Cameroun : Actualité

Actualité : Cameroun : Actualité

La journaliste Mimi Mefo libérée en catimini

[Camer.be] Incarcérée tard dans la nuit du 07 novembre 2018 à la prison centrale de New - Bell à Douala la capitale économique du Cameroun, notre consoeur d'Equinoxe télévision, a appris Camer.be, a été élargie ce samedi 10 novembre à 11h 30 minutes. (AllAfrica)


Charme et glamour - Glow Beauty Store de Yaoundé ou la beauté à bon prix pour toute femme

[Camer.be] Le chic espace de make up (maquillage ) ouvert au quartier Elig - Essono (face hôtel Tango ) à Yaoundé, sera solennellement ouvert ce samedi à 18 heures. (AllAfrica)


Fonction publique - Au rythme des exigences du nouveau septennat

[Cameroon Tribune] Cap donné vendredi dernier par le ministre Joseph LE aux responsables centraux et extérieurs de son département ministériel, au cours d'une réunion extraordinaire. (AllAfrica)


Surveillance de la Forêt Équatoriale - Un projet de suivi sur les rails

[Cameroon Tribune] L'atelier de lancement a eu lieu vendredi dernier à Libreville. (AllAfrica)


Libération de Mimi Mefo - La réaction de Severin Tchounkeu Dp de Equinoxe Tv

[Camer.be] Équinoxe Télévision a le plaisir d'annoncer la libération de sa rédactrice en chef adjointe en charge du desk anglais Mimi Mefo Takambou ce Samedi 10 Novembre 2018. Équinoxe Télévision remercie toutes les personnes qui ont oeuvré de près ou de loin pour ce dénouement heureux. (AllAfrica)


Après la révolution du jasmin, la révolution du baobab au Cameroun ?

 L’incroyable renversement de situation en Tunisie, puis les soulèvements en Egypte : scénarios à perdre haleine qui conduisent à la défection de deux indétrônables dictateurs d’Afrique du Nord… L’espoir gagne les pays voisins, les peuples qui n’ont pas voix au chapitre depuis trop longtemps. Et plus au Sud ? Vers l’Afrique subsaharienne, où depuis tant d’années on parle de démocratures, de gouvernements – marionnettes du néocolonialisme, d’abus de pouvoir si énormes que l’on soupçonne Paul Biya d’avoir acheté l’équivalent du Château de la Loire en Suisse - vers le sud donc, que ressent-on ? Certains espèrent une contagion, que l’onde de choc se propage. Pas si vite.


Commémorer les émeutes de 2008

Le 23 février dernier, l’ambiance dans les grandes villes du Cameroun était un peu tendue : les forces armées étaient déployées dans les endroits stratégiques, les kiosques à journaux de désemplissaient pas de curieux qui venaient suivre les gros titres, inquiets. On pouvait lire, en Une du quotidien Mutations : « Manifestation publique, journée à haut risque au Cameroun »,  tandis que Le Journal du Cameroun titrait : « Le gouvernement invite au calme ». En effet, les partis d’opposition (à leur tête Jean-Michel Nintcheu du Sdf et Anicet Ekane du Manidem) avaient lancé des appels à manifestations pour commémorer les émeutes de 2008. 
[Petit Rappel : en 2008, la crise économique frappe le Cameroun et le gouvernement impose une hausse significative des prix des carburants et de la plupart des produits de première nécessité. Les « émeutes de la faim » éclatent dans les grandes villes, se terminant par une répression dure qui fait plus d’une centaine de morts.]
Ailleurs dans le monde, des camerounais expatriés invitent à suivre l’exemple des révolutions populaires d’Afrique du Nord. Le CODE (Collectif des associations démocratiques et patriotiques des Camerounais de la diaspora) diffuse le mot d’ordre : « Paul Biya dégage », tandis que la Cameroon Diaspora Connection diffuse sur le net un photomontage de mauvaise qualité sur fond de reggae qui suggère une « révolution du Baobab ». (voir le clip). Le site d’informations Ici Cemac publie quant à lui les « 12 consignes pour le succès de la marche » et annonce que le 23 février 2011 sera le début de « la révolution pacifique du peuple camerounais ».
A cette occasion, l’on se rend compte que le Cameroun bénéficie tout de même d’une certaine liberté d’expression : sur internet et dans la presse, il n’y a pas de tabous à mentionner les malversations du pouvoir en place et à haranguer les foules. Il y a, au « Mboa », un potentiel de subversion non négligeable … même si, il faut le rappeler, certains opposants ou journalistes engagés croupissent et meurent en prison !



