Cameroun : Actualité

Actualité : Cameroun : Actualité

Festival de cinéma de Berlin - Le Camerounais J.-P. Bekolo présente deux films

[RFI] Cap sur Berlin où se tient jusqu'à dimanche prochain la 68ème Berlinale, l'un des festivals de cinéma les plus importants au monde avec Cannes et Venise. (AllAfrica)


Justice - le pardon au coeur de la réflexion

[Cameroon Tribune] Hier à Yaoundé, le sujet a été développé par le Premier président de la Cour suprême, Daniel Mekobe Sone, lors de l'audience solennelle de rentrée de la haute juridiction. (AllAfrica)


Conseil constitutionnel - Entrée en fonction le 6 mars

[Cameroon Tribune] Les membres de cette institution prêteront serment ce jour-là devant le parlement réuni en congrès. (AllAfrica)


Exploitation minière à l'Est - Le fondateur de Geovic au Palais de l'Unité

[Cameroon Tribune] Reçu hier au nom du chef de l'Etat par le ministre, SGPR, Ferdinand Ngoh Ngoh, William Alan Buckovic a annoncé l'intention de son groupe de relancer ce projet. (AllAfrica)


Réorganisation de l'armée - Des réajustements opportuns

[Cameroon Tribune] Le nouveau découpage militaire territorial vise à augmenter les capacités opérationnelles des forces de défense (AllAfrica)


Révelation sur des dépenses de luxe de Paul Biya - C'est le contraire qui aurait étonné

[Le Pays] 182 millions de dollars ! C'est le montant qu'aurait dépensé le président camerounais, Paul Biya, en voyages privés durant ces 35 dernières années. C'est un consortium de journalistes OCCRP qui le dit, affirmant que le chef de l'Etat camerounais a passé trois fois de temps à partir en voyages privés qu'en voyages officiels. (AllAfrica)


Les voyages multiples et coûteux de Paul Biya

[Deutsche Welle] En 35 ans de pouvoir, les voyages de Paul Biya ont coûté au moins 90 milliards de Francs CFA au contribuable camerounais. C'est le résultat d'une étude qui pointe par ailleurs les absences répétées du président. (AllAfrica)


Coup de la CAF - New Stars, un si bref passage

[Cameroon Tribune] Le vainqueur de la Coupe du Cameroun de football est tombé dès le tour préliminaire mardi. (AllAfrica)


Concertation au sommet

[Cameroon Tribune] Porteur d'un pli fermé du président Obiang Nguema à son homologue camerounais, Paul Biya, le ministre d'Etat chargé de l'Intégration régionale, Balthasar Engonga Edjo'o a été reçu par le chef de l'Etat hier au Palais de l'Unité. (AllAfrica)


SDF - Le congrès le plus attendu

[Cameroon Tribune] Après les reports de 2016 et 2017, le principal parti de l'opposition réunit ses délégués dès aujourd'hui à Bamenda au cours de la 9e convention élective. (AllAfrica)


Dépôt des dossiers de candidatures - dernier délai ce jour

[Cameroon Tribune] Hier dans les états-majors des partis politiques, l'heure était aux dernières retouches et quelques arbitrages. (AllAfrica)


Appui à la micro-entreprise - Le Fne a injecté plus de 40 millions de F

[Cameroon Tribune] C'est le montant décaissé par l'institution en 2017 dans le cadre du programme d'appui à l'auto emploi et à la micro-entreprise. (AllAfrica)


Les erreurs à éviter

[Cameroon Tribune] D'après le Code électoral, les déclarations de candidatures en vue de l'élection des sénateurs se font en application des articles 164 à 166 de la loi du 19 avril 2012 portant Code électoral, modifiée et complétée par la loi du 21 décembre 2012. (AllAfrica)


Poliomyélite - Un nouveau plan de lutte

[Cameroon Tribune] La stratégie (2017-2021) présentée lundi au ministre de la Santé publique. Objectif, éradiquer définitivement la maladie dans les prochaines années. (AllAfrica)


Ordinateurs du chef de l'Etat - Les « cop's » de Dschang connectés

[Cameroon Tribune] Les étudiants ont reçu vendredi dernier, des mains du ministre de l'Enseignement supérieur, leurs ordinateurs portables. (AllAfrica)


Médicaments essentiels - Le PM inaugure une usine à Douala

[Cameroon Tribune] Africure Pharmaceuticals Cameroon S.A., fleuron de la coopération avec l'Inde, rendra les médicaments plus accessibles. (AllAfrica)


Une relation dense entre le pays et la Guinée Equatoriale

[Cameroon Tribune] Partageant une frontière commune, les deux pays entretiennent en outre des rapports empreints de compréhension mutuelle et de fraternité. (AllAfrica)


Stade de Japoma - Philemon Yang visite le chantier

[Cameroon Tribune] Le chef du gouvernement s'est rendu sur le site en travaux hier 21 février en compagnie du gouverneur de la région du Littoral. (AllAfrica)


