des choses qui n'avaient rien à voir avec le sujet. Beaucoup de musique classique et de jazz, du rap d'aujourd'hui qui n'a rien à voir avec le rap de l'époque musicalement et textuellement. J'avais besoin de retrouver des humeurs qui ne correspondaient pas totalement à ce que j'écrivais. J'avais une idée précise de la couleur que je voulais avoir dans les oreilles et ce n'était pas celle sur laquelle j'écrivais. Peut-être que j'avais besoin d'une sorte de distance. En écrivant sur le rap des années 90, j'ai eu l'impression d'avoir à faire à quelque chose de complètement oublié, comme un monde perdu, enfoui sous des tonnes de gravas d'autres choses. En se replongeant là-dedans, on a l'impression d'être emporté dans une espèce de tourbillon de l'histoire et de revenir, non pas vingt ans en arrière, mais mille siècles en arrière ! La musique de cette période-là me paraît très poussiéreuse. C'est peut-être parce qu'elle n'intéresse que très peu de monde aujourd'hui.Et en te plongeant dans cette époque, est-ce que ça t'a donné envie d'aller un peu plus loin, de découvrir d'autres personnalités, de raconter d'autres destins ?Non, pour moi j'ai fermé une boîte. J'ai dit ce que j'avais à dire à propos de ce personnage, de cette époque et de cette musique. De toute façon, j'arrive à un moment où je n'ai plus trop envie de parler de musique. J'y reviendrais peut-être si j'ai un coup de coeur, mais là j'ai plutôt envie de parler d'autre chose qui n'a rien à voir avec la musique. Je vais rester dans le courant journalistique de la non fiction, mais ça se passera cette fois dans le Mississippi et il n'y aura aucun lien avec le reggae, le hip hop ou la musique en général. Info : Le Rugissant Raphaeteuml;l Malkin250 pages 20 eurosISBN : 979-10-95582-43-4Editions Marchialy (webremix.info)


Tiken Jah Fakoly @ La Réunion

Tiken Jah tourne partout ! Et Reggae.fr aussi ! Après vous avoir fait vivre ses concerts de Paris et Abidjan, voici un reportage sur la venue de l'artiste à La Réunion en décembre, signé Franck Blanquin.Pour celui qui n'a jamais assisté à un concert à la Ravine (Saint-Leu, Ile de la Réunion), il faut s'imaginer un lieu emprunt de mysticisme, qui donne un caractère particulier aux concerts qui s'y déroulent. En ce soir de décembre c'est Tiken Jah Fakoly qui est attendu en tête d'affiche.Pas moins de 3 artistes sont en première partie, le premier à monter sur scène est réunionnais il se nomme Racine des îles, il nous offre un set dynamique et engagé.L'artiste suivant est réunionnais également, il se nomme Daddy Nesta et nous offrie une superbe reprise des Abyssinians. Puis c'est au tour d'un groupe très attendu The Prophecy, originaire de L'île Maurice - les fils spirituels de Kaya, le regretté artiste mauricien tué par la police en prison et qui fut l'une des figures du Seggae (mélange de séga et de reggae). Le groupe lui rend d'ailleurs hommage à travers son set.Tiken Jah Fakoly fait son entrée avec ses musiciens de prédilection qui l'accompagnent autour du monde depuis de nombreuses années (Ras Jumbo, Vi Avelino, Julie Remy Brou, Wonda Wendy, Dave Kynner...). Il puise à travers ses albums devenus cultes (Coup de gueule, Francafrique notamment) pour nous offrir un set de qualité. Les titres issus de son nouvel opus Le Monde est chaud sorti en mai dernier fonctionnent très bien en live. Tiken exprime son plaisir de venir jouer à la Réunion dont il apprécie tout particulièrement la mixité qui compose sa population.Merci à Jah Sam et à Tétard qui m'on permit de venir assisté à ce magnifique moment de reggae musique dans l'Océan Indien.etcopy; Franck Blanquin (webremix.info)


Lycinaïs Jean E.sy Kennenga @ Belleville

C'est toujours un plaisir lorsque deux artistes décident de faire scène commune afin d'offrir un spectacle inédit aux spectateurs. Forts de leur succès de l'année dernière, Lycinaïs Jean et E.sy Kennenga ont une nouvelle fois donné rendez-vous au public pour une série de concerts au Zèbre de Belleville au mois de décembre.Accompagnés seulement de leurs guitares, ces deux talents de la scène caribéenne ont intérprêté leurs morceaux sur lesquels leurs voix se mêlent à merveille, ce qui a donné une couleur unique à leur show. Ils nous ont même offert quelques petits interludes remplis d'humour entre les titres. Le publique est sorti de la salle sourire aux lèvres.Panorama de nos plus belles photos : etcopy; Franck Blanquin (webremix.info)


Abi by Night #1 avec Tiken Jah Fakoly

Nous inaugurons une nouvelle rubrique aujourd'hui, grâce à Claire Bottier, journaliste basée à Abidjan en Côté d'Ivoire et passionnée de reggae ! Nous avons déjà eu l'occasion de vous le montrer dans ces colonnes, Abidjan est sans aucun doute la capitale africaine du reggae. De nombreux artistes internationaux en sont issus et de nombreux concerts y ont lieu toute l'année. Pour nous plonger dans les nuits reggae d'Abidjan pour la première fois, Claire a choisi - dans le cadre de sa rubrique Abi by Night #1 - de nous faire vivre le festival Abidjan By Night, qui s'est tenu le 28 décembre au Palais de la Culture.Ce dernier accueillait cette année l'icône du reggae Tiken Jah Fakoly. De retour en Côte d'Ivoire après une tournée de 72 dates, l'artiste ivoirien avait promis à son public un concert exceptionnel pour clôturer l'année. Tiken Jah Fakoly a largement tenu sa promesse en offrant un spectacle de haute volée de plus de deux heures. Porté par un public de près de 3000 personnes, l'artiste et ses musiciens ont enflammé la scène en reprenant certains des plus grands titres du chanteur, comme Ouvrez les frontières ou Le prix du paradis. Toujours aussi charismatique et débordant d'énergie, Tiken Jah Fakoly a partagé ses messages militants en faveur d'une Afrique unifiée et solidaire, repris en communion par le public. L'artiste n'a pas manqué de mettre à l'honneur son dernier album (Le monde est chaud), en clamant son amour pour le continent avec We love Africa et en offrant une version traditionnelle de Kodjougou, superbement rythmée et envoetucirc;tante. Le concert s'est achevé avec le titre Le monde est chaud qui dénonce l'inaction politique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Un grand big up à Tiken Jah Fakoly et ses excellents musiciens pour cette soirée exceptionnelle qui a fait vibrer Abidjan ! (webremix.info)


Fatbabs - Music Is For Kids

Le nom de Fatbabs est déjà bien ancré dans la scène musicale française avec ses apports sur de multiples projets. Il était donc plus que temps de le voir sortir de l'ombre pour nous proposer son premier album sur le label Big Scoop Records. Pour le réaliser il a choisi de faire résonner les voix de plusieurs artistes illustrant ainsi son goetucirc;t pour le partage et la création en équipe. Il rassemble ainsi sur ce projet des artistes de tous horizons dont l'icône jamaïcaine Sizzla, le rappeur français Demi Portion, l'artiste reggae originaire de Nouvelle-Calédonie Marcus Gad, mais aussi Naâman son complice de toujours et bien d'autres, et on peut le dire c'est une équipe qui gagne !Music is for kids offre la promesse d'être une bouffée d'énergie et de soleil dès la pochette qui arbore une joyeuse ribambelle d'enfants aux côtés de notre beatmaker tout sourire.Véritable maître du rythme, Fatbabs nous propose un voyage entre peps et légèreté. Ce sont les cuivres et la basse reggae soul de A quoi tu penses qui nous accueillent en ouverture avec la voix enchanteresse de Naeteuml;, douce invitation à prendre le large pour le reste des titres à venir. Le reggae est présent par touches subtilement amenées mais Fatbabs manie surtout à merveille le mélange des styles. Il nous livre une vibe funk communiant avec le hip-hop pour chanter la grandeur de la gent féminine sur Woman (Feat Jazz P, Mc Kaur et Soom T), une trompette très jazzy et un ukulélé funky sur Sad Owl où Rachel Lacroix nous convainc totalement. Il couple aussi à merveille hip-hop, soul et gospel avec son acolyte Naâman sur Like a melody, associé à Mood SupaChild.S'invite aussi un univers trap électro aux côtés de Madeline dans Life is a Child puis une ambiance farniente estivale avec le planant Inspiration très tourné électro chill. Cette sérénité se poursuit avec le captivant Relate entonné par Marcus Gad qui contraste avec l'univers plus dub et la puissance du jamaicain Sizzla dans Look Out. On en place une spéciale pour le titre éponyme avec sa guitare acoustique gitano et pour le subjuguant et spirituel Enfant de la terre chanté par Adil Smaali, un morceau qui illustre d'ailleurs parfaitement l'éclectisme de cet album. N'oublions pas de citer Keep on Rolling (feat. Naâman et Demi Portion) et Lalala aux côtés de la team des amis du beatmaker (et quelle équipe : Naâman, Jahneration, Volodia, Kenyon, Cheeko, D'Clik, Scars, Francis et Mardjenal).Comme un grand chef gastronomique Fatbabs assaisonne chaque morceau de sonorités précises, riches et variées. Music is for kids est une grande et belle ouverture musicale que l'on salue ! Un album dont on ne peut que se délecter. (webremix.info)


