Artistes et Groupes de Reggae

Pays : Jamaique

Exemples de morceaux representatifs de Reggae



Videos de Reggae

Video clips de Reggae (YouTube et DailyMotion)

Artistes ou Groupes

340ml(2)[video]  -  Abdel Wright(1)  -  Abdou Day(2)  -  Abdoul Jabbar(1)  -  Abega(3)  -  Abijah(3)  -  Adioa(4)[infos]  -  Admiral Bailey(4)  -  Adrien Bass(1)  -  African Brothers(3)  -  African Bush Doctor(0)[video]  -  African Head Charge(17)[infos]  -  Agana(1)[video]  -  Ahmed Faras(0)  -  Akwe(0)  -  Al Campbell(11)  -  Al Pancho(1)  -  Albert Griffiths(0)  -  Alex Kajumulo(1)  -  Ali Moindzani(0)[video]  -  Alpha Blondy(25)[infos][audio][video]  -  Alpha Mim(1)  -  Alpha Oméga(1)  -  Alpha Rowen(1)[video]  -  Alpha Wess(1)  -  Amazulu(8)  -  Andrew Tosh(4)  -  Anguilé(1)  -  Annette Brissett(1)  -  Anthony B(21)[infos][video]  -  Anthony Johnson(2)  -  Apple Gabriel(4)  -  Arkaingelle(1)  -  Asher Senator(1)  -  Askia Modibo(1)[infos]  -  Aston "Family Man" Barrett(2)  -  Aswad(28)[video]  -  Augustus Pablo(33)[infos]  -  Aziz Wonder(0)[infos]  -  Babadi(5)[video]  -  Baby G(1)  -  Back Jardel(1)  -  Backom(2)  -  Baco(5)[infos][video]  -  Bafing Kul(1)  -  Baloji(1)  -  Baraka Oyuru(1)  -  Barbara Jones(0)  -  Barrington Levy(37)[video]  -  Barrington Spence(3)  -  Barry Brown(4)  -  Baster(12)[video]  -  Bee Pasteef(1)  -  Benjam(6)[video]  -  Benz'n(1)  -  Beres Hammond(28)[infos][video]  -  Big Youth(23)[infos][video]  -  Billy Boyo(2)  -  Bim Sherman(25)[infos]  -  Bingui Jaa Jammy(4)[infos][video]  -  Black Medio(0)  -  Black Roots(6)  -  Black Uhuru(34)[infos]  -  Bob Andy(5)  -  Bob Dahilou(1)[infos]  -  Bob Marley & The Wailers(11)[infos][video]  -  Bobby Ellis(2)  -  Brigadier Jerry(6)  -  Brother Ayouba(1)[video]  -  Buju Banton(19)[infos][video]  -  Bunny Wailer(26)[infos]  -  Burning Spear(41)[infos][video]  -  Burro Banton(3)[infos]  -  Bushman(11)[video]  -  COUP SEC(1)  -  Capleton(20)[infos][video]  -  Carl Harvey(1)  -  Carlene Davis(7)[infos]  -  Cedric "Im" Brooks(5)  -  Cedric 'Congo' Myton(3)  -  CeePee(1)  -  Chaka Demus & Pliers(8)[infos][video]  -  Charlie Chaplin(10)  -  Chata Addy(2)  -  Chezidek(4)[infos]  -  Chow Panachie(1)  -  Chrisinti(2)  -  Clancy Eccles(3)[infos]  -  Cliff Brown Tchiepi(0)  -  Clint Eastwood(3)  -  Clinton Fearon(9)  -  Clive Hunt(1)  -  Cocoa Tea(39)[infos]  -  Cornell Campbell(16)[video]  -  Cultural Roots(2)  -  Culture(32)  -  Défoul' la mêm(4)  -  Daddy Freddy(11)  -  Daddy Nuttea(5)[infos]  -  Daddy Rings(3)  -  Damian Marley(4)[infos][video]  -  Daweh Congo(7)  -  Deïdo Tree(0)  -  Dean Fraser(9)[infos]  -  Delroy Washington(2)  -  Delroy Williams(1)  -  Delroy Wilson(10)[infos]  -  Dennis Brown(90)[infos][video]  -  Dezarie(3)  -  Diana Rutherford(1)  -  Didyé Kérgrain(1)  -  Dillinger(9)  -  Dj Dan(2)  -  Djama(4)[video]  -  Djos Kezo(0)  -  Dolé(0)  -  Don Carlos(1)  -  Doniki(1)  -  Dr Mooch(1)  -  Dr. Alimantado(8)  -  Dread Maxim(2)  -  Earl Chinna Smith(3)  -  Earl Sixteen(5)[infos]  -  Earth and Stone(1)  -  Eek a Mouse(16)  -  Elie Kamano(1)[video]  -  Elijah Prophet(1)  -  Empress Ayeola(1)  -  Energy Crew(1)  -  Eric Donaldson(14)  -  Ernest Ranglin(13)  -  Etana(1)[video]  -  Fôô Fanick(0)[video]  -  Fac Alliance(3)[video]  -  Fadal Dey(0)[video]  -  Frankie Paul(7)[infos]  -  Freaky Joe aka Sing'A'Teh(1)[video]  -  Fred Locks(3)  -  Freddie Mc Gregor(41)  -  Ganga Vibes(0)  -  Garnett Silk(8)[infos]  -  Gato Negro(1)  -  General Degree(3)  -  Gladstone_Anderson(3)  -  Glen Washington(16)  -  Gondwana(5)  -  Guya Tchendo(0)  -  Gyptian(5)[video]  -  Half Cast(0)[video]  -  Harry Mo(1)  -  Hass Keita(0)  -  Hass Mosa(2)[video]  -  Hoba Hoba Spirit(0)[infos]  -  Horace Andy(44)[infos][video]  -  Horace Martin(3)  -  Hugh Mundell(8)  -  I Roy(17)[video]  -  I-Three(2)  -  Ijahman(24)  -  Inner Circle(21)[infos]  -  Innocent Galinoma(1)[video]  -  Ismaël Isaac(7)[infos][video]  -  Ismaël Wonder(1)  -  Israel Vibration(33)[infos][video]  -  Jackie Mittoo(29)[infos]  -  Jacob Miller(8)[infos]  -  Jah Cure(5)[infos][video]  -  Jah Lion(1)  -  Jah Lloyd(3)[infos]  -  Jah Mali(2)  -  Jah Mason(11)[infos]  -  Jah Milk(1)  -  Jah Nesta(1)  -  Jah Prince & The Prophets Band(1)  -  Jah Shaka(17)[infos]  -  Jah Stitch(4)[infos]  -  Jah Woosh(2)  -  Jah'Key Malle(0)  -  Jahel(0)  -  Jahwise(3)[video]  -  Jamadom(2)  -  Jede I Tafari(0)[video]  -  Jerry Jheto(1)  -  Jhiko Manyika(3)  -  Jim Kamson(1)  -  Jimmy Cliff(35)[infos]  -  Jimmy Riley(14)  -  Joe Gibbs(7)  -  Joe Higgs(3)[infos]  -  John Chibadura(7)[infos]  -  John Holt(42)  -  Johnny Clarke(8)[infos][video]  -  Joseph Cotton(8)  -  Josey Wales(3)  -  Judy Mowatt(10)[infos]  -  Julian Marley(4)[infos]  -  June Lodge(2)  -  Junior Delgado(23)[infos]  -  Junior Kelly(9)[infos][video]  -  Junior Murvin(3)[infos]  -  Junior Reid(19)[infos]  -  Justin Hinds(7)[infos]  -  Kajeem(2)[video]  -  Kalash(3)  -  Kaliroots(2)  -  Kalory Sory(1)  -  Kana(2)  -  Keith Hudson(11)  -  Ken Boothe(35)  -  Kiddus I(3)[infos]  -  King David(1)  -  King Sounds(7)  -  Kizito(2)[video]  -  Koko Dembele(1)  -  Kom'Zot(4)  -  Kuami Mensah(0)[video]  -  Kulcha Far I(3)  -  Kussondulola(6)[video]  -  Kwame Bediako(3)  -  Ky Mani Marley(1)  -  Kâyamanga(1)  -  Larry Cheick(1)  -  Lee "Scratch" Perry(22)  -  Leroy Brown(1)  -  Leroy Smart(6)  -  Linton Kwesi Johnson(15)[infos][video]  -  Linval Thompson(3)[video]  -  Little John(4)  -  Little Roy(7)[infos]  -  Lord Of Ajasa(1)  -  Luciano(41)  -  Lucky Dube(20)[infos][audio][video]  -  Lutan Fyah(11)  -  Lyricson(3)[video]  -  Macka B(17)[infos]  -  Mad Cobra(7)  -  Madoxx(0)  -  Maiko Zulu(1)  -  Majek Fashek(4)[infos][video]  -  Manleo(1)  -  Marcel Salem(2)[video]  -  Marcia Aitken(1)  -  Marcia Griffiths(18)[infos]  -  Marlaoui(0)  -  Marlon Asher(2)  -  Marloy(1)  -  Maroghini(2)[infos]  -  Mawana Slim(1)  -  Max Romeo(29)[infos]  -  Maxi Priest(13)  -  Mc Duc(1)  -  Merger(1)[video]  -  Message Roots(1)  -  Michael Prophet(21)[infos]  -  Michael Rose(27)[video]  -  Michael Smith(1)  -  Michel Legris(0)[video]  -  Mikey Dread(21)[infos]  -  Mikey General(2)  -  Mikey Ras Starr(1)  -  Mikey Spice(6)  -  Milton Henry(1)  -  Mireille Tikry(0)[video]  -  Misty in Roots(9)[infos]  -  Mo'Kalamity(2)  -  Momo Roots Soumah(1)  -  Morgan Heritage(14)[infos][video]  -  Moses I(1)  -  Muinguilo(2)  -  Mutabaruka(12)[infos]  -  Mystic Man(1)  -  NNeka(6)  -  NZH(0)[video]  -  Naftaly(1)  -  Nasio Fontaine(5)[infos][video]  -  Nasty D(6)  -  Natty Dread Reunion(4)  -  Nazarenes(3)  -  New Breed(1)  -  Nicy(1)  -  Nikko(4)  -  Niominka-bi(6)[infos]  -  Norris Reid(2)  -  Nuttea(10)[infos]  -  Nyala(1)  -  Nzela(2)  -  O'Yaba(5)  -  Olmyta(0)[video]  -  Pablo Gad(1)  -  Pablo Moses(15)[infos][video]  -  Pach Jahwara(0)  -  Papa San(11)[infos]  -  Paps Natty General(0)  -  Patra(2)[video]  -  Patrick Persée(4)[video]  -  Peter Broggs(9)[infos]  -  Peter Tosh(17)[infos][video]  -  Peterside Ottong(2)  -  Philip Toussaint(1)  -  Poglo(4)  -  Prince Alla (Prince Allah)(13)[infos]  -  Prince Far I(19)[infos]  -  Prince Jazzbo(1)[infos]  -  Prince Lincoln Thompson(5)  -  Prince Osito(0)  -  Queen Ifrica(2)[video]  -  Queen Omega(4)  -  Racine des Iles(1)  -  Ramses De Kimon(1)[infos]  -  Ranking Dread(3)[infos]  -  Ranking Joe(2)[infos]  -  Ras Amadeüs Bongo(1)  -  Ras Dumisani(2)[infos]  -  Ras Elia Hassou(0)  -  Ras Ly(0)[video]  -  Ras Natty Baby(6)[video]  -  Ras Naya(0)  -  Ras Noël(5)  -  Ras kimono(2)  -  Rasbawa(4)  -  Rass Kwame(1)  -  Rass Shiloh(5)  -  Richie Spice(7)[infos][video]  -  Rico Rodriguez(4)[infos]  -  Rita Marley(6)[infos]  -  Rocky Dawuni(5)[infos]  -  Rod Taylor(2)  -  Rootz Underground(2)  -  Salim Jah Peter(1)  -  Sally Nyundo(0)[video]  -  Salone Ishmael(2)  -  Salone JR(1)  -  Samx(4)  -  Saël(4)[video]  -  Scientist(13)  -  Sean Paul(7)[infos]  -  Selasee Atiase(1)  -  Serges Kassy(3)[video]  -  Seyni & Yéliba(2)  -  Shasha Marley(1)  -  Sistah Mad'Ness(0)  -  Sister Carol(7)[infos][video]  -  Sizzla(36)[infos][video]  -  Sly & Robbie(24)  -  Soumaïla Diarra(0)[infos]  -  Spraggy(1)  -  Steel Pulse(18)[infos]  -  Stephen Marley(3)[video]  -  Taj Weekes(3)  -  Takana Zion(4)[video]  -  Tangara Speed Ghôda(2)[video]  -  Tanya Stephens(5)[infos][video]  -  Tarrus Riley(3)[video]  -  Tatu Clan(1)[video]  -  Teba Shumba(0)[video]  -  Teezy(1)  -  Terry Linen(3)  -  The Abyssinians(11)[infos][video]  -  The Aggrovators(13)  -  The Black Missionaries(0)[video]  -  The Chantells(1)[infos]  -  The Congos(13)[infos]  -  The Ethiopians(11)[infos]  -  The Gladiators(40)  -  The Heptones(16)[infos][video]  -  The Itals(10)[infos]  -  The Mandators(1)  -  The Meditations(9)[infos]  -  The Melodians(5)  -  The Mighty Diamonds(38)  -  The Mighty Three's(1)  -  The Rastafarians(1)[infos]  -  The Royals(2)  -  The Slickers(2)[infos]  -  The Tamlins(8)  -  The Twinkle Brothers(45)  -  The Viceroys(5)  -  The Wailers(11)  -  Third World(18)  -  Tiken Jah Fakoly(12)[infos][video]  -  Tommy McCook(15)[infos]  -  Tommy T(1)  -  Tony Roots(1)  -  Tony Tuff(20)  -  Toots and the Maytals(27)  -  Trinity(6)  -  Triston Parmer(1)  -  Turbulence(11)  -  U Brown(5)  -  U Roy(22)  -  V Santym(0)  -  VIB(1)  -  Vagabond Squad(0)  -  Valley(2)  -  Vickson(0)[video]  -  Waby Spider(3)  -  Wailing Roots(1)  -  Wailing Souls(18)  -  Wailing Souls(10)[video]  -  Wanamah(0)  -  Warrior King(3)  -  Wayne Wade(3)  -  Welton Irie(6)  -  Willie Williams(4)  -  Winston Jarrett(6)  -  Winston Mc Anuff(6)  -  X-MAN(1)  -  Yabby You(9)[infos]  -  Yami Bolo(13)  -  Yaya Yaovi(1)[video]  -  YeahmanC(2)  -  Yellowman(56)[infos][video]  -  Yongy Lorenzo(0)  -  Youss Nassa(0)[video]  -  Zêdess(3)[video]  -  Zed-I(1)  -  Zhou-Mack(1)  -  Ziggy Marley(17)[infos]  -  Zoanet Comes(4)  -  