7eme Edition du Pad à Bandjoun - Un vecteur de développement et de solidarité nationale

[Camer.be] Lors du Pad 2017 où 136 étudiants avaient été primés, l'honorable Albert Kouinché avait lancé un appel à la cohésion et la solidarité nationale pour vaincre les ennemis de la paix et du développement de la nation. (AllAfrica)


Kylian Mbappé - Français de nationalité, Africain de cœur

[Africa Top Sports] Joueur de nationalité française mais Camerounais d'origine, Kylian Mbappé était mercredi à l'Elysée où il a déjeuné avec le chef de l'Etat français, en compagnie de Georges Weah et de Didier. (AllAfrica)


Congrès du SDF à Bamenda, les partisans de l'Ambazonie s'y invitent

[RFI] Au Cameroun, le SDF, le principal parti de l'opposition, tient à compter de ce jeudi, un congrès très attendu dans son fief, à Bamenda, en zone anglophone. Les travaux, qui vont durer trois jours, vont permettre de choisir par une primaire interne le candidat du parti à l'élection présidentielle prévue cette année. Seulement, des invités inattendus ont décidé de se joindre aux débats. (AllAfrica)


SDF - Le congrès le plus attendu

[Cameroon Tribune] Après les reports de 2016 et 2017, le principal parti de l'opposition réunit ses délégués dès aujourd'hui à Bamenda au cours de la 9e convention élective. (AllAfrica)


Cameroun - Guinée équatoriale - concertation au sommet

[Cameroon Tribune] Porteur d'un pli fermé du président Obiang Nguema à son homologue camerounais, Paul Biya, le ministre d'Etat chargé de l'Intégration régionale, Balthasar Engonga Edjo'o a été reçu par le chef de l'Etat hier au Palais de l'Unité. (AllAfrica)


Crise anglophone - Des armes en provenance de la Russie interceptées en Tunisie

[Africa Info] De source digne de foi, le gouvernement tunisien aurait intercepté il y a quelques jours d'énormes quantités d'armes destinées au régime de Yaoundé en provenance de la Russie. (AllAfrica)


Eding sport croit à un exploit

[CAF] Battu à l'aller 3 à 0 par Plateau United du Nigeria, l'unique ambassadeur du Cameroun en Ligue des champions Total, garde la tête haute. Il accueille ce 21 février 2018 le match retour au stade Ahmadou Ahidjo de Yaoundé. (AllAfrica)


Pedro Obiang Nguema qualifie Deportivo Niefang.

[CAF] Le représentant de la Guinée Equatoriale en Coupe de la Confédération Total, Deportivo Niefang, peut poursuivre son aventure dans la compétition. (AllAfrica)


All-Star Game Embiid, sans complexe

[Cameroon Tribune] En clôture du week-end dédié aux étoiles de la Nba, l'intérieur camerounais a été l'auteur d'une solide prestation sanctionnée par 19 points. (AllAfrica)


Kitoko house donne un nouveau souffle à la coiffure Camerounaise

[Camer.be] Il se trouve que beaucoup d'entre eux se retrouvent dans ce métier sans pour autant connaître les bases et les préalables de ce dernier. Cette intégration presque par infraction ne permet pas à ces coiffeurs d'acquérir les bases même de l'art de la coiffure ou mieux la connaissance du cheveu. (AllAfrica)


Valérie Ndongo vous souhaite la "bienvenue au Ndjoka du kwat"

[Camer.be] Il fait partie de la crème de l'humour camerounais, il s' y est fait une place de choix grâce à son sens élevé de la créativité et de l'innovation. Il est l'initiateur de nombreux concepts et il revient avec un nouveau pour lancer de la meilleure des façons son année 2018. (AllAfrica)


Dépôt des dossiers de candidatures - Dernier délai ce jour

[Cameroon Tribune] Hier dans les états-majors des partis politiques, l'heure était aux dernières retouches et quelques arbitrages. (AllAfrica)


Après la révolution du jasmin, la révolution du baobab au Cameroun ?

 L’incroyable renversement de situation en Tunisie, puis les soulèvements en Egypte : scénarios à perdre haleine qui conduisent à la défection de deux indétrônables dictateurs d’Afrique du Nord… L’espoir gagne les pays voisins, les peuples qui n’ont pas voix au chapitre depuis trop longtemps. Et plus au Sud ? Vers l’Afrique subsaharienne, où depuis tant d’années on parle de démocratures, de gouvernements – marionnettes du néocolonialisme, d’abus de pouvoir si énormes que l’on soupçonne Paul Biya d’avoir acheté l’équivalent du Château de la Loire en Suisse - vers le sud donc, que ressent-on ? Certains espèrent une contagion, que l’onde de choc se propage. Pas si vite.