Jah Massive - Interview Dub Ambassador

Jah Massive est un sound system basé à Upsala en Suède et actif depuis 2004. Jah Massive c'est aussi un label que tout amateur de stepper mystique et méditatif se doit de connaître. Nous avons eu la chance de le rencontrer en juin dernier lors du So Good Festival pour un entretien aussi intéressant qu'agréable.Reggae.fr : Pour commencer, peux-tu te présenter au public français ?Jah Massive : Mon nom est Robin aka Jah Massive, je viens de Suède et j'ai monté mon sound system au début des années 2000, autour de 2004. Je suis en mission avec la musique de Jah, je voyage partout autour du monde pour la jouer.Parle-nous de ta découverte du reggae et de la culture sound system.J'écoutais du reggae bien avant de découvrir les sound systems. Des cousins à moi m'avaient donné beaucoup de cassettes avec des mix reggae donc c'est ce que j'écoutais ; j'avais douze ans et je suis né en 1981 donc c'était en 92 ou 93 et je n'ai découvert le sound system qu'en 1998, cinq ans plus tard. J'achetais déjà des vinyles et j'ai vu une affiche avec des haut-parleurs, mais je n'avais pas réalisé ce que c'était. J'avais aussi une K7 avec Jah Shaka, c'était l'enregistrement d'une session sound system, mais je ne le savais pas, je pensais que c'était un live band qui jouait un concert avec un chanteur incroyable, des échos et tout ; je n'avais jamais entendu de sélection avant parce que je ne connaissais pas les sound systems, personne ne m'en avait parlé. Et puis en 1998 un sound system s'est monté dans ma ville à Upsala, Meditative Soundsystem, c'était le premier et là je suis allé aux sessions, j'ai vu des box, j'ai vu ce qu'ils faisaient et j'ai compris quelle était ma mission. Je collectionnais et j'avais déjà beaucoup de disques que je jouais déjà très fort mais chez moi. Je ne connaissais rien au sound system et pourtant quelque part j'y étais déjà connecté, donc après ça je me suis lancé.Parle-nous de la culture reggae et sound system en Suède.La Suède a une culture reggae, nous avons des villes comme la mienne, Upsala, qui ont une réelle histoire avec le reggae avec le Upsala Reggae Festival, il y a des groupes de reggae qui viennent d'Upsala, et la culture sound system est arrivé en 1998, le premier sound system du pays était d'Upsala. Nous avons donc une petite culture reggae en Suède mais ça ne prend pas autant d'ampleur qu'ici en France ou dans d'autres parties de l'Europe.Les productions Jah Massive sont toujours reconnaissables, souvent très mystiques. Comment arrives-tu à garder cette originalité ?Premièrement, je ne veux pas faire les choses comme tout le monde donc je le fais de façon " old school ". Je joue tout sur des claviers, je n'utilise pas beaucoup de sons qui viennent d'ordinateurs, j'utilise seulement le logiciel pour enregistrer. Je peux utiliser l'ordinateur mais je veux garder l'originalité, j'ai mon son et personne ne peut le copier, il faudrait acheter exactement mon clavier et tout le reste pour avoir mon son. C'était comme ça avant, chaque sound était différent, chaque producteur sonnait différemment, c'était plus personnel, pas comme aujourd'hui où tout le monde peut avoir le même son parce que tout le monde utilise les mêmes machines. Avant c'était différent et j'essaye de rester sur cette voie, la voie originale, je pense que c'est la meilleure. Si tout le monde faisait cela, si chacun développait plus son propre style, trouvait sa propre voie je pense que cela pourrait être encore mieux. Car nous avons de très bons producteurs aujourd'hui, mais ils peuvent devenir ennuyeux quand ils font les mêmes choses que tout le monde, je pense que si toutes ces personnes talentueuses utilisaient des studios personnalisés, il y aurait plus de tunes complètement fous qui sortiraient.Une petite question toute simple qu'on adore poser : c'est quoi le dub ?Ma définition du dub ce serait une version plus instrumentale et plus spirituelle du reggae. Pour moi le dub n'est pas un truc techno ou un truc pour faire la fête, c'est spirituel. Quand tu vas vers le dubwise, tu rends un morceau reggae plus spirituel, plus profond, plus lourd, et puis tu mets des mélodies avec des fletucirc;tes etc. L'inspiration vient du fait qu'on ne copie jamais personne, je ne copie jamais personne je fais juste de la musique pour Jah Rastafari et c'est pour cela que ça sonne différemment. Je ne pense pas à King Alpha quand je produis, je ne pense pas à Nomadics ou à Daba Hifi, je pense à Rastafari. C'est cela qui rend mes sons différents des autres, il y a un esprit différent dans ma musique, tu peux sentir la puissance d'une manière différente. Tu ne vas pas te dire " j'ai déjà entendu ce son avant " ou " je connais ce style ", quand tu entends ma musique cela ne ressemble à rien d'autre, cela peut te rappeler la vibes old school mais ça ne sonne pas comme ce que les gens produisent généralement.Parle nous de ta relation avec Rastafari ?Etant jeune, j'ai grandi dans une éducation très religieuse, mon père est musulman, ma mère est une chrétienne très croyante, j'ai été dans une école chrétienne et j'étais très intrigué par Dieu, Jésus, Mohamed, ceci et cela. Tout cela était très confus pour moi. Qui avait raison ? Maman ou papa ? Je ne savais pas qui choisir . Et puis il y a eu ce morceau que j'ai entendu quand j'avais 12 ans du chanteur Iqulah, le morceau s'appelle Jah First et ça dit " girl I love you but I love Jah first " et ce morceau m'a tué parce que je me disais comment tu peux aimer Jah plus que ta petite amie ? J'étais jeune, je n'avais jamais eu de véritable petite amie. Ce morceau a été très puissant pour moi, j'ai ensuite découvert Jah, mon cousin m'a expliqué que cela venait de Jahovia pour faire la version courte ; et puis on m'a fait découvrir Sélassié mais je ne comprenais pas comment Dieu pouvait être un homme parce que j'ai été élevé comme un musulman ou un chrétien pour qui Dieu est quelque chose que tu ne peux pas toucher, quelque chose que tu ne peux voir, quelque chose d'invisible. Rastafari m'a donc sauvé de cette confusion entre ces dieux invisibles, Rastafari est réel, il est naturel, vous pouvez le voir, le sentir, vous pouvez lire et connaître la véritable histoire et pour moi s'il y a un Dieu, il est ce Dieu, Rastafari.Tu viens souvent jouer chez nous. Comment ressens-tu la vibe en France ?Super nice, ce que la France a d'un peu différent par rapport à d'autres pays c'est que les massives sont vraiment dans la musique, les sessions sont toujours pleines quand vous jouez en France, vous n'avez jamais 50 ou 100 personnes, vous avez 300, 500, des fois 1000 personnes. Donc cela fait une différence, vous avez une vraie réponse, vous le sentez, vous pouvez sentir les bonnes vibrations quand vous jouez ici. C'est ma 3 ou 4ème fois ici à Bordeaux, je suis allé jouer à Dijon, Lyon, à Toulouse, à Nantes, à Marseille... J'adore la France on y est très bien.As-tu des souvenirs particuliers en France ?Mon meilleur souvenir en France est sans doute en 2012 quand j'ai été invité à Dijon par Dubatriation Sound System, ils m'ont invité à venir de Suède avec mon Sound System. J'ai donc amené mon sound à Dijon et j 'y ai joué de 21h à 7h00 du matin non stop, pas de pause, mon meilleur souvenir, une session de 9h00 pure power avec ma sono au complet. Il devait y avoir 800 personnes, c'était la première fois de ma vie que je jouais devant ce genre de public, donc pour moi c'était une bénédiction de voyager depuis la Suède et de jouer là et que tant de personnes soient venus pour me supporter. On devait s'arrêter à 6h00 mais à chaque fois les gens criaient " last one, last one " alors on a continué pendant une heure. Cette session restera un grand souvenir, je ne l'oublierai jamais.Pour finir, as-tu un message pour les massives français ?Oui, j'ai été agréablement surpris il y a quelques semaines alors que j'étais à Toulouse, ils ont vraiment gardé une vibe originale là-bas. J'ai vu des sound systems old school, qui utilisent de l'analogique comme sur mon propre sound system, donc un gros big up à Toulouse ; et au reste de la France : regardez ce qu'ils font à Toulouse et écoutez leur vibe. Ce ne sont pas juste les sounds, musicalement ils produisent setucirc;rement la meilleure musique reggae en France, Riddim Activist, Conscious Embassy Studios, ce sont peut-être les studios les plus fous d'Europe. (webremix.info)


