Artistes et Groupes de Reggae

Pays : Jamaique

Exemples de morceaux representatifs de Reggae



Videos de Reggae

Video clips de Reggae (YouTube et DailyMotion)

Artistes ou Groupes

340ml(2)[video]  -  Abdel Wright(1)  -  Abdou Day(2)  -  Abdoul Jabbar(1)  -  Abega(3)  -  Abijah(3)  -  Adioa(4)[infos]  -  Admiral Bailey(4)  -  Adrien Bass(1)  -  African Brothers(3)  -  African Bush Doctor(0)[video]  -  African Head Charge(17)[infos]  -  Agana(1)[video]  -  Ahmed Faras(0)  -  Akwe(0)  -  Al Campbell(11)  -  Al Pancho(1)  -  Albert Griffiths(0)  -  Alex Kajumulo(1)  -  Ali Moindzani(0)[video]  -  Alpha Blondy(25)[infos][audio][video]  -  Alpha Mim(1)  -  Alpha Oméga(1)  -  Alpha Rowen(1)[video]  -  Alpha Wess(1)  -  Amazulu(8)  -  Andrew Tosh(4)  -  Anguilé(1)  -  Annette Brissett(1)  -  Anthony B(21)[infos][video]  -  Anthony Johnson(2)  -  Apple Gabriel(4)  -  Arkaingelle(1)  -  Asher Senator(1)  -  Askia Modibo(1)[infos]  -  Aston "Family Man" Barrett(2)  -  Aswad(28)[video]  -  Augustus Pablo(33)[infos]  -  Aziz Wonder(0)[infos]  -  Babadi(5)[video]  -  Baby G(1)  -  Back Jardel(1)  -  Backom(2)  -  Baco(5)[infos][video]  -  Bafing Kul(1)  -  Baloji(1)  -  Baraka Oyuru(1)  -  Barbara Jones(0)  -  Barrington Levy(37)[video]  -  Barrington Spence(3)  -  Barry Brown(4)  -  Baster(12)[video]  -  Bee Pasteef(1)  -  Benjam(6)[video]  -  Benz'n(1)  -  Beres Hammond(28)[infos][video]  -  Big Youth(23)[infos][video]  -  Billy Boyo(2)  -  Bim Sherman(25)[infos]  -  Bingui Jaa Jammy(4)[infos][video]  -  Black Medio(0)  -  Black Roots(6)  -  Black Uhuru(34)[infos]  -  Bob Andy(5)  -  Bob Dahilou(1)[infos]  -  Bob Marley & The Wailers(11)[infos][video]  -  Bobby Ellis(2)  -  Brigadier Jerry(6)  -  Brother Ayouba(1)[video]  -  Buju Banton(19)[infos][video]  -  Bunny Wailer(26)[infos]  -  Burning Spear(41)[infos][video]  -  Burro Banton(3)[infos]  -  Bushman(11)[video]  -  COUP SEC(1)  -  Capleton(20)[infos][video]  -  Carl Harvey(1)  -  Carlene Davis(7)[infos]  -  Cedric "Im" Brooks(5)  -  Cedric 'Congo' Myton(3)  -  CeePee(1)  -  Chaka Demus & Pliers(8)[infos][video]  -  Charlie Chaplin(10)  -  Chata Addy(2)  -  Chezidek(4)[infos]  -  Chow Panachie(1)  -  Chrisinti(2)  -  Clancy Eccles(3)[infos]  -  Cliff Brown Tchiepi(0)  -  Clint Eastwood(3)  -  Clinton Fearon(9)  -  Clive Hunt(1)  -  Cocoa Tea(39)[infos]  -  Cornell Campbell(16)[video]  -  Cultural Roots(2)  -  Culture(32)  -  Défoul' la mêm(4)  -  Daddy Freddy(11)  -  Daddy Nuttea(5)[infos]  -  Daddy Rings(3)  -  Damian Marley(4)[infos][video]  -  Daweh Congo(7)  -  Deïdo Tree(0)  -  Dean Fraser(9)[infos]  -  Delroy Washington(2)  -  Delroy Williams(1)  -  Delroy Wilson(10)[infos]  -  Dennis Brown(90)[infos][video]  -  Dezarie(3)  -  Diana Rutherford(1)  -  Didyé Kérgrain(1)  -  Dillinger(9)  -  Dj Dan(2)  -  Djama(4)[video]  -  Djos Kezo(0)  -  Dolé(0)  -  Don Carlos(1)  -  Doniki(1)  -  Dr Mooch(1)  -  Dr. Alimantado(8)  -  Dread Maxim(2)  -  Earl Chinna Smith(3)  -  Earl Sixteen(5)[infos]  -  Earth and Stone(1)  -  Eek a Mouse(16)  -  Elie Kamano(1)[video]  -  Elijah Prophet(1)  -  Empress Ayeola(1)  -  Energy Crew(1)  -  Eric Donaldson(14)  -  Ernest Ranglin(13)  -  Etana(1)[video]  -  Fôô Fanick(0)[video]  -  Fac Alliance(3)[video]  -  Fadal Dey(0)[video]  -  Frankie Paul(7)[infos]  -  Freaky Joe aka Sing'A'Teh(1)[video]  -  Fred Locks(3)  -  Freddie Mc Gregor(41)  -  Ganga Vibes(0)  -  Garnett Silk(8)[infos]  -  Gato Negro(1)  -  General Degree(3)  -  Gladstone_Anderson(3)  -  Glen Washington(16)  -  Gondwana(5)  -  Guya Tchendo(0)  -  Gyptian(5)[video]  -  Half Cast(0)[video]  -  Harry Mo(1)  -  Hass Keita(0)  -  Hass Mosa(2)[video]  -  Hoba Hoba Spirit(0)[infos]  -  Horace Andy(44)[infos][video]  -  Horace Martin(3)  -  Hugh Mundell(8)  -  I Roy(17)[video]  -  I-Three(2)  -  Ijahman(24)  -  Inner Circle(21)[infos]  -  Innocent Galinoma(1)[video]  -  Ismaël Isaac(7)[infos][video]  -  Ismaël Wonder(1)  -  Israel Vibration(33)[infos][video]  -  Jackie Mittoo(29)[infos]  -  Jacob Miller(8)[infos]  -  Jah Cure(5)[infos][video]  -  Jah Lion(1)  -  Jah Lloyd(3)[infos]  -  Jah Mali(2)  -  Jah Mason(11)[infos]  -  Jah Milk(1)  -  Jah Nesta(1)  -  Jah Prince & The Prophets Band(1)  -  Jah Shaka(17)[infos]  -  Jah Stitch(4)[infos]  -  Jah Woosh(2)  -  Jah'Key Malle(0)  -  Jahel(0)  -  Jahwise(3)[video]  -  Jamadom(2)  -  Jede I Tafari(0)[video]  -  Jerry Jheto(1)  -  Jhiko Manyika(3)  -  Jim Kamson(1)  -  Jimmy Cliff(35)[infos]  -  Jimmy Riley(14)  -  Joe Gibbs(7)  -  Joe Higgs(3)[infos]  -  John Chibadura(7)[infos]  -  John Holt(42)  -  Johnny Clarke(8)[infos][video]  -  Joseph Cotton(8)  -  Josey Wales(3)  -  Judy Mowatt(10)[infos]  -  Julian Marley(4)[infos]  -  June Lodge(2)  -  Junior Delgado(23)[infos]  -  Junior Kelly(9)[infos][video]  -  Junior Murvin(3)[infos]  -  Junior Reid(19)[infos]  -  Justin Hinds(7)[infos]  -  Kajeem(2)[video]  -  Kalash(3)  -  Kaliroots(2)  -  Kalory Sory(1)  -  Kana(2)  -  Keith Hudson(11)  -  Ken Boothe(35)  -  Kiddus I(3)[infos]  -  King David(1)  -  King Sounds(7)  -  Kizito(2)[video]  -  Koko Dembele(1)  -  Kom'Zot(4)  -  Kuami Mensah(0)[video]  -  Kulcha Far I(3)  -  Kussondulola(6)[video]  -  Kwame Bediako(3)  -  Ky Mani Marley(1)  -  Kâyamanga(1)  -  Larry Cheick(1)  -  Lee "Scratch" Perry(22)  -  Leroy Brown(1)  -  Leroy Smart(6)  -  Linton Kwesi Johnson(15)[infos][video]  -  Linval Thompson(3)[video]  -  Little John(4)  -  Little Roy(7)[infos]  -  Lord Of Ajasa(1)  -  Luciano(41)  -  Lucky Dube(20)[infos][audio][video]  -  Lutan Fyah(11)  -  Lyricson(3)[video]  -  Macka B(17)[infos]  -  Mad Cobra(7)  -  Madoxx(0)  -  Maiko Zulu(1)  -  Majek Fashek(4)[infos][video]  -  Manleo(1)  -  Marcel Salem(2)[video]  -  Marcia Aitken(1)  -  Marcia Griffiths(18)[infos]  -  Marlaoui(0)  -  Marlon Asher(2)  -  Marloy(1)  -  Maroghini(2)[infos]  -  Mawana Slim(1)  -  Max Romeo(29)[infos]  -  Maxi Priest(13)  -  Mc Duc(1)  -  Merger(1)[video]  -  Message Roots(1)  -  Michael Prophet(21)[infos]  -  Michael Rose(27)[video]  -  Michael Smith(1)  -  Michel Legris(0)[video]  -  Mikey Dread(21)[infos]  -  Mikey General(2)  -  Mikey Ras Starr(1)  -  Mikey Spice(6)  -  Milton Henry(1)  -  Mireille Tikry(0)[video]  -  Misty in Roots(9)[infos]  -  Mo'Kalamity(2)  -  Momo Roots Soumah(1)  -  Morgan Heritage(14)[infos][video]  -  Moses I(1)  -  Muinguilo(2)  -  Mutabaruka(12)[infos]  -  Mystic Man(1)  -  NNeka(6)  -  NZH(0)[video]  -  Naftaly(1)  -  Nasio Fontaine(5)[infos][video]  -  Nasty D(6)  -  Natty Dread Reunion(4)  -  Nazarenes(3)  -  New Breed(1)  -  Nicy(1)  -  Nikko(4)  -  Niominka-bi(6)[infos]  -  Norris Reid(2)  -  Nuttea(10)[infos]  -  Nyala(1)  -  Nzela(2)  -  O'Yaba(5)  -  Olmyta(0)[video]  -  Pablo Gad(1)  -  Pablo Moses(15)[infos][video]  -  Pach Jahwara(0)  -  Papa San(11)[infos]  -  Paps Natty General(0)  -  Patra(2)[video]  -  Patrick Persée(4)[video]  -  Peter Broggs(9)[infos]  -  Peter Tosh(17)[infos][video]  -  Peterside Ottong(2)  -  Philip Toussaint(1)  -  Poglo(4)  -  Prince Alla (Prince Allah)(13)[infos]  -  Prince Far I(19)[infos]  -  Prince Jazzbo(1)[infos]  -  Prince Lincoln Thompson(5)  -  Prince Osito(0)  -  Queen Ifrica(2)[video]  -  Queen Omega(4)  -  Racine des Iles(1)  -  Ramses De Kimon(1)[infos]  -  Ranking Dread(3)[infos]  -  Ranking Joe(2)[infos]  -  Ras Amadeüs Bongo(1)  -  Ras Dumisani(2)[infos]  -  Ras Elia Hassou(0)  -  Ras Ly(0)[video]  -  Ras Natty Baby(6)[video]  -  Ras Naya(0)  -  Ras Noël(5)  -  Ras kimono(2)  -  Rasbawa(4)  -  Rass Kwame(1)  -  Rass Shiloh(5)  -  Richie Spice(7)[infos][video]  -  Rico Rodriguez(4)[infos]  -  Rita Marley(6)[infos]  -  Rocky Dawuni(5)[infos]  -  Rod Taylor(2)  -  Rootz Underground(2)  -  Salim Jah Peter(1)  -  Sally Nyundo(0)[video]  -  Salone Ishmael(2)  -  Salone JR(1)  -  Samx(4)  -  Saël(4)[video]  -  Scientist(13)  -  Sean Paul(7)[infos]  -  Selasee Atiase(1)  -  Serges Kassy(3)[video]  -  Seyni & Yéliba(2)  -  Shasha Marley(1)  -  Sistah Mad'Ness(0)  -  Sister Carol(7)[infos][video]  -  Sizzla(36)[infos][video]  -  Sly & Robbie(24)  -  Soumaïla Diarra(0)[infos]  -  Spraggy(1)  -  Steel Pulse(18)[infos]  -  Stephen Marley(3)[video]  -  Taj Weekes(3)  -  Takana Zion(4)[video]  -  Tangara Speed Ghôda(2)[video]  -  Tanya Stephens(5)[infos][video]  -  Tarrus Riley(3)[video]  -  Tatu Clan(1)[video]  -  Teba Shumba(0)[video]  -  Teezy(1)  -  Terry Linen(3)  -  The Abyssinians(11)[infos][video]  -  The Aggrovators(13)  -  The Black Missionaries(0)[video]  -  The Chantells(1)[infos]  -  The Congos(13)[infos]  -  The Ethiopians(11)[infos]  -  The Gladiators(40)  -  The Heptones(16)[infos][video]  -  The Itals(10)[infos]  -  The Mandators(1)  -  The Meditations(9)[infos]  -  The Melodians(5)  -  The Mighty Diamonds(38)  -  The Mighty Three's(1)  -  The Rastafarians(1)[infos]  -  The Royals(2)  -  The Slickers(2)[infos]  -  The Tamlins(8)  -  The Twinkle Brothers(45)  -  The Viceroys(5)  -  The Wailers(11)  -  Third World(18)  -  Tiken Jah Fakoly(12)[infos][video]  -  Tommy McCook(15)[infos]  -  Tommy T(1)  -  Tony Roots(1)  -  Tony Tuff(20)  -  Toots and the Maytals(27)  -  Trinity(6)  -  Triston Parmer(1)  -  Turbulence(11)  -  U Brown(5)  -  U Roy(22)  -  V Santym(0)  -  VIB(1)  -  Vagabond Squad(0)  -  Valley(2)  -  Vickson(0)[video]  -  Waby Spider(3)  -  Wailing Roots(1)  -  Wailing Souls(18)  -  Wailing Souls(10)[video]  -  Wanamah(0)  -  Warrior King(3)  -  Wayne Wade(3)  -  Welton Irie(6)  -  Willie Williams(4)  -  Winston Jarrett(6)  -  Winston Mc Anuff(6)  -  X-MAN(1)  -  Yabby You(9)[infos]  -  Yami Bolo(13)  -  Yaya Yaovi(1)[video]  -  YeahmanC(2)  -  Yellowman(56)[infos][video]  -  Yongy Lorenzo(0)  -  Youss Nassa(0)[video]  -  Zêdess(3)[video]  -  Zed-I(1)  -  Zhou-Mack(1)  -  Ziggy Marley(17)[infos]  -  Zoanet Comes(4)  -  

Compilations

Afro Reggae Party(1)  -  Dancehall Nice Again(3)  -  Fly African Eagle(1)  -  Planete Reggae(1)  -  Raggae Gold(10)  -  Raggae-Kolor(1)  -  Reggae Africa(1)  -  Reggae Meets Africa(1)  -  Reggae Over Africa(1)  -  Sun Splash(0)  -  

