Takana Zion

Origine : Guinée
Instrument :
Styles : Reggae
MySpace : http://www.myspace.com/takanazion

Takana Zion : discographie

Takana Zion - Black Mafia 2 album cover Album : Black Mafia 2
Année : 2010
Takana Zion - Zion Prophet album cover Album : Zion Prophet
Label : Makasound
Année : 2007
Takana Zion - Rappel  L'ordre album cover Album : Rappel L'ordre
Takana Zion - Rasta Government album cover Album : Rasta Government

Actualité de Takana Zion

Manjul a grandi à Paris où il découvre la musique en apprenant le violon. Très jeune il rencontre le reggae et le Rastafarisme, et devient peu à peu multi instrumentiste (percus nyabinghi, basse, claviers...) tout en apprenant le métier d'ingénieur du son. Il part ensuite vivre à Mayotte où il fonde le groupe Humble Ark Band, et c'est quelques années plus tard en s'installant à la Réunion qu'il monte son premier studio (le Humble Ark) où il enregistre (entre autres) Indian Ocean In Dub Fight 1, une compilation de dubs réalisés avec des artistes issus de tout l'Océan Indien. En 2001, il déménage au Mali où il remonte le Humble Ark Studio ; viendront ensuite des dizaines de collaborations avec des artistes comme Takana Zion, Tiken Jah Fakoly, Sugar Minott, Natty Jean ou Danakil. En 2005 Manjul sort Dub To Mali, un projet qui réunit sa passion du reggae et son amour pour l'Afrique. L'album sera suivi d'un second opus en 2007 et le producteur nous présente aujourd'hui le troisième volet (accompagné d'une réédition des deux premiers au format vinyle).C'est donc dans un univers bien à lui, fait d'une fusion entre reggae, dub et musique africaine que va nous amener Manjul ; et ça démarre fort avec Where is Manjul, parfaite introduction mêlant à merveille dub poetry, chant traditionnel africain et cuivres sur un gros riddim roots. On découvre ensuite Oh Mali, une déclaration d'amour faite par Manjul à son pays d'adoption sur un gros dub où il partage la vedette avec des solos de percussions et quelques notes de cuivres. Les riddims sont riches et travaillés à souhait, tellement que même après plusieurs écoutes vous découvrirez toujours un nouveau détail qui vous avait échappé. Le meilleur exemple est setucirc;rement le sublime Chaque saison a sa raison, un instrumental où les fletucirc;tes, les cordes et les percussions continuent encore de nous surprendre.Au milieu de ces morceaux tous plus soignés les uns que les autres, on a particulièrement aimé If You Don't Feel No Pain - dont le riddim nous fait penser aux lives dub de groupes come High Tone ou Improvisators Dub - ou encore Dub For the Miniamba (chanté par Tenin Massaran Kouyaté) grâce auquel il vous suffira de fermer les yeux pour être transporté directement en Afrique de l'Ouest. C'est sur un dub du riddim composé par Manjul pour Natty Jean et son Santa Yalla il y a quelques années que va se conclure ce bel album (Emperor). Une instru toujours aussi soignée et pleine d'effets sur laquelle le producteur rend hommage à Sa Majesté Haïlé Sélassié en guise de générique de fin.Avec Dub To Mali vol.3, Manjul nous offre une fois de plus une formidable plongée dans son univers qu'on aime tant, inspiré autant par le reggae jamaïcain et le rastafarisme que par la musique traditionnelle et le mysticisme africains et avec toujours le même souci du détail. On en redemande.Tracklist : 1. Where is Manjul2. Oh Mali3. Guede Dub4. Tounka5. If you Don't Feel no Pain6. Dub for the Miniambia7. Dub Music ( Coming in, Coming out) 8. Sougouniambe9. Bana Magni10. Real Hot 11. Timbuktu12. Ba Dji13. Afreecan adventurer14. Chaque Saison Sa Raison 15. Politricks16. Les Hommes de main 17. Emperor bacoshop.fr/etiquette/manjul-vinyle-frsmarturl.it/DubToMali3