Compilations

Afro Reggae Party(1)  -  Dancehall Nice Again(3)  -  Fly African Eagle(1)  -  Planete Reggae(1)  -  Raggae Gold(10)  -  Raggae-Kolor(1)  -  Reggae Africa(1)  -  Reggae Meets Africa(1)  -  Reggae Over Africa(1)  -  Sun Splash(0)  -  

Actualité : Artistes et Groupes de Reggae

Weeding Dub - Another Night Another Day

Est il encore besoin de présenter Weeding Dub ? Ce dubmaker originaire du Nord de la France est un des piliers de la scène dub hexagonale avec déjà quatre albums à son actif, ainsi que des dizaines de sorties vinyles. Si vous n'avez pas encore eu la chance de voir cet artiste talentueux défendre ses productions dans une de ses nombreuses prestations live, vous avez forcément déjà skanké sur une de ses big tunes comme " Africain Shrine " ou encore " Gipsy Dub ". Le 9 Février prochain sortira le cinquième album de Weeding Dub : " Another Day Another Night " et on était impatient de vous faire découvrir ça ! Dés le premier morceau " Another Day another Night, on retrouve tous les éléments qui nous font tant aimer le travail de Weeding Dub : un riddim plein d'énergie et hyper rythmé où les instruments tiennent toujours une place importante (introduction à la fletucirc;te, cuivres vrombissants et percussions entêtantes), ça commence bien ! Vient ensuite le premier invité de cet album : Dixie Peach (le MC du légendaire Jah Tubby's SoundSystem). Weeding Dub s'adapte parfaitement en lui proposant une instrumentale taillée sur mesure avec " Make Dem Know " déclinée ensuite dans une version dub tout en échos et pleine d'effets (" Make Dem Dub "). Beaucoup de featuring sur les titres suivants : Oulda (qu'on avait découvert sur le précèdent opus de Weeding Dub) à deux reprises avec " Rise Up " et "Big men of This World " ; puis Nish Wadada dont la voix toujours aussi sublime se colle à merveille sur l'instrumentale pleine de groove de " Let's Go ". C'est ensuite le flow Rub a Dub de Little R qui vient conclure ce disque 1 en faisant mouche sur l'instrumentale hyper dynamique et dansante de " Skankertainer " savant mélange entre ska et afrobeat qui semble avoir été joué par un big band de la Nouvelle Orléans. Avec le disque 2, Weeding Dub s'adresse clairement aux amateurs de stepper en s'orientant totalement vers ce style qu'il maîtrise si bien comme il nous le montre avec " Lion's Claw " taillé pour faire skanker en soundsystem décliné ensuite dans une version encore plus furieuse. Autre titre qui ne laissera pas insensible les habitués des dub corner : l'énorme " Artikal Stepper " toujours aussi musical dont on nous propose cette fois deux versions, on adore ! On reste dans le stepper mais dans une ambiance plus dark avec " Dub Soldier Forever et more " et ses voix robotisées, warrior style ! Vient ensuite le seul morceau chanté de ce second disque et c'est Shanti D le MC officiel d'OBF qui pose son flow aiguisé sur le stepper digital et hyper dynamique " Can't understand " qui vous entrainera dans une danse démoniaque et qui a évidemment droit a sa version. On termine avec " Afuryca " et ses cuivres enivrants, parfait générique de fin à cet opus soigné jusqu'à la dernière note. Avec " Another Day another Night " Weeding Dub nous montre une fois de plus toute l'étendue de son talent, s'inspirant d'un large éventail de styles musicaux pour enrichir ses productions toutes plus précises les unes que les autres. Un double album qu'on vous conseille vivement, alors rendez vous chez votre disquaire préféré, prévenez les voisins, montez le son, skankez ! Signalons que deux maxis 12 pouces extraits de l'album sont annoncés prochainement sur le label Wise et Dubwise Recordings.Tracklist : Disque 1 : 1. Another Night Another Day 2. Make Dem Know Ft Dixie Peach 3. Make Dem Dub part 4 4. Rise up Ft Oulda 5. Rise up part2 6. Let's go Ft Nish Wadada 7. Let's dub8. Big men of This World Ft Oulda9. Big dub of This World10. Skankertainer Ft Little RDisque 2 : 1. Lion's Claw2. Lion's Claw part 33. Artikal stepper4. Artikal stepper part 25. Artikal stepper part 3 6. Dub Soldier Forever and more7. Dubwise Forever and more8. Can't understand Ft Shanti D9. Can't understand part4 10. Afuryca (webremix.info)


Mo'Kalamity - One Love Vibration

Partir en Jamaïque pour enregistrer, Mo Kalamity en rêvait. Ce n'est pourtant pas son but premier lorsqu'elle s'envole pour l'île du reggae début 2017, désireuse de se connecter avec les racines de sa musique avant d'entamer la réalisation de son prochain album. Sur place, elle fait finalement la rencontre de Sly et Robbie et ensemble ils enregistrent quatre titres. Sans doute les deux musiciens inséparables se rappellent-ils leur concert sur la scène du Garance Reggae Festival en 2013 où Mo avait été sollicitée au dernier moment pour assurer les choeurs de Michael Rose. La magie opère entre les Riddim Twins et la chanteuse cap-verdienne ; elle revient un mois plus tard pour enregistrer un album complet au studio Anchor avec la paire basse-batterie la plus mythique de la musique jamaïcaine...Et ça donne One Love Vibration, un opus de neuf titres (dont un dub) bien setucirc;r orienté vers l'amour, le partage, la connexion avec les éléments et le continent africain. Des thèmes habituels chez Mo Kalamity qui sort tout de même de sa zone de confort au niveau musical. Elle a confié ses compositions aux musiciens jamaïcains qui se sont chargés des arrangements. Peu de cuivres mais beaucoup de détails soignés, la team s'est appliquée durant les sessions d'enregistrement en live. On regrette l'absence totale de la fletucirc;te traversière des Wizards qui caractérisait la musique de la chanteuse et appuyait la légèreté de son univers. Séparée un temps de ses musiciens, Mo a choisi d'explorer d'autres ambiances. On ne reconnaît pourtant pas toujours la patte de Sly et Robbie mis à part sur Leave out Babylon et Strength of a Woman / composés par leurs soins / que les connaisseurs identifieront sans problème.Mysticisme, grâce et spiritualité restent les attributs de la chanteuse à la voix aérienne qui explore sa voix de tête et masque un accent timide par quelques envolées et vibratos maîtrisés ajoutés à son angélisme si séduisant. La passion et le feu l'animent sur Fire et Moonlight, la bêtise humaine l'indigne sur What Kind of World et Throw Down Your Guns, et Mo assume même sa petite part féministe (pour la première fois ?) avec le fascinant Strength of a Woman.Il manque sans doute un big tune à cet album, un peut court certes, mais très bien réalisé et parfaitement cohérent. Le roots féminin a encore de beaux jours devant lui grâce à ce genre d'opus très organique, sincère et profond. Mo Kalamity a une fois de plus réussi à transmettre ses émotions en musique avec un album tout simplement beau.Tracklist :01 - Kingdoms of Africa02 - Open Your Eyes03 - Fire04 - Moonlight05 - Leave Out Babylon06 - Strength of a Woman07 - What Kind of World ?08 - Throw Down Your Guns09 - Kingdoms of Africa (dub) (webremix.info)


I Woks - Tout va tres bien

Cela fait des années qu'on suit le duo I Woks venu tout droit des Alpes. Seb et Gé inaugurent l'année 2018 en termes de sorties reggae francophone avec un très bon album : Tout va très bien (Echoprod et LEDPA). Treize titres à l'image du combo, énergiques et dynamiques, mêlant engagement et second degré, le tout orchestré musicalement par Tony Bakk. Reggae et dancehall se partagent la vibe dans ce projet où divers producteurs (Reggae Mylitis Band, TNT), musiciens (Dub Inc) et chanteurs (Skarra Mucci, Rywan, Patko) ont été invités à venir poser leurs sons et leur flows.Tant sur certains morceaux que sur la pochette même de l'album, le duo dépeint avec humour les traits négatifs de la société invitant ainsi à changer les choses. Avec les titres Tout va très bien, A table, Mafia ou encore Un jour comme les autres, I Woks fait de son album un projet censé et militant dénonçant le système capitaliste, les habitudes alimentaires, les conflits mondiaux, le danger des armes, de certaines puissances et de l'oppression déguisée dans nos sociétés dites démocratiques. La musique est une arme et le Jamaïcain Skarra Mucci valide ce message dans le dark mais non moins bon Haut-parleurs.Aux côtés de Riwan (Wailing Trees) dans Enfants du monde, le duo exprime l'espoir d'un avenir meilleur. Empreints de jeunesse et d'optimisme, ils invitent aussi à se recentrer sur la beauté de l'amour et de l'amitié dans This Love, Amicalement et Give Thanks for Life. Ils n'oublient pas l'importance de valeurs essentielles telles que l'échange, l'ouverture d'esprit et le dépassement de soi. Des valeurs partagées avec Patko sur le puissant Look Around.I Woks offre des morceaux plus intimes, comme le positif We Love this Story ou encore Outrospection, délivrés à coeur ouvert. Juste une vibe ne manque pas de faire écho au passé du groupe, à leur style, à leur évolution et montre qu'à force de persévérance et efforts I Woks, avec ce nouvel album, écrit une nouvelle page dans son histoire musicale tout en gardant une belle continuité en termes de créativité et de style. Tout va très bien est album moderne et stimulant qu'on a hâte de découvrir en live !Tracklist :1. We Love this Story 2. Tout va très bien 3. Enfants du monde feat Riwan (Wailing Trees) 4. Give Thanks for Life 5. Haut-parleurs feat Skarra Mucci 6. This Love feat Aurel 7. A table 8. Un jour comme les autres 9. Look Around feat Patko 10. Juste une Vibe 11. Mafia 12. Amicalement 13. Outrospection (webremix.info)


Mahom - Skankin' Session #2

En Février dernier, nous vous parlions de l'album Fell In de Mahom (toujours disponible sur ODG.com). Un an plus tard, le duo ressort les griffes et nous présente Skankin' Session #2 très attendu par les collectionneurs. Cet EP rassemble quatre morceaux tirés de l'album Fell In, et une version dub pour chacun. etCcedil;a commence très fort avec l'énorme Dub in Faluja, que l'on avait déjà adoré sur l'album, une mélodie entêtante, des basses gargantuesques, et Promoe toujours aussi efficace au micro ; et on ne vous parle même pas de la version qui suit Faluja in Dub : furieux ! C'est ensuite la douce voix de Lisoun qui vient se poser sur l'instrumentale lunaire de Nine Lives, déclinée dans une version dub, Nine Dub, beaucoup plus orientée stepper qui nous entraîne encore plus loin dans l'espace.Sur le premier titre de la face B, The Big Empty, c'est encore Lisoun qui prend le micro mais cette fois dans un style totalement différent, elle parle plus qu'elle ne chante sur ce riddim tellement tranquille nous rappelant presque le vapor dub de la bande à Brigante. Puis vient la version (The Big Empty Dub) où les Mahom nous montrent encore une fois leur totale maîtrise des effets en tout genre. L'EP se conclut avec The Dub Boat en feat avec Spelim et Thomas Kahn, un morceau hyper jazzy dont les Dub Shepherds nous proposent ensuite un remix toujours aussi groovy mais beaucoup plus psychédélique que l'originale.Skankin' Session #2 est un EP plus que réussi qui, comme chaque sortie des Mahom, trouvera vite sa place dans les bacs des dub addicts. Disponible depuis le 19 Janvier en vinyle et sur toutes les plateformes de téléchargement legal.Tracklist :Face A :1. Dub In Faluja2. Faluja in Dub3. Nine Lives Ft Lisoun4. Nine Dub Face B : 1. The Big Empty Ft Lisoun2. The Big Empty Dub3. The Dub Boat Ft Spelim et Thomas Kahn4. The Dub Boat Remix By Dub Shepherds (webremix.info)