Pétard mouillé

En tout cas, le 23 février, l’on retient un peu son souffle. A Douala, « la semaine des martyrs » rencontre quelques échos : des manifestants ont été dispersés, arrêtés, voire brutalisés par la police, selon plusieurs sources. La réaction immédiate des forces de l’ordre décourage les manifestants de poursuivre leur action et le meeting du 24 février est annulé. A Yaoundé, « la mayonnaise peine à prendre », comme le suggère le journal Le Pays. Il semble que la campagne rondement menée par le ministre de la Communication, Issa Tchiroma, porte ses fruits : il enjoint le peuple camerounais à rester sourd aux appels à manifestations, discréditant les arguments des opposants. Selon lui, la révolution a déjà eu lieu au Cameroun et il met en garde contre une identification trop rapide aux révolutions du Maghreb : « 
En Afrique du Nord, la situation n’était pas la même. Ce n’est que maintenant que le vent du changement souffle là-bas. Il y a vingt ans que nous avons conduit cette révolution. Il faut savoir lire l’évolution de l’humanité. Ce qui se passe là-bas s’est déjà passé chez nous», a martelé le ministre. Pour M. Tchiroma, «ces aventuriers» veulent condamner le Cameroun à «l’effort de Sisyphe, un éternel recommencement. Notre pays n’a jamais été autant crédible qu’aujourd’hui. Sa stabilité est confirmée par les institutions financières internationales. La paix au Cameroun est devenue une culture». (source : Mutations).
Voilà donc sur quoi repose la stabilité du Cameroun aujourd’hui : l’idée que la «  révolution » économique et la marche vers le progrès ont déjà eu lieu sous la houlette du pouvoir en place, et l’idée d’une paix à tout prix, profondément incarnée par la pérennité du président.

La Tunisie, passe encore, mais laissons Kadhafi en Libye !

Et en effet, il est finalement étonnant de constater à quel point les révolutions du Maghreb, qui exaltent pourtant une bonne partie de la planète, laissent froids la plupart des camerounais. Si l’exemple de la Tunisie était vu avec une certaine admiration mêlée de perplexité, la « contagion » à l’Egypte, puis à la Libye a provoqué de sérieuses remises en question : finalement, à l’instar de la Côte d’Ivoire, tout cela ne tiendrait-il pas d’une vaste opération fomentée par l’occident pour récupérer le pétrole libyen ? Et surtout, que deviendrait l’Afrique sans les investissements libyens ? En effet de nombreuses entreprises africaines ne doivent leur survie qu’à la prodigalité de Kadhafi, comme le rappelle un article de camer.be. Si Paul Biya n’a pas, comme Wade ou Alpha Condé, exprimé publiquement son soutien à Mouammar Kadhafi ; dans la rue, les Camerounais restent pragmatiques :  lorsque le pétrole est en jeu, les occidentaux ne sont jamais loin. La révolution a bon dos. Au Cameroun, la corde sensible du panafricanisme et le rejet de toute ingérence politique prend le pas sur l’idéal révolutionnaire. N’en déplaise à certains rêveurs, le vent de la révolution du jasmin n’est pas encore venu à bout du désert.



(decalageaucameroun.blogspot.com)


Haro sur les homos en Afrique

Au Cameroun, dans la rue, il n’est pas rare de voir deux hommes marcher main dans la main. Est-ce un couple ? Certainement pas répond-t-on horrifié, ici c’est simplement un signe d’amitié et fi de l’homosexualité ! Les homos, on ne les voit jamais et on les entend peu, et pour cause : selon l’article 347 bis du code pénal camerounais, « Est puni d’un emprisonnement de six mois à cinq ans et d’une amende de 20.000 à 200.000 francs [CFA, ndlr] toute personne qui a des rapports sexuels avec une personne de son sexe ». L’UE vient de financer un projet qui défend les minorités sexuelles au Cameroun. On l’accuse d’être hors la loi.