Source : reggae.fr | 2019-06-17 02:00:00.0
Même s'il est moins connu que ses confrères francophones tels que Naâman, Biga Ranx ou Vanupié, le jeune Filentre est tout aussi talentueux. C'est ce qu'il nous prouve une fois de plus avec son nouvel album baptisé Inou Wali, qui signifie " merci " en soussou, la langue de Guinée. Trois ans après son EP Homme Libre, c'est avec plaisir que nous accueillons ce nouveau projet, bel hommage à l'Afrique - terre d'accueil de l'artiste montpelliérain depuis de nombreuses années - à ses peuples, à sa diversité, à sa beauté, à son âme, à la gentillesse de ses habitants, à ses luttes, à sa tristesse, à sa détresse. Filentre dépeind aussi l'Afrique comme source d'inspiration, comme espace de paix et de vivre ensemble, accompagné de sonorités hybrides, entre reggae roots profond et mélodies ancestrales africaines. Cet album est avant tout un pont jeté entre deux continents, une histoire commune et partagée, d'hommes et de femmes qui se lèvent, se battent et ne baissent jamais les bras pour créer un avenir meilleur.Enregistré dans le studio du virtuose Manjul, le Humble Ark au Mali, l'opus accueille des invités de premiers choix : le très grand Tiken Jah Fakoly, mais aussi le Guinéen Takana Zion et l'un des maîtres de la kora, le seul et l'unique Sidiki Diabaté. On ouvre l'album avec un morceau plein d'espoir nommé Continue le combat posé sur un riddim roots totalement envoetucirc;tant. Sur La marche, Filentre et Tiken défendent les peuples africains face à l'injustice, la misère, l'oppression, l'impérialisme occidental et la corruption de leurs chefs d'Etats. Filentre s'essaye ensuite avec brio à l'anglais sur Little Song, un son plutôt tranquille qui pointe du doigt les bienfaits du reggae et son pouvoir de nous rendre heureux.Le quatrième titre de l'opus, Un monde entier, est un tune enjoué porté par un texte conscient qui nous parle de l'importance de partir à la découverte de notre Terre, afin de s'enrichir, de s'ouvrir et d'appréhender le monde dans sa diversité. Le titre suivant, Là-bas, nous décrit les rêves de la jeunesse africaine qui souhaite s'exiler vers l'Europe pour avoir une meilleure vie et pouvoir construire une vie " Là-bas ". Mais comme le dit Filentre dans sa chanson, les choses ne se passent pas toujours bien entre les dangers de la route ou les rêves qui se brisent au coeur de l'océan. On poursuit avec le sublime Seulement vivre. Avec ce morceau, le chanteur nous amène dans un univers acoustique, porté par un texte puissant qui compte l'histoire d'un homme qui repense à sa vie, à sa famille, à ses rêves alors qu'il est en train de sombrer dans cette mer de malheur.De là-haut offre quant à lui un voyage poétique, tant grâce au texte qu'aux instruments sublimés par le très grand Sidiki Diabaté et son jeu si féerique. Un titre propice à la rêverie. Avec Sadness, Filentre revient à l'anglais sur un titre roots à l'atmosphère plutôt mélancolique. Arrive ensuite le duo avec Takana Zion, Humain, qui traite des moyens d'entraide, des solutions pour changer notre monde et faire avancer la condition humaine. L'opus se clôture avec Inou Wali en parfaite conclusion.Filentre nous compte une terre faite de multiples contrastes, de combats, d'engagements, d'entraide et de partage en signant un sublime album qui nous amène au coeur d'un voyage poétique et musical entre l'Afrique et l'Europe, loin des sentier battus. Tracklist :1 Continue le combat2 La marche feat. Tiken Jah Fakoly3 Little Song4 Un monde entier5 Là-bas6 Seulement vivre7 De là-haut8 Sadness9 Humain feat. Takana Zion10 Inou Wali
Source : reggae.fr | 2019-04-01 02:00:00.0