Editoriaux

Actualité : Editoriaux

Congo-Kinshasa:Requiem ?

[La Prospérité] Plus qu'une poignée de jours, à peine une dizaine, à dire vrai, pour que le mois de novembre puisse tirer à sa fin. Et, au Congo-Kinshasa, les regards restent fixés, sans surprise, sur le 31 décembre 2017. (AllAfrica)


Congo-Kinshasa:Jeu pernicieux !

[La Prospérité] "La démocratie est un mauvais système, mais elle est le moins mauvais de tous les systèmes". La citation est de Winston Churchill, ancien Président des Etats-Unis d'Amérique. (AllAfrica)


Zimbabwe:Le dinosaure et le crocodile

[L'Observateur Paalga] Incertitude. S'il fallait résumer en un mot la situation qui prévalait hier au Zimbabwe, ce serait bien celui-ci : incertitude. 48 heures après la révolution de palais qui était en passe de donner le coup de... Grace à Robert Mugabe, l'on nageait toujours en plein doute sur les intentions réelles des militaires, qui refusaient de parler de coup d'Etat. (AllAfrica)


Cote d'Ivoire:Routes - Ces travaux qui dégradent les voies et rendent difficile la circulation dans les quartiers

[Fratmat.info] Y a-t-il une surveillance et un contrôle de nos réseaux routiers surtout urbains ? À peine que l'Etat a fini de refaire une voie ou de poser le bitume que des sociétés se mettent à creuser pour faire des travaux de raccordement par-ci, par-là. (AllAfrica)


Congo-Kinshasa:Théâtralisation !

[La Prospérité] Le tissu de confiance entre MP et Opposition se déchire davantage dès lors que l'échéance du 31 décembre 2017 approche. La projection de l'après par le calendrier électoral de la CENI de Nangaa divise plus qu'elle ne rassemble. (AllAfrica)


Congo-Kinshasa:Vade retro!

[La Prospérité] Va-t-en ! Retire-toi ! Voilà ce que veulent dire ces deux mots latins très connus des catholiques pratiquants. Car, ces derniers constituent la célèbre phrase "vade retro satana" très prisée et vulgarisée par Saint Benoît, une des références dans le rituel exorciste catholique. (AllAfrica)


Sénégal:Women in Action

[Le Soleil] Les femmes et les jeunes filles représentent la moitié de la population mondiale - malgré les progrès qui ont contribué à améliorer leur existence, le chemin à parcourir reste long. (AllAfrica)


Congo-Kinshasa:Trouvaille !

[La Prospérité] Le chronogramme des joutes électorales publié par la centrale électorale congolaise fait office de délie-langue au Congo-Kinshasa. A la suite de sa publication, en effet, c'est une véritable bourrasque qui a frappé la scène politique. (AllAfrica)


Tunisie:Cela ne ferait pas mal

[La Presse] Tout à fait par hasard, nous avions entendu à la radio les propos prononcés par ce qui semble être un ancien joueur de football. Il faisait l'éloge du sélectionneur national. (AllAfrica)


Madagascar:Chronique de Mickey - Les bâtisseurs du Monde

[Midi Madagasikara] « Etre homme, c'est précisément être responsable. C'est sentir, en posant sa pierre, que l'on contribue à bâtir le monde.» disait Antoine de Saint Exupéry. (AllAfrica)


Cote d'Ivoire:Filière Palmier à huile - La chaîne de production est bloquée dans le Bas-Cavally !

[Fratmat.info] Depuis le mois de Juin 2017, la chaîne de production d'huile de palme est bloquée ! (AllAfrica)


Congo-Kinshasa:Jouer les ponce Pilate

[Le Potentiel] « Pilate, voyant qu'il ne gagnait rien, mais que le tumulte augmentait, prit de l'eau, se lava les mains en présence de la foule, et dit : Je suis innocent du sang de ce juste. Cela vous regarde. » (Mat. 27:24). De l'histoire biblique à l'histoire politique actuellement de la République démocratique du Congo, il n'y aurait qu'un pas ! (AllAfrica)


Burkina Faso:Une lettre pour Laye - Le général Pingrenoma encerclé

[L'Observateur Paalga] Cher Wambi, (AllAfrica)


Sénégal/Afrique du Sud:Le fair-play sud africain, un cas d'école !