Commémorer les émeutes de 2008

Le 23 février dernier, l’ambiance dans les grandes villes du Cameroun était un peu tendue : les forces armées étaient déployées dans les endroits stratégiques, les kiosques à journaux de désemplissaient pas de curieux qui venaient suivre les gros titres, inquiets. On pouvait lire, en Une du quotidien Mutations : « Manifestation publique, journée à haut risque au Cameroun »,  tandis que Le Journal du Cameroun titrait : « Le gouvernement invite au calme ». En effet, les partis d’opposition (à leur tête Jean-Michel Nintcheu du Sdf et Anicet Ekane du Manidem) avaient lancé des appels à manifestations pour commémorer les émeutes de 2008. 
[Petit Rappel : en 2008, la crise économique frappe le Cameroun et le gouvernement impose une hausse significative des prix des carburants et de la plupart des produits de première nécessité. Les « émeutes de la faim » éclatent dans les grandes villes, se terminant par une répression dure qui fait plus d’une centaine de morts.]
Ailleurs dans le monde, des camerounais expatriés invitent à suivre l’exemple des révolutions populaires d’Afrique du Nord. Le CODE (Collectif des associations démocratiques et patriotiques des Camerounais de la diaspora) diffuse le mot d’ordre : « Paul Biya dégage », tandis que la Cameroon Diaspora Connection diffuse sur le net un photomontage de mauvaise qualité sur fond de reggae qui suggère une « révolution du Baobab ». (voir le clip). Le site d’informations Ici Cemac publie quant à lui les « 12 consignes pour le succès de la marche » et annonce que le 23 février 2011 sera le début de « la révolution pacifique du peuple camerounais ».
A cette occasion, l’on se rend compte que le Cameroun bénéficie tout de même d’une certaine liberté d’expression : sur internet et dans la presse, il n’y a pas de tabous à mentionner les malversations du pouvoir en place et à haranguer les foules. Il y a, au « Mboa », un potentiel de subversion non négligeable … même si, il faut le rappeler, certains opposants ou journalistes engagés croupissent et meurent en prison !



Pétard mouillé

En tout cas, le 23 février, l’on retient un peu son souffle. A Douala, « la semaine des martyrs » rencontre quelques échos : des manifestants ont été dispersés, arrêtés, voire brutalisés par la police, selon plusieurs sources. La réaction immédiate des forces de l’ordre décourage les manifestants de poursuivre leur action et le meeting du 24 février est annulé. A Yaoundé, « la mayonnaise peine à prendre », comme le suggère le journal Le Pays. Il semble que la campagne rondement menée par le ministre de la Communication, Issa Tchiroma, porte ses fruits : il enjoint le peuple camerounais à rester sourd aux appels à manifestations, discréditant les arguments des opposants. Selon lui, la révolution a déjà eu lieu au Cameroun et il met en garde contre une identification trop rapide aux révolutions du Maghreb : « 
En Afrique du Nord, la situation n’était pas la même. Ce n’est que maintenant que le vent du changement souffle là-bas. Il y a vingt ans que nous avons conduit cette révolution. Il faut savoir lire l’évolution de l’humanité. Ce qui se passe là-bas s’est déjà passé chez nous», a martelé le ministre. Pour M. Tchiroma, «ces aventuriers» veulent condamner le Cameroun à «l’effort de Sisyphe, un éternel recommencement. Notre pays n’a jamais été autant crédible qu’aujourd’hui. Sa stabilité est confirmée par les institutions financières internationales. La paix au Cameroun est devenue une culture». (source : Mutations).
Voilà donc sur quoi repose la stabilité du Cameroun aujourd’hui : l’idée que la «  révolution » économique et la marche vers le progrès ont déjà eu lieu sous la houlette du pouvoir en place, et l’idée d’une paix à tout prix, profondément incarnée par la pérennité du président.

La Tunisie, passe encore, mais laissons Kadhafi en Libye !

Et en effet, il est finalement étonnant de constater à quel point les révolutions du Maghreb, qui exaltent pourtant une bonne partie de la planète, laissent froids la plupart des camerounais. Si l’exemple de la Tunisie était vu avec une certaine admiration mêlée de perplexité, la « contagion » à l’Egypte, puis à la Libye a provoqué de sérieuses remises en question : finalement, à l’instar de la Côte d’Ivoire, tout cela ne tiendrait-il pas d’une vaste opération fomentée par l’occident pour récupérer le pétrole libyen ? Et surtout, que deviendrait l’Afrique sans les investissements libyens ? En effet de nombreuses entreprises africaines ne doivent leur survie qu’à la prodigalité de Kadhafi, comme le rappelle un article de camer.be. Si Paul Biya n’a pas, comme Wade ou Alpha Condé, exprimé publiquement son soutien à Mouammar Kadhafi ; dans la rue, les Camerounais restent pragmatiques :  lorsque le pétrole est en jeu, les occidentaux ne sont jamais loin. La révolution a bon dos. Au Cameroun, la corde sensible du panafricanisme et le rejet de toute ingérence politique prend le pas sur l’idéal révolutionnaire. N’en déplaise à certains rêveurs, le vent de la révolution du jasmin n’est pas encore venu à bout du désert.



(decalageaucameroun.blogspot.com)