Mr Leu et The Nyabinghers- Born To Reggae

Tout droit venu du midi, Mr. Leu et The Nyabinghers vient de sortir son premier album chez Ban Ban Records. Born To Reggae, c'est tout d'abord le pari du 100% acoustique. Avec leurs titres jazzy, ska rocksteady, le groupe nous embarque dans un voyage au coeur des Caraïbes des années 60, où s'invitent aussi la Nouvelle Orléans et même une douce escale en terres de carnavals latinos.En anglais comme en français ou espagnol et même parfois sans textes avec les titres ska jazzy Gamera, Flowers for Albert et Segment, le coeur est à la fête, la légèreté, la liberté. L'opus est une invitation à se laisser guider par l'amour pour croquer la vie avec plaisir comme l'illustre bien le titre Hey Manetrdquo; ou I fell in love, tout en douceur et volupté. L'aspect conscious engagé du titre Detoxification met l'accent sur l'importance de protéger notre planète.On apprécie les touches délicates de sax, bass, tambourin et mélodica associées de telle sorte que les foules se mettent à danser et soient en totale immersion dans la culture jamaïcaine rythmée par le ska, le jazz, le calypso. Le latino et skanké Dieguito, en hommage à l'argentin Maradona, est aussi un petit régal.Avec sa pochette old school colorée aux dessins dansants entre Afrique et Jamaïque, et ses 11 morceaux festifs, Born to reggae est un album chaleureux qui vous réchauffera cet hiver et pourquoi pas, à mettre sous le sapin ! Big Up Mr Leu et The Nyabinghers. (webremix.info)


Stick Figure @ Paris

Stick Figure rencontrait son public parisien le 17 novembre dernier à La Maroquinerie. La formation américaine a joué devant une salle archi-comble et un public largement acquis à sa cause, reprenant en choeur les paroles de Scott Woodruff. Le dernier album du groupe, World on Fire, était bien setucirc;r à l'honneur de la setlist. Stick Figure, qui ne voyage jamais sans Cocoa, le chien masquotte, a vraiment fait forte impression ce soir-là, tout comme Franck et Damien, deux Bordelais qui assuraient la première partie dans un style plus folk tout aussi apprécié du public. Retour en images grâce aux photos de Philippe 'Da Best' Campos. (webremix.info)


Mr Zebre - Interview Dub Ambassadors

Mr Zèbre est un dubmaker pas comme les autres que les amateurs de stepper commencent à bien connaître grâce à de nombreuses sorties vinyles. Un acteur de la scène dub française qu'on se devait de rencontrer...Reggae.fr : Pour commencer pourrais-tu te présenter aux lecteurs de Reggae.fr ?Mr Zèbre : Je m'appelle Thibault, aka Mr Zèbre, je produis du dub depuis à peu prés 7-8 ans. Mon projet a commencé à l'étranger, j'ai vécu en Amérique Latine pendant 8 ans, 5 ans au Pérou et 3 ans au Mexique. Je faisais de la musique électronique avant. En fait le projet de Mr Zèbre existait dans un style musical complètement différent du dub avec des influences dub dans le traitement du son, mais le projet tel qu'il est aujourd'hui est né il y a 8 ans à Lima au Pérou où j'habitais à l'époque.Parle-nous de ton nom, Mr Zèbre, ça vient d'où ? Le projet électro que j'avais avant était un projet assez bordélique et expérimental. J'enregistrais pas mal de sons concrets, des frottements, des percussions, des ambiances, des sons urbains. Je mélangeais tout ça. Le côté un peu surréaliste et décalé du nom, l'association homme/animal, le côté totem me plaisaient bien par rapport à la musique que je faisais. Mais en soi ça n'a pas vraiment de sens très profond. J'ai gardé le nom après.Comme tu viens de nous le dire tu avais précédemment un projet beaucoup plus orienté électro, raconte-nous comment tu en es arrivé au dub ?J'écoute du dub depuis longtemps, depuis plus d'une quinzaine d'années. J'ai eu comme pas mal de gens en France une premiere grosse claque en écoutant Iration Steppas en session, c'était un live-mix avec Dennis Rootical. Avant ça j'écoutais du Lee Perry, du King Tubby, des choses plus anciennes et plus classiques et aussi du High Tone, Zenzile... Quand j'habitais au Pérou, avec deux amis on a ouvert un bar musical pendant un moment, et on faisait jouer pas mal de gens de la scène péruvienne là-bas. J'ai rencontré un pote argentin, DJ Rastacore. Il organisait des soirées appelées Reggae to Drum et Bass où comme le nom l'indique plein de styles issus de la musique jamaïcaine se croisaient : reggae, dub, ska, hip-hop, dubstep... Il y a eu beaucoup de soirées, c'était une sacré époque ! Il y a eu aussi la rencontre là-bas avec un pote qui s'appelle Jaime Léon de Lima Sound System, qui maintenant a un sound system avec 6 scoops. Je lui ai fait découvrir quelques trucs de UK dub plus contemporains, lui écoutais pas mal de reggae. Il a commencé à ramener des artistes européens au Pérou dont le premier était Mad Professor, en 2010 je crois. Et la première fois qu'il a ramené Mad Professor, il a organisé un workshop, et c'est là que je me suis dit qu'il fallait vraiment faire ça. Le mixage live à la console, c'est quelque chose que je trouve vraiment génial, c'est une musique qui m'a toujours attiré, à la fois esthétiquement et techniquement. De mon coté j'ai ramené Weeding Dub avec les Fu-Steps et O.B.F au Pérou, et avec d'autres potes on a ramené Channel One à Lima. Quelques années plus tard, quand j'habitais au Mexique on a créé un festival avec d'autres amis là-bas : le Dub Experience où on a ramené Vibronics, O.B.F, Blackboard Jungle, Jah Shaka... C'est un peu l'ensemble de tout ça qui m'a influencé pour faire de la musiqueEn parlant technique, il paraît que tu ne fais plus de live dub en session, peux-tu nous dire pourquoi ? C'est pas évident de faire un live-mix sur console et de jouer sur sound system. C'est parfois plus facile sur un système son classique que sur un sound. Avec un sound system, tu peux toujours avoir une petit souci, ça fait partie du délire, mais à la console tu peux avoir d'autres pépins. D'autre part, préparer un live ça prend du temps et je préfère passer plus de temps à produire de la musique en studio et à faire de la sélection. Le live-mix ça demande aussi d'avoir " la tête dans la console ", tu crées un mix unique mais ça demande une sacrée concentration. Tu as moins de temps pour interagir avec les gens, gérer ta sélection... Et puis jouer sur pré-ampli c'est le pied, chercher le rendement maximum de ce que ton morceau peut donner diffusé sur sound system. Je préfère aussi largement jouer au niveau des gens en sound que sur scène. Mais je pense que je referais un live un de ces jours.Justement, parle-nous de ce rapport direct qu'il y a avec le public dans le sound system. Est-ce que des fois il t'arrive d'être surpris des réactions quand tu joues un morceau pour la première fois par exemple ?Oui c'est ça qui est cool dans le sound system : c'est un peu un laboratoire. Il m'arrive de mixer un titre dans le train quand je me rends sur une date et de le jouer le soir-même. Des fois ça fonctionne, d'autres fois non. Je trouve ça intéressant, tu pensais que ton tune était un killer et ça marche moins bien que prévu, parfois c'est l'inverse ! Un des avantages avec le sound system c'est la proximité avec les gens et le fait que tu puisses tester un morceau que tu as mixé la veille. Quand on a ramené Weeding Dub en live au Pérou, il a joué dans un grand festival qui s'appelle le Selvamonos avec qui je collaborais. Il avait fait une super introduction, un truc génial qu'il avait mixé au casque sur ordi je crois. Il y a ce coté rapide entre ce que tu produis et ce que tu peux diffuser, c'est hyper vivant. Après, tout dépend bien setucirc;r des morceaux que tu fais, plus instrumentaux ou avec des moyens électroniques.Tes prods sont jouées par beaucoup de monde. Jah Shaka a même inclus ton Yamasee War à sa sélection, qu'est-ce que ça te fait quand tu apprends ça ?etCcedil;a fait plaisir bien setucirc;r. On a été bien surpris avec Peah de Rootical Attack : " ce morceau là Shaka l'a joué ?! " je ne pensais pas que Shaka puisse jouer ce type de morceau. On l'avait invité avec des potes au Mexique en 2017, il a joué le Yamasee War en pre-last tune. etCcedil;a faisait d'autant plus plaisir qu'on avait mis du temps à organiser l'évènement et que ça avait bien marché, c'était la premiere fois que Shaka venait au Mexique. Une des choses les plus intéressantes dans cette scène dub/sound system ce sont les croisements entre les gens et la musique de pays complètement différents : ce morceau à été fait au Mexique, pressé par Rootical Attack en France, puis retour au Mexique en étant joué par Jah Shaka. Le projet dub de Mr Zèbre a commencé à Lima et Mexico mais ça s'est fait connaître un peu via des sorties vinyles et digitales sur des labels européens. Même en n'étant pas en France, le projet a fait son chemin et ça fait plaisir. Je suis rentré vivre en France en 2017.Pour finir est-ce qu'il y a des projets qui arrivent bientôt et dont tu peux déjà nous parler ?J'ai une release prévue sur Emana Sound, un morceau avec Lotta des Fu-Steps et Guru au sax. Je commence aussi à préparer le prochain album. (webremix.info)