Homosexualité, crimes et châtiments

En novembre 2010,  l’ONG Human Rights Watch a publié deux rapports alarmants sur la situation des LGBT [lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres, ndlr] dans deux pays d’Afrique : Craindre pour sa vie, violences contre les hommes gays et perçus comme tels au Sénégal et Criminalisation des identités, atteintes aux droits humains au Cameroun fondées sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre. Les deux rapports recueillent des témoignages et analysent des faits similaires : arrestations arbitraires, passage à tabac, maltraitance et manque de soins médicaux dans les prisons, stigmatisation et rejet par la société. Les préjugés et la discrimination à l’encontre des homosexuels (ou perçus comme tels) se fondent bien souvent sur la condamnation d’une manière d’être, de se comporter. Les personnes qui n’adoptent pas une attitude « typiquement féminine » ou masculine sont suspectées, ostracisées, parfois même dénoncées. Un homme sénégalais témoigne : « En fait, ils ne m'ont pas pris en train d'avoir des relations sexuelles mais l'ont déduit à partir du lieu où je me trouvais et de la manière dont j'étais habillé. Ils m'ont déshabillé et m'ont frappé. Je suis resté en détention pendant deux mois» (in Craindre pour sa vie)

Le phénomène des « outing »

Cette homophobie omniprésente peut prendre ainsi des contours irrationnels : les homosexuels sont accusés de pratiques sataniques, et on les soupçonne de faire partie de sectes occultes ou de loges maçonniques toutes puissantes. Ainsi, en 2006, un scandale éclate au Cameroun lorsqu’un journaliste de La Météo publie une liste d’homosexuels présumés, assumant tous des fonctions importantes au sein du gouvernement. La presse se déchaîne et alimente le brasier, gonflant la liste, incriminant d’autres personnalités publiques sans pourtant appuyer leurs allégations sur des faits précis. La rumeur enfle et fait feu de tout bois. Les ventes montent en flèche lorsque l’Anecdote fait paraître sa Une flamboyante : « le Top 50 des homosexuels présumés du Cameroun », suivie par la Nouvelle Afrique qui dévoile pour sa part « la liste des pédés ». L’homosexualité apparaît alors comme une sorte d’outre malfaisante, dans laquelle se fourvoient les ennemis du peuple, les corrompus, les cooptés, les bandits du pouvoir : dans tout le pays, on parle « d’homocratie ». Aujourd’hui, plus de quatre ans après ce phénomène des outing, on parle encore de ces listes avec un air mi-figue mi-raisin. Marine, étudiante en droit à l’université de Yaoundé, avoue que c’est « exagéré », mais confie qu’un de ces professeurs a établi, lors d’un cours dans un amphithéâtre, que certains entrent en politique par la voie de l’homosexualité…


L’Union Européene lance le « paemh » dans la mare

À la suite de son appel à propositions pour défendre les droits des personnes vulnérables et stigmatisées, l’Union Européenne a accepté de financer un projet d’aide et d’encadrement aux minorités sexuelles : le paemh (au départ le projet devait précisément porter sur les minorités homosexuelles, mais - politiquement correct oblige- le projet a changé d’intitulé à la dernière minute). Le journal Le Jour a révélé que ce projet dispose d’un budget de 300 000 euros [200 millions de FCFA] et vise à appuyer les actions de trois associations camerounaises : le sidado, le cofenho (collectif des familles d’enfants homosexuels) et l’adefho (association de défense des homosexuels). Le paemh a notamment pour but de sensibiliser l’opinion publique aux questions liées aux minorités sexuelles, de contribuer à réduire les interpellations abusives et également d’apporter aux détenus accusés d’homosexualité une assistance matérielle, judiciaire et médicale. Tout cela reste vague mais inutile de demander des précisions : l’Union Européenne a verrouillé ses communications, et les responsables du projet ont l’interdiction formelle d’en parler aux journalistes. Le  paemh touche un sujet à ce point impopulaire que l’UE espère un plop discret, plutôt qu’un éclat retentissant…

