Relations internationales

Actualité : Relations internationales

Yves Eonnet, Président de TAGPAY : « L'Afrique est le continent le mieux placé pour faire éclore les offres de banques digitales »

La pandémie du covid-19 a rappelé l'importance du digital au cœur des processus de développement. Le secteur financier n'a pas été en reste en assurant la continuité des transactions malgré les restrictions et mesures barrières. La Fintech TAGPAY a profité de cette opportunité pour montrer l'importance des technologies bancaires dans ce contexte. AllAfrica.com a saisi le déploiement de Masrvi, l'outil digital de la Banque Mauritanienne pour le commerce international, pour interpeler Yves Eonnet, patron de (...) - 07. Juillet 2021 / 43. Portrait/Entretien (webremix.info)


Cybersécurité : le Bénin classé 6e en Afrique

Les efforts de sécurisation du cyberespace et des infrastructures numériques du Bénin sont reconnus à l'international. Le Global Cybersecurity Index (GCI) de l'Union internationale des télécommunications (ITU) vient de livrer son classement 2020 dans lequel le pays est logé à la 6e place devant le Sénégal, la Côte d'Ivoire et le Rwanda. 8e au niveau africain en 2018, le Bénin fait un bond et s'aligne désormais sur l'échiquier des grandes nations en matière de cybersécurité. C'est le Global Cybersecurity (...) - 07. Juillet 2021 / 14. Cybersécurité/Cybercriminalité (webremix.info)


SoftBank Corp et Smart Africa ont signé un accord de partenariat pour faciliter l'accès au haut débit à petit prix en Afrique

Depuis l'année dernière, la connectivité à haut débit a gagné davantage en valeur dans les enjeux de croissance économique de l'Afrique. Aux côtés de divers partenaires internationaux, Smart Africa Alliance multiplie les actions pour accélérer son développement sur le continent. La société holding japonaise SoftBank Corp, détentrice d'investissement à l'international dans les secteurs des télécommunications et du mobile, annonce la signature d'un mémorandum d'entente avec le secrétariat de Smart Africa (...) - 06. Juin 2021 / 29. Politiques africaines (webremix.info)


Islam Slimani devient ambassadeur de la super app temtem One

Islam Slimani, champion d’Afrique et joueur de l’olympique Lyonnais devient ambassadeur de la super app temtem One. Notons que c’est la première fois, en Algérie, qu’un international prête son image à une startup. Islam Slimani est un des joueurs les plus doués de sa génération. Le footballeur a su s’imposer dans les plus grands clubs […]

Cet article Islam Slimani devient ambassadeur de la super app temtem One est apparu en premier sur Algérie Focus.

(webremix.info)


Enquête sur le pillage des objets d'art

Phénomène en pleine expansion, le trafic de biens culturels est essentiellement dû à la spéculation acharnée qui règne dans les pays abritant les grands marchés artistiques de la planète. Les nations du Sud sont particulièrement frappées par la perte souvent irréparable de leur patrimoine culturel. Quant (...) / Afrique , Irak , Nigeria , Art , Culture , Droit , Droit international , Relations Nord-Sud , Mali - 2005/01 (webremix.info)


E-commerce : « le Bénin entend créer les conditions pour le développement du secteur privé »

La Commission des Nations-Unies pour le droit commercial international (CNUDCI) et l'Organisation pour l'harmonisation en Afrique du droit des affaires (OHADA) ont récemment organisé, avec le soutien de l'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), un webinaire sur les enjeux et défis juridiques de l'économie numérique en Afrique et dans la sphère francophone. Invités à cette e-conférence, le Bénin, le Togo, la Guinée, la Côte d'Ivoire et Madagascar, ont défendu la vision et les avancées du (...) - 05. Mai 2021 / 03. Economie numérique (webremix.info)


Le Mali demande à signer immédiatement un accord militaire avec la Russie

Le Mali demande à signer immédiatement un accord militaire avec la Russie PARTAGER SUR:FacebookTwitter Linked InEmail Source:Afrique/29 mai 2021/Réseau International Le Mali veut conclure immédiatement un accord militaire avec la Russie.- NDLR. : Coup de tonnerre et tempête dans les cranes et sphères impérialistes de l'OTAN ! Et cela semble être la volonté du Peuple ! Que Vive la Souveraineté des Peuples !Frontières effacées sous leurs pas Souverains, lança notre célèbre Poète et (...) (webremix.info)


De quelle unité nationale parlons nous au Cameroun ?