Le Reggae Sun Ska retourne dans le Médoc

Le Reggae Sun Ska aura bien lieu ! Les communes de Pessac, Talence et Gradignan ne veulent pas soutenir la présence du festival / manifestement pour des raisons purement politiques / sur le campus universitaire de Bordeaux. Qu'à cela ne tienne, le festival en a vu d'autres depuis 20 ans ... Il aura bien lieu les 3, 4 et 5 aoetucirc;t prochain sur le Domaine de Nodris à Vertheuil. Cette 21ème édition signe donc le retour du festival dans le Médoc, sa terre natale, où Music Action et l'association Reggae Sun Ska travaillent depuis de longs mois en parallèle, à la création d'un pôle culturel. Entretien avec Fred Lachaize, le directeur du festival.On a été surpris par cette annonce des mairies de Pessac, Talence et Gradignan de refuser l'accueil du Reggae Sun Ska sur le Campus Universitaire de Bordeaux. Peux-tu nous récapituler l'accord qui existait ?Quand on est arrivés sur le campus, on a signé une convention dans un premier temps pour trois années d'exploitation du site. Cette convention a été signée avec les deux Université de Bordeaux et la Métropole car il y a actuellement un plan campus en cours qui oeuvre à la réhabilitation du domaine universitaire de Bordeaux. On nous a d'abord accordé trois ans car la Métropole n'avait pas de visibilité à long terme sur l'avancée de ce projet et sur les travaux à mener sur le campus. Au terme des trois ans, on a signé une nouvelle convention de trois années supplémentaires avec les deux Universités de Bordeaux mais pas avec la Métropole (qui nous soutenait quand même en termes de mise à disposition de moyens de transports etc). On n'a jamais rien signé avec aucune mairie puisque les villes ne soutiennent pas l'évènement financièrement. Cette année, les directions des Universités ont avancé avec nous comme les années précédentes pour lancer l'édition 2018, mais on a detucirc; faire face à ce blocage de la part des mairies qui ne souhaitent plus voir le festival se dérouler sur leurs territoires.Les raisons invoquées par ces mairies, à savoir des plaintes et des dépassements d'horaires, sont-elles fondées ?Pour ce qui est des dépassements d'horaires, c'est faux. Les horaires ont été fixées en accord avec les services de la préfecture. Il semblerait que les mairies aient reçu des plaintes, mais de notre côté, nous n'avons jamais été informés de leur caractère. Personne ne s'est plaint auprès de nous directement. etCcedil;a nous est déjà arrivé de devoir faire face à des plaintes déposées en gendarmerie, mais ça n'a pas été le cas pour l'édition 2017. A chaque fois, on a identifié les problèmes qui engendraient les plaintes et on a toujours tout fait pour les résoudre. Monter des réunions dans les quartiers, aller voir les habitants, ce sont des choses qui ont toujours été faîtes. Fin septembre, le maire de Pessac nous a fait part des plaintes en nous informant qu'il ne souhaitait plus accueillir le festival, mais il ne nous a jamais donné accès à ces plaintes pour que nous puissions remédier aux problèmes soulevés. On a l'impression que cette interdiction est uniquement politique. Nos demandes de rendez-vous n'ont jamais abouties. On avait réussi à obtenir une réunion avec la directrice de la culture de la mairie de Bordeaux, mais elle a annulé la veille. On a bien compris qu'ils ne voulaient plus de nous.Vous avez donc annoncé que le festival retournerait dans le Médoc sur un nouveau site. Comment cela s'est-il organisé ?etCcedil;a fait déjà trois bonnes années que l'on travaille sur la mise en place d'un pôle culturel dans le Médoc en partenariat avec une Communauté de communes et tout un ensemble d'acteurs. Voyant la tournure que prenait l'aventure universitaire, on a trouvé une solution intermédiaire pour pouvoir maintenir l'édition 2018. On va donc louer un site, le Domaine de Nodris à Vertheuil, à quelques kilomètres de Pauillac. Malheureusement, on est obligés dans ce contexte de recalibrer l'évènement car ce site ne nous permet d'accueillir que dix à douze mille personnes par jour contre vingt-cinq mille sur le Campus. On est en train de travailler à fond avec les partenaires locaux pour essayer de faire monter cette jauge à quinze voir dix-sept mille, mais on ne pourra pas faire mieux. On sera fixé sur ces questions au mois de mars je pense. Est-ce que cela pose problème au niveau de votre schéma économique ?Bien setucirc;r. Les politiques nous ont laissés dans l'incertitude pendant des mois. Finalement, on est obligés d'agir dans la précipitation et on se retrouve à appeler des gens pour leur annoncer qu'on ne pourra pas travailler avec eux pour des questions de budget. On va devoir se passer de certains prestataires techniques, mais on doit aussi revoir notre programmation. On avait validé certains artistes avec des tourneurs mais on est obligés de faire machine arrière. etCcedil;a nous met en porte-à-faux parce que ce sont des choses qui ne se font pas dans nos métiers. Quels sont les artistes confirmés pour le moment ?Il y a notamment Jimmy Cliff, SOJA, Groundation qui signe son grand retour (!), les Toure Kunda font aussi leur retour pour leur quarante ans de carrière. Il y a aussi Naâman et Samory I qui sont très attendus au Sun Ska. Havana Meets Kingston dont on est curieux de voir ce que ça va donner sur scène. Et puis aussi Demi Portion, Hollie Cook, Adrian Sherwood, Congo Natty, Channel One et Legal Shot. Voilà pour commencer. Le festival avait été vivement critiqué pour avoir quitté le Médoc. On imagine que certains sont donc ravis de ce dénouement ?Oui c'est setucirc;r. On est aussi contents de voir qu'il y a des élus dans le Médoc qui sont très enthousiastes et qui se battent pour que ce dossier avance le mieux possible et que tout se passe bien. Le souci c'est qu'il n'y aura sans doute pas de place pour tout le monde vu que notre jauge sera largement réduite. Mais on reste positifs et on garde l'esprit qui fait vivre notre festival depuis plus de vingt ans. (webremix.info)


Natty Nature - Country Living

Chez Reggae.fr on adore faire de belles découvertes et encore plus les partager avec vous. Cette fois on vous emmène de l'autre coté des Pyrénées pour vous parler du premier EP de Natty Nature, Country Living. Natty Nature est un chanteur basé à Madrid. Membre actif du New School Steppa Sound System, il commence à se faire un nom dans le milieu du reggae/dub espagnol. Vous l'avez peut-être croisé à l'entrée du dernier Reggae Sun Ska au micro du festival" off ".Ce premier EP se compose de quatre morceaux et de quatre versions dub. Il démarre avec Country Living, une ode à la nature posée sur un riddim lent et chaloupant où l'on devine déjà clairement les influences rub-a-dub dans le flow de Natty Nature. Vient ensuite Just Mama Told You, un titre très teinté new roots sur lequel le flow du chanteur madrilène s'adapte toujours aussi bien ; puis Silver Lining et son énorme riddim à la ligne de basse tonitruante. Natty Nature nous donne sa vision des dérives de Babylone dans Worldwide Crisis, un gros rub-a-dub qui clôt parfaitement cet opus.Country Living est un premier EP concluant où l'on découvre avec plaisir un artiste dont les messages positifs sont délivrés avec talent sur des productions (signées Puppa Shan) toutes aussi efficaces les unes que les autres (et on apprécie particulièrement la présence systématique des versions dub très soignées). Natty Nature, un nom à retenir !Tracklist : 1. Country Living 2. Country Dub 3. Just Like Mama Told You4. Just Like Dub 5. Silver Lining6. Silver Dub 7. Worldwide Crisis 8. Worldwide Dub (webremix.info)


Flavia Coelho @ Arles (webremix.info)


Chezidek - Irie Day

Fin 2017, le nouvel album de Chezidek sortait sans trop faire de vagues. Très peu promotionné, ce Irie Day est pourtant produit en majorité par l'artiste lui-même pour son propre label Chezi Berry Records / à l'exception de No Blame (Irie Ites) et Journey posé sur le Better Days Riddim (Oneness Records).Le projet commence dans la légèreté et l'allégresse avec le titre Living in the Sunshine interprété par la voix mielleuse bien connue de Papa Chezi. Un univers propre à l'artiste et reconnaissable tant sur les flows que les riddims comme sur le titre éponyme de l'album Irie Day.Les couleurs et les influences restent new roots à souhait, rayonnantes de " rasta vibration ". Une palette d'autant plus vive, agrémentée de percussions nyabinghi discrètes mais efficaces au fil de l'écoute. La touche finale étant bien setucirc;r le seul featuring de l'album avec Capleton (!!), Jah Jah Bless. Une bonne combinaison pour un résultat au rendez-vous qui n'est pas sans rappeler le hit Call Pon Dem qui figurait sur l'album Inna di Road, le meilleur de Chezidek à ce jour.On trouve aussi quelques tunes plus mélancoliques, plus profonds, avec un style artistique en écho à une voix parfois plaintive. Des morceaux comme No Blame ou Mercy, appuyés par des riddims légèrement dubbés, ouvrent une dimension supplémentaire à cette mélancolie. L'artiste de St Ann fait également preuve d'humilité comme à son habitude avec le tune Lesson, sur lequel il reconnaît son besoin d'en apprendre plus chaque jour, et nous illumine de son message d'amour sur Love Says it All.Mister Chezidek ne se met pas en danger sur cet album. Irie Day est un opus sans artifice ni surprises qui reste tout de même intéressant pour les fans de l'artiste.Tracklist :01. Living in the Sunshine 02. Come In03. Jah Jah Bless ft. Capleton04. No Blame05. Mercy06. Irie Day07. Journey08. Rainbow09. Lesson10. Love Says it All (webremix.info)


VICTOIRES DU REGGAE 2018 (webremix.info)


Alborosie - Soul Pirate Acoustic

Le reggae acoustique a la cote chez nous depuis le retour fracassant d'Inna De Yard. Est-ce une coïncidence si Alborosie décide de revisiter son premier album Soul Pirate en débranchant les instruments en cette fin d'année ? L'Italien n'est pas du genre à laisser les choses au hasard mais on lui accorde le bénéfice du doute et on se délecte volontiers des neuf titres qui composent ce Soul Pirate Acoustic...Neuf titres ? Mais le Soul Pirate de 2008 en compilait pas moins de dix-sept ! Quid des duos avec Michael Rose, Ranking Joe et Ky-Mani Marley ? etCcedil;a on peut le comprendre, mais où sont passés Dutty Road, Bad Mind ou Sound Killa ? Quant à Kingdom of Zion et Johnny B. Goode, on a beau les apprécier sur cet album, ils ne figuraient pas sur l'original Soul Pirate... Passé ce constat, qui nous laisse pantois, on peut s'intéresser à la musique de l'Italien toujours très soignée. N'empêche que cette fois, on s'ennuie presque. Bien setucirc;r les arrangements sont propres, les voix agréables et les instruments maîtrisés mais il manque une âme à cet opus. Le tout est presque trop léché pour nous plaire. La rugosité d'Alborosie semble incompatible à la douceur qu'il a souhaité insuffler à ses reprises. Il s'assagit bien setucirc;r ici et là et nous surprend même sur quelques vocalises bien exécutées / on croit même entendre Vaughn Benjamin quand il radoucit son chant au maximum / mais peut-être la modernité des morceaux originaux ne correspond elle pas à l'ambiance générale de l'album. Et des tubes comme Herbalist, Rastafari Anthem ou Kingston Town avaient-ils vraiment besoin d'être revisités ? On reconnaît la qualité des harmonies qui apporte une réelle nouveauté sur des titres comme Police, Still Blazing ou Diversity, mais on reste décontenancés par l'interprétation de Puppa Albo qui semble donner un concert devant un public absent, laissant parfois des vides comme si la foule allait reprendre en choeur ses punchlines les plus percutantes. Bon on y va peut-être un peu fort ! Force est de constater qu'Alborosie s'est une de fois plus appliqué sur la qualité sonore des ces neuf tracks. Il inclut en plus un dvd dans son projet qui fait malgré tout de ce coffret un bel objet à mettre sous le sapin. On est fan de son univers et c'est ce qui nous rend peut être très exigeant. On attend un véritable nouvel album pour se consoler. Le premier extrait de Living Dread laisse d'ailleurs présager quelque chose de très bon ! (webremix.info)


Junior Natural X Sly et Robbie - Militant

Parmi les fans de reggae, les plus avertis et les plus curieux avaient déjà repéré Junior Natural sur le web. Du haut de ses 10 ans, il en bluffait déjà plus d'un avec ses freestyles allant même jusqu'à impressionner Shaggy en 2008 dans les studios parisiens de Générations avec Selecta K-Za au contrôle. La star du dancehall avait même invité le tout jeune Suédois à chanter avec lui sur la scène du Zénith à l'occasion du Garance Reggae Festival. Aujourd'hui âgé d'une vingtaine d'années, Junior Natural n'a pas lâché la musique. Sa voix a mué, son style rub-a-dub s'est affiné, sa musique s'est modernisée mais son talent reste intact et sa vibration unique. Ce n'est pas un hasard s'il sort aujourd'hui un album en collaboration avec les légendaires Sly et Robbie qui lui ont servi pour l'occasion des riddims à la hauteur de son habileté vocale.Les fans de l'époque Black Uhuru et Ini Kamoze se jetteront sur ce bijou qu'est Militant tant les Riddim Twins parviennent à faire revivre ce son si caractéristique. Les fetucirc;ts de Sly Dunbar mitraillent des rythmes lourds en réponse à la basse posée et précise de Robbie Shakespeare. Tout commence avec Soldiers à l'intro percutante telle les premières notes de Whole World is Africa (Black Uhuru). Le chanteur suédois fait preuve de maturité en dévoilant une voix suave et chaude collant parfaitement à l'univers ténébreux de l'instru. Ambiance Tasha Records et Under Pressure façon fin 80 sur le second track The Truth où le jeune MC nous conseille de nous fier à notre conscience. Les amateurs d'early-digital apprécieront !L'aisance de Junior Natural rappelle les tessitures de Bushman et Luciano, quelques fausses notes en plus / pas toujours désagréables soit dit en passant. Petit clin d'oeil au Uppsala Reggae Festival, l'un des évènements majeurs du reggae en Suède auquel Junior Natural participe régulièrement, avec le tune Festival sur lequel l'artiste big up la travail abattu par les organisateurs. Les paroles de Junior Natural transpirent autant la sagesse que sa voix. "Jah est pour tout le monde" nous dit-il dans For Everyone, "Arrêtez de diviser le peuple" renchérit-il sur The People, "Pourquoi continuons-nous à vivre de cette manière ?" se questionne-t-il à propos de la course à la richesse dans Like This. Le jeune Scandinave met un point d'honneur à aborder des thèmes conscients à chacun de ses tunes, même lorsqu'il parle d'amour en témoignant son respect à la femme qu'il aime sur le doux Close to You.Militant ne bénéficie peut-être pas de la promotion qu'il mérite, mais on ne doute pas qu'il gagnera les oreilles des passionnés qui avaient déjà succombé à la finesse de Junior Natural. On espère qu'il attirera d'autres amateurs. On vous garantit qu'ils ne seront pas déçus.Tracklist :01. Soldiers02. The Truth 03. For Everyone04. Some Of Them 05. Freedom Time 06. Festival 07. Beautiful Creation 08. Everlasting 09. Like This 10. Jah Light (webremix.info)


