Relations internationales

Actualité : Relations internationales

BCEAO : Mise en ligne du site internet du COFEB

La Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Bceao) porte à la connaissance des médias et du public de la mise en ligne du site internet du Centre ouest africain de formation et d'études bancaires (Cofeb) : https://cofeb.bceao.int. Selon l'institution, cet outil moderne de communication a pour rôle de contribuer au rayonnement du Cofeb et de renforcer son image aux plans régional et international. Son contenu est destiné aux professionnels des secteurs bancaire et financier, des (...) - 12. Décembre 2020 / 09. Nouveau site web (webremix.info)


Les firmes pharmaceutiques organisent l'apartheid sanitaire

Les 22 millions de séropositifs africains représentent 65 % des personnes atteintes par le virus du sida dans le monde. L'Afrique du Sud, particulièrement touchée, a fait de la lutte contre le fléau sa priorité. Mais, plutôt que de l'assister dans cette entreprise, les laboratoires pharmaceutiques, en (...) / Commerce international , Industrie pharmaceutique , Relations Nord-Sud , Propriété industrielle , Santé , Tiers-monde - 2000/01 (webremix.info)


3 novembre 1960 – 3 novembre 2020: il y a soixante ans, l’assassinat de Félix Roland Moumié

Le 3 novembre 1960, très tôt dans la matinée, l’avion transportant Marthe Ekemeyong épouse Moumié se pose sur le tarmac de l’aéroport de Genève. Cette dernière est convaincue que son mari est simplement malade. Une fois à l’hôpital cantonal de Genève, la femme du leader indépendantiste camerounais le trouve inerte, les yeux fermés. Elle comprend dès lors que son époux n'est plus de ce monde.

Dans la nuit du 16 au 17 octobre 1960, c'est après un dîner en compagnie de Jean-Martin Tchaptchet (président de la section France de l’UPC) et un journaliste nommé Claude Bonnet dans un restaurant genevois, que Félix Moumié ressent de premiers et violents troubles.

Félix Roland Moumié avait déjà rencontré ce journaliste (Claude Bonnet ) l’année précédente à Accra (où il vit en exil), puis à Genève en compagnie de Jean-Martin Tchaptchet.

En réalité, Claude Bonnet n’est pas un journaliste mais un ancien militaire français, membre du service de documentation extérieure et de contre-espionnage français. Il s’appelle en réalité William Bechtel et il a été choisi par les autorité françaises de l'époque pour mener à bien cette sale besogne.

"Durant le repas dans le restaurant huppé, Bechtel parvient à verser une dose de poison dans le pastis de Moumié, mais ce dernier ne semble pas vouloir boire. Voyant le dîner avancer, et sans doute par peur de louper sa cible, Bechtel introduit alors une nouvelle dose, cette fois-ci dans le verre de vin du leader. Vers la fin du repas, Moumié, qui n’avait jusqu’alors pas touché à ses verres est visiblement assoiffé. Il descend coup sur coup ses deux verres d’alcools. La double dose de poison va être fatale au nationaliste camerounais mais, en accélérant sa mort" (1)

Félix Roland Moumié se tordant de douleur, médécin de son état, diagnostique lui même un empoisonnement et se fait admettre dans une clinique privée le 17 octobre 1960. Il affirme à ceux qui étaient auprès de lui à Jean-Martin Tchaptchet et Liliane Folkner (Fille de joie) qu'il a été empoisonné par la Main rouge, organisation extrémiste tenue pour responsable des meurtres de plusieurs nationalistes algériens : Me Ould Aoudia à Paris, Aït Ahcène à Bonn et Aïssou à Bruxelles. Transféré à l'hôpital cantonal de Genève, placé dans un poumon d'acier, il agonise plusieurs jours et meurt le 3 novembre 1960.(2)

Conduit dès le lendemain à l’hôpital, Moumié hurle aux médecins qui le prennent en charge : « On a empoisonné mon verre ! »,se souvient le Dr. Daniel Pometta dans le documentaire "Mort à Genève" – l’empoisonnement de Félix Moumié, signé Frank Garbely. Moumié sombre peu après dans un coma profond et décède le 3 novembre 1960.