Actualité : Artistes et Groupes de Reggae

Lexon - State of Mind

On l'avait repéré en 2012 avec sa mixtape The Beginning, on l'a vu évolué avec son premier EP Rastafari Calling en 2014, Lexon monte encore d'un niveau avec un premier album particulièrement bien réalisé. Sorti le 20 octobre dernier, State of Mind incarne tout ce qu'on aime dans le reggae moderne : une énergie, une direction, une lourdeur.1988 fait office d'intro sur laquelle Lexon se présente en patois jamaïcain sur une instru très habillée donnant le ton du reste de l'album : la production des riddims, hautement soignée, est servie par un mixage peaufiné. Les distos de guitare s'incrustent ici et là et apportent une vigueur et une profondeur à la musique du jeune français multi-talentueux. Composition, basses et guitares, Lexon a mis le pied à l'étrier et s'est donné les moyens d'atteindre son objectif. Il exprime d'ailleurs sa détermination et son implication à toute épreuve dans Mon avenir, le seul titre interprété dans la langue de Molière.Le reste du temps, sa voix légèrement écorchée rebondit en anglais tel un singjay à la Jah Mason ou Ilements. Certains lyrics nous échappent parfois, mais la maîtrise vocale de Lexon rattrape le coup. Quel plaisir de retrouver Turbulence à ses côtés sur le bretucirc;lant Burning Fire et Horace Andy sur un Education bien plus roots. Lexon nous surprend en parvenant à se poser avec justesse sur cette instru au tempo beaucoup moins marqué que le reste de l'album. La tracklist se conclut par un titre acoustique où l'artiste montre sa capacité à explorer un univers plus épuré avant de nous laisser avec trois dubs exécutés d'une main de maître par Fabwize.En seulement onze titres, Lexon est parvenu à exposer son monde. State of Mind est finalement un titre tout trouvé pour cet album à l'identité bien marquée. On recommande !Tracklist :01 - 198802 - Welcome ina me Home03 - Mon avenir04 - Burning Fire Featuring Turbulence Big Lion05 - Equal Rights 06 - Education Featuring Horace Andy 07 - The Truth08 - I don't Know Why - Acoustic Version09 - Welcome ina me Home (Dub)10 - The Truth (Dub)11 - Mon avenir (Dub) (webremix.info)


Gentleman's Dub Club @ Paris

Jeudi 2 décembre à la Belleviloise. Cartel Concerts organisait un concert exceptionnel ; la première parisienne du Gentleman's Dub Club, un groupe de fusion dub ska reggae originaire de Leeds. Une sensation scénique depuis leur premier EP remarqué en 2009. Le public, qu'on aurait pu attendre plus nombreux, est resté extrêmement motivé et s'est donc régalé de leur prestation à la hauteur de l'attente après avoir profité des basses envoetucirc;tantes d'Ackboo accompagné de Ras Mykha en première partie. Voici quelques photos d'une super soirée avec des Anglais explosifs qu'on espère revoir souvent partout en France.Ackboo et Ras Mykha Gentleman's Dub Club (webremix.info)


Ken Boothe - Interview Inna De Yard

Il fait partie des plus grandes légendes de la musique jamaïcaine encore parmi nous. Ken Boothe a fait plaisir à tous les passionnés en intégrant le projet Inna De Yard en mars dernier. Et quelle ne fut pas notre surprise de découvrir, quelques mois après la sortie de The Soul of Jamaica, un album complet du concept acoustico-nyabinghi entièrement consacré à celui que Coxsone surnomma Mr Rocksteady dans les années 60. Le crooner y revisite ses plus grands tubes, de When I Fall in Love à Artibella en passant par Black Gold and Green et Speak Softly Love, sans oublier de dépoussiérer quelques titres plus obscurs de son répertoire. Le résultat offre un album majestueux, émouvant, frissonnant, bouleversant... Les adjectifs ne manquent pas ! On n'hésite même pas à parler de chef d'oeuvre à l'écoute des cuivres lancinants, des percussions envoetucirc;tantes et du doux piano qui accompagnent la voix tout juste émoussée mais toujours touchante de Ken Boothe. Après plus de cinquante ans de carrière, le chanteur donne une seconde vie à ses classiques d'antan et prend un plaisir fou à les (re)faire découvrir au public français. De passage à Paris pour une date unique avec la team Inna De Yard fin octobre, il s'est entretenu avec nous pour revenir sur cette expérience unique...Reggae.fr : Comment avez-vous été impliqué dans le projet Inna De Yard ?Ken Boothe : J'avais déjà fait quelques titres avec Chinna Smith donc je connaissais le concept. J'aime cette idée de présenter l'essence de la création musicale. C'est comme une renaissance. etCcedil;a nous rappelle l'époque où on créait notre musique dans les tenement yards (ndlr : sortes de HLM dans les ghettos jamaïcains), là où on habitait. Ce projet d'enregistrement en acoustique et en extérieur rappelle beaucoup de souvenirs. Ce sont les gens du label qui ont choisi les chansons et ils ont choisi de très vieilles chansons donc là encore ça m'a replongé dans de vieux souvenirs. Et c'est génial de pouvoir entendre ces chansons avec des percussions nyabinghis. C'est différent. Il y a même un accordéon sur Artibella. C'est la première fois que j'enregistre avec un accordéon.Si vous n'avez pas choisi les onze chansons de cet album, êtes-vous d'accord avec les choix du label ? Car votre répertoire est immense...Oui ils ont choisi les bonnes chansons. Je m'en suis rendu compte quand je les ai chantées sur scène à Paris au Trianon. Le public a réagi de bonne manière à chacune d'entre elles. Je me demande s'ils n'avaient pas fait une enquête pour savoir quelles chansons plaisaient au public français (rires). Et ce que j'ai aimé dans leurs choix c'est aussi qu'ils en ont sélectionné certaines que je n'avais jamais revisitées ni même chantées sur scène. Par exemple Let the Water Run Dry ou African Lady.Lesquelles avez-vous aimé le plus ré-enregistrer ?Je n'ai pas de préférée car chaque chanson est différente. Je vois mes chansons comme des films avec des décors et des acteurs différents à chaque fois. Mon interprétation est différente sur chaque morceau donc je ne peux pas avoir de préféré. C'est le public qui a ses chansons favorites et c'est différent pour chaque personne.Il y a une chanson qui ne fait pas partie de votre répertoire, c'est Rastaman Chant qui est un chant traditionnel rasta. C'est aussi le label qui vous a suggéré ce morceau ?Non. En fait ils avaient choisi sept chansons et il en fallait un peu plus pour faire un album complet. Donc j'ai proposé moi-même trois autres titres et j'ai eu l'idée de faire aussi celle-là car on enregistrait avec des percussions africaines et je trouvais que ça avait du sens avec ces paroles. "Je vois mes chansons comme des films avec des décors et des acteurs différents à chaque fois" Avez-vous répété avec les musiciens avant d'enregistrer ?Oui parce qu'on enregistrait en live donc on a detucirc; faire quelques répétitions. On a aussi fait plusieurs prises, car comme on enregistrait dehors, il y avait parfois des bruits gênants. On avait un très bon ingénieur du son qui percevait tous les sons dérangeants et qui savait quand il fallait refaire une prise.Vous nous parliez des souvenirs que ce projet a ravivé. Vous souvenez-vous des moments où vous avez écrit certaines de ces chansons. Black Gold and Green par exemple ?Oui je l'ai écrite quand la Jamaïque est devenue indépendante en 1962. On avait décidé de faire cette chanson avec BB Seaton en utilisant les couleurs de notre drapeau. C'est une île si belle, je voulais que le monde entier le sache. Et je voulais aussi dire que les gens qui y viennent ou qui y vivent doivent avoir des âmes pures pour mériter une terre si belle.C'est beau de pouvoir faire ce genre de chanson. Ce n'est pas possible dans tous les pays. Par exemple en France, aucun artiste reggae ne chante la beauté de la France ni la fierté d'être Français à cause de notre Histoire...Mais vous savez, tous les Jamaïcains ne se rendent pas compte de la beauté de leur pays. Certains n'éprouvent aucune fierté d'être Jamaïcain. C'est pour ça qu'en ce moment, je travaille sur un album de musique pour enfants. J'ai toujours voulu faire ça dans ma carrière car j'aime les enfants, j'ai d'ailleurs beaucoup de petits-enfants moi-même. Il ne faut pas oublier les enfants, ce sont eux notre héritage.Cette année, nous fêtons les 60 ans du label américain Stax. Il y a certainement des artistes de ce label qui vous ont influencé n'est-ce pas ?Bien setucirc;r, ils m'ont beaucoup inspiré. A une époque, j'allais souvent rendre visite à BB Seaton le matin et on s'asseyait pendant des heures à écouter Otis Redding, Wilson Pickett et tous les autres. Otis était mon préféré. Je chantais toujours ses chansons et à une époque, on m'appelait même Otis Redding en Jamaïque (rires).Et quels sont les artistes que vous écoutez aujourd'hui ?J'aime toujours autant Beres Hammond. C'est une vraie légende. J'aime bien aussi Romain Virgo, Christopher Martin et Chronixx car leur musique a du sens. Leurs paroles ont de la substance. Cette nouvelle génération a bien repris le flambeau. Grâce à eux, la musique jamaïcaine ne mourra jamais. (webremix.info)


Havana Meets Kingston

Si vous n'avez jamais dégusté un bon rhum cubain au soleil, accompagné d'un doux spliff, nous avons la solution pour parvenir aux mêmes sensations : l'écoute intensive du dernier projet du grand producteur australien Mista Savona : Havana Meets Kingston. En quelques mots, un savant mélange de deux cultures, pourtant proches et lointaines à la fois, sans sucre ajouté, qui vous transportera instantanément dans les Caraïbes.Il est difficile de ne pas s'étaler sur un projet d'une telle envergure tant il déborde d'audace, de réussite, de bons musiciens... tout simplement car il est unique en son genre. Bien que Mista Savona n'en soit pas à son coup d'essai (après Melbourne Meets Kingston) l'innovation maîtrisée de l'opus démontre un savoir-faire imparable.Que ce soit au niveau des musiciens, compositeurs ou interprètes, les grands noms de chaque milieu et origine se bousculent sur cet album. On compte, par exemple, les légendaires Ernest Ranglin, Sly et Robbie, ou encore Prince Alla, Bongo Herman, Bo-Pee, Lutan Fyah, Cornell Campbell, Leroy Sibbles, Randy Valentine, Cali P, Turbulence pour représenter la Jamaïque, lesquels côtoient Changuito et Barbarito ou Rolando Luna, Frank Solis... la liste est longue aussi du côté cubain. Ce sont au total soixante musiciens que Savona a su réunir pendant dix jours pour réaliser ce projet réussi.Havana Meets Kingston offre, au long de l'écoute, quelques instrumentales à couper le souffle notamment 410 San Miguel avec Ernest Ranglin. Le son est parfait, on n'en est pas étonné quand on sait que le projet a été enregistré au Studio Egrem à La Havane. Carnival featuring Randy Valentine et Solis, respirant le soleil et la fête, représente parfaitement le mélange des deux univers et est devenu un hit avant même la sortie de l'album. Les reprises sauce reggae des classiques cubains Chan Chan (dont l'original revient à Compay Segundo), Candela ou encore El Cuarto de Tula - tous ayant connu une seconde vie avec le succès international de Buena Vista Social Club à la fin des années 90 - apportent de belles surprises. A la réciproque, la reprise du riddim de Bob Marley Positive Vibration sur le morceau Vibracion Positive est très bien menée. Pour le reste, certains morceaux plus salsa comme La Sitiera ou In the Ghetto répondent à des morceaux plus roots, reggae dans le style et l'énergie comme le magique 100 Pounds ou le puissant new roots Heart of a Lion. Difficile de vous en dire plus sans trop dévoiler les secrets d'un projet qui rend un hommage mérité à deux cultures débordantes de richesses.Tracklist :01. Chan Chan Feat. Maikel Ante, Félix Baloy, Solis et Eugenio Rodretiacute;guez02. Carnival Feat. Solis et Randy Valentine03. Interlude (El Cuarto Intro)04. El Cuarto de Tula Feat. Maikel Ante, El Medico et Turbulence05. 410 San Miguel Feat. Ernest Ranglin06. 100 Pounds of Collie Feat. Cornel Campbell, Leroy Sibbles, Prince Alla, The Jewels, Cali P, Lutan Fyah et Exile Di Brave07. Candela Feat. Solis et Randy Valentine08. In the Ghetto (Where We're From) Feat. Aza Lineage et Birdz-I09. Vibracietoacute;n Positive Feat. Randy Valentine et Anyilena10. Heart of a Lion Feat. Lutan Fyah, I-Maali, Brenda Navarrete et France Nooks11. Trumpet Interlude Feat. Julito Padretoacute;n12. Carnival Horns Feat. Julito Padretoacute;n13. La Sitiera Feat. Beatriz Metaacute;rquez et Rolando Luna14. Dubwise Feat. France Nooks et Prince Alla15. Row Fisherman Row Feat. Prince Alla (webremix.info)


Naâman - Beyond

Le tant attendu troisième album studio de Naâman Beyond est sorti le 6 octobre dernier (Big Scoop Records). Composé de 12 titres, il vient confirmer le talent de ses auteurs (FatBabs est à nouveau à la production) ainsi que l'ascension remarquable de l'artiste depuis quelques années. Avec une production et un travail d'arrangements de grande qualité, l'album présente aussi des surprises de taille.Le producteur Fatbabs réussit à dévoiler une nouvelle facette du chanteur / plus soul / dont on avait perçu la dimension sur l'opus précédent mais qui est ici pleinement affirmée avec le très solaire I'm Alright et ses choeurs gospel. Une attention particulière est d'ailleurs portée aux choeurs sur tout le reste de l'opus, lesquels sont menés de main de maîtres par les voix féminines de Groundation. Plant It Over dépeint aussi cette couleur très soul, tout en portant un message de révolte. Le point d'orgue de ce parti pris se situe sur Got to Try enregistré en Jamaïque, où Naâman a le privilège de partager le micro avec celui qui aurait inventé le mot " reggae ", le légendaire Toots Hibbert.La Jamaïque et ses premières amours reggae, Naâman ne les oublie pas, loin de là. Il sait toujours aussi bien faire skanker et nous emporter dans son univers avec le morceau autobiographique Tomorrow, le message amoureux de Way Too Long, ou encore Feel Good, hommage à Three Little Birds de Bob Marley. Le spirituel Beyond, où seule la guitare de Naâman vient répondre à ses chants, est une pause reggae acoustique bienvenue.On retrouve cette guitare, accompagnée par d'inattendus violons, sur le réussi Love is Allowed inspiré par Bob Dylan mais illustrant aussi un côté très pop de l'album. Simplicity reflète aussi ce virage pop risqué que Naâman et le Deep Rockers Crew abordent avec facilité et habileté. Own Yourself en fera fondre plus d'un(e) - avec un chant en français d'un Naâman doux, profond et nostalgique. Le puissant et langoureux I Feel your Soul, est quant à lui digne des plus gros succès internationaux. Naâman grandit sous nos yeux et nous offre en musique sa philosophie positive et consciente, une bouffée d'air frais qui rappelle par moment Ben Harper. On souhaite au Dieppois le même succès que l'artiste américain. Avec Beyond, les amateurs de Naâman verront leurs attentes comblées. Ses détracteurs passseront leur chemin mais ne pourront qu'avouer la grande qualité de production. Beyond s'inscrit sans aucun doute sur la liste des meilleurs albums hexagonaux de l'année.Tracklist :01. I'm Alright 02. Simplicity 03. Love Is Allowed04. Plant It Over 05. Own Yourself 06. Tomorrow 07. Got to Try feat. Toots08. Feel Good 09. I Feel Your Soul 10. Diamond and Pearl 11. Way Too Long 12. Beyond (webremix.info)


Marcus Gad @ Nouveau Casino

Après une quarantaine de dates à travers l'Europe et la France, Marcus Gad avait choisi notre belle capitale pour clore sa tournée 2017. Il donnait son premier show parisien au Nouveau Casino le 5 octobre dernier. Un concert de Marcus Gad c'est bien plus qu'un simple live, il s'agit plus d'une méditation commune entre lui, le groupe et le public. Tribe, qui accompagne le chanteur sur scène, est également le groupe qui a participé à l'enregistrement de l'album Chanting (sorti en avril dernier). Généreux, la Calédonien nous offre ce soir un show d'environ deux heures pendant lequel il interprète les chansons de l'album mais également quelques-unes issues des ses 2 EPs Soul Talk et Purify : Keep Cool, Soul Talk, Walk a Talk.... Et petit cadeau pour le public parisien, Marcus nous offrira une toute nouvelle composition encore jamais jouée en public. (webremix.info)