Le Cameroun célèbre ce 20 mai 2021, dans un contexte de crise sanitaire lié au Covid 19, la 49e édition de sa fête nationale. Cette célébration de la fête nationale intervient également dans un contexte socio-politique tendu, notamment par le conflit armé qui sévit dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest, les deux régions anglophones sur les dix que compte le pays.

Depuis 49 ans, la situation sociopolitique du Cameroun laisse nettement transparaître des fissures vues au prisme de la réalité sociétale dans un vaste chantier de construction d’une nation Camerounaise qui tarde à décoller.

Ce 20 mai 2021, les Camerounais ne célébreront pas dans la liesse populaire, les festivités marquant la 49è édition de la fête Nationale. En raison de la pandémie du Coronavirus, les autorités ont annulé l’aspect festif marqué notamment par le défilé civil et la parade militaire, sans oublier les autres manifestations qui ont souvent agrémenté cette célébration.

Depuis l’institution de la fête de l’Unité le 20 mai 1972, c’est pour la troisième fois dans l’histoire que les Camerounais ne vont pas fêter. La première fois, c’était le 20 mai 1984 au lendemain du putsch manqué contre le Président Paul Biya le 06 avril 1984, la seconde c'était l'année dernière à cause de la pandémie du Coronavirus.

Près d’un demi-siècle plus tard, cette Unité nationale a connu des soubresauts et dont l’exemple le plus illustratif se traduit par la situation sociopolitique tendue dans les régions anglophones du Nord-ouest et du Sud-ouest, en butte à des violences sécessionnistes depuis 2016.(...)

Quid sur la constitution du Cameroun

Toutes les constitutions successives du Cameroun jusqu'à la dernière promulguée 1996 et modifiée en 2008 ont toujours été une modalité de construction et d'imposition de l'identité nationale. Identité nationale comme toute identité politique, est construite dans un contexte de concurrence, de conflits. Ce sont les acteurs politiques dominants qui en fin de compte déterminent le patrimoine identitaire commun, patrimoine traversé par la dialectique de l'universalité et du particulier, de l'identité nationale compacte et de l'identité nationale segmentée ou relâchée.

Malheureusement, une fois de plus au Cameroun, les questions à colorations identitaires ne cessent de diviser le pays. Ce point de vue n'est rendu possible que si nous jetions un bref regard rétrospectif dans l'histoire de ce pays.

Brefs rappels historiques

Par le traité du 12 juillet 1884 Le Cameroun était devenu un protectorat allemand. Ce pays sera successivement sous mandat de la Société des Nations en 1918 et sous la tutelle de l'ONU le 19 décembre 1946 et administré respectivement par la France et la Grande Bretagne. Ces deux puissances colonisatrices vont imprimer leur politique dans la gestion des deux Cameroun.

Le Cameroun, divisé ainsi en deux zones, devenait pour reprendre Omer Bagandza dans Histoire d'Afrique contemporaine, " un objet de droit international". Dès lors, une mission sera assignée à la France et à la Grande Bretagne par l'ONU. C'elle de préparer les Camerounais à une autonomie avancée et à une indépendance totale avec le strict respect de la dignité humaine et des libertés fondamentales.

Ainsi, apparaissant comme une entité étatique il obtint son indépendance le 1er janvier 1960.

Déjà en 1959, dans la résolution 1350 (XIII) du 13 mars 1959, l'Assemblée Générale des Nations Unies avait demandé que l'autorité administratrice du pays organise sous la surveillance de l'ONU, des plébiscites séparés dans la partie septentrionale et dans la partie méridionale du Cameroun sous administration britannique " afin de déterminer les aspirations des habitants du territoire au sujet de leur avenir ". Ces plébiscites séparés, organisés les 11 et 12 février 1961 ont été remportés par les partisans de l'unification par 237 575 voix contre 97 741 voix pour le ralliement au Nigeria.

De ces résultats obtenus, un projet constitutionnel viendra faire prévaloir un Etat fédéral avec une Constitution très centralisée en lieu et place d'une province autonome tel que l'avait souhaité le public anglophone.