William Bechtel, est très vite recherché. Ce dernier ayant reservé un hôtel à Genève sous son vrai nom. Lors de la fouille de sa chambre par les policiers genevois, ces derniers découvrent des traces de thallium dans l’une de ses vestes. Un mandat d’arrêt international sera aussitôt émis puis rapidement annulé en France par le Sdece. Arrêté en 1974, en Belgique, puis extradé en Suisse en vue d’un procès, il est libéré sous caution contre 100 000 francs suisses (environ 92 200 euros). En 1980, son procès aboutira finalement à un non lieu.(3)

En dehors de William Bechtel, la police genevoise soupçonne également dans une autre version des faits une potentielle complice : une Française aux cheveux bruns nommée Liliane Folkner. Elle est soupçonnée d’être également en relation avec le Sdece.

Après l’assassinat de Félix Moumié sa dépouille a été transférée à Conakry, Guinée, òu elle a été embaumée et déposée dans un sarcophage. Quarante cinq ans plus tard après le décès de son époux, Marthe Moumié se rend sur la tombe de son mari. Elle entreprend une dernière tentative de tenir une vieille promesse. À la veille de sa mort, elle avait fait la promesse solennelle à Félix Moumié qu’il trouverait un jour son dernier repos au Cameroun. Mais la visite de Marthe au cimetière de Conakry prend une tournure dramatique : la tombe de Moumié a été profanée, le cercueil et la dépouille embaumée ont disparu. En pleurs, cette dernière s'exclame dans le film intitulé "Mort à Geneve", signé Frank Garbely "Il faut que la jeunesse soit au courant"..

Vu par les hommes du pouvoir de Ahmadou Ahidjo, le Dr Moumié était un homme dangereux, " un opposant farouche des puissances coloniales, un homme impitoyable refusant tout compromis, un anti-impérialiste fanatique, un cryptocommuniste à la solde de Moscou et de Pékin ". Mais dans les rangs des nationalistes, Moumié était plutôt " le plus affirmé des Camerounais, panafricaniste convaincu et homme d´honneur ". (4)

Bref parcours historique de Félix Roland Moumié

1940 : CM2 à l'école régionale de Dschang, où il obtient le certificat d'Etudes

1941 : Moumié admis au concours d'entrée à l'Ecole Supérieure Edouard Renard de Brazzaville.

1945 : Ecole professionnelle William Ponty à Dakar.

1947 : Retour au Cameroun, début de sa carrière professionnelle.

1948 : Um et Moumié se rencontrent à Kribi.

1950 : Moumié élu viceprésident de la conférence des partisans pour la paix.

1951 : participe au Festival de la Jeunesse de Berlin.

1952 : Participe à la Conférence Internationale pour la défense de l'Enfant de Vienne.

1952 : Moumié élu président de l'UPC.

1952 : Moumié est Battu aux élections à l'Atcam.

1952 : Moumié participe au congrès de l'Union Internationale des Etudiants de Bucarest en septembre.

1955 : Le 22 avril, Moumié et ses lieutenants émettent " la proclamation commune " et émeutes de Douala.

1955 : Le 13 juillet, interdiction de l'U.P.C au Cameroun Français et exil de Moumié au Cameroun Britannique.

1957 : Le 30 mai, interdiction de l'UPC au Cameroun Britannique et exil au Soudan.

1957 : Du 15 au 23 avril, Moumié assure le secrétariat de la conférence la conférence des [huit] Etats indépendants d'Afrique.

1958 : Asile au Caire.

1958 : Moumié assiste aux rencontres Afroasiatiques.

1959 : Création de l'Armée de Libération Nationale Kamerunaise (ALNK).

1958 : présent à la Conférence des Juristes Afroasiatiques de Damas

1958 : février, Moumié conduit la délégation de l'UPC à la 11ème session du Conseil de Tutelle.

1959 : mars, Moumié conduit la délégation de l'UPC à l'ONU pour exiger des élections avant la proclamation de l'indépendance.

1960 : Le 3 novembre, décès de Félix Moumié.

1- Pierre Houpert, Jeune Afrique
2- "Mort à Genève" – l’empoisonnement de Félix Moumié, Film du journaliste Franck Garbely
3- Journal l'Eveil Genevois, novembre 1960
4- Denis Nkwebo in Peuple Sawa

 Par Hugues SEUMO

(webremix.info)


Liquid Telecom Group et Cassava Fintech International lancent un réseau panafricain d'Internet sans fil