Mawyd et General Levy @ Blanquefort

Le 13 octobre dernier à la salle Fontgravey de Blanquefort, on est reçu par les jeunes du Jungle Echo's Soundsytem qui ont eu la bonne idée de sortir leur petite sono dans l'accueillant parc entourant la salle pour un warm up gratuit qui durera jusqu'à l'ouverture des portes. Une fois à l'intérieur ce sont les Zoulou Soundsystem qui ont posé leurs quatre scoops et le selecta balance des galettes plutôt roots alors que la salle se remplit doucement. Il est temps de passer au live et c'est le groupe Mawyd qui se présente sur scène, après une petite introduction instrumentale où on apprécie déjà le groove et le talent des musiciens, le show démarre avec " Mr Politician ", titre issu de la collaboration avec General Levy qui rejoindra le groupe sur scène pour l'occasion. On continue avec des titres piochés dans leur dernier album comme " Vampaya " sur lequel la voix chaude de la choriste Laura remplace parfaitement Kim Powell (du groupe Groundation avec qui ce titre avait été enregistré) le temps d'un couplet ; ou encore leur hymne " Reggae is my Religion " dont le chanteur fait reprendre le refrain par le public. On retrouve ensuite avec plaisir le titre " Ganjaman " extrait de leur premier opus puis l'ambiance se fait plus douce pour l''émouvant " My Child " avant que le groupe ne nous offre une reprise de " Wake up and live " de Bob Marley. Dans le pur style funky reggae des Mawyd, on déguste ensuite " A Simple Dream " qui se prolonge dans un dubwise où chaque membre du groupe y va de son solo quand il est présenté. General Levy remonte sur scène pour un petit morceau improvisé durant lequel dégainera son flow unique avant de nous rejouer " Mr Politician " (dont le clip est tourné ce soir). Encore un concert réussi pour Mawyd, cette formation à l'énergie si communicative dont la cohésion et la complicité font plaisir à voir. Ce sont les Wood Harmony, nouveaux venus très actifs sur la scène dub bordelaise qui vont assurer l'interlude en jouant quelques vinyles roots sur la sono du Zoulou Soundsystem. L'heure d'accueillir General Levy arrive vite, il se présente seul sur scène et va retourner les instrus unes à unes dans son style inimitable, il débute sur le riddim de " if i was a Rich Girl " avant de s'attaquer à un remix de " Could you be Loved " de Bob ; on entend ensuite avec plaisir son titre " Professional Ganja Smoker ". Le General surprend tout le monde en empruntant une instrumentale à Rihanna, se la réappropriant en la mettant à la sauce jungle avant que le show ne se tourne totalement vers cette ambiance jungle jusqu'au dernier morceau. Le Zoulou Soundsystem, accompagné par son percussionniste pour donner encore plus de rythme à la sélection, clôture la soirée enchainant les vinyles sur sa sono jusqu'à 2h00. Une soirée très agréable au cours de laquelle on a pu apprécier aussi bien du reggae en live que sur soundsystem, deux " courants " de notre musique qui ne se mélangent que trop rarement. (webremix.info)


Inna de Yard @ La Sirene de La Rochelle

Quand on arrive à la Sirène de La Rochelle ce 21 octobre, l'Ensemble National de Reggae est déjà en train d'ambiancer le public au bar, ils piochent avec le talent qu'on leur connaît dans les classiques du reggae de toutes les époques, jouant aussi bien le Livey up Yourself de Bob Marley que le Welcome to Jamrock de son fils Damian. Ce sont ensuite les franco-argentins de la Wanaka Family qui vont se mettre aux platines pour jouer leurs galettes sur l'imposant stack du Nofa Soundsystem, la sélection est plutôt roots et les MC posent leurs flows en espagnol sur les instrumentales. On monte à l'étage pour se rendre dans la superbe salle de concert au milieu de laquelle nous attendent les musiciens de l'ENR, encore une fois personne ne peut résister à l'énergie si communicative de leur chanteur qui fera reprendre au public les refrains de Chase the Devil de Max Romeo ou encore le 54-46 de Toots et the Maytals, la salle est pleine, il est temps d'accueillir les têtes d'affiches. Inna di Yard en live, comme si les ALL STARS du reggae vous conviaient dans leur jardin pour un retour aux sources, une session acoustique rassemblant des légendes comme Winston Mc Anuff, Kiddus I, ou Cédric Myton et de jeunes très prometteurs comme Var, Kush McAnuff ou Derajah. Tout le monde est en place : un bassiste, un guitariste, un clavier et un percussionniste triés sur le volet, Var, Kiddus I et Cédric Myton sont aux percussions, Derajah bat la mesure sur l'imposante grosse caisse ; c'est le jeune et élégant Kush Mc Anuff qui ouvre le bal avec son sublime Black to I Roots. Entre chaque chanson les artistes échangent leurs places dans un jeu de scène nous rappelant les changements de décor d'une pièce de théâtre, c'est maintenant Kush Mc Anuff qui frappe sur la grosse caisse alors que Derajah délivre son profond Ooh yeah yah. Cédric Myton laisse sa place aux percussions pour prendre le micro, The Congo Man is coming, pour Hey Youthman qu'il interprète dans son style si particulier avec son énergie, sa voix haut perchée et sa folie douce. Le jeune Var remplace ensuite parfaitement Ken Boothe sur Let the water run dry avant que Winston McAnuff ne nous offre son mythique Malcom X. Dans son style lover roots, Kiddus I nous livre une superbe reprise de l'Hymne à l'amour d'Edith Piaf, puis c'est Winston Mc Anuff qui reprend le micro pour donner des frissons à toute la salle avec Ras Child. Cédric Myton revient avec son hit Fisherman et prolonge le morceau en jouant avec le public et en présentant chaque artiste un par un avant que Var et Derajah ne reprennent avec tout le public l'hymne du regretté Matthew McAnuff, autre membre de cette grande famille du reggae. Bobby " Bo Pee " Bowen se présente alors seul avec sa guitare dans une ambiance de cathédrale pour Thanks et Praise qu'on croit être le générique de fin de cette soirée mystique. Mais tout le monde revient pour un rappel de deux morceaux clôturé par Rivers of Babylon chanté par Winston McAnuff qui descend au milieu du public avec qui il s'assoit au milieu de la salle pour partager ce refrain dans un dernier moment de communion. La troupe Inna de Yard salue le public qui applaudit chaudement, remerciant ces artistes habités par leur musique pour le show unique qu'ils viennent de livrer. La soirée se prolongera au bar avec le Nofa Soundsystem dans une session où l'on pourra croiser Winston McAnuff, toujours aussi abordable, discuter tranquillement avec son public. Avis à tous ceux qui n'ont pas encore eu la chance de voir Inna di Yard en concert cette année : faites-nous confiance vous pouvez y aller les yeux fermés ! (webremix.info)


Jahneration @ Istres

L'Usine d'Istres accueillait le duo détonnant Jahneration il y a quelques jours. La soirée a commencé par une première partie assurée par Bahti, à la suite de quoi Théo et Ogach ont fait une arrivée en trombe sur scène, accompagnés de leur band tout aussi énergique. Ce concert a fait sauter tout le public présent et a été ponctué par un beau moment d'émotion avec une chanson dédiée aux victimes d'attentats (notamment celles des salles de concert) qui nous a fait hérisser les poils. Autre moment fort : le duo nous a offert un chant en FRANCAIS !! En effet on a eu droit à une interprétation de leur 'Mic Session' netdeg;2 intitulée "Family", initialement chantée avec Balik (Danakil). C'est donc à l'unisson que les garçons ont repris sa partie, et ce pour le plus grand plaisir de l'auditoire.Retour sur ce beau concert avec les photos de Ninon Duret : www.ninonduret.com (webremix.info)


Mista Savona - Interview Havana Kingston

Le projet insolite Havana Meets Kingston porté de main de maître par l'australien Mista Savona sort ce vendredi 3 novembre (Baco Records). Comme son nom l'indique le concept de l'album est de se faire rencontrer de grands artistes de deux des plus grosses îles que composent les grandes antilles : Cuba et la Jamaïque. Inutile d'ajouter que ce projet est au moins le rêve d'à peu près n'importe quel producteur passionné par les musiques caribbéennes ! En attendant de pouvoir admirer ce mélange de cultures musicales sur scène en France (on l'espère prochainement), Reggae.fr vous propose une rencontre avec l'initiateur et l'orchestrateur de ce magnifique album, Mista Savona. Reggae.fr : Peux-tu commencer par te présenter pour les lecteurs français qui ne te connaissent pas ?J'ai grandi à Melbourne en Australie dans une famille aux origines maltaises et australiennes. Je me suis mis à jouer du piano à l'âge de six ans et j'ai vite développé une obsession pour la musique. J'ai fait des études de composition et d'interprétation dans les Universités de Melbourne et de Glasgow et peu de temps après, je me suis mis à produire du dub et du hip-hop. J'ai sorti deux albums en Australie en 2001 et 2003 et je suis ensuite parti en Jamaïque en 2004 pour mieux m'imprégner de la culture et de l'histoire du reggae et du dancehall. C'était un voyage incroyable qui a donné naissance à mon troisième album Melbourne Meets Kingston. Après de nombreux autres voyages en Jamaïque et trois albums plus tard, j'ai mis les pieds pour la première fois à Cuba en 2013... Ce qui m'amène à répondre à vos questions aujourd'hui. Justement, présente nous ce projet pour le moins original Havana Meets Kingston.L'album sortira le 3 novembre dans le monde entier. C'est une rencontre entre de grands musiciens cubains et jamaïcains. J'ai eu cette idée dès mon premier voyage à Cuba en 2013. Je suis retourné en Jamaïque en 2015 pour embarquer avec moi Sly et Robbie, Bongo Herman, Bo-Pee et Bugzy et nous avons passé dix jours aux studios Egrem à La Havane, précisément là où Buena Vista Social Club avait été enregistré vingt ans plus tôt. Quelques-uns des tout meilleurs musiciens cubains sont passés nous voir et ont participé aux enregistrements, dont des membres de Los Vana Van, Buena Vista, Havana Cultura, Afro-Cuban All Stars et bien d'autres. On a passé dix jours extraordinaires et le résultat est magique. D'où t'est venue l'idée ?J'étais assis dans un café à La Havane, sur une grande place appelée Chanchurello. Le patron passait de la rumba, une musique traditionnelle cubaine principalement basée sur des percussions. J'étais dans mes pensées et je m'imaginais ce que pouvaient donner des percus nyabinghi sur ce genre de son. Je me suis vite rendu compte que ça pourrait être intéressant de mixer ces deux styles et je me suis demandé si cela avait déjà été fait. J'ai fait quelques recherches en rentrant en Australie et je me suis aperçu qu'aucun projet n'avait jamais réuni des musiciens cubains et jamaïcains. C'est là que j'ai commencé à réfléchir comment mettre à bien ce projet.Cuba et la Jamaïque sont si proches l'une de l'autre. Comment se fait-il que personne n'ait jamais eu cette idée auparavant ?Je pense que la révolution cubaine et l'embargo américain ont rendu les voyages entre les deux îles très compliqués, ce qui n'était pas le cas avant. Il y a aussi la barrière de la langue qui n'a pas aidé les choses et les réalités économiques des deux îles. Enfin, Cuba et la Jamaïque ont chacune produit des univers musicaux très distincts et représentatifs de leurs propres cultures. On parle de cultures musicales tellement riches qu'elles contiennent elles-mêmes de nombreux sous-genres et sont complètement indépendantes. Tu as impliqué beaucoup de musiciens des deux îles. A quel point était-ce difficile de les rassembler ?Les Jamaïcains étaient excités à l'idée de visiter Cuba et les Cubains étaient très curieux de se lancer dans cette aventure. etCcedil;a n'a pas été si compliqué. La force du projet et les opportunités que cela offrait aux musiciens ont rendu les choses très faciles et tous les artistes impliqués étaient très enthousiastes.Quel a été ton rôle pendant l'enregistrement et au-delà ?J'ai esquissé et arrangé tous les riddims, j'ai dirigé les musiciens et j'ai produit moi-même les sessions. J'ai aussi joué du piano et de l'orgue aux côtés du génie cubain Rolando Luna. On a presque tout enregistré pendant ces dix jours en juillet 2015 et j'ai ensuite passé environ six mois à compléter l'album avec des sessions entre Santiago de Cuba, La Havane, Kingston et Londres. J'ai ensuite mixé moi-même l'album. Je suis vraiment celui qui a pensé ce projet de A à Z en tant que compositeur, arrangeur et producteur, mais je dois dire que tous les musiciens qui ont participé à l'aventure ont un rôle très important dans la création car je les ai laissés très libres d'ajouter leurs touches personnelles. Et ils l'ont tous fait à merveille.On sent bien que tu n'as pas impliqué que des artistes de la vieille école n'est-ce pas ?Oui. Il y a plus de soixante musiciens qui ont participé à cet album et leurs âges vont de 18 à 80 ans. J'ai fait attention à représenter à la fois les jeunes talents des deux îles, et à la fois des aînés et des grandes figures musicales comme Changuito et Barbarito de La Havane et Ernest Ranglin et Bongo Herman de Kingston. Est-ce que certains se connaissaient ou du moins avaient entendu parler des autres musiciens ?C'est arrivé oui. Mais rappelez-vous que Cuba a été coupé du monde pendant très longtemps. Il y a une scène musicale incroyablement riche à Cuba que peu de gens en dehors de l'île connaissent ou comprennent. etCcedil;a commence à changer puisque Cuba s'ouvre de plus en plus au monde et que l'accès à internet se développe de mieux en mieux. Pour ce qui est de la Jamaïque, c'est un peu pareil dans le sens où les artistes yardies sont si productifs qu'il est difficile de suivre à fond l'actualité de la musique et l'arrivée de nouveaux talents à moins d'être sur place. Il n'y a pas que des vocaux sur cet album... A quel point était-ce important pour toi d'inclure des titres uniquement instrumentaux ?Le titre instrumental 410 San Miguel, joué par Ernest Ranglin, est absolument sublime. En tant qu'instrumentalise moi-même, et travaillant avec des légendes de la musique, il était important pour moi de les laisser exprimer leur talent et leur génie.Il y a plusieurs reprises de classiques cubains, mais un seul jamaïcain n'est-ce pas ?Oui c'est Positive Vibration de Bob Marley. C'est une version fantastique interprétée par Randy Valentine, Anyilena et des membres de La Armada. C'est un de mes morceaux préférés de l'album.et#8232;et#8232;Bien que les styles cubains et jamaïcains se marient sur certains titres, on a repéré quelques morceaux 100 % cubains et 100 % reggae...C'est vrai. Cet album est un mélange de cultures, mais je ne me suis imposé aucune règle. Tout s'est fait naturellement. Mon rôle de producteur était de m'assurer de la qualité de la musique, guider les musiciens pendant les sessions mais aussi les laisser libres de s'exprimer. Aura-t-on la chance de voir ce projet prendre vie sur scène ?Oui ! On est actuellement en tournée en Australie avec Solis et Randy Valentine en configuration sound system et on envisage une tournée mondiale avec un groupe au complet en mars prochain.Quel sera ton rôle sur scène ?Comme pour l'album, je serai en quelque sorte le chef d'orchestre et je jouerai des claviers sur scène.On sent un véritable engouement en Europe pour cet album. Comment ce projet est-il accueilli en Australie ?J'ai l'impression que le milieu musical australien est assez fier que ce projet ait été entrepris par un de leurs compatriotes. Mais cet album est un projet international qui a l'air d'être attendu dans le monde entier. Des gens de partout réagissent très positivement aux premiers extraits car ils ressentent l'amour et la joie qui ont été mis dans le projet. A l'heure où la plupart des gouvernements soulèvent la haine et divisent les peuples, on a besoin de projets comme ça qui rassemblent des humains de cultures différentes.Plus d'infos sur le projet :www.bacorecords.fr/artist/havana-meets-kingston-fr (webremix.info)


