Cameroun : Actualité

Actualité : Cameroun : Actualité

spectaculaire incendie à l'Assemblée nationale à Yaoundé

[RFI] Un grave incendie a ravagé une bonne partie de l'Assemblée nationale camerounaise, dans la nuit de jeudi à vendredi. Le feu a été maîtrisé ce matin après avoir réduit en cendres plusieurs étages, sans toutefois détruire l'hémicycle. Il n'y a aucune victime, selon les autorités. (AllAfrica)


Riz, volaille, sucre... - Disponibilité assurée en décembre

[Camer.be] Plus que quelques jours et nous allons entrer dans le mois de décembre marquant la fin d'année. (AllAfrica)


Assemblée nationale - Cinq étages consumés

[Cameroon Tribune] Un grave incendie s'est déclaré hier nuit, ravageant totalement une partie des services administratifs de l'institution. (AllAfrica)


Le Chef de l'UNOCA rappelle l'attachement des Nations Unies à l'intégrité territoriale et à l'unité du Cameroun

[Gabonews] Le Bureau régional des Nations Unies pour l'Afrique centrale (UNOCA) continue de suivre avec une grande attention la situation dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun. L'UNOCA est particulièrement préoccupé par la recrudescence de la violence, y compris celle visant les populations civiles et les agents de l'Etat, notamment les forces de défense et de sécurité dont des membres ont perdu la vie lors d'attaques dans différentes (AllAfrica)


Procès du journaliste de RFI Ahmed Abba - verdict le 21 décembre

[RFI] Nouvelle audience jeudi 16 novembre à la cour d'appel militaire de Yaoundé au Cameroun dans l'affaire Ahmed Abba. Le correspondant en langue haoussa de RFI avait déjà été acquitté dans le premier jugement en instance de l'accusation d'apologie d'acte de terrorisme et condamné à 10 ans de prison fermes pour non-dénonciation et blanchiment des produits d'acte de terrorisme. L'audience de jeudi était l'avant-dernière dans cett (AllAfrica)


Procès en appel de Ahmed Abba - Le pied de nez du CPJ à la justice camerounaise

[Le Pays] Le 15 novembre dernier, le Comité de protection des journalistes (CPJ) a, au cours d'un dîner de gala à New-York, fait du journaliste Ahmed Abba, du nom du correspondant en langue haoussa de Radio France internationale, détenu depuis plus de deux ans pour non- dénonciation et blanchiment d'un acte terroriste, l'un des lauréats de ses quatre prix de la liberté de la presse internationale. (AllAfrica)


Coupe du Cameroun de football - New Stars affûte ses armes

[Cameroon Tribune] Séances d'entraînement quotidiennes depuis jeudi dernier, en attendant la date de la finale. (AllAfrica)


Plays-offs de volley-Ball - Demi-finales demain

[Cameroon Tribune] Les finalistes du championnat national chez les seniors dames et messieurs seront connus ce week-end au terrain de la cité universitaire de Yaoundé I. (AllAfrica)


Christian Bassogog en mode bilan

[Cameroon Tribune] Le sociétaire du Henan Jianye, dans le championnat chinois, était face à la presse à Douala. (AllAfrica)


Eglise presbytérienne camerounaise - La paroisse Galed fête ses 50 ans

[Cameroon Tribune] Vivre ensemble, foi chrétienne, héritage des anciens au menu des célébrations. (AllAfrica)


Théâtre - Rapport de « Fin de mission »

[Cameroon Tribune] Jouée en octobre dernier à Yaoundé et à Buea, cette pièce sur l'esclavage est le fruit d'une collaboration germano-camerounaise. (AllAfrica)


Sport pour tous - Des activités pour la paix

[Cameroon Tribune] Une conférence de presse et un gala prévus ce weekend pour clôturer la première édition de la semaine camerounaise du sport pour la paix. (AllAfrica)


Assemblée générale - L'ONMC en guerre contre la médecine illégale

[Camer.be] L'ordre national des médecins du Cameroun (Onmc) monte une fois de plus au créneau de la lutte contre l'exercice illégal de la médecine. C'est l'un des thèmes de l'Assemblée générale de l'ONMC prévue le 24 novembre prochain à Yaoundé. (AllAfrica)