C'est ainsi que la " Southern Cameron " s'est retrouvé impliqué en février 1972 à la formation d'un Etat unitaire centralisé. Entreprise salutaire... Mais, qui dans le fond, suscite des inquiétudes diverses de la part des populations issues des provinces anglophones du Cameroun.

Aujourd'hui, des revendications sécessionnistes ont réapparu dans un climat de tension et de violence. Plusieurs mouvements se sont crée pour revendiquer leur appartenance solidaire à une partie du pays qui s'estime lésée par l'autorité centrale. Selon ces derniers, du président Ahidjo à BIYA, plusieurs manœuvres économiques sont contre eux (anglophones). Ils arguent qu'ils ne bénéficient pas des retombées de l'hydrocarbure "offshore" du large de la péninsule qui borde le Golfe de Guinée.

Pour reprendre le Pr ABOYA," En tant qu'entité fédérée, une exploitation pétrolière à partir d'un compte hors budget tel que l'imaginaient Ahmadou Ahidjo et les autorités françaises aurait provoqué la création d'un gouvernement décentralisé ". Surtout que certaines sensibilités politiques dans ce sens avaient été maintenues dans cette pluralité qui remporta tous les combats face au Nigeria à l'époque. Personne, mieux que le Président Ahmadou Ahidjo qui avait déjà été confronté à de violentes réactions de la part des autorités anglophones à l'époque du "maquis" ne pouvait le savoir."(1)

A l'évidence de nos jours, toutes les manœuvres ont contribué à modifier le paysage socio-politique. Toutes les grandes décisions du pays partent de Yaoundé.

Autre constat, les anglophones se considèrent comme des citoyens abandonnés, même s'il est vrai qu'aucune disposition légale ne le stipule.

Plusieurs fois, ces anglophones se sont réunis à Buea, en février 1993, dans le cadre de la "All Anglophone Conférence I" (AAC) pour poser le problème de "l'annexion" du territoire anciennement dénommé "Southern Cameroon. Il en est de même pour les rencontres de 1994, 2000 à Bamenda. C'est ainsi qu'en 1995, au cours de leurs différentes Assemblées, ils prirent position pour une plus grande décentralisation voire la création d'un Etat fédéral

Las d'attendre la réaction du pouvoir en place, la Southern Cameroon National Council avait proclamé en décembre 1999 l'indépendance de ces deux provinces sur les ondes de la CRTV Buéa (radio provinciale du sud-ouest). Pour eux, il faut mettre fin à ce processus d'annihilation historique d'une identité particulariste.

Le réflexe de violence de l’Etat camerounais a ainsi plongé ses racines dans le passé colonial du pays. Au soir de l’ordre colonial, l’administration française, dans le but de garantir la permanence de ses intérêts locaux, entreprit d’éliminer le mouvement nationaliste de la scène politique légale et confia le pouvoir à ses clients indigènes ; « Ceux-là même qui n’avaient joué aucun rôle dans le combat nationaliste du côté révolutionnaire ou du côté modéré » (3). Pour résister à la vague de contestations nées de ce paradoxe, le pouvoir instaura très tôt un régime de violence et de brutalité qui se déchaîna contre les nationalistes radicaux.

L’État a également affiché sa volonté de bâtir la nation sur le socle de la violence et de l’arbitraire à travers la question de la minorité anglophone du pays. Le processus de centralisation du pouvoir qui a vu les deux États fédérés du Cameroun oriental et du Cameroun occidental se fondre dans une république unie en 1972 est finalement apparu aux anglophones comme une politique d’assimilation culturelle menée à leur encontre par la majorité francophone. Le référendum du 20 mai 1972 sur l’unification a lui-même été dénoncé à posteriori comme un acte imposé par son seul initiateur, Ahmadou Ahidjo (4)