Mista Savona : Havana Meets Kingston

Le projet insolite Havana Meets Kingston porté de main de maître par l'australien Mista Savona sort ce vendredi 3 novembre (Baco Records). Comme son nom l'indique le concept de l'album est de se faire rencontrer de grands artistes de deux des plus grosses îles que composent les grandes antilles : Cuba et la Jamaïque. Inutile d'ajouter que ce projet est au moins le rêve d'à peu près n'importe quel producteur passionné par les musiques caribbéennes ! En attendant de pouvoir admirer ce mélange de cultures musicales sur scène en France (on l'espère prochainement), Reggae.fr vous propose une rencontre avec l'initiateur et l'orchestrateur de ce magnifique album, Mista Savona. Reggae.fr : Peux-tu commencer par te présenter pour les lecteurs français qui ne te connaissent pas ?J'ai grandi à Melbourne en Australie dans une famille aux origines maltaises et australiennes. Je me suis mis à jouer du piano à l'âge de six ans et j'ai vite développé une obsession pour la musique. J'ai fait des études de composition et d'interprétation dans les Universités de Melbourne et de Glasgow et peu de temps après, je me suis mis à produire du dub et du hip-hop. J'ai sorti deux albums en Australie en 2001 et 2003 et je suis ensuite parti en Jamaïque en 2004 pour mieux m'imprégner de la culture et de l'histoire du reggae et du dancehall. C'était un voyage incroyable qui a donné naissance à mon troisième album Melbourne Meets Kingston. Après de nombreux autres voyages en Jamaïque et trois albums plus tard, j'ai mis les pieds pour la première fois à Cuba en 2013... Ce qui m'amène à répondre à vos questions aujourd'hui. Justement, présente nous ce projet pour le moins original Havana Meets Kingston.L'album sortira le 3 novembre dans le monde entier. C'est une rencontre entre de grands musiciens cubains et jamaïcains. J'ai eu cette idée dès mon premier voyage à Cuba en 2013. Je suis retourné en Jamaïque en 2015 pour embarquer avec moi Sly et Robbie, Bongo Herman, Bo-Pee et Bugzy et nous avons passé dix jours aux studios Egrem à La Havane, précisément là où Buena Vista Social Club avait été enregistré vingt ans plus tôt. Quelques-uns des tout meilleurs musiciens cubains sont passés nous voir et ont participé aux enregistrements, dont des membres de Los Vana Van, Buena Vista, Havana Cultura, Afro-Cuban All Stars et bien d'autres. On a passé dix jours extraordinaires et le résultat est magique. D'où t'est venue l'idée ?J'étais assis dans un café à La Havane, sur une grande place appelée Chanchurello. Le patron passait de la rumba, une musique traditionnelle cubaine principalement basée sur des percussions. J'étais dans mes pensées et je m'imaginais ce que pouvaient donner des percus nyabinghi sur ce genre de son. Je me suis vite rendu compte que ça pourrait être intéressant de mixer ces deux styles et je me suis demandé si cela avait déjà été fait. J'ai fait quelques recherches en rentrant en Australie et je me suis aperçu qu'aucun projet n'avait jamais réuni des musiciens cubains et jamaïcains. C'est là que j'ai commencé à réfléchir comment mettre à bien ce projet.Cuba et la Jamaïque sont si proches l'une de l'autre. Comment se fait-il que personne n'ait jamais eu cette idée auparavant ?Je pense que la révolution cubaine et l'embargo américain ont rendu les voyages entre les deux îles très compliqués, ce qui n'était pas le cas avant. Il y a aussi la barrière de la langue qui n'a pas aidé les choses et les réalités économiques des deux îles. Enfin, Cuba et la Jamaïque ont chacune produit des univers musicaux très distincts et représentatifs de leurs propres cultures. On parle de cultures musicales tellement riches qu'elles contiennent elles-mêmes de nombreux sous-genres et sont complètement indépendantes. Tu as impliqué beaucoup de musiciens des deux îles. A quel point était-ce difficile de les rassembler ?Les Jamaïcains étaient excités à l'idée de visiter Cuba et les Cubains étaient très curieux de se lancer dans cette aventure. etCcedil;a n'a pas été si compliqué. La force du projet et les opportunités que cela offrait aux musiciens ont rendu les choses très faciles et tous les artistes impliqués étaient très enthousiastes.Quel a été ton rôle pendant l'enregistrement et au-delà ?J'ai esquissé et arrangé tous les riddims, j'ai dirigé les musiciens et j'ai produit moi-même les sessions. J'ai aussi joué du piano et de l'orgue aux côtés du génie cubain Rolando Luna. On a presque tout enregistré pendant ces dix jours en juillet 2015 et j'ai ensuite passé environ six mois à compléter l'album avec des sessions entre Santiago de Cuba, La Havane, Kingston et Londres. J'ai ensuite mixé moi-même l'album. Je suis vraiment celui qui a pensé ce projet de A à Z en tant que compositeur, arrangeur et producteur, mais je dois dire que tous les musiciens qui ont participé à l'aventure ont un rôle très important dans la création car je les ai laissés très libres d'ajouter leurs touches personnelles. Et ils l'ont tous fait à merveille.On sent bien que tu n'as pas impliqué que des artistes de la vieille école n'est-ce pas ?Oui. Il y a plus de soixante musiciens qui ont participé à cet album et leurs âges vont de 18 à 80 ans. J'ai fait attention à représenter à la fois les jeunes talents des deux îles, et à la fois des aînés et des grandes figures musicales comme Changuito et Barbarito de La Havane et Ernest Ranglin et Bongo Herman de Kingston. Est-ce que certains se connaissaient ou du moins avaient entendu parler des autres musiciens ?C'est arrivé oui. Mais rappelez-vous que Cuba a été coupé du monde pendant très longtemps. Il y a une scène musicale incroyablement riche à Cuba que peu de gens en dehors de l'île connaissent ou comprennent. etCcedil;a commence à changer puisque Cuba s'ouvre de plus en plus au monde et que l'accès à internet se développe de mieux en mieux. Pour ce qui est de la Jamaïque, c'est un peu pareil dans le sens où les artistes yardies sont si productifs qu'il est difficile de suivre à fond l'actualité de la musique et l'arrivée de nouveaux talents à moins d'être sur place. Il n'y a pas que des vocaux sur cet album... A quel point était-ce important pour toi d'inclure des titres uniquement instrumentaux ?Le titre instrumental 410 San Miguel, joué par Ernest Ranglin, est absolument sublime. En tant qu'instrumentalise moi-même, et travaillant avec des légendes de la musique, il était important pour moi de les laisser exprimer leur talent et leur génie.Il y a plusieurs reprises de classiques cubains, mais un seul jamaïcain n'est-ce pas ?Oui c'est Positive Vibration de Bob Marley. C'est une version fantastique interprétée par Randy Valentine, Anyilena et des membres de La Armada. C'est un de mes morceaux préférés de l'album.et#8232;et#8232;Bien que les styles cubains et jamaïcains se marient sur certains titres, on a repéré quelques morceaux 100 % cubains et 100 % reggae...C'est vrai. Cet album est un mélange de cultures, mais je ne me suis imposé aucune règle. Tout s'est fait naturellement. Mon rôle de producteur était de m'assurer de la qualité de la musique, guider les musiciens pendant les sessions mais aussi les laisser libres de s'exprimer. Aura-t-on la chance de voir ce projet prendre vie sur scène ?Oui ! On est actuellement en tournée en Australie avec Solis et Randy Valentine en configuration sound system et on envisage une tournée mondiale avec un groupe au complet en mars prochain.Quel sera ton rôle sur scène ?Comme pour l'album, je serai en quelque sorte le chef d'orchestre et je jouerai des claviers sur scène.On sent un véritable engouement en Europe pour cet album. Comment ce projet est-il accueilli en Australie ?J'ai l'impression que le milieu musical australien est assez fier que ce projet ait été entrepris par un de leurs compatriotes. Mais cet album est un projet international qui a l'air d'être attendu dans le monde entier. Des gens de partout réagissent très positivement aux premiers extraits car ils ressentent l'amour et la joie qui ont été mis dans le projet. A l'heure où la plupart des gouvernements soulèvent la haine et divisent les peuples, on a besoin de projets comme ça qui rassemblent des humains de cultures différentes.Plus d'infos sur le projet :www.bacorecords.fr/artist/havana-meets-kingston-fr (webremix.info)


Kalash - Entretien inédit

Kalash a débarqué il y a quelques jours avec son 4ème album Mwaka Moon. Mi dancehall mi trap, l'album est déjà un énorme succés et cumule des dizaines de millions de vues sur Youtube. Surtout, c'est un bijou de productions qui montre s'il le fallait encore à quel point l'artiste martiniquais a une voix, un flow et un charisme hors du commun et qu'il n'est pas possible de le placer dans une case musicale spécifique, tant il manie l'art de mélanger les styles pour créer sa propre identité artistique. Nous vous proposons aujourd'hui une superbe rencontre avec le phénomène Kalash, une plongée inédite dans son univers, que vous pourrez pleinement vivre en live le 21 décembre au Zénith de Paris ! Entretien : Reggae.fr : Ton Album Mwaka Moon est sorti le 13 octobre, peux-tu nous dire comment s'est déroulé l'enregistrement et avec quelle équipe tu as travaillé?C'est un album qui me correspond encore plus que Kaos. Je l'ai travaillé en enregistrant chaque jour de nouvelles prods, de nouvelles choses, sans revenir en arrière, au feeling. Je l'ai fait dans le calme et la sérénité sans me brusquer. Il s'agit de mon 4ème album, il y a 20 titres dessus. Il y a une moitié de titres dancehall et l'autre moitié de titres trap. J'ai collaboré avec des beats makers déjà présents sur mon l'album Kaos. Supa Dups est un jamaïcain qui travaille pour Rihanna, Drake, Bruno Mars... Il y a Rvssian également jamaïcain qui a collaboré avec Konshen, Demarco, Vybz Kartel. Il avait produit le Crown Love Riddim en 2016. Stephen etldquo;di Geniusetldquo; Mc Gregor (fils de Freddie Mc Gregor) avec qui j'ai fait Taken sur l'album précédent. Le producteur allemand X-Plosive m'a produit Pree Me. Il est dans le hip hop, on avait travaillé le titre Rouge et Bleu ensemble sur Kaos. Il y a également le jeune et talenteux antillais Pyroman (Niska...) qui est le compositeur de Bando. J'ai collaboré avec le Martiniquais Hazou sur le titre Empire, sans oublier Joe Mike qui avec qui j'avais déjà fait Après l'automne.Est-ce que tu as envisagé de faire un album juste avec un seul beat maker ?Oui j'y ai pensé, je pense que je pourrais faire un album entier avec Stephen etldquo;di Geniusetldquo; Mc Gregor. Il a d'ailleurs 80 % des sons de l'album, avec Rvssian ou Pyroman également. "Je ne peux pas rentrer vraiment dans une case. J'ai les pieds sur terre mais mon esprit est en altitude." Est ce que tu t'es lancé dans l'enregistrement de cet album tout de suite après la sortie de Kaos ?Non j'ai pris un temps pour tourner afin de présenter l'album Kaos sur scène, j'ai tout de même durant cette période enregistré des sons comme Mechop, Pwoblem ou encore Friendzone qui sont des sons que j'ai sortis en single mais hors album. J'ai commencé à travailler sur Mwaka Moon quelques mois après.A l'écoute de Kaos, on ressentait un album conceptuel qui formait vraiment un tout alors que Mwaka Moon semble plus varié et plus ouvert au niveau des prods. Etait-ce une volonté de ta part ?C'est du au fait que j'ai aimé enregistrer sur des prods différentes sans me poser de questions, selon l'humeur et la vibe du jour, ce n'était pas un choix stratégique. J'ai également beaucoup dialogué avec les gens avec qui j'ai travaillé sur l'album, car ils s'agit de personnes expérimentées. Je pense par exemple au titre Laisse moi te sauver qui est un titre chanté un peu particulier. Ce jour-là on avait fait des sons dancehall, reggae et lorsque Supa Dupps a mis l'instru, il me disait qu'il me voyait faire une carrière de chanteur américain (rire..), j'ai commencé à faire quelque chose dans un mode Boys II Men en rigolant !Le titre de l'album Mwaka Moon, est-ce une invitation à joindre ton univers ?Exact, lorsqu'on met cet album, on écoute quelque chose qui me correspond vraiment et qui est tamponné Kalash. Les ambiances et les tempos des prods sont des choses qui me conviennent vraiment. Une ambiance aérienne et planante, je ne peux pas rentrer vraiment dans une case. J'ai les pieds sur terre mais mon esprit est en altitude.Au niveau des featurings présents sur l'album Mwaka Moon figure notamment King Kosa. Tu ne vas pas forcement vers l'évidence commerciale, comment tu effectues tes choix ?Avant toute chose, il s'agit de featurings que je valide artistiquement, on avait la possibilité d'en faire des plus commerciaux, avec des noms surs pour percer au niveau national. Je préfère collaborer avec des artistes dont j'apprécie la musique comme Niska, Lacrim, Damso, en plus ils cartonnent en ce moment. Ils ont chacun leurs propres univers musicaux, et c'est intéressant de voir ce que peut donner le mélange de nos deux styles sur un même morceau. On retrouve aussi des noms comme Vybz Kartel ou Mavado, qui sont des grosses pointures du dancehall. King Kosa est un jeune très talentueux qui travaille avec Rvssian. Il est ghost writer pour beaucoup d'artistes, on s'est croisé a Miami et c'est Rvssian qui avait une prod sur laquelle il nous voyait bien tous les deux, cela a donné le titre I Can See Why. Même si j'ai rien contre les collaborations à distance, pour cet album j'ai favorisé d'enregistrer avec les artistes, pour l'anecdote avec Mavado j'ai enregistré dans sa chambre. D'ailleurs au sujet des feats, j'ai entendu dire que pour l'abum Kaos, tu avais fait un son avec Bounty Killer, vas-tu le sortir un jour ?Je pense que je vais le retravailler, on a les voix , on a tout posé, mais on va le modifier au niveau de la musique. Je l'ai pas sorti car je suis pas pleinement content et je ne vais pas lancer un son avec la légende du dancehall sans en être satisfait a 100%. "Même si j'ai signé je ne vais pas forcement abandonner mon identité pour une major." Le choix de ton premier single sur Kaos, le titre Bando, était en créole. Etait-ce une façon de montrer ton indépendance artistique même si tu es signé en major ?Le premier sujet de discussion avec Universal était que je ne dois pas suivre une direction artistique imposée, que j'avais totale liberté avec ma musique. Juste essayer de faire la musique que j'aime et faire des hits. Il a toujours été question d'être libre. Le choix de Bando c'était volontaire d'une part car il s'agissait d'un morceau fort mais également parce que le fait que mon premier morceau sorti avec une maison de disque nationale soit en créole c'était symbolique. Une manière de montrer que même si j'ai signé je ne vais pas forcement abandonner mon identité pour une major.Tu t'es fait connaître avec des titres plutôt festifs qui collent à l'ambiance musicale caribéenne du début des années 2000 et même si tu as toujours abordé les réalités quotidiennes de ton île dans ta musique, on sent que tu as glissé vers un univers plus dark ces derniers temps. Est-ce qu'on se trompe ? A quoi est-ce du ? Ta vie est-elle plus sombre ou est-ce plus l'environnement dans lequel tu évolues qui t'inspire ce côté dark ?Le changement vient du fait que ma vie a bien changé, lorsque j'ai fait Pran pied avec Lieutenant j'étais dans une période de ma vie ou j'étais en total freestyle, je n'avais pas de chez moi je dormais à droite à gauche, toujours en vadrouille, en soirée, en soundsystem. Lorsque j'ai grandi j'ai eu plus de responsabilité, plus de succès, donc plus de choses à gérer, ma musique a donc évolué dans ce sens. Il y a une forme de mélancolie dans tes deux derniers albums?Oui car au-delà du fait que j'ai traversé des choses difficiles, j'ai toujours aimé la musique mélancolique. J'en ai toujours écouté chez moi ou dans ma voiture. Cela permet de s'évader, de réfléchir, d'exprimer sa colère, sa tristesse, peu importe le thème lorsque l'univers est mélancolique cela me parle plus.Dans tes textes, tu as toujours - notamment avec les deux derniers albums - une approche poétique. On sent une filiation avec des artistes antillais tel que Kolo Barst ...Je me situe dans la filiation d'artistes comme Kolo Barst mais également d'Eugnène Mona (Ti Milo). Dans son morceau Mango ve a, il parle d'une mangue mais il écrit d'une manière où il pourrait parler d'une femme. Il ne cherche pas à faire de grande tournure de phrase, mais à faire passer un image. J'aime cette approche métaphorique dans ses textes, et je tends à faire cela. Tu peux fermer les yeux et voir ce qu'il dit. Que les phrases amènent des images dans la tête des gens.Même si tu est issu de la scène dancehall reggae, depuis quelques années tu t'es écarté artistiquement de ce style, comment te situes-tu à ce niveau?Je n'ai pas forcement d'étiquette, même si entre les albums j'ai sorti des sons comme Vex, Pwoblem ou Friendzone qui sont du dancehall, je mélange tellement les styles à chaque fois, qu'on peut se demander dans quel case je suis. J'aime autant posé sur du dancehall, sur du reggae, que sur du hip hop. Sur Mwaka Moon, il y a plus de prods dancehall qui m'ont plu c'est pour cela qu'elles sont plus nombreuses que sur Kaos. Je pense que le public me place sur les deux scènes. D'une part le hip hop français et sur la scène dancehall française antillaise.Le fait que des chanteurs comme Pleen Pyroman, Mc Janick ou Sael te etldquo;valideetldquo; en tant qu'artiste, est-ce important à tes yeux ?Quand j'étais jeune, c'était très important lorsque j'allais en sound sytem ou qu'ils m'invitaient sur leur album. Il s'agit des artistes que je regardais à la télé lorsque j'étais petit. C'était flatteur, cela voulait dire qu'ils me considèrent comme un artiste, il s'agissait une victoire. Il y a environ un an et demie, Azrock nous quittait, tu avais fait le son Un point c'est tout avec lui, comment l'avais-tu rencontré ?Je l'avais croisé une première fois au studio à Montreuil, il était un ami de mon ancien manageur. Lorsque j'étais à Paris il m'arrivait de dormir chez lui, on faisait beaucoup la fête ensemble. Au final on a fait de la musique ensemble, mais on était avant tout ami. Lorsque j'ai appris sa disparition j'étais choqué, et je ne comprends toujours pas.En musique tu as deux mentors, d'une part Admiral T et de l'autre Booba. Quels sont tes côtés Booba, et tes côtés Admiral T ?Admiral m'a plus influencé au niveau de la musique dancehall dans ma jeunesse, mais également dans son coté chef de famille, construire quelques chose autour de toi en plus de ta carrière. Lorsque j'ai connu la musique de Booba, ce qui m'a toujours plu c'est l'arrogance justifiée. Il était là pour imposer ses idées. Et les défendre jusqu'au bout. Son discours est resté le même et sa carrière est un exemple de réussite et de détermination. Même lorsque il y a eu du boycott il est passé à travers sans se prostituer. "Je pense que le public me place sur les deux scènes. D'une part le hip hop français et sur la scène dancehall française antillaise." Avec ton équipe, tu effectues un gros travail pour la réalisation de tes clips notamment avec Kris Macari. Quelle est l'importance d'un clip dans la musique actuellement ?De nos jours, l'image porte le morceau, elle peut le sublimer mais un mauvais clip peut le desservir. Il me semble également que c'est une bonne chose de pouvoir mettre un son en image afin de mettre de la lumière sur les mots. Parfois les paroles que tu utilises ne sont pas toujours captées de la même façon, et les mettre en image permet d'éclairer visuellement la signification de certains sons.Tes disques sont très digitaux. Comment travailles-tu avec ton groupe pour rendre l'univers du disque sur scène ?Il s'agissait d'une des premières conditions pour que j'accepte de faire des tournées live, celle de rendre le son de l'album sur scène. On travaille avec les musiciens mais également avec des séquences car c'est compliqué de rendre parfois la puissance du hip hop en live comme sur le CD. Chacun des 4 musiciens a son ordinateur pour jouer les séquences, ils sont appuyés par le digital afin de rendre toute la puissance des prods de l'album. Et puis il faut savoir que là c'est un groupe que j'ai formé moi-même avec lequel on a beaucoup répété. Je leur est envoyé ma vision du live en leur montrant beaucoup de shows de Bounty killer, Mavado et Sizzla, car il y a une façon de jouer en Jamaïque. Même si chaque groupe à sa couleur il y a des automatismes qui existe sans que l'artiste ait besoin de crier etldquo;Mixetldquo; ou etldquo;One Dropetldquo;. Il y a des gestuelles ou des intonations qui permettent au band de comprendre ce qu'il doit envoyer derrière. On s'est mutuellement éduqué, j'avais tendance à ne pas parler entre les morceaux et à enchainer les tunes, ils m'ont appris à poser plus mon show, à être confiant. Donc c'est un bel échange avec les musiciens. Cet été tu as joué au Reggae Sun Ska (voir le live de sa performance ici), qui est le plus gros festival de reggae en France. Etait-ce important et comment as-tu appréhendé la date ?Il s'agissait d'un de mes objectifs, mais je n'étais pas du tout sur de moi pour ce concert. Car je sais que dans ce genre de festival tu vas à la rencontre d'un public de puristes auxquels les nouvelles tendances musicales parlent moins. Mais j'ai beaucoup apprécié la manière dont ils m'ont accueilli sans a priori, ils ont jugé la performance. Et peu importe le style du morceau joué, qu'il soit reggae, rap ou lover le public a réagi à l'énergie qui se dégageait sur scène. Il s'agit d'un des concerts où j'ai pris le plus de plaisir. On te voyait quand même assez peu en salles de concert mais là le 21 décembre tu vas faire le Zénith de Paris !On gravit les échelons au fur et a mesure. On agit en fonction des opportunités. On a fait le tour des petites salles de France, sur Paris on fait les salles mythiques comme notamment l'Olympia, la Cigale ou le Zenith le 21 décembre. On accentue au fur et a mesure la capacité, on commence à être bien rodé, on va s'attaquer à des festivals mythiques comme notamment le Summerjam, que je regardais il y a encore quelques années sur youtube !Merci Kalash ! (webremix.info)