Incendie de l'Assemblée nationale - Le gouvernement écarte la piste terroriste «ambazonienne »

[Camer.be] Qu'on le veuille on non, la crise anglophone avec son lot d'attentats et d'assassinats, a fortement influencé la gestion du gigantesque incendie qui s'est déclenché hier à l'Assemblée nationale camerounaise. (AllAfrica)


Dr Guy Sandjon Président de l'Ordre national des médecins du Cameroun (ONMC)

[Camer.be] Aujourd'hui nous en sommes à 3058 répertoriées voire plus. Ce fléau est un véritable cancer pour notre profession, c'est pourquoi l'interview que le Président de l'ONMC avait donné il y a deux ans est toujours d'actualité. Jugez-en. (AllAfrica)


Assemblée nationale - Ce qu´il en reste de l´hémicycle de Ngoa-Ekellé

[Camer.be] Si les mobiles de l´incendie restent encore inconnues, nos sources indiquent que le feu serait parti du 4éme étage qui abrite généralement le bloc administratif et entre autres... la permanence parlementaire du Social-Democratic Front, SDF. "L´incendie est de type accidentel" a vite fait de préciser Issa Tchiroma Bakary, le ministre de la communication, interrogé ce matin par nos confrères de la CRTV-Radio.. (AllAfrica)


Yaoundé - Voici les terribles vidéos et images de l'incendie dévastateur de l'Assemblée nationale

[Camer.be] Commencé à 22 heures 30 d'hier, c'est ce matin à 02 heures 30, que les flammes qui se sont signalées à la façade arrière (bloc administratif) de l'Assemblée nationale du Cameroun, ont été vaincues par les sapeurs pompiers dont la gravité de la situation a vu ceux stationnés à l'aéroport international de Yaoundé - Nsimalen, entrer en jeu. (AllAfrica)


Cames 2017 - 41 candidats admis

[Cameroon Tribune] C'est la moisson du 18e Concours d'agrégation des sciences juridiques, politique, économiques et de gestions, que Yaoundé vient d'abriter. (AllAfrica)


« Il faut coopérer pour tuer la fraude, changer les lois pour tuer l'évasion »

[Cameroon Tribune] Pascal Saint Amans, directeur du centre de politique et d'administration fiscal à l'organisation de coopération et de développement économique. (AllAfrica)


Accidents d'avion - Comment sauver des vies

[Cameroon Tribune] Un scénario organisé par la communauté de l'aviation civile et ses partenaires pour atténuer la gravité que pourrait avoir un accident d'avion pour ses occupants. C'était hier à la Base aérienne 101 de Yaoundé où s'est déroulé un exercice de recherche et sauvetage baptisé « Ya'Sar 2017 ». (AllAfrica)


Bétaré-Oya - Un Chinois et un riverain tués

[Cameroon Tribune] Yves Bertrand Awounfac Alienou, le calme est revenu dans la localité de Mali, à quelques kilomètres de Bétaré- Oya, dans la région de l'Est. Cette agglomération a connu des remous dans l'après-midi de mercredi, ayant entraîné la mort d'un ressortissant chinois ainsi que d'un riverain. (AllAfrica)


Anciens et nouveaux étudiants de France - Une plateforme numérique lancée

[Cameroon Tribune] Dénommée France Alumi Cameroun, elle permet aux membres d'interagir et d'accéder aux offres de formation bourses, stages et d'emplois. (AllAfrica)


Parlement - De quoi a peur le SDF?

[Cameroon Tribune] Ses élus, absents des travaux depuis mardi dernier, en raison, disent-ils de la situation dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, entendent néanmoins les reprendre bientôt. (AllAfrica)


BVB Dortmund suspend provisoirement Pierre-Emerick Aubameyang

[Camer.be] L´attaquant-vedette du Borussia Dortmund,Pierre-Emerick Aubameyang n´est pas dans le groupe retenu par l´entraineur Peter Bosz pour le match VFB Stuttgart contre BVB Dortmund prévu vendredi 17 novembre 2017 et comptant pour la 12eme journée du championnat allemand. (AllAfrica)