Salim Jah Peter - Nature

Salim Jah Peter, le reggaeman nigérien à l'origine du style "Hayé Hayé Groove", a sorti en cette fin d'année un tout nouvel album intitulé Nature qui touche à de nombreuses références musicales et thématiques.Les morceaux Nature et Polygamie reprennent les bases du reggae traditionnel en étant marqués par les rythmiques de synthé, les textes conscients, les choeurs ainsi que les interventions des cuivres et guitares. D'autres titres tels que Soboro ou Yafama nous offrent des sons traditionnels africains où se mêlent percussions, choeurs et chants en dialecte nigérien qui viennent souligner la forte identité africaine de l'album, à laquelle se greffent quelques consonances shamaniques comme dans Boukeii.Certains morceaux comme le très politisé Annga Saandey viennent appuyer un désir d'unité, qui contraste avec le quotidien des défavorisés et oubliés dépeint dans Indignation ou Paris Life. Salim Jah Peter, incluant parfois des discours de Stéphane Hessel et Kwame Nkrumah, se mobilise pour des causes identitaires, sociales voire même écologiques avec le morceau éponyme, réel manifeste pour la préservation de Mère-Nature, thème qui lui tient fortement à coeur.L'album Nature joue avec les styles et l'artiste prend aussi un certain plaisir à incorporer des passages très soul et jazzy, notamment dans Bouc émissaire, en feat avec Devi Reed, et Ateideibey Jungle où l'accélération rythmique progressive vient apporter une bonne énergie à la douceur globale de l'album.Salim Jah Peter nous invite au voyage avec cet album métissé dans lequel il affiche la fierté de ses origines nigériennes, sachant marier sonorités traditionnelles et thématiques liées à la société française. En Anglais, Français ou Nigérien, il nous offre des morceaux conscients, une touche de soleil qui réchauffe en ce froid hivernal !Tracklist :01 - Black Bounty02 - Soboro Feat. Cheick Tidiane Seck03 - Amaanaa Feat. Mamani Keita04 - Nature05 - Annga Saandey Feat Winston McAnuff06 - Gam City07 - Polygamie08 - Bouc Emissaire John Doe Feat. Devi Reed09 - Ateideibeye Jungle Feat. Lyricson10 - Yafama11 - Paris Life12 - Cinquantenaire Niger13 - Indignation (Hommage à Stéphane Hessel)14 - Boukei15 - Dub Annga Saandey (webremix.info)


Annecy Dub Club #5

On a déjà tous entendu parler du concept de Dub Club qui se développe dans les plus grosses villes de France. N'étant ni franchisé ni une marque déposée, ce genre d'évènement peut être organisé par n'importe quel crew au niveau local. Focus aujourd'hui sur un Dub Club qui vaut le détour dans une ville parfois pauvre en culture et musiques actuelles, Annecy. Le 25 Novembre, la cinquième édition du Annecy Dub Club accueillait comme invité de marque le jeune guerrier Young Warrior, fils de Jah Shaka. A la tête de l'organisation : la toute jeune association High Culture, militante et activiste de la culture reggae/dub en Haute-Savoie. Plus qu'une association, c'est une équipe soudée autour du Holy Sound et du Watta Bongo Sound que nous avons découverte ce soir-là.Une harmonie, une ambiance familiale, une déco soignée qui plonge directement dans l'ambiance de la soirée et ce, dès l'accueil bénévole, presse et staff. Ouverture des portes à 20h et accueil des équipes dans une ambiance décontractée, devant les stacks, autour d'une tartiflette maison.Après s'être bien chargé en tartiflette, une petite session d'échauffement des bénévoles s'installe rapidement, histoire de digérer et de se préparer physiquement à respectivement tenir le bar, les entrées, les équipes...Une ambiance familiale qui transpire tout au long de la soirée. Que ce soit de par la salle pleine à craquer, les mets locaux ou encore la sono maison, tantôt des Watta, tantôt des Holy. Pour ce qui est de la musique, on en a pris plein les oreilles. " Each one teach one " comme on dit ! Et les jeunots de High Culture en ont à vous apprendre. Après une sélection de roots aiguisée des Holy Sound, le Watta Bongo nous a proposé un set spatial mené avec brio pour briser les codes parfois très présents dans la culture dub. Naviguant entre roots, ska, rocksteady, musique du monde rythmée et reggae revival, le crew nous a offert un set inédit, éclectique mais maîtrisé et bien construit. Finir par Rasta Nuh Gangsta de Samory I et Carnival Horns de Havana meets Kingston c'était osé ! La Holy Family, plus que déterminée, s'est empressée d'enchaîner avec des steppers UK style en rafale sans laisser retomber la pression.Une place chauffée à la perfection pour accueillir le Mighty Young Warrior dans cette danse d'exception. En commençant son set par War de Bob Marley, le jeune guerrier a mis tout le monde d'accord. Des qualités de MC et de deejay indéniables alliées à une sélection puissante et vrombissante ont sublimé la présence d'un artiste dont la réputation n'est plus à faire. En quelques mots, un set gorgé de roots and culture qui prend de l'ampleur petit à petit pour dériver vers le dub dans lequel on ressent clairement l'influence Shaka. Le jeune selector s'est tellement plu qu'il n'a pas hésité à déborder de plus d'une heure trente sur l'horaire de fin ! Que demander de plus pour clôturer la soirée ?Petite cerise sur le gâteau, une expo handmade était proposée au coin fumeur pour affronter le froid. Les clichés repésentaient la culture sound system, ses activistes et ses singularités. Un très bel esprit familial a régné tout au long de cette soirée organisée de main de maître par une équipe de youths soudée. Rendez-vous pour la sixième édition dès que possible ! (webremix.info)


Charly B - Journey of Life

On a toujours suivi de près la carrière de Charly B chez Reggae.fr. Composée de hauts et de bas comme pour chaque artiste, elle prend aujourd'hui un nouveau tournant avec la sortie d'un album 100% jamaïcain. Le chanteur s'est en effet installé sur l'île du reggae depuis deux ans et a rencontré une équipe de producteurs et musiciens solides pour réaliser l'opus Journey of Life. Il regroupe 14 titres sans aucun featuring. Charly B a tenu à exposer son univers sans fioriture ! Il s'exprime dans un patois yardie impeccable sur un son moderne particulièrement bien produit et déjà accueilli comme une pépite en Jamaïque.Avec ce nouveau projet réalisé aux côtés de la team TMMG basée à Kingston, c'est un style propre, revendiqué et affirmé et de qualité que nous propose Charly B. C'est avec ce désir de faire grandir et connaître son identité sensible aux énergies, aux évènements du quotidien que l'artiste parfait sa musique, où émotions et rythmiques ensoleillées s'assemblent. Un reflet de la vie de l'artiste marquée par de nombreux évènements qui le poussent à créer en faisant de la musique une réelle thérapie et de laquelle il tire des leçons qu'il nous partage ici avec des textes conscients, dans un album livré à coeur ouvert, empli d'une touchante réalité nous invitant à ne jamais baisser les bras.Son flow rapide et entraînant est appuyé par les apports des cuivres en arrière fond sonore. Journey of Life est une alternance entre, d'un côté, des instants de douceur et de nostalgie comme No Running Away et Nah Give Up accompagnés de choeurs et de doux fonds au piano auxquels s'opposent d'un autre côté, des morceaux plus dansants et même des rythmes ska donnant une grande énergie à l'album. En effet cet album laisse dialoguer les morceaux entre eux, en mêlant des thèmes bien différents mais qui s'accordent agréablement. Des titres comme Eyes Dem Red sont chantants et invitent à la fête et à se laisser aller au bien-être apporté par la weed tandis que d'autres tels que Respect ou Shoot you down sont de réelles prises de position sur des faits de société.Charly B se livre dans cet album et laisse entrevoir une grande part de son intimité. A l'image de l'excellent Ego, l'album est un véritable journal intime musical racontant le voyage touchant et énergique que nous propose la vie. L'artiste y instaure donc une proximité touchante avec son public qu'il n'oublie pas de saluer dans Welcome et de remercier pour l'énergie transmise avec Rock to the Beat.Journey of Life est un projet intime, sincère, créatif et teinté de rythmiques variées montrant la polyvalence et le talent de Charly B. A découvrir absolument.Tracklist :01 - Welcome02 - Jah See and Knows03 - Step By Step04 - Reapers05 - One Phone Call06 - Ego07 - Nah Give Up08 - City Lights09 - Respect10 - No Running Away11 - Eyes Dem Red12 - Rock to the Beat13 - Shoot You Down14 - Live It Right (webremix.info)


Bordeaux Dub School #11

Après nous avoir offert une session mémorable pour sa dixième édition à l'Espace du Lac avec les 24 scoops des Blackboard Jungle, retour à Barbey pour la onzième Bordeaux Dub School. Ce soir les Wandem ont convié Kiraden et Roots Collective pour un sound meeting. Tout le monde est venu avec ses 4 scoops et on entend déjà les basses raisonner quand on grimpe l'escalier qui mène à la salle.Comme à chaque édition Relaks One Og s'est chargé de la déco avec ses bombes de peinture phosphorescente et nous a offert une superbe fresque qui trône sur scène. Au pied de cette scène trois stacks de quatre scoops chacun, celui du Wandem Sound System fait d'un bois clair à gauche, celui de Kiraden, noir recouvert de grilles métalliques au centre, et le dernier appartenant à Roots Collective, d'une hauteur impressionnante dépassant les deux autres d'un bon caisson. Les artistes et leurs machines sont en face, on démarre avec trois morceaux par crew, les sélections sont plutôt roots.La salle se remplit vite, l'ambiance monte d'un cran et c'est Iris Askan le selecta du Wandem qui va ouvrir les hostilités avec un premier big tune aux basses énormes qui va faire chavirer la foule : Talk About Jah une collaboration entre I Fi et Nereus Joseph sorti récemment sur le label Roots Attack. Roots Collective répond direct avec le superbe Warning Signs des Makating Horns pour le plus grand plaisir des connaisseurs. Kiraden n'est pas en reste et enchaîne les galettes nous jouant entre autres quelques lourdes productions des Disciples.Il est deux heures passées et les sélections sont maintenant beaucoup plus steppa, la danse est intense quand le rythme s'accélère, deux morceaux chacun, puis un seul pour une dernière heure de folie durant laquelle on entendra notamment le Babylon a Fall de Joseph Lallibella sur une production énorme d'OBF dont on attend la sortie impatiemment.Les lumières se rallument et c'est déjà l'heure d'éteindre les amplis, encore une énorme soirée à la Bordeaux Dub School qui partage le même défaut que beaucoup d'autres sessions : elles paraissent trop courtes ! Rendez-vous le 12 Janvier pour la prochaine avec Dawa Hi Fi et RDH Sound System. (webremix.info)


Danakil meets ODG

Une fois n'est pas coutume de l'exprimer ainsi, on a pris une grosse claque avec l'album Danakil meets OnDubGround. Les Danak nous avaient habitués à revisiter chacun de leur album en version dub (notamment Entre les lignes dub, Echos du dub) avec l'assistance et les mains de maître de Manjul, qui savait révéler l'essence de chaque morceau. Pour la relecture de leur dernier album La rue raisonne, c'est au collectif tourangeau ODG que les Franciliens ont fait appel, et pour quel résultat ! Plus qu'un décodage de l'album original c'est une nouveau voyage musical que nous offre ODG, un album à l'identité propre, où sont invités de nombreux MCs.EchoSysDub est la première surprise de l'opus et nous fait vite comprendre que Danakil a décidé de se placer là on ne les attendait pas forcément. ODG y apporte des vagues dub electro et dubstep de toute puissance. C'est également le parti pris de 33 mars, où Joseph Cotton vient faire son apparition. C'est sur une base de trap / hip-hop synthétique et un fond de discours du Général De Gaulle que Parisian Dub nous est présenté, transformant le morceau original de Patrice et Balik en véritable dialogue entre leur chant et la ville.Green Cross réussit à garder le côté lover et ensoleillé de Comme je sur Nuff Power. En écho au titre Back Again, Dub Again nous plonge dans l'univers des sound systems et lui offre une nouvelle parure musicale, presque martiale, à coup de grosses basses et percussions. Dub of the Nation remixe le morceau Mediatox avec un style très mystique tant dans son rythme envoetucirc;tant que dans les interventions vocales. Blow with the Wind est un conte digitalo-oriental qui ne laissera aucun auditeur indifférent.Sir Wilson et Jamalski viennent épauler les réinterprétations digitales de Quelque chose et Dis leur sur respectivement Something et Tell Dem. Avec Butterflies, Danakil et ODG ont pris le risque de proposer un morceau pratiquement uniquement instrumental où les seules voix que l'on perçoit sont à ce point distordues qu'elles en deviennent elles-mêmes des instruments, des vagues sonores abstraites. Les trois derniers morceaux de l'album vont crescendo. Le nostalgique Lumière de la mémoire est repensé façon hip-hop sur un excellent Memories. On reste dans une vibration electro hip-hop avec les flows ravageurs de Miscellaneous et Adam Paris sur J'attends la nuit. Enfin, le Baco All Stars se retrouve sur World of Dub aux basses pachydermiques, avec notamment une explosive Nattali Rize qu'on n'aurait pas forcément reconnue.Une autre énergie se dégage de ce projet, d'autres univers sont créés par les sons, la manière de traiter le texte et les matières donnés aux riddims. Le pari de la rencontre entre les deux collectifs français est réussi. En bref, Danakil meets Ondubground, ça déboite.Tracklist :01. EchosysDub02. 33 Mars feat. Joseph Cotton03. Parisian Dub feat. Patrice04. Nuff Power feat. Green Cross05. Dub Again06. Dub of the Nation07. Blow with the Wind08. Something feat. Sir Wilson09. Tell Dem feat. Jamalski10. Butterflies 11. Memories12. J'attends la Nuit feat. Miscellaneous et Adam Paris13. World of Dub feat. Anthony B, Nattali Rize, Volodia, Flavia Coelho et Brahim (webremix.info)