Sinsemila au Thor

Le 7 octobre dernier nous assistions à un concert de la Sinsé Familiy qui n'était pas des plus classiques ! Pour leur dernière représentation de toute la tournée, Sinsémilia avait choisi de faire un concert dans l'auditorium Jean Moulin au Thor ! Rendez vous compte, une foule entière de bons vivants, devant rester assis en rang d'oignons, sur des sièges rouges velours surplombés par la scène ? Non c'était évidement mal nous connaitre. Les Grenoblois ont bien setucirc;r fait lever le public dès le deuxième morceau ! On a également apprécié l'acoustique de cette salle, ainsi que la proximité avec les artistes qu'elle peut offrir. Retour sur une soirée réussie avec les photos de Ninon Duret !www.ninonduret.com (webremix.info)


Erik Arma - Citoyen du monde

Habitués à l'entendre au sein du groupe Broussaï, nous découvrons Erik Arma en projet solo sur un premier album de qualité intitulé Citoyen du monde. On se souvient que son acolyte Tchong Libo avait lui aussi pris son envol avec Influence, un projet reggae hip-hop sorti en 2014.Dés le premier titre, l'artiste pose les bases de son album avec son chant toujours parfaitement juste, prônant un message de tolérance. Citoyen du monde se présente comme un prêche pour l'acceptation de la différence et l'ouverture au monde. Musicalement, l'opus est traversé par un univers roots reggae souligné et très bien produit. Les morceaux Ne m'en veux pas, Droit devant ou Work illustrent cette tendance et sauront combler les amateurs du genre.Le chanteur nous offre aussi quelques surprises, comme la reprise de l'émouvant Avant de partir de Broussaï, lui donnant une toute autre ampleur avec une interprétation piano-voix inattendue. Une mention spéciale doit être attribuée à l'excellent Live to the Full chanté en anglais dans un registre folk blues proche de celui de Tracy Chapman. D'autres influences musicales comme la superbe instru blues de Gimme your Hand sont à noter. Au titre des featurings, on note la belle collaboration avec Dubmatix sur Si seulement et le mélange de l'identité du chanteur à la tornade Jahneration sur le dynamique et entrainant Ici est maintenant. Le point d'orgue de l'album se situe certainement dans le titre Peace où la magnifique voix du Jamaïcain Johnny Osbourne vient prêter main forte à un message de paix, sur un refrain entêtant prêt à faire skanker !Les deux derniers titres de l'album permettent de découvrir l'artiste de façon plus intimiste. Rester digne est une balade acoustique à l'univers serein où seul le chanteur et la douceur des choeurs féminins viennent s'accoupler à la douce mélodie de guitare. J'avance a un caractère plus autobiographique sur un rythme ska, qui clôt l'album sur une note positive et optimiste.Erik Arma avait un beau challenge à relever avec ce premier projet solo. Il le réussit haut la main avec un album chaud et solaire. Tracklist :01 - Citoyen du Monde02 - Eternelle03 - Ici et Maintenant feat Jahneration04 - Ne m'en veux pas05 - Live to the full06 - Si seulement feat Dubmatix07 - Avant de partir08 - Gimme your hand09 - Peace feat Johnny Osbourne10 - Droit devant11 - Work12 - Rester digne13 - J'avance (webremix.info)


Skarra Mucci et Spectacular @ Avignon

Le 6 octobre dernier, la belle salle d'Akwaba accueillait un très joli plateau du côté d'Avignon. Skarra Mucci et Spectacular repésentaient les couleurs de la Jamaïque aux côtés des locaux de Conquering Sound et du producteur français Krak In Dub. La soirée commençait avec la projection du film Reggae Ambassadors en présence de nos réalisateurs de choc Andréa Dautelle et Alexandre Grondeau. Spectacular a ensuite littéralement mis le feu à la salle bien remplie pour l'occasion. Il a conquis le public à grand coup de big tunes comme Badder Than Dem, High Grade, Kill Dem Sound et bien setucirc;r le puissant Jah Rise sur le My Enemies Riddim produit par Conquering Records qui assurait le backing de l'artiste ce soir-là. Skarra Mucci lui a emboîté le pas avec tout autant de réussite. Les fans étaient au rendez-vous et les hits My Sound, Movie Star ou Dreader Than Dread ont installé une ambiance électrique avant que l'équipe de Reggae.fr ne remette un trophée surprise à l'artiste pour sa Victoire du Reggae dans la catégorie Meilleur album dancehall. Skarra a ensuite invité son compère Spectacular pour un freestyle de fin détonnant sur le Stalag Riddim. Krak In Dub s'est chargé de terminer les moins fatigués avec un set très varié entre reggae et bass music. On a eu droit à quelques remixes des meilleurs dubplates de Soul Stereo et des extraits de son futur album Amazonite. Retour en images sur cette soirée bouillante avec les photos de Ninon Duret et Studio One L'Emission.Reggae Ambassadors Conquering Sound Spectacular Skarra Mucci www.ninonduret.com (webremix.info)


Brain Damage et Stafford- Liberation Time

Brain Damage c'est ce producteur incontournable dans le paysage reggae /dub français... Avec déjà douze albums à son actif, il nous avait notamment régalés avec son dernier projet Walk the Walk / Talk the Talk sur lequel il avait travaillé avec des légendes Jamaïcaines comme Horace Andy, Winston McAnuff ou Kiddus I. Pour son nouvel album, c'est vers Harrison Stafford qu'il s'est tourné. Pour ceux auxquels ce nom ne dit rien, Harrison Stafford n'est autre que le chanteur emblématique du groupe Groundation avec lequel il a multiplié les albums et les tournées avant de se consacrer à des projets en solo sous le pseudo de Professor. Les deux artistes nous dévoilent donc l'album Liberation Time qui sortira le 20 octobre prochain, et on était impatients de vous le faire découvrir.On reconnaît le travail soigné de Brain Damage dés le premier morceau Liberation Time, sur lequel on retrouve avec plaisir la voix si particulière d'Harrison Stafford. Vient ensuite Singing Soldiers, où Stafford nous parle de ces chanteurs qui se sont toujours battus pour la paix et l'amour comme Bob Marley ou Peter Tosh sur un riddim épuré qui fait la part belle aux basses et aux percussions. Pour Harrison Hello, le chanteur californien parle en français dans un interlude ou plutôt un cadeau au public français pour le remercier de " son soutien à la culture jamaïcaine et au mouvement rasta ". Harrison sait accélérer le rythme de son flow et il nous le montre avec Stand by Me, un dub profond et entêtant où Brain Damage joue avec toujours autant de précision. Baby est une ballade dub intimiste où les saxos répondent parfaitement à la voix du chanteur qui se fait plus langoureuse, alors qu'il saura vous faire skanker sur Pick up Yourself et son instrumentale ensorcelante et pleine d'énergie. L'album se conclut par le méditatif Open Up, un morceau dans la lignée des neufs précédents : sublime.Mariage plus que réussi entre le reggae/dub profond et toujours aussi maîtrisé de Brain Damage et l'univers roots et fortement empreint de la culture Rastafari d'Harrison Stafford. Chaque morceau est un hymne à la paix et à l'amour où Brain Damage joue des effets à merveille. Un album dont on découvre de nouvelles subtilités à chaque écoute, à découvrir d'urgence.Tracklist :1.Liberation Time2.Everyone a Christ3.Singing Soldiers4.Rebel Music5.Harrison Hello6.Stand by Me7.Baby8.Raw Talking Rebels9.Pick up yourself 10.Open Up (webremix.info)