Tiken Jah Fakoly @ Elysée Montmartre

Tiken Jah Fakoly a réussi la prouesse de remplir l'Elysée Montmartre deux soirs de suite les 14 et 15 novembre derniers. La communauté africaine était bien setucirc;r au rendez-vous pour applaudir l'Ivoirien devenu une véritable icône depuis ces dix dernières années. Avec son répertoire très fourni, Tiken ne s'est pas trop attardé sur son dernier album Le monde est chaud, préférant offrir ses classiques à son public toujours fièle et capable de reprendre n'importe quel morceau par coeur, Tonton d'America et Plus rien ne m'étonne en tête. Après une entrée sur scène très paisible, l'énergie a vite repris le dessus jusqu'à la fin du concert. Retour sur la soirée du 15 novembre, où la première partie était assurée par la chaleureuse Mo'Kalamity, avec les clichés de Philippe 'Da Best' Campos. (webremix.info)


Heartical vs Guiding Star

Et de deux pour Heartical ! Le sound parisien l'a emporté pour la deuxième fois consécutive après sa victoire contre Soul Stereo l'année dernière lors de la première édition du Paris Soundclash. Le match était plus serré cette fois. Guiding Star a tenu tête et même mené pendant toute la durée du clash avant que Sir Joe ne fasse parler son expérience et ne vienne chiper la victoire à Jacob et sa team sur le fil du rasoir. 8 à 7 à l'issue du Dub Fi Dub ! Malgré une sélection très pointue côté Guiding Star et des artistes joués absents de la box de leur adversaire (Chronixx et Koffee en tête à plusieurs reprises), Sir Joe est parvenu à s'en sortir face à un public qui semblait acquis à la cause de Guiding Star. Le selector parisien, seul aux platines et au micro, a fait preuve de malice en parvenant à faire jouer les morceaux qu'il souhaitait contrer. Pas évident de lancer une counteraction sur un Nah Mean de Damian Marley ou un Tenement Yard de Chronixx... Sir Joe le fait pourtant sans gêne en jouant Di Frenz (un groupe quasi inconnu qu'il présente comme des amis de Carlito, selector de Guiding Star) aux paroles hilarantes plaisantant sur les soi-disant penchants de Jacob pour l'alcool. On note même une intro enregistrée spécialement par la voix française de Moe des Simpsons. L'humour est toujours le bienvenu dans un clash ! Et même si à l'issue des cinq rounds, Heartical était en position de faiblesse, les nombreux nominatifs sortis par Sir Joe au Dub Fi Dub auront fini par avoir raison de Guiding Star. Le public parisien a assisté à une compétition d'une grande qualité ce soir-là à La Maroquinerie. Voilà qui prouve que les sounds français ont de quoi se défendre sur la scène clash ! Big Up à Junior Pikk pour l'arbitrage et à Party Time pour le warm-up. On a maintenant hâte de savoir qui sera l'adversaire d'Heartical pour la troisième édition du Paris Soundclash. Rendez-vous en 2020... (webremix.info)


Narcos Riddim

La traque du grand cartel de Medelletiacute;n, mis à l'honneur depuis 2015 dans la série Netflix, avait déjà influencé la planète rap et RetB qui s'était intéressée de près à l'idée de reprendre la bande son de la fameuse série. En France, nous avions entre autres pu savourer l'adaptation très urbaine de Demi Portion et on ne boude pas notre plaisir d'en découvrir une version à la sauce ragga dancehall dans un One Riddim sorti sur le label Stategy Record de Mathieu Ruben le 18 octobre dernier.Différents artistes confirmés viennent apporter leur patte artistique pour nous embarquer par-delà les terres latinos et le rythme originel de Rodrigo Amarante. L'intro veloutée et langoureuse reste inchangée puis se mêle peu à peu aux cuivres et autres effets bien entraînants ; de quoi faire danser les aficionados sur 8 tracks où 13 artistes déballent leur flow pour créer une série oscillant entre hip-hop, ragga, dub et dancehall sans oublier l'univers latino à l'origine de cette reprise. On compte sur les présences de Lutan Fyah, Mathieu Ruben, Stranjah Miller, Cless Shine, Braveheart ou encore Wizzard pour chanter la jeunesse qui s'est faite dans la rue autour du plaisir de fumer des spliffs. Loin de la coca c'est ici la douce mary jane qui est à l'honneur.Tuju La évoque quant à lui la dimension mystique du mouvement dans les paroles de Papi Chulo. On reste tout de même un pied dans l'idéal de la série avec cette maxime etldquo;money moneyetrdquo; très présente dans les titres. Une seule loi : celle de l'argent et encore mieux si l'on est accompagné d'une douce lady comme l'entonnent Mystikal Heights, Crocadile, Kulu Ganja et Mathieu Ruben dans Hot Like a Sauna.En bref, ce voyage vers la Caraïbe sur fond latino à succès planétaire est un exquis mélange pour un ballet frénétique du corps.Tracklist :1. Mathieu Ruben / Hustling Hard2. Stranjah Miller / Bad Slave3. Wizzard / Narcos4. Tulu Ja, Cremoso et Redkilla / Papi Chulo5. Lutan Fyah / That's what she Want6. Giddian di Expert et Cless Shine / Music Bizness7. Braveheart / Traitor8. Kulu Ganja, Mathieu Ruben, Crocadile et Mistykal Heights / Hot Like a Sauna (webremix.info)


Max Romeo @ Toulouse

Nouveau retour photographique sur la tournée française de Max Romeo. Cette fois de passage à Toulouse, le 23 octobre dernier, le chanteur jamaïcain a ravi le public accompagné de son groupe français Roots Heritage avec lequel il a récemment sorti l'album Words From the Brave. Le public a bien setucirc;r eu droit à quelques titres de cet opus en plus des immenses classiques de l'artiste, de Chase the Devil à One Step Forward en passant par War Ina Babylon. Retour en images avec les clichés de Roshanak. (webremix.info)


Third World - More Work to be Done

Third World est un de ces noms mythiques du reggae jamaïcain, un nom que le grand public découvre en 1975 lors de la légendaire tournée de Bob Marley dont le groupe assure alors la première partie. Presque 35 ans après et avec une vingtaine d'opus à son actif, la formation est encore en forme et sortait il y a quelques semaines un nouvel album produit par Damian Marley, More Work to be Done.Dès le premier morceau, YimMasGan, belle reprise du titre des Abyssinians, on retrouve tous les ingrédients qu'on aime tant dans le travail de ce groupe depuis des décennies : un riddim paisible et hyper musical où pianos, fletucirc;tes, guitares électriques et cuivres se mêlent à merveille, le tout sublimé par de superbes harmonies vocales ; pas de doute c'est bien un album de Third World qui tourne sur notre platine.Comme ils en ont l'habitude, les Jamaïcains vont nous offrir un reggae très ouvert en allant piocher leurs inspirations dans bon nombre de styles musicaux. Nous aurons droit à des morceaux très roots comme par exemple Sheep in Meadows, mais aussi à des titres pleins de funk comme Third World Keeps Turning, et d'autres teintés de pop music (Loving You Is Easy, Hear Us Out).Beaucoup de featurings sur ce nouvel opus et que des grands noms : Pressure Busspipe sur People of a Different Color, Chronnixx sur Na Na Na, ou encore Busy Signal sur Feel Good. Sur Island Dream c'est Tessanne Chin et Tarrus Riley qui viennent rejoindre le groupe pour un morceau très soul et RetB avant que Damian Marley en personne ne vienne retourner le riddim de You're not the Only One.Les Third World ajoutent une jolie ligne de plus à leur discographie déjà bien remplie avec un album aux riddims tous plus soignés les uns que les autres et à la liste de feats impressionnante. Un opus (de plus) dont on n'est pas prêts de se lasser et que l'on vous conseille vivement.Tracklist : 1. YimMasGan2. Third World Keeps turning 3. Loving you is easy 4. People of a different color ft Pressure Busspipe5. Na na na ft Chronnixx6. Feel good Ft Busy Signal7. Island dreams Ft Tessanne Chin et Tarrus Riley8. Sheep in meadows9. You're not the only one Ft Damian Marley 10. More work to be done 11. Hear us out (webremix.info)