Mais le malaise anglophone qui s’est exprimé publiquement dès la première moitié des années 1980 (6) n’a jamais trouvé d’oreille attentive du côté du gouvernement camerounais qui s’obstine à le nier et s’est par conséquent refusé à tout dialogue avec les activistes anglophones. Ces derniers, à l’exemple de l’avocat Fon Gorji Dinka, Albert Mukong ou encore Justice Frédéric Ebong, ont souvent été arrêtés et emprisonnés. Face à l’obstination du pouvoir camerounais, les mouvements anglophones ont progressivement radicalisé leur position. En 1990, John Ngu Foncha, ancien premier vice président de la république fédérale et « architecte »anglophone de la réunification, a démissionné du R.D.P.C, le parti au pouvoir, où il occupait la vice présidence et s’est rallié à la cause fédéraliste (18). Depuis 1997, de violents affrontements, parfois sanglants, ont opposé les forces de l’ordre aux manifestants du Southern Cameroon National Council (SCNC), un mouvement sécessionniste apparu au milieu des années 1990 ; ce dernier avait symboliquement déclaré l’indépendance de la région anglophone du pays le 31 décembre 1999 et hissé un drapeau indépendantiste à Limbe quelques jours plus tard (19). Des initiatives de ce genre et le spectre de la violence que les sécessionnistes agitent en permanence montrent bien que la politique de l’autruche que pratique l’État pourrait conduire, à terme, à une situation similaire à celle de la Casamance au Sénégal ou même du Sud-Soudan.

Et alors...

Nous pensons qu'il est urgent de mettre sur pied au Cameroun une véritable politique de décentralisation en guise de thérapie face des velléités de revendications séparatistes.

Le pouvoir de Yaoundé a-t-il tiré les leçons du mal anglophone ? Rien n'est moins sûr. Au Cameroun, on n'aime pas réfléchir sur les évidences. On gère le temps, en attendant la tempête.

Seule une mise en œuvre effective des institutions consacrant la décentralisation, corollaire d'une autonomie effective, pourrait éloigner le pays des accès de tension ". Faudra-t-il le rappeler, l'identité nationale au Cameroun devra s'intégrer dans la perspective de la "communalisation" suivant l'expression de Max WEBER et plus précisément une relation sociale fondée sur le même sentiment subjectif des citoyens d'appartenir à une même communauté.

Cette dynamique est liée à une prise en charge politique de la communauté. Malheureusement, cela ne semble pas envisagé de si tôt.

La question tribale

Au Cameroun, la haine publique et la stigmatisation socio-ethnique prennent des proportions inquiétantes. C’est un constat fait par les observateurs de la scène sociopolitique camerounaise qui dénoncent de telles dérives très visibles dans le champ politique, la société et dans les médias.

Les Camerounais en 2021 ont tendance à s’identifier surtout avec leur ethnie ou leur tribu. Cela se confirme d’ailleurs dans leur modus vivendi. « Le sectarisme communautaire s’est développé à tel point que les mises en place dans les cabinets politiques, les entreprises publiques, l’administration publique, la diplomatie… a tendance à obéir à la vision familiale, clanique, villageoise, tribale...

Nous pensons qu'il est temps de revenir aux grands ensembles géopolitiques, administratifs et économiques, aux pools de développement où les brassages humains et culturels seraient favorisés par la forte circulation des personnes et des biens à travers de grandes surfaces géographiques. “Plus les citoyens vont se cloisonner dans leurs clans, leurs villages, leurs secteurs, et davantage vont se développer des sentiments et des comportements de haine tribale, ethnique et des conflits de cohabitation” (2).

L’instrumentalisation de l’ethnie participe de la même entreprise de subsistance. Le pouvoir, se sentant contesté et acculé par les masses mécontentes, se comprime et cherche appui sur certaines régions dont il s’est assuré le soutien par la distribution de prébendes et d’en sert comme rempart en s’efforçant de donner une coloration tribale à la revendication sociale. Il espère ainsi briser le front de la contestation dirigé contre lui et rallier à sa cause une frange de la population en jouant sur la fibre tribale et en invoquant d’autres considérations d’ordre « zoologique ». L’objectif final de ce système de balance tribale, comme celui de l’ensemble de ses autres formes de violence étant, pour le pouvoir post-colonial, de sauver ce qui, pour lui, est essentiel : sa reproduction et la pérennisation de son hégémonie.(7)