Erik Arma - Interview Citoyen du monde

Les fans de Broussaï avaient apprécié l'escapade solitaire de Tchong sur l'album très urbain Influence, ils seront sans doute tout aussi ravis de découvrir l'univers d'Erik Arma, la deuxième moitié du groupe. Le chanteur à la voix douce a sorti le 6 octobre dernier un opus très personnel, invitant au voyage et explorant de nouveaux styles musicaux. Rentrez dans le monde intimiste d'Erik avec cet interview consacrée à l'album Citoyen du monde.Reggae.fr : Après Tchong en 2014, c'est à ton tour de dévoiler ton projet solo. D'où vient l'envie de sortir un album solo quand on fait partie d'un duo ? Erik Arma : Après 15 ans de vie de groupe et 5 albums studio avec Broussaï, l'envie m'est venue assez naturellement de réaliser un projet plus personnel, sans concession. Je me livre donc plus que jamais auparavant dans cet opus, en abordant sur certains titres des thèmes comme l'amour, les joies que j'ai pu rencontrer, mes réflexions sur le sens de l'existence, mais aussi l'absence, la perte de mon père, les hauts et les bas que j'ai traversés pendant toutes ces années... ma vie quoi !Y a-t-il des sujets ou des univers musicaux sur cet album que tu ne te serais pas permis d'explorer avec Broussaï ?Oui, cet album n'est pas que reggae, je me permets d'ouvrir vers des styles plus soul comme Gimme your Hand ou Live to the Full, ou même chanson intimiste acoustique comme sur Avant de partir ou Rester digne. Ces différentes atmosphères permettent de mettre en valeur chaque composition et relèvent une certaine sensibilité en apportant une variété à l'album dans son ensemble. C'est effectivement quelque chose que nous n'aurions pas fait avec Broussaï car ce sont des univers qui me correspondent mais qui ne ressemblent pas forcément aux autres membres du groupe.On a l'impression que tu livres des textes plus personnels... Le collectif pousse-t-il à être plus militant ? Et inversement un projet solo pousse-t-il à écrire des textes plus introspectifs ?Oui je pense effectivement que le projet solo pousse à livrer des choses plus personnelles, mais je dirais plutôt que c'est le fait d'écrire des chansons plus introspectives qui pousse à faire un projet solo (rires). Après, cet album se veut également engagé, par exemple Rester digne parle des sans-abris. C'est pour moi insupportable que dans un pays aussi riche que le nôtre, qui dépense régulièrement des millions dans des futilités, il y ait tant de gens laissés pour compte, qui dorment dehors malgré eux ou n'ont pas de quoi se nourrir. Depuis des dizaines d'années, on compte sur les assos et la charité des gens pour régler ces problèmes alors qu'à mon sens cela devrait être une priorité de l'Etat. Citoyen du monde, le titre éponyme de l'album, parle également de la notion de frontière et des problème de migrations actuels. A mon sens, quand on est capable de mettre toute sa famille sur un bateau de fortune, ce n'est pas une question de confort, mais de survie. Nous ne pouvons pas fermer la porte à des gens qui essayent de sauver leur famille et leurs enfants. Je considère que notre devoir est de les accueillir sans avoir la mémoire courte car il y a quelques dizaines d'années c'étaient nos grands-parents qui fuyaient le nazisme. Plus généralement par rapport au choix du nom de l'album, je pense qu'aujourd'hui bien des maux de notre époque sont liés au fait que nous réagissons " nationalement " alors que les plus grands défis qui s'imposent à nous aujourd'hui nécessitent une réponse internationale globale. Par exemple, nous n'arriverons pas à gérer des problèmes cruciaux comme le réchauffement climatique si l'ensemble des pays du globe ne marchent pas dans le même sens. On décèle quelques textes plutôt tristes, notamment Avant de partir. Sont-ils basés sur des expériences personnelles ?Je pense qu'il y a deux manière d'écrire des chansons : l'une où c'est toi qui va la chercher, l'autre où c'est elle qui vient te chercher. Je veux dire par là que soit tu réfléchis et tu cherches à écrire une chanson, soit c'est la vie, ce que tu traverses, qui te fait l'écrire. Avant de partir est le texte le plus personnel que j'ai jamais écrit car c'est un hommage à mon père. Je l'ai perdu il y a quelques années dans des conditions longues et très difficiles à l'étranger. J'étais très proche de lui et ça a été une épreuve très compliquée pour ma mère et moi. On dit souvent qu'on devient réellement adulte le jour où l'on a un enfant ou lorsque l'on perd l'un de ses parents... J'ai vécu les deux la même année. Ce sont des choses qui bouleversent énormément, qui font prendre conscience que la vie n'est pas un long fleuve tranquille mais bien une succession d'eaux calmes et de tempêtes. La musique est un magnifique moyen d'exprimer nos joies, mais peut-être aussi un exutoire pour nos peines. Comme vous l'aurez compris, ma vie a fait que bon nombre de chansons de cet album sont venues me chercher. "Je me livre donc plus que jamais auparavant dans cet opus" Tu fais souvent référence au départ, à la fuite, à l'exil, au voyage... Des thèmes proches mais qui peuvent avoir des significations différentes... Est-ce ça le dénominateur commun de toutes les chansons de cet album ?Oui bien vu, c'est un peu le fil conducteur du disque. Depuis que je suis ado, j'ai toujours rêvé d'évasion donc de départ, d'échapper à un quotidien de vie " conventionnelle " donc quelque part une fuite, ce qui m'a mené sur une trajectoire de vie " marginale " entre musique et voyage. Le mot " partir " est un dénominateur commun de l'album, c'est d'ailleurs pour cela que tu me vois de dos avançant dans le désert sur la pochette. C'est vrai que je considère qu'on se sent difficilement plus en vie, dans l'action, dans le moment présent, que lorsqu'on voyage. Aller voir ailleurs ouvre nos horizons, nos façons de penser, nous donne d'autres angles de vue pour être plus juste dans nos réflexions. C'est une des choses qui permet à mon sens de se sentir " Citoyen du monde ".La chanson Ne m'en veux pas est très touchante. Fais-tu référence à une vie de musicien où un mari ou un père est souvent absent ?Oui, la vie de musicien est faite de départs et donc aussi d'absence. C'est une chanson que j'ai écrite pour mon fils qui pleurait beaucoup quand il voyait que j'allais partir. Le simple fait de me voir faire ma valise, il savait... Je lui ai donc écrit " Ne m'en veux pas si demain je dois partir... " Comme pour la plupart des morceaux de ce disque, je puise l'inspiration dans des expériences très personnelles, mais j'aime laisser le texte le plus ouvert possible pour que chacun puisse se l'approprier, l'interpréter par rapport à sa vie et donc laisser la possibilité de multiples lectures. Par exemple, pour moi celle-ci est adressée à mon fils, mais pour d'autres ça sera un gars qui doit quitter sa copine, un ado qui part de chez ses parents... J'avais d'ailleurs poser la question aux fans sur les réseaux sociaux, et j'avais eu une multitude d'interprétations. Pour résumer, je m'efforce au travers d'expériences personnelles de donner à mes chansons une portée universelle.Il y a des morceaux chantés exclusivement en anglais. Sauf erreur de notre part, il s'agit d'une première pour toi. Qu'est-ce qui t'a poussé à tenter l'expérience ?D'abord il y a le fait que l'anglais ne sonne pas comme le français et apporte donc une autre musicalité. Il est vrai également que les histoires d'amour (Gimme your Hand) ou des thèmes plus consensuels comme Peace m'ont semblé plus facile à écrire en anglais car je trouve que cette langue est en général plus compatible avec la simplicité. Enfin, pour un disque intitulé Citoyen du monde, qui se veut donc " internationaliste ", il était pour moi essentiel que certains titres soient écris en anglais afin de pouvoir être compris de tous.Le morceau Si seulement se démarque par son côté plus urbain que le reste de l'album. C'est une instru que Tchong aurait pu utiliser sur son album solo... A-t-il joué un rôle dans ce morceau ou sur d'autres de l'album ?Non, il n'a pas joué de rôle particulier dans cet album outre le fait de m'encourager, m'aider sur certaines choses et de me donner parfois des avis. Mais c'est assez logique car l'idée n'était pas de faire un album de Broussaï solo (rires). Si seulement est plus urbain, et un peu dub dans le mix mais sonne aussi très vintage avec des clavinets, guitares, cuivres et orgues qui pourraient rappeler des morceaux comme Superstition de Stevie Wonder, c'est un savant mélange né d'une collaboration avec Dubmatix.Et les autres membres de Broussaï ? Sont-ils impliqués dans cet opus ?Le seul membre à être réellement impliqué dans ce projet est Reynald Litaudon, le bassiste de Broussaï, qui m'a entouré pour les arrangements du disque et qui sera également à la basse en live.As-tu travaillé uniquement sur les textes ou également sur la composition des instrus ?Comme on l'a évoqué, c'est un album où je me livre totalement. J'ai écrit et composé entièrement l'album à l'exception de deux instrus : l'une étant une collaboration avec Dubmatix (Si seulement), l'autre étant une compo de mon collègue Reynald (Peace). Après, j'ai eu la chance de pouvoir m'entourer de musiciens exceptionnels qui ont tous contribué et apporté leur touche lors des sessions d'enregistrement. Certains comme les guitaristes Jo Cocco et Jawad Oumama, le pianiste Thibaud Saby ou encore le saxophoniste Julien Chignier ont même co-arrangé certains titres. Explique nous le choix de tes featurings ?Ce sont les rencontres et les talents de mes acolytes qui m'ont poussé à les solliciter. J'ai pu rencontré Johnny Osbourne lors d'un concert à Lyon au Sirius organisé par Reynald. Il était froid de prime abord, mais lorsqu'il a entendu Peace, il a tout de suite été inspiré et nous sommes allés au studio l'enregistrer dès le lendemain ! Le clip immortalise d'ailleurs cette incroyable journée. Ensuite, nous avons avec Broussaï partagé la scène plusieurs fois avec Jahneration lors de la période de construction du disque. Ici et maintenant est le dernier titre que j'ai composé juste avant l'enregistrement de l'album. Ils ont accroché et accepté tout de suite la proposition. Enfin pour Dubmatix, c'est un peu plus le hasard car nous nous sommes rencontrés plusieurs fois en festival, et sa patte m'a intéressé. Je lui ai demandé de m'envoyer des séries d'instrus, et je suis tombé sur celle-ci (Si seulement) dont le mélange vintage/moderne collait bien à l'ambiance de l'album. Nous avons ensuite travaillé à distance, j'ai même réécrit en partie le texte suite à nos échanges, et j'ai enfin proposé à Djul, le guitariste d'Alpha Blondy, de poser un chorus de gratte à la Hendrix, à découvrir !Le dernier titre, J'avance, est très surprenant avec une intro piano-voix et une transformation en ska. Pourquoi ce contraste si saisissant ? C'est venu de ta part l'envie de chanter sur du ska ? On aurait pu s'attendre à un titre plus festif, mais ce n'est pas le cas n'est-ce pas ?Le titre J'avance est également très introspectif, je raconte ma vie depuis la naissance donc je trouvais intéressant de démarrer sur quelque chose de très intimiste pour faire partir le tout en ska lorsque arrive le 1er " J'avance ". Il est dansant, mais effectivement plus poignant que festif. Il parle de grandes étapes de la vie, des hauts et des bas que l'on traverse en gardant toujours en tête de tenir bon et d'avancer avec espoir.Pour finir, peux-tu nous donner des nouvelles de Broussaï ? Prévoyez-vous un nouvel album prochainement ?Oui nous sommes actuellement en phase de composition d'un nouvel album qui devrait voir le jour à la fin de l'année prochaine... (webremix.info)


Rototom Sunsplash 2017

La 24ème édition du Rototom Sunsplash s'est déroulée du 12 au 19 aoetucirc;t 2017 sous le soleil estival de Benicassim à Costa Azahar pour le plaisir des 220 000 festivaliers venus du monde entier pour cette belle édition qui répondait au slogan etldquo;Celebrating Africaetrdquo;.Le Rototom se veut un festival pour tous. Il y en a pour tous les goetucirc;ts, de jour comme de nuit ! Chacun, ou presque, y trouve son compte. Le fêtard insolent se réveille à 18 h pour aller se coucher à 8 h du matin après une nuit passée de concerts en sound systems avec rien de moins qu'un Aba Shanti mystique au coeur de la nuit, après Hempress Sativa, Mellow Mood et The Wailers successivement sur la Main Stage, un saut au Lion Stage, un autre pour se poser et partager sous la tente berbère, au coeur de l'African Village. Au même moment, les lèves-tôt, les familles avec ou sans enfants ont plusieurs options : plage, plage ou plage !? La mer de Benicassim est d'un bleu azur (AZAHAR ?!), la sole beach etldquo;Rototometrdquo;, où Ateliers Ragga/Dancehall/Africaines et sound systems se déroulent tous les jours ou d'autres plages atypiques où se côtoient des gens de tous âges et tous horizons dont le point commun est : REGGAE, soleil, ganja et fête ! On est loin de ces endroits blindés de beaufs, ici c'est plutôt spliffs, poncho clandestino, mojitos faits sur place sur lit de glace et menthe fraîche, artisanats locaux, mamas africaines qui tressent et font à manger à l'ombre des arbres, châles paréos magnifiques venus d'Inde, nages, vagues et très belles personnes. Bizarrement cette foule dense qui danse, au coeur du mois d'aoetucirc;t, en bord de Méditerranée est plutôt agréable ! Les etldquo;autresetrdquo; touristes passent et regardent avec curiosité cette faune de la planète Rototom.L'après-midi est aussi un moment privilégié sur le site du Rototom, pour petits et grands : ateliers artistiques, cirques, musiques, batuk, espace bien-être avec yoga, massages, thérapies alternatives à donation libre. Tous les soirs à 20h, la etldquo;House of Rastafarietrdquo; propose des sessions Nayabingui pendant qu'à côté on peut déguster le café éthiopien servi lors d'une cérémonie typique. Rototom c'est aussi plusieurs scènes de plusieurs styles, un village artistique et culturel, le reggae university et le forum social où pendant toute la semaine se déroulent : conférences-débats, projections, expos avec des artistes, érudits, faiseurs de paix, sur des thématiques écologiques, sociétales... Un marché de créateurs, artisans où l'on trouve de très belles choses... des espaces de repos, des bonnes choses à boire et manger.Tout ce monde était réuni cette année pour célébrer l'Afrique. J'étais heureuse qu'elle soit à l'honneur cette année, je m'imaginais le festival aux sons, couleurs et saveurs de l'Afrique, un foisonnement des richesses encore inconnues de ce continent aux mille et une cultures trop longtemps laissées pour compte et exploitées, j'aurais aimé y découvrir plus de Reggae men and women africain.e.s connu.e.s et inconnu.e.s, artistes engagés en engageants à faire une différence dans le monde, j'aurais souhaité le village et la scène africains mis en avant et en lumière, des expositions de photos et peintures dignes de ce thème. Je suis cependant un peu restée sur ma faim à ce point de vue. L'ambassadeur du reggae africain Alpha Blondy a en effet detucirc; quitter la scène plus tôt que prévu à cause de problèmes techniques, et Sean Kuti, fils du légendaire Fela, nous a pour le moins déçus en conférence de presse quand - alors interrogé sur la traite des femmes nigériane - a lancé un "rendez-nous nos docteurs et gardez nos putes", applaudi à notre grande surprise par la presse et les vip présents...Nul doute cependant que l'engagement culturel, environnemental, politique, militant pour la paix et l'émancipation de l'humanité du Rototom (et de façon générale des artistes, les autres festivals et événements Reggae qui fleurissent un peu partout ) va aller crescendo. Le Reggae est LA musique, symbole de la libération des chaînes de l'esclavage et de toutes formes de servitudes. La musique qui aide à réveiller les consciences afin d'AGIR en conséquence.Assise sur ma plage en sirotant mon cocktail, insoutenable légèreté de l'être européen et privilégié que je suis, regardant l'horizon bleu azur de cette méditerranée de nos vacances, je n'ai pu m'empêcher d'imaginer au loin ces rafiots brinquebalants avec ces milliers de migrants qui fuient les misères, les guerres, les viols, d'autres qui sont exploités sur ces mêmes bateaux pour venir s'ajouter au nombre grandissant de prostitué.e.s forcé.e.s et esclaves modernes en tous genres dont nous avons vite fait d'oublier l'existence pour nous concentrer sur la fête et le son ! On se dit militant ! On écoute et danse du Reggae... on paye pour le Reggae... alors comment agir etldquo;pour de vraietrdquo; ? Comment faire en sorte que ces richesses générées par ce nombreux public multiculturel et engagé puisse servir la cause première et primordiale du Reggae : Emancipation, Freedom and Unity for Humanity... Equal rights and justice ! Comment faire en sorte que les plus démunis puissent aussi profiter des ces instants de paix et culture ? Comment éviter de tomber dans le revers bling bling et show business... comment garder et préserver l'âme de cette musique, cette culture qui nous est si chère ? etldquo;Words without actions are deadetrdquo; dit l'artiste !Ces artistes qui nous sont si chers, qui véhiculent ces messages, pour et avec qui on danse jusqu'au bout de la nuit... dans mes favoris de ce Rototom 2017 : TOOTS AND THE MAYTALS un show époustouflant pour ce vétéran qui a inventé le mot REGGAE et qui de haut de ses plus de 70 ans nous offre un spectacle high level ! Une mention spéciale pour DEVI REED qui a tout déchiré avec juste deux musiciens (un batteur et un DJ) lors de son passage à la LION Stage. Un énorme BigUp pour les femmes sur la place : Nadine Sutherland une belle découverte (clin d'oeil à Dady URoy pour qui elle a ouvert le bal) Nattali Rize, Hempress Sativa. ManuDigital et Joseph Cotton ont proposé un super show. Un plaisir de découvrir Lyricson égal à lui même et toujours dans la place... Bref un festival foisonnant de talents confirmés et nouveaux qu'on a toujours plaisir à découvrir.Que dire de plus si ce n'est que etldquo;vive le Reggae for a better worldetrdquo; one love, one humanity Toots and the Maytals Devi Reed Treesha Gentleman et Ky-Mani Marley Raging Fyah Christopher Martin Youssou N'Dour Iseo et Dodosound Chronixx Alpha Blondy Seun Kuti Shaggy Don Carlos Manudigital et Joseph Cotton Nkulee Dube Lyricson Steel Pulse Reggae University Inna De Yard Nattali Rize Beenie Man Cali P Hempress Sativa The Wailers Marcus Gad Luciano (webremix.info)


Jesse Royal - Lily of da Valley

La nouvelle génération jamaïcaine sait se faire désirer ! On connaît Jesse Royal depuis près de cinq ans maintenant et il n'avait toujours pas sorti d'album. A l'image de ses compères Chronixx ou Kabaka Pyramid, Jesse s'est fait connaître à coups de singles et de mixtapes, mais il a décidé de prendre un chemin différent pour son premier véritable effort discographique...Le jeune chanteur est allé frapper à la porte du label américain Easy Star Records, connu pour ses collaborations avec The Black Seeds, Rebelution, John Brown's Body ou bien setucirc;r Easy Star All Stars. Des groupes au reggae très accessible, nourri de nombreuses influences et parfois éloigné de la musique jamaïcaine. Ce Lily of da Valley s'inscrit dans cette identité et c'est peut-être la première fois qu'un artiste yardie s'autorise une telle digression. La rencontre avec l'artiste allemand Patrice sur le titre Waan Go Home à l'instru très habillée illustre cette largeur d'esprit dont fait preuve Jesse Royal. A l'heure où les Jamaïcains ouvrent de plus en plus leur musique à des influences pop, celui que l'on surnomme Small Axe va encore plus loin avec une tracklist extrêmement variée. 400 Years l'ouvre superbement avec un riddim encore une fois très fourni, lourd et décontracté. Jesse Royal a accordé beaucoup d'importance au son et cela s'entend à nouveau dès le deuxième titre, Generations, en combinaison avec Jo Mersa Marley (fils de Stephen Marley) très à l'aise sur ce genre de reggae hip-hop.Le hit Modern Day Judas est là pour rappeler l'identité yardie de l'artiste qui n'hésite pas à flirter avec des sonorités world, electro et même rock sur d'autres titres. Impossible de ne pas penser à Major Lazer à l'écoute de Full Moon réalisé en collab avec le DJ et saxophoniste Natty Rico. Quelques ballades à la Damian Marley se glissent parmi les titres, comme Real Love ou Always be Around aux lourdes basses. Le rub-a-dub moderne de Life Sweet ravira quant à lui les fans du genre et consolera les allergiques aux nappes et claviers ultra-kitsch de Jah will See us Through qui n'est pas sans rappeler le Reggae Night de Jimmy Cliff.Si beaucoup de morceaux sont comparables à ceux d'autres artistes, c'est avec sa voix que Jesse Royal se démarque. Adepte du " R " roulé, le chanteur séduit avec un rythme et un flow bien à lui caractérisés par cette attitude calme et décontractée doublée d'une haute maîtrise vocale. Malheureusement, il manque un hit à cet album ! Plutôt bien équilibrée malgré sa large palette d'influences, la tracklist souffre d'un titre ou deux porteurs à l'image de Modern Day Judas qui date tout de même de 2013.Alors qu'on s'attendait à un excellent premier effort de la part de cet artiste prometteur, on ressort de cette écoute avec le sentiment d'avoir entre les mains un album juste bien. Lily of da Valley reste un opus très bien produit à la qualité sonore indéniable sans doute pensé pour un marché bien plus large que celui du reggae.Tracklist :1. 400 Years2. Generations feat. Jo Mersa Marley3. Modern Day Judas4. Life's Sweet5. Real Love6. Always Be Around7. Stand Firm8. Roll Me Something9. Full Moon10. Rock It Tonight11. Finally12. Justice13. Waan Go Home feat. Patrice14. Jah Will See Us Through (webremix.info)