Max Romeo et The Gladiators @ La Cigale

Le 2 novembre dernier, le public parisien avait l'occasion de célébrer l'anniversaire du couronnement d'Haïlé Sélassié avec un joli plateau roots : les Gladiators ouvraient le bal pour Max Romeo sur la belle scène de La Cigale. Le fils d'Albert Griffiths, Al, était en grande forme et sa présence scénique a chauffé la salle comme il faut au son des classiques Stick A Bush, Hello Carol ou Jah Works. Max Romeo a ensuite investi la scène avec son groupe français Roots Heritage. Toujours aussi efficace, le légendaire chanteur jamaïcain a gratifié le public de ses hits Chase The Devil, War Ina Babylon et One Step Forward sans oublier de présenter des titres de son dernier album Words From the Brave et d'inviter ses enfants Azizzi et Xana Romeo. Retour sur cette belle soirée grâce aux clichés de Philippe 'Da Best' Campos. (webremix.info)


10 titres reggae pour Halloween

Reggae synonyme d'Halloween ? Vous n'y aurez pas cru ? Et pourtant, la musique jamaïcaine regorge de titres tous plus effrayants les uns que les autres, et certains même sont des classiques connus de tous ! Petit tour d'horizon avec notre sélection de 10 titres spéciale Halloween... Tremblez fans de reggae, tremblez !The Skatalites - SkalloweenUn titre on ne peut plus équivoque ! Halloween inspirait déjà les artistes jamaïcains des années 60 et les Skatalites sont sans doute les premiers à oser le clin d'oeil avec ce jeu de mot tout trouvé. Un morceau entièrement instrumental dont le groupe a le secret avec des mélodies rappelant les génériques de séries ou de dessins animés de vampires. Le tout en restant irrésistiblement dansant bien setucirc;r.Desmond Dekker - DraculaDesmond Dekker tombe sous le charme d'une séduisante jeune fille alors qu'il se promène sur la plage par une nuit pluvieuse. Ils se prennent les mains et lorsque la fille lui sourit, stuppeur : "Believe me folks ! She was a Dracula !" La star du ska met en garde ses amis : les filles qui ont un visage d'ange sont parfois prêtes à vous sucer le sang. "Ne tombez pas amoureux". Sans doute une métaphore pour parler des femmes vénales...King Horror - Dracula Prince of DarknessCe Dracula-là n'est pas une métaphore. L'artiste va jusqu'à annoncer la couleur dans son nom de scène. L'identité de cet effrayant deejay reste un mystère et plusieurs témoignages se contredisent à ce sujet. On peut lire ici et là qu'il s'agit du chanteur Laurel Aitken ou un Trinidadien installé à Londres nommé Young Growler. Qui qu'il soit, ce King Horror a laissé derrière lui un paquet de "spooky tunes" comme Loch Ness Monster, Ghost Hour, Frankenstein et ce magnifique et terrifiant early reggae Dracula Prince of Darkness, sorti en 1969.Bob Marley - Mr BrownBob Marley en personne a apporté sa contribution aux "duppy tunes", les chansons jamaïcaines qui se réfèrent aux fantômes, une vraie croyance sur l'île caribéenne. Quand Marley était enfant, une rumeur en Jamaïque racontait que trois fantômes parcouraient le pays à bord de cercueils en cherchant un dénommé Mr Brown. Marley et ses Wailers en font un sublime morceau. La voix ténébreuse de Peter Tosh se fait entendre au loin sur une instru pleine de sonorités flippantes signée Lee Perry et dont la version instrumentale des Upsetters se nomme logiquement Dracula. Et si vous tendez bien l'oreille, vous reconnaîtrez les accords d'un autre morceau des Wailers tout aussi angoissant : Duppy Conqueror.Lee Perry - Ketch VampireOn ne peut pas parler d'Halloween sans évoquer Lee Perry. Dracula, Haunted House, Ghost Danse, Disco Devil, Ketch Vampire... Le champ lexical de l'épouvante a toujours inspiré le producteur et musicien. D'ailleur, Scratch n'est-il pas comparé à un sorcier lorsqu'il bretucirc;le son studio ou part dans des créations artistiques toutes plus dingues les unes que les autres ? Le producteur fou a également longtemps montré son intérêt pour le voodoo et entretenu l'ambiguité autour de ses penchants pour la magie noire. Brrrrrrrr !Peter Tosh - VampireDes cris de ce qui ressemble à un loup-garou introduisent ce classique de Peter Tosh figurant sur son huitième album solo No Nuclear War sorti en 1987, l'année de la mort de l'ancien Wailer. Si l'on connaît la tendance de Peter Tosh à comparer ceux qu'ils n'aiment pas (politiciens, hypocrites, esclavagiste, businessmans...) à des vampires, l'épouvante a bien sa place dans la chanson ponctuée par des cris de bêtes et de femme terrifiée. Le dub du morceau est d'ailleurs sous-titré Dracula Version et est encore plus truffé de bruits inquiétants en tous genres.Lone Ranger - Barnabas CollinsEn 1979, le deejay Lone Ranger se déguise en vampire sirotant un verre de sang sur l'album Barnabas in Collins Wood. Le titre fait référence à un personnage fictif - un vampire - tiré d'une série culte des années 70 diffusée sur la chaîne américaine ABC : Dark Shadows, adaptée au cinéma par Tim Burton en 2012.Easy Star All Stars ft. Mikey General et Spragga Benz - ThrillahThriller de Michael Jackson est sans doute le titre d'épouvante le plus connu de l'histoire de la musique. En 2012, le groupe Easy Star All Stars s'amuse à reprendre l'album du même nom en version reggae (comme il l'avait déjà fait avec Dark Side of the Moon de Pink Floyd ou Sergent Pepper's Lonely Hearts Club Band des Beatles). Pour le titre éponyme, devenu Thrillah (patois yardie oblige), c'est Mikey General qui se charge de reprendre le rôle du roi de la pop sur un tempo ralenti façon reggae. Quant à la voix de Vincent Price - vous savez, celle qui vous colle des frissons à la fin du morceau avec son rire venu tout droit des ténèbres - elle est remplacée par celle de Spragga Benz pour un effet des plus réussis.Tommy Lee Sparta - Dark CloudsLa chorégraphie du clip de Thriller a sans doute inspiré ce clip de Tommy Lee Sparta. Le Jamaïcain, apparu sur la scène dancehall en 2008 avec son style gothique, a fait appel à la danseuse française Mylana Malsert pour le clip de Dark Clouds. Un titre fidèle au répertoire de l'artiste, spécialisé dans ces morceaux qui vous collent les chocotes. Baladez-vous sur sa chaîne youtube, vous ne serz pas déçus...Derrick Parker et Carl Meeks - Walking DeadLes artistes jamaïcains continuent de nous filer les jetons en 2019 ! Carl Meeks et Derrick Parker se sont récemment associés au label français Rub A Dub Mrkt pour un tune digital puissant façon soundclash sur lequel ils comparent les soundboys à des morts-vivants et des zombies. Sound ah go dead tonight ! (webremix.info)