[Sud Quotidien] «Nous ne pouvons pas bénéficier d'activités corrompues pour des raisons éthiques et morales. Par conséquent, nous respecterons la directive de la Fifa visant à rejouer le match contre le Sénégal à une date à déterminer». (AllAfrica)


Sénégal:Touba

[Le Soleil] Terre sainte au Sénégal Métropole des mourides Terre sacrée sans égale Mérite d'être évoquée. (AllAfrica)


Madagascar:Chronique de Mickey - Il était une fois l'AEOM puis deux fois la RNS

[Midi Madagasikara] D'un évènement politique, l'on a bien peur qu'elle n'est devenue que folklorique, voire commerciale. (AllAfrica)


Cote d'Ivoire:José Dominique Loko - Hommage au père de l'enseignement professionnel

[Fratmat.info] Je ne connaissais pas l'homme. Sinon que, de réputation. Celle que, l'actualité des jours, tout au long de ses années d'amour et de passion pour cette terre d'Eburnie, lui ont tissée, au fil du temps : celle de fondateur d'établissements scolaires. (AllAfrica)


Congo-Kinshasa:Rixes !

[La Prospérité] Elle était attendue. Et, à présent, elle est là. Il s'agit bel et bien du calendrier électoral. Pomme de discorde puis enfant voulu au sein de l'opinion, cet almanach est, désormais, dévoilé. (AllAfrica)


Congo-Kinshasa:On navigue à vue

[Le Potentiel] La République démocratique du Congo fait du sur-place ou, au pire, le pays navigue à vue. Pour s'en rendre compte, aucun effort n'est à fournir. Il suffit de faire un tour à la Primature pour voir le désordre dans lequel baignent les différents services. Et par contagion, c'est tout l'appareil exécutif qui est plus que grippé. (AllAfrica)


Voyage au Congo: ça ne "marche" plus beaucoup à Kinshasa

Les temps ont bien changé à Kinshasa.

Au début des années 90, les journées «ville morte» et «marches» décrétées par l'UDPS, le principal parti d’opposition au régime du général Mobutu faisaient trembler toute la capitale. Gare à ceux qui osaient mettre le nez dehors. Les mots d’ordre de l’opposant historique Etienne Tshisekedi étaient suivis sans barguigner.

Aujourd’hui, Tshisekedi est toujours dans l’opposition. Il est même le grand absent des élections du 30 juillet qu’il a décidé de boycotter, estimant les dés pipés. «Il est fini, il a peur de perdre et sait qu’il ne pèse plus grand chose, moquent ses adversaires. Et aujourd’hui il veut faire échouer le processus en déclenchant des pillages et la panique.» «Il a été écarté par les grandes puissances qui n’en voulaient pas, s’insurgent ses partisans. Ces élections, ce sont les Belges, les Français et les Américains qui les gèrent de bout en bout. Kabila, Bemba, et tutti quanti sont des marionnettes sanguinaires et corrompues.»

L’homme continue de jouir du respect et de l’affection d’une bonne partie des Kinois: il n’a ni volé, ni tué, ce qui n’est pas rien au Congo-Kinshasa. Mais les mots d’ordre de l’UDPS ne sont plus suivis aussi massivement. Hier (mardi), une manifestation à mobilisé quelques centaines de marcheurs - et quelques chiens affublés de T-shirts électoraux de Joseph Kabila. Quelques slogans contre les étrangers accusés de régenter le Congo ont été lancés et basta.
Ils ont été rapidement bloqués par des forces de l’ordre en très grand nombre. Outre la Police d’intervention rapide (PIR) - formée et équipée par la France - des hommes armés et en civil de la garde présidentielle dissuadaient les badauts de se joindre à la manifestation. Les manifestants ont jeté des pierres et des bouteilles sur les policiers, blessant un photographe à la tête. Puis ils ont été dispersé à coups de matraques (12 blessés) et de gaz lacrymogènes.

Le mardi précdent, une autre «marche» à l’appel du parti de Tshisekedi a traversé Kinshasa, de la gare centrale au centre-ville. Affiches et banderoles électorales - tous candidats confondus - étaient arrachées ou incendiées sur le parcours de la manifestation. Les 300 protestataires avaient été rejoints par 300 autres «shégués», les enfants des rues, toujours prêts à participer lorsqu’il y a de la casse. La population a regardé passer le défilé avec indifférence, avant dispersion à coups de lacrymos.