LMK - Highlights

Son premier album Musical Garden nous avait surpris par sa diversité... La jeune LMK a depuis grandi et quitté son jardin expérimental pour façonner un deuxième effort beaucoup plus homogène et définitivement plus urbain. Elle livre le meilleur d'elle-même en dix titres avec ce nouveau Highlights qui réserve lui aussi son lot de surprises.Le rapprochement avec le crew Digital Cut y est sans doute pour quelque chose dans l'identité de cet opus. Bosser avec une seule équipe de producteurs donne forcément un résultat différent qu'une accumulation de collaborations comme ce fut le cas sur Musical Garden. Le groupe lyonnais a guidé la chanteuse qui s'est trouvée ici son vrai répertoire ; une musique résolument moderne et de plus en plus éloignée du reggae pur et dur. LMK assume toujours plus son penchant pour le RetB et la musique urbaine voire commerciale. Les refrains terriblement radiophoniques de See the Light ou See Dem Out et les rythmes programmés de Conqueror et Tell Me confirment l'ambiance " club " annoncée par cette pochette bleue à l'imagerie sexy. On adhère ou pas, mais force est de constater qu'LMK est à l'aise dans cet univers. Les férus de reggae s'y retrouveront plus sur I Wanna Know ou Won't Let You Go (notre préféré) où la chanteuse s'exprime dans un registre plus classique mais toujours contemporain. On ne s'attendait pas à l'entendre chanter en français, mais sa rencontre avec Taïro sur Où sont nos go fait son petit effet ! Le duo signe un hymne aux femmes fortes plutôt réussi. On n'en dira pas autant de Crazy and Alive où les flows de Skarra et LMK peinent à se marier sur une instru dancehall moyenne. On se laisse plus facilement séduire par des titres plus organiques comme So Real qui aborde la rupture amoureuse d'un drôle de point de vue sur un riddim où les instruments live prennent le dessus sur la programmation digitale. Avec un côté pop revendiqué, Highlights ouvre de nouvelles portes à LMK qui ne renie pas ses influences underground et continue de se livrer à sa manière à coups de fast style. Un brin d'egotrip, des hymnes à la détermination, des chansons d'amour et beaucoup de featurings (un titre sur deux !), tels sont les ingrédients phares de ce bel album.Tracklist :1 - I Wanna Know2 - See Dem Out Feat. Gavlyn et Reverie3 - Won't Let you Go4 - Crazy and Alive Feat. Skarra Mucci5 - So Real6 - Conqueror Feat. Ma'J7 - Tell me8 - Où sont nos go Feat. Taiet#776;ro9 - See the Light10 - New Day Feat. Mann et Billy Danze (MOP) (webremix.info)


Bordeaux Dub School #10 - 24 scoops ! (webremix.info)


Jahneration @ Bagnols sur Ceze

Ouverte au printemps dernier par une partie de l'équipe du Zion Garden, la nouvelle salle de concerts de Bagnols sur Cèze ne pouvait pas ne pas accueillir de reggae ! Les youths de Jahneration ont donc foulé la scène de la Moba ce samedi 30 septembre devant une salle bien remplie. Après un warm-up assuré par les Avignonnais de Conquering Sound, Théo et Ogach ouvrent sur Reggae Love et se mettent l'audience dans la poche en un quart de seconde. Les paroles de Reload, No Want et autres Control your Tempa sont sur toutes les lèvres des premiers rangs. Le show du groupe, bien qu'inchangé depuis plusieurs mois, a pris du niveau et de la puissance. Difficile de rester insensible à l'efficacité du backing-band et à la présence du duo de chanteurs. Retour en images avec les clichés de Ninon Duret sur un show réussi marqué par une intervention surprise de l'équipe Reggae.fr pour offrir les coupes des Victoires du Reggae à la formation (Meilleur album Reggae French Touch et Révélation de l'année).Conquering Sound Jahneration www.ninonduret.com (webremix.info)


LMK - Interview Highlights

Elle nous avait bluffés par son aisance scénique, sa maturité vocale et sa maîtrise de l'anglais à à peine 18 ans quand nous l'avions découverte. Aujourd'hui âgée de 23 ans, LMK a depuis bien évolué et sortira le 6 octobre un nouvel opus beaucoup plus pop que ce à quoi elle nous avait habitués. Toujous plus à l'aise avec sa musique, elle s'émancipe et répond à nos questions pour revenir sur les moments phares qui ont abouti à l'album Highlights.Reggae.fr : Commence par nous présenter ce nouvel album.LMK : Highlights à été enregistré sur deux ans dans le studio des producteurs Digital Cut. Il est crossover entre reggae, hip-hop et dancehall avec une grosse influence pop. Je pense que l'influence pop est ce qui le différencie vraiment de mon premier album qui était plus underground et plus typé reggae et bass music. Sur ton premier album, tu avais collaboré avec plusieurs beatmakers. Cette fois c'est la même équipe qui a composé tous les riddims. Comment en es-tu arrivée à ce choix et cela a-t-il influencé ton travail d'enregistrement ?J'ai mes petites habitudes d'enregistrement mais c'est vrai que quand on travaille avec un seul et même producteur on va prendre un peu des siennes aussi ! Les gars de Digital Cut m'avaient contactée il y a deux ans pour travailler avec moi sur un morceau qu'ils voulaient mettre sur un de leurs projets, ça a donné le titre Won't Let You Go. Comme la collaboration s'est bien passée, on a décidé de faire tout un album ensemble et du coup je leur ai piqué le titre pour Highlights. J'ai été aiguillée dans l'enregistrement des morceaux autant par mon manager Doan, avec qui j'ai coécrit tous les morceaux, que par Digital Cut qui sont principalement intervenus sur le côté technique des vocaux (justesse, harmonie, rythme etc). J'étais déjà assez exigeante envers moi-même en studio, mais là c'était encore un niveau au-dessus ! Je me rappelle avoir passé des heures et des heures à faire des choeurs pour qu'ils soient le plus juste possible, ça a vraiment été prise de tête par moment mais ça m'a fait progressé et quand j'entends le résultat je suis contente d'y avoir passé autant de temps.Ton premier album avait déjà un petit côté urbain, mais on sent que tu cherches encore plus à t'éloigner du reggae pur et dur sur celui-ci... N'est-ce pas ?Oui c'est vrai. Après je ne me suis jamais cachée d'avoir beaucoup d'influences et de ne pas m'arrêter au reggae, même à l'époque de Musical Garden. J'écoute énormément de musique de tous horizons et il serait tellement frustrant de ne s'arrêter qu'a un style.Il y a même des sons carrément pop, voire dance music avec des influences très années 90. Vas-tu dans cette direction pour toucher un public plus large ou est-ce vraiment la musique que tu as envie de faire ?Un peu des deux. Après je ne serais pas allée jusqu'à dance music (rires), mais c'est vrai qu'il y a une grosse influence pop dans l'album. Disons que j'ai des goetucirc;ts aussi bien très underground que main stream. Je peux tout autant écouter un artiste comme Aba Shanti que le dernier son de Drake ! Après ce serait mentir de dire que je ne souhaite pas toucher un public plus large... En tant qu'artiste, j'ai envie que ma musique dépasse le plus de frontières possible. "Je peux tout autant écouter un artiste comme Aba Shanti que le dernier son de Drake" Le titre de l'album, Highlights, est sans doute censé faire référence à des moments phares de ta carrière ou de ta vie. Pourquoi abordes-tu quand même des thèmes plus sombres comme la rupture amoureuse (So Real) ou la difficulté d'être une femme dans le milieu musical (Où sont nos go) ?Tout simplement car les thèmes sombres font tout autant partie des moments phares de ma carrière ou de ma vie. J'aborde beaucoup de choses dans cet album comme mon ascension dans le milieu de la musique, les difficultés que j'ai pu rencontrer comme les moments de bonheurs. Mais aussi des expériences de la vie quotidienne ou sentimentale qui peuvent parler à tout le mondeTes textes sont souvent tournés vers l'espoir, le besoin de se battre pour s'en sortir avec un petit côté egotrip. Rencontres-tu des difficultés particulières dans ta carrière ou dans ta vie qui te poussent à écrire ce genre de textes ?Je pense que l'espoir et l'envie de réussir sont des sentiments incontournables dans la vie de chacun. Néanmoins, il est vrai que le chemin que j'ai pris n'est pas le plus simple. Même si rien n'est facile pour personne, ce milieu demande un mental de guerrier pour réussir. Sur le titre avec Taïro (Où sont nos go), on t'entend chanter en français. Est-ce Taïro qui t'a poussée dans ce sens ?En effet, Taïro m'a motivée a faire ce morceau en français même si l'idée de chanter dans ma langue natale trottait dans ma tête depuis un petit moment. Je me suis dit qu'un feat avec un artiste comme Taïro était l'occasion parfaite pour me mettre le pied à l'étrier, d'autant plus qu'il m'a donné de précieux conseils concernant l'écriture.Un titre sur deux de cet album est un featuring. Pourquoi autant et comment se sont passées les rencontres avec les artistes ?Je n'avais pas beaucoup de featurings sur mon précédent album du coup j'ai voulu me faire plaisir sur celui-là ! On a enregistré tous les feats ensemble sauf Billy Danze et Mann de MOP. Je me rappelle avoir halluciné sur l'efficacité de Gavlyn en studio. Elle a écrit et posé son couplet en à peine trente minutes. C'était impressionnant ! On commence à te connaître depuis trois ou quatre années maintenant. Tu as pas mal évolué depuis tes débuts. Quel regard as-tu sur la LMK des débuts ? Es-tu devenue celle que tu voulais devenir ?C'est vrai que ça commence à faire un moment qu'on se croise ! J'ai un regard plein d'affection pour la LMK des débuts car je me rends compte que j'étais vraiment très jeune. etCcedil;a fait quatre ans que ce projet existe mais j'ai vécu tellement de choses, des hauts et des bas, qui m'ont permis de gagner en confiance autant en ma musique qu'en moi-même. Je ne sais pas si je suis devenue la personne que je voulais être mais en tout cas je suis heureuse et j'espère encore évoluer tout au long de ma vie. (webremix.info)


Ras Zacharri et Sista Jahan @ Paris

En cette douce soirée de septembre, c'est au bord du bassin de la Villette qu'il fallait accoster si on voulait écouter du reggae. La Péniche Antipode accueillait en effet Sista Jahan and the Riddimers et Ras Zacharri accompagné du My Name Is Band.C'est Sista Jahan qui monte en première sur scène pour interpréter les titres issus de son premier EP Inv-Itation sorti en 2015, mais également des tunes de sa Free tape Viv'Love réalisée en collaboration avec le collectif Zion High en juin dernier. Ras Zacharri lui emboite le pas et vient nous présenter les titres de son très bon nouvel album (sorti le 15 septembre) Love Over Hate enregistré avec My Name Is Band, le groupe qui l'accompagne ce soir. Il nous offre Health et Strength, One by One ou encore With Jah we Stand.Retour en photos sur ces deux belles prestations grâce aux photos de Franck Blanquin. Sista Jahan Ras Zacharri (webremix.info)


Du reggae à l'Huma !

La Fête de l'Huma est un rendez-vous incontournable de la musique et du militantisme depuis les années 30. Et qui dit musique et militantisme dit forcément reggae. Notre musique préférée avait encore sa place en 2017, le deuxième week-end de septembre. Notre photographe Philippe 'Da Best' Campos était sur place pour nous ramener des clichés de Dub Inc, Flavia Coelho et Jahneration.Jahneration Flavia Coelho Dub Inc (webremix.info)


Max Livio - Reggae One Shot vol. 1

L'artiste Max Livio - aux influences musicales afro-américaines, très attaché au hip hop et amoureux du reggae - sort une mixtape Reggae One Shot volume 1 à son image : diverse en styles et haute en qualité. On était déjà habitué à sa voix suave capable de se poser sur n'importe quel riddim. Mais cet effort nous fait découvrir un nouveau dynamisme chez l'artiste qui, sans oublier ses ancrages musicaux, se tourne ici vers des styles plus digitaux et dub notamment mais pas seulement ! Très colorée, la mixtape se veut le premier volume d'une série de sessions où l'artiste invite une flopée de chanteurs sur des instrus bien travaillées. Le résultat est très positif et cerise sur le gâteau, le projet est offert à tous en écoute et en téléchargement à partir du 25 septembre. Au nombre des beatmakers, on compte Demolisha, Cocoroots, From the Bush, MetN's ou encore Monsieur Jo. A chaque morceau son ambiance, sans pour autant en perdre une cohérence générale. Au titre des featuring et après une intro en solo sur T'en fais pas, on retrouve avec plaisir Keefaz sur Prendre le temps et la superbe voix et vibe féminine de Laurène sur Aurore Boréale. Le morceau Mr Producer vient provoquer une rupture en compagnie de Wyman Low sur un roots reggae bien mené, portant un message qu'on ne peut s'empêcher de voir comme un reflet de la réalité de ce que vivent les artistes reggae en France. Sista Jahan et Buzz viennent supporter avec talent Max Livio sur A qui sait attendre. On est particulièrement touché par le duo avec Jahill sur l'excellent et puissant Célébrez, aux sonorités afro-trap très dansantes contrastant avec des paroles prenantes. Retour au roots avec La traversée feat. Iko Tuff, avant l'énergique Le jour du départ où Sound Dynamik vient faire son apparition. Electro dub et hip hop sont au rendez-vous avec l'invitation Caporal Nigga sur le très réussi titre Sur le qui-vive. Le côté pop de Dans le game vient nous surprendre, feat. Joss Bari. On finit l'écoute avec les morceaux Persistance featuring Subajah, ainsi que Un rien nous suffit où Max Livio propose à Little Franky de nous compter sur ce qui importe le plus dans nos vies. Max Livio s'est entouré de divers artistes aux horizons et styles très différents donnant un aspect cosmopolite jouissif à la mixtape. L'artiste porte ce projet en jouant avec les influences, les rythmes pour guider nos ressentis tout au long de l'écoute, et en soignant des textes aux messages conscients, abordant le respect, la confiance en soi, l'art de savourer le moment présent, la sincérité et le voyage mouvementé qu'est la vie. A découvrir.www.facebook.com/Max-Livio-Page-Officielle (webremix.info)