Une bassiste en Jamaïque

Cet automne nous avons décidé de vous proposer une plongée dans la vie tumultueuse et musicale de Kingston à travers le destin d'une jeune française de 18 ans, Ela MBass, bien décidée à réaliser son rêve : devenir bassiste en Jamaïque. Vous retrouverez régulièrement ces tranches de vie sur Reggae.fr. Je m'appelle Elora Marches, je suis née en France en 2000. Il y a un an et demi, j'ai décidé d'aller m'installer en Jamaïque et de commencer une formation à L'Edna Manley College pour être en totale immersion dans le pays du reggae. Edna est une grande école regroupant la musique, l'art, la danse le théâtre et les sciences humaines. De nombreux chanteurs et musiciens sont passés par Edna, comme Raging Fyah, les musiciens de Jah9, Protoje, Chronixx ou encore Kabaka Pyramid... et j'en passe ! J'ai décidé de vous faire partager cette incroyable expérience comme si vous la viviez à mes côtés. Arrivée à Kingston, aussitôt au travail J'ai beaucoup d'heures de cours par semaine, cours de piano, de théorie, solfège, information technologique, d'ensemble de jazz, musiques actuelles et de mon instrument principal, la basse et même de contrebasse et de percussion. L'école est centrée sur la création artistique et nous avons plusieurs projets regroupant les étudiants en danse, théâtre et musique, ce qui est génial. Nous mélangeons les différentes spécificités de l'école pour en faire quelque chose de magique. A l'école tout se passe bien. Les gens sont très avenants et gentils. Les Jamaïcains ont beaucoup d'humour, on ne s'ennuie pas en cours ici ! En même temps que l'école j'ai commencé à promouvoir mon nom (Ela MBass) en tant que bassiste. Je joue déjà avec un certain nombre d'artistes et de musiciens qui sont tous très talentueux. J'ai eu la chance d'aller dans de très beaux studios d'enregistrement comme Tuff Gong, Anchor, Big Yard, SLR etc. La musique ici est fabuleuse... Je fais tous les jours des rencontres magiques. Beaucoup de légendes musicales comme Earl Chinna Smith, Horsemouth Wallace, Big Youth, Ken Booth, Kiddus I, Sangie Davis, Flabba Holt,...sont ici à Kingston. " Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux. " - Marcel Proust Ayant eu la chance de beaucoup voyager avec mes parents, j'avais déjà vécu des expériences qui m'avaient en quelque sorte ouvert l'esprit, mais ce voyage à Kingston est mon premier voyage seule, si loin et pour si longtemps. J'ai pu voir des choses exceptionnelles, des choses magnifiques de cette petite etIcirc;le, ainsi que le coté miséreux. Les gangs, la drogue, la pauvreté, la misère dans laquelle est le pays. Ce pays si beau et mystérieux à la fois, marqué par l'esclavage et les tensions politiques de l'époque, qui perdurent encore aujourd'hui. Kingston, la capitale, est divisée en " 3 parties ", Uptown (quartiers riches), New Kingston (quartier de moyenne classe) et Downtown (ghetto), quartier de la violence et des crimes. Je passe beaucoup de temps Downtown, premièrement car une grande partie de mes amis sont basés là-bas, et pour le Coronation market, qui a lieu tous les jours, qui est un grand marché de fruits et légumes délicieux purement locaux, ainsi que d'épices et objets de la vie courante (lessive, casseroles, etc.) que nous pouvons acheter à prix très bas comparé à Uptown. C'est ici que j'ai réalisé toute la dimension de la pauvreté et la détresse du pays. Des femmes et des hommes qui travaillent et élèvent entre cinq et sept enfants, habitant dans des petites maisons faites de plaques de fer et de bois, devant payer l'école pour leurs enfants. Car l'école coetucirc;te très cher en Jamaïque, elle n'est malheureusement pas gratuite comme en France. Et on constate la motivation des enfants à vouloir apprendre et aller à l'école puis poursuivre des études supérieures.La culture est très différente ici. Au début il m'était difficile d'accepter tous ses aspects, mais plus je partage du temps avec différentes personnes, à parler, à apprendre, plus j'aime cette vie et arrive à m'y faire totalement : le mode de vie, les façons de travailler, l'éducation, le contact humain. Les Jamaïcains sont très réservés, ils sont comme un livre, mais avec le temps et quand ils ont réussi à vous cerner, à vous " adopter " et, à apprendre de vous et surtout deviner vos intentions, ils s'ouvrent totalement, et sont prêts à échanger, partager. Les Rasta, en particulier, sont présents dans ma vie jamaïcaine et très enrichissants. Centrés sur la nature, un mode de vie et d'alimentation saines, des méthodes naturelles pour soigner, ils m'ont beaucoup appris. A l'opposé du mode de vie rasta, la nouvelle génération dancehall est aussi très importante en Jamaïque, entre les " Parties", (soirées dancehall dans la ville), les belles voitures, les liasses de billets, et beaucoup de " Gyal " (girl en anglais qui signifie fille). Ces deux parties de la population s'opposent mais sont toutes deux très intéressantes. Le dancehall ainsi que le reggae, la musique et la danse sont les " richesses " ainsi que le bonheur du pays. Il y a beaucoup à apprendre, et appréhender la culture d'un pays et son mode de fonctionnement : c'est remonter dans son histoire. Malgré le fait que la Jamaïque compte nombre de richesses et soit très attractive au plan touristique, les priorités ici ne sont pas les mêmes que celles d'un pays riche. A côté des rivières sauvages dans les montagnes sublimes, des plages de sable blanc, la saleté domine le pays, car l'écologie n'est pas encore développée, ce qui est normal, dans un pays pauvre, où l'on se soucie d'abord d'instruire les enfants et d'avoir de la nourriture à mettre sur la table chaque soir plutôt que de savoir où jeter ses déchets. Quoi qu'il en soit quand ce pays vous prend au coeur, il est impossible d'en partir ou de ne pas y revenir, et pour ma part j'ai eu et j'ai encore tous les jours ce coup de coeur. Je tenterai dans les prochains mois de partager avec vous dans ces colonnes quelques bribes de ma vie jamaïcaine ! (webremix.info)


Flavia Coelho - DNA (webremix.info)


Devi Reed - One Vibe A Week

Alors que depuis 2016, Devi Reed - ex-leader du groupe The Banyans - mène sa route en solo, il revient pour nous présenter un projet totalement fou. C'est au mois de mars dernier que Devi a annoncé le projet One Vibe A Week. L'artiste a indiqué qu'il sortirait un nouveau morceau tous les vendredis pendant un an. A chaque saison un nouvel album avec un thème particulier. Résultat des courses : au bout d'une année, Devi Reed nous aura proposé ni plus ni moins que quatre albums.Cette idée est née dans l'esprit du jeune Toulousain alors qu'il avait sous la main plusieurs morceaux enfouis qu'il voulait partager avec son public. Certains de ces titres étaient déjà défendus en live lors de la tournée estivale du chanteur en 2018. Néanmoins ces derniers ont été peaufinés avec d'autres artistes comme le titre Let's Go où l'on retrouve le rappeur toulousain D-Tox. Le premier opus de ce projet, presque intégralement clippé en Colombie, est sorti le 14 juin sous le nom de OVAW Spring. Sur ce premier volume, Devi Reed aborde des sujets aussi bien personnels que communs à tous, toujours avec un message universel, rempli d'amour et de paix.OVAW Spring est un album plutôt versatile qui navigue entre reggae, hip-hop ou encore rub-a-dub. On retrouve le flow ravageur de Devi Reed pour le plus grand bonheur de nos oreilles. Il y a aussi des tunes très orientés hip-hop comme Ready, mais on bascule aussi souvent vers un reggae roots comme c'est le cas avec la track High Tide. Devi Reed a aussi rencontré le groupe reggae numéro 1 en Colombie : Alerta Kamarada, avec qui il clôt l'album sur le titre Bye Bye, un mélange de reggae et de cumbia. Un premier opus qui annonce la couleur avec un album assurément roots aux influences dancehall et hip-hop.Son deuxième album, OVAW Summer, est lui résolument plus roots. On y retrouve Skarra Mucci qui pose sa voix sur le big tune Life Lover, mais aussi Omar Perry pour un pur son roots nommé Awakeness. Le groupe Colombien Alerta Kamarada est encore de la partie sur l'entraînant We Are Not Mafia. Plusieurs tracks ont tout de même des influences RetB comme The Sky is Grey, ou In my World.Pour ces deux premiers projets, Devi Reed réussit largement son pari et nous offre deux efforts entraînants et de qualité. On attend maintenant avec impatience la sortie des deux prochains albums de son projet One Vibe A Week. (webremix.info)