Tirs croisés

Il faut dire également que le courageux paemh rencontre dès sa naissance de nombreuses hostilités : Maître Alice Nkom, avocate œuvrant depuis longtemps pour la défense des homosexuels et présidente de l’adefho, a déclaré au journal Têtu avoir reçu des menaces de mort depuis l’annonce du projet ; et pourrait être passible d’emprisonnement pour avoir demandé le soutien de l’UE sur un projet qui remet en cause la loi 347 bis. D’autre part, une certaine presse accuse également l’UE d’agir hors la loi et contre la souveraineté de l’Etat. Le Journal l’Anecdote (encore lui !) remet sur table l’idée d’un complot homosexuel. Extrait d’un article du 12 janvier 2011: « S'agit-il d'une campagne de lobbying qui vise à une déréglementation d'une société qui se veut pourtant émergente à tout point de vue ? » Sur la toile, un article d’un journaliste et porte-parole du Rassemblement de la jeunesse Camerounaise (Rjc), circule : Cameroun, L'Union Européenne finance l'homosexualité: Financement de l'illégalité. Sur le blog de la Rjc, un billet haineux appelle à une fatwa contre les homosexuels et rappelle que chacun doit rester chez soi : « Zemmour dénonce la polygamie en France. D'accord, il a raison, c'est la loi en France, c'est leur culture. Chez nous aussi, un homme n'encule pas un autre, c'est la loi, c'est notre culture, respectez-la. Respectez nos valeurs, et gardez les vôtres. » - Édifiant…
A cela, Stéphane Koche, le coordinateur du paemh, avait déjà répondu dans une précédente interview : « Quand nous avons commencé ce combat, l’Union Européenne n’était pas là. Nous avons mené ce combat parce que des Camerounais souffrent de cette exclusion dans leur pays. Donc, ce n’est pas une dynamique qui vient de l’extérieur. […] Quand nous avons commencé ce combat, la question était taboue. Elle l’est encore mais aujourd’hui, on en débat plus facilement. On peut ne plus se cacher et parler de la question. Ça prouve qu’il y a au moins un pas qui est en train d’être franchi dans les mentalités. Il y a des gens qui comprennent quand on prend le temps de leur expliquer et qui vous remercient au demeurant. Il y a, dans notre pays, des autorités qui ne savent pas que des personnes sont discriminées sur la base de leur orientation sexuelle. Et ça, ce sont des gens sur lesquels nous pouvons nous appuyer pour mener nos activités de plaidoyer. »
(decalageaucameroun.blogspot.com)


Yaoundé Guinguette

Le week-end dernier, virée nocturne à Yaoundé… nous étions invités à la ré-ouverture d’un restaurant, le Sintra, qui fut dans ses heures glorieuses une sorte de « café de Flore » de Yaoundé. Et là, quelle surprise : un accordéoniste dans un coin de salle, des « canons » sur le bord du comptoir, les lumières crues dans le pur style brasserie-choucroute et un buffet cornichon-beurre salé ! L’esprit franchouillard sous les tropiques, ça décape !

L’accordéoniste a été formé à Versailles, par – semble-t-il un as du biniou – il connaît tous les classiques musette du répertoire. Et tous les aficionados d’entamer « la java bleue » !

Comme c’est étrange d’esquisser sans même le vouloir quelques pas de valse dans Yaoundé, le temple du bikutsi, de la bière Castel et des brochettes de bœuf grillées et pimentées… C’est complèment… décalé ! Pourtant, la globalisation, la culture monde, les échanges et les fluxs nous habituent à tout : certains camerounais font du Taï –chi et suivent les aventures de Jack Bauer à la télé, tandis que les parisiennes branchées prennent des cours de flamenco et de danse africaine. J’ai, par ailleurs, déjà pu expérimenter le « brooklyn-guinguette » lors d’un de mes voyages à New York : pour le 14 juillet, certaines rues de Brooklyn sont réinvesties en terrain de pétanque-pastis-balloche !
Je ne devrais pas être surprise d’une semblable transposition à Yaoundé et pourtant… si !

Ca me met même légèrement mal à l’aise, car je me dis que quelques casques de colons plus tôt, ça devait ressembler à ça, Yaoundé by night… dans les beaux quartiers, une brasserie à la française pour venir soigner les nostalgiques et  recueillir l’élite intellectuelle du pays … ceux qui avaient fait leurs études à St Germain des prés. Aujourd’hui, dans les rues, on ne la sent plus tellement cette nostalgie de la culture française… à part peut-être chez quelques irréductibles expatriés. C’est plutôt l’inverse je dirais : un bon nombre de camerounais continuent d’en vouloir à la France à cause de la colonisation bien sûr, mais également à cause de la Françafrique, le bras droit du pouvoir en place… Alors Yaoundé-Guinguette, tout de suite, ça n’a pas le même coté sympa-cocorico qu’à Brooklyn.

Dans le bar, un expatrié vient – en sus de son activité professionnelle- de lancer une petite entreprise : il fait fabriquer des cigares au Cameroun, avec du tabac camerounais qui est paraît-il de très bonne qualité. Il a fait fabriquer deux types de conditionnement: une boîte pour les étrangers qui est labellisée « Cameroun », et une autre boite pour les camerounais qui n’indique pas la provenance du produit et imite le design cubain : " les camerounais ont une telle mauvaise image de leurs pays que sur des produits un peu haut de gamme, ils n’achètent jamais local. Ils préfèrent ce qui est importé." Une stratégie marketing qui en dit long sur le chassé-croisé des représentations et des attentes, et sur les sentiments ambigus qu’entretient le Cameroun avec lui même et avec l’ « ailleurs ».
Yaoundé-Guinguette, dans tout ça, n’a qu’à bien se tenir !