(1)Aboya Endong Manasse, Menaces sécessionnistes sur l’État camerounais. in Le monde diplomatique, décembre 2002
(2)La tribalisation des constitutions africaines: Le cas du Cameroun, Hugues Seumo, Editions Nakon,1992
(3)Richard Joseph, Le mouvement nationaliste au Cameroun, Paris, Karthala, 1986, p.22
(4)Les Cahiers de Mutations, n° 011, mars 2003, P.14 ; voir également le n° 18, janvier 2004, P.14
(5) Piet Konings, Le problème anglophone au Cameroun dans les années 1990 , in politique africaine, n° 062, juin 1996
(6) Sur l’assassinat de Um Nyobe et l’ostracisme qui s’en suivit, voir Achille Mbembe,La naissance des maquisards dans le Sud-Cameroun, Paris, Karthala,1996, pp.13-17
(7) YVES MINTOOGUE, La fabrication de l’unité nationale au Cameroun : dynamique consensuelle ou projet hégémonique ?, www.africulture.com 

© Hugues SEUMO

(webremix.info)


Frank Kié : « Le Cyber Africa Forum s'est donné pour mission de remettre le risque cyber au cœur des enjeux de l'Afrique »

Réalité et évolution de la cyber-menace dans le contexte de la pandémie, lutte contre le cyber-crime, coopération inter-Etats à l'échelle du continent... Frank Kié, fondateur et commissaire général du Cyber Africa Forum revient sur les enjeux de la cybersécurité face à la montée de nouvelles menaces en Afrique. La Tribune Afrique - Vous organisez en juin prochain en Côte d'Ivoire un forum international dédié à cybersécurité. Le calendrier est-il maintenu ? Sera-t-il en présentiel ? Frank Kié - Nous avons (...) - 05. Mai 2021 / 43. Portrait/Entretien (webremix.info)


1992-2021 : la désescalade africaine de Millicom-Tigo en 6 étapes

Millicom International Cellular (MIC), opérant sous le nom commercial de Tigo, a officiellement mis fin à sa présence en Afrique. Initiée il y a cinq ans, la stratégie de sortie du groupe télécoms luxembourgeois a été actée lundi 19 avril, justifiée par un marché africain rendu de plus en plus difficile par des concurrents plus ambitieux et la multiplication des contraintes réglementaires. Les 29 années de présence africaine de Millicom International Cellular au cours desquelles le groupe télécoms a (...) - 04. Avril 2021 / 61. Sentel/Tigo (webremix.info)


Le Consortium Axian reprend l'ensemble des ope?rations de te?le?coms de Millicom en Tanzanie et a? Zanzibar

Un Consortium dirige? par le Groupe Axian a signe? un accord avec MILLICOM International Cellular S.A. concernant la vente de Tigo Tanzania et de Zantel a? Zanzibar. La finalisation de la transaction est soumise aux conditions de clo?ture habituelles et aux approbations re?glementaires. Le partenariat dirige? par Axian re?unit divers experts des te?le?communications qui ont de?ja? lance? et de?veloppe? des marques leaders sur leur marche? a? travers l'Oce?an Indien, l'Afrique et l'Europe. Le Groupe (...) - 04. Avril 2021 / 49. Téléphonie (webremix.info)


La BCEAO mène des réflexions sur une possible émission de monnaie digitale

Des défis récents dans le système financier international ont amené les banques centrales à envisager des émissions de monnaies digitales. La Zone UEMOA n'échappe pas à cette tendance. En zone CFA, les enjeux sont plus importants encore et touchent à la souveraineté monétaire. La Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest mène des réflexions sur plusieurs thèmes en rapport à la digitalisation, dont celle d'une émission de monnaie digitale. « Cette question est sur toutes les tables des banques (...) - 04. Avril 2021 / 05. Fintech (webremix.info)


Les transformations de l'économie continentale

Les liens avec les anciennes puissances coloniales ont logiquement déterminé la manière dont le continent noir s'est inséré dans la mondialisation. Toutefois, si les rapports commerciaux avec les pays européens restent prépondérants, les pays émergents jouent un rôle croissant dans les économies (...) / Afrique , Commerce international , Dette , Développement , Économie , Inégalités , Mondialisation , Spéculation , Télécommunications , Monde - Afrique (webremix.info)


Sécurité alimentaire en Afrique: les statistiques de commerce international, nerf de la guerre

Les statistiques du commerce en Afrique, notamment dans le secteur des produits agricoles et alimentaires, sont connues pour être très mal mesurées, avec une marge d’erreur souvent considérable. Cela pénalise substantiellement les politiques de sécurité alimentaire des gouvernements du continent. On peut faire mieux, avec un partenariat bien structuré entre opérateurs privés, interprofessions, instituts nationaux de statistiques et institutions internationales.