Depuis l’échec du 30 juin, fin officielle de la transition, le coeur n’y est plus. Ce jour-là, Etienne Tshisekedi avaient promis de jeter des millions de Kinois dans la rue. Et puis rien! Personne n’a bougé. Il faut dire que le déploiement des forces de l’ordre était impressionnant. Harnachés comme des Robocops, les policiers étaient omniprésents. Le pouvoir avait interdit aux transports publics de sortir, afin de ne pas être réquisitionnés par les manifestants. Il y a un an déjà, l'UDPS qui menaçait de s’emparer de la rue à partir du 30 juin 2005 avait montré ses limites: le grand parti d’opposition n’avait pas même réussi à remplir le stade Tata Raphaelle.

Les prochaines marches de l’opposition radicale radicale sont programmées jeudi et samedi.

Après, il sera trop tard.

C.A.

(Notes africaines)


Voyage au Congo: la congolité, ce n'est pas l'ivoirité

L’autre jour, sur le boulevard du 30 juin, un Congolais m’aborde. «Journaliste français, hein! Ah oui, les élections. Mais rentrez chez vous les Français, les Belges, les Blancs! Vous avez Makelele, Zidane. Vous venez en Afrique pour nous piller, partez maintenant, on n’a pas besoin de vous. Louis Michel, va!» Louis Michel, c’est le commissaire européen à la Coopération et l’ex-ministre belge des Affaires étrangères. Haut en couleur, il est devenu le symbole du Blanc tout-puissant et honni à Kinshasa. Le «mundele».

Depuis le début de la campagne, les médias internationaux (dont Libération) parlent de «congolité» pour décrire le climat anti-étranger dans lequel se déroule la campagne électorale pour les élections du 30 juillet. La référence à l’ivoirité, qui empoisonne la Côte d’Ivoire depuis plus d’une décennie, est évidente. Dans le cas du Congo, la métaphore est à la fois juste et fausse. Expliquons nous.

Elle est juste, parce que les références - plus ou moins évidentes - aux supposées origines tutsies et rwandaises de Joseph Kabila, le président sortant et grand favori du scrutin, sont permanentes. Elles visent également Azarias Ruberwa, vice-président et lui aussi candidat à la fonction suprême: le chef du RCD-Goma, le parti qui a soutenu et été soutenu par le Rwanda lors de la guerre de 1998-2002, est assimilé à un Rwandais en tant que Banyamulenge, un goupe ethnique tutsi arrivé au Congo aux XVIIIe et XIXe siècles.
Les propagandistes les plus actifs de cette «congolité»-là sont les partisans de Jean-Pierre Bemba, qui se présente comme un «enfant du pays», les militants les plus extrêmes de l’UDPS d’Etienne Tshisekedi, le grand absent du scrutin qu’il a décidé de boycotter. Drôle de coalition à laquelle vient s’ajouter l’ex-âme damnée du maréchal Mobutu, Honoré Nganda, ancien chef des services de renseignements, particulièrement actif et virulent en exil. Ce sont ses militants, avec ceux de l’UDPS, qui ont saccagé l’ambassade du Congo à Paris.

La «congolité» donc. Seulement, ce n’est pas aussi simple. Parce que derrière ce qu’on appelle la «congolité», il y a aussi le soulagement légitime d’un sentiment national par une nation qui a failli disparaître, envahie par cinq ou six armée étrangères, dépecée, martyrisée. Il y a aussi l’expression d’une colère envers la communauté internationale qui a ignoré le drame congolais à ses heures les plus sombres, puis s’est emparée des rênes du pays de manière assez cavalière. Aux yeux de nombreux Congolais, le processus électoral a été mené au pas de charge et taillé sur mesure pour Joseph Kabila. Face aux demandes, par l’opposition, d’une concertation approfondie sur les modalités électorales, Washington, Bruxelles et Paris, les trois capitales qui donnent le «la» à Kinshasa - et sont pour une fois unies en Afrique - ont jugé qu’on avait assez discuté comme ça.
De même, les Congolais ne comprennent pas que la communauté internationale ait à ce point fermé les crimes des chefs de guerre, au contraire récompensés par des postes gouvernementaux pendant les trois années de transition. Alors que la population n’a connu aucune amélioration de son sort quotidien, les ex-belligérents se sont enrichis au-delà du raisonnable en détournant les fonds publics, l’aide internationate et en empochant de juteuses commissions sur les grands contrats miniers au Katanga. Sachant cela, on ne s’étonnera pas trop de la susceptibilité ombrageuse des Congolais. Louis Michel et ses collègues diplomates diraient même «paranoïa»...

