Artistes et Groupes de Ragga

Pays : Jamaique Antilles

Exemples de morceaux representatifs de Ragga



Artistes ou Groupes

Admiral T(7)[infos][video]  -  All Baxx(1)[video]  -  Bad Girls (Sista Lova & Lady Leens)(1)  -  Bebe Cool(0)[infos][video]  -  Bee Pasteef(1)  -  Benjam(6)[video]  -  Bok San San(1)  -  Bounty Killer(11)[infos]  -  COUP SEC(1)  -  Chronik 2h(2)  -  Daddy Harry(2)  -  Daddy Mory(7)[video]  -  Daddy Nuttea(5)[infos]  -  Daddy Pleen(3)  -  Daddy T'Charly(1)  -  Daddy Yod(12)[audio][video]  -  Devoe(1)  -  Diana King(8)  -  Dj Dan(2)  -  Docteur Charly(1)  -  Don Deltafa(0)  -  Don Miguel(0)  -  El Diablo(1)  -  Energy Crew(1)  -  Giovan'(1)  -  Ini Kamoze(10)[video]  -  JND(2)  -  Jahwise(3)[video]  -  Kajeem(2)[video]  -  Karbonn'(4)  -  Km Kafmalbar(1)  -  Krys(4)[video]  -  Lady Erosion(0)[video]  -  Little Yannis(1)  -  Lord Kossity(6)[infos][video]  -  MC Janik(5)  -  Mark Alexy(1)  -  Maïky(1)  -  Melo Gangstaa(1)  -  Metal Sound(5)  -  NaiBunji Garlin(6)[video]  -  Nuttea(10)[infos]  -  Pablo Master(5)  -  Papa Tank(1)[video]  -  Princess Erika(5)[infos]  -  R.A.S.(1)  -  Raggasonic(3)[infos]  -  Raggastyle(1)  -  Ranking-T(3)  -  Rwin-Paul(1)  -  Shaggy(14)[video]  -  Sista Flo(1)  -  Sista Lova(1)  -  Squila(0)[video]  -  T-East(1)  -  Tibo(0)  -  Tiwony(9)  -  Tonton David(6)[infos][video]  -  Vagabond Squad(0)  -  

Compilations

Dancehall Party(1)[infos][audio]  -  Génération lov' et ragga(1)  -  Haiti Rap & Ragga(1)  -  Jump up ragga(1)  -  Planete Raggamuffin(1)  -  Ragga Soca Massive Hits(1)  -  Ragga-Kolor(3)  -  Ti Boug Kreol(1)  -  Trinidad(1)  -  

