Sizzla

Origine : Jamaique
Instrument :
Styles : Reggae
Site Officiel : Sizzla
Autres informations : Biographie

Sizzla : discographie

Sizzla - The Scriptures album cover Album : The Scriptures
Année : 2011
Sizzla - Ain't gonna see us fall album cover Album : Ain't gonna see us fall
Année : 2006
Sizzla - Jah Protect album cover Album : Jah Protect
Année : 2006
Sizzla - Waterhouse Redemption album cover Album : Waterhouse Redemption
Année : 2006
Sizzla - Brighter Day album cover Album : Brighter Day
Année : 2005
Sizzla - Burning Fire album cover Album : Burning Fire
Année : 2005
Sizzla - Soul Deep album cover Album : Soul Deep
Année : 2005
Sizzla - Jah Knows Best album cover Album : Jah Knows Best
Année : 2004
Sizzla - Life album cover Album : Life
Année : 2004
Sizzla - Speak Of Jah album cover Album : Speak Of Jah
Année : 2004
Sizzla - Stay Focus album cover Album : Stay Focus
Année : 2004
Blank Cover Album : Jah Warrior (Luciano and Sizzla)
Année : 2003
Sizzla - African Children album cover Album : African Children
Année : 2003
Sizzla - Light Of My World album cover Album : Light Of My World
Année : 2003
Sizzla - Rise To The Occasion album cover Album : Rise To The Occasion
Année : 2003
Sizzla - Voice of Jamaica album cover Album : Voice of Jamaica
Année : 2003
Sizzla - Blaze Fire Blaze album cover Album : Blaze Fire Blaze
Année : 2002
Sizzla - Blaze Up The Chalwa album cover Album : Blaze Up The Chalwa
Année : 2002
Sizzla - Ghetto Revolution album cover Album : Ghetto Revolution
Année : 2002
Sizzla - Hosanna album cover Album : Hosanna
Année : 2002
Sizzla - Up In Fire album cover Album : Up In Fire
Année : 2002
Sizzla - Black History album cover Album : Black History
Année : 2001
Sizzla - Rastafari Teach I Everything album cover Album : Rastafari Teach I Everything
Année : 2001
Sizzla - Taking Over album cover Album : Taking Over
Année : 2001
Sizzla - Bobo Ashanti album cover Album : Bobo Ashanti
Année : 2000
Sizzla - Words Of Truth album cover Album : Words Of Truth
Année : 2000
Sizzla - Be I Strong album cover Album : Be I Strong
Année : 1999
Sizzla - Good Ways album cover Album : Good Ways
Année : 1999
Sizzla - Kalonji album cover Album : Kalonji
Année : 1999
Sizzla - Liberate Yourself album cover Album : Liberate Yourself
Année : 1999
Sizzla - Royal son of Ethiopia album cover Album : Royal son of Ethiopia
Année : 1999
Sizzla - Black Woman and Child album cover Album : Black Woman and Child
Année : 1998
Sizzla - Freedom Cry album cover Album : Freedom Cry
Année : 1998
Sizzla - Reggae Max album cover Album : Reggae Max
Année : 1998
Sizzla - Praise Ye Jah album cover Album : Praise Ye Jah
Année : 1997
Sizzla - Burning up album cover Album : Burning up
Année : 1995