Ahmed Abba récompensé par le Comité de protection des journalistes

[RFI] Alors qu'une nouvelle audience est prévue ce jeudi 16 novembre dans son procès en appel, le journaliste Ahmed Abba était à l'honneur mercredi soir d'un dîner de gala à New York. Le Comité de protection des journalistes (CPJ) remettait ses prix de la liberté de la presse internationale à quatre journalistes menacés dans leur pays. Une soirée animée par la star de la télévision américaine, la journaliste d (AllAfrica)


6ème Sapef - L'ambassadeur de France invite les étudiants à s'inscrire dans les filières techniques et professionnelles

[Camer.be] La 6ème Sapef ouvert mardi dernier au palais des congrès de Yaoundé, rentre en gare ce jeudi 16 novembre 2017. Présent à la cérémonie d'ouverture d'une exposition qui est sans doute montée en puissance avec plus de 5 000 visiteurs, Gilles Thibault l'ambassadeur de France au Cameroun a magnifié l'existence du Sapef. (AllAfrica)


CHAN TOTAL 2018 - Le tirage au sort prévu ce soir

[Camer.be] Tenant compte des performances réalisées lors des dernières éditions du tournoi final par les 16 équipes qualifiées, la Commission d'organisation du Championnat d'Afrique des Nations Total, Maroc 2018, réuni hier mercredi toujours à Rabat au Maroc a pu en ressortir quatre chapeaux. (AllAfrica)


Sapef 2017 - Bolloré Transports & Logistics (BTL) soutient les Ecoles pour la formation technique et professionnelle des étudiants

[Camer.be] Après la cérémonie d'ouverture du 14 novembre dernier par Jacques Fame Ndongo le ministre de l'Enseignement supérieur (Minesup), et le brillant discours de Gilles Thibault l'ambassadeur de France au Cameroun, les responsables du stand de BTL Cameroun, sans répit, se sont attelés à expliquer aux nombreux visiteurs, la politique d'emploi et de formation de la filiale camerounaise du Groupe Bolloré. (AllAfrica)


Appui budgétaire de l'AFD - 46,2 milliards de F débloqués

[Cameroon Tribune] Cette somme va servir à renforcer la compétitivité du secteur privé et à moderniser la gestion des finances publiques. (AllAfrica)


Sécurité des espaces aériens - La menace des oiseaux

[Cameroon Tribune] En vue de limiter les contacts à risques avec les avions, un comité de prévention a été créé au Cameroun. Première réunion hier à Yaoundé. (AllAfrica)


Après la révolution du jasmin, la révolution du baobab au Cameroun ?

 L’incroyable renversement de situation en Tunisie, puis les soulèvements en Egypte : scénarios à perdre haleine qui conduisent à la défection de deux indétrônables dictateurs d’Afrique du Nord… L’espoir gagne les pays voisins, les peuples qui n’ont pas voix au chapitre depuis trop longtemps. Et plus au Sud ? Vers l’Afrique subsaharienne, où depuis tant d’années on parle de démocratures, de gouvernements – marionnettes du néocolonialisme, d’abus de pouvoir si énormes que l’on soupçonne Paul Biya d’avoir acheté l’équivalent du Château de la Loire en Suisse - vers le sud donc, que ressent-on ? Certains espèrent une contagion, que l’onde de choc se propage. Pas si vite.