Baltimores - Air EP

Baltimores c'est ce nouveau venu sur la scène reggae/dub du sud de la France qu'on a pu apercevoir l'été dernier lors de prestations live réussies, notamment au Zion Garden avec le After All Sound System. Le 19 septembre dernier, il sortait son premier EP Air sur le label associatif Maha Mila Prod.Un premier EP clairement orienté dub où chaque morceau est une rencontre entre le chanteur et un dubmaker. On commence donc avec le titre éponyme, un hymne écologique posé sur un dub entraînant aux basses énormes produit par Kandee Dub.Viennent ensuite deux productions de Jungle Weed, d'abord Positiveness, encore un riddim rythmé où Baltimores promène son flow avant de laisser place à une instru qui se fait plus steppa sur la fin du morceau ; puis un duo avec Ti Zion sur Celestial Singjay. La voix du jeune chanteur, parfois comparable à celle d'Alborosie quand elle gronde, mériterait d'être canalisée, mais reste toujours juste et résonne dans un anglais plus que correct bien que parfois un peu exagéré. On retrouve ensuite le dub profond de Meditation signé Mass I Sound sur lequel Baltimores se lâche en mode fast style, contrastant avec la voix douce et chaude de Sama Renuka, seconde invitée de cet EP. On finit avec Run from the Police, un pur steppa de warrior produit par Boom Hi-Fi sur lequel il reste toujours aussi efficace.Une première sortie plutôt réussie pour Baltimores, un tout jeune artiste très prometteur à qui on souhaite que ce premier EP ne soit que le début d'une belle aventure.Tracklist :1 Air (Riddim by Kandee Dub)2 Positiveness (riddim by Jungle Weed)3 Celestial Singjay Ft Ti Zion (riddim by Jungle Weed)4 Meditation Ft Sama Renuka (riddim by Mass I Sound)5 Run from the Police (riddim by Boom Hi Fi) (webremix.info)


Mardjenal - Smile Again

Cet été on a eu droit à quelques belles sorties musicales dont le troisième projet de Mardjenal Smile Again. Mardjenal s'éloigne de son EP éponyme pour se rapprocher légèrement de sa mixtape Smile sortie en 2013. Une vibe plus chaude, avec pour mission de redonner le smile aux auditeurs !Mission accomplie puisque le premier tune de l'album, Reggae Music, fait le travail en donnant une bonne dose d'énergie sur un thème qui touchera tous les afficionados de musique jamaïcaine. L'artiste n'a pas peur d'utiliser les armes lyricales qu'il a acquises sur la route, seul ou accompagné, pour faire feu musicalement et toucher sa cible en plein coeur (Peng peng en feat Kenyon et Volodia). La route, les tournées ou bien simplement le temps ont certainement permis à l'artiste de proposer un projet construit et travaillé. On ressent un vrai gain de maturité sur cet opus soigné et très bien produit par Evidence Music, le label suisse dont le sérieux n'est plus à prouver. Ici, le travail de qualité rime avec la légèreté et la fraîcheur de la nouvelle génération qui dynamise la scène reggae française. On vous recommande l'écoute de cet opus en grande quantité pour affronter les problèmes, les bad énergies et reprendre des forces (Take it Easy). Le jeune artiste se laisse aller aisément en français ou en anglais sur tous les thèmes. Smile Again est un projet plein d'enseignements avec un message fort sur des morceaux comme Teach the Youth ou One Drop Basse en collaboration avec Sir Samuel. Au final, Mardjenal nous livre avec Smile Again un album engagé, plein d'énergie et de fraîcheur posé sur une base solide et terriblement bien travaillée. Tracklist :1-Reggae Music2-Take it Easy3-Smile Again 4-One Drop Basse ft. Sir Samuel5-Pon the Road6-All Alone 7-Style8-Cycle9-Peng Peng ft. Kenyon et Volodia10-Teach the Youth (webremix.info)


L'Entourloop - Le savoir faire

L'Entourloop c'est ce duo de DJs/beatmakers dont on avait apprécié les prestations en live pleines d'énergie à chaque fois qu'on a croisé leur route. En 2015 ils avaient frappé fort dès leur premier album Chickens in Your Town sur lequel on découvrait avec plaisir le mélange entre reggae et hip-hop qui est leur marque de fabrique. En cette rentrée 2017 ils nous présentent leur second album, " Le savoir faire, qui nous ramène à l'époque des mixtapes avec intro mixées et interludes travaillés, samples tirés de dialogues de films et part belle faite au scratch. L'Entourloop a toujours été influencé par de nombreux styles musicaux dont cet album est un savant mélange. On y retrouve d'ailleurs un nombre impressionnant d'invités venus chacun avec leur style et leur univers. Après une introduction groovy à souhait, on est accueilli par Weh U Come from, un mélange entre reggae et hip-hop à la sauce entoorloupienne chanté ou plutôt toasté par Ras Demo. Autre mix réussi entre ces deux styles : Soundbwoy, une instru hip-hop très funky sur laquelle Troy Berkley pose son flow tranchant aux accents dancehall. Avec Shoefiti, on rajoute une touche de soul à ce mélange reggae et hip-hop jazzy grâce à la voix de Marina P, quand Soom T nous offre elle un morceau hyper frais dans son style unique sur Fonk Monk. On découvre avec plaisir la rappeuse venue de San Francisco Blimes Brixton sur Boomblast, pur hip-hop aux samples orientaux. D'autres rappeurs sont invités pour des morceaux totalement orientés hip-hop comme Sounds to Wake the Kids up. On trouve une petite dose de jungle et de dubstep sur des morceaux comme Le rendez-vous (feat Tippa Irie et N'zeng) ou The People and the Police avec Kill Emil. Le duo s'aventure même avec talent vers le vapor dub en invitant Biga Ranx sur Push the Limits avec ses mélodies légères et ses claviers aussi entêtants que ses samples. Deux big tunes pour finir ! D'abord avec l'Anglais Charlie P pour le dansant One et Only, puis une très jolie collaboration avec Panda Dub sur un stepper lourd et bien nommé : Le bonheur. Avec Le savoir faire, L'Entourloop confirme tout le bien qu'on pensait d'eux, réussissant le tour de force de s'adapter avec talent aux styles variés de chacun de leurs nombreux invités. Un album disponible dés le 22 septembre.Tracklist :1. Le Savoir Faire ft N'Zeng2. Weh U Come From ft Ras Demo aka Demolition Man3. Johnny A Bad Man ft Troy Berkley4. Shoefiti ft Marina P5. La Main A La Pâte6. Boomblast ft Blimes Brixton7. Push The Limits ft Biga*Ranx8. Le Rendez Vous ft Tippa Irie et N'Zeng9. Forgotten Skank ft Rodney P 10. Mississippi Slang11. Soundbwoy ft Troy Berkley et The Architect12. L'Amour Propre13. Fonk Monk ft Soom T et N'Zeng14. The People And The Police ft Kill Emil15. Tour De Force ft Ruffian Rugged, Skarra Mucci, Blackout JA et Troy Berkley16. Sound To Wake The Kidz Up ft Stig Of The Dump et King Hippo17. One et Only ft Charlie P18. Le Bonheur ft Panda Dub19. Want it Back ft. Guts et Patrice (L'Entourloop et Troy Berkley REMIX) (webremix.info)


Devi Reed - Essence of Life

Aprés nous avoir fait découvrir son univers musical avec son single Quoi de plus beau, Devi Reed nous propose depuis mai dernier d'entrer dans son monde avec son premier effort solo, Essence of Life, un opus intimiste mais dont les sujets parleront à tous ceux qui auront le plaisir de l'écouter. Le chanteur du groupe The Banyans laisse ainsi filer sa plume tant en anglais qu'en français sur différents rythmes. Du reggae roots aux influences et tonalités tournées vers le hip-hop donnant un dynamisme bien dosé aux morceaux, il apporte une forte empreinte personnelle avec des textes inspirés du quotidien. L'artiste nous invite, sur des morceaux comme L'innocence et Creation, à faire appel à nos sens, notre perception du monde et évoque des thèmes existentiels que nous soulevons tous au moins une fois dans notre vie. Essence of Life, dans son ensemble, est une belle invitation à la sérénité, à aimer la vie, et à ne pas s'éloigner de ses convictions comme l'exprime son compositeur dans N'oublie pas. Devi Reed a d'ailleurs su convaincre les programmateurs de gros festivals comme le Reggae Sun Ska ou encore le Rototom Sunsplash, où l'artiste a été bien accueilli. Ce premier album est à découvrir, il est un petit vent d'air frais dans l'univers reggae 2017. Tracklist :01 / Essence of Life02 / Quoi de plus beau03 / Red Line04 / Can't Stop05 / L'innocence06 / Creation07 / N'oublie pas (webremix.info)


Chinese Man - Interview Shikantanza

A l'occasion de leur concert aux Eurockéennes de Belfort les Chinese Man nous ont accordé une interview au bord du lac afin de parler de leur nouvel album Shikantaza, de leur label, de leur façon de travailler... Rendez-vous avec Sly, beatmaker et DJ du groupe, et Youthstar, MC attitré de Chinese, sortant son premier projet solo : SA.MOD !Reggae.fr : Vous êtes en tournée pour votre nouvel album sorti en début d'année qui s'appelle Shikantaza. Qu'est-ce que ce mot signifie ?Sly : C'est un terme qui vient du zen solo, qui est une pratique zen japonaise, qui veut dire simplement assis. C'est une position de méditation en fait et on a choisi ce nom après de nombreuses réflexions parce que ça correspondait bien au moment où on en était dans nos vies, surtout musicales, avec toute cette nouvelle façon de consommer la musique très speed, twitter, facebook tout ça... Nous au contraire, on avait envie de se poser et de recomposer comme on le faisait au début, c'est-à-dire tous les trois isolés en Ardèche, et prendre une respiration pour prendre le temps de faire un album comme on le voulait ! Justement, en parlant de temps, vous avez mis assez longtemps entre votre précédent album Racing With the Sun, sorti en 2011, et celui-ci. A quoi avez-vous consacré votre temps durant ces six années ?Sly : On avait plein de trucs en parallèle comme des EPs mais aussi beaucoup de tournées, quand c'est pas en France on fait pas mal de dates à l'étranger. On s'est aussi investis un petit peu dans le label en lui-même, parce que Youthstar sortait son projet, et on a aussi accueilli Baja Frequencia, une nouvelle signature de Chinese Man Records. De toute façon, on produit toujours lentement. On aime prendre notre temps. Comme on utilise beaucoup de samples, le processus de composition est long ! Comment travaillez-vous justement ensemble ? Tous les trois ?Sly : Bah ouais effectivement on travaille toujours à trois ! La première phase du boulot c'est de s'isoler, avec plein de vinyles, nos claviers et nos machines pour bosser, et préparer la matière première de ce qui deviendra des morceaux. On prend du temps après cette première phase, puis on y revient et après on travaille par couches... On rajoute des couches de musique à chaque session, donc on peut revenir peut-être dix fois sur un même morceau, mais à chaque fois ça se fait sur des périodes de temps écartées, parce qu'on a besoin de prendre ce temps pour avoir un peu de recul et penser à comment le morceau peut évoluer. Et la dernière phase se fait souvent avec des gens comme Youthstar qu'on invite. Les MCs et les musiciens... On finit ça en studio, et voilà. On suit toujours le même processus depuis le début ! Vous avez votre label depuis plus de 10 ans, comment faîtes-vous pour cumuler votre travail de développement d'artistes et votre carrière en tant que Chinese Man ?Sly : etCcedil;a a été compliqué au début ! Mais aujourd'hui on a la chance d'avoir une équipe avec nous qui s'occupe d'une très grande partie du boulot administratif, de la promo, des plannings etc. Ce qui nous laisse beaucoup de place pour travailler sur notre musique, et d'avoir - j'aime pas vraiment le terme - mais un petit peu un rôle de directeur artistique sur ce qui se passe. C'est-à-dire qu'on conseille les groupes. Après, tout dépend, c'est au cas par cas. Youthstar par exemple, qui a déjà une longue carrière, il a travaillé sur son projet avec Senbeï qui est le producteur de Smokey Joe et The Kid. Il avait déjà une idée précise de ce qu'il voulait, donc on est très peu intervenus. Mais sur des nouvelles sorties comme Baja Frequencia par exemple, qui sont plus jeunes, qui commencent vraiment, on intervient un peu plus en profondeur on va dire. On les conseille un peu sur la musique, sur leur show. Donc finalement nos deux activités c'est ça maintenant : 80% de musique et de Chinese Man et 20% de label. Mais on reste présents, on habite tous et on travaille presque tous dans le même quartier donc on échange au quotidien. Youthstar, peux-tu revenir sur ton EP en quelques mots, qui est signé chez Chinese Man Records ?Youthstar : etCcedil;a s'appelle SA.MOD et c'est disponible depuis le 9 juin. etCcedil;a faisait très très longtemps que je voulais bosser sur un projet solo. J'en avais besoin et tout le monde me poussait dans cette direction. Mais en fait je ne trouvais pas forcément le bon label ou les bonnes conditions pour le sortir et finalement, on est tombé sur un moment parfait avec Chinese Man Records ! Ce sont des gens avec qui j'ai un bon feeling, on est des super bons amis, ça fait des années que je travaille avec eux. Je leur ai demandé de travailler sur mon projet pendant des années et ils m'ont demandé d'avancer dans mon coin et ils ont fini par accepter. Ils m'ont beaucoup encouragé et Senbeï a été un très bon producteur. etCcedil;a s'est super bien passé avec lui ! Et on a des supers feats sur l'EP : Deluxe, A State of Mind, Taiwan MC, Big Red, Chill Bump et Illaman. C'est déjà pas mal !Sly : Juste un mot sur l'EP de Youthstar. En fait il a une très longue carrière, il a toujours été MC avec Dirtyphonics, la moitié de la scène Drum et Bass et UK, et pour les gens qui le connaissent avec nous sur scène je les invite vraiment à écouter l'EP parce qu'il est surprenant ! C'est pas forcement ce à quoi on peut s'attendre et on est très contents de l'avoir sorti sur notre label. Un peu d'auto-promo c'est important (rires). Dernière question ! Vous venez de Marseille, et généralement les artistes marseillais aiment bien clamer que leur ville est leur source d'inspiration, est-ce le cas pour vous ?Sly : Ben pour nous c'est un petit peu plus compliqué, c'est vrai que le label est à Marseille et que la majorité du groupe y habite, mais on a plein de gens qui viennent d'ailleurs, et le projet n'est pas né à Marseille même, il est né à Aix, qui est à peu près une ville anti-musique, un endroit très bourgeois. Ce serait mentir de dire que la ville a influencé notre musique, mais par contre ce qui est setucirc;r, c'est qu'on s'est installés là-bas parce que le rythme de vie correspondait à la façon dont on voulait vivre ! Je pense qu'à Paris ça n'aurait pas évolué de la même façon, c'est beaucoup plus speed, il y a un rythme différent. Je pense que Marseille colle bien à notre musique, mais elle ne l'a pas influencé, c'est plus le label qui s'y plait. (webremix.info)


Liens : Artistes et Groupes de Reggae

reggaetom-comReggaetom.com

Toute l'actualité du reggae francophone : roots, ska, dub, ragga / hip-hop. Chroniques d'albums et de concerts, interviews, mp3, agenda, annuaire reggae...


boomblast-comBoomblast.com - Reggae Dancehall Live Radio

Boomblast est la première webradio basée en France à diffuser 24/24h et 7/7j du dancehall jamaïcain.


jahmusik-netjahmusik.net

Le premier webzine reggae ragga ska Dub.
Pationnés de reggae, retrouvez toute l'actualité du reggae ragga ska dub, des interviews, les news de Jamaique, des dossiers, des MP3, des cadeaux, les dates des concerts, les charts.


thekikoowebradio-comThe Kikoo Web Radio

The Kikoo Web Radio est une association qui à pour but de développer une Radio à tendance Reggae, Ska, Dub


reggae-frReggae.fr

Reggae.fr, le magazine reggae, toute l'actualité reggae, dancehall, ragga, dub, uk, kreyol. Agenda des concerts et festivals reggae, Reggae Tv et Reggae radio. Les mixs de mighty Sté en exclu et toutes les bonnes vibes.


webadub-comWEBADUB FM fwi radio

La radio et tele qui dit tout sur le reggae le dance hall local et international avec des clips et du son 24/24H.Vous pourrez acceder au tchat gratuit et ecouterez les nouveaux son de l'undergrounds Et surtout nos recettes itals les meilleures du net.


reggaefrance-comReggaefrance.com

Retrouvez la référence reggae-ragga, nombreuses interviews d'artistes jamaiquains & français, des nouveaux titres à l'écoute quotidiennement. Découvrez les nouvelles sorties 45t (écoute) et CD (chroniques). Chaque semaine, les news sur le reggae & le ragga. Une emission de radio est rediffusée chaque semaine. L'agenda des concerts et des sounds systems Paris et Province.


reggaelive-fr-stReggae made in Côte d'ivoire

Toutes les informations sur le reggae made in Côte d'Ivoire(Actualités,concerts, et bien d'autres...)



Vous pouvez Soumettre un Lien dans cette catégorie