Dub Inc @ Zénith St Etienne

Après un concert la veille, au Zénith de Dijon aux côtés de Biga Ranx et Jahneration, quoi de mieux pour le groupe stéphanois Dub Inc que de jouer à domicile ? Peut-être avoir la surprise de voir leur dernier album So What sacré disque d'or et pouvoir le partager avec le public de cette ville si importante qui les porte depuis toujours ! Le 18 novembre dernier, c'est en effet au Zénith de Saint-Etienne, leur " Terre-Mère ", qu'ils installaient une ambiance unique, chaude et devant un public en fusion tout au long de la soirée. Les fans, venus parfois de très loin, ont su être comblés dès les premières minutes avec l'énergie déployée par le groupe Jahneration qui ouvrait parfaitement les festivités avant de laisser la scène au groupe tant attendu ! Plus de sept mille personnes prêtes à jumper, entonnant sans faute les paroles avec le sourire aux lèvres ! Une émotion unique entre grands moments énergiques, retours aux morceaux des débuts tels que les incontournables Rude Boy et Murderer, nouveaux titres comme l'énergique Grand périple et séquences émotions avec certains morceaux acoustiques notamment Maché bécif et Foudagh, accompagnés d'invités du Bénin, qui surent donner une dimension magique à ce concert ! Une soirée sous le signe du partage avec messages de diversité, sourires, briquets scintillants, public réceptif ainsi qu'une première partie de grande qualité... mettant en exergue le mythique groupe Dub Inc, généreux et donnant toujours autant de plaisir aux oreilles et aux coeurs des passionnés qui en demandaient, encore et encore, même après les rappels ! Quoi qu'ils disent, le 18 novembre, Sainté était bel et bien là !Jahneration Dub Inc (webremix.info)


Leah Rosier - The Black Star Tracks

On avait découvert la jeune et prometteuse Leah Rosier en 2012 avec son premier opus High Paw où l'on avait adoré son titre Amsterdam ; elle avait récidivé en 2016 avec Only Irie Vibes qu'elle avait cette fois sorti avec le groupe Français Rise and Shine. On avait ensuite pu croiser son regard hypnotisant sur les scènes de grands festivals comme le Reggae Sun Ska ou le No Logo... La chanteuse hollandaise nous revient aujourd'hui avec un nouveau projet : The Black Star Tracks sorti le 17 Novembre sur le label du même nom, The Black Star Foundation.On entre de plain pied dans cet album hyper frais et très orienté new roots dés le premier morceau No Puppet, un riddim entraînant que s'approprie parfaitement Leah Rosier où les cuivres répondent à la ligne de basse omniprésente. On restera dans cet univers très moderne avec des morceaux comme Not Cursed et ses notes de mélodica ou Rude Boy posé sur le Lovely Girl Riddim dont on retrouvera un dub à l'ancienne en fin d'album. Notre coup de coeur de cet album va sans aucun doute à Babylon Burning, une instrumentale hyper efficace et pleine d'énergie sur laquelle la jeune Hollandaise nous montre toute l'étendue de son talent.En parfaite égérie de la Génération H, Leah nous offre deux ganja tunes, d'abord avec Make it Burn, puis Realize sur un rythme ska qui saura vous faire danser. La chanteuse s'essaye donc à d'autres styles en fin d'album, nous montrant qu'elle sait apprécier le rub-a-dub sur Come Rain Come Shine avant de se frotter au dancehall sur le très actuel Bad Girls Riddim de Butterflies.Voilà donc un album réussi mêlant des productions toutes très soignées à la jolie voix pleine de fraicheur de Leah Rosier qu'on retrouve avec toujours autant de plaisir.Tracklist :1. No Puppet2. Smile Vibe High 3. Make it Burn4. Not Cursed5. Babylon Burning6. Rude Boy 7. Realize8. Let Love 9. Come Rain Come Shine10. Butterflies11. Rude Dub (webremix.info)


Rebel Escape #2 @ Toulouse

Il y avait du beau monde sur la scène du Phare du côté de Toulouse le 25 novembre dernier. La soirée Rebel Escape accueillait un gros line-up pour sa deuxième édition avec Naâman, Yaniss Odua, L'Entourloop, les Twinkle Brothers, Radikal Guru, The Tuff Lions et Zongo Sound. Notre photographe Roshanak était là pour immortaliser ce gros rassemblement !The Twinkle Brothers Yaniss Odua Naâman L'Entourloop (webremix.info)


Roots Attack - Presenting I Fi

Roots Attack commence à être un nom bien connu des dub addicts. Après plusieurs sorties en digital et un premier LP (Showcase Vol 1), ils avaient frappé fort en avril dernier avec Jericho, un maxi sur lequel on retrouvait The Viceroys et Sista Jahan. Le crew nous revient aujourd'hui avec un nouveau projet : une série d'EPs qui mettra à chaque fois un chanteur à l'honneur. Le premier est naturellement consacré à I Fi, MC officiel du crew depuis de longues années.Presenting I Fi s'ouvre donc sur Step inna Country, un dub lent et entraînant où les notes de mélodica répondent à merveille au flow efficace d'I Fi. Puis on découvre Roots Attack Special qui nous plonge pleinement dans le rub-a-dub qu'affectionne tant le chanteur français. On retrouve d'ailleurs ensuite deux collaborations avec des deejays références du style : Daddy U Brown avec lequel I Fi nous délivre un message d'unité sur All a we a One, puis c'est Trinity qui vient poser son flow sur le méditatif Jah in Ya. L'EP se clôture avec un dernier invité, Nereus Joseph dont la voix se marie parfaitement à celle d'I Fi sur un riddim très orienté steppa taillé pour les sound systems.Un premier EP qu'on vous conseille vivement dans lequel la maîtrise technique d'I Fi est impressionnante sur chaque morceau, reproduisant à l'identique le style deejay jamaïcain sur les productions toutes hyper dansantes de son complice Jeh Jeh. On attend avec impatience la suite de la série Presenting dont les prochains épisodes seront consacrés à Twan Tee, Bunnington Judah et Joseph Cotton.Tracklist :1. Step inna Country2. Roots Attack Special3. All a we a One Ft U Brown4. Jah in Ya Ft Trinity5. A Hundred Dollar6. Talk About Jah Ft Nereus Joseph (webremix.info)


Demolisha Live Party avec Taïro

Superbe soirée que cette Demolisha Live Party organisée par Demolisha Deejayz dans ce lieu atypique qu'est La Marbrerie à Montreuil. Jahill ouvrait le bal en ce samedi 11 novembre devant des massives venus en nombre apprécier son mélange d'humour et d'énergie. Il cède rapidement la place à Max Livio accompagné à la guitare par Thomas Broussard. Une des plumes les plus affutées du reggae français servi par une magnifique voix ! C'est enfin au tour de Taïro de monter sur scène, le public connaît ses textes sur le bout des doigts et accompagne chacun des refrains. Tiwony nous fera le plaisir de le rejoindre pour interpréter Reine sans couronne avant un final détonnant avec tous les artistes sur Bonne Weed. Pour les fans de sound, la soirée se poursuivait ensuite avec les Demolisha Deejayz accompagnés par Supa Mana. Jahill Max Livio Taïro Demolsiha Deejayz (webremix.info)


Eden Fight - Reggaevolution

Reggaevolution, en voilà un titre qui intrigue. Le Guadeloupéen Eden Fight / connu pour ses débuts au sein du Karukera Sound System, l'un des piliers du mouvement aux Antilles / nous introduit ce concept avec 15 titres d'excellente facture.Nourri par de nombreuses influences / on perçoit la musique traditionnelle antillaise et africaine, le reggae pur et dur, mais aussi la variété française / Eden Fight teinte son reggae de solo de guitares saturées, de percussions endiablées et de quelques claviers tout en douceur. Doté d'un organe vocal impressionnant avec sa voix un rien féminine, il nous fait parfois penser à Baby G ou Saeteuml;l ; c'est vous dire la justesse avec laquelle il chante. Particulièrement influencé par l'école jamaïcaine de Waterhouse (Michael Rose, Yami Bolo, Junior Reid et consorts), il lâche quelques gimmicks ici et là et livre des vocalises d'une précision remarquable. Quelques clins d'oeil à ses idoles se glissent dans l'album, comme sur Glory où la voix de Yami Bolo est discrètement samplée sur une belle refonte du Night Nurse de Gregory Isaacs modernisée avec succès. Un titre dans lequel il remercie le ciel d'être en vie.D'autres tunes recyclent les thèmes habituels du reggae comme Stronger, Natty Roots ou Union (où l'on reconnaît un bref hommage au Master Blaster de Stevie Wonder), mais l'artiste aime aussi parler de sa vie personnelle en abordant les ruptures amoureuses (Take you Down et Résignation) ou les aspects plus bretucirc;lants de l'amour (Real Devotion et Love and Emotion sur le Tribute to Dennis Riddim de Street Rockaz). L'amour de son île, il en parle aussi avec Retour au pays et ses quelques lyrics en créole. L'album se conclut avec les remixes de Natty Roots et Sa ou ni a fé en mbalax, une musique sénégalaise très rythmée proche de la soca. De quoi montrer encore l'ouverture d'esprit de cet artiste talentueux.Reggaevolution n'est finalement pas si révolutionnaire que ça, la plupart des titres s'inscrivent dans un registre new roots assez classique, mais le trait d'union entre le passé et le présent, entre les traditions et la nouveauté, se ressent très bien tout au long de l'album. On valide !Tracklist :1 - Take you Down2 - Glory3 - Frère4 - Sensimilla5 - Natty Roots6 - Real Devotion7 - Love and Emotion8 - Résignation9 - Sa ou ni a fé10 - Retour au pays11 - Alone12 - Union13 - Stronger14 - Natty Roots M'Balax Version15 - Sa ou ni a fé M'Balax Version (webremix.info)


Alborosie @ Le Trianon

En ce dimanche soir de novembre, la perspective de se rendre au Trianon pour assister au concert d'Alborosie à Paris est déjà un réconfort en soi. Pour lui chauffer la magnifique salle du Trianon, le Party Time crew est de service et fait bouger la salle comme il se doit. C'est ensuite autour de Devi Reed (chanteur des Banyans) de relever le défi, ce qu'il accomplit de belle manière, accompagné d'un DJ et d'un batteur pour présenter son nouvel album solo Essence of Life.Voilà trois ans que Puppa Albo n'était pas venu se produire à Paris et comme pour profiter de l'occasion et en donner pour son compte au public venu nombreux, il enchaîne d'une traite après une intro puissante Herbalist, Can't Cool, Rock the Dancehall, Poser et enfin Living Dread qui récolte le premier pull up. Après ce titre récent qui sonne déjà comme un classique dans son répertoire, il prend la parole pour quelques mots dans lesquels il fait part de son bonheur d'être de retour à Paris (après six ans d'après lui... ok si on considère que le Zénith et l'Hippodrome de Longchamp ne sont pas à Paris !) et annonce être là " ...to blaze up the fyah in the name of love, unity and respect ".Le Shengen Clan toujours mené par Fitzroy Green le batteur ambianceur génial, avait intégré pour l'occasion Yovo (Nég'Marrons, La Fouine, Blacko,...) le bassiste parisien qui arborait pour l'occasion un maillot du PSG. Rocky Road et No Cocaine qui sera pull up dès les premières notes et Everything issu de son dernier album sur lequel il se lâche même un peu a capella. Ils enchaînent avec une version très rock de Camilla et on aura par la suite un mélange agréable de titres issus de ses différents albums rarement en entier, mais souvent très bien enchaînés et quelques brefs interludes où ses choristes prennent le relais. On retiendra les toujours très appréciés Police et Kingston Town, les solos de ses deux guitaristes de toujours Garth Duckie Forester et Valter Vincenti, Rastafari Anthem en partie chanté assis devant le batteur comme sur un trône et l'intro de Still Blazing devant les briquets du Trianon.A la fin de son show il invite les Jahneration à venir faire leur promo pour leur prochain concert au Trianon et " Mr Reed ", comme il l'appelle, à venir le rejoindre chacun à leur tour pour un couplet. On en aurait bien repris un peu plus mais la qualité et l'énergie étant là on est finalement très heureux d'avoir revu ce grand monsieur du reggae. (webremix.info)