Commémorer les émeutes de 2008

Le 23 février dernier, l’ambiance dans les grandes villes du Cameroun était un peu tendue : les forces armées étaient déployées dans les endroits stratégiques, les kiosques à journaux de désemplissaient pas de curieux qui venaient suivre les gros titres, inquiets. On pouvait lire, en Une du quotidien Mutations : « Manifestation publique, journée à haut risque au Cameroun »,  tandis que Le Journal du Cameroun titrait : « Le gouvernement invite au calme ». En effet, les partis d’opposition (à leur tête Jean-Michel Nintcheu du Sdf et Anicet Ekane du Manidem) avaient lancé des appels à manifestations pour commémorer les émeutes de 2008. 
[Petit Rappel : en 2008, la crise économique frappe le Cameroun et le gouvernement impose une hausse significative des prix des carburants et de la plupart des produits de première nécessité. Les « émeutes de la faim » éclatent dans les grandes villes, se terminant par une répression dure qui fait plus d’une centaine de morts.]
Ailleurs dans le monde, des camerounais expatriés invitent à suivre l’exemple des révolutions populaires d’Afrique du Nord. Le CODE (Collectif des associations démocratiques et patriotiques des Camerounais de la diaspora) diffuse le mot d’ordre : « Paul Biya dégage », tandis que la Cameroon Diaspora Connection diffuse sur le net un photomontage de mauvaise qualité sur fond de reggae qui suggère une « révolution du Baobab ». (voir le clip). Le site d’informations Ici Cemac publie quant à lui les « 12 consignes pour le succès de la marche » et annonce que le 23 février 2011 sera le début de « la révolution pacifique du peuple camerounais ».
A cette occasion, l’on se rend compte que le Cameroun bénéficie tout de même d’une certaine liberté d’expression : sur internet et dans la presse, il n’y a pas de tabous à mentionner les malversations du pouvoir en place et à haranguer les foules. Il y a, au « Mboa », un potentiel de subversion non négligeable … même si, il faut le rappeler, certains opposants ou journalistes engagés croupissent et meurent en prison !



Pétard mouillé

En tout cas, le 23 février, l’on retient un peu son souffle. A Douala, « la semaine des martyrs » rencontre quelques échos : des manifestants ont été dispersés, arrêtés, voire brutalisés par la police, selon plusieurs sources. La réaction immédiate des forces de l’ordre décourage les manifestants de poursuivre leur action et le meeting du 24 février est annulé. A Yaoundé, « la mayonnaise peine à prendre », comme le suggère le journal Le Pays. Il semble que la campagne rondement menée par le ministre de la Communication, Issa Tchiroma, porte ses fruits : il enjoint le peuple camerounais à rester sourd aux appels à manifestations, discréditant les arguments des opposants. Selon lui, la révolution a déjà eu lieu au Cameroun et il met en garde contre une identification trop rapide aux révolutions du Maghreb : « 
En Afrique du Nord, la situation n’était pas la même. Ce n’est que maintenant que le vent du changement souffle là-bas. Il y a vingt ans que nous avons conduit cette révolution. Il faut savoir lire l’évolution de l’humanité. Ce qui se passe là-bas s’est déjà passé chez nous», a martelé le ministre. Pour M. Tchiroma, «ces aventuriers» veulent condamner le Cameroun à «l’effort de Sisyphe, un éternel recommencement. Notre pays n’a jamais été autant crédible qu’aujourd’hui. Sa stabilité est confirmée par les institutions financières internationales. La paix au Cameroun est devenue une culture». (source : Mutations).
Voilà donc sur quoi repose la stabilité du Cameroun aujourd’hui : l’idée que la «  révolution » économique et la marche vers le progrès ont déjà eu lieu sous la houlette du pouvoir en place, et l’idée d’une paix à tout prix, profondément incarnée par la pérennité du président.

La Tunisie, passe encore, mais laissons Kadhafi en Libye !

Et en effet, il est finalement étonnant de constater à quel point les révolutions du Maghreb, qui exaltent pourtant une bonne partie de la planète, laissent froids la plupart des camerounais. Si l’exemple de la Tunisie était vu avec une certaine admiration mêlée de perplexité, la « contagion » à l’Egypte, puis à la Libye a provoqué de sérieuses remises en question : finalement, à l’instar de la Côte d’Ivoire, tout cela ne tiendrait-il pas d’une vaste opération fomentée par l’occident pour récupérer le pétrole libyen ? Et surtout, que deviendrait l’Afrique sans les investissements libyens ? En effet de nombreuses entreprises africaines ne doivent leur survie qu’à la prodigalité de Kadhafi, comme le rappelle un article de camer.be. Si Paul Biya n’a pas, comme Wade ou Alpha Condé, exprimé publiquement son soutien à Mouammar Kadhafi ; dans la rue, les Camerounais restent pragmatiques :  lorsque le pétrole est en jeu, les occidentaux ne sont jamais loin. La révolution a bon dos. Au Cameroun, la corde sensible du panafricanisme et le rejet de toute ingérence politique prend le pas sur l’idéal révolutionnaire. N’en déplaise à certains rêveurs, le vent de la révolution du jasmin n’est pas encore venu à bout du désert.



(decalageaucameroun.blogspot.com)