Le Kenya, l'Ouganda, la Zambie, le Rwanda et le Zimbabwe partagent désormais un réseau Internet sans fil commun baptisé #SasaiWiFiFinder. L'initiative pilotée par Liquid Telecom Group et Cassava Fintech International sera étendue à 7 autres pays d'Afrique où Econet Global Ltd jouit d'une présence. Le groupe télécoms zimbabwéen Econet Global Limited, à travers ses filiales Liquid Telecom Group (LTG) et Cassava Fintech International (CFI), a annoncé le 13 octobre 2020 le lancement d'un réseau Internet sans (...) - 10. Octobre 2020 / 10. Infrastructures (webremix.info)


Odebrecht : les Brésiliens aussi ont leur Bouygues

Aux yeux de beaucoup de Brésiliens, la multinationale Odebrecht incarne les dérives d'un capitalisme de connivence. / Afrique, Amérique latine, Brésil, Capitalisme, Commerce international, Développement, Économie, Énergie, Entreprise, État, Mondialisation, Multinationales, Parti politique, (...) / Afrique , Amérique latine , Brésil , Capitalisme , Commerce international , Développement , Économie , Énergie , Entreprise , État , Mondialisation , Multinationales , Parti politique , Protectionnisme , Diplomatie - 2013/10 (webremix.info)


« En Afrique, des licornes vont émerger dans les secteurs à fort potentiel »

Dorothy Tembo est, depuis janvier, Directrice exécutive par intérim du Centre du commerce international (ITC). L'agence conjointe de l'Organisation mondiale du commerce et des Nations Unies a pour mission de favoriser le développement inclusif et durable, grâce aux échanges et à l'essor du commerce international. Pour CIO Mag, la responsable, de nationalité zambienne, analyse les effets en Afrique de la pandémie de Covid-19 sur les petites et moyennes entreprises. Et revient sur les actions mises en (...) - 09. Septembre 2020 / 43. Portrait/Entretien (webremix.info)


Côte d'Ivoire : le Cyber Africa Forum annonce son partenariat avec le Forum International de la Cybersécurité

L'observatoire du Cyber en Afrique à l'initiative du Cyber Africa Forum CIberObs, annonce un partenariat stratégique avec le Forum International de la Cybersécurité (FIC), événement leader en Europe. Une alliance qui marque une étape majeure pour CIberObs dans sa démarche de fédération et de structuration des écosystèmes nationaux et régionaux de la cybersécurité en Afrique. Événements ouverts et engagés, le Cyber Africa Forum (basé à Abidjan, Côte d'Ivoire) et le Forum International de la Cybersécurité (...) - 09. Septembre 2020 / 14. Cybersécurité/Cybercriminalité (webremix.info)


Mali : Dans quel but s'y maintient l'Armée Française ?

Armée française au Mali : avec la chute du Président IBK, « nous n'avons plus de légitimité à agir » – vidéo PARTAGER SUR:FacebookTwitter Linked InEmail Afrique/4 septembre 2020/ Source:Réseau International /4 Commentaires/802 vues Par Jean-Baptiste Mendès Alors que la junte militaire qui a pris le pouvoir au Mali redessine les rapports de forces politiques, quel doit être le rôle de la France, dont l'armée est présente dans le pays depuis 2013 ? Entretien sans langue de (...) (webremix.info)


Le Sénégal remporte le 1er prix du concours international de l'UNESCO sur l'Intelligence artificielle en Afrique (webremix.info)


La Chine est-elle impérialiste ?

Jamais les échanges commerciaux entre la Chine et l'Afrique, en hausse de 89 % en deux ans, n'ont atteint de tels records. Pékin inonde de ses produits les marchés du continent noir et multiplie les investissements dans les pays du Sud, mais il aimerait ne pas établir de rapports de type colonial (...) / Afrique , Colonialisme , Commerce international , Économie , Géopolitique , Histoire , Impérialisme , Mondialisation , Matières premières , Diplomatie , Relations bilatérales - 2012/09 (webremix.info)


Comment Huawei participe au développement des compétences en Afrique (webremix.info)


« Il y a urgence à penser une stratégie numérique à l'échelle de l'Afrique » (webremix.info)


Afrique : Un rapport sur les nouveaux centres technologiques africains présente le soutien aux start-ups sur le continent (webremix.info)


Un fonds international va financer la Sonatel à hauteur de 50 millions de dollars (webremix.info)


Education : Programme de connexion à internet de toutes les écoles africaines, Kagamé est-il le bon choix ? (webremix.info)


RDC : le gouvernement décaisse 2 millions USD pour l’exécution du Projet de développement de la riziculture de Masina (webremix.info)