Krak In Dub - Interview Amazonite

Musicien et productif hyperactif, Krak In Dub a à son actif une soixantaine de vinyles sortis sur différents labels et dans des styles très éloignés. Il vient de sortir Amazonite, son premier album solo dans lequel il se concentre sur un univers entre reggae, dub et bass music. Rencontré pendant une résidence de création scénique dans le sud de la France, il revient avec nous sur l'élaboration de cet album, ses petits secrets, son identité et son parcours polyvalent.Reggae.fr : Tu es actif depuis pas mal d'années, mais tu aimes bien brouiller les pistes en utilisant plusieurs noms ou différents labels. Peux-tu nous expliquer tout ça pour que les lecteurs comprennent bien qui tu es ?Krak In Dub : Je n'ai pas vraiment plusieurs noms, mais c'est vrai que j'aime bien brouiller les pistes. Krak In Dub c'est mon nom de scène et mon nom de producteur. On m'identifie souvent sous le nom Fogata Sounds aussi, mais c'est en fait le nom d'un label qui est aussi un espèce de collectif monté avec Hugo Spartak qui était en fait Gom Jabbar à l'époque de son duo avec Puppa Leslie. Après, je signe sur tout un tas de label comme Galletas Calientes que j'ai créé il y a pas mal d'années. Krak In Dub est aussi le nom d'un label sur lequel je sors quelques vinyles et je bosse sur plein de petits labels d'amis. Il y a aussi 100 Fuegos qui est un sous-label de Fogata qu'on vient de créer et qui est dédié au format 7 pouces pour les singles et les séries. On vient justement de sortir le riddim Supa Saloon en deux 45T. C'est une instru qui apparaissait sur l'album de Troy Berkley, Upgrades, et qu'on retrouve sur mon album avec Ras Demo et enfin il y a un troisième tune inédit avec Chukki Starr qu'on a enregistré il y a deux ans pendant un week-end de permission alors qu'il était encore en prison !Et donc Amazonite est ton premier véritable album solo sous ton nom Krak In Dub. Pourquoi avoir attendu aussi longtemps après avoir sorti énormément de tunes à côté ?Parce que tout se passait très bien pour moi en sortant des singles et des maxis. J'ai sorti plus de soixante vinyles jusqu'à aujourd'hui. La plupart sont des titres jungle, puis il y a eu un peu de break beat et des trucs plus latinos et enfin toute la partie reggae-dub avec Fogata. Toutes ces productions m'ont servi de carte de visite partout où j'allais jouer. Je n'avais pas vraiment besoin de faire d'album pour jouer toute l'année. Par contre, je ne jouais pas trop l'été. Pour moi l'été c'est les vacances donc on ne m'a jamais trop vu dans les festivals à part quelques plans avec des potes à droite à gauche, mais je n'ai jamais fait une vraie tournée d'été. Puis après toutes ces années sur scène, je me suis dit qu'il était temps de rentrer un peu dans le circuit des festivals. Et pour ça, il fallait que je sorte un album, que je fasse de la promo autour etc.Le titre de cet album vient d'une pierre. Pourquoi ce titre ?Déjà c'est un mot qui sonne bien je trouve. etCcedil;a me renvoie à mes origines sud-américaines puisque je suis Argentin. C'est vrai que l'Amazonie ne coule pas en Argentine, mais j'ai aussi grandi au Brésil... L'amazonite fait aussi référence à la jungle donc ça a résonné en moi de manière tellement évidente que je ne pouvais pas donner un autre titre à ce premier album. La musique était déjà plus ou moins produite quand j'ai choisi ce titre. Il me restait juste quelques voix à enregistrer, mais je n'ai pas forcément cherché à coller au thème de l'amazonite sur tous les titres, à part celui avec Pupajim, Iodine 53, qui répond un peu au titre de l'album d'une façon poétique.Justement, Pupajim parle de l'iode comme une médecine dans son titre c'est ça ?Oui, il a un rapport fort avec la mer, les océans et donc le sel. Il considère, et il a raison, que la mer est un élément très important sur notre planète et comme il est Breton, c'est sans doute très important pour lui. C'est venu de lui-même l'idée d'aborder ce thème-là. Je lui avais juste demandé de ne pas me faire un énième tune de sound system. Je voulais l'emmener sur quelque chose de différent, de plus poétique.Tu donnes souvent des directives aux artistes que tu enregistres ?Non pas forcément. Je ne suis même pas toujours présent. Par exemple, les deux tunes de Ras Demo qui sont sur l'album, je n'étais pas là. Il a enregistré Some People dans son coin quand il était au Canada et Dont' Feel No Way, on l'a enregistré chez moi à Montreuil, mais je suis allé lui chercher de la weed et le temps que je revienne, il avait presque terminé l'enregistrement ! Après ça dépend des artistes. Avec Troy Berkley, il y a une complicité qui s'est installée parce qu'on bosse ensemble depuis des années et des années. Donc on échange des idées. Mais je n'interviens pas trop en général.On trouve des vocaux et des instrumentaux purs sur cet album. Quand tu commences à créer un riddim, tu sais déjà s'il va accueillir une voix ou pas ?Non pas du tout. Quand je commence, je ne sais même pas quel style ça va être. etCcedil;a se décide naturellement. Sur l'album il y a par exemple des riddims que Troy Berkley voulait prendre, mais finalement ça ne s'est pas fait et du coup ils sont quand même présents en instrumentaux. Je tenais à ce qu'il y ait des plages musicales de respiration et ne pas enchaîner uniquement des chanteurs. J'aurais pu multiplier les featurings avec des noms prestigieux mais j'ai aussi tenu à travailler avec des gens proches, des artistes qui sont aussi des amis, avec qui ça se passe bien humainement et qui ont tous un grand talent.On retrouve Echo Minott sur un tune jungle. Tu lui as présenté l'instru telle qu'elle ou tu l'as transformée en jungle après qu'il ait enregistré sur quelque chose de plus classique pour lui ?Il a enregistré sur le riddim tel que vous l'entendez sur l'album. On a fait ça il y a trois bonnes années déjà. C'est même lui qui m'a demandé de lui fournir un titre jungle.On peut facilement faire passer des messages avec une voix, mais comment fait-on uniquement avec de la musique ? Considères-tu que tu véhicules des messages avec tes instrus ?Ce n'est pas la musique en elle-même qui fait passer le message, mais la façon dont moi je véhicule la musique. La façon dont je me déplace, la manière à laquelle je partage ma musique avec le public, la façon d'en faire la promotion etc. Je mets en avant la musique avant de me mettre en avant moi. " Promote music, don't promote yourself ", c'est un de mes leitmotiv. Il faut se rappeler que ce qui compte c'est le résultat musical et pas l'apparence. Il faut être volontaire aussi. Par exemple certains organisateurs ou festivals ont des petits budgets ou développent des formes alternatives d'expression, il faut toujours faire l'effort d'aller vers eux. Ce n'est pas parce que tu fais des grosses scènes qu'il faut arrêter d'aller dans des évènements plus undergrounds et militants. Je considère qu'il faut continuer à soutenir les petites salles, les associations. Pour moi c'est indispensable et c'est ma façon de véhiculer un message.Il y a un morceau qui porte le nom d'une formule mathématique, S=k log W. Tu as un passé scientifique ?Oui, j'ai commencé des études de médecine et j'ai toujours été un fan de science fiction et il y a plein de petits clins d'oeil à tout ça dans l'album. Déjà dans le titre, Amazonite, il y a le deuxième A qui est barré sur le haut, c'est ce qu'on appelle le non-A. etCcedil;a vient d'un roman écrit par E.A. Van Vogt qui s'appelle Le Monde du non-A. C'est l'histoire d'un monde non-aristotélicien qui a inspiré des mathématiciens et des chercheurs et qui a engendré en quelque sorte la théorie de la sémantique générale. C'est-à-dire une façon différente de concevoir le monde en renommant les choses comme elles sont dans un temps donné. C'est tout un délire qui m'intéresse et auquel je fais référence dans l'album. Il y a aussi une petite phrase cachée sous le CD qui vient d'un scientifique qui s'appelle Korzysbki : " La carte n'est pas le territoire ". C'est la formule consacrée de la sémantique générale.Et cette formule mathématique alors ?S=k log W c'est la formule de l'entropie. Ce serait un peu compliqué à expliquer et en plus il n'y a pas de rapport particulier avec la musique. A la base, c'était même le titre d'un autre morceau qui n'est finalement pas sur l'album donc je l'ai donné à ce tune pour pouvoir faire ce petit clin d'oeil.Tu fais tout toi-même, mais tu fais parfois appel à des musiciens. C'est le cas sur cet album n'est-ce pas ?C'est vrai. J'ai enregistré moi-même la plupart des voix, je crée les riddims bien setucirc;r et je m'occupe du mixage et du mastering. Il y a effectivement des musiciens sur cet album comme Hugo et Brice de Fogata qui se sont occupés de certaines basses et de quelques claviers. Sinon, il y a Dubamix qui joue des cuivres depuis longtemps sur mes prods, ici il a fait des chouettes saxo sur Some People notamment. Et j'ai aussi envoyé à Dubmatix le morceau ska qui s'appelle Stop avec Jamalski. Il m'a renvoyé une piste de basse, une piste d'orgue et des guitares et j'ai édité tout ça.Tu ne joues pas d'instrument toi-même ?Moi je suis batteur à la base, mais j'ai arrêté d'être instrumentiste en 1996, le jour où j'ai touché mes premières platines. J'ai pratiqué de moins en moins fréquemment jusqu'à carrément l'abandonner donc je laisse ça aux autres. Je reste musicien mais je ne suis plus instrumentiste à proprement parler.On imagine que tu vas défendre cet album en live. Comment tes morceaux prennent-ils vie sur scène ?Je suis en live set et pas en DJ set. C'est-à-dire que je ne me contente pas de jouer mes morceaux, je les ai tous en multi-pistes et je les dub en direct. Quand j'ai plusieurs vocaux sur une même instru, je les enchaîne, je crée des boucles avec les refrains que je peux appeler à n'importe quel moment, ensuite je dub les vocaux et je laisse l'instru à mon MC si j'en ai un avec moi. J'ai fait une résidence avec mon équipe pendant laquelle on a beaucoup bossé sur les lights et sur l'insertion de vidéos en fond de scène. etCcedil;a donne une autre dimension au show quand on joue sur scène. Après, il arrive qu'on soit en sound system. C'est une autre discipline mais on peut y prendre le même pied quand l'ambiance décolle dans le public. J'aime vraiment les deux. On a hâte de présenter ça au public maintenant ! (webremix.info)


DJ Akademy ft U Brown @ Bordeaux

Le 9 Novembre dernier, tous les chemins menaient au Void pour les amateurs de reggae Bordelais. Ce soir-là, le DJ Akademy Sound System était venu accompagné de Dapatch MC, Young Kulcha, et de la légende jamaïcaine Daddy U Brown pour une soirée qu'on ne pouvait pas rater.On descend à la salle de concert/cave en vieille pierre où nous attend la sono home made de DJ Akademy. Le crew est au complet, Digikal Ninja plongé dans ses bacs à vinyles, Daddy Jeff derrière la control tower et Sir James est au micro. La sélection est pointue, Dapatch MC et Young Kulcha reprennent les faces B avec autant de talent l'un que l'autre dans une ambiance déjà très orientée rub a dub. Sir James anime la soirée de main de maître, assurant les transitions entre les morceaux avec une énergie communicative, jonglant entre anglais et français pour se faire comprendre de tous.Quand Daddy U Brown entre en scène il ne passe pas inaperçu tant par sa taille et son charisme que par sa voix et son flow inimitable. L'invité d'honneur entre donc en scène sur Mr Music Man d'Al Campbell. Ses éclats de voix font instantanément monter la température d'un cran avant qu'il ne pose son hit Weather Balloon sur l'instrumentale. Les classiques s'enchaînent et U Brown démontre toute l'étendue de son talent. Pass the Kutchie des Mighty Diamonds, I Don 't Want to Be No General de Dennis Brown, Police in Helicopter de John Holt, tout y passe et U Brown nous régale en retournant chaque version inna rub a dub style ! Tout le monde se laisse entrainer dans la danse par le vétéran qui sait ambiancer un public comme personne, mais le temps passe et l'heure du dernier morceau arrive bien trop vite.Une soirée comme on aimerait en voir plus souvent, au cours de laquelle le DJ Akademy Sound System, bien aidé par U Brown, nous a offert un voyage dans l'espace temps qui nous a transporté en Jamaïque à l'âge d'or du rub a dub quand les deejays étaient les rois des sound systems. (webremix.info)


Romy.K - Have Faith

On ne connaît pas forcément son nom mais Romy.K n'en est pas à son coup d'essai. Have Faith est le troisième album de cet artiste ivoirien installé en France qui n'oublie pas ses racines. Il est retourné chez lui à Abidjan pour réaliser cet opus avec une équipe locale sur-motivée. Have Faith est un album 100 % africain comme on les aime.La chaleur et la simplicité du reggae africain se dégagent de l'ensemble des dix titres. L'engagement et le militantisme sont également mis en avant avec des titres comme Africa où Romy.K pointe du doigt les grandes instance qui mettent à genoux le continent noir depuis des siècles. L'occident en prend pour son grade ! En anglais, français ou dialectes locaux, l'artiste s'applique à délivrer des messages clairs d'une agréable voix aigueteuml;. On apprécie la métaphore du Pompier pyromane et l'on se réjouit de voir l'artiste se soucier de l'écologie sur Sauver la planète. Malgré des paroles simplistes, presque naïves, cette chanson doit résonner tout particulièrement en Côte d'Ivoire et dans toute l'Afrique où les préoccupations environnementales sont loin d'être une priorité.Bien qu'il propage des messages souvent graves, Romy.K s'exprime sur des instrus solaires avec un sourire perceptible dans son chant ; un trait propre à la quasi-totalité des artistes africains. Dans la pure tradition reggae, Romy.K a tenu à intégrer des dubs à sa tracklist. Bien qu'ils ne soient pas très élaborés, ils permettent de savourer le jeu des musiciens qui accompagnent ce chanteur au grand coeur. Quelques solos de guitare bien placés, un duo basse-batterie bien accroché, des claviers un rien rudimentaires et des sons parfois improbables (un cri d'éléphant sur Africa Dub) retranscrivent la canicule africaine.Have Faith respire la sincérité, la bienveillance et l'humilité. Peut-être un peu trop candide à notre goetucirc;t, cet opus a tout de même le mérite de réchauffer le coeur de ses auditeurs et il remplit haut la main son objectif principal : nous donner la foi.Tracklist :1. Africa2. Africa Dub3. Ambush in Africa4. On my Way5. Martellier6. Sauver la planète7. Pompier pyromane8. Ze'bie9. Ze'bie Dub10. I Have a Faith (webremix.info)