C.A.


--

(Notes africaines)


Cameroun:Hommage à Eloi Messi Metogo

[Camer.be] Je dirai simplement, devant vous, en reprenant la formule d'Auguste Comte selon laquelle il n'existe pas de grande intelligence sans une grande générosité, que le Frère Eloi Messi Metogo fut la démonstration parfaite de cette formule. (AllAfrica)


Afrique:Rôle des médias d'Afrique dans l'intégration régionale

[allAfrica] La plupart des dirigeants fondateurs de l'Organisation de lUnité Africaine (OUA), aujourd'hui l'Union Africaine (UA), ne sont pas connus pour leur soutien à la liberté de la presse et au régime démocratique. Pourtant, ils avaient une vision forte du rôle capital que les médias devaient jouer dans la libération et l'intégration du continent. (AllAfrica)


Congo-Kinshasa:Halte à la distraction !

[Le Potentiel] La pression est tellement grande que ni le pouvoir en place à Kinshasa, ni la Céni (Commission électorale nationale indépendante) ne sauront geler pendant trop longtemps la tenue d'élections. (AllAfrica)


Cote d'Ivoire:Ouattara doit capituler pour la paix car même avec mille ponts, ce sera un échec

[L'Intelligent d'Abidjan] Il y'a 6 ans cet éditorial était paru dans l'Intelligent d'Abidjan sous le titre : « Le temps de la justice n'est pas le temps de la réconciliation, le temps de la réconciliation n'est pas le temps de la justice ». (AllAfrica)


Congo-Kinshasa:Messe pas dite !

[La Prospérité] Puisque Nikki Haley l'a dit ! Signait hier matin, dans un édito acéré, un tabloïd de la place. Qui, faisant référence à l'argument d'autorité "Aristote l'a dit " des grecques, s'étonnait, de plus belle, de voir tout d'un coup les opposants congolais, mieux la classe politique congolaise dans son ensemble, accepter comme l'hostie la vue américaine de l'après 31 décembre 2017. (AllAfrica)


Cameroun:Les Camerounais sont-ils soignés dans des porcheries ou des hôpitaux ?

[Camer.be] Nous sommes bel et bien en 2017 à Muyuka, ville située dans le département de la Fako, région du Sud-ouest...A vous de juger. (AllAfrica)


Burkina Faso:Il était une fois le 31-Octobre...

[Fasozine] L'épilogue des journées folles d'octobre 2014 s'est écrit dans la rue. En sortant massivement pour barrer la route à la modification de l'article constitutionnel qui empêchait Blaise Compaoré de briguer un nouveau mandat à la tête de l'Etat, les Burkinabè, héroïques, ont imprimé un nouveau tournant à l'histoire de leurs pays. (AllAfrica)


Cote d'Ivoire:Félix Houphouët - Boigny

[Fratmat.info] Un peuple qui ne sait pas d'où il vient peut-il savoir où il va ? De nombreux poètes et artistes ont déjà répondu par la négative à cette question. (AllAfrica)


Congo-Kinshasa:En alerte !

[La Prospérité] Sans y aller par quatre chemins, la problématique de la tenue ou non d'un tout nouveau round politique au Congo-Kinshasa se pose. Parce que, désormais, il faille se triturer les méninges pour trouver les voies et moyens devant permettre de tabler sur la période allant au-delà du 31 décembre, deadline fixé par l'Accord de la Saint Sylvestre pour l'organisation de la première séquence des élections. (AllAfrica)


Burkina Faso:Quelle prise !

[Sidwaya] «Pour vivre heureux, vivons cachés», dit un proverbe. François Compaoré, le frère cadet du président déchu, Blaise Compaoré, avait fait sien ce proverbe. Pendant près de trois ans, il avait réussi à tenir sa langue tranquille et se faisait le plus discret possible. (AllAfrica)