Coronavirus: le FMI craint une récession sévère pour l'Afrique subsaharienne

Les pays africains allègent peu à peu les mesures prises en mars dernier pour stopper la propagation de la pandémie de Covid-19. La plupart d’entre eux rouvrent certaines de leurs frontières. Mais dans son ensemble, l’Afrique subsaharienne pourrait voir ses revenus retomber à leurs niveaux d'il y a dix ans, selon Abebe Aemro Selassie, le directeur Afrique du Fonds monétaire international.  (webremix.info)


Covid-19 et communication digitale des gouvernants : Sénégal, Afrique du Sud et Côte d'Ivoire en haut du classement (webremix.info)


Coronavirus: le FMI prévoit une récession sévère en Afrique subsaharienne

Les pays africains allègent peu à peu les mesures prises en mars dernier pour stopper la propagation de la pandémie de Covid-19. La plupart d’entre eux rouvrent certaines de leurs frontières, mais dans son ensemble, l’Afrique subsaharienne pourrait voir ses revenus retomber à leurs niveaux d'il y a dix ans, selon Abebe Aemro Selassie, le directeur Afrique du Fonds monétaire international. (webremix.info)


Buju Banton - Interview Upside Down

Dix ans ! Dix ans que celui qui est devenu une légende - avec des titres comme Deportees, Murderer, Champion, It's All Over, Not An Easy Road - n'avait pas sorti d'album. Upside Down sort ce jour 26 juin (Roc Nation / Def Jam), avec 20 titres d'une grande qualité de production, des featurings à couper le souffle (Stephen Marley, Pharrell, John Legend ou encore Stefflon Don), et la voix rocailleuse du chanteur qui nous avait tellement manquée. Du dancehall moderne au roots, en pensant par du new roots très 90's et de l'afrobeat, Upside Down se veut un album riche, qui intéressera autant la jeune génération que les fans de la première heure. Dix ans aussi que nous n'avions pas pu nous entretenir avec Buju Banton. Dix ans dont une très grande partie passée en prison. La dernière fois que Reggae.fr croisait Gargamel c'était à Kingston et toute de suite l'artiste nous avait mis à l'aise en nous parlant du travail important que nous faisions en Europe.A l'occasion de cette sortie évènement, nous vous proposons de découvrir notre rencontre avec Buju, l'un des artistes les plus insaisissables de sa génération, un chanteur incandescent aux multiples polémiques (ses titres homophobes ont choqué une grande partie du public international...), dont le côté sage et spirituel a largement pris le dessus depuis sa libération fin 2018.Entretien : Reggae.fr : Tout d'abord, comment vas-tu en cette période de crise sanitaire et n'est-ce pas particulier de sortir ce nouvel album sachant que tu ne pourras pas tourner cet été pour le défendre ? Buju Banton : Tu sais, cet album je le sors en toute conscience. Si je n'avais pas quelque chose à dire, je ne l'aurais pas sorti. Mais que cette crise soit présente ou non, je sors cet nouvel album car le public a justement besoin de force, d'orientation et de motivation. Et mon public en particulier a attendu si longtemps. Il est de mon devoir en tant qu'artiste d'inspirer les gens et de les élever. Cet album ne sort pas en vain, car j'avais beaucoup de choses à exprimer et beaucoup de gens l'attendent. La justice, la liberté et l'égalité sont des valeurs essentielles que je me devais de diffuser.L'été dernier, nous avons eu la chance de te voir sur scène en Europe et en France en particulier (au Reggae Sun Ska) dans le cadre du Long Walk To Freedom Tour. Comment l'as-tu vécu ?J'ai beaucoup apprécié revenir en Europe et en France après 10 ou 11 ans d'absence. J'ai aimé retrouver mon public européen, que ce soit à Cologne en Allemagne, en France, aux Pays-Bas. Partager de nouveau ma musique avec les massives a été une telle expérience ! C'était même bouleversant à vrai dire. Il n'y a pas de mots pour décrire ce que j'ai ressenti mais si je devais en choisir un quand même ce serait " formidable ".Un peu plus tôt l'année dernière, en mars, tu donnais un concert au Kingston National Stadium, où tu étais attendu en véritable héros ...Oui là ce moment était différent de la tournée dont on parlait. C'était mon retour à la maison. C'était très émouvant, c'était le moment où je retrouvais ma famille musicale. Ton album, qui sort aujourd'hui 26 juin s'intitule Upside Down (ndlr : que l'on peut traduire par sens dessus dessous). Pourquoi ce titre ?Ce titre correspond tout à fait au monde dans lequel on vit. J'ai choisis ce titre bien avant que le monde ne sombre dans la crise actuelle mais regarde, il est plus que jamais d'actualité. Ce qui se passe aujourd'hui en est une nouvelle preuve, mais en réalité le monde est devenu un vrai bazar il y a bien longtemps déjà. Tout est sens dessus dessous. Mais ce titre évoque aussi le fait que l'on doit renverser la situation pour obtenir plus de justice, de liberté et d'égalité. Et cela correspond aussi à un mouvement global actuel où différents peuples s'élèvent pour un autre monde. Justement, comment vis-tu le mouvement #BlackLivesMatter qui a resurgit après la mort de George Floyd ?En tant qu'homme noir, je suis très particulièrement touché par ce mouvement oui. Il s'agit là