Jahneration - Stuck In The Middle

Après l'engouement provoqué par leur premier album et leurs Mic Sessions, le groupe francilien Jahneration, porté par les chanteurs Ogach et Théo revient tout en énergie et en fraicheur cet automne avec l'album Stuck in the middle (Ovastand Records). Lors des précédents projets Jahneration prônait déjà l'exploration des styles. Tant ceux ayant bercé leur jeunesse comme le rock, le hip-hop ou le reggae que les nouvelles sonorités plus électro-pop voir même tournées vers des contrées lointaines avec le sitar indien (très apprécié dans Reload). Sur ce nouveau projet, le duo confirme son goetucirc;t et son talent pour l'éclectisme musical. On y retrouve un jeu de pèle mêle d'influences musicales qui fonctionne très bien. On perçoit en effet une touche reggae-hiphop avec Pack Up, du pop rock presque nostalgique du passé avec Paralyzed et la puissante association batterie guitare électrique sur Left In The Dark, un hip-hop électro bien dosé avec Fomo où Jahneration s'accompagne du rappeur québécois Zach Zoya aka Koriass. Et enfin une ambiance pop-électro très agréable dans " Likkle Voice et que l'on se plait à retrouver dans Energy, donc le clip en amont de la sortie avait fait parlé de lui et rendu l'attente encore plus difficile pour les fans.On salut la belle surprise qu'est Melody où l'univers à l'empreinte roots latino de Manu Chao vient partager l'énergie et la fraicheur pop reggae de notre duo parisien. Un combo d'une belle douceur folk que l'on aurait très peu prédit et qui pourtant fonctionne à merveille ! Autres surprises tout en finesse l'interlude précédent Faces mais aussi Théo en solo venant créer l'intimité avec une voix douce et touchante sur le fond acoustique envoutant du très plaisant et délicat Gone For Long.N'oublions pas, bien entendu, cet ancrage dans la culture reggae ici fièrement représentée aux côtés d'Alborosie avec Act Like You Talk. Le titre éponyme de l'album vient résumer à merveille l'ambiance du projet et ce travail de mélange des styles qui s'entrelacent de morceau en morceau. Stuck In The Middle est un album riche et d'une qualité musicale indéniable qui assoit l'identité de Jahneration. Plus qu'une chose à faire : suivre le groupe en live ! Tracklisting :1. Silence2. Likkle Voice3. Act Like You Talk feat. Alborosie4. Pack Up5. Energy6. Stuck In The Middle7. One Man8. Masks (Interlude)9. Faces10. Paralyzed11. FOMO feat. Koriass12. Melody feat. Manu Chao13. The Only One14. Left In The Dark15. Gone For Long16. Cease Fire (webremix.info)


Donovan Germain - Interview Penthouse

Les années 90 furent incroyablement créatives en Jamaïque. Le renouveau du reggae combattant le dancehall a donné naissance à des artistes majeurs devenus aujourd'hui des légendes, rejoignant les grands noms des années 60 ou 70. Parmi ces artistes, un bon nombre sont passés par le studio Penthouse et ont été pris sous l'aile du producteur Donovan Germain. Buju Banton, Marcia Griffiths, Beres Hammond, Tony Rebel, Wayne Wonder, Cutty Ranks... L'écurie Penthouse était redoutable et terriblement productive. Les séries à rallonge et les singles à succès pleuvaient ! Toujours actif aujourd'hui dans une moindre mesure, Donovan Germain concentre toute son énergie dans le retour de Buju Banton, sorti de prison fin 2018. Il l'accompagne dans tous ses déplacements et était bien setucirc;r présent avec le Gargamel lors de son passage au Reggae Sun Ska en aoetucirc;t dernier. On a sauté sur l'occasion pour rencontrer ce grand monsieur qui se fait plutôt discret dans les médias. Malgré sa modestie, sa timidité et sa mémoire flanchante qui l'empêchent de trop s'épandre, il répond à nos questions avec sourire et méfiance à la fois...Reggae.fr : Tu es sur la route avec Buju Banton en ce moment, mais comme on ne peut pas l'interviewer, on est obligés de te demander dans quel état d'esprit il se trouve.Donovan Germain : Il va bien. Il est dans un très bon état d'esprit, mais il a encore besoin d'être protéger. Il commencera sans doute à communiquer avec les médias et le public l'année prochaine. Mais en attendant, il est très bien entouré et je peux vous dire qu'il est en forme. Tout va bien pour lui.Comment se sont passées vos retrouvailles ?etCcedil;a reste entre lui et moi. Ce sont des choses privées que je ne veux pas raconter.Mais avez-vous des projets ensemble ?Oui, on travaille sur son album. On collabore avec plusieurs producteurs, mais je suis le directeur artistique de ce projet. Je suis actuellement un de ses deux managers et je m'occupe de la logistique sur la tournée avec le backing-band. Je m'assure que tout se passe bien, que tout le monde soit dans de bonnes conditions pour donner de bons concerts.Te souviens-tu de la toute première fois que tu as rencontré Buju ?Je ne me souviens même pas de ce qui s'est passé hier alors remonter aussi loin dans ma mémoire, c'est compliqué. Je commence à vieillir vous savez !Mais Buju est quelqu'un de spécial ! On ne peut pas oublier ce genre de rencontre !Ma femme est quelqu'un de spécial pour moi et je ne me souviens même pas de notre rencontre (rires).Tu es connu comme un producteur exigeant qui ne produit que de la musique consciente et positive. Mais avant que tu ne travailles avec Buju Banton, il s'illustrait plutôt dans le slackness et les gun tunes. Pourquoi as-tu quand même voulu collaborer avec lui ?C'est une progression naturelle. Je lui ai montré la voie à prendre et il l'a suivie. Mais s'il la suivie, c'est uniquement parce qu'il avait pris la décision lui-même de se tourner vers une musique plus positive. Je n'ai fait que l'accompagner. La première fois qu'il est venu à mon studio pour me solliciter, j'ai vu son talent et je savais que je travaillerai un jour avec lui. J'ai juste attendu qu'il soit prêt à prendre ce virage.Tu es l'un des producteurs majeurs des années 90 et du début des années 2000 en Jamaïque. On se rappelle des nombreuses séries et des singles qui sortaient sur Penthouse Records mais on a l'impression que tu es moins actif ces jours-ci. Y a-t-il une raison à cela ?Aujourd'hui, je préfère travailler sur des projets à long termes, des projets cohérents. L'album de Marcia Griffiths, Timeless, sorti cet été en est un exemple. C'est un album concept avec uniquement des reprises de Studio One. Il y a eu aussi l'album Tribute to Joseph Hill où j'ai rassemblé un paquet de chanteurs pour reprendre des morceaux de Culture. Le business a évolué et les singles pressés en 45T ça ne marche plus vraiment, alors je m'adapte. Et il faut se rappeler que je produis de la musique depuis 1978 ! Alors je pense que j'ai le droit de ralentir un peu aujourd'hui (rires).Comptes-tu quand même continuer à produire des one riddims ?Je n'en sais rien. etCcedil;a dépend de ce que j'ai envie de faire. J'ai sorti une série en 2018, le History No Mistery Riddim. Mais je ne sais pas ce que le futur me réserve. Les séries ne sont qu'une petite partie de mon travail. Depuis 1978, j'ai fait beaucoup d'autres choses.Et justement avant Penthouse, tu as eu plusieurs petits labels sur lesquels tu produisais une musique très organique avec des instruments live. Peut-on dire que tu t'es tourné vers l'ère digitale en créant Penthouse ?Oui et non. La plupart des chansons que j'ai produites ces dix dernières années ont été faites avec des musiciens et de vrais instruments. La mode des beats digitaux et de la programmation de batterie, ce n'est pas moi qui ai créé ça. C'étaient les musiciens de l'époque qui se tournaient vers cette façon de travailler. Moi j'ai vu cette période comme une transition pour revenir à quelque chose de plus organique, comme ce que je fais aujourd'hui.etCcedil;a veut dire que tu suivais les musiciens plus qu'ils ne te suivaient toi ?Non setucirc;rement pas ! Les musiciens que j'embauche ont toujours fait ce que je voulais leur faire faire. Mais il faut savoir vivre avec son temps et je m'adaptais aussi à ce qui plaisait au public. Les musiciens étaient bien placés pour savoir ce qui plaisait au public, donc j'étais à leur écoute. Quand tu fais de la musique, il faut savoir plaire aux nouvelles générations. Mais je savais que cette période digital ne durerait pas.En tant que producteur, sais-tu jouer d'un instrument pour créer des riddims ?Non, mais j'ai mes oreilles (rires). C'est ce que j'ai de plus précieux au monde. C'est mon outil de travail. J'entends la musique dans ma tête et je dicte aux musiciens comment jouer. Je contrôle tout le processus de création des morceaux que je produis. Je ne suis pas juste un producteur qui se contente de mettre de l'argent sur la table comme beaucoup le font en Jamaïque.Ta spécialité dans les années 90 était les recuts de vieux riddims. Comment choisissais-tu un riddim que tu voulais revisiter ?C'est mon esprit qui me dictait quoi faire. J'ai grandi en écoutant Studio One, donc je me suis attaqué aux riddims qui selon moi devaient être introduits à la nouvelle génération.Et Studio One était ton label de prédilection n'est-ce pas ?Oui. J'aime tous les riddims de Studio One. Je suis incapable d'en choisir un en particulier, c'est pour ça que j'en ai refait tellement. Et je continuerai !Tu as travaillé avec de nombreux deejays comme Mad Cobra ou Cutty Ranks qui ont enregistré des gun tunes ou des morceaux slackness avec d'autres producteurs. Comment choisis-tu et acceptes-tu de travailler avec tel ou tel artiste sachant que tu ne produis que de la musique consciente ?Vous savez, le monde évolue. Donc les gens peuvent changer aussi. J'arrive à reconnaître le bon dans chaque individu. Et sachez aussi que ce sont les artistes qui viennent me voir, je ne vais chercher personne. Donc ceux qui viennent me solliciter savent qu'avec moi, ils n'auront pas d'autre choix que de chanter des paroles positives. Dans les cas de Cobra et Cutty, personne ne les connaissaient quand ils ont commencé avec moi chez Penthouse. Ils se sont fait connaître avec des morceaux conscious.Sur le logo de Penthouse Records, on voit des buildings de New-York. Pourquoi cette ville ?Un Penthouse est un appartement situé au dernier étage d'un immeuble et ce genre d'habitation a été créé à New-York. C'est de là-bas que ça vient donc c'est pour ça. En plus, New-York est une ville importante pour moi. J'y ai vécu dix ans dans les années 70. Je travaillais dans une boutique de disques et c'est même à New-York que j'ai commencé à produire sur mon premier label. Je faisais régulièrement des aller-retours en Jamaïque pour aller enregistrer les artistes.On raconte que tu as renvoyé Garnett Silk chez lui...Oui c'est vrai.As-tu regretté ?Non puisqu'il est revenu bosser chez Penthouse quelques années plus tard. Mais la première fois qu'il est venu me voir, il n'était pas prêt. Il avait besoin de faire murir son écriture. Il a travaillé et il est revenu me voir. Il y avait encore du travail, mais j'ai reconnu son talent et on a pu faire des choses ensemble. Tous les artistes avec qui j'ai travaillé à cette époque, je savais reconnaître leur talent. Mais il fallait souvent les guider pour arriver à en tirer le meilleur. C'était mon rôle.Tu es justement connu pour avoir fait découvrir de nouveaux talents. Tu as fait émerger Romain Virgo et même Buju Banton. Quel est ton protégé du moment ?Je n'en ai pas vraiment, car je me concentre sur mon travail avec Buju Banton pour le moment. Je mets toute mon énergie pour le remettre comme il faut sur les rails, donc je me retire un peu de la production. Mais le dernier en qui j'ai vraiment cru c'est Dalton Harris. Je le suis toujours de prêt, mais il travaille actuellement sur un album à Londres et je ne suis pas impliqué du tout dans ce projet.Quel est ton meilleur souvenir en tant que producteur ?Je suis très mauvais en souvenirs, mais ma plus grande fierté c'est d'avoir fait connaître tous ces artistes avant qu'ils ne soient réellement connus. Les gens que l'on vient de mentionner, Romain Virgo ou Buju Banton par exemple. Je suis vraiment fier de ça.Et ton pire souvenir ?Ma plus grande déception c'est que ma mère soit décédée avant d'avoir vu tout ce que j'ai pu accomplir. (webremix.info)