(webremix.info)


Orange International Carriers fournira en Afrique de l'Ouest la solution de diffusion de contenu de Côte Ouest Audiovisuel (webremix.info)


Rapport A4AI 2020 : le Bénin se démarque par la disponibilité des infrastructures numériques (webremix.info)


BCEAO : Mise en ligne du site internet du COFEB (webremix.info)


Les firmes pharmaceutiques organisent l'apartheid sanitaire

Les 22 millions de séropositifs africains représentent 65 % des personnes atteintes par le virus du sida dans le monde. L'Afrique du Sud, particulièrement touchée, a fait de la lutte contre le fléau sa priorité. Mais, plutôt que de l'assister dans cette entreprise, les laboratoires pharmaceutiques, en (...) / Commerce international , Industrie pharmaceutique , Relations Nord-Sud , Propriété industrielle , Santé , Tiers-monde - 2000/01 (webremix.info)


3 novembre 1960 – 3 novembre 2020: il y a soixante ans, l’assassinat de Félix Roland Moumié (webremix.info)


Liquid Telecom Group et Cassava Fintech International lancent un réseau panafricain d'Internet sans fil (webremix.info)


Odebrecht : les Brésiliens aussi ont leur Bouygues

Aux yeux de beaucoup de Brésiliens, la multinationale Odebrecht incarne les dérives d'un capitalisme de connivence. / Afrique, Amérique latine, Brésil, Capitalisme, Commerce international, Développement, Économie, Énergie, Entreprise, État, Mondialisation, Multinationales, Parti politique, (...) / Afrique , Amérique latine , Brésil , Capitalisme , Commerce international , Développement , Économie , Énergie , Entreprise , État , Mondialisation , Multinationales , Parti politique , Protectionnisme , Diplomatie - 2013/10 (webremix.info)


« En Afrique, des licornes vont émerger dans les secteurs à fort potentiel » (webremix.info)


Côte d'Ivoire : le Cyber Africa Forum annonce son partenariat avec le Forum International de la Cybersécurité (webremix.info)


Mali : Dans quel but s'y maintient l'Armée Française ?

Armée française au Mali : avec la chute du Président IBK, « nous n'avons plus de légitimité à agir » – vidéo PARTAGER SUR:FacebookTwitter Linked InEmail Afrique/4 septembre 2020/ Source:Réseau International /4 Commentaires/802 vues Par Jean-Baptiste Mendès Alors que la junte militaire qui a pris le pouvoir au Mali redessine les rapports de forces politiques, quel doit être le rôle de la France, dont l'armée est présente dans le pays depuis 2013 ? Entretien sans langue de (...) (webremix.info)


Le Sénégal remporte le 1er prix du concours international de l'UNESCO sur l'Intelligence artificielle en Afrique (webremix.info)


La Chine est-elle impérialiste ?

Jamais les échanges commerciaux entre la Chine et l'Afrique, en hausse de 89 % en deux ans, n'ont atteint de tels records. Pékin inonde de ses produits les marchés du continent noir et multiplie les investissements dans les pays du Sud, mais il aimerait ne pas établir de rapports de type colonial (...) / Afrique , Colonialisme , Commerce international , Économie , Géopolitique , Histoire , Impérialisme , Mondialisation , Matières premières , Diplomatie , Relations bilatérales - 2012/09 (webremix.info)


Comment Huawei participe au développement des compétences en Afrique (webremix.info)


« Il y a urgence à penser une stratégie numérique à l'échelle de l'Afrique » (webremix.info)


Afrique : Un rapport sur les nouveaux centres technologiques africains présente le soutien aux start-ups sur le continent (webremix.info)


Un fonds international va financer la Sonatel à hauteur de 50 millions de dollars (webremix.info)


Education : Programme de connexion à internet de toutes les écoles africaines, Kagamé est-il le bon choix ? (webremix.info)