Actualité : Artistes et Groupes de Ragga

Grand nom et acteur engagé de la scène dancehall et sound system, Guy Al Mc a déjà de nombreux projets à son actif tels que ses précédents albums solo LONG TIME, WALLA WALLA, SE LOV SELMAN et COMME D'HABITUDE. C'est désormais avec NAW son nouvel album qu'il vient se livrer en toute intimité. Comme l'indique la pochette, ce projet est au plus proche de l'artiste, de son histoire, de son quotidien heureux comme douloureux et de son rapport à la musique et la société qui l'inspirent !Nous sommes face à une vingtaine de titres tous très colorés dont les sonorités oscillent entre ragga et dancehall très énergique. On le voit en effet avec Man Pa Bizwen an PL, Fow Sav, Yo Ni Baboul qui nous invitent à un voyage au plus profond des Antilles et ses soirées aux danses frénétiques. L'artiste de la scène antillo-guyanaise sait nous apporter de subtiles surprises dans l'ambiance globale de son projet. En effet des touches plus électroniques se mêlant aux percussions dans Bijou Rare viennent apporter une belle modernité à ces rythmiques caribéennes d'antan. Le titre Fout Mwen Love Ou quand à lui vient, avec ces son ragga zouk, créer une couleur musicale chaleureuse et tendre. On poursuit en finesse avec la délicatesse acoustique de Travay Pou Jah ou bien encore Pourquoi et ses douces interventions de saxo très jazz venant adoucir et contrebalancer avec la thématique rude du morceau s'interrogeant sur les atrocités de la vie, cette fatalité que l'homme ne peut contrôler et empêcher. En guise de final, le morceau Fok ou Goumen résume à merveille le projet en étant très équilibré entre douceur du synthé et une rythmique progressivement de plus en plus énergique. Guy Al Mc sait manier les mots pour créer des textes actuels sensibles, modernes truffés d'humour et surtout de réalité. NAW est aussi un appel à une prise de conscience sur notre monde. Une belle maîtrise des rythmes vient appuyer ce travail lyrical pour donner naissance à un projet authentique tout en simplicité, générosité et rayonnant d'énergie.
Source : reggae.fr | 2019-03-19 01:00:00.0
C'est en 2011 que les amateurs de dub music ont découvert les Mahom en grande pompe avec le Faso Feu riddim sur lequel Daba Makourejah posait alors son hit Bamba ; le duo a depuis bien aiguisé ses griffes avec trois albums, des sortie vinyles et des dizaines de prestations live. Devenu un nom avec lequel il faut compter sur la scène dub hexagonal, les Mahom ont su évoluer, à l'image de leur emblématique chat maneki neko qui a bien grandi et escalade aujourd'hui des buildings sur la pochette de leur nouvel album produit sous la direction artistique de Panda Dub et intitulé King Cat. C'est Cosmic Cat qui ouvre cet album, une entrée en matière parfaite, sobre instrumentale aux basses abyssales sur lesquelles viennent ruisseler des mélodies de claviers venues d'une galaxie lointaine ; un contraste total avec l'ambiance sombre et très orientée stepper Uk du morceau suivant Blue Hole. C'est ainsi que le duo a décidé de nous faire voyager sur ce nouvel opus, entre stepper de warrior et dub paisibles, entre morceaux alarmistes et titres hyper joyeux pleins d'espoir. On découvre ensuite le premier feat de cet album, Digital Badness où les Mahom ont invité Green Cross sur un riddim digital à souhait entre ragga et hip hop, taillé sur mesure pour le flow affuté du Mc de l'écurie Brigante. La seconde invitée de cet opus, Luiza aura droit a deux morceaux, posant d'abord sa voix sur un stepper planant (Snowball) avant de nous proposer une surprenante reprise de Françoise Hardy posée sur une instrumentale douce et lunaire (Le Temps de l'amour). On continue notre ballade entre morceaux aux accents electro nous amenant dans une jungle urbaine hyperactive (Sound Conspiracy) et dub envoutants aux samples japonisants qui nous offrent une pause dans un jardin fantasmagorique (Prisme), avant que le bien nommé Hypnose ne vienne conclure à merveille cet album.King Cat est un album moderne aux accents electro et urbains,une plongée de plus dans l'univers de Mahom qui évolue au fil des sorties mais qu'on apprécie toujours autant. Disponible dés aujourd'hui en téléchargement sur le site d'ODG, en cd et vinyle dés le 22 mars. Précommandes diponibles sur le site de Flowercoast. Tracklist : 1. Cosmic Cat 2. Blue Hole 3. Digital Badness Ft Green Cross 4. Planete 5. Snowball Ft Luiza6. Waves 7. Sound Conspiracy8. Prisme9. Beyond The High Montain 10. Le Temps de l'Amour Ft Luiza11. Disappear12. Hypnose
Source : reggae.fr | 2019-03-18 01:00:00.0