Actualité de Sizzla

On ne sait jamais à quoi s'attendre quand un nouvel album de Sizzla voit le jour. etEacute;clair de génie ou médiocrité ambiante ? Que des perles, quelques big tunes ou quasiment rien de bon ? La réputation instable de l'artiste n'est plus à faire. Ce nouveau Fought for Dis résume bien la carrière du leader de la génération new roots : une inégalité constante qui n'exclut pas quelques belles découvertes.Fought for Dis est le fruit de dix années de collaboration entre le singjay et le label AL.TA.FA.AN., figure incontournable du new roots jamaïcain. Un titre par an ! Quelques singles déjà sortis en série figurent donc sur la tracklist comme le terrible Don't Worry sur le Kiana Riddim en featuring avec Mark Wonder et Gentleman. Un trio gagnant que l'on retrouve avec plaisir. Une autre triplette fait sensation sur le papier : la rencontre avec Capleton et le nouveau phénomène dancehall Vershon. Malheureusement pas à la hauteur de nos espérances, ce titre aux allures de hip-hop est presque gâché par un refrain en voix de tête loupé. Les couplets de Kalonji et Capleton viennent sauver la mise, mais Vershon passe quasiment inaperçu aux côtés des deux légendes. Les fans de hip-hop se consoleront avec Freedom en duo avec M1 du groupe Dead Prez où Sizzla se rattrape haut la main avec un refrain entêtant et des phases incisives sur certains couplets venant concurrencer le flow de son collègue américain.Album très culturel s'il en est, Fought for Dis fait quid du dancehall, un style sur lequel l'artiste bobo dread est pourtant plutôt à l'aise. Mis à part les deux titres hip-hop déjà cités, le producteur Anthony Senior s'est concentré sur ce qui a fait la marque de fabrique de son label : un new roots mélodieux et des ballades aux cuivres très présents. Love you Jah Jah, Show More Love ou The Children are the Future en sont les parfaits exemples. Much More fait quant à lui office de flash-back au début des années 2000, quand le reggae one drop était brut et sauvage, rappelant presque la grande époque de Sizzla des années 90 où l'artiste alternait entre voix douce et gutturale sans broncher.Loin d'être incontournable dans la discographie de Sizzla, Fought for Dis reste de bonne facture malgré quelques ratés. On trouve à boire et à manger sur ce nouvel effort. A vous d'aller piocher ce qui vous correspond !Tracklist :01. Fought for Dis 02. Freedom feat. M1 Dead Prez 03. Love you Jah Jah 04. Happy for You feat. Capleton et Vershon 05. Show More Love 06. Don't Worry feat. Gentleman et Mark Wonder 07. The Children are the Future 08. Take my Breath Away feat. Nakeisha 09. Much More 10. Jamaica feat. Sugar Cane
Source : reggae.fr | 2017-07-11 02:00:00.0
Kabaka Pyramid était de passage au New Morning de Paris le 15 juin dernier pour l'une de ses rares dates françaises cette année. Le jeune rasta a livré un show particulièrement énergique en laissant une belle place au dancehall et à de nombreux hommages à ses idoles Sizzla, Capleton et autres Buju Banton. Le public parisien a également eu droit à une visite surprise de Sara Lugo sur High et Windy et à l'excellent Can't Breathe sorti quelques jours auparavant en prélude du premier album de l'artiste à paraître courant 2017. Kabaka était précédé par Straika D backé par l'équipe de Party Time pour présenter son nouvel opus Coeur de feu. Retour en images grâce aux photos de Philippe 'Da Best' Campos.Straika D Little Francky (Party Time)Kabaka Pyramid
Source : reggae.fr | 2017-06-29 02:00:00.0
Ce n'est pas le plus médiatisé des chanteurs jamaïcains mais les connaisseurs attendent chacune de ses sorties avec impatience, Courtney John ne devrait pas les décevoir avec sa nouvelle pépite : Ecosystem.Courtney John est ce que l'on appelle un enfant de la balle : baigné dans le reggae depuis sa plus tendre enfance par ses deux oncles, Winston et Beres Hammond, il multiplie les sorties dés le début des années 90. Aussi reconnu pour ses albums en solo que pour ses talents de compositeur (il a collaboré avec Anthony B., Sizzla, Beenie Man, Luciano ou encore Marcia Griffiths) il nous revient donc aujourd'hui avec son nouvel opus paru sur le label Soul Man Records, fruit de la rencontre entre Undisputed Records et Brimstone, un talentueux instrumentiste français. Dès le premier morceau, Southern Winds, on est accueilli par une instru simple et lente fortement basée sur la basse et la batterie où les douces notes de guitare se font discrètes pour laisser place à la voix sensuelle et haute perchée de Courtney John dans un pur style de crooner jamaïcain. Le ton est donné. On reste dans ce style lover roots avec des morceaux langoureux comme My Love is Real ou le sublime All the Way qu'on écoute en boucle. Certains morceaux sont plus dansants et dynamiques, c'est le cas de Easier to Walk Away ou encore de Free for All avec sa mélodie entraînante. On apprécie particulièrement le titre Yes We Are qui réunit tous les ingrédients pour devenir un hymne roots : un message d'unité délivré sur un riddim efficace aux sonorités entêtantes. L'album se conclut sur Cold Feet, un roots aux accents de ska sur lequel la voix cristalline de Courtney John fait plus que bon effet. Onze instrumentales toutes plus maîtrisées les unes que les autres, du roots aux teintes soul sur lequel la voix si parfaite et unique de Courtney John fait mouche à chaque fois ; Ecosystem est un album hors du temps qu'on conseille à tous les amateurs de bon reggae. Tracklist :01. Southern Wind 02. Paper Dolls 03. Yes We Are 04. Jah Love Is Waiting 05. Never Get Weary 06. All the Way 07. My Love is Real 08. Easier to Walk Away 09. It's for Real 10. Free for All 11. Cold Feet
Source : reggae.fr | 2017-06-28 02:00:00.0
La programmation de cette 18e édition de Terre de blues a ravi le public de l'habitation Murat, qui a répondu présent et connu...
Source : franceantilles.fr | 2017-06-06 00:00:00.0
Sur la scène de l'Habitation Murat, du 2 au 5 juin, la 18e édition de Terre de Blues accueillera également Rony Théophile, Morgane Ji, Faada...
Source : franceantilles.fr | 2017-04-28 00:00:00.0
Imaginez un instant Sizzla, Capleton et Fantan Mojah réuni sur un même hit…le titre « No Surrender« …le producteur Monkey Marc…No Surrender…