Yaniss Odua - Yon Pa Yon réédition

Yon Pa Yon a une place à part dans la discothèque et dans le coeur de tous les amateurs de reggae français ayant déjà soufflé leur trentième bougie. Sorti en 2002, cet album marquait le début de carrière d'un artiste qui allait devenir l'un des piliers du reggae hexagonal : Yaniss Odua. Presque 20 ans après sa sortie, Caan Dun Music, Baco Records et Yaniss Odua ont décidé d'offrir une seconde vie à cet opus mythique avec une réédition collector. On a adoré s'y replonger pour vous le faire (re)découvrir.Dès les premières notes de l'introduction (Praise) on est transporté quelques années en arrière, un riddim simple sur lequel Yaniss se contente de présenter ses salutations à sa majesté Hailé Sélassié dans un texte que les plus anciens réciteront sans doute machinalement (comme tout le reste de l'album d'ailleurs.) Viennent ensuite Sé poko sa et Mal au coeur, deux morceaux où l'on découvre déjà le flow précis et la plume incomparable du chanteur martiniquais avec deux textes qui nous parlent de la difficulté de s'en sortir dans une société qui ne semble pas avoir beaucoup évolué depuis qu'ils ont été écrits.Yaniss Odua a toujours su jongler avec les styles et il nous le montre ensuite avec des morceaux très dancehall comme On Your Mark, Long Time en feat. avec Matinda ou encore Chaud n' Happy et son riddim hyper dansant que le chanteur va retourner de son flow ravageur. Autre thème qu'abordera régulièrement l'artiste tout au long de sa carrière : les femmes et l'amour, et c'est le cas dès ce premier opus avec Elle va partir où Yaniss se met dans la peau d'un goujat et invite Straïka D à venir lui faire la morale ; ou dans un pur style lover sur Viens avec moi. Il n'y a pas qu'aux femmes auxquelles Yaniss Odua a toujours été fidèle puisque bien des années avant Chalawa, il déclarait déjà sa flamme à sa plante préférée sur Let Me Take a Lift, un premier ganja tune dont le texte fait encore mouche dès les premières notes : " Donne moi que du naturel pour nourrir mon spirituel " PULL UP !Quand Une larme se fait entendre, des frissons nous traversent littéralement le corps à l'écoute d'une musique si douce pour traiter d'un thème si dur... Et comment parler de Yon Pa Yon sans s'arrêter sur La Caraïbe ? Des lyrics précis et touchants où l'artiste dresse un constat alarmant mais juste de la situation dans les îles, pour un titre qui deviendra un hymne intemporel connu de tous et que beaucoup de selectas jouent encore aujourd'hui.Pour finir, on a droit à deux cerises sur le gâteau, deux tunes que les fans de Yaniss connaissent déjà par coeur mais qui n'avaient jamais eu l'honneur d'être repressés. D'abord J'ai la rage posé sur l'instrumentale du Ante Up des M.O.P. que le chanteur reprend dans un style très dancehall, puis Sa mwin ni pou bay, un texte lover posé sur un riddim aux accents latinos.La réedition de Yon Pa Yon ravira forcément les fans de Yaniss Odua qui en plus de voir cet album culte être remasterisé pourront pour la première fois y trouver quelques-uns de ses titres en format vinyle. Avec des textes déjà très travaillés, encore d'actualité, et des riddims toujours aussi efficaces, il saura séduire et parlera tout autant à un public plus jeune pour qui cet opus sera une belle découverte.Tracklist :1. Intro (Praise)2. Sé poko sa3. Mal au coeur4. Long Time ft. Matinda 5. On Your Mark6. La Caraïbe7. Une larme8. Chaud n' Happy 9. Elle va partir ft. Straika 10. Let Me Take a Lift11. Viens avec moi 12. Prends garde à toi13. Jusqu'où l'homme va aller14. Kick it Again15. J'ai la rage16. Sa mwin ni pou bay (webremix.info)


Liens : Artistes et Groupes de Reggae

reggaetom-comReggaetom.com

Toute l'actualité du reggae francophone : roots, ska, dub, ragga / hip-hop. Chroniques d'albums et de concerts, interviews, mp3, agenda, annuaire reggae...


boomblast-comBoomblast.com - Reggae Dancehall Live Radio

Boomblast est la première webradio basée en France à diffuser 24/24h et 7/7j du dancehall jamaïcain.


jahmusik-netjahmusik.net

Le premier webzine reggae ragga ska Dub.
Pationnés de reggae, retrouvez toute l'actualité du reggae ragga ska dub, des interviews, les news de Jamaique, des dossiers, des MP3, des cadeaux, les dates des concerts, les charts.


thekikoowebradio-comThe Kikoo Web Radio

The Kikoo Web Radio est une association qui à pour but de développer une Radio à tendance Reggae, Ska, Dub


reggae-frReggae.fr

Reggae.fr, le magazine reggae, toute l'actualité reggae, dancehall, ragga, dub, uk, kreyol. Agenda des concerts et festivals reggae, Reggae Tv et Reggae radio. Les mixs de mighty Sté en exclu et toutes les bonnes vibes.


webadub-comWEBADUB FM fwi radio

La radio et tele qui dit tout sur le reggae le dance hall local et international avec des clips et du son 24/24H.Vous pourrez acceder au tchat gratuit et ecouterez les nouveaux son de l'undergrounds Et surtout nos recettes itals les meilleures du net.


reggaefrance-comReggaefrance.com

Retrouvez la référence reggae-ragga, nombreuses interviews d'artistes jamaiquains & français, des nouveaux titres à l'écoute quotidiennement. Découvrez les nouvelles sorties 45t (écoute) et CD (chroniques). Chaque semaine, les news sur le reggae & le ragga. Une emission de radio est rediffusée chaque semaine. L'agenda des concerts et des sounds systems Paris et Province.


reggaelive-fr-stReggae made in Côte d'ivoire

Toutes les informations sur le reggae made in Côte d'Ivoire(Actualités,concerts, et bien d'autres...)



Vous pouvez Soumettre un Lien dans cette catégorie