C'est en 2011 que les amateurs de dub music ont découvert les Mahom en grande pompe avec le Faso Feu riddim sur lequel Daba Makourejah posait alors son hit Bamba ; le duo a depuis bien aiguisé ses griffes avec trois albums, des sortie vinyles et des dizaines de prestations live. Devenu un nom avec lequel il faut compter sur la scène dub hexagonal, les Mahom ont su évoluer, à l'image de leur emblématique chat maneki neko qui a bien grandi et escalade aujourd'hui des buildings sur la pochette de leur nouvel album produit sous la direction artistique de Panda Dub et intitulé King Cat. C'est Cosmic Cat qui ouvre cet album, une entrée en matière parfaite, sobre instrumentale aux basses abyssales sur lesquelles viennent ruisseler des mélodies de claviers venues d'une galaxie lointaine ; un contraste total avec l'ambiance sombre et très orientée stepper Uk du morceau suivant Blue Hole. C'est ainsi que le duo a décidé de nous faire voyager sur ce nouvel opus, entre stepper de warrior et dub paisibles, entre morceaux alarmistes et titres hyper joyeux pleins d'espoir. On découvre ensuite le premier feat de cet album, Digital Badness où les Mahom ont invité Green Cross sur un riddim digital à souhait entre ragga et hip hop, taillé sur mesure pour le flow affuté du Mc de l'écurie Brigante. La seconde invitée de cet opus, Luiza aura droit a deux morceaux, posant d'abord sa voix sur un stepper planant (Snowball) avant de nous proposer une surprenante reprise de Françoise Hardy posée sur une instrumentale douce et lunaire (Le Temps de l'amour). On continue notre ballade entre morceaux aux accents electro nous amenant dans une jungle urbaine hyperactive (Sound Conspiracy) et dub envoutants aux samples japonisants qui nous offrent une pause dans un jardin fantasmagorique (Prisme), avant que le bien nommé Hypnose ne vienne conclure à merveille cet album.King Cat est un album moderne aux accents electro et urbains,une plongée de plus dans l'univers de Mahom qui évolue au fil des sorties mais qu'on apprécie toujours autant. Disponible dés aujourd'hui en téléchargement sur le site d'ODG, en cd et vinyle dés le 22 mars. Précommandes diponibles sur le site de Flowercoast. Tracklist : 1. Cosmic Cat 2. Blue Hole 3. Digital Badness Ft Green Cross 4. Planete 5. Snowball Ft Luiza6. Waves 7. Sound Conspiracy8. Prisme9. Beyond The High Montain 10. Le Temps de l'Amour Ft Luiza11. Disappear12. Hypnose
Source : reggae.fr | 2019-03-18 01:00:00.0
Après quelques entretiens vidéos démarrés l'année dernière (RDH Hi Fi, Dawa Hi Fi), Reggae.fr continue de mettre en avant les acteurs du mouvement sound system avec la rubrique Dub Ambassadors. Melodub fait partie de l'hyperactive scène nantaise ; armés d'une sono faite-maison tout en bois, ils jouent du dub au sens large, du roots foundation le plus profond aux sons modernes les plus fous. Ils font partie de cette nouvelle génération française qui fait vivre la culture sound system sur le territoire. Rencontre avec Jahraw et Clément, respectivement selector et technicien/opérateur du crew. Reggae.fr : Parlez-nous de votre rencontre avec le reggae et les sound sytems.Clément : J'ai découvert ça à Montpellier avec les sessions de Lion Roots qui jouait souvent dans le coin. C'est là-bas que j'ai pris mes premières " claques " à écouter un sound system type reggae/dub. Par la suite j'ai bougé en session en France à droite à gauche, puis en Angleterre avec le carnaval de Notting Hill notamment. Et puis l'envie de construire mon propre sound system est venue. J'avais commencé à monter le projet avec des potes à Montpellier à la base, après j'ai commencé à construire quelques enceintes quand je suis arrivé en Bretagne avec un ami. Puis j'ai rencontré Jahraw et on a vraiment lancé le projet.Jahraw : Moi j'ai commencé à écouter du reggae et après j'ai découvert les sound systems il y a une dizaine d'années. Les enceintes, jouer fort, plein de basses... Tout ça j'aime beaucoup. J'ai commencé avec un autre sound system qui était plus ragga jungle, break beat, ce genre de trucs. Et puis j'ai rencontré Clem qui était dans la musique dub... Et nous voilà aujourd'hui.Vous êtes basés à Nantes, une ville où la culture dub est très vivante notamment avec le Dub Camp et les soirées Dub Club. Comment expliquez-vous que cette culture soit particulièrement implantée dans cette ville ?Jahraw : C'est vrai qu'à Nantes il y a un beau phénomène dans le dub. Il y a énormément de soirées. On parle beaucoup du Dub Camp et des Dub Clubs mais il y a aussi plein d'autres plus petites soirées qui marchent très bien et qui sont vraiment très intéressantes.Clément : Comment l'expliquer je ne sais pas. Il y a une base avec Abubakar déjà, qui est là depuis un bon moment avec Zion Gate. Je pense que tous ceux qui sont à Nantes sont déjà allés au moins à une session de Zion Gate. Il y est pour quelque chose c'est setucirc;r, mais pourquoi ça a si bien pris à Nantes, je ne sais pas vraiment en fait.Jahraw : Il y a plusieurs coins en France où tu vois que ça marche. etCcedil;a marche bien partout mais tu as des points où ça marche particulièrement bien, comme Bordeaux par exemple. Il y a beaucoup de monde, beaucoup de sonos qui se construisent, les jeunes aiment bien ça et eux aussi construisent des petites sonos, ils