encore de défendre les valeurs et les conditions d'égalité entre les hommes.Revenons à l'album, comment as-tu travaillé en termes de production ? Pour moi, la musique tu sais avant tout c'est une mission. Jamais dans ma vie je n'ai cessé de faire de la musique. Elle me vient du Seigneur pour que je puisse transmettre son message. Je travaille ma musique en toute humilité grâce à la lumière reçue du divin, de l'univers, de la vie. C'est naturel pour moi. Je sais faire beaucoup de choses, mais la chose la plus profonde en moi et que je fais le plus naturellement c'est la musique. Ma musique exprime ce que je suis et partager ma musique avec le public est ce que je sais faire, élever les massives, les éduquer. Alors au de-là de la production, pour moi ce qui compte c'est l'effet de la musique, c'est ce que la musique procure et procurera toujours. Ndlr : le producteur historique de Buju Banton Donovan Germain est largement présent sur l'album, de même que des producteurs tels que Dave Kelly (Beanie Man, Bounty Killer) ou encore Shane Brown (Protoje, Lila Iké). Mais quel a été ton processus de création sur cet album ? Ecris-tu tous les jours ? Oui j'écris tous les jours, mais pas une chanson par jour (rires). Le processus de création est simple mais je suis là pour parler du produit fini et pas de mes secrets de fabrication (rires). A l'image des singles dévoilés avant la sortie de l'album tels que Steppa, Trust, Blessed, Memories, le projet est éclectique, riches en styles avec des morceaux plus roots, d'autres clairement modernes et dancehall. C'est très important pour moi qu'il y ait de la diversité dans un album. Quand j'écoute un album dans ma voiture, j'ai besoin de différents temps, différents styles et je pense pareil quand je fais un album. Je déteste la monotonie et la créativité va de paire avec la diversité pour moi. Peut-on évoquer en particulier la chanson Steppa ?Quand je suis retourné chez moi en Jamaïque, j'ai vu tous ces gangs et toute cette violence. Je me suis dit que j'avais un devoir vis-à-vis de ces jeunes, leur démontrer qu'on n'était pas obligé d'être dans un processus de destruction mais qu'on pouvait aussi progresser, s'élever, devenir un homme meilleur pour sa famille et l'humanité entière. Ce morceau est une aide pour ces jeunes. Parmi les featurings de l'album, on retrouve Stephen Marley sur Yes Mi Friend, une reprise de Duppy Conqueror de Bob Marley. Peux-tu nous parler de cette collaboration ? Stephen Marley est mon ami depuis de nombreuses années. Il ne m'a jamais laissé tomber. Il a toujours été là pour moi et je suis toujours là pour lui. Et Duppy Conqueror selon moi est une chanson très importante qui traite de l'essentiel. Je remercie Stephen de m'avoir prêté cette chanson ... On a travaillé ensemble par le passé et c'est un plaisir de le retrouver ce track. Stephen est un vrai et sincère ami, et quelqu'un d'intègre. Yes Mi Friend !Un des autres featurings dont je voulais te parler est la chanson Cherry Pie avec Pharell.Cette collaboration s'est faite grâce au label Roc Nation avec qui nous sortons cet album. Roc Nation est une maison de disques dynamique, grâce à laquelle je peux faire fusionner mon travail et mon talent avec d'autres grands musiciens actuels et avoir accès à ses artistes internationaux. L'album se clôt par le morceau afrobeat Unity. Une ouverture sur l'Afrique qui t'est chère. Il faut comprendre que je suis un africain. Je me souviens avoir été le premier artiste dancehall à jouer au Zimbabwe, Ghana, Malawi, Ouganda ... Cette chanson est bien setucirc;r un hommage à l'afrobeat mais surtout à Fela. Fela Kuti le grand, qui a aussi aidé à créer et stimuler la musique en général. Le plus grand problème de l'homme noir, c'est l'unité. Comment empêcher la division ? par l'unité. Comment empêcher qu'on nous contrôle ? par l'unité. Comment briserons-nous ces chaines ? par l'unité. Est-ce que tu crois qu'un artiste doit avoir souffert pour arriver à créer de la bonne musique ? Et bien de mon point de vue, la souffrance m'a fait réaliser que la vie n'est pas facile ... It' not an easy road. Tout le monde porte son fardeau tu sais, c'est ce que nous a appris notre père, grand-père et parrain musical Bob Marley. Comme il le chantait " Every man thinketh his burden is the heaviest " (ndlr : chaque homme pense porter le plus lourd des fardeaux).Qu'est-ce que tu écoutes actuellement ?J'écoute toute sortes de musiques différentes. J'écoute bien setucirc;r des artistes jamaïcains mais aussi beaucoup d'artistes ghanéens et nigérians, sénégalais. En particulier j'apprécie Burna Boy, Stonebwoy, Wizkid ou encore Davido. Si tu n'avais pas eu la musique dans ta vie, qu'est ce que tu aurais fait de ta vie ? J'aurais été un soudeur. C'était ma profession. Soudeur scaphandrier professionnel. Qu'est ce que tu voudrais ajouter à l'attention de nos lecteurs et auditeurs français.Je voudrais apporter tout mon soutien au public français et en particulier aux Gilets Jaunes. Il ne faut rien lâcher. Vous devez continuer à vous soulever et vous battre pour vos droits. Vous devez écouter cet album. Il est fait pour vous ! (webremix.info)