lire plus

Source : reggae-blog.fr | 2017-03-29 03:27:00.0
Artiste jamaïcain contro-versé de la scène dancehall, Sizzla est la tête d'affiche du 18e Terre de Blues, programmé...
Source : franceantilles.fr | 2017-02-22 00:00:00.0
On était littéralement tombés sous le charme du dernier effort de Bugle, Anointed, qui remonte à 2014, alors autant vous dire qu'on ne boude pas notre plaisir de voir l'artiste de retour avec un nouvel album. Et on n'est pas déçus ! Ce nouveau Be Yourself s'inscrit dans la continuité avec une vibe toujours aussi moderne malgré un côté bien plus roots que le précédent album.Bugle fait partie de ces artistes à qui on n'en veut pas d'utiliser l'autotune. Pas d'abus, juste ce qu'il faut pour corriger une voix pas toujours juste mais tellement irrésistible. La chaleur incarnée sort de la bouche de cet artiste qui pourrait aisément se complaire dans des chansons d'amour mielleuses. Il n'en est rien. Exceptés le one drop Love Me Only en featuring avec Shenseea et Genuine Love à la fureur dissimulée par un rythme lent et vaporeux, le Bobo s'oriente plutôt vers des textes conscients et élévateurs. Il exprime l'espoir sur Better Must Come, le respect et l'entraide sur Once a Man Twice a Child, la détermination avec Never Say You Can't et Endurance ou encore la confiance et l'acceptation de soi sur le délicieux nyabinghi Be Yourself posé sur le Prayer Wata Riddim. Bugle maîtrise l'écriture et ses rimes résonnent comme une évidence quand il s'approprie des proverbes ou des écrits bibliques pour prôner la réflexion et blâmer l'empressement avec Endurance et Rope, deux des meilleurs tracks. On adore également Always a Way posé sur une refonte moderne du Prison Oval Rock de Barrington Levy. Bugle se veut souvent grave et sérieux, mais il sait aussi s'amuser et détendre l'atmosphère comme sur les deux titres les plus festifs de l'opus : le hit international Ganja avec Shaggy et un remix de son Rasta Party où Sizzla et Tarrus Riley s'invitent. Deux tunes bass music tout à fait dans l'ère du temps. On aime ou on n'aime pas, mais force est de reconnaître que ça fait danser les gens.L'univers de Bugle s'appréhende avec du temps. Sa voix suave interpelle et le choix de ses riddims déstabilise, mais le travail paye. Bugle ne se repose pas sur ses acquis. Une application toute particulière dans l'écriture et un travail de fond sur la construction des instrus font une nouvelle fois mouche. Be Yourself est l'une des très belles réussites de ce début d'année.Tracklist :01. Be Yourself02. Devalue03. Endurance04. Always a Way05. Ganja feat. Shaggy06. Love Me Only feat. Shenseea07. Genuine Love08. Better Must Come09. Rasta Party feat. Tarrus Riley et Sizzla (Remix)10. Rope11. Elevation12. Sophisticated Sufferers feat. Rockaz Elements13. Never Say You Cant14. Once a Man Twice a Child15. Acceptance
Source : reggae.fr | 2017-02-15 01:00:00.0