commencent à s'y mettre. Le problème reste de trouver des lieux. Mais c'est vrai qu'à Nantes il y a une soirée dub presque tous les 15 jours. C'est assez dingue quand même.Sur quel format jouez-vous ?Jahraw : On joue 80% de vinyles.Clément : Pour les dubplates ou les prods, on joue en numérique car on ne peut pas se permettre de tous les graver au format vinyle. etCcedil;a m'arrive aussi assez souvent d'aller sur une plateforme de téléchargement pour acheter un son même si on privilégie les vinyles. Pour voyager c'est aussi parfois plus pratique d'avoir sa musique sur PC plutôt que de transporter des caisses de disques.Question simple mais qui pourrait alimenter des débats pendant des heures : C'est quoi le dub ?Jahraw : La première chose qui me vient à l'idée c'est une face B avec une grosse ligne de basse. Le genre de son où tu fermes les yeux et où tu peux partir.Clément : Je dirais que c'est l'utilisation d'effets, le retravail de la musique, de la face A d'un disque. Il y a un skank, des snares, une basse, un travail de mixage et énormément d'effets. Après il y a plein de directions dans le dub, ça a un sens assez large qui englobe pas mal de choses. On peut même dire qu'il y a plusieurs styles de dub...Justement, il y a plein de styles de dub. Quel sens donnez-vous à vos sélections ?Jahraw : On peut jouer pas mal de choses dans nos sessions. On n'a pas une sorte de dub ou une sorte de roots qu'on aime plus. Enfin si on a des petites préférences mais je veux dire, on joue plein de styles.Clément : On n'a pas une étiquette "rootsman" ou "stepper" et au final je pense que c'est ce qui peut faire l'identité aussi. Une session multi styles au travers du reggae/dub.Parlez-nous de l'importance que peut prendre le public lors d'une session.Clément : Ben pour moi si il n'y pas de public, il n'y a pas de session. Il n'y a pas forcément besoin de beaucoup de monde. Mais il faut arriver à communiquer d'une manière ou d'une autre avec ton public et créer une émulsion.Arrivez-vous à vivre de votre passion ?Jahraw : On a chacun un taff à coté parce qu'on va dire que l'argent qu'on gagne avec le sound system on le garde pour le réinjecter dans le projet. Améliorer le matériel, organiser une soirée, réparer du matos cassé... etCcedil;a arrive d'ailleurs très souvent, il faut le signaler.Clément : Moi j'ai la chance de travailler dans le milieu aussi car je fabrique des machines donc je passe 90 % de mon temps dans le milieu sound system. C'est compliqué de monter un sound si tu n'as as pas de taff à coté. Pour nous ça reste une passion, pas un gagne-pain.Jahraw : Après si on se met à jouer avec le full system tous les 15 jours, pourquoi pas ? Mais pour l'instant ce n'est pas le cas.Clément : Déjà on n'a plus, ou quasiment plus, besoin d'injecter de l'argent perso. Au début, on a beaucoup investi de notre poche, mais maintenant ce sont les sessions qui ramènent des sous et qui permettent d'améliorer le système. Donc c'est déjà plus confortable. Après toutes ces années vous avez forcément des souvenirs marquants ?Clément : L'an dernier, on est partis jouer dans un festival et on savait qu'on était en surcharge avec le camion. On s'est fait contrôlés, ils ont pesé le camion... On a été obligés de décharger des boxes et de faire deux allers-retours pour venir rechercher le reste de la sono. Tout ça sous la flotte évidemment, puisqu'il ne peut pas faire soleil à ce moment-là (rires). Donc ça c'était le vrai plan galère. Aujourd'hui on en rigole, mais sur le coup beaucoup moins. Après des bons souvenirs de soirées en sound system j'en ai plein. Une des sessions qui m'a le plus marqué c'est Shiloh et Earthquake à Bruxelles. J'ai vraiment pris une claque tant par la sélection que par le volume sonore et la pression dans la salle.Jahraw : Moi j'en ai une qui me vient à l'idée c'était une soirée à l'époque à l'Olympic à Nantes où il y avait justement Zion Gate qui posait sa sono avec Dub Judah et African Simba. C'était il y a très longtemps mais cette soirée était magique.Pour finir est-ce qu'il y a des projets qui vont arriver dans les mois à venir ?Clément : On a une soirée à Nantes en mars avec Nina's Rocking Sound et Forward Sound. Et on jouera avec Legal Shot et Charlie P pour la Mov'Up Dub Session pas très loin de chez nous aussi. Après, on ne fait pas que du sound system reggae/dub avec la sono. On s'autorise aussi à sonoriser d'autres styles de musique que ce soit drum et bass, techno, trance, tropical, electro, ou même des lives avec des zikos. On n'est pas fermés.Jahraw : Le but c'est de continuer à faire danser les gens pour qu'ils repartent avec le sourire de nos soirées.
Source : reggae.fr | 2019-02-22 01:00:00.0
Vendredi soir, le Pitch Me à Paris accueillait quelques noms de la scène ragga martiniquaise : Ras David, Massif John, Natwal, Xavb,...
Source : franceantilles.fr | 2018-10-22 21:18:00.0

Vous pouvez Soumettre un Lien dans cette catégorie