Togo : La décision de la Cour de justice de la CEDEAO envoie un message clair que les coupures volontaires d'Internet violent la liberté d'expression (webremix.info)


Antar Yahia: «Jouer la Coupe du monde 2010 sur notre continent a décuplé notre plaisir»

Antar Yahia, grâce à un but face à l’Égypte, a qualifié l’Algérie pour le Mondial 2010 en Afrique du Sud, après vingt-quatre années d’absence au niveau international. Pour RFI, l'ancien joueur de l'Inter Milan se souvient de la Coupe du monde 2010, à l'occasion des dix ans de la seule édition sur le continent africain. (webremix.info)


Cybersécurité et souveraineté numérique (webremix.info)


Tchad: la Première dame porte plainte contre un ancien ministre après une vidéo virale

Au Tchad, une guerre d’interprétation oppose des avocats autour de l’immunité d’un fonctionnaire international tchadien qui s’en est violemment pris à la première dame et sa fondation dans une vidéo. Malgré sa suspension par la Commission économique et monétaire des états de l’Afrique centrale (CEMAC), la justice tchadienne n’a toujours pas entendu Yaya Dilo. (webremix.info)


Internet : « 2Africa », le câble sous-marin géant qui doit améliorer la connexion du continent (webremix.info)


Internet: «2Africa», le câble sous-marin géant qui doit améliorer la connexion du continent

37 000 km autour du continent africain. C’est un projet gigantesque annoncé cette semaine par un consortium de 8 sociétés dont Facebook, le Français Orange et China Mobile International : la construction d’un câble sous-marin baptisé « 2Africa » qui partira du Royaume-Uni, direction le Portugal pour ensuite faire le tour de l’Afrique. Ce câble, qui doit être opérationnel en 2023 ou 2024, devrait améliorer l’accès du continent à Internet. (webremix.info)


2Africa : des partenaires internationaux et africains annoncent la construction d'un câble sous-marin novateur pour une future connectivité Internet en Afrique (webremix.info)


[Webinaire ] Enseignement à distance en Afrique, une réponse au COVID 19 : Vers la création d'un réseau IT des Universités Africaines (webremix.info)


L'improbable saga des travailleurs africains en Chine

Vingt mille Africains officiellement, mais près de 100 000 selon un chercheur de l'université de Hongkong, ont élu résidence ou sont de passage dans un quartier de Canton, cette « Africatown » coincée entre voies rapides, autoroutes suspendues et chemins de fer. / Afrique, Chine, Commerce (...) / Afrique , Chine , Commerce international , Migrations , Racisme , Travail - 2010/05 (webremix.info)


Prix Carmignac du photojournalisme 11e édition République démocratique du Congo (webremix.info)


Une application d'évaluation des symptômes du covid-19 proposée par Startimes (webremix.info)