Pablo Anthony - New Day

Un nouvel artiste vient s'inscrire au sein de la Reggae French Touch, il s'agit du franco-chilien Pablo Anthony, lequel a grandi en banlieu parisienne et vient nous proposer ce mois-ci son album New Day.Fruit d'une grande réflexion d'un an et d'une préparation acharnée aux côtés du Small Axe Band, qui travaille avec le chanteur depuis plusieurs années déjà, New Day se veut être un projet solo, bien que l'on y retrouve un esprit collectif à travers la présence de nombreux invités comme King Lorenzo (U.N.I.T.Y), Ilements (envoetucirc;tant sur Ruff Time) et Lyricson (touchant sur Real Friends).Composé de 13 titres, New Day est un album majoritairement roots reggae et new roots (on retient entre autres les excellents Jah Never Let Us Down, In What Kind of World et Guidance), agrémenté de teintes Soul (I Really Love You) et même dancehall/RetB sur In My Arms où Pablo montre qu'il sait adapter son flow à tous les styles. Des sonorités plus synthétiques et dub sont présentes notamment sur U.N.I.T.Y et Chant où l'on retrouve l'attrait de l'artiste pour le sound system, d'ailleurs bien représenté avec Cyan Stop Me. En fin d'album, Pablo Anthony nous emporte dans un univers plus souterrain avec trois bonnes versions dub. Par ses textes, Pablo Anthony souligne sa volonté d'être un représentant de certaines valeurs humaines ("Be an exemple to teach to an other one") et chante l'amour, la famille, l'amitié (Real Friends), le partage et l'unité, sans pour autant cacher son esprit rebelle (What kind of World, New Day).New Day se veut dynamique, jeune, moderne, inspiré et inspirant. Une belle promesse pour l'avenir.Tracklist :01 - New Day02 - U.N.I.T.Y Feat King Lorenzo03 - Jah Will Never Let Us Down04 - Chant05 - This World06 - Ruff Time Feat Ilements07 - What Kind Of World08 - Guidance09 - I Really Love You10 - In My Arms11 - Real Friends Feat Lyricson12 - Cyan Stop Me (remix album)13 - Highest Meditation14 - Highest Meditation Dub15 - Guidance Dub16 - Chant Dub (webremix.info)


Danakil et ODG - Interview croisée

Voilà une collaboration qu'on n'avait pas vu venir ! Le reggae français de Danakil revu et corrigé par le duo de producteurs dub/digital OnDubGround. L'album La rue raisonne a droit à une deuxième vie après être passé entre les machines d'ODG. On se devait d'en savoir plus sur cette rencontre aussi improbable que sensée. Les deux formations ont répondu à nos questions dans un interview croisé exclusif. Olo et Art-X rencontrent Mathieu, saxophoniste et manager de Danakil, pour nous conter la genèse et la construction du projet Danakil Meets Ondubground.Reggae.fr : Qui le premier a eu l'idée de cette rencontre et quelle a été la réaction de l'autre ?Mathieu Danakil : L'idée est venue de nous ! Depuis la sortie de notre album Echos du temps en 2011, on donne une existence dub à nos projets. On a croisé ODG plusieurs fois et on suit beaucoup leurs sorties, ainsi que les interventions d'Olo et Art-X dans pas mal de projets qui nous plaisent beaucoup. Pour nous, ODG représente un des collectifs les plus actifs depuis un moment, avec un niveau de qualité de productions assez incroyable. On s'est donc permis de leur passer un petit coup de téléphone... Vous connaissez la suite !OnDubGround : Mathieu nous a appelés en début d'année pour nous proposer ce projet. On était assez dubitatifs au début car l'univers Danakil est assez loin du nôtre mais ils nous ont fait confiance et nous ont donné carte blanche sur les remixes. On a pu s'exprimer comme on le voulait et on a pris beaucoup de plaisir à composer autour des très bons morceaux originaux.Comment s'est faite la collaboration ? Y a-t-il eu des allers-retours entre les deux formations et peut-être des désaccords sur certains points ?Mathieu Danakil : Mega carte blanche ! On a échangé sur certains morceaux, pour choisir les MCs etc... Mais 90% du boulot a été fait par ODG, en toute autonomie. On ne voulait pas les contraindre, on voulait vraiment qu'ils fassent leurs remixes à la sauce ODG qu'on apprécie tant.OnDubGround : Les Danakil nous ont fait entièrement confiance et on les remercie ! Composer à deux nécessite déjà quelques compromis et plus on est nombreux, plus c'est compliqué. Cela étant dit ils nous ont fait part de quelques remarques qui ont été bénéfiques au projet. OnDubGround est un duo. Quels ont été les rôles de chaque membre de la formation dans l'élaboration des remixes ?Art-X : J'ai commencé par maquetter quasiment tout l'album pour lancer le projet, pour y voir plus clair, puis Olo a pris le relais avec un regard neuf en y ajoutant sa touche, en mixant les morceaux. Les tracks ont fait quelques allers-retours entre nos home studios respectifs avant d'en arriver au produit final.Quel est le dénominateur commun de Danakil et Ondubground ?Mathieu Danakil : Même si pour certains il y a un fossé abyssal entre du reggae français et du dub type Dub Station en termes de public, la réalité est setucirc;rement moins prononcée que ça. Dans l'équipe Danakil on écoute beaucoup de dub, sous toutes ses formes. On est très attentifs à l'évolution des process de production, l'émergence de la MAO, à l'utilisation des machines etc... On le ressent d'ailleurs dans notre dernier album La rue raisonne. ODG est capable d'aller aussi bien vers des esthétiques très roots à la King Tubby's, avec de gros riffs de mélodica, que vers des instrumentations trap ou dubstep. On aime cet éclectisme, on partage cette vibe d'aller chercher le meilleur dans tous les styles, sans se mettre de barrières...OnDubGround : Avec Danakil on a depuis toujours partagé des scènes, on s'est souvent retrouvés sur la même programmation d'un festival ou d'une soirée et on s'est rendus compte qu'une partie du public était sensible à nos deux univers. On appartient à peu près à la même génération de musiciens qui ont voulu propager la musique jamaïcaine, évidemment chacun à sa manière, mais comme on dit : reggae is dub, dub is reggae !Justement, le reggae digital et le reggae français sont deux milieux relativement éloignés, notamment au niveau des publics... Comment pensez-vous que vos publics respectifs vont réagir à cette collaboration ?Mathieu Danakil : Je trouve ce postulat de moins en moins vrai. Quand on bouge en dub corner maintenant, on se rend compte que le public est bien plus varié et ouvert qu'il y a dix ans. On a partagé l'affiche avec ODG au dernier No Logo Festival et quand nous sommes sortis de scène on est allés voir jouer les copains au Dub Corner. On s'est mangés un gros forward en direct live quand ils ont balancé le remix de Back Again. Perso, je flippais un peu des réactions... Mais au final, ça a été super bien accueilli ! Côté public Danakil, on est conscients que certains peuvent ne pas vraiment comprendre ce genre de collaboration et d'évolution dans notre musique. Mais pour l'instant les retours sont super positifs !OnDubGround : De notre côté on pensait que ce projet de collaboration n'allait pas plaire à une partie de notre public qui n'est pas forcément sensible au reggae français. Mais comme les Danakil nous ont laissé carte blanche on a rapidement changé d'avis quand on a commencé à remixer l'album et à s'approprier les morceaux. Au final on a l'impression que tout le monde s'y retrouve.Voyez-vous dans cette collaboration un moyen de toucher d'autres publics ?Mathieu Danakil : Pour moi c'est surtout l'occasion de rester connecté avec notre temps. On apprécie ce dub " musclé ", electro-trapisant, et avant tout, on se fait plaisir, par pur égoïsme ! Après si cela peut nous ouvrir sur un public différent, alors tant mieux. On est quand même sur une passerelle reggae-dub, ce sont des styles hyper proches, ce n'est pas comme si on arrivait avec un album remix death metal (rires).OnDubGround : Comme le dit Mathieu, cette collaboration était avant tout un plaisir musical avant d'être un moyen de communication. Cela étant dit, la rencontre avec Danakil est pour nous une aubaine, elle nous permet de faire écouter notre musique à un public qui ne nous connaît pas.Comment s'est fait le choix des nouveaux MCs invités ?Mathieu Danakil : On a échangé entre nous ! Selon les possibilités qui s'offraient à nous... Les connivences d'ODG et celles de Danakil, et surtout, en fonction de comment Art-X et Olo appréhendaient chaque morceau. Certains se prêtaient à des interventions de MC extérieur, d'autres non.OnDubGround : Oui, on a tous fait des propositions de collaborations et on s'est rapidement mis d'accord, on partage les mêmes envies, les mêmes goetucirc;ts musicaux. De notre côté on a voulu mettre en avant les talentueux MCs et amis de notre ville, Tours, à savoir Green Cross, Miscellaneous et Adam Paris.Comment avez-vous choisi les morceaux qui allaient accueillir des MCs et ceux simplement remixés ou déclinés en instrumentaux ?OnDubGround : On a commencé par choisir dans La rue raisonne les passages chantés qui nous intéressaient le plus et on a composé autour (Echo système, Paris la nuit, Lumière de la mémoire...). Pour les autres morceaux ça s'est fait au fur et à mesure de la composition. Plus on apportait des idées mélodiques ou des samples, moins il y avait de place pour des voix et inversement. En tout cas on voulait qu'il y ait de tout dans cet album, des morceaux chantés et des instrumentaux.Quels ont été les morceaux les plus faciles et les plus compliqués à revisiter ?OnDubGround : Il n'y avait pas vraiment de morceaux plus difficiles à remixer que d'autres. Ce qui était compliqué était de rester créatif sur treize tracks. Mais on a pris le temps qu'il fallait pour aborder chaque titre avec la même énergie. On n'a pas hésité à faire des changements radicaux dans nos compos quand il le fallait.Comment l'équipe Danakil a-t-elle réagi aux premières écoutes ?Mathieu Danakil : On s'attendait à un aussi bon résultat car on connaît les qualités d'Olo et Art-X. Après, on ne pensait pas qu'ils iraient aussi loin... Il y a un paquet de pépites pour nous sur cet opus. On apprécie tous, particulièrement, le remix de Papillons, qui est complètement barré, avec un beat et des claviers bien lunaires ! Gros kiff ! Les remixes en feat avec Patrice, Jamalski, Green Cross sont aussi dans notre top playlist ! Difficile de choisir en fait... L'album s'écoute d'un trait... Il est super équilibré.Manjul s'occupe habituellement des dubs des albums de Danakil. A-t-il joué un rôle dans celui-ci ?Mathieu Danakil : Non pas dans celui-là ! Mais ce n'est pas dit que Manjul ne revisite pas lui aussi La rue raisonne à sa manière... En ce moment il tourne avec nous et il est donc un peu éloigné de son studio Humble Ark. Chaque saison a sa raison a-t-il l'habitude de nous dire ! Time will tell !Quels sont respectivement vos artistes ou producteurs de dub favoris et vos artistes reggae français préférés ?Mathieu Danakil : Héhé. Citer ODG va nous faire passer pour des faux-culs mais qu'importe, on ne les aurait pas contactés si ce n'était pas le cas. Mungo's Hi Fi aussi, on court mettre la tête dans le caisson quand on partage un festival avec eux... Après on aime aussi les live bands comme High Tone, Zenzile, Improvisators Dub, qu'on écoutait beaucoup quand on était encore au bahut.OnDubGround : On a commencé à écouter du reggae en faisant le chemin inverse : on a d'abord découvert les groupes de dub français dans les années 2000 puis on s'est intéressés au dub jamaïcain et anglais avant de se plonger dans le reggae roots. Du coup on est plus sensibles au patois jamaïcain qu'à la langue française dans ce style. Et en France il n'y en a pas beaucoup mais on peut citer Rod Anton, Joe Pilgrim, et en groupe The Ligerians ou The Homegrown Band.Peut-on envisager une collaboration en live ?Mathieu Danakil : Ce n'est pas qu'on peut... c'est qu'on doit ! OnDubGround : On a déjà eu l'occasion de collaborer en live en octobre dernier et c'était franchement lourd ! Le public et nous tous sur scène avons pris un pied monstrueux, c'est à refaire ! (webremix.info)


The Tuff Lions - Spirit

C'est un beau projet que l'on vous propose de découvrir aujourd'hui, celui des Tuff Lions et leur album Spirit, entièrement interprété dans la langue de Shakespeare mais pourtant bien made in France. La vague Reggae French Touch ne cesse de s'étendre et trouve de nouveaux soldats dans l'équipe de Jahvie (chanteur lead du groupe) et Jo, co-auteurs des textes engagés et conscients que compte ce premier album.Spirit se compose de douze titres bien produits et dont la qualité sonore a été parfaite par Fabwize. Du roots reggae agrémenté d'arrangements et sonorités plus modernes et originales sont la marque de fabrique de l'effort, où cuivres, percussions et d'agréables lignes de basses répondent aux mélodies portées par des choeurs, synthés et guitares apportant une légèreté aux riddims.Parmi les titres qui nous ont marqués, on notera le morceau éponyme Spirit, l'excellent Green Queen, coup de gueule contre l'Etat et rendant hommage à la Marijuana, ou encore Good Livity. Le puissant My Lord s'écoute telle une prière. So Long est un mélange roots dubwise des plus lourds et délivre une belle force. On apprécie les petites bulles sonores, telles des scintillements, des alarmes, que nous procure le groupe sur plusieurs des titres. Dignes héritiers des valeurs que porte le reggae depuis cinquante ans, les Tuff Lions appellent à la révolte, invitant à briser les chaînes et s'unir face aux maux de la société. Une dimension plus festive est aussi présente avec des titres tels que Irie, et même spirituelle avec l'évocation de sa majesté impériale...Si l'accent de Jahvie reste encore à parfaire, on salue ce premier opus qui convaincra sans doute les programmateurs de salles et festivals amateurs de roots. Découvrez-les en live à l'occasion du Rebel Escape Festival à Toulouse le 25 novembre prochain.Tracklist :01 - New Day02 - So Long03 - Come To Fight04 - Good Livity05 - Wanted To Live06 - My Lord07 - Spirit08 - Zion Way09 - Woman Soul10 - Still Alive11 - Green Queen12 - This World (webremix.info)


Krak In Dub - Amazonite

Au printemps dernier on vous disait tout le bien qu'on avait pensé de l'EP Amazonite signé Krak In Dub... Cet EP annonçait un album du même nom que nous étions impatients d'écouter. Voici donc Amazonite, premier album de Krak In Dub sorti le 10 novembre sur lequel le dubmaker s'est entouré de sa famille musicale. On retrouvera donc le saxophone de Dubamix ou les différents instruments de Dubmatix, mais aussi des chanteurs habitués des productions de Krak In dub comme Troy Berkley, Echo Minott, Eva Lazarus ou Demolition Man.Comme à son habitude, Krak In Dub puise ses inspirations dans un large éventail de styles musicaux (reggae, dancehall, dub, electro, jungle, dubstep...) faisant de ses productions un savant mélange de tous ces styles. Sur Amazonite on retrouve donc au moins autant de style musicaux que d'invités, à commencer par du digital roots comme sur Some people, premier morceau de l'album sur lequel le flow de Demolition Man se promène répondant aux riffs de saxophone, ou encore I et I et I où la voix pleine d'énergie d'Eva Lazarus se marie parfaitement au flow hip-hop de Troy Berkley.Digital roots toujours avec Step by Step, et c'est cette fois Sr Wilson que l'on retrouve avec plaisir. Certains morceaux sont quant à eux plutôt dub stepper à l'image du sublime et enivrant Amazonite ou de Launch is Global dans un style plus dark et électronique. On reste dans le stepper avec Who Runs Science ou Feel no Way auquel Demolition Man vient donner des accents de dancehall. On trouve même une touche de ska dans une version hyper dynamique et dansante à souhait avec Stop sur lequel Jamalski fait forte impression. Krak In Dub est aussi amateur de jungle et il nous le montre avec Original Sample, When Gunshot Burst chanté par Echo Minott, ou encore Nu Specimen interprété par Troy Berkley.Krak In Dub nous offre plusieurs remixes en fin d'album, d'abord une version jungle de Some People, puis les 3 remixes d'Amazonite présents sur l'EP dont la version de Zion Train et celle chantée par Pupajim (Iodine 53).Voici donc un premier album réussi d'un artiste déjà confirmé qui nous offre une formidable plongée dans un univers où l'on trouve autant de morceaux chantés que d'instrumentaux, piochant dans un nombre impressionnant de styles musicaux, y ajoutant sa patte pour en faire 17 titres plus soignés les uns que les autres. Signalons que pour accompagner cet album, le beatmaker nous offre une rétrospective de ses différentes productions depuis 2003 avec 50 morceaux en téléchargement gratuit sur Soundcloud !Tracklist :1. SOME PEOPLE feat. Demolition Man2. AMAZONITE3. IetIetI feat. Eva Lazarus et Troy Berkley4. STOP feat. Jamalski5. WHEN GUNSHOT BURST feat. Echo Minott6. LAUNCH IS GLOBAL7. STEP BY STEP feat. Sr. Wilson8. SEEN INTERLUDE9. S=K LOG W10. DON'T FEEL NO WAY feat. Demolition Man11. ORIGINAL SAMPLE12. NU SPECIMEN feat. Troy Berkley13. WHO RUNS SCIENCE14. SOME PEOPLE Jungle DubEXTRA15. AMAZONITE "IODINE 53" featuring PupaJim16. AMAZONITE - Zion Train Remix17. AMAZONITE - Sound System Mix (webremix.info)


Jesse Royal- Interview Lily of da Valley

Jesse Royal fait partie des artistes de la nouvelle génération qui réinvente le reggae moderne. Particulièrement créatif, il s'affranchit du reggae jamaïcain pur et dur et en a sans doute surpris plus d'un avec son premier album Lily of da Valley sorti en octobre dernier. Emprunt d'une sagesse palpable malgré son jeune âge, Jesse a répondu à nos questions par téléphone pour nous en dire plus sur cet opus résolument novateur au concept soigné. Reggae.fr : 2017 est une année très importante pour toi. Tu as sorti ton premier album, mais tu as aussi accueilli un heureux événement n'est-ce pas ?Jesse Royal : Oui c'est vraiment une belle année. J'aime à dire que mon album est mon deuxième bébé (rires). C'est vraiment une bénédiction. Je remercie la vie.Parle-nous de ce titre Lily of da Valley qui a une connotation religieuse.Pour moi, Lily of da Valley est plus spirituel que religieux. Je vois ça comme un concept qui incite à ne pas se laisser happer par la peur. Il faut comprendre que même dans l'obscurité la plus profonde, il existe toujours de l'espoir, il y a tellement de possibilités qui s'offrent à nous, même dans ce qu'on croit être le néant. Au fond de la vallée, le lis ressort toujours, c'est cette métaphore qui m'intéresse. J'y vois aussi un autre concept. D'un point de vue moral, le Christ peut être vu comme un lis des vallées opposé au narcisse de Saron. Il a complètement bouleversé les codes du Royaume, de ce qu'est un Roi et de comment Il doit se comporter. Au lieu de rester assis sur Son trône à asservir le peuple, le Christ était dans les champs avec les pauvres, ceux qui avaient vraiment besoin de son message. Et Il a été capable de vulgariser le message de telle manière que même les hommes les plus simples d'esprit puissent comprendre. Lily of da Valley représente cela dans le sens où avec cet album on essaye de toucher tout le monde avec un reggae qui n'est peut-être pas conventionnel... Mais ça reste du reggae, car le message d'amour est bien présent.Est-ce aussi pour ça que tu as travaillé avec le label Easy Star ? Car ce n'est pas un label habitué à sortir du reggae purement jamaïcain, mais plutôt du reggae teinté d'influences pop, rock et world...Pas vraiment. Je les ai choisis tout simplement car je trouve qu'ils font du bon travail. Et comme ils étaient fans de ma musique, on a tout de suite trouvé un terrain d'entente. Mais en ce qui concerne la musique, tout le monde sait que la créativité a une importance capitale pour moi. Je ne fais de la musique que pour la musique, rien d'autre ne m'intéresse. Le reggae jamaïcain a ses limites et ce n'est pas parce que je viens de là-bas que je vais me noyer dans la masse du reggae purement yardie. Je suis influencé par de nombreux rythmes, de nombreux musiciens et poètes, de nombreux artistes, et ça se ressent forcément dans ma musique. On fait tous partie d'un immense univers et les arbres agissent sur les abeilles qui elles-mêmes agissent sur les êtres humains qui eux-mêmes agissent sur les poissons etc. C'est un tout. Il est important pour moi d'avoir confiance en la créativité, d'avoir confiance en notre esprit et en la raison pour laquelle nous sommes sur Terre. Et la seule manière de savoir pourquoi nous sommes sur Terre c'est de chercher, de chercher au plus profond de nous-mêmes à chaque instant. C'est ce que je fais. Donc quand la musique se manifeste, il y a des sons qui sortent auxquels les gens ne sont pas forcément habitués, mais au bout de compte, ça reste de la musique. "Le reggae jamaïcain a ses limites" Et justement, ta génération met beaucoup de temps à présenter sa musique. Les artistes du mouvement Reggae Revival attendent tous longtemps avant de sortir leur premier album. Toi comme Chronixx ou Kabaka, vous avez sorti des mixtapes et beaucoup de singles avant vos premiers albums. Est-ce une question de stratégie ?Je n'ai pas vraiment de stratégie en ce qui me concerne. Mais je sais que les choses forcées ne fonctionnent pas. Je préfère prendre mon temps pour être setucirc;r du résultat. Comme le dit mon frère Chronixx, "on fait ça par amour et pas pour les likes" (ndlr : référence au morceau Likes). Donc, on s'assure que tout ce qu'on présente au public est bien abouti. Les gens doivent sentir que ce que l'on présente comme notre art vient vraiment de notre coeur. Le temps est une variable qui n'est pas perçue de la même manière par tout le monde. Moi par exemple, je n'ai pas l'impression d'avoir attendu longtemps avant de présenter ce premier album, j'ai juste senti que c'était le bon moment. Quand tu es dans le ventre de ta mère, personne ne sait vraiment quand tu vas sortir. Certains disent qu'il y a un moment idéal, mais personne ne décide à ta place du moment où tu vois le jour. C'est pour ça que je considère cet album comme mon deuxième bébé, car il est né au moment où il était supposé naître. Ni avant, ni après. Et depuis sa sortie, je continue à apprendre des choses grâce à lui. J'ai toujours su que la patience donnait vie à des choses magiques.Comment l'album est-il accueilli à l'international ?etCcedil;a a très bien démarré car on était Netdeg;1 aux Etats-Unis, au Canada, au Japon et Netdeg; 4 en Angleterre dans les charts reggae dès la première semaine de sortie.L'album est-il bien perçu en Jamaïque malgré son côté crossover ?Oui ça va. Là-bas, les gens aiment bien le tune Generation avec Jo Mersa Marley. Life Sweet plaît pas mal aussi. C'est le genre de chansons qui parle plus aux Jamaïcains. Un reggae plus classique mais très moderne.A propos de Generation avec Jo Mersa Marley, comment en êtes-vous arrivés à collaborer ensemble ?Jo et moi sommes amis depuis l'adolescence. Même avant ça je dirais. On a toujours fait de la musique ensemble, avec Daniel Bambaata aussi. Quand j'ai enregistré Generation, on sentait qu'il manquait quelque chose, il fallait une énergie bretucirc;lante et j'ai pensé à Jo. Il a apporté exactement ce feu qui manquait.L'autre invité de cet album est Patrice. C'est plutôt rare de voir un Jamaïcain inviter un artiste européen sur son album...Patrice est mon frère, ce n'est pas un secret. Mais en plus de ça, il est un chanteur, parolier et producteur brillant. J'ai énormément de respect pour lui et pour son travail. Et c'est la même situation qu'avec Jo Mersa. J'ai d'abord fait ma partie sur Waan Go Home et on s'est dit qu'on pouvait ajouter quelqu'un qui comprenait ce sentiment de réfugié qui pense à son pays d'origine. Patrice était ravi qu'on ait pensé à lui et il a assuré.Le titre Finally était déjà sorti avant l'album, au moment de la légalisation de la marijuana en Jamaïque. Est-ce un message envoyé à ceux qui ne sont pas encore prêts pour ça, comme ici en France ?On peut le voir comme ça. Mais je pense que les gens sont prêts pour la légalisation en France. C'est juste que le gouvernement n'a pas encore réellement trouvé la façon dont il va tirer profit de cette légalisation. Mais ils ne peuvent plus nier les bénéfices de cette plante. Le monde entier est en train d'en prendre conscience et la génération d'aujourd'hui a accès a tellement d'information qu'on ne peut pas la duper. Je suis setucirc;r que dans les cinq prochaines années, la France passera à la légalisation.Parle nous du titre 400 Years qui est important pour les descendants d'esclaves.C'est une chanson qui se replonge dans la souffrance de mon peuple et de ma nation. Des générations et des générations ont traversé cette épreuve et si on ne se réveille pas aujourd'hui, on chantera "1000 Years". J'ai l'impression que mon peuple n'a pas compris la notion de liberté. La liberté ne doit pas se limiter au droit de vote ou à l'égalité des salaires. Il est temps pour nous de restaurer nos dynasties et notre gloire. Il faut arrêter de s'abriter derrière l'histoire de l'esclavage pour s'ériger en victimes. Dans cette chanson, je rappelle certaines atrocités et l'hypocrisie qui les entoure. Mais dans le troisième couplet, je dis que nous avons encore du travail à faire de notre côté. Il faut arrêter de se lamenter et de pointer du doigt sans cesse nos ennemis du passé car ça peut durer longtemps comme ça.Par le passé, tu as beaucoup collaboré avec Kareem Burrell, le fils de Fatis Burrell du label X-Terminator. Est-il impliqué dans cet album également ?Oui, il a produit le morceau Justice en collaboration avec Riff Raff.Avais-tu eu l'occasion de travailler avec son père également avant sa mort ?Oui, on a fait quelques morceaux ensemble qui ne sont toujours pas sortis. Mais tout vient à point à qui sait attendre...Avec quels autres producteurs as-tu travaillé sur cet album ?Il y a des gens comme Llamar 'Riff Raff' Brown ou Winta James qui a fait Modern Day Judas et Finally. J'ai produit moi-même l'instru de Full Moon.Ta génération avec Chronixx, Kabaka, Protoje et consorts a pas mal évolué depuis les débuts du mouvement Reggae Revival. Penses-tu que vous avez réussi à renouveler le reggae ?On a encore du travail, à n'en pas douter. La fondation sur laquelle on s'appuie est tellement grande, magnifique et solide que nous devons construire quelque chose de durable qui puisse protéger cette fondation et l'amener plus loin. On est tous prêts à apporter notre pierre à l'édifice, mais nous sommes nombreux donc je ne peux pas parler au nom de tout le monde. (webremix.info)


Liens : Artistes et Groupes de Reggae

reggaetom-comReggaetom.com

Toute l'actualité du reggae francophone : roots, ska, dub, ragga / hip-hop. Chroniques d'albums et de concerts, interviews, mp3, agenda, annuaire reggae...


boomblast-comBoomblast.com - Reggae Dancehall Live Radio

Boomblast est la première webradio basée en France à diffuser 24/24h et 7/7j du dancehall jamaïcain.


jahmusik-netjahmusik.net

Le premier webzine reggae ragga ska Dub.
Pationnés de reggae, retrouvez toute l'actualité du reggae ragga ska dub, des interviews, les news de Jamaique, des dossiers, des MP3, des cadeaux, les dates des concerts, les charts.


thekikoowebradio-comThe Kikoo Web Radio

The Kikoo Web Radio est une association qui à pour but de développer une Radio à tendance Reggae, Ska, Dub


reggae-frReggae.fr

Reggae.fr, le magazine reggae, toute l'actualité reggae, dancehall, ragga, dub, uk, kreyol. Agenda des concerts et festivals reggae, Reggae Tv et Reggae radio. Les mixs de mighty Sté en exclu et toutes les bonnes vibes.


webadub-comWEBADUB FM fwi radio

La radio et tele qui dit tout sur le reggae le dance hall local et international avec des clips et du son 24/24H.Vous pourrez acceder au tchat gratuit et ecouterez les nouveaux son de l'undergrounds Et surtout nos recettes itals les meilleures du net.


reggaefrance-comReggaefrance.com

Retrouvez la référence reggae-ragga, nombreuses interviews d'artistes jamaiquains & français, des nouveaux titres à l'écoute quotidiennement. Découvrez les nouvelles sorties 45t (écoute) et CD (chroniques). Chaque semaine, les news sur le reggae & le ragga. Une emission de radio est rediffusée chaque semaine. L'agenda des concerts et des sounds systems Paris et Province.


reggaelive-fr-stReggae made in Côte d'ivoire

Toutes les informations sur le reggae made in Côte d'Ivoire(Actualités,concerts, et bien d'autres...)



Vous pouvez Soumettre